samedi 5 août - par christophecroshouplon

Nous sommes le Pouvoir - Discours de John Trudell, poète et activiste

Par John Trudell. Discours prononcé le 18 Juillet 1980 au centre de survivances interculturel Amérindien. Traduit de l’anglais par Cyril Cossu.
 
Je tiens à vous remercier tous d’être venus à cet endroit, et je tiens à vous remercier pour avoir été accueilli ici moi-même. Je voudrais vous parler ce soir en l’honneur de chacun d’entre nous dans la lutte qui nous oppose à ceux qui ont perdu toutes relations avec le monde des Esprits. Je voudrais parler en l’honneur du Vent, et de tous les éléments naturels.
Il s’agit d’un rassemblement de survie et l’une des choses que je vous souhaite à tous d’apprendre pendant que vous êtes ici, c’est d’apprécier l’énergie et la puissance des éléments que sont le soleil, la pluie et le vent. J’espère que vous allez sortir d’ici en ayant compris ce qu’est vraiment le pouvoir, la seule vraie puissance.
Le seul vrai Pouvoir, la seule vraie connexion que nous n’aurons jamais au Pouvoir, c’est notre relation à la Terre-Mère.
Nous ne devons plus nous perdre dans la confusion. Nous ne devons plus nous laisser berner par leurs illusions. Il n’y a pas de puissance militaire, il n’y a que du terrorisme militaire, il n’y a pas de puissance économique, il y a seulement une économie et un marché d’illusions, de leurres, dont nous sommes devenus les esclaves. C’est cela qu’il nous faut réapprendre à regarder. Ceux à qui vous déléguer le pouvoir n’ont que le pouvoir que vous leur portez, mais en réalité ils n’ont aucun véritable pouvoir dans leurs mains, ce prétendu pouvoir n’est que de l’oppression.
La puissance est en nous car nous sommes une partie naturelle de la Terre, nous sommes une extension de la terre, nous ne sommes pas séparés d’elle, nous en faisons partie. La Terre est notre mère, la Terre est un Esprit, nous sommes un prolongement de cet Esprit. Nous sommes Esprit. Nous sommes le pouvoir.
Ils peuvent nous faire croire que nous devons croire en eux, que nous devons assumer ces identités de consommateurs, ces identités politiques, ces identités religieuses, ces identités raciales, ils veulent nous séparer de l’essence même de la Vie, ils veulent nous séparer de qui nous sommes. C’est un Génocide perpétuel. Ils ont essayé de prendre et de supprimer notre identité naturelle, notre lien spirituel avec la Terre. Mais nous sommes toujours présents, nous avons survécu.
Nous avons toujours survécu parce que nous avons appris à vivre dans l’harmonie et le respect de la Nature, nous n’avons jamais oublié qui nous étions.
Quand je parcours l’Europe ou l’Amérique et que je vois la majeure partie de la population blanche, je me rends compte qu’ils ne se sentent pas opprimés, ils se sentent impuissants. Quand je retourne au sein de mon peuple, je constate que nous ne nous sentons pas impuissants, nous nous sentons opprimés. Nous ne voulons pas participer à ce commerce, nous l’avons toujours refusé.
 
