jeudi 27 octobre 2016 - par Olivier Perriet

Nicolas Dupont-Aignan et Debout la France : les impasses prévisibles d’une stratégie solitaire

Si l'on en croit la version officielle, Nicolas Dupont-Aignan se présente à l'élection présidentielle pour gagner.

Le maire de Yerres (Essonne), président de Debout la France, a réaffirmé ses ambitions lors de sa rentrée du 4 septembre dernier :

Les Français ne veulent ni des extrêmes (Mélenchon et le FN), ni des partis de gouvernement (PS et ex UMP). Il y a place pour l'émergence d'un candidat patriote raisonnable, qui peut rassembler autour de lui une majorité de Français. Il peut être cet homme. Parti de rien en 2007 (il n'avait pas obtenu les 500 signatures d'élus nécessaires pour se présenter), il a obtenu 1,79 % des voix en 2012 et les sondages lui donnent actuellement entre 5 et 8 % des intentions de votes.

Si cette hausse se poursuit, et imaginant que les sondages le minorent, la mayonnaise pourrait prendre, de là le propulser au second tour, où il l'emporterait.

 

Sans vouloir paraître rabat-joie, cette hypothèse (très) optimiste doit être confrontée aux faits. Et le moins que l'on puisse dire c'est que ceux-ci s'avèrent assez cruels. Ce qui rend d'autant moins crédible cette parole officielle.

 

Une réelle augmentation depuis 2012...à relativiser quand même

 

Si l'on en reste aux résultats des élections nationales depuis 2012, on a :

643 907 voix (soit 1,79 % des suffrages exprimés) pour Dupont-Aignan aux présidentielles de 2012.

724 441 voix cumulées pour les listes Debout la France aux européennes de 2015.

827 211 voix cumulées pour les listes Debout la France aux régionales de 2016.

Soit + 12 % entre 2012 et 2015 et + 28 % entre 2012 et 2016.

 

En se basant sur le pourcentage d'exprimés, on peut voir le verre à moitié plein et dire qu'on est parti de 1,79 % en 2012 pour arriver à 5 % voire plus dans certaines régions (Grand Est, Île de France, Bourgogne Franche-Comté) en 2015. Toutefois les mathématiques sont implacables :

Quand on part de pas grand chose, on a beau augmenter de 28 %, on demeure...petit.

De plus, la progression relative est d'autant plus forte que l'abstention est élevée : même si les pourcentages d'exprimés ont presque triplé, le nombre de voix n'a augmenté « que » d'un tiers.

 

Rien de surprenant au fond : vote après vote, les forces politiques, telles les plaques qui composent la croûte terrestre, bougent, mais insensiblement.

Sauf à ce qu'une masse d'électeurs fasse mouvement d'un candidat à l'autre, tel Mélenchon siphonnant en 2012 les candidats trotskistes habituels (pour un résultat cumulé identique, entre 10 et 15% pour la « gauche de la gauche »), ou Bayrou et Sarkozy asséchant Le Pen en 2007.

 

Une marge de progression à priori limitée

 

Depuis sa création en 2007, Debout la République, devenu Debout la France, s'est fait une modeste place qui n'a rien de déshonorante. Logiquement, les petits ruisseaux - un peu du centre, un peu de la gauche souverainiste, un peu du FN, un peu de villiéristes, un peu de droite classique - n'ont pas fait un fleuve impétueux mais une sage rivière.

Au reste, pourquoi les appareils partisans existants, et leurs électeurs, se détourneraient en masse vers DLF ?

En pleine dynamique, à la veille de revenir au pouvoir, pourquoi les Républicains (ou les cadres du FN) feraient exploser leur instrument ? Pourquoi les électeurs de la droite classique se détourneraient-ils vers un vote marginal, et pourquoi les électeurs marginaux du FN se détourneraient-ils vers un autre marginal, qui se considère comme « moins extrême » ?

 

Ceci sans parler de la gauche post-nationale qui n'a objectivement aucune raison de se détourner de sa brillante trajectoire.

 

La marge de progression apparaît à priori des plus limitée et DLF, comme tous les partis « émergents », cherche à capitaliser du côté des abstentionnistes.

 

Le mirage des abstentionnistes

 

Le sujet de l'abstention mériterait d'être analysé plus longuement mais ce n'est pas le propos ici.

Constatons donc en passant que toutes les élections « intermédiaires », où l'abstention atteint maintenant régulièrement les 50 % (hors municipales), sont caractérisées par une hausse de la participation aux 2e tours. Ce qui indique en négatif qu'il n'y a pas d'appétence particulière pour les petites formations auto proclamées du renouveau, le plus souvent absentes des 2e tours.

Rappelons aussi que l'abstention recouvre quantité d'attitudes et qu'il est pour le moins périlleux d'interpréter les volontés profondes de...celui qui ne dit rien. Les partis émergents y voient généralement le fait de braves citoyens de bonne volonté écœurés par le cynisme des politiques. C'est une version optimiste qui fait bon marché des faits contradictoires.

Revenons par exemple au 2e tour des régionales, où la hausse de la participation a été corrélée avec une remontée spectaculaire des candidats « de front républicain », pourtant en mauvaise posture à l'issue du 1er tour.

L'exemple de la commune de Pont-à-Mousson (54) est révélateur (presque trop) :

Le candidat de l'union de la droite est passé de 973 à 2476 voix entre les deux tours, avec une abstention qui a reculé de 5500 à 4400 inscrits. L'analyse manque sans doute de finesse, mais il semble qu' 1/5e des abstentionnistes du 1er tour se soient reportés comme un seul homme sur le candidat conservateur.

L'abstention n'est donc pas forcément, pas exclusivement, défiance envers un système politicien, dont Richert est la synthèse parfaite, mais acquiescement implicite.

Pourquoi ne pas voir qu'elle peut, aussi, être le résultat d'un calcul égoïste, qui consiste à refuser de participer à une chose publique vue comme abstraite, dès lors que nos intérêts personnels ne sont pas concernés ? Une convergence entre la vie végétative des abonnés aux minimas sociaux et la vie mondaine de la jet-set mondialisée qui se moque des contingences de ce bas monde ? Une sécession soft, mais une sécession quand même.

 

En conclusion, l'abstention peut très bien se marier avec la post démocratie telle qu'elle est en place, avec son gouvernement des sondages, ses primaires citoyennes, et autres « votes utiles ». Vouloir baser son action sur la mobilisation des abstentionnistes laisse donc songeur…

D'autant que, si le nombre absolu des voix qui se portent sur les « grands partis » est à la baisse ou stagne, les « petits » ne réussissent pas plus à capter l'abstention.

Sur qui ou sur quoi s'appuyer alors ?

 

Le point aveugle du FN

 

La problématique a beau sauter aux yeux, elle n'a jamais trouvé de réponse claire.

Que fait-on avec le Front national, qui capitalise jusqu'à présent les votes (et il y a peu de raison pour que la tendance s'inverse) sur des thématiques à 90 % semblables ?

Ni alliance, ni combat frontal, la ligne officielle est plutôt l'indifférence teintée d'hostilité, comme l'atteste la pantalonnade qui s'est déroulée entre les deux tours des régionales.

Après s'être donné le temps de la réflexion, DLF a finalement estimé qu'il était urgent de botter en touche et...de ne rien dire :

« Nous n'avons pas à donner de "consignes de votes" à nos électeurs, qui sont suffisamment avertis pour faire leurs choix en conscience ». Cette lapalissade (qui prétend encore contrôler « ses » électeurs jusque dans le secret des isoloirs ??) a été complétée par le rappel de ce qui semble constituer la colonne vertébrale stratégique du parti : « Ni système, ni extrême ». Et le constat de l'incapacité du FN à l'emporter seul contre tous.

 

Certes. Sauf que lorsque l'on creuse un peu la question, les arguments tombent facilement :

Sur les « extrêmes » opposés au « système », convenons que les cartes sont quelques peu brouillées : comment définir des partis de gouvernement qui font preuve d'un entêtement idéologique délirant, et qui définissent eux-mêmes leurs dissidents comme « extrémistes » ? D'ailleurs, si DLF n'est pas catalogué comme extrémiste, est-ce en raison de ses qualités intrinsèques, ou parce que son audience est trop faible, et que le mouvement a une capacité de nuisance limitée ?

Rappelons pour être tout à fait complet que même Mélenchon s'est fait traiter de nationaliste à l'automne 2011, lorsque sa candidature a pris son envol, et a dû ramer ensuite pour retrouver une « crédibilité » aux yeux de ses accusateurs.

Enfin, on peut faire remarquer que le FN, « mariniste » et « philippiste », a tout de même évolué depuis ses débuts, au point qu'un clivage public y est apparu entre « identitaires » libéral-compatibles (voir les déclarations de Robert Ménard à propos du débat sur l'euro, qu'il juge urgent d'enterrer) et « souverainistes ». Un faux clivage fait pour amuser la galerie ? Une absence totale de crédibilité et de fond ? Une continuité dans la nullité ? Peut-être.

Mais évacuer ces évolutions d'emblée n'est pas plus convaincant.

 

Sur l'incapacité du FN à rassembler, admettons qu'on n'est pas loin du raisonnement circulaire, venant d'une formation qui pourrait, elle aussi, de son initiative, impulser une dynamique de rassemblement. On n'est pas loin non plus de la lapalissade puisque personne, même De Gaulle en 1965, n'a pu gagner seul contre tous.

Il est d'ailleurs très surprenant de voir des gens qui se réclament du gaullisme ignorer superbement le principe de l'élection présidentielle à deux tours majoritaires, qui permet l'expression de la diversité des opinions au premier tour, et la formation d' une coalition majoritaire dans le pays au second tour.

À moins de nager dans une abondance de voix "patriotes", qui permettrait de séparer l'ivraie des « extrémistes » du bon grain des « raisonnables », ce qui est d'évidence très loin d'être le cas, toute coalition devra forcément compter avec le FN.

Et faire partie d'une coalition n'a jamais délégitimé une candidature au premier tour : les Verts se posent-ils la question ?

 

Conclusion

 

Tout ceci dégage une furieuse impression d'amateurisme, d’irénisme, voire de je m'en foutisme, assez étrange pour des politiciens professionnels habitués des élections et si préoccupés de l'avenir du pays.

Après tout, on pourrait comprendre qu'aucune alliance ne puisse avoir lieu, pour toutes sortes de raisons, avec le FN...Si au moins on avait envisagé l'hypothèse !

