mardi 17 septembre - par ddacoudre

OUi à la MONNAIE. NON à l’ARGENT

 Le Capitalisme a BESOIN d'argent, l'HUMAIN de monnaie. L'humanité doit grandir.
Elle ne pourra le faire qu'en virant du pouvoir ceux qui s'accrochent à l'ARGENT.

Ou nous le comprenons ou le DESTIN s'en chargera à nôtre place, comme il l'a toujours FAIT. 
Et nous, pauvres IGNORANTS nous sommes obligés de le regarder s'écouler. Incapables d'associer toutes les actions qui y concourent.

Pour la météo nous avons mis en place de grands ordinateurs, qui analysent les éléments du temps.
Pour nos existence aussi nous avons mis en place de grands ordinateurs, mais ils n'analysent pas les éléments de nos VIES, mais la circulation de l'argent auxquels ils AJUSTENT nos vies.

Et pas un d'entre nous d'en démordre.

C'est un homme qui sous un arbre regarde le fruit qui pend. Il a faim, mais attend que quelqu'un lui donne de l'argent pour le cueillir. LÀ est le DRAME des salariés, de ceux qui paient TOUT. De ceux qui baignent dans leur médiocrité cérébrale.

C'est comme cela que nous avons par la pensée UNIQUE distordu nos comportements instinctifs innés, d'agir naturellement puisque nous sommes conçus pour cela.
Pour TRAVAILLER nous n'avons pas besoin d'argent. 
Nous avons besoin d'un moyen d'échange, la monnaie.

Il n'y a sur cette planète aucun grain de riz, aucun service, aucune création humaine qui ait une valeur financière, qui vaille de l'argent.
Des hommes amassent des fortunes d'argent, parce que ceux qui pourraient lever la main pour prendre le fruit suspendu à l'arbre attendent que les riches leur donnent de l'argent.
Je vais être trivial.
 Plus con que ça tu MEURS. 
 Il faut tout de même constater que nous sommes 7 milliards en VIE, c'est une réalité que je dois bien constater.
Ce qui semble me donner tort.

Quelques instants de réflexion suffisent à comprendre que l'activité TRAVAIL transforme, multiplie, produit, imagine, assemble tout ce que la planète tient à notre disposition et que l'univers a créé avant nous.
Sans cette activité travail il n'y aurait pas grand monde sur terre.

Ainsi nos ancêtres qui se sont mis au boulot au mésolithique ou avant, n'avaient pas envisagé notre destinée, malgré leurs devins, leurs astrologues, leurs mages, et tous leurs sacrifices incantatoires.

Ce qui a déterminé notre destinée est, le MANQUE.
Manque. D'aliments, Eau, de logements, d'habillement, d'Energie.

À aucun moment ils n'ont manqué d'argent.

Alors de quoi a BESOIN celui qui travaille ?

D'Aliments, d'eau, de logement, d'habillement, de repos. 
C'est à dire d'un niveau de vie que chacun peut s'aménager sans argent en se concertant.
Ainsi notre travail n'a de valeur que celui de notre niveau de vie. 

Ce que nous consommons.

Soit aujourd'hui la valeur des 1000 articles de références de I'INSEE.
Mais pas en argent, mais en produit de première nécessité pour vivre au minimum.

Chacun des produits, chacun des 1000 articles n'est égal qu'à 1/30 de la valeur de ces 1000 articles.
Mais combien coûte chaque article ?
Pour l'INSEE c'est facile, elle fait le relevé des prix affichés.

Pour la réalité il en est autrement.

Ce sont les hommes qui ont travaillé pour faire ces 1000 articles.
Qu'ont-ils dépensé pour les produire ?

De l'énergie, de l'ENERGIE HUMAINE, et seulement CELA.

Pourquoi, alors, on leur donne de l'ARGENT pour les produire ?

L'on peut poser la question autrement. 

Pourquoi on leur donne un COUP de FOUET pour produire les 1000 articles dont ils ont besoin pour vivre. 
Cela depuis que l'homme PRODUIT ce qui est RARE.

