lundi 17 mars 2014 - par Clojea

Museler et niveler la pensée : Mode d’emploi

Le prêt à penser : Nivelage méthodique vers le bas, matraquage d'informations, répression...

Cocktail explosif mais efficace, je dois le reconnaître.

Du grand art ! Comment arriver à ce qu'une majorité pense et agisse contre une minorité ? C'est une recette savamment dosée d'opprobre, de discrédit et d'être jeté en pâture.

Je m'étais aperçu depuis les années 70 que la répression était omniprésente. A l'époque, le flicage des cheveux longs était facile. Le délit de sale gueule évident.

Et puis, les années ont passées. La société a évoluée vers un politiquement correct, vers un environnement de plus en plus policé, plus aseptisé, plus ouaté. Même les policiers, qui dans les années 70, n'étaient pas les rois des formules de politesse, ont adoptés un style très attitude zéro aujourd'hui.

En réalité, toute cette soi-disant évolution est très hypocrite. C'est même le summum de l'hypocrisie. Avant au moins, on savait qui était anti et qui était pour. Aujourd'hui tout est diffus, en demi teinte, flottant entre deux.

C'est extrêmement dangereux aussi, car sous des couverts "c'est pour votre bien ou pour votre sécurité" on fait avaler n'importe quoi à la majorité et pire, la minorité de gens voulant s'exprimer correctement ou tout au moins faisant valoir ses idées, est stigmatisée comme jamais.

Récemment l'affaire Dieudonné. Je met tout le monde à l'aise. Ce n'est pas pour polémiquer une fois de plus sur le sujet. Non, c'est juste pour présenter une des facettes de comment on en arrive à une stigmatisation et une déformation extrême de l'expression.

Perso, je ne connaissais pas l'oeuvre de ce dernier avant l'affaire. Du coup, j'ai jeté un oeil bien sur. Comme beaucoup d'autres d'ailleurs, puisque sans le vouloir (?) Manuel Valls lui a fait une pub d'enfer.

Sur un blog, lors d'un échange de communications entre quelques uns sur Dieudonné, j'ai eu le malheur de dire que j'étais contre le fait que la liberté d'expression soit remise en cause. C'est mon opinion. On peut être d'accord ou pas. Si Dieudonné est coupable de quelque chose, l'arsenal juridique existe pour le condamner. Mais on ne touche pas à la liberté d'expression. Voilà ce que j'ai exprimé sur ce blog. C'était la pensée de trop. L'inconcevable concept dans une société ou l'amalgame est plus rapide que le TGV.

Dès que j'ai eu écris la phrase maudite "Je suis contre le fait que l'on puisse remettre en question la liberté d'expression", instantanément , je me suis fais insulté par une personne. Il était, et vous l'aurez compris, contre mon idée. Pensant qu'on allait échanger des points de vues corrects, j'ai commencé par vouloir les étayer avec des arguments. Je n'ai pas eu le temps. Je me suis retrouvé face à quelqu'un, qui m'a traité d'ennemi, de dangereux, d'antisémite, de négationniste, de révisionniste, et d'adepte de la théorie du complot. Les bras m'en sont tombés. J'ai tenté de lui dire que cela n'avait rien à voir, et que c'était faux, mais le temps que j'écrive ça, le gars avait fermé son compte et quitté le blog.

Ca m'a interpellé longuement. Plus je réfléchissais à cette altercation, moins je comprenais. Le pire est qu'il n'était pas le seul à penser comme ça. Dieudonné = antisémite= liberté d'expression peut être bafouée = négationniste = adepte de la théorie du complot etc...

Mais dans quoi sommes nous tombés ? On en est arrivé à un point où on ne peut pas parler de certaines choses sans se faire taxer de raciste, d'antisémite, de négationniste, de conspirationniste etc...

Malheur à celui qui n'est plus dans les clous, malheur à celui qui ose s'aventurer hors du bac à sable où l'on doit tous jouer.

Aujourd'hui, si vous osez dire qu'il y a une conspiration mondiale visant à établir un gouvernement mondialiste, on vous taxe très vite de "Pas fiable, qu'on peut mettre en doute...et oui, il est adepte de la théorie du complot, pfff...."

En fait, la minorité de gens représentant un contre pouvoir est automatiquement fiché et fliqué. Ceci nous le savions depuis longtemps. Mais ce que j'ignorais, est qu'aujourd'hui, le flicage va plus loin. L'Etat, la société, par un jeu de démagogie, de vacuités "boboïsantes" et de politiquement correct, distille insidieusement un courant de pensée unique, tout en poussant l'exclusion des pensées contraires. Très fort.