 

À force de réfléchir, de poser des questions et de s'en poser, on finit par échouer sur une vérité assez navrante :

la vrai clivage entre DLF et le FN n'a rien d'idéologique mais tient au fait que le FN, héritage d'années de dissidence, n'est pas envisagé comme « convenable ».

Comme De Villiers en 1995 qui estimait « horrible » tout parallèle entre lui et Le Pen, et appelait à voter Chirac en 2002 … sauf que DLF a aussi largué les amarres avec l'ex UMP.

 

« Voyons, Marie-Chantaaal, nous n'allons tout de même pas prendre langue avec ces malotrus ! ». Sur ce prétexte insignifiant, peut-on se permettre de ne rien tenter pour accéder au pouvoir, et ainsi laisser la voie libre aux mêmes, pour 5 nouvelles années d'étouffoir ?

L'histoire ne repasse pas les plats, et lorsque le monde aura trop pris l'habitude de ne plus nous entendre et de ne plus nous voir (je parle d'une France indépendante et non de nos piètres partis politiques), il sera un peu tard...

 

PDF - 431.8 ko
Discours du 4 septembre

 



91 réactions


  • fred.foyn 27 octobre 2016 10:08
    Nicolas Dupont-Faignant..parasite politique d’un système bien français !

    • F-H-R F-H-R 27 octobre 2016 13:18

      @fred.foyn
      Oui, Dupont-Aignan est un vrai parasite de la république.

      Il ne fait que de la communication, s’incruste dès qu’un journaliste est aux abords et vit très confortablement au crochet des contribuables.
      D’ailleurs, Yerres, dont il est le maire, détient la palme nationale de la ville où la pression fiscale est la plus élevée.
      Quant à ses résultats aux élections, s’il conserve son poste de maire, c’est que l’abstentionnisme est élevé (38,5%) et que les autres candidats sont des plus médiocres. En définitive, il n’obtient guère plus de 45% des voix des électeurs.

      Son seul levier pour redresser la France, c’est l’impôt massif tel qu’il le pratique dans sa commune.

      Dupont-Aignan : L’archétype de l’énarque incapable et profiteur, qui n’a jamais travaillé de sa vie et pour qui la France c’est l’Administration et vis-et-versa.
      En votant pour « Debout la France » nous aurions au bout du compte « La France à genoux ».


    • Tythan 27 octobre 2016 17:20

      @F-H-R

      Votre commentaire est génial. Au début, j’ai pensé que vous étiez un supporter de Nicolas Dupont-Aignan faisant dans l’outrance pour démontrer l’excessivité des critiques qui lui sont faites. Mais apparemment vous êtes sincères !!

      J’apprécie tout particulièrement le « Quant à ses résultats aux élections, s’il conserve son poste de maire, c’est que l’abstentionnisme est élevé (...) et que les autres candidats sont des plus médiocres »... Déjà, sympa pour ces derniers. 

      Allez, on rappelle juste ce petit fait qui visiblement vous défrise : NDA est le maire le mieux réélu des villes de + de 20.000 habitants...

      http://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Municipales/elecresult__MN2014/(path)/MN2014/091/091691.html

      77 % des suffrages face à 3 autres listes et 44% des inscrits...


  • popov 27 octobre 2016 10:28

    Dupont-Aignan et Asselineau, combien de division ?

    Même si l’un d’eux gagnait aux présidentielles, combien de représentants pourrait-il envoyer à l’assemblée nationale ?


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 27 octobre 2016 10:45

      @popov

       il faudra faire un nartic sur les ambassadeurs un jour smiley

      Bon, comme vous êtes pas très fut’ fut’ non plus, je ne sais pas si vous allez entraîner beaucoup de divisions dans votre guerre civile


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 27 octobre 2016 10:53

      @popov
      Nous attendons vos brillantes propositions avec impatience !


    • popov 27 octobre 2016 13:49

      @Olivier Perriet

       
      Ce n’est pas MA guerre civile qui va vous tomber dessus, c’est la vôtre. Et si vous ne vous y préparez pas, vous allez la perdre. Les citoyens ont été désarmés et la plupart n’ont pas fait leur service militaire. Ils vont se retrouver avec des manches de brosses et quelques vieux tromblons de chasse contre les kalashnikovs des quartiers.

      L’armée de professionnels et la police aux ordres du gouvernement de collaborateurs seront contre vous, et si cela ne suffit pas, la presse aux ordres elle aussi accusera les résistants d’exactions et l’Otan viendra vous bombarder comme il l’a fait en Serbie.

    • popov 27 octobre 2016 14:08

      @Fifi Brind_acier

      Même si Asselineau, Dupont Gnagnan ou MLP gagnait les présidentielles, l’élu aurait en face une assemblée nationale hostile et serait donc incapable de gouverner.

      La France est enfoncée trop profondément dans le bourbier pour espérer en sortir par voies démocratiques pures. Il faudrait une milice de citoyens pour prévenir la guerre civile et la gagner si elle se déclare. Mais le gouvernement ne va pas la créer. Il a bien trop peur du peuple. Il faudra donc que des partis patriotes en prennent l’initiative et que ces milices aillent s’entraîner ailleurs.

    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 27 octobre 2016 14:22

      @popov
      Vous vous trompez, les Français ont toujours élu une majorité de députés en accord avec leur vote à la Présidentielle...

      Si guerre civile il y a, le FN n’y sera pas étranger, vu qu’il passe son temps à diviser les Français....
      Quand il ne brûle pas les voitures en banlieues pour agiter un peu le climat... 


    • popov 27 octobre 2016 16:38

      @Fifi Brind_acier


      Ce qui divise les Français, ce n’est pas le FN, c’est l’islam que la complicité de l’UMPS a laissé s’incruster en France précisément dans le but de faire éclater la société.

      J’admire votre optimisme, et Asselineau a certainement de bonnes idées. Mais l’expérience m’a appris qu’il faut toujours envisager le pire.

    • popov 27 octobre 2016 16:45

      @Fifi Brind_acier


      Même si les Français souhaitaient élire des députés UPR, ce parti est-il capable d’en présenter un nombre suffisant aux législatives ? Je pose la question sans ironie. Je voudrais simplement savoir.

    • Olivier Perriet Olivier Perriet 27 octobre 2016 18:13

      @Fifi Brind_acier

      pour votre info, le dénommé popov n’est ni Français ni FN mais plutôt un ambassadeur venu de l’Est. (ou alors il est là pour discréditer le vent d’Est)


    • Alexis Toulet Alexis Toulet 28 octobre 2016 09:50

      @popov
      Vous dites « Il faudrait une milice de citoyens pour prévenir la guerre civile et la gagner si elle se déclare »


      C’est-à-dire que loin des perspectives de changement pacifique proposées par des partis qui ont une audience de 1% (UPR), 5% (DLF) voire 30% (FN), vous donnez votre préférence à une stratégie de rassemblement de trois clampins avec un tromblon, un pistolet d’alarme et un cutter, qui de votre point de vue offrent des perspectives de changement beaucoup plus assurées.

      Je vous laisse à votre pistolet d’alarme... ou devrais-je dire à votre clavier, car je soupçonne fort que vous n’êtes un guerrier... qu’en ligne. Et un agneau, voire un mouton dans les faits.

      Sinon, il y a aussi une vie réelle dehors vous savez. Vous devriez essayer.

    • popov 28 octobre 2016 13:28

      @Alexis Toulet


      Vous m’avez compris exactement à l’envers. Je ne prône pas la guerre civile, mais l’histoire nous enseigne que l’islam ne s’arrête que là où on l’arrête. Il faut donc s’y préparer pour l’éviter et la gagner si elle se déclare.

      Si la France ne réagit pas, non seulement elle aura une guerre civile, mais elle la perdra parce qu’elle n’a absolument pas les moyens d’y faire face.

      Il faut donc restaurer le service militaire pour tous, sauf les mahométans. Une formation de quelques mois à la lutte anti guerilla urbaine. Les conscrits devraient ramener chez un une arme et un équipement minimum pour pouvoir être mobilisés en masse n’importe quand et n’importe où.

      Ce n’est évidemment pas le plan des politiciens UMPS. Après plusieurs décennies d’incurie, ils ont bien trop peur du peuple pour l’armer. Il ne leur reste donc qu’à lécher le babouches pour que cette guerre civile ne se déclare pas pendant leur mandat.

  • Etbendidon 27 octobre 2016 10:33

    Bon article mais il aurait été intéressant d’expliquer qui est Dupont Gnan Gnan

    ^^

    Dupont Aignan de son vrai nom DUPONT (La …) est né à Paris dans une famille bourgeoise.

    C’est un énarque (peu brillant car simple administrateur civil). Il a bossé avec l’européiste Barnier et le centriste Bayrou (béééé)

    C’est avant tout un conservateur de la vieille droite française catho intégriste.

    Il est anti IVG et anti droit de mourir dans la dignité (comme Poisson et civitas)

    Il a toujours fricoté avec le RPR puis l’UMP pour se faire élire maire et député.

    Il a peu d’amis juste des ralliés, l’homme est égocentrique et se prend pour le sauveur de la France.
    Bref du pipeau

     smiley

    Question : haut fonctionnaire en 1940 sous vichy, qu’aurait-il fait, Pétain ou l’inconnu De Gaulle ?


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 27 octobre 2016 10:49

      @Etbendidon

      j’entends bien mais ces reproches ne sont pas très crédibles non plus ;
      à ce compte là tous les fonctionnaires sont des collabos.

      Et pour en revenir à l’année 1940, il y a très très très peu de Français qui ont suivi De Gaulle (même les militaires basés au Royaume Uni après l’évacuation de Dunkerque ont à 90% préféré repartir).

      En 1940, De Gaulle était bien « cet illuminé qui se prenait pour le sauveur de la France » que vous décrivez


    • Etbendidon 27 octobre 2016 12:07

      @Olivier Perriet
      Je n’aurais pas du parler de Vichy car vous n’avez tilté que la-dessus !
      En ignorant superbement ce que j’ai écrit avant (conservateur etc.)
       smiley


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 27 octobre 2016 13:17

      @Etbendidon
      Conservateur n’a plus de sens dans l’ Europe, on est pour ou contre l’ Europe, on veut en sortir ou y rester.