Le TRAVAIL n'est pas dans notre NATURE instinctive.

C'est un moyen CULTUREL. 
Un moyen d'adaptation pour produire l'ENERGIE nécessaire aux hommes, justement pour produire ce qui leur MANQUE afin exister.
Pour se RÉJOUIR de l'existence qu'ils peuvent se donner, se fabriquer, extraire de la planète.
Pour trouver des aliments, de l'eau, des habits, des abris, et ce qu'ils jugent utiles
pour se réjouir du résultat de leur travail.

Mais ça ne s'arrête pas là.

L'homme recherche par tout moyen ce qui peut lui éviter de dépenser de l'ENERGIE pour TRAVAILLER.
Cela afin d'en arriver à se faire remplacer au travail pour redevenir ce que NATURELLEMENT nous sommes.

Des CUEILLEURS.

Cela a un coût. En prendre conscience par l'usage de notre intelligence.


Nous serons alors contraints d'apprendre d'un bout de la vie à l'autre, sous peine de voir disparaître encore plus vite, les aliments, l'eau, les habits, les abris.
Devoir aller apprendre au lieu d'aller travailler.

Sauf, sauf si nous utilisons notre intelligence pour redonner à la planète la capacité de REPRODUIRE l'ABONDANCE

La seule raison qui nous en empêche, c'est l'ARGENT. Car ce que l'on cueille en rapporte pas.
Je l'ai écrit, nous attendons de recevoir de l'argent pour cueillir les fruits. 
Chacun a compris que ce fruit est notre INTELLIGENCE créatrice.
.
Une intelligence qui ne manque à personne, même quand on est "CON", pour ne pas le rester il suffit d'apprendre.

Quand j'écris permettre à la terre de nous apporter l'abondance, il ne s'agit pas seulement de réorganiser nos productions alimentaires. Pas réfléchir à quelle surface de terres arables nous disposons, mais continuer ce que nous faisons, faire donner à un épi la quantité qui nous est nécessaire. Également de mettre notre intelligence au service de l'HUMAIN, et non de l'argent.
Deux exemples. 
1/ La sécheresse nous touche et ce n'est pas la première fois. Notre débat se résume à qui va payer les dégâts. Les assurances l'état. Ne vous emmerdez pas avec cette discussion ce sont seulement les 21 millions de salariés qui TRAVAILLENT.
Une question. 
Pourquoi ils n'ont pas développé des réseaux d'irrigation ?
Nous savons faire, des pipe Line amènent le gaz depuis la RUSSIE et un réseau le distribue.
Nous attendons, qu'un Paul Riquet investisse sa Fortune, parce que les concernés sont incapables d'une concertation.
Ils attendent que quelqu'un leur donne de l'argent ou un COUP de FOUET.
2/ Pour Yves Cochet nous risquons un effondrement. C'est à dire une rupture brutale des besoins de bases, eau, alimentation, logement. Habillement, énergie. parce que ELLES ne seront plus FOURNIS à un PRIX RAISONABLE !!!!!!!!!!!
La Messe est dites. Traduction.
Nous avons les Moyens les Savoirs, les Compétences. 
MAIS personne ne veut nous donner de L'ARGENT, ni le Capital qui n'y trouvent pas son Profit, ni les 21 millions de salariés qui préfèrent crever la bouche ouverte plutôt que de se concerter POUR CRÉER la MONNAIE nécessaire et faire de la dette pour SAUVER leur VIE.
Alors plus con que ça on meurt ou pas ?

Nous savons tous que l'argent c'est du vent ?

Nous cachons tous notre désir inavoué d'en avoir pour ne PLUS AVOIR À TRAVAILLER.
Et ne venait pas me raconter que nous nous "éclatons" au boulot. L'inné dément cela !

Donc utilisons nos facultés.

Avec nous cherchons "l'immortalité" ( prolonger la vie).
Avec nous cherchons à l'éliminer nos ennemis (les armes nucléaires et autres)
Avec nous avons su Cloner, Cultiver des Cellules, Créer des espèces hybrides, etc.