Dans les années 70, les pensées minoritaires avaient le vent en poupe. Il était même de bon ton de ne pas penser comme tout le monde. Aujourd'hui, ça c'est dramatiquement inversé. Exclusion de la pensée. Tout est empaqueté, prêt à l'emploi. Du prêt à porter, du prêt à penser.

Le jeu de dupes de soutenir, envers et contre tout, un communautarisme * débridé, certaines associations de pression, de monter en épingle des affaires qui ne le sont pas (Léonarda, Dieudonné, le mariage pour tous, les écoutes téléphoniques de Sarkozy etc..) ne sert qu'un seul et même but : Aller vers une pensée unique en excluant le reste. Exacerbation démesuré du communautarisme, monté de haine, opprobre, discrédit, exclusion, voilà la politique de nos gouvernants depuis trois décennies.

Ajoutons à cela les émissions de télé réalités ou il est plus important de suivre les aventures d'une famille lambda que l'évolution des sciences, doublé d'un matraquage d'informations inutiles sur l'I Phone 5, la pluie et les peoples et vous obtenez une léthargie profonde du citoyen lambda.

Plus la société avance pire c'est, et plus le fichage est automatique. Souriez ! vous êtes fliqué.

Quand on a compris ça, on a tout compris, mais cela ne nous empêchera pas de continuera à penser et à s'exprimer.

* le communautarisme est un terme socio-politique désignant les attitudes ou les aspirations de minorités (culturelles, religieuses, ethniques...) visant à se différencier volontairement pour s'entraider, voire pour se dissocier du reste de la société.



30 réactions


  • Jeff Parrot Jeff Parrot 17 mars 2014 13:18

    ".... et vous obtenez une léthargie profonde du citoyen lambda."

    Mais c’est ce que veut le citoyen lambda, une léthargie profonde pour pouvoir tout supporter/oublier smiley

     


  • foufouille foufouille 17 mars 2014 14:06

    penser n’est pas bien. tu pourrais ne pas acheter du coca cola


  • Xenozoid 17 mars 2014 14:08

    bienvenu dans le pays des vivants déja mort


  • Gabriel Gabriel 17 mars 2014 14:49

    Bonjour Clojea,

    Nous avons donné le monopole de la contrainte légale à ceux qui peuvent nuire au nom de la loi. L’état est devenu l’instrument des forts sur les faibles. La police obéit aux ordres de ces sales types qui leurs font faire de sales choses et c’est comme cela qu’ils sont devenus de sales flics. Les médias avec tous ces pseudos journalistes, tous ces moralistes et ces erzats de philosophes à la chemise ouverte aux sourires de hyène qui se posent en arbitres des élégances nous mentent volontairement car, eux aussi aux ordres des mêmes sales types. Le corporatisme et le communautarisme sont mis en œuvre par des êtres pervers pour des imbéciles qui surenchérissent et applaudissent des deux mains. Ainsi ils ont zombifié la société mais n’oublions jamais que la liberté ce n’est rien d’autre que l’obéissance à la loi qu’on c’est prescrite. Si l’on commence à comprendre que l’on ne peut pas changer le monde mais, dans le monde changer des choses, on n’aura fait un grand pas en avant. L’important est d’être toujours capable de rêve et d’empathie. Dans l’état de nature l’homme est un loup pour l’homme mais dans l’état de culture, l’homme est un dieu pour l’homme. Cordialement.


  • doctorix, complotiste doctorix 17 mars 2014 15:57

    Imaginez un monde sans internet, avec une info monopolisée par les media mainstream.

    Eh bien nous serions tous moulés dans la pensée unique, ce qui est loin d’être le cas.
    Pour l’instant.
    La solution ? Supprimer internet. Et ça fait longtemps qu’on y pense, dans les hautes sphères des malfrats qui nous gouvernent, et qu’on empêche de malfrater en rond :
    J’aimerais d’ailleurs vous faire partager cet article d’un des derniers journalistes américains honnêtes (pardonnez l’oxymore) :
    Washington concentre tout le mal de l’univers (Paul Craig Roberts)
    La formule peut paraitre excessive, mais ça n’en est pas moins une réalité, pour qui sait s’informer.
    A ceci prêt que la crapulerie américaine s’est largement infiltrée dans notre pauvre Europe :
    Voilà ce que j’ai lu de meilleur aujourd’hui, et je ne l’ai pas trouvé dans la presse.