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 27 octobre 2016 13:24

      @Etbendidon

      c’est que j’étais d’accord (ou alors que je m’en fous smiley )

      Conservateur catho sans doute (bon après c’est pas une tare non plus, il y en a plein).

      Je ne sais pas s’il a bossé avec Bayrou (dans quel cadre ??) ; il a quelques affinités avec lui c’est vrai (le côté unanimiste ni droite ni gauche ), au point de s’être dit récemment « le nouveau Bayrou ».

      J’en ai pas parlé mais on pourrait : l’exemple n’est pas bon stratégiquement car Bayrou est à la ramasse maintenant, après avoir appelé à voter pour F Hollande (jamais compris pourquoi), il fait la courte échelle à A Juppé (idem ??).


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 27 octobre 2016 13:31

      @Etbendidon

      pour en revenir à De Gaulle, il était aussi conservateur, catho, républicain de raison (et pas de coeur), sans doute aussi anti IVG smiley


    • F-H-R F-H-R 27 octobre 2016 14:05

      @Olivier Perriet
      « le côté unanimiste ni droite ni gauche »
      C’est exactement cela !
      Comme pour beaucoup de politiciens, c’est un moyen de ratisser large. En ajoutant un peu de surf sur l’actualité brulante et beaucoup de démagogie, en prenant le sens du vent et en se revendiquant des idées les plus populaires, Dupont-Aignan enfume les crédules.
      La politique est son unique métier.
      Mais nous, nous avons besoin de candidats capables, qui savent s’entourer de vraies compétences et qui sont au service de la France et des Français… Pas de politicards qui ne visent que le pouvoir. Sur ce dernier point, Hollande en est un exemple patent et Dupont-Aignan est du même acabit.


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 27 octobre 2016 14:21

      @F-H-R

      L’ unanimiste c’est vouloir « un gouvernement où les bonnes volontés se regroupent pour prendre les bonnes décisions ».
      C’est un gouvernement soi-disant apolitique : qui décide ce qui est bon ou mauvais ?
      C’est ce que vous voulez, non ?


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 27 octobre 2016 14:26

      @F-H-R
      Qui donc est compétent au FN ?
      Philippot passe son temps à copier les analyses d’Asselineau, profitant de la censure de l’ UPR  ! Je l’ai vu parler de l’ euro à la télé, il n’a même pas su argumenter correctement ce qu’il avait appris...et pourtant, il a fait l’ ENA et HEC...


    • F-H-R F-H-R 27 octobre 2016 14:48

      @Olivier Perriet
      Absolument !
      Si l’on prend l’exemple de Sarkozy, c’est bien ce qu’il a voulu et fait en ralliant des socialistes et autres personnalités de gauche ou du centre.
      Malheureusement, la majorité des Français a été déçu, tout simplement parce que la politique qu’il a mené l’a été contre les intérêts du peuple.
      Il ne suffit pas de dire mais de faire…
      Je crains que, bien souvent, les objectifs partagés par la majorité des électeurs, sont énoncés par les politiciens mais jamais mis en œuvre.
      En ce moment, Le Maire, Hollande, Juppé, Macron, Valls, Le Pen, etc. parlent tous de rassemblement et mettent au centre de leur discours le peuple… Avez-vous confiance en leur sincérité, leur honêteté et leur capacité à mettre en pratique ? Quels sont les exemples probants de leur intégrité et de leur capacité ?


    • F-H-R F-H-R 27 octobre 2016 14:55

      @Fifi Brind_acier
      HEC sans expérience ne vaut rien, quant à l’ENA, c’est l’école des ânes mafieux !
      HEC, ENA, Hollande les a faits, de même que Dupont-Aignan.
      Le FN… quel rapport ? Ils n’ont pas de candidats compétents.


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 27 octobre 2016 16:24

      @F-H-R

      la blague des hommes compétents qui prendront les bonnes décisions est d’inspiration démocrate chrétienne ; c’est Bayrou, repris par Macron. Vous devrez être content, il y a foule au portillon.
      Dans la vraie vie on peut toujours prendre différentes décisions, on est rarement téléguidé dans une seule voie.

      Je conviens que le gaullisme a aussi cette inspiration : ceux qui ne sont pas avec nous c’est l’anti France


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 27 octobre 2016 19:56

      @F-H-R
      Les politiques économiques qui s’appliquent dans les 27 pays de l’ UE sont décidées par la Commission européenne ? article 121 du TFUE.


      Alors, à quoi ça sert de faire des comparaisons entre les candidats, et de discuter des compétences des uns et des autres ?
      A rien, les Traités européens décident des politiques à mener.

      La seule compétence qu’on leur demande, c’est d’appliquer les décisions prises à Bruxelles, à Francfort et à Washington.
      C’est tout.

    • Alexis Toulet Alexis Toulet 28 octobre 2016 09:54

      @F-H-R
      Donc, HEC comme ENA ne forment que des ânes. Mais d’un autre côté, le FN est constitué d’incompétents... parce que les énarques y sont trop peu nombreux, vous voulez dire ?  smiley

      Faudrait savoir !  smiley

    • F-H-R F-H-R 28 octobre 2016 11:44

      @Alexis Toulet
      HEC est une école connue et reconnue mais l’économie et de la gestion réclame beaucoup de pratique au-delà de la théorie et des outils, pour être véritablement compétent en la matière. L’économie n’est pas une science exacte. Donc, être diplômé de HEC, sans avoir pratiqué la réalité concrète de l’entreprise ou de la macro-économie ne suffit pas.
      Quant à l’ENA, Chevènement disait : « L’ENA, c’est purement et simplement deux concours : un concours d’entrée et un concours de sortie. Entre les deux, rien. Et, en particulier, pas de travail de recherche, pas de travail sérieux et approfondi. ». Ceux qui ont eu l’occasion de fréquenter de purs énarques, ne peuvent pas ignorer la vacuité de leur « science ».
      Par ailleurs, c’est une mafia dans la mesure où les postes dans la haute administration leur sont réservés de plein droit, au détriment de diplômés d’écoles ou de facultés infiniment plus formatrices. C’est une pieuvre qui pourrit les institutions et dont les membres sont les véritables décideurs au sein des ministères :
      « Au-delà, il est montré que l’influence des administrateurs oscille de la pré décision au moins à la co-décision souvent. Ce pouvoir se matérialise sous trois formes principales : leur rôle-clé dans la définition interactionnelle de ce qui est « politique » et de ce qui est « administratif’, c’est-à-dire de leur propre champ de compétence ? un pouvoir relatif de blocage des projets qu’ils désapprouvent, un pouvoir de proposition enfin qui, variable selon les lieux, les dote parfois d’un rôle quasi-politique de co-auteurs de la décision. »
      Source : Les Gardiens de l’état, une sociologie des énarques de ministère
      Donc une école à fermer de toute urgence.
      Concernant le FN, il me semble que son développement a engendré des recrutements tout azimute et pas forcément des éléments apte à gouverner, au sens commun du terme.
      J’espère avoir précisé ma pensée.


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 28 octobre 2016 20:22

      @F-H-R
      Les mêmes réformes s’appliquent dans toute l’ Europe, et seule la France à l’ ENA, vous dites des sottises.


      Ce que vous faites s’appelle du populisme. Vous rendrez responsables les intermédiaires, vous dressez les Français contre l’ Etat (c’est ce que faisait Mussolini), sans jamais mettre en cause les vrais donneurs d’ordres, que sont les USA.

      « Qui gouverne vraiment la France et l’ Europe ? »

  • Captain Marlo Fifi Brind_acier 27 octobre 2016 10:52

    Bonjour,
    L’auteur est un peu paumé, il ne sait plus à quels repères se vouer !?
    C’est simple, soit les Partis politiques ont comme priorité n°1 le Frexit.
    Soit ils causent d’autre chose...

    Dupont Aignan refuse le Frexit, et parle donc d’autre chose..., des radars, des autoroutes..., son dada. Dupont Aignan n’est pourtant pas rejeté par les médias, il est passé 49 fois en 2015 dans les émissions matinales les plus suivies en France....
    L’ UPR, qui a le FREXIT en priorité dans son programme, a été invitée 0 fois.


    Dupont Aignan n’est qu’une des multiples variantes politiques qui promettent de « changer l’ Europe ». Tous les Partis politiques nous le promettent depuis plus de 30 ans ! « Il faut une Europe plus démocratique, plus sociale, plus de ceci, et moins de cela.... » Ce qui est à noter, c’est que tous ceux qui veulent « changer l’ Europe » ne sont même pas capables de se mettre d’accord entre eux dans un même pays, alors, vous pensez avec 27 pays !

    Ce qu’ils ne disent pas, c’est que cela ne dépend pas de la France, mais de l’avis unanime des 26 autres pays, qui sont divisés sur tout : sur les frontières, sur les travailleurs détachés, sur la fiscalité, les paradis fiscaux, les sanctions contre la Russie, sur l’ OTAN, sur les migrants, ou sur la politique de la BCE....

    Ils cachent tous sciemment l’article 48, qui impose l’unanimité pour changer une virgule dans les traités, et qui fait qu’une Autre Europe n’est pas possible. Il n’y aura jamais 27 pays dirigés en même temps par 27 Mélenchon, 27 Dupont Aignan ou 27 Le Pen.

    De plus Dupont Aignan a déclaré à Sud radio le 2 octobre :
    « Je ne suis pas favorable au FREXIT, il faut se donner une chance pour bâtir une Europe des Nations et des projets concrets. »
    Au moins, c’est clair, il peut désormais s’occuper des radars et les autoroutes !

    • rogal 27 octobre 2016 11:12

      @Fifi Brind_acier
      La priorité n° 001 c’est le Référendum d’Initiative Populaire (Citoyenne si l’on préfère) parce que, pour le Peuple, c’est la clef de l’exercice réel de la souveraineté. Une sortie de l’UE, entre autres, s’ensuivra si le Peuple l’impose.
       
      Je prône l’abstention à toutes les élections nationales jusqu’à ce que cette revendication soit effectivement satisfaite. Professionnels de la promesse, passez votre chemin.


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 27 octobre 2016 11:28

      @rogal
      Vous avez raison, c’est la démocratie. L’UPR propose aussi le RIP, après la sortie de l’ UE.
      Avant, cela ne sert à rien, c’est la Commission européenne qui a l’initiative des Lois, 80% de nos lois sont d’origine européenne.... De plus, la Commission est gangrénée par des milliers de lobbies, qui se fichent des intérêts et de l’avis des citoyens comme de leur première chemise....


