mardi 5 décembre 2023 - par olivier cabanel

On ne mange plus, on se soigne !

 

Ils sont de plus en plus nombreux à considérer que notre alimentation est surtout un moyen de rester en bonne santé…

Même nos gouvernants préconisent « 5 fruits et légumes par jour », présentant presque ça comme une thérapie.

Pas étonnant dès lors qu’un mot nouveau soit apparu récemment, les médicaliments.

Mais attention ces médicaliments peuvent être de nature industrielle, à l’image de ces compléments alimentaires que l’on consomme sous forme de gélules, et autres pilules, voire d’ampoules de liquides…lien

L’authentique médicaliment est simplement un aliment naturel non transformé dont les propriétés sont de nature à soigner telle ou telle maladie, ou du moins à compenser des carences.

Pour aller un peu plus loin dans cette thérapie, il faut préciser qu’il s’agit de consommer des produits crus, donc sans aucune préparation préalable.

On peut en citer plusieurs comme les algues, riches naturellement en iode, les dattes, les tomates, riches en niacine, le saumon, les champignons, les œufs, et beaucoup d’autres riches en vitamine D, mais sans oublier que le soleil est aussi l’un des principaux « fournisseur » en vitamine D : il s’agit de s’exposer tous les jours à midi, pendant un petit quart d’heure au printemps et en été… lien

C’est là que nous rencontrons un certain Guy-Claude Burger, lequel a fait intervenir la notion d’instinctothérapie, diététique qu’il a imaginé en 1964, qui consiste à se fier à son instinct, son intuition, pour choisir les aliments dont notre corps à besoin. lien

Elle permettrait de permettre à l’organisme de retrouver son équilibre en remettant au premier plan un choix basé sur l’intuition.

Guy-Claude Nurger explique tout ça dans son livre « manger vrai ». lien

L’auteur a écrit par la suite « la guerre du cru  » (orkos éditeur) dans lequel il poursuit sa quête, évoquant entre autres son expérience de nourriture instinctive constatant les singulières améliorations de sa santé en appliquant cette «  nourriture intuitive » : « en quelques semaines, le teint gris cendré que j’avais toujours eu est devenu normalement rosé et l’excédent de poids (13kg) a disparu alors que je mangeai toujours autant (…) les douleurs rhumatismales on totalement disparu (…) en 6 mois, en conservant les rides de mon âge mon allure a rajeuni de 15 ans...  » lien

c’est le moment d’évoquer aussi le témoignage d’une certaine U.W. qui vivait une situation compliquée, atteinte par des douleurs violentes dans les articulations, au niveau des chevilles, des pieds, des mains.

La médecine avait prescrit des anti-inflammatoires, lesquels ont perturbé tout son appareil digestif…

elle a alors essayé l’homéopathie, puis la méthode kousmine, et d’autres ont suivi sans résultats vraiment satisfaisants. lien

Elle affirme qu’au contraire de toutes les autres thérapies, seule la méthode préconisée par Burger a été efficace.

Cet instinct, cette intuition, qui nous permettrait donc de guérir, en choisissant les médicaliments dont notre corps a besoin, tout le monde ne l’a pas, ou du moins l’a à différents niveaux, qu'il faudrait pouvoir développer…

cette petite musique intérieure que nous n’écoutons pas souvent, du fait qu’elle n’a pas d’explication scientifique, qui nous fait dire parfois : « je n’aurais pas du… je le savais... », et qu’Einstein évoquait comme « une sensation du bout des doigts », serait émise par ce fameux « 3ème œil ». Certains sont convaincus que nous pouvons l’améliorer en pratiquant par exemple tous les jours une « relaxation en profondeur », mais aussi en écoutant son guide intérieur, ce que décrivaient dans leur travaux Hal et Sidra Stone, auteurs du « Dialogue intérieur ».

il faudrait aussi porter beaucoup d’attention à ce que nous appelons « les coïncidences », ou « le hasard », qui sont du domaine de la synchronicité. Lien

Il s’agit donc de prendre soin de son corps, d’écouter ses besoins

Revenons aux choix intuitifs…

Un exercice intéressant à faire serait, lors d’un passage dans un marché, par exemple, de regarder attentivement les produits proposés sur les stands, et de tenter de découvrir quels sont les aliments qui nous tentent, nous attirent...