  • Le421... Refuznik !! Le421 17 mars 2014 16:12

    Après, il faut aussi s’éduquer individuellement et apprendre à rejeter les produits avec de l’huile de palme journalistique...
    L’information n’est plus donnée pour ce qu’elle est, mais pour sa valeur marchande.
    La primauté du sensationnel qui gicle sur les infos de fond bien réfléchies.
    Du « Mac’Do » de l’esprit, bien formateur, bien calibré.
    A nous de faire le tri.


    • Clojea Clojea 17 mars 2014 18:57

      @ Le 421 : J’aime bien votre formule le « MacDo de l’esprit ». Avec votre permission, je réutiliserai


  • L'enfoiré L’enfoiré 17 mars 2014 20:41

    Clojea, 


    « Quand on a compris ça, on a tout compris, mais cela ne nous empêchera pas de continuera à penser et à s’exprimer. »

    En effet. Bonne déduction. En remontant le temps, je vois que votre entrée dans cette antenne date de octobre 2009.
    J’étais là, depuis 2006.
    Je n’y suis plus depuis mars 2011. On résiste et puis, on se demande ce qu’on reste y faire plutôt que de reprendre les rennes sur sa propre antenne.
     

  • Deneb Deneb 18 mars 2014 05:30

    Clojea : « Je suis contre le fait que l’on puisse remettre en question la liberté d’expression »
    Moi aussi. Mais vos potes scientologues, j’imagine qu’ils vous ont descendu en flammes.


    • Clojea Clojea 18 mars 2014 09:15

      Bonjour Deneb : On est d’accord. Juste une précision : Je ne suis pas membre de l’église de Scientologie et je ne roule pas pour elle. S’il y a eu doute sur ce sujet, voilà qui peut dissiper quelques malentendus


    • Clojea Clojea 18 mars 2014 14:02

      Au fait Deneb, j’aimerai vous communiquer quelque chose, mais sur e-mail privé. Peut importe lequel, du moment que je puisse vous envoyer une communication.
      Si vous le voulez bien sur.
      clojea@gmail.com
      Merci d’avance


  • jeff6310 18 mars 2014 09:50

    Et pendant ce temps là, les bases d’un conflit planétaire s’installent...de manière très planifiée.
    Pourquoi s’inquiéter ? Nous sommes protégés par nos représentants nationaux qui ont la possibilité d’être élus sans obligation de quorum. Malgré les victoires obtenues avec des taux d’abstention importants, ils sont aptes à prendre les « bonnes » décisions pour leur nation.
    Oui, je crois que l’esprit critique s’est éteint. La minorité restante, porteuse d’idées citoyennes et résistantes est muselée, montrée du doigt, voire mise au pilori. Elle fera certainement l’objet d’une répression qui s’organise par et pour le peuple lui-même. Plus besoin de RG et de CRS. Celui qui ne pense pas PS, UMP ou FN devient un paria. La pensée unique est reine. Cela tombe plutôt bien, on n’a plus le temps de le faire...de faire de la politique au sens propre du terme.
    L’homme’ libre en pensée, n’est plus isolé socialement parlant, il est exclu !!!
    Par ses paires (pour le côté professionnel), ses amis (même ceux de plus de 30 ans), voire sa propre famille.
    Pour ma part, je suis victime de cette évolution, aux 2 premiers niveaux :
    -La maladie s’est installée à la suite de la « réorganisation » du « staff cadre » dans l’association qui m’emploie-yait (1200 salariés). Pas, ou plus de place pour l’humanitude, rétrogradation dans mes fonctions, ou mise au placard. On s’assoie sur le code du travail.
    -Mon ami d’enfance, chef d’entreprise, subit les effets de la mondialisation, tout en ayant prospéré grâce à elle. ...« C’est la faute au gouvernement en place... » Les ponts sont coupés, nous n’arrivons plus à dialoguer.
    -Pour la famille, ma fille de 8 ans n’a pas d’autres choix que d’ingurgiter les données formatées et de s’adapter au système de l’éducation nationale. Elle est cependant en difficulté, car elle ne se sent pas maître de ses choix d’enfant et ne voit pas où mènent les objectifs des apprentissages. Sa manière de penser la met en retrait de ses camarades de classe, mais aussi de la part de l’instit. (Voir le cahier d’évaluation de l’élève, une abomination !!!).
    Il est clair que la roue s’est emballée, que l’avenir n’appartient pas aux néo-utopistes, aux créateurs, aux aidants (qu’ils soient familiaux ou professionnels), aux penseurs et acteurs humanistes.
    Ne plus résister, c’est admettre sans le savoir, le nouvel ordre mondial pour lequel nos dirigeants ne cachent plus (de gré ou malgré eux) leur appartenance.
    La pauvreté intellectuelle règne, et avec elle, la loi de la jungle pour la majorité, et le pouvoir absolu dicté par ses propres lois pour la minorité.
      


