mercredi 17 avril - par Emile Mourey

Notre-Dame brûle. Sous de Gaulle, des têtes seraient déjà tombées !

Car, enfin, c'est bien l'État qui est le propriétaire. C'est bien lui qui a commandé les travaux. C'est bien sous sa responsabilité qu'ils se font. Que l'incendie soit d'origine criminelle ou accidentelle, le fait est là : Notre-Dame est en ruines ! Que s'est-il passé ?

La journée de travail se termine. C'est bientôt l'heure du repas du soir, l'heure où l'on va retrouver, dans une chambre confortable, un repos, certes, bien mérité. On a rangé les outils pour qu'un malotru ne vienne pas les voler. Dans la nuit qui tombe, une petite flamme vacille qu'un simple sceau d'eau pourrait éteindre. Sous les combles du toit, il n'y a plus personne pour la voir.

Dans leurs appartements parisiens, les responsables du patrimoine se préparent à prendre, eux aussi, leur repas du soir, l'esprit tranquille. Ils savent pourtant que notre Histoire est jalonnée de drames, d'accidents et d'incendies, qu'ils soient d'origine criminelle ou accidentelle. Se sont-ils rendus sur place pour s'assurer que toutes les mesures de sécurité étaient prises ? Y avait-il des responsables de l'État nommément désignés qui auraient dû ne quitter le chantier qu'après s'être assuré que tout allait bien ? Et pourquoi pas des veilleurs de nuit ? Et puis, il y a aussi les risques d'attentat, la cathédrale pouvant être une cible de choix.

Le Directeur général des patrimoines est M. Philippe Barbat. Il a été conseiller en charge du patrimoine et de l’architecture au cabinet d’Aurélie Filippetti, ministre de la Culture et de la Communication. Il a été responsable, dans ces fonctions, des secteurs de l’archéologie, des archives, des espaces protégés, des monuments historiques et des musées ; ceci pour dire qu'il n'est pas tombé de la dernière pluie. Il a succédé à M. Vincent Berjot.

Répondant à une question écrite mettant en doute la localisation de Bibracte au mont Beuvray, Mme Aurélie Filippetti répond au journal officiel, en superbe langue de bois, le 11 juin 2013 : Les recherches archéologiques mises en oeuvre depuis 1984 sur le site du Mont Beuvray visent notamment à constituer des corpus de données susceptibles d'alimenter les questionnements des chercheurs européens autour des problématiques liées à la formation et au développement des premières formes d'urbanisation en Gaule, à l'organisation et à l'exploitation des territoires, à l'économie et aux échanges autour et à partir des oppida. Dans cette perspective, les questionnements relatifs à la stricte identification de Bibracte au site du Mont Beuvray s'avèrent d'un intérêt accessoire. Ils ne font pas débat au sein de la communauté des archéologues protohistoriens ...

Il faut arrêter de nous prendre pour des cons. La ministre de la Culture signe n'importe quoi. Il aurait pourtant suffi à MM. Barbat et Berjot de demander à des professeurs qualifiés de vérifier mes traductions de Strabon et de César pour comprendre que la véritable Bibracte se trouvait à Mont-Saint-Vincent et non au mont Beuvray, Gorgobina de César.

Concernant cette erreur de localisation de Bibracte, je demande à M. Barbat de la reconnaître.

Concernant l'incendie de Notre-Dame :

"C'est l'incendie de trop". Les architectes et historiens sont en colère. Invités sur Franceinfo et BFMTV, au lendemain de l'incendie de la cathédrale Notre-Dame de Paris, ils estiment que ce drame aurait pu être évité et pointent le manque d'entretien des bâtiments historiques en France (Actualités Orange).

Plusieurs professionnels et historiens de l'art dénoncent la manière dont sont menés les travaux de rénovation sur nos édifices. Sont pointés les moyens alloués par les politiques publiques et le contrôle trop laxiste des normes de sécurité sur les chantiers (l'internaute).