      Pour que votre idée entre dans les faits, il faut :
      - arriver au pouvoir dans le cadre des lois actuelles.
      - aller voter et ne pas s’abstenir.
      - obtenir la Présidence et la majorité à l’ Assemblée nationale.

      Ce n’est pas en restant sous votre couette que ça fera avancer le schmilblick ....


    • Trelawney Trelawney 27 octobre 2016 11:32

      @Fifi
      Si jamais Asselineau, Dupont Aignan et Lepen arrivent à leur fin à savoir un référendum pour savoir si on quitte ou pas l’UE et l’euro. Si (on ne sait jamais) le oui pour quitter l’UE et l’euro l’emporte. Combien de temps mettront-il pour se mettre en congés de la politique et lequel des trois le fera le premier ?

      La réponse est : ils le feront tous les trois et pour celui qui le fera en premier, je mets une petite pièce sur Asselineau, mais il faudra la photo finish pour les départager


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 27 octobre 2016 11:55

      @Fifi Brind_acier

      il vaut mieux être paumé que borné ? Vraiment je ne saurais dire.

      Vous devriez être content, le Royaume Uni teste, sous nos yeux ébahis, l’application de l’article 50 :
      Je comptais sur vous pour en faire l’analyse détaillée, vraiment vous me décevez smiley

      Euh, sinon, le retour des réfugiés syrien après l’intervention russe (votre promesse d’il y a 6 mois) ça en est où ??


    • Etbendidon 27 octobre 2016 12:09

      @Fifi Brind_acier
      Bonjour fifi
      Mais Dupont gnan gnan il est député maire alors que Asselieau il n’est meme pas conseiller municipal d’un petit patelin !
       smiley


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 27 octobre 2016 13:19

      @Trelawney
      La question n’est pas de se mettre en congé de la politique, mais d’appliquer le programme prévu !
      Le congé, ce sont les électeurs qui le donne.


    • rogal 27 octobre 2016 13:43

      Vous ne m’avez pas convaincu sur le point de la priorité, Pippi Långstrump.

      Et ne me cherchez pas sous ma couette, coquine, mais sur le mont d’où je lance cet appel à mes concitoyens : RSA ! Retrait sur l’Aventin tant que n’aura pas été mis en place, de manière effective, le Référendum d’Initiative Populaire.


    • popov 27 octobre 2016 14:25

      @Fifi Brind_acier


      C’est bien cette idée de gouverner par referendum. Mais ce n’est pas, à ce que je sache, prévu par la constitution. Il faudra donc la changer et pour cela, il faut une bonne majorité à l’assemblée nationale.
      Me trompes-je ?

    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 27 octobre 2016 14:30

      @Olivier Perriet
      Le sujet du billet n’est pas le Brexit, mais Dupont Aignan.
      Le retour des réfugiés syriens est lié à la bataille d’Alep.


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 27 octobre 2016 14:32

      @popov
      Evidemment, il faudra modifier en profondeur la Constitution, c’est le chapitre 2 du programme de l’ UPR.


    • Trelawney Trelawney 27 octobre 2016 14:34

      @Fifi Brind_acier
      La question n’est pas de se mettre en congé de la politique, mais d’appliquer le programme prévu !
      Le congé, ce sont les électeurs qui le donne.

      Allez dire cela à Boris Johnson, Michael Gove, Hilary Benn et Nigel Farage


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 27 octobre 2016 14:37

      @rogal
      Et ça va vous servir à quoi ?
      Pour avoir la démocratie, il faut un démos, un peuple.
      Et il n’y a pas de peuple européen.


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 27 octobre 2016 16:21

      @Fifi Brind_acier

      je veux juste juger vos pronostics à leurs résultats ; comme vous avez été absente quelques jours je m’inquiétais de ne pas avoir eu de réponse.

      n’hésitez pas à me répondre une autre fois


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 27 octobre 2016 20:03

      @Trelawney
      Je ne comprends rien à ce que vous expliquez.
      Les Conservateurs anglais étaient divisés sur le Brexit. Cameron n’avait rien préparé et pensait que les Britanniques voteraient pour le maintien.
      Où est le rapport avec l’ UPR ?


      L’UPR se prépare depuis 9 ans au Frexit, cela n’a rien de comparable.

    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 27 octobre 2016 21:14

      @Etbendidon
      Comparons ce qui est comparable... Dupont Aignan se soumet à l’oligarchie qui dirige les médias, et passe donc 49 fois dans les émissions matinales en 2015.


      Asselineau : 0 fois. Quand vous voulez défendre les intérêts des Français en sortant de l’ UE, l’oligarchie vous censure. Il n’y a donc pas égalité de traitement médiatique. Alors que l’ UPR a au moins le double ou le triple d’adhérents.

      FR3 a refusé de laisser entrer Asselineau lors d’un débat entre candidats dans le Lot et Garonne, alors qu’il était candidat à la législative partielle pour remplacer Cahuzac.

      FR3 vient de refuser de couvrir l’Université de l’ UPR.


    • Alexis Toulet Alexis Toulet 28 octobre 2016 10:15

      @Fifi Brind_acier


      Sur la nécessité du Frexit, vous avez raison.

      Sur la position de Dupont-Aignan au sujet du Frexit, vous avez raison.

      Concernant Marine Le Pen...   smiley

      elle promet déjà, si elle était élue présidente de la République, d’organiser dès le début de son mandat un référendum sur le « Frexit » : le maintien ou non de la France dans l’UE

      Marine Le Pen, se prononce résolument pour l’organisation d’un référendum en Franceaprès la victoire du « Brexit » au Royaume-Uni

      Si elle est élue à la présidence de la République en 2017, la présidente du FN promet d’organiser un référendum sur l’appartenance de la France à l’Union européenne

      - Le 4 septembre dernier sur le site du Front National
      Il y a urgence à retrouver notre pleine et entière souveraineté commerciale et donc, comme les Britanniques, à quitter l’Union européenne. Seul un « Frexit » permettra aux Français de dire définitivement « non » à tous ces Traités de libre-échange voulus par Bruxelles



      Il faudra qu’elle et eux le disent combien de fois pour que vous acceptiez l’évidence et que vous leur accordiez votre confiance  smiley ?

    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 28 octobre 2016 20:29

      @Alexis Toulet
      Il faudrait que soit écrit dans le programme officiel du FN, la phrase :

      « Le FN est pour la sortie unilatérale de la France de l’ UE et de l’ euro par l’article 50, et la sortie de l’ OTAN par l’article 13 du Traité de l’ Atlantique Nord ».

      Vous pouvez lire la page Europe du programme officiel du FN, cette phrase n’est écrite nulle part.

      Apprenez qu’il n’y a en France que 2 documents politiques officiels :
      - les professions de foi des candidats qui sont conservés aux Archives Nationales.
      - les programmes officiels des Partis politiques.

      Tout le reste, c’est du vent.


  • G. N’Doutpa 27 octobre 2016 11:31

    Malheureusement, la psycho-rigidité du grand timide D-A est peu compatible avec la démocratie et ses nécessaires et sinueux compromis.
    Alors, une seule solution, Olvier-la-Science Président ! A vie !
    Salut et fraternité.


  • Tythan 27 octobre 2016 12:27

    Merci à l’auteur pour cet article intéressant qui donne à réfléchir pour le militant de Debout La France que je suis.

    En fait, je n’ai pas grand chose à commenter, partageant bon nombre des opinions de l’auteur.

    Je vais quand même répondre à quelques questions posées : la première, c’est que bien entendu la candidature de Nicolas Dupont-Aignan est de témoignage, sa fonction est tribunicienne. A aucun moment, même le militant le plus dévoué de NDA ne peut sincèrement penser qu’au soir du 2ème tour, c’est NDA qui serait vainqueur. Nous partons de trop bas, malheureusement.

    Deuxième point sur le FN. Oui, le principal reproche que l’on peut faire au FN est avant tout son histoire. C’est un parti excessivement clivant, qui suscite des inquiétudes et un rejet fort. Inquiétudes qui ne sont pas complètement délirantes : le passé du FN (fondé par des nostalgiques de Vichy et de l’OAS), mais aussi certaines positions actuelles (préférence nationale, question de la peine de mort, sur l’IVG) font quand même désordre. Il y a également une autre différence : le FN a pris un virage très à gauche sur l’économie, que n’a pas épousé DLF (même si sur certains points, DLF va trop loin à mon goût). Je trouve dans l’ensemble le programme économique de DLF moins démagogique, promettant moins de raser gratis en cas d’élection.

    Toujours sur le FN, je réfute votre théorie selon laquelle si NDA n’est pas diabolisé, c’est parce qu’il serait trop petit. Ce que vous oubliez, c’est qu’il y a eu, et depuis des années, des tentatives en ce sens de la part d’une certaine gauche extrémiste et/ou bien-pensante. Ces tentatives n’ont jamais pu prospérer. Pourquoi ? Parce que NDA est absolument irréprochable. Vous ne pourrez jamais retrouver aucune déclaration xénophobe dans sa bouche.

    Autre commentaire sur le résultat des régionales : ce résultat a été quand même dans l’ensemble assez bon. DLF a obtenu grosso modo 4% des voix, ce qui est considérable. Ce qu’il est intéressant d’observer, c’est que nous avons obtenu 6,5% en IDF, là où NDA bénéficie d’une forte notoriété due à sa réussite d’élu local, saluée par tous. Dans les autres régions, nous n’avions pas de candidats connus, alors que les thématiques régionales sont peu développées à DLF... Je pense donc que l’étiage de DLF aux régionales auraient pu être encore plus élevé s’il s’était agi d’une autre élection (des européennes par ex).

    Cela change tout par rapport au FN qui a fait du rejet de l’immigration son fonds de commerce.

    Dernier point sur lequel je ne partage pas la vision de l’auteur : c’est sur la question du 2nd tour des régionales. Contrairement à ce qui est écrit, la position sur le second tour était tout sauf une surprise puisque NDA avait eu la même attitude lors des précédentes élections (présidentielles et cantonales).

    Je trouve cette position tout à fait équilibrée, d’autant que nos scores relativement faibles ne nous permettaient pas d’avoir une influence. En revanche, pour l’élection présidentielle de 2017, je ne comprendrai pas que NDA (s’il fait un score de plus de 5%) n’indique pas, sans donner de consignes de vote, quel choix lui pense le moins défavorable pour le pays.