Il est aussi probablement essentiel de prendre responsabilité de nos actions passées, essayant d’éviter de répéter les mêmes erreurs, d’être bienveillant sincèrement, et non pas pratiquer une bienveillance « polie », afin d’être en paix avec son « soi intérieur ». lien

C’est l’occasion d’évoquer la macrobiotique, cette approche de santé inventée par Georges Ohsawa dans son livre culte : « le zen macrobiotique  » (ou l’art du rajeunissement et de la longévité/1963) dans lequel il affirme : « nous sommes ce que nous mangeons », proposant de comprendre le yin et le yang, le yin représentant ce qui est « expansé, gonflé d’eau  », et le yang étant le contraire, « concentré, resserré », opposant ainsi la tomate à la carotte par exemple.

Pour l’auteur, notre nourriture est trop yin, et il faudrait la rééquilibrer, préférant par exemple cuire un aliment à la poêle afin d’en resserrer les fibres, afin d’en concentrer le goût, plutôt que de le cuire dans l’eau…

Mais Ohsawa va beaucoup plus loin, donnant des exemples de guérisons quasi miraculeuses pour des humains pour lesquels la médecine avait abandonné tout espoir, et il faut lire les quelques pages concernant un patient perdu pour la médecine, et guéri quasi miraculeusement par Ohsawa, utilisant entre autres des uméboshi, sortes de prunes conservées dans du gros sel.

Pour être tout à fait complet, rappelons qu’Ohsawa s’est inspiré des recherches menées par le docteur Sagen Ishizuka, qui préconisait la guérison des maladies sans médicaments, en équilibrant le rapport entre le sodium et le potassium, adaptation d’une ancienne tradition médicale extrême-orientale basée sur le principe d’équilibre entre Yin et Yang. Lien

Sur le chapitre de la guérison, on ne peut pas faire l’impasse sur l’utilisation des selles humaines, pour lequel France Culture à proposé récemment une série d’émissions, « les selles de la vie ».

En effet, nos excréments peuvent aussi guérir, sous certaines conditions, lorsqu’il s’agit d’intervenir lorsque notre microbiote est dégradé, entraînant de graves conséquences pour ceux qui en souffrent.

Le Professeur Harry Sokol a transposé un remèdes ancestral chinois, utilisé depuis le IVe siècle, remède appelé « la soupe dorée ».

Il s’agit d’une transplantation fécale sous certaines conditions, et des dizaines de laboratoires se sont engagés dans ces recherches, allant même jusqu’à rémunérer les dons de selles, même si les donneurs sont rares, et triés sur le volet.

D’ailleurs l’agence nationale du médicament a défini le microbiote fécal comme médicament, et la transplantation fécale se pratique dans des services où les patients sont en impasse thérapeutique.

Comme l’assure le professeur Florent Malard : « on peut se dire, ça fait peur de donner du caca à un patient qui est fragile (…) on a pu montrer qu’il y a moins d’infection après le traitement, et on évite les effets secondaires »...ce qui fait dire au Professeur Sokol que cette thérapie s’applique avec succès pour ceux qui sont soumis à des infections multirécidivantes, suite à une bactérie appelée Clostridium difficile, présente dans l’intestin d’au moins 3 % des sujets sains. Or si on a un microbiote en bonne santé, cette bactérie ne peut pas se développer, mais si on prend des antibiotiques, notre microbiote va s’altérer et laisser plus de place à cette Clostridium difficile...lien

Comme dit mon vieil ami pour une fois indien : « fais du bien à ton corps pour que ton âme ait envie d’y rester  ».