Ainsi, par delà le génocide psychologique qu’ils tentent d’infliger à nos vies, nous comprenons le génocide psychologique qu’ils ont déjà infligé à leur propre peuple . Nous comprenons le compromis qu’ils veulent que nous fassions pour notre survie : que nous soyons asservis à eux, que nous perdions comme eux notre véritable connexion au Pouvoir, notre véritable connexion à la Terre.
Nous tous, Amérindiens, Autochtones, Peuples premiers, nous allons avoir à agir en tant que passeurs et messagers. Nous allons devoir courir et agir comme autant d’enseignants, nous allons avoir à parler à tous les gens qui daigneront écouter ce que nous pensons, ce que nous savons être juste. Nous allons devoir trouver et inventer des façons de communiquer. Ils ont peur de nous.
Nous devons toujours nous rappeler que chaque fois qu’ils ont crée un système, ce système s’est construit sur des mensonges et des trahisons, tel est le propre de leurs commerces, la manipulation. Leurs pouvoirs ne sont que des faiblesses, nous devons persister dans notre lutte et rester engagés dans notre résistance, comme nous l’avons toujours fait. Peu importe combien de cellules de prison ils construisent et construiront. Peu importe la corruption, le racisme, les mensonges et les coups qu’ils nous porterons, nous devons veiller par-dessus tout à ne jamais leur ressembler, à ne jamais devenir comme eux.
Peu importe leurs détournements de sens et leurs inversions de la Vie, peu importe leurs nombres et peu importe leurs positions illusoires de respectabilité. C’est notre droiture et notre intégrité qui fera la différence. Nous prenons la décision, nous sommes le Pouvoir. Peu importe qu’ils nous exterminent car à quoi bon vivre sur ce lieu sacré, à quoi bon être ici si nous ne pouvons pas vivre avec dignité et respect ? Peu importe ce qu’ils font de nous, peu importe comment ils nous frappent, nous devons continuer dans la dignité, nous ne devons jamais devenir comme eux.
La seule chose qui m’a toujours fait réfléchir au sujet des révolutions, c’est que chaque fois que j’ai rencontré des révolutionnaires, ils agissaient simplement par haine de l’oppresseur. Ce que nous devons faire, c’est agir par amour pour notre peuple, par amour pour notre Mère-Terre.
Peu importe qu’ils n’éprouvent jamais d’amour pour eux-mêmes ou pour la Terre, nous devons quant à nous toujours agir par amour pour le Peuple et pour la Terre. Nous ne devons jamais réagir comme ceux qui ont perdu leur spiritualité. Quelles que soient les chaînes, un esclave est un esclave. Nous devons évaluer nos valeurs, partager nos connaissances, nous devons nous débarrasser des concepts qu’ils nous ont obligés à apprendre, nous ne devons pas nous laisser entraîner dans leurs pièges. Quoi que nous fassions, nous devons le faire en tant que résistant. Tout ce que nous faisons en tant que Peuple, tout ce que nous faisons au nom du Peuple et de la Terre, nous devons le faire avec humilité et avec gratitude de ce que nous avons et de ce que nous sommes, mais nous ne devons pas le faire avec fierté.
John Wayne est fier, les marines sont fiers. Les bombardiers B-52 sont fiers, comment allons-nous obtenir notre libération, si nous imitons leur façon d’être. Il est temps pour nous tous de penser par nous-mêmes. Nous devons comprendre qu’ils veulent que nous soyons paresseux dans nos esprits, serviles dans nos vies, vides et avides dans notre réflexion. Ils veulent nous garder dans la confusion de sorte que nous continuions à croire en leurs mensonges, les uns après les autres, comme ils ont pu les programmer dans leurs esprits, et dans leur société.
 
 
Mais regardez bien, tout leur système ne repose que sur des illusions. Nous sommes le pouvoir, et c’est la façon dont nous utilisons notre énergie qui permet à l’ennemi de nous abuser. Ou pas… Notre résistance et notre lutte pour la survie doit être totale, absolue, il ne peut y avoir de demi-mesures, ils ont interféré dans notre vie depuis le moment où nous sommes nés.
Nous sommes une partie naturelle de la terre, et tous nos ancêtres, et toutes nos relations qui sont allés dans le monde des Esprits, sont là aussi, présents en nous. Ils ont le pouvoir, ils vont nous aider, ils nous aideront à voir, à entendre, à comprendre, si nous sommes disposés nous-mêmes à voir, à écouter, à penser. Nous ne sommes pas séparés d’eux parce qu’il n’y a nul autre endroit où aller. Notre seul endroit, c’est la Terre. Il s’agit de notre Mère. Regardez , il n’y a pas d’espoir pour nous dans ce système politique et économique. La classe dirigeante, ces 1% qui contrôlent aujourd’hui l’ensemble de l’économie mondiale en exploitant le vivant, ne va pas changer avec les règles politiques, et économiques existantes.
Ils vont continuer à nous mentir, à faire des promesses et ils vont continuer à créer l’illusion des changements, tout en nous manipulant et en nous poussant les uns contre les autres. Nous devons comprendre notre rôle en tant que puissance naturelle du Peuple de la Terre. Nous devons comprendre que lorsque notre oppresseur nous traite de cette façon nous sommes responsables, parce que en acceptant ses mensonges, nous lui permettons de le faire. Aussi longtemps que nous tolérerons ses mensonges, aussi longtemps que nous tolérerons sa brutalité, aussi longtemps que nous lui permettrons de nous manipuler, de nous maltraiter, nous serons responsables.
Regardez bien, ils n’ont pas de vrais pouvoirs, ils utilisent la peur, l’illusion, l’oppression, ils manipulent la vie et exploitent le vivant, ils déforment et inversent les sens, dénaturent le vivant. Ils appellent cela être fort, être puissant. Mais ce ne sont que des faiblesses, des bassesses et des illusions.Ils ne peuvent pas arrêter le vent, ils ne peuvent pas arrêter la pluie, ils ne peuvent pas arrêter les tremblements de terre ni les volcans ni les tornades.
Nous devons être prêts dans notre vie à faire face à la réalité. Ce n’est pas la révolution que nous recherchons, c’est la libération. Il y a eu beaucoup de révolutions sociales en Amérique et en Europe, il y a eu de nombreuses organisations sociales, il y a eu des mouvements des droits des femmes, il y a eu des mouvements de défense des droits égaux, il y a eu des mouvements syndicaux, et pourtant regardez qui contrôle encore nos vies aujourd’hui. Nous avons à faire face à cette réalité.
Beaucoup sont passés avant, beaucoup ont parlé avant, beaucoup ont essayé avant, mais ils n’ont pas réussi à rassembler, la raison étant qu’ils ont toujours tenté de changer les conditions sociales sans aborder la vrai question de notre relation primordiale à la Vie, à la Terre, au Vivant. Ce n’est pas la révolution que nous recherchons, c’est La Libération. Nous voulons être libres d’un système de valeurs qui nous a été imposé. Nous ne voulons pas participer à ce système de valeurs. Nous ne voulons pas changer ce système de valeurs. Nous voulons le retirer de nos vies à jamais. Ce n’est pas la révolution que nous recherchons, c’est La Libération. Nous voulons être Libres.
Mais, pour que nous soyons libres, nous devons assumer nos responsabilités en tant que puissance, en tant qu’individu, en tant qu’Esprit, en tant que Peuple de la Terre. Nous devons aller au-delà de l’arrogance des droits de l’homme. Nous devons aller au-delà de l’ignorance des droits civils.
 