    Sinon, pas étonnant de voir les militants/adeptes de l’UPR surgir sur cet article, la bave aux lèvres. Combien de temps va-t-on laisser ces malades sévir sur AV ?


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 27 octobre 2016 13:46

      @Tythan
      Le rôle de l’ UPR est de montrer ce que les Partis politiques ne disent pas, en particulier, qu’ils ne citent jamais les articles des Traités européens qu’ils vont être contraints d’utiliser.
      Alors, je vais décortiquer la question du changement des Traités européens, encore une fois.


      Dupont Aignan veut « changer l’ Europe », fort bien. Comment fait-on ?
      On applique l’article 48 du TFUE qui permet de changer les Traités .
      "Les modifications entrent en vigueur après avoir été ratifiées par tous les États membres conformément à leurs règles constitutionnelles respectives.« 

      En clair, »ratifiés par tous les Etats membres", cela veut dire qu’il faut l’unanimité des 27 pays pour changer une virgule dans les Traités. Cela ne dépend pas de l’avis de la France, mais de tous les autres. Si Dupont Aignan, Mélenchon, Marine le Pen ou le Pape, n’ont pas l’accord unanime des 26 autres, rien ne changera. 

      Mais cela, Dupont Aignan ne l’explique pas. Il fait croire qu’il suffit d’arriver au pouvoir, et pffft, coup de baguette magique, ça va changer les traités !

      Si l’ UPR a choisi la sortie par l’article 50, c’est que cela ne dépend que des Français. Il suffit, on l’a vu pour le Brexit, que la majorité des Français soit d’accord pour le Frexit. On s’en fout de ce pensent les autres pays, on a le droit de sortir, on sort !


      Le Frexit ne dépend pas de l’avis des autres pays. Alors que le changement dans les Traités oui, il dépend de l’avis de tous autres pays ! Et cet accord unanime, vous ne l’aurez jamais sur l’ensemble des milliers d’articles des Traités, vu qu’ils sont divisés sur tout.

    • Odin Odin 27 octobre 2016 13:52

      @Tythan

       « si NDA n’est pas diabolisé, c’est parce qu’il serait trop petit. »

      Non, c’est parce qu’il fait parti du système et DLF n’a pas d’autre objectif que celui de siphonner des voix au FN. 

      « Parce que NDA est absolument irréprochable. »

      Irréprochable ? Une personne qui sort de l’ENA (promotion Liberté-Egalité-Fraternité) ne sait pas ce qu’est la F.A.F. alors qu’il est pour la souveraineté de la France ?

      Il fut nommé « Young-leader » par la F.A..F. en 2001 et suite à sa nouvelle « mission », son nom disparaît de la F.A.F. en 2011. 

      Cordialement.


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 27 octobre 2016 14:17

      @Odin
      Avec 25 millions d’abstentionnistes, il faut être parano pour s’imaginer que tout le monde veut siphonner le FN....


    • Las_Casas Las_Casas 27 octobre 2016 14:58

      @Odin
      Bonjour
      J’ai peur que « grace » au FN, nous allons avoir Hollande/Valls/Macron au second tour face à Sarko ou Juppé ....


    • Odin Odin 27 octobre 2016 15:00

      @Fifi Brind_acier

      Oui vous avez raison et comme bon parano, pour rependre votre expression, en plus de DLF j’y ajoute l’UPR comme cela vous ne serez pas jalouse d’un autre micro parti fondé pour les mêmes objectifs, faire croire que l’on peut changer les choses en politique avec DLF 2% + UPR 2%. Je suis pragmatique et réaliste, dans 7 mois si l’on veut virer PS+UDI+LR il n’y a pas 50 solutions tout en étant conscient que l’UPR a un bon programme.


    • Odin Odin 27 octobre 2016 15:13

      @Las_Casas

      Il y a toujours des rebondissements en politique et particulièrement à la veille d’élection.

      A moins d’un événement très important qui suspendrait les élections, il nous faudra attendre le mois de mai pour connaître la volonté des français.


    • Tythan 27 octobre 2016 16:06

      @Fifi Brind_acier

      Je t’ai déjà répondu directement aux objections que tu m’opposes, et ce à plusieurs reprises. Réfère toi à mes réponses précédentes : si tu as une question plus précise, n’hésite pas mais je ne vais pas me fatiguer à perdre mon temps.


    • Tythan 27 octobre 2016 16:08

      @Odin

      Ainsi vous aussi faites partie des personnes abusées par la calomnie des young leader... J’ai fait un article dont une partie traite de ce sujet, voici le lien :

      http://tythan.over-blog.com/2016/06/nouvelles-attaques-de-francois-asselineau-a-l-encontre-de-nicolas-dupont-aignan.html

      NDA est irréprochable dans cette affaire, il faut arrêter de raconter n’importe quoi.


    • Alexis Toulet Alexis Toulet 28 octobre 2016 10:54

      @Tythan


      Je voudrais vous répondre sur plusieurs points :

      - « Oui, le principal reproche que l’on peut faire au FN est avant tout son histoire. C’est un parti excessivement clivant, qui suscite des inquiétudes et un rejet fort »
      C’est tout-à-fait exact : il s’agit là du principal reproche. Autrement dit, le pire que l’on puisse dire contre le FN est d’une part que certains (et certains seulement) de ses fondateurs avaient eu des rapports avec l’OAS et la collaboration... il y a 44 ans, donc, puisque le FN fut fondé en 1972. Sachant bien évidemment que beaucoup, beaucoup d’eau a passé depuis sous les ponts, que le FN n’est partisan d’aucune guerre (il s’est opposé par exemple à celle de Libye) et s’oppose frontalement à tout ce qui pourrait ressembler à une collaboration avec un maître extérieur... comme par exemple les institutions de l’UE ! Donc qu’il est en réalité totalement éloigné aujourd’hui de ce qui était un passé douteux d’une partie de ses fondateurs... il y a une génération et demie.
      Et oui, ce parti reste clivant aux yeux d’un grand nombre de Français, à cause de ce passé monté en épingle par tous ses adversaires, évidemment intéressés. Mais d’une part cette propagande n’est pas de son fait... d’autre part, elle est de moins en moins efficace, comme le montre l’évolution du FN dans les dernières années.

      - « certaines positions actuelles (préférence nationale, question de la peine de mort, sur l’IVG) font quand même désordre »
      Des précisions sont nécessaires.
      - La préférence nationale signifie à compétence égale favoriser le Français par rapport à l’étranger pour l’attribution d’un travail
      - Marine Le Pen a annoncé en cas d’élection un référendum sur la peine de mort, proposant soit son rétablissement, soit son remplacement par une détention à vie effective sans rémission (qui n’existe pas dans le droit actuel)
      - Le FN ne prévoit pas de changer le statut légal de l’IVG. Il a été question il fut un temps d’encourager l’accouchement sous X afin de tenter de diminuer le nombre des avortements, mais je n’ai pas été vérifier si c’est toujours dans la version actuelle du projet
      Ces positions peuvent être estimées inacceptables, ou acceptables. A chacun de se faire son opinion.
      Personnellement par exemple, je suis opposé à la peine de mort et je voterai « Non » à ce référendum s’il a lieu. Mais cela ne choque absolument pas que la question soit décidée démocratiquement, c’est-à-dire par référendum.

      - « le FN a pris un virage très à gauche sur l’économie, que n’a pas épousé DLF »
      C’est parfaitement exact.
      Après, la qualification « très » à gauche... est une question de point de vue. smiley
      Disons que DLF est clairement un parti de droite sur les questions économiques, et le FN davantage un parti qui tente de marier sans parti pris des propositions économiques classées « droite » et d’autres classées « gauche ». L’un pensera que c’est très à gauche, l’autre très à droite... suivant leurs convictions personnelles.

      - « FN qui a fait du rejet de l’immigration son fonds de commerce »
      Non. Cela a pu être vrai à une époque. Voilà bien longtemps que ça ne l’est plus.
      Que le FN souhaite limiter très fortement le niveau actuel d’immigration, cela reste vrai. Ce n’est d’ailleurs pas une position délirante quand on se souvient du niveau du chômage, de celui du sous-emploi, et du fait que la majorité des nouveaux immigrants (certes il y a des exceptions, mais elles ne totalisent qu’une minorité) ont des formations plutôt plus basses que la moyenne des Français, leur rendant encore plus difficile de trouver un emploi. Et si des immigrants n’ont pas de travail, comment assurer leur intégration puis leur assimilation ?
      En revanche, il ne s’agit certainement pas d’un « fonds de commerce », mais d’une position du FN parmi plusieurs, entre souveraineté du pays, protectionnisme intelligent (c’est-à-dire avant tout pensé, négocié et modéré), extension du rôle du référendum, insistance sur la laïcité, esprit de décision pour assurer l’ordre public, etc.
      S’il fallait définir la position la plus centrale du FN, la plus importante en un mot quoique ne résumant pas tout, ce serait la souveraineté du pays et du peuple, et pas autre chose.

      - « En revanche, pour l’élection présidentielle de 2017, je ne comprendrai pas que NDA (s’il fait un score de plus de 5%) n’indique pas, sans donner de consignes de vote, quel choix lui pense le moins défavorable pour le pays »
      Tout-à-fait d’accord. Sauf surprise, Dupont-Aignan ne sera pas au second tour, tandis que Le Pen et le candidat LR y seront. En revanche, DLF aura rassemblé environ 5% des voix, peut-être davantage, si bien que la parole de NDA sera attendue et aura un poids significatif, peut-être même considérable.
      Un responsable politique dans cette position, face à un second tour représentant un véritable choix sur des sujets fondamentaux, ne peut décemment éviter de donner son opinion personnelle et le conseil qu’il peut donner en conscience. 
      C’est-à-dire de dire s’il vaut mieux à son avis cinq ans de plus d’UE, d’OTAN, d’austérité, de destruction de l’industrie du pays et d’extension du domaine du chômage.
      Ou bien le changement proposé par MLP, parallèle pour la grande majorité à celui que lui-même propose, à la différence de l’économie où DLF est plus à droite et du référendum sur la peine de mort.
      Ah oui, sans oublier le fait que lorsque Marine Le Pen avait quatre ans, certains des confondateurs du FN avec son père avaient un passé OAS. smiley



    • Tythan 28 octobre 2016 13:55

      @Alexis Toulet


      Merci Alexis pour ce commentaire pondéré et intéressant qui nous change un peu, il faut bien le dire, de beaucoup des commentaires d’Agoravox. 