Avec nous avons Fabriqué des armes chimiques, bactériologiques, atomiques.

Nous savons faire, nous avons l'intelligence.

Alors pourquoi la limiter par l'argent ?

Ou plutôt ne pas affronter notre réalité psychique, le TRAVAIL n'est pas fait pour faire de l'ARGENT afin de GLANDER.

Le TRAVAIL poursuit une finalité que nous exprimons depuis des millénaires.
Redevenir des CUEILLEURS.
La planète ne donnera plus toute seule nos besoins. Mais comme nous avons extirpé de son sein le meilleur et le pire, nous pouvons continuer d'accroître la production vivrière, la production halieutique par exemple.
EN fait définir quelle production nous pouvons remettre en place pour que NATURELLEMENT elle produise le nécessaire alimentaires ou énergétique pour les humains (l'autorégulation de l'espèce suivra de fait)

Nous sommes engagés dans cette voie par le FOUET ou le PROFIT.

Suite à l'échec de toutes les tentatives avortées de la conscience d'une HUMANITÉ,
les libres penseurs nous ont proposé et nous proposent toujours le bâton ou la carotte. La Carotte pour eux le bâton pour les 21 millions de salariés qui la leur pèlent.
Et nous avons choisi en intelligence de nous plier à ce schéma. 
Et avec en finalité, la carotte, l'ÉTERNITÉ, le bâton l'ARME ATOMIQUE.
Il est facile de comprendre que l'arme atomique nous donnera l'éternité.

En fait je ne dis rien de plus que la recherche permanente de se faire remplacer au travail en cumulant de l'ARGENT pour GLANDER nous a conduit à concevoir une arme pour détruire notre capacité créatrice, l'usage de notre intelligence.

Le fait que bien des pays la veulent et un signe négatif. 
Car il se trouvera quelqu'un qui pour de l'ARGENT la leur donnera.
Nous nous retrouvons encore avec le même paradoxe. 
D'un côté pour être CRÉATIF nous attendons que l'on nous donne de l'argent. (le fruit suspendu), bien que nous disposions des CAPACITÉS à satisfaire nos besoins pour VIVRE. 
De l'autre côté des hommes sont prêts à donner de l'ARGENT pour détruire cette capacité.
Qu'elle réponse y donnons nous ? 
Cela maintien un équilibre ! 
Et nous nous y accrochons pour ne pas entendre la petite voix qui sait que nous nous en servirons.
J'invite donc nos statisticiens férus de pronostics politiques, d'opinions publique de rentrer les données historiques économiques et géopolitiques pour envisager quand sont usage deviendra probable. 

Pour ceux qui connaissent Hervé Le BRAS j'avais rapporté de lui et d'un collaborateur dont j'ai oublié le nom, qu'ils avaient envisagé une possible d'évolution de l'humanité dans 80000 ans. Si ça n'est pas de l'optimisme je ne m'y connais pas.

Il semble donc qu'à aujourd'hui nous ayons besoin de la carotte, l'argent et du fouet encore l'argent. 
Ainsi pour TRAVAILLER nous avons remplace le FOUET par L'ARGENT. Nous l'avons mis au centre de notre vie. 
Donner moi de l'argent pour cueillir le fruit.

Ce fut intelligent en soi, même si nous ne l'avons pas fait en intelligence, mais par REBONDS consécutifs consécutifs des conflits de l'existence. 
Sauf qu'avec le dernier, nous avons construit en intelligence des armes de destruction massive.

Nous avons laisse passé l'opportunité d'un désarmement avec Ronald Reagan et Gorbatchev. Avant longtemps nous ne retrouverons pas cette opportunité puisque les prétendants se sont multipliés.

Alors pouvons nous solutionner la RAISON qui les justifient ?

Au premier chef, la RARETÉ.
Comment retrouver une abondance sans devoir TRAVAILLER POUR AVOIR DE L'ARGENT POUR NE PLUS AVOIR À TRAVAILLER.