l’image illustrant l’article vient de Lbio.potager

Merci aux internautes pour leur aide précieuse

Olivier Cabanel

Articles parus

un bon docteur n’a pas de clients

quand l’abeille guérit

Nous sommes ce que nous mangeons

Ces plantes qui tuent le cancer

Atchoum

L’huile de l’arbre

Un article à la noix

A table avec les sauvages

A table avec les insectes

Des racines et des arbres

Finissez vos assiettes

Main verte pour tomate rouge

La drogue ce tabou

Ces plantes qui font trembler Big-Pharma

Arrêtez la terre, je veux descendre

A l’oreille des feuilles

La terre folle

Au bois de mon cœur

Les dessous du chou

Le jardin extraordinaire

Des piquants qui protègent

Ces plantes qui tuent les virus

L’amarante, plante espiègle

Des pommes, des poires, mais pas n’importe quoi

Aimer la Terre

A l’aide d’iode

N’écrasez pas le champignon

Jamais déçu par le chou

Sauvé par l’écorce



19 réactions


  • Clocel Clocel 5 décembre 2023 13:28

    La France n’est même plus autonome pour son alimentation de base, quelque chose me dit que, d’ici peu, la « qualité » des produits va devenir très secondaire, il faudra remplir les pourceaux.

    Que voulez-vous, la nation c’est ringard, la mafia mondialiste, c’est tellement mieux.


  • juluch juluch 5 décembre 2023 14:39

    Bonjour Olivier

    J’ai fais il y a quelques temps une daube de sanglier et récemment des daurades fraiches....j’espère que c’est ok pour moi !!

     smiley

  • SilentArrow 5 décembre 2023 16:26

    @Olvier Cabanel

     

    à l’image de ces compléments alimentaires que l’on consomme sous forme de gélules, et autres pilules, voire d’ampoules de liquides…

    Mon organisme ayant cessé de secréter l’alcool dont il a besoin, je suis obligé de le prendre sous forme ds compléments alimentaires liquides : vin, ricard, bière, whisky, vodka...


    • olivier cabanel olivier cabanel 6 décembre 2023 08:48

      @SilentArrow
      ricard ?
      ouh la la...méfiez vous, parait que ça endommage les neurones ...et la vue ! 
      mais l’essentiel serait d’avoir une bonne intuition ! smiley


    • SilentArrow 8 décembre 2023 07:37

      @olivier cabanel
       

      ricard ?

      ouh la la...méfiez vous, parait que ça endommage les neurones ...et la vue !

      Pas de soucis, c’est du bon, du fait maison avec de vraies épices, le ricard industriel n’étant pas vendu ici.

  • saint louis 5 décembre 2023 21:16

    Le dessin illustrant cet article est très clair.

    Ça fait des années que l’on achète nos fruits et légumes chez le petit producteur local qui cultive à l’ancienne sans pesticide.

    C’est impressionnant de constater que les agriculteurs non bio ne consomment pas, pour la plupart, leurs productions, végétaux et viande.

    Ils savent le danger des traitements chimiques autorisés.

    Du coup, ils se font leurs jardin et élevage à part.


    • olivier cabanel olivier cabanel 6 décembre 2023 08:50

      @saint louis
      hélas !
      par contre, certains accusent le bio de ne pas l’être totalement...ils peuvent avoir raison, et je leur répond immanquablement que le bio sera de toute façon moins dangereux... smiley


  • zygzornifle zygzornifle 6 décembre 2023 08:58

    Notre alimentation est entre les mains des lobbies sous le sourire béat de nos politiques qui ramassent « un pognon de dingue » a la pelle ....

    Tu bouffes industriel fabriquée par des grands groupes et tu avales des médocs fabriqués par les grands labos, le fric coule en fleuve et se jette dans un océan de pognon et tu finis entre les crochets des grands groupes de pompe funèbres ..... 


  • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 6 décembre 2023 09:43

    L’intuition est bénéfique quand on possède un esprit bien fait, non encombré de biais cognitifs et une culture saine. Maléfique dans le cas contraire. C’est comme la chance vs la poisse.


  • ricoxy ricoxy 6 décembre 2023 10:18

     

    Ce que vais dire est peut-être bizarre, voire mystique. Mais si l’on prend la peine de choisir ses produits, de les cuisiner sinon avec amour du moins avec soin, en y consacrant le temps qu’il faut, hé bien il y a une sorte de reconnaissance du corps, qui apprécie qu’on s’occupe de lui. Cette reconnaissance apporte une immunité naturelle.