    • Clojea Clojea 18 mars 2014 09:55

      jeff6310 : On est d’accord. Un grand merci pour votre témoignage poignant et lucide. Quand on gratte le vernis social on s’aperçoit que le dessous est bien creux


    • bnosec bnosec 18 mars 2014 11:15

      « Celui qui ne pense pas PS, UMP ou FN devient un paria »

      Heu vous avez du confondre FN et FDG, parce que si vous voulez passer pour un paria il n’y a rien de mieux que de se dire FN.
      Pourquoi croyez vous que le FN a tant de mal à créer des listes pour les municipales ?


    • Clojea Clojea 18 mars 2014 11:32

      @ lecaveserebiffe : C’est tout à fait ça. « L’individualisme de masse ». En dehors des clous on se fait taper dessus y compris par son voisin


  • gaston gaston 18 mars 2014 14:18


    LE MEILLEUR DES MONDES !


    Nous y sommes en plein !

    Ce message à été lu et archivé par la NSA .
                         

  • Luc le Raz Luc le Raz 18 mars 2014 17:05

    Le pb, c’est que c’est une question de « point de vue ». Plus on est proche du sommet de la pyramide, plus ceux d’en bas sont petits et, donc, paraissent faciles à écraser. Ce qui manque le plus aujourd’hui c’est l’esprit critique. Rien n’est fait pour le développer, au contraire ! smiley


    • Clojea Clojea 18 mars 2014 20:10

      @ Luc le Raz : C’est à nous de continuer et d’aider pour que beaucoup développent leur sens critique


  • jeff6310 18 mars 2014 18:22

    Je reviens pour Bnosec. Je maintiens mes propos. Simplement, je les contextualise au niveau national, et non municipal. Et encore, quoi que !!!
    je précise que la France, ce n’est pas que Paris, Marseille, Lyon, ...C’est aussi 36000 autres communes, petites ou moyennes.
    Le défaut de listes pour les prochaines élections est le signe du manque d’intérêt pour la vie communautaire. Pour exemple, la commune qui m’accueille ne présente qu’une seule liste : elle est PS. Et pourtant : 4000 habitants, 2 écoles primaires et maternelles, 80 associations, quelques petits commerces, 2 EHPAD, des lotissements, et moi, et moi, et moi !!!
    Même la liste PS est composée d’1/3 de Front de Gauche, lui-même composé de 90% de PC. Elle a été complétée la veille de dépôt de la liste par une dame serviable, mais qui ne s’est certainement pas découverte le goût pour la politique 3 semaines avant les élections. Ne pas oublier que ce ne sont que des élections très locales, de plus en plus locales, éloignées du sommet de la pyramide, et dont les représentants n’ont que peu de pouvoir.
    Je ne parlerai pas de la parité qui est devenue (le texte) une raison de blocage pour nombre de municipalités.

    C’est la masse qui fait corps. Elle ne peut s’exprimer qu’à l’occasion d’une grande élection. Les chiffres montrent l’évolution de ce parti. A ce jour, les électeurs osent s’afficher, c’est évident. La République leur donne raison : voter est un devoir. Et ces gens iront voter car ils en ont ras le bol.

    Donc, à mon sens, devant les échecs [inévitables] successifs des différentes politiques que les gouvernements mènent avec outrecuidance dans le mensonge, la désinformation et l’ignorance, le FN risque de trouver LA solution via un bouc émissaire. Et puis, on connait la suite. Mais cela se passera au niveau national, et validera ainsi ce que beaucoup pensent, mais que peu affichent. C’est ainsi que les nantis, bien-pensants et autres sujets versatiles continueront de danser, alors que les autres se battront contre les uns, et que la chasse sera ouverte aux sujets encore doués de réflexion, qui pensent autrement.


Réagir