Nous retrouverons notre boucle de Moebius.
Le produit que je réalise coûte le travail de 1000 ARTICLES dont j'ai besoins pour VIVRE.
Si je produis une bouteille dans le mois elles coûtera 1000 articles. Si j'en produis 1000 elles coûteront chacune 1/1000 de ce dont j'ai besoin pour vivre.

Le travail n'a dont de valeur que celle de l'existence que nous voulons PRODUIRE.
Et pour faire circuler nos productions qui ne sont pas toutes divisibles, nous avons un équivalent la MONNAIE.

C'est simple, jusqu'à ce que des petits malins qui désirent une vie sans travailler, (commercer pour s'enrichir) exploitent les moyens de production pour cumuler de la MONNAIE D'ÉCHANGE pour en faire de l'ARGENT, car sa finalité que l'on recherche, c'est pouvoir en cumuler, pour disposer des 1000 articles SANS AVOIR à les PRODUIRE.

SANS AVOIR À TRAVAILLER.

Sans jamais reconnaître que l'on ne veut pas TRAVAILLER.

Nous nous sommes CACHÉS cette réalité, depuis au moins 5000 ans, si ce n'est pas plus
D'abord en racontant que Dieu nous avez PUNI L'HOMME, (homme travaillera à la sueur de son front). 
Ça ne se discute pas cela vient d'une autorité supérieure incontestable. 
Ensuite la MORALE originaire de cette autorité s'en est mêlé.
CEUX qui ne travaillent pas sont des FEIGNANTS.
Et la république d'enchaîner.
La république doit former d'honnêtes citoyens pour TRAVAILLER.
Et Sarkozy de rajouter l'école doit conduire à un emploi.

Qui peut dire qu'on lui ait seulement expliqué que c'est la RARETÉ qui dirige nos vies.

Qui peut dire qu'on lui a seulement expliqué que nous produisons ce qui nous MANQUE pour s'alimenter, boire, se vêtir, s'abriter. 
Et nous nous sommes toujours battus pour cela, et SEULEMENT pour CELA quels que soit les artifices sociétaux, culturels dont nous l'ayons habillé. Hier avec les RELIGIONS, aujourd'hui avec les DOMINANTS SYSTÉMIQUES dont le Capitalisme.

Battus pour nous approprier le travail des AUTRES sans vouloir partager le NOTRE.
Cela porte un nom nous nous battons pour nous répartir la RARETÉ.

Aujourd'hui nous sommes arrivés à un tournant de l'utilisation de nos connaissances gérées par l'organisation Capitaliste des ressources de la planète dans la seule finalité de réaliser du Capital.

La formation du Capital est liée à L'INCURIE des populations (du groupe) de se CONCERTER pour réunir les moyens nécessaires pour satisfaire ses besoins (coopératives).
D'avoir une vision globale de l'existence dans laquelle s'épanouit l'intérêt individuel qui en est le réalisateur en conscience.

En 50 ans les dégâts réalisé ont été supérieurs aux bénéfices que nous en avons retiré. 
juste deux notions pour le faire mesurer avec son paradoxe.

Dans une société plus sure, plus sécurisé, l'augmentation des crimes et délits a progressé en parallèle à celle du chômage, celle des créations de biens, celle de l'enrichissement, celle de la pollution, celle de la consommation de médicaments, celle de l'espérance de vie.

Hors immigration, la dénatalité des autochtones s'est poursuivie, et la production de sperme a diminué. 

Ce sont deux critères essentiels pour prendre conscience que le monde que nous développons à la seule fin de faire de l'ARGENt n'est pas FAVORABLE à la VIE.

Chacun comprend que ce n'est pas par le ressenti individuel que l'on prend la mesure du monde de nos interactions.
Que ce n'est pas seulement le local, vu comme un nombril, qui suffira, s'il ne s'inscrit pas dans le monde.

La population ne touchera jamais cela du doigt sans PLURALITÉ de SAVOIRS.

Si pour toute information elle regarde son nombril et que l'essentiel se résume à réfléchir pourquoi Trump est orange, pourquoi Moretti et Mélenchon boivent de la camomille.