 
Nous devons entrer dans la réalité des droits naturels, l’ensemble du monde naturel a droit à l’existence. Nous sommes seulement une petite partie de celui-ci, reprenons notre vrai place. Nous sommes le lien spirituel avec la Terre. En tant qu’individus nous avons le pouvoir, collectivement nous avons la même puissance que le tremblement de terre, la tornade, et l’ouragan. Nous avons ce potentiel. Nous ne devons plus faire aucun compromis avec eux. Ils ne peuvent pas arrêter le vrai pouvoir de cette Terre et de la Vie, ils ne peuvent que continuer à la détruire jusqu’à ce qu’ils n’aient plus de supports, plus de vies à exploiter. Alors ils apparaîtront tels qu’ils sont en réalité : dénués de sens. Nous devons être prêts dans notre vie pour faire face à la réalité.Nous ne devons plus nous leurrer. Nous ne devons plus nous laisser berner.
Nous sommes le lien Spirituel avec la Terre. Il faut d’abord apprendre à penser individuellement avant de pouvoir penser collectivement. Réapprendre à penser avec ses intuitions, dans un monde qui joue avec nos faiblesses, pour sans cesse nous piéger. Dans un monde où la loi du plus fort s’appuie justement sur la manipulation et sur le saccage de nos émotions. Nous devons d’abord nous recentrer sur nos propres énergies, afin de ne plus laisser nos émotions êtres parasitées, manipulées, dévorées. Nous devons réapprendre à percevoir avec le cœur. Ce qui nous est livré comme étant « la Loi », « la règle », « la logique universelle » ou « supérieure » du plus fort, n’est que la loi de l’oppresseur, la logique de notre propre oppression, c’est de ces prétendues Lois dont nous devons nous libérer pour redevenir des Êtres Humains. Le véritable pouvoir est au-delà des gouvernements et de leurs directives, le véritable pouvoir de l’Homme est dans sa capacité à aimer, dans sa capacité à assumer ou pas sa propre responsabilité à la Vie.
 
Mais il nous faut plus que de bonnes intentions, il nous faut prendre un engagement, notre devoir doit être supérieur à notre volonté d’agir. Cela signifie que, à un certain moment dans nos vies, nous allons devoir décider du mode de vie que nous voulons vivre sur cette Terre, et nous allons devoir vivre ce mode de vie, même en étant minoritaires, même si nos ennemis nous entourent totalement, même si nos ennemis continuent d’agir contre nous avec leurs brutalités, leurs duretés et leurs bassesses emplies de mensonges et de corruptions.
Nous avons à nous élever face à la brutalité et la dureté, face aux bassesses, face à tous ces mensonges et ces corruptions. Nous vivons dans une société technologique qui crée beaucoup d’illusions de la réalité. Cette civilisation est l’entité la plus irresponsable qui ait jamais vécue sur cette planète. Cette civilisation n’est pas une question de responsabilité, elle est fondée sur la manipulation, la culpabilité, l’agressivité, la perversité et la banalisation de tous les comportements malsains qui en découlent. C’est un monde d’ombres.
 
Le monde réel ne retrouvera sa lumière que lorsque chacun d’entre nous assumera sa propre responsabilité à la vie. Telle est la lutte, tel est le but : La libération. La libération de la Terre, de notre Mère, de la Mère du vivant.
C’est seulement en libérant la Terre, en nous libérant de ceux qui la détruisent et la méprisent en exploitant le vivant, que nous pourrons enfin nous libérer. C’est la seule manière d’agir au présent, à travers notre passé, notre Histoire, c’est ainsi que nous déterminerons le futur, et le futur c’est maintenant.
Nous pouvons le faire. Nous devons le faire. C’est notre devoir.
 