      Je partage beaucoup de vos opinions. Moi aussi, je crois que le passé sulfureux du FN perd de son importance avec le temps. Mais pas pour moi. 

      Enfin, si je suis d’accord avec vous pour dire que la parole d’un NDA à 5% (ce qui n’est pas, loin s’en faut, une position déjà acquise) aurait un poids important au 2nd tour des présidentielles. En revanche, et même à supposer une Marine Le Pen au second tour (ce qui là est beaucoup plus probable), l’influence de Nicolas Dupont-Aignan ne sera pas déterminante, à la fois parce que même numériquement cela ne suffirait pas et surtout en raison de ce que nous avons pointé ci-dessus.

      Marine Le Pen, quel que soit son score au premier tour et quels que soient les candidats qui lui seront opposés au 1er tour comme au 2nd, n’a pratiquement aucune chance en 2017. La France n’est pas prête.


    • Odin Odin 28 octobre 2016 14:02

      @Tythan

      Je respecte les leaders des partis politiques qui oeuvrent pour un retour de notre souveraineté nationale (FN-UPR-DLF-PRCF). Ce qui me gène avec NDA c’est d’avoir été membre de la FAF et de ne pas reconnaître publiquement d’avoir commis une erreur grossière en ayant été young leader.

      J’ai lu votre article et je comprends mieux votre position. Je peux vous dire que vous vous trompez lourdement en minimisant, comme vous le faites, le rôle de la FAF.

      Pour mieux comprendre ma position, il serait souhaitable que vous fassiez quelques recherches sur notre monde unipolaire ainsi et surtout sur les personnes qui ont créé le CFR, Bilderberg, Davos, Trilatérale, Ur Loge et que vous mettiez en corrélation ces immondes personnages avec la quarantaine de membres du directoire de cette FAF. Vous pourriez ainsi découvrir que la FAF est en réalité un maillon de cet état profond qui a un seul objectif, la création d’un NOM, c’est-à-dire en complète contradiction avec notre souveraineté nationale.

      Cordialement.


    • Odin Odin 28 octobre 2016 15:46

      @Tythan

      « Marine Le Pen,… , n’a pratiquement aucune chance en 2017. »

      Il ne faut vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué.

      Une meilleure solution pour virer définitivement les pro atlantistes (PS/UDI/LR) serait que certains mettent de côté leur ego démesuré pour penser au devenir de la nation à la place des ors de la république et se rassembler derrière la liste ayant la meilleure chance de l’emporter.

      Le patriotisme n’est pas qu’un vain mot lancé d’une estrade. 


  • Las_Casas Las_Casas 27 octobre 2016 13:15

    Bonjour,

    Dupont Aignan était (ou est) un Young Leader, lui et bien d’autres :

    https://www.crashdebug.fr/diversifion/3895-nicolas-dupont-aignan-et-arnaud-montebourg-avec-francois-hollande-membres-des-young-leader-de-la-faf-ca-vous-parle

    "..... Comme on peut le constater, n’entre pas qui veut à la FAF (French-American Foundation). Les gagnants sélectionnés sont véritablement « la crème de la crème » parce que tout simplement, il faut véritablement montrer patte blanche. Par conséquent, les noms américains et français, membres des Young Leaders, sont véritablement une élite dont l’objectif officiel est de « renforcer la relation franco-américaine considérée comme un élément essentiel du partenariat transatlantique ». Côté américain, nous pouvons relever le président Bill Clinton ; sa femme, Hillary Clinton ; l’ex-patron de l’OTAN en Europe, le général Wesley Clark... La liste est longue. Dans le cas des Young Leaders français, nous trouvons de nombreux journalistes comme Christine Ockrent, Jean-Marie Colombani (Le Monde), Emmanuel Chain, Jérôme Clément (président d’ARTE) ; mais aussi de nombreux députés socialistes, François Hollande, Pierre Moscovici, Arnaud Montebourg ; et de l’UMP, Alain Juppé, Yves Censi, Valérie Pécresse, Philippe Auberger, Jacques Toubon, Eric Raoult ou encore Nicolas Dupont-Aignan [2]......."

    http://www.dailymotion.com/video/xfqsrp_dupont-aignan-s-explique-sur-les-young-leaders_news


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 27 octobre 2016 14:15

      @Las_Casas
      Oui, il est Young leader, mais on peut changer d’avis ! Sauf que Dupont Aignan est toujours sur la même ligne «  changer l’ Europe pour une Europe des Nations. »
       
      « Europe des Nations », c’est un oxymore. Définition du mot oxymore.
      Les deux termes sont contradictoires. C’est comme si on disait « un pays colonisé libre ».
      C’est un truc qui n’existe pas.


      ** Ou bien chaque Nation est souveraine, chacune fait ce qu’elle veut, signe des accords de coopération dans le monde entier, vote les lois qu’elle veut, et on cesse de parler de construction européenne. C’est ce que propose l’ UPR.

      ** Ou bien on reste dans un système fédéral, entre Etats européens, sous domination US, avec les Traités européens actuels modifiés, s’il y arrive. Mais dans ce cas, on ne peut plus parler de souveraineté, puisqu’on reste liés constamment aux décisions des autres, avant, pendant et après les Traités modifiés. C’est ce que propose Dupont Aignan.

      Voilà où nous en sommes, sans compter que Dupont Aignan refuse tout débat public avec Asselineau, à qui il refuse même de dire bonjour quand il le croise...

  • Tythan 27 octobre 2016 16:10

    @ Las Casas

    Cette théorie complotiste des young leader est complètement incohérente. Elle est plus pathétique qu’autre chose.

    Si vous voulez vous cultivez, un lien sur le sujet :

    http://tythan.over-blog.com/2016/06/nouvelles-attaques-de-francois-asselineau-a-l-encontre-de-nicolas-dupont-aignan.html

    @ Fifi

    Franchement, des fois, je me demande si tu y crois vraiment à toutes les conneries que tu écris...


  • Olivier Perriet Olivier Perriet 27 octobre 2016 18:44

    Bonjour,

    Je n’ai pas beaucoup à rajouter moi non plus ;
    sur la diabolisation, de voir que même jl Mélenchon y est passé en 2011-2012, ça a donne à réfléchir. D’ailleurs, la façon dont les grands médias traitent DLF c’est toujours par rapport au FN . L’équation posée c’est DLF=FN=pas bon.

    Et si on ne peut pas trouver de déclaration xénophobe chez NDA c’est aussi tout simplement parce qu’on ne les a pas cherchées et qu’on ne les a pas écoutées.

    Quand on est pas connu on peut déconner plus

    Sur le deuxième tour des régionales (et en anticipant les présidentielles), plus que le résultat, c’est la méthode qui me choque :
    on ne peut pas dire à priori qu’on s’en lave les mains.

    Qu’on conclue, « après réflexion, discussion... on fait ou on ne fait pas » oui, mais là il n’y a ni réflexion, ni discussion, c’est...non envisagé.

    J’avais lu une étude électorale (sondage) disant qu’en 2012, 50% des électeurs de NDA avaient mis leur choix en balance avec le vote M Le Pen. Compte-tenu du faible nombre de ceux-ci (en plus dans le sondage il n’a pas dû en avoir des masses) ça vaut ce que ça vaut.
    Sans doute les cadres attachés à la respectabilité ne veulent pas traiter avec ces malotrus.
    Mais je vois mal comment raisonner de façon réaliste en faisant comme si ça n’existait pas.

    Au final je suis moins « optimiste » que vous :

    si aucune réflexion n’a eu lieu pour les régionales (alors que franchement ce ne sont que des régionales, une région n’a pas un impact énorme), je vois mal comment il y aurait une démarche différente pour le 2e tour de la présidentielle 2017.


    • Tythan 27 octobre 2016 21:00

      @Olivier Perriet

      Merci pour votre réponse Olivier. Sur le 2ème tour des présidentielles, il est normal que NDA n’en parle pas : il ne va pas se griller auprès des journalistes. Comme je ne suis pas dans sa tête et n’ai qu’un accès limité à ses cadres (qui à mon avis n’en parlent pas forcément beaucoup), je ne sais pas ce qu’il se passera. Je peux juste vous dire que je serais déçu si Nicolas Dupont-Aignan n’indiquait pas quel sera son choix.

      On ne va pas se cacher derrière son petit doigt, le fait que le FN soit au 2nd tour pose question. Je pense que si NDA arrive à arracher au FN des concessions importantes, aussi bien sur le fond (abandon de la préférence nationale, condamnation sans équivoque de tout racisme et xénophobie, arrêt de la primauté donnée au combat contre l’immigration etc.) que symbolique (notamment la promesse de changer le nom du FN, condamnation sans équivoque aucune du régime de Vichy et de l’OAS), alors un rapprochement serait possible étant précisé que pour ma part jamais je ne pourrai mettre un bulletin Le Pen dans l’urne.

      Si vous retrouvez l’étude dont vous parlez, cela m’intéresserait de pouvoir la lire. Je suis un peu surpris de votre résultat : pour moi, les électorats de DLF et du FN ne sont pas les mêmes. Les électeurs DLF ne veulent pas voter FN pour son extrémisme et ne se reportent pas ou peu sur le FN au second tour. On l’a d’ailleurs vu aux régionales, où en IDF au 2nd tour, alors que DLF avait fait un score important au premier tour (6,5% des voix), le FN a en fait régressé au 2nd !

      Après sur le fond de l’avenir de DLF, je ne suis bien évidemment pas du tout optimiste. DLF reste trop petit et n’a pas vraiment réussi à changer de dimension. NDA est trop pris par le temps en raison de ses multiples activités et arrive à un seuil de saturation dans sa capacité de travail : entre la gestion locale (maire, président de sa communauté d’agglo qui en plus est conflictuelle avec les escrocs de LR Draveil), ses indispensables apparitions médiatiques, il n’a plus le temps pour gérer le fond des dossiers nationaux et la gestion du parti DLF. Beaucoup de ses collaborateurs les plus proches sont des types super, intelligents et dévoués, mais trop jeunes. Ils manquent d’expérience et ceux qui l’ont sont accaparés par la politique locale en Essonne (et là je pense que vous savez à qui je fais allusion).


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 28 octobre 2016 09:44

      @Tythan

      j’avais téléchargé l’étude mais je ne l’ai plus c’était trop gros.