Le feu est l'ennemi numéro un. « C’est tout le problème et la hantise sur ce genre de chantiers. Evidemment là-haut, il est interdit de fumer. Normalement, les gars descendent à 18 heures mais en principe, ils doivent arrêter de travailler deux heures avant pour justement surveiller d'éventuels points chauds ... Car même à retardement, la simple chaleur sur le plomb du toit peut ensuite déclencher un feu de charpente.... là-haut, tout le monde sait bien que quand le feu embrase le bois de ces charpentes multicentenaires, puis fait fondre le toit en plomb, le métal en fusion embrase à son tour le reste... On le sait, il faudrait multiplier les détecteurs de points chauds. Des systèmes électroniques existent, mais cela coûte cher… C’est tout le système de détection des points chauds sur ces chantiers historiques qu’il faudrait revoir...tout se joue dans les premières minutes... C’est trop tôt pour dire ce qui a pu se passer, soit un problème électrique, soit un point de chaleur… (Marianne : un entrepreneur).

La première alerte est donnée à Notre-Dame, lundi à 18h20, "mais aucun départ de feu n'a été constaté", a indiqué le procureur de Paris Rémy Heitz. Une vingtaine de minutes plus tard, après une nouvelle alerte, le feu est cette fois repéré au niveau de la charpente, longue de plus de 100 mètres (BFMTV).

Selon Le Parisien, deux agents de sécurité de la cathédrale, qui ont été entendus par les enquêteurs, auraient aperçu les premières flammes hautes de près de "trois mètres" à la base de la flèche de Notre-Dame. Ils auraient alors emprunté l'ascenseur pour aller constater le feu, mais les flammes étaient déjà vives et ils n'ont rien pu faire. Toujours d'après les informations du quotidien, une alarme incendie aurait prévenu les agents d'un feu dès 18h15, mais un bug informatique leur aurait indiqué le mauvais endroit.

L'actuel ministre de la Culture est M. Franck Riester

Concernant l'erreur de localisation du site de Bibracte, véritable scandale que je dénonce depuis de nombreuses années, il n'a toujours pas répondu aux lettres que je lui ai envoyées par la voie démocratique normale, soit en passant par mon député dans le cadre des questions écrites, soit en m'adressant directement à lui par courrier postal à l'adresse indiquée.

De même que je dénonce les incroyables erreurs archéologiques des uns, de même je dénonce les incroyables errements de experts du Louvre. Voyez mes articles Agoravox.

Où est le débat ?

M. Franck Riester, dites-nous la vérité !

C'est un peu trop facile de proclamer superbement : "on va reconstruire Notre-Dame" alors qu'il eût mieux valu qu'elle ne brûlât pas, et cela, au moment où un effort financier important est demandé à la collectivité pour venir en aide aux défavorisés.

Le Président demande un effort de tous et les dons affluent.

J'ai acheté, en 1976, le château de Taisey alors qu'il était en ruines, et personne ne peut me contredire quand j'affirme que je l'ai sauvé. Après l'octroi d'une petite subvention ridicule, on m'a refusé une deuxième subvention sous prétexte que je n'avais pas mis en place dans l'année le bois acheté (il n'avait pas fini de sécher) et parce que je n'ai pas voulu payer un architecte civil pour contrôler mes travaux de restauration de toiture.

Je ne pleurniche pas. Je ne me mets pas à genoux pour solliciter une aide. Je fais les travaux moi-même. Cela me plaît et je sais qu'il y a beaucoup d'autres propriétaires de monuments historiques qui font les mêmes efforts. J'aimerai qu'on le reconnaisse. Par contre, je n'admets pas qu'on me refuse le débat concernant mes contestations historiques des sites de Gergovie et de Bibracte. Je suis scandalisé qu'on ne prenne pas en considération les sept livres que j'ai écrits et publiés, ainsi que mes 426 articles publiés sur le site Agoravox. Je suis scandalisé par les absurdités que répandent des archéologues bien en cour et que protègent des autorités à la limite de la forfaiture.

Emile Mourey, château de Taisey, le 16 avril 2019

 



30 réactions


  • njama njama 17 avril 10:12

    Un départ d’incendie sans flamme est possible, un simple décapeur thermique peut foutre le feu à une toiture, un plancher,... avec un différé de 4 à 5 heures...

    Compte-tenu des échafaudages en place à ND, l’hypothèse accidentelle est hautement probable


    • Kapimo Kapimo 17 avril 21:04

      @njama
      Encore faudrait-il savoir quels types de travaux ont été réalisés, et avec quel outils, cet après-midi là.