     


    • SilentArrow 8 décembre 2023 07:32

      @ricoxy

      Autrement dit, il vaut mieux manger des produits non bio dans la convivialité et l’insouciance que de manger bio en s’inquiétant pour sa petite santé.

      « Ce n’est pas ce qui entre dans la bouche qui souille l’homme, mais ce qui en sort. »

      Effet placebo o nocebo ?


    • ricoxy ricoxy 10 décembre 2023 11:26

       
      ►SilentArrow
       
      Je n’ai jamais fait allusion au bio. Je suggère qu’il faut acheter des produits si possible de qualité (production locale, par exemple), et prendre la peine de les cuisiner. Exclure les plats préparés, les produits trnasformés et autres joyeusetés qui gâchent l’appétit et la santé.
       


  • zygzornifle zygzornifle 7 décembre 2023 09:07

    Vu les prix quand on mange on se saigne .....


  • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 10 décembre 2023 13:40

    « Que ton aliment soit ton médicament » Cette citation attribuée à Hippocrate n’existerait pas ! » https://isupnat-naturopathie.fr/que-ton-aliment-soit-ton-medicament-cette-citation-dhippocrate-nexiste-pas/ Mais contrairement à ce que pourrait suggérer ce titre, l’article va dans ce sens.

     

    La Toxicité de la Nourriture Industrielle, par William Reymond publié en novembre 2010

    Marie-Monique Robin : “Il y a du poison partout dans la nourriture” (2011)

    Les insectes progressent dans nos assiettes (février 2023)


    Et aussi cet article rassurant comme on en connait tant mais qui confirme néanmoins que le danger est déjà là et que l’on peut craindre le pire.

     

    Permettez moi de rappeler à notre cher Olivier son article de 2008 :

    A table avec les insectes 


    • Legestr glaz Legestr glaz 11 décembre 2023 10:00

      @Francis, agnotologue

      L’additif E471 est omniprésent dans notre alimentation. Il est dangereux. Les industriels « masquent » sa présence dans les aliments en utilisant le terme de « mono et diglycérides d’acides gras ». 

      Toutes le farines en sont chargées. Toutes.

      ... « Apparemment l’émulsifiant le plus couramment utilisé dans l’alimentation transformée [29,8]. Il est listé au Codex alimentarius comme antimoussant, émulsifiant et stabilisant [13a], et peut être ajouté, selon sa vision, à une vaste gamme d’aliments divers à toute dose estimée nécessaire par le fabricant [13b]. »

      https://www.additifs-alimentaires.net/E471.php

      Mais on peut trouver des « groupes scientifiques » qui vont indiquer que cet additif n’est pas dangereux, à « petites doses ». 

      ... « A petites doses, la consommation de ce mono et diglycérides d’acides gras n’entraine pas de risque pour notre santé. »C’est la raison pour laquelle ce produit n’a pas de dose journalière admissible (DJA) contrairement à de nombreux autres additifs« , indique Marie-Laure André. En effet, l’EFSA (Autorité Européenne de Sécurité des Aliments) mentionne que »[...] l’additif « mono- et diglycérides d’acides gras » (E 471) ne présente aucun risque pour la sécurité aux doses habituellement rencontrées".

      Mais à fortes doses, c’est une autre histoire ! Selon une étude publiée dans leBristish Medical Journalen septembre 2023 et menée sur plus de 95 000 personnes, les additifs, et plus particulièrement les émulsifiants, auraient un impact sur notre santé : ces produits de texture seraient associés à un risque accru de maladies cardiovasculaires, de maladies coronariennes et de maladies cérébrovasculaires1. Cinq émulsifiants sont spécifiquement pointés du doigt, parmi lesquels le E471.

      https://www.doctissimo.fr/nutrition/alimentation-et-sante/bien-manger-pour-etre-en-bonne-sante/additifs-alimentaires/faut-il-boycotter-ladditif-e471/b8bc6b_ar.html

      https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/37673430/


Réagir