      De mémoire ça venait du ministère de l’intérieur qui renvoie maintenant vers le Cevipof. Il y a des documents qui sont consultables encore maintenant et qui s’appellent « présidoscopie 2012 » http://www.cevipof.com/fr/2012/recherche/panel/

      ça me semble correspondre à ce que j’avais vu.

      les enquêteurs ont interrogé des électeurs sur leurs motivations, leurs revirements... Il y a avait une partie sur « si vous n’aviez pas choisi votre candidat quel aurait été votre 2nd choix ».
      Après le problème avec des formations qui font des petits scores, c’est que les résultats sont vites biaisés ; peu de sondés avaient choisis NDA, donc on tombe vite sur « il y en a 1 sur 2 qui... ».


  • Frédéric MALMARTEL Le Kergoat [Frédéric MALMARTEL] 27 octobre 2016 20:59

    Je viens de rentrer.
    Je réponds.
    RER supprimés parce que pas entretenus...
    Le matin, tu fais 3 wagons, avant d’en trouver un où le chauffage marche.
    Les vitres pétées que tu ne peux pas remonter...
    Etc...etc...

    Réponse de l’UMPS : ils vont faire le Grand Paris. Des trains sur la grande ceinture de Paris dont personne n’a besoin. Coût 1 milliard.

    Réponse de Nicolas Dupont-Aignan : On répare d’abord les RER qui ne marchent pas avant de s’engager dans la gabegie !

    Dans ville Nicolas Dudpont-Aignan est réélu avec 80%

    Question : qui est dans l’impasse ???


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 27 octobre 2016 21:33

      @Le Kergoat [Frédéric MALMARTEL]
      Si les transports sont le principal sujet d’intérêt pour Dupont Aignan, pas la peine d’avoir un Parti politique, il y a des Associations d’usagers pour cela ....


      Sur les changements dans les Traités européens, vous ne répondez pas plus aux questions que Tythan. Car il y a de la concurrence sur ce créneau :
      Marine le Pen, Mélenchon, et maintenant Benoît Hamon qui veut aussi « une Autre Europe »...
      « Démocratiser et repolitiser l’ Europe »...

      Voici ce qu’explique l’ UPR :
      - Les 27 peuples sont différents, ils ont chacun une histoire, une culture, une géographie, une économie différente, qui font qu’ils ont des intérêts différents.

      - La solidarité entre eux ne se décide pas sans leur accord.

      - Aucun candidat français, ni Président français n’a le pouvoir d’obliger les Polonais, les Irlandais, les Lettons ou les Chypriotes à s’aligner sur son programme.

      - Et enfin, l’article 48 impose l’unanimité pour changer les Traités européens.


      Que répondez vous à cela ?

  • Legestr glaz Ar zen 28 octobre 2016 08:25

    Vous écrivez : 


    « Tout ceci dégage une furieuse impression d’amateurisme, d’irénisme, voire de je m’en foutisme, assez étrange pour des politiciens professionnels habitués des élections et si préoccupés de l’avenir du pays. »

    Il n’y a pas du tout d’amateurisme. Certains partis sont portés par les puissances de l’argent, qui maitrisent tous les médias, afin de « diviser » la colère du peuple. 
    Le FN en est l’exemple type. Aucun des milliardaires possesseurs des médias TV, radio et presse écrite, ne fait allégeance au FN. Aucun. Et pourtant le FN est promu constamment dans ces médias. Pourquoi ? Parce qu’il fait de bons résultats aux élections ? Ceci n’empecherait nullement les médias de grande diffusion de boycotter le FN s’il n’y avait derrière un intérêt supérieur. Et cet intérêt supérieur est bien identifié. Le FN permet de capter une partie de la colère du peuple. Ce peuple si fermé à la compréhension des manoeuvres politiques, ce peuple manipulé et objet de toutes les propagandes. Les médias de grande diffusion sont au service de cette cause.
    Le FN, parce qu’il est porté par les « grands médias », tout en apparaissant comme un parti « clivant », ne pourra jamais fédérer sur son programme la moitié des voix des électrices et des électeurs. Peut être réunira t-il 7 à 8 millions de votes mais c’est largement insuffisant pour tenir tête au « front républicain », le célèbre « front républicain » qui emportera tout sur son passage. 

    Quant à NDA, objet du présent article, comme MLP ou JLM, il propose « une autre Europe », de « renégocier les traités ». Il n’est pas interdit dans l’Union européenne qu’un pays sollicite la modification des traités. C’est expressément prévu à l’article 48 du TUE. Une demande de modification des traités sera donc, d’une manière obligatoire, tenue d’être examinée selon le processus mis en place par l’article 48 du TUE. 

    La seule question qui vaille la peine d’être posée, à tous les « supporters » de ces personnages politiques qui ne jurent que par la « renégociation des traités », c’est de dire ce qu’ils souhaitent modifier dans les traités. Or, de ceci, il n’en est jamais question. Strictement jamais. Ni NDA, ni MLP, ni JLM n’indiquent jamais quels articles ou quelles dispositions ils entendraient modifier. Et ceci est de la plus extrême importance. Parce que vouloir modifier les traités c’est donner une autre orientation à l’UE. Et cette orientation déterminera toute la politique qui sera faite en France. La moindre des choses pour des personnages politiques responsables et cohérents c’est d’annoncer quelles dispositions ils voudront voir modifiées. Mais puisque ces hommes et femmes politiques mentent à leurs électrices et à leurs électeurs, il n’est strictement jamais question d’aborder la question de la modification des traités. Tous ces beaux parleurs restent sur un plan général afin de noyer le poisson. Et le piège se referme sur les pauvres naïfs qui oublient, ou qui ne savent pas, qu’il faut « l’unanimité » pour modifier une disposition. 
    Le cas récent de la Wallonie est intéressant à cet égard. Un micro Etat a pu tenir en échec tous les « gros porteurs » de l’UE. Et si modification des traités il y a, le processus de modification est tellement complexe, qu’il dépassera le temps d’un quinquennat. Les tenants de la « renégociation » en seront donc pour leurs frais. Ils seront durant le temps de leur mandat pieds et poings liés aux traités TUE, TFUE et TSCG. 

    • Olivier Perriet Olivier Perriet 28 octobre 2016 09:36

      @Ar zen

      je vous réponds ce que j’ai déjà dit à Fifille :
      les Anglais testent officiellement l’application de l’article 50, et ils ont l’air de jouer la montre. Contrairement à ce que vous dites, ce n’est ni tout simple, ni tout évident.

      Donc vos discours tout faits, vous certitudes virtuelles, je ne les écoute pas car elles valent peu de chose dans la réalité ; faites vous élire et vous les appliquerez.


    • Legestr glaz Ar zen 28 octobre 2016 13:09

      @Olivier Perriet


      Curieuse réponse. Quelqu’un a t-il dit qu’appliquer l’article 50 était simple ? si les Britaniques jouent la montre, comme vous l’écrivez, c’est bien parce qu’ils n’avaient pas envisagé la sortie. Evidemment qu’il y a des tas de choses à régler. Difficile de vous suivre. A moins que vous ne vouliez dire que nous sommes dans l’UE jusqu’à la fin des temps ? 

    • Olivier Perriet Olivier Perriet 28 octobre 2016 13:45

      @Ar zen

      je veux dire que vous plaquez des réponses théoriques dont on voit, avec le recul qu’on commence à avoir, qu’elles ne sont pas si simple à concrétiser.

      Quelqu’un a-t-il dit qu’appliquer l’article 50 était fastoche ? Oui, vous, juste au-dessus.
      Quelqu’un a-t-il la faculté de prédire l’avenir ? Oui, l’UPR.

      Il y a un hiatus entre vos théories (y’a qu’à sortir de l’UE) et ce qu’on mesure dans la réalité (des liens multiples qui font système et qu’il n’est pas facile de dénouer, ou de remplacer) rien de plus.


    • Tythan 28 octobre 2016 13:48

      @Ar zen

      Les britanniques jouent la montre en partie parce qu’il n’étaient pas prêts comme vous dites, c’est vrai. Mais ce n’est pas la seule raison. L’autre raison, et c’est ce que vous ne voulez pas comprendre, c’est que déclencher l’article 50 place l’Etat requérant, dans la négociation, dans une position d’infériorité par rapport au bloc des autres Etats membres et des institutions européennes.

      Le délai de 2 ans, s’il comporte l’aspect négatif de potentiellement soumettre aux affres du droit européen un Etat, a aussi un autre revers : si aucun progrès n’est fait dans la négociation, alors le retrait est effectif sauf accord contraire. Et cette situation de retrait brutale, à cette échéance, est plus un risque pour l’Etat retrayant que pour les autres. 

      C’est ça que les négociateurs britanniques entendent éviter. C’est pour cela qu’ils ne déclenchent pas l’article 50 comme l’ont instamment demandé tous les européistes. Les Britanniques jouent là d’ailleurs un très bon coup, puisqu’ils vont atteindre près de 9 mois depuis le référendum pour déclencher ce fameux article 50.

      J’ai un peu la flemme de chercher, mais il y avait de très bons articles sur ce sujet dans plusieurs journaux, je crois Le Figaro et Les Echos : vous pourrez y voir la confirmation de ce que je dis.

      François Asselineau, qui lui voudrait déclencher le lendemain de son élection l’article 50, fait donc là, à mon sens, preuve d’une grande naïveté politique (pour ne pas parler d’incompétence).


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 28 octobre 2016 20:40

      @Olivier Perriet
      Il n’y avait pas de clause de sortie au Traité de Maastricht.
      Ce qui est illégal en Droit International, tout peuple doit pouvoir changer d’avis et sortir d’un Traité.


      Il a fallu que des juristes anglais insistent lourdement pour qu’il y ait une clause de sortie au Traité de Lisbonne, l’article 50. Si la sortie est compliquée, c’est volontaire, pour décourager les pays de sortir...

      Mais Asselineau estime que ça peut se faire en 6 ou 8 mois.
      « Le jour d’après la sortie de l’ UE ».
      C’est le pays qui sort qui a la main, au bout de 2 ans, la sortie est de fait, alors personne n’a intérêt à faire trainer les choses....

    • Olivier Perriet Olivier Perriet 29 octobre 2016 10:19

      @Fifi Brind_acier
      "Mais Asselineau estime que ça peut se faire en 6 ou 8 mois.
      « Le jour d’après la sortie de l’ UE ».
      C’est le pays qui sort qui a la main, au bout de 2 ans, la sortie est de fait, alors personne n’a intérêt à faire trainer les choses...."