    • Ouallonsnous ? 18 avril 01:08

      @l’auteur

      Qu’il soit purement accidentel où plus probablement du à des causes extrêmes, on ne nous révélera que ce qui s’aparente à l’accident !

      Les enjeux civilisationnels sont tels au niveau de notre histoire bi-millénaire et des enjeux actuels de la mondialisation impérialiste qui veut la disparition des états nations et par conséquent de leur identités que cet anéantissement passe par la destruction de leurs symboles.

      Or, Notre Dame de Paris en est un principal de la civilisation chrétienne de culture gréco-latine de l’Europe de l’Atlantique à l’Oural !


    • vesjem vesjem 18 avril 09:45

      @njama
      Un départ d’incendie sans flamme est très peu possible, un simple décapeur thermique s’arrête aussitôt qu’on le lache
      Compte-tenu des échafaudages en place à ND, l’hypothèse d’un acte criminel est hautement probable
      Tu vois, nijama, on peut raconter ce que l’on veut ; sur les merdias mainstreams, pas un mot sur l’hypothèse d’un acte criminel, ce qui est inquiétant


    • njama njama 18 avril 11:53

      @vesjem

      Le bois a beaucoup d’inertie thermique dans un sens et dans l’autre, c’est un excellent isolant, aussi du bois qui a subi un échauffement important sans pour autant prendre feu, mettra beaucoup de temps à dissiper la chaleur reçue. Et un petit courant d’air malencontreux pourrait suffire à un début de flamme...
      Exemple concret, la technique de l’archet par friction pour faire du feu, avant qu’il ne commence à simplement roussir la T° monte déjà très fort...
      Je tiens l’info de mon fils ingénieur diplômé de l’ENSTIB (école nationale des sciences et technologies du bois) à Épinal, on supposera qu’il ne dit pas n’importe quoi...


    • mmbbb 18 avril 19:22

      @Kapimo merci pour ce lien Laissons l enquete avant d avancer n importe quoi et de s eriger en procureur 


    • njama njama 18 avril 19:22

      @Kapimo
      très bien les différentes hypothèses s’élimine(ro)nt une à la fois... les monteurs d’échafaudage de l’entreprise Le Bras hors de cause, ok, parfaitement crédible si en plus ils avaient décroché le marché c’est qu’ils sont très compétents et sérieux mais qui du public savai(en)t au juste où en était ce chantier avant l’incendie puisque l’on apprend que la restauration de la charpente de la flèche n’avait pas encore commencé


    • vesjem vesjem 19 avril 14:02

      @njama
      quel est l’andouille qui est allé mettre un cierge dans les combles ?


  • Chantecler Chantecler 17 avril 10:26

    Résumé : Mouray demande la tête de Riester coupable de n’avoir pas répondu à propose de Bibracte, sous le prétexte qu’il représente l’état qui n’a pas prévu l’incendie d’une charpente en bois sec.


    • Emile Mourey Emile Mourey 17 avril 12:01

      Absolument pas ! Ne me faites pas dire ce que je ne dis pas ! Je demande au ministre de la Culture de répondre aux lettres que je lui envoie dans le pur respect de nos règles démocratiques. Je demande à M. Barrat de reconnaître les erreurs de localisation des sites de Bibracte et de Gergovie commises par le service dans lequel il sert depuis un temps certain. C’est ce que j’écris en toutes lettres. Quant à la responsabilité du ministère de la culture dans l’incendie de Notre-Dame, je ne sais pas à quel niveau il se trouve, au niveau de la direction centrale, au niveau de la DRAC locale (Direction régionale des affaires culturelles), ou ailleurs ; je ne sais pas et ce n’est pas à moi de le dire. 


  • oncle archibald 17 avril 10:28

    Pourquoi tout ramener sans cesse à son petit nombril ? Bibracte, le Mont Beuvray et votre château de Taisey viennent dans votre article comme un cheveu sur la soupe. Dommage, il y a dans votre article des informations très intéressantes concernant l’incendie de Notre Dame, notamment concernant la prévention et les alertes avant que le feu ne soit plus maitrisable, qui me semble-t-il n’ont pas été traitées avec la rigueur suffisante.