Nous sommes le pouvoir.


7 réactions


  • philippe baron-abrioux 5 août 17:48

    @l’auteur , celui qui nous permet de prendre « connaissance » de ce discours,

     Bonjour ,

     merci d’avoir choisi de nous faire partager ce texte ,
     
     en le lisant , un premier mot m’est venu à l’esprit , le viatique , au sens latin du terme , qui permet d’entreprendre ou de poursuivre son chemin .

     puis un autre mot à la seconde lecture , une harangue , comme celle prononcée à des troupes pour fustiger leur sens de l’honneur avant la bataille que l’on ne peut éviter .

     pas un testament mais plutôt les mots que l’on dépose au cas où ,à l’oreille des amis que l’on doit à regrets bientôt quitter et que l’on ne sait pas quand aura lieu la prochaine rencontre .

     une déclaration d’amour ,pleine de respect ,de lucidité à tout le Vivant ,que nous avons tous en partage, invitant à la libération de chacun par lui même puis à renouer les liens entre nous pour revenir ensemble à une raison perdue , abusée par des leurres mortifères , captateurs de tous nos pouvoirs individuels au profit exclusif d’un petit nombre qui parle et agit en notre nom , du fait de notre abdication à réinvestir ce qui nous appartient en propre .

     une forme de « naïveté » , d’utopie, pourtant lourdes de sens, qui mérite en tous cas de nombreuses relectures et sans doute d’être transmises , d’être « passées » comme le font certains conteurs .

     bonne fin de journée !

     P.B.A

     


  • ELCHETORIX 5 août 23:13

    Bonjour l’auteur
    Et merci pour avoir édité le discours de John Trudell , qui pour moi est un discours somptueux .
    Ce descendant d’Amérindiens a plus de bon sens et d’humanité que tout ceux qui ont amené notre monde à une telle impasse pour ne pas dire une telle décadence .
    Comme de bien entendu , je place cet article , dans mes « favoris » pour le lire à nouveau et le relire lors de mes moments de « bourdons ».
    Je respire et suis en admiration de constater que ces « Indiens » génocidés " ne baissent pas les bras et restent dignes pour survivre et résister au système mortifère qui s’étend sur une grande partie des peuples de cette planète .
    Leur combat surtout spirituel est le mien en toute modestie .
    RA.


  • kalachnikov kalachnikov 6 août 16:07
    Hear the voices of the foremothers !
    Hear !
    They ask you why you let the earth become polluted
    poisoned
    exhausted ?
    They remind you where you come from,
    do you hear ?
    Again, they want to remind you
    that the earth is our mother.
    If we take her life
    we die with her.

    Gula gula


  • lloreen 7 août 14:02

    « Nous sommes Esprit. Nous sommes le pouvoir. »
    Je ne saurais mieux dire.

    C’est apparemment aussi l’avis du collectif qui a crée le conseil national de transition de France le 18 juin 2015 en prônant de reprendre son pouvoir.
    Voici l’interview de son porte-parole et de Paul Ponssot.
    https://www.youtube.com/watch?v=w1f6XBAF-KE&sns=em


  • JBL1960 JBL1960 12 août 17:07

    @ l’auteur = Je me permets de vous adresser ce billet, très complet, qui contient la vidéo doublée en français de ce discours, et que j’ai complétée par de nombreuses citations de Trudell, mais également des PDF comme La Grande Loi de la Paix de la Confédération Iroquoise datant du 12ème siècle et sous laquelle les Natifs, aujourd’hui, appelle à les y rejoindre.
    Paroles de Chefs des Nations Originelles et la toutes dernières publications de la Nation Mohawk « Seule l’ombre sait » pour qui veut entendre des paroles de bons sens, de paix qui tranchent furieusement avec le concours de testostérone actuellement en cours.
    Nous risquons de nous faire éparpiller façon puzzle aux 4 coins de l’univers pour un concours de qui a les plus grosses cojones entre Kim Trump et même Jupiter 1er...
    Ché pas vous, mais perso, je préfère lire et amplifier les Voix Anticoloniales Autochtones que les « Oui, Chef » « Ok Chef » « Parce que c’est notre projeeeEeeet ! » de France, ou du Goulag Levant...


    • JBL1960 JBL1960 12 août 17:10

      @JBL1960 Excusez mes fôtes je sors d’une opération chirurgicale au genou, ce qui n’est pas grave, mais surtout à la main droite et j’ai des bandages et l’esprit pas aussi clair de d’habitude !
      La Momie JBL smiley


Réagir