      Asselineau estime, suppute, prévoit, mais le Royaume Uni doit faire.
      Je compte sur vous pour en tirer le bilan à un moment donné (sur 6 mois, il y en a déjà 4 d’écoulés).

      On ne peut pas prétendre sortir de l’UE d’un claquement de doigt et à la fin de la phrase dire qu’il y a un système puissant pour ligoter les peuples, avec la CIA le pentagone, l’OTAN etc.
      Vous n’êtes pas cohérent dans la forme de votre discours.


  • Tythan 28 octobre 2016 13:41

    @ Ar Zen


    Vous dites :

    « La seule question qui vaille la peine d’être posée, à tous les « supporters » de ces personnages politiques qui ne jurent que par la « renégociation des traités », c’est de dire ce qu’ils souhaitent modifier dans les traités. Or, de ceci, il n’en est jamais question. Strictement jamais. Ni NDA, ni MLP, ni JLM n’indiquent jamais quels articles ou quelles dispositions ils entendraient modifier. Et ceci est de la plus extrême importance. »

    Et ça, c’est faux s’agissant de Nicolas Dupont-Aignan. Vous savez que c’est faux puisque je vous l’ai déjà dit. Je vous redonne le lien qui prouve ce que je dis :



    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 28 octobre 2016 20:47

      @Tythan
      Et combien de pays européens sont d’accord avec les propositions de Dupont Aignan ?
      C’est la seule question qui vaille ...

      Si vous n’en n’avez pas 27 sur 27, vous ne changerez pas une virgule aux Traités.
      « Un seul pays peut s’opposer à tout changement dans les Traités ».


    • Legestr glaz Ar zen 29 octobre 2016 08:49

      @Tythan


      Je suis désolé Tythan mais il faut bien appeler un chat un chat. Le traité « alternatif » que je viens de « relire » ne fait en aucune façon référence aux traités actuels. 

      NDA peut bien rédiger des articles que cela n’éclaire en aucune façon ce qu’il voudrait modifier dans les traités actuels. En effet, pour modifier une disposition il faut en faire état. Comprenez vous ce que cela veut dire ? Il faut, selon l’article 48 du TUE, annoncer au conseil de l’Union européenne la disposition, ou les dispositions, que l’on souhaite modifier. Dans le cas présent NDA propose un traité « complet ». Ce n’est pas possible ! Il est possible de « modifier », est-ce que vous comprenez ? 

      Je répête que si un pays souhaite modifier une disposition, ou plusieurs, d’un traité, ce point sera examiné en vertu de l’article 48 du TUE et la procédure prendra énormément de temps. 

      Comment est-ce possible que vous n’arriviez pas à comprendre le fonctionnement de l’article 48 ? Je me pose des questions. Comprenez que pour modifier une disposition il faut réunir l’une des 10 compostions du conseil de l’Union européenne et non réunir le conseil européen. Mesurez vous la différence ? Pour réunir l’une des 10 formations du conseil de l’Union européenne afin de modifier une disposition il faut, condition siné qua non, « identifier » cette dispostion à modifier. Alors, proposer un traité tout entier est simplement une farce. Vous devriez quand même vous y penchez de près si vous ne voulez pas être pris pour un imbécile. 

      Le préalable incontournable, à toute modification des traités, comme prévu à l’article 48 du TUE, est la réunion de l’une des 10 formations du conseil de l’UE charger d’examiner, en tout premier lieu, la disposition à modifier. Est-ce que vous arrivez à comprendre ceci ? Je n’en suis pas certain depuis le nombre d’échanges que nous avons. Vous n’avez toujours pas compris que c’est le conseil de l’UE qui prend en charge la demande de modification d’un traité et non le conseil européen. Et le conseil de l’UE n’est pas une entité fixe. Il peut se présenter selon 10 formations différentes, selons les sujets. Il vous faut potasser, justement, le sujet, parce que vous n’êtes pas du tout au point et que, par conséquent, vous vous faîtes rouler dans la farine. 

      Je vous confirme, donc, malgré votre refus de l’admettre, que jamais, au grand jamais, NDA n’évoque les dispositions des traités qu’il entendrait « modifier ». Ce n’est même pas un argument, c’est un fait incontestable.

    • Tythan 31 octobre 2016 09:46

      @Ar zen

      Je suis désolé Ar Zen, mais il faut appeler un chat un chat. Vous êtes un militant incapable de la moindre réflexion.

      Quand on écrit des trucs du style : « NDA peut bien rédiger des articles que cela n’éclaire en aucune façon ce qu’il voudrait modifier dans les traités actuels », on démontre si besoin était son incompétence la plus totale à argumenter.

      Comment voulez-vous que je discute avec vous si vous racontez absolument n’importe quoi ?

      L’incohérence n’en dispute qu’à la confusion dans votre message. Je pense très sincèrement, Ar Zen, que vous êtes un honnête homme mais que votre instruction et votre culture limitée vous empêche de comprendre des problèmes qui manifestement vous dépassent complètement.

      Je sais, ce que je vous dis là est extrêmement brutal et très probablement ne va que vous renforcer dans votre logique défaillante. Maintenant, moi, je ne sais plus quoi faire avec vous.

      Vous êtes entré à l’UPR comme on entre en religion. Vous avez épousé un dogme, et vous refusez de vous en écarter ne serait-ce que d’un millimètre.

      Comment ne comprenez-vous pas que la refondation totale d’un nouveau traité ne suivra pas la procédure habituelle de révision des traités ? 

      Du reste, même si je fais tout pour l’éviter, il est très probable que les traités européens seront refondus à moyen terme (à moins que l’UE persiste dans son blocage actuel). Et vous verrez qu’il est plus que probable que ce ne sera pas la procédure que vous visez qui sera suivie.


    • Legestr glaz Ar zen 31 octobre 2016 11:08

      @Tythan

      Sacré Tythan va ! Que dîtes vous dans ce commentaire ?

      Aucun argument sur le fond Tythan. Des insultes qui ne me touchent même pas. Venant de quelqu’un qui ne comprend pas la portée de l’article 48 comment voulez vous que je sois touché ?

      L’article 48 du TUE existe et il permet de « modifier » les traités. Mais selon un processus bien précis que vous refusez de prendre en considération. Il faut, avant toute chose, identifier les dispositions qu’un pays souhaite voir modifier. Comprenez vous ceci Tythan ? Ensuite il faut réunir les membres du conseil de l’UE qui donnera son avis à la majorité qualifié pour « débuter » le processus. Mais ceci vous passe largement au dessus de la tête. Vos compétences juridiques sont nulles ou vous le faîtes exprès. Vous n’arrivez donc pas à comprendre que pour modifier une disposition il faut rassembler l’une des formations du conseil de l’UE (agricole, économique, environnementale, etc.) qui sera saisie et exprimera son avis. Est-ce que vous comprenez ne serait-ce que le début du processus ? Vous vous permettez d’écrire que ma culture est limitée. Vous me faîtes beaucoup rire. L’effet. Dunning Kruger est à l’œuvre. Je vous pardonne.

      Vous pensez qu’un traité, rédigé de la main de NDA, va être ratifié à l’unanimité des 26 autres pays ?

      Figurez vous que les supporters de MLP pensent aussi que la rénégociation des traités envisagés par MLP sera appliquée par les 26 autres.

      Figurez vous que les supporteurs de JLM pensent aussi que la « refondation démocratique des traités » sera acceptée par les 26 autres.

      Les 26 autres pays sont donc aux ordres soit de NDA, soit de MLP, soit de JLM. Si vous n’y voyez pas un paradoxe c’est que vous n’avez pas mis en marche votre réfexion. Sacré Tythan va !


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 31 octobre 2016 12:15

      @Ar zen

      Bonjour, Lorsque le Royaume Uni demandera l’application de l’article 50, vous pensez que ça va supprimer l’étape des négociations ?


    • Legestr glaz Ar zen 31 octobre 2016 19:20

      @Olivier Perriet


      L’article 50 du TUE, concernant la sortie de l’UE, ne contient pas les mêmes règles que l’article 48 concernant la « modification » des traités. Il y a effectivement des négociations dans les deux cas mais elles ne sont pas du même ordre. 
      En présence de l’article 50, après 2 années de « négociations », même sans résultat, la sortie de l’UE est effective. 
      En présence de l’article 48 tout est différent. Il faut chercher une « unanimité » pour obtenir une modification. Disons que le temps d’instruire une demande de modification, ou plusieurs, et un quinquennat se sera écoulé. Le traité CETA est assez parlant de ce point de vue. Il a fallu 9 années pour l’élaborer. La petite Wallonie a failli faire capoter ce traité, puisqu’il fallait « l’unanimité ». Dans le cas de la Wallonie, c’est la Commission européenne qui mettait la pression. Dans une affaire de « modification » des traités il n’y aura strictement aucune pression, bien au contraire. 

      Des négociations entre la GB et l’UE il y en aura de nombreuses. La GB est le 4ème contributeur net de l’UE. Il faut donc déterminer quand la GB cessera de verser son obole à l’UE. Cela va faire très mal tout simplement parce que le budget européen a été voté pour la période 2014 - 2020. En cas de retrait de la GB il va manquer beaucoup d’argent au budget européen. Il va falloir également déterminer quand les fonctionnaires européens de nationalité GB cesseront leur activité. Il va falloir examiner tous les accords commerciaux pris par l’UE engageant la GB. Et ainsi de suite. Il n’y a donc aucune possibilité de passer outre le stade des négociations. Il faut quand même noter que lors de la dernière réunion du conseil européen (les chefs d’Etat et de gouvernement) à Bratislava en septembre 2016, la GB ne faisait pas partie du conseil. Elle était déjà considérée comme hors de l’UE. 

    • Olivier Perriet Olivier Perriet 2 novembre 2016 10:23

      @Ar zen

      La GB est 4e contributeur net au budget de l’UE ? Et moi qui croyait que depuis Thatcher, il touchait un chèque pour compenser une contribution déficitaire...

      Sur le reste je vous le redis, je n’ai pas de vraie différence sur le fond, mais je ne suis pas un fétichiste de l’article 50 (dont vous reconnaissez vous même qu’il n’a pas été fait pour qu’il soit facile à utiliser).
      Les britishs ont l’air prudents, à suivre.


Réagir