    A quoi sert d’avoir un système d’alerte incendie si on ne cherche pas la raison de ce qui parait à première vue une fausse alerte avant d’affirmer que, non, tout va bien, il n’y a pas de départ de feu dans les combles ?

    Si les responsables de ce service avaient été plus prudents, ce qui est leur job, s’ils avaient pensé aux feux qui couvent sournoisement avant apparition des flammes, ce qui est le B A BA de leur job, ils n’auraient jamais du quitter les combles avant d’avoir compris la raison du déclenchement de l’alerte.


    • Emile Mourey Emile Mourey 17 avril 12:15

      @oncle archibald

      Pourquoi tout ramener sans cesse à mon petit nombril ?

      L’erreur de localisation des sites de Bibracte et de Gergovie n’est pas un petit nombril, c’est le plus grand scandale archéologique de tous les temps. La sauvegarde et la réhabilitation du site de Taisey, de sa tour « antiquissima » chargée de symboles, et de son château versaillais, c’est bien plus important que la cathédrale de Paris pour comprendre notre histoire au plus loin de son origine.

      Quant aux explications que je donne concernant cet incendie, je n’ai absolument aucun mérite ; je ne fais que recopier ce que j’ai trouvé sur l’internet.


  • loulou 17 avril 10:36

     Merci Emile pour la visite du château et la découverte de vos remarquables et sans doute dispendieux travaux.

     Et merci aussi pour votre pugnacité.


  • ZenZoe ZenZoe 17 avril 10:43

    Dommage de mélanger deux sujets.

    Bibracte et les soucis personnels de l’auteur n’avaient rien à faire là si le sujet est Notre Dame. Pareil pour le cas inverse.


    • Emile Mourey Emile Mourey 17 avril 12:18

      @ZenZoe

      Tout à fait d’accord ! mais quand le processus démocratique ne fonctionne plus, on est bien obligé de chercher d’autres voies pour se faire entendre.


  • MKT 17 avril 11:55

    Monsieur,

    Tout d’abord je suis impressionné par le travail de restauration de ce château.

    Pour les sites gaulois, j’ai lu vos articles. Je ne sais si vous avez raison, si tel est le cas c’est dommage que le ministère de la culture ne révise pas sa position.

    Pour les autres articles relatifs aux religions, je ne suis pas sûr que vous ne surinterprétiez pas les textes.

    Au sujet de l’islam justement, c’est une religion mais surtout au travers de la charia un système politique. Et celui qui dit cela est bien placé car c’est ayatollah Khomeini. 


    • Emile Mourey Emile Mourey 17 avril 12:28

      @MKT

      Merci pour les sites gaulois.

      Question religions, je demande seulement un débat entre philosophes, ce que je ne suis pas. Je suis honnête. J’ai envoyé mes deux « Histoire du Christ » au vatican dès leur parution et n’ai jamais développé de polémiques à ce sujet, mais une autre proposition d’explication. Quant à l’islam et aux textes musulmans, je ne veux me comporter qu’en historien.


  • Kapimo Kapimo 17 avril 21:02

    Merci pour votre article, et tous mes respects pour votre belle restauration.

    Concernant le site du Mont Beuvray (que j’ai visité), je n’ai pas de compétences pour donner un avis quelconque.

    Concernant Notre Dame, je suis très sceptique concernant la facilité d’un départ de feu. J’ai dans un appartement des poutres en chêne de 4 siècles, que j’ai pu observer en long en large et en travers, et je pense qu’il est très difficile de les faire prendre feu tant elles sont dures et compactes.


  • Pie 3,14 17 avril 21:21

    Bonjour Monsieur Mourey,

    Vous savez à quel point je n’ai jamais partagé vos vues concernant l’Histoire de la Gaule. Je savais en revanche que vous aviez consacré de nombreuses années à rénover et restaurer votre château. 

    Je tiens à vous féliciter pour le travail accompli après lecture de cet article et je vous encourage à nous raconter plus en détail votre action dans de futurs articles.


  • Thinkervox lee oswald 17 avril 21:45

    Bonsoir Emile , félicitations pour la restauration de votre château , vous avez beaucoup de gout !!  smiley


  • tuxuhikewi 17 avril 22:26

    Rrrraaaaadicalise toi l’ancien !

    20 avril, 1 er mai, 14 juillet !

    https://ufile.io/2xz6lam3


  • Emile Mourey Emile Mourey 17 avril 23:20

    Un général à la retraite nommée pour superviser le chantier de reconstruction.

    Enfin ! Ce qui aurait dû être fait déjà avant. Quand j’ai pris ma retraite, moi aussi, je me suis demandé, comme le général Georgelin, à quoi je pourrai encore servir.


  • Emile Mourey Emile Mourey 17 avril 23:23

    nommé


  • Jean De Songy Jean De Songy 18 avril 00:10

    Incendie volontaire de l’église Saint Sulpice, 17 Mars :
     
    Les prostitués du mondialisme avaient dans les 5mn dit que c’était un accident...
     
    Notre Dame, l’architecte des bâtiments de France, Benjamain Mouton, ancien conservateur de la cathédrale, qui a mis en place des portes coupe feu et des systèmes de détection, affirme que seule « une forte charge calorique » peut avoir déclenché l’incendie. De toute façon une poutre en chêne ne s’enflamme pas comme du papier...
     
    « La protection incendie mise en place dans la cathédrale était à son plus haut niveau »
    « En 40 ans d’expérience, je n’ai jamais connu un incendie de la sorte »
    « L’incendie n’a pas pu partir d’un court-circuit, d’un simple incident ponctuel. Il faut une vraie charge calorifique au départ pour lancer un tel sinistre. Le chêne est un bois particulièrement résistant. »

     
    Les prostitués du mondialisme ont dans les 5mn dit que c’était un accident...le don d’ubiquité sans doute...
     
    https://www.valeursactuelles.com/societe/paris-saint-sulpice-incendiee-la-piste-criminelle-privilegiee-105030
    https://www.batiactu.com/edito/notre-dame-apres-incendie-rien-n-est-fini-selon-ex-56147.php?%20%0A


  • baldis30 18 avril 09:20

    Bonjour,

     et j’entends une voix, pas très identifiable, semblant venir d’une tombe entre deux églises, qui en référence à la déclaration judicaire de la thèse accidentelle tape du poing sur la table en disant :

     « Il y a des rigolos qui nous prennent pour des billes »


  • zygzornifle zygzornifle 18 avril 10:32
    Sous de Gaulle, des têtes seraient déjà tombées !

    Sous Macron c’est les yeux des manifestants qui éclatent et les mains qui s’arrachent ....


  • lloreen 20 avril 07:47

    Témoignage d’un agent sur l’origine criminelle et l’implication de Gladio de l’incendie de ND.

    https://www.youtube.com/watch?v=a6ASJZh1YAo

    Cet agent énonce par ailleurs également l’implication de ce réseau de l’Otan dans les autres attentats en France et ailleurs.

    https://www.youtube.com/watch?v=-Y-e3G3YKdQ

    Voici les références du livre de Marc Delantre.

    https://www.docdroid.net/qOPK2r7/le-code-de-gladio-chapitre-1-69-en-cours.pdf#page=5

    Ces désaxés satanistes non seulement massacrent la planète entière mais se glorifient de leurs oeuvres ;ils se sont hissés à tous les postes et se sentant au faîte de leur gloire affichent ouvertement leur mépris et leur moquerie face aux populations sous hypnose ou noyées dans le consumérisme de pacotille.

    Les mines réjouies et les déclarations du psychotique Philippe ne laissent plus planer aucun doute sur le fait que la France est dorénavant une dictature.

    https://scontent-cdg2-1.xx.fbcdn.net/v/t1.0-9/57511466_438437396919096_2245595746311077888_n.jpg?_nc_cat=106&_nc_ht=scontent-cdg2-1.xx&oh=5f5e3864fe8449454a91f8a20ed79ca9&oe=5D3F90C0

    Philippe est ainsi « heureux d’organiser le désordre du monde »...


  • lloreen 20 avril 07:49

    La preuve d’une activité suspecte sur les toits de ND.

    https://www.youtube.com/watch?time_continue=2&v=IZ8rN0o_lUw


Réagir