NOUS AVONS TOUS DANS NOS CERVEAUX L'INTELLIGENCE DISPONIBLE,, DONNONS LUI autre chose que de la CAMOMILLE.

Vous en doutez peut-être, moi pas. Il y a 2020 ans un homme disait ceci.

Ne vous préoccupez pas de ce que vous aurez à manger. Est-ce que l'oiseau s'en préoccupe. Dieu y pourvoira.

Interpréter cette parabole n'est pas simple.

Dieu y a pourvu. Il a créé une planète où nous y avons puisé nos créations actuelles et nous y puiserons celles de demain, nos erreurs en moins. Pourvu que nous accordions plus d'importance à la confiance en l'humain qu'en l'argent.

La parabole invite à se préoccupe de son âme. De ce qui fait de nous des humains.

Qu'avons nous fait d'autre que de moderniser la technique sans changer le fond de ce que des hommes avaient déjà COMPRIS.

Alors Il ne faut pas que mettre l'HUMAIN d'abord ne soit qu'un slogan messieurs de La France Insoumise.

 



13 réactions


  • Sharpshooter - Snoopy86 Sharpshooter - Snoopy86 17 septembre 16:56

    Dis nous Dédé, 

    C’est co-écrit par Bernard Panda ?


  • zelectron zelectron 17 septembre 17:12

    « Il n’y a jamais eu, il n’y a pas et il n’y aura jamais de monnaie qui vaille »

    lire la petite histoire de la monnaie à travers les siècles : un désastre !


    • ddacoudre ddacoudre 17 septembre 17:42

      @zelectron Ou bonjour

      Je connais Mais nous pouvons en créer une international qui n’est pas discutable Le temps que l’on passe à produire au regard de l’ENERGIE dépensé. Mais cela doit s’accompagner de conscience citoyenne et Humaine. Ce est pas parce que nous avons échoué plusieurs fois qu’il faut renoncer. Cordialement ddacoudre OverBlog


  • Eric Havas Eric Havas 18 septembre 11:13

    Pour que l’argent du trader de la City « remain » puisse acheter le chalet du souchien à Chamonix, il faut :

     

    remplir les banlieues de votes Micron multiculturels assurance de la Finance et du divide et impera

    — avoir l’ « Open Society » des NoBorder, pas de priorité au souchien, pas de contrôle des changes (Mitterrand), pas de peuple, pas de culture, pas de fierté, juste bobo bien rond bien lisse « politiquement correct » bien ouvert...

    n’être qu’un sexe décérébré pousseur de caddie, c.a.d un gocho, ne pas avoir de surmoi, c..a.d être bobo la bonnasse, hipster, gay, geek, vegan...

     


    • ddacoudre ddacoudre 18 septembre 18:50

      @Eric Havas Bonjour Bien compris ton commentaire, il présent une difficulté essentielle ne pas distinguer le conservatisme de immobilisme. Toutes les cultures évolue, non parce que nous le voulons, mais parce que en modifiant notre environnement nous modifions les réponses qu’il faut lui apporter, et ce n’est pas quelque-chose que nous comprenons. Parmi nos CULTURE ils y a des fondements que l’on conservent sans même s’interroger. Cela fait de nous des conservateurs et non des immobilières. Les progressistes sont généralement aussi des conservateurs. Et tout dépend de l’objectif qu’il vise. L’on peut même faire la démonstration qu’en économique les progressistes sont des immobilisme car ils ne bouge pas d’un iota une organisation d’exploitation séculaire se bornant à changer l’aspect des éléments qui l’organise en fonction de l’évolution des connaissances et découvertes, ça en fait pas des conservateurs car il considère leur organisation comme intangible. Avec les différents cultures se pose le même rapport, particulièrement avec des sociétés fondamentalistes où l’environnement qui a développé leur culture n’est plus. Cordialement ddacoudre OverBlog


    • ddacoudre ddacoudre 18 septembre 18:51

      @ddacoudre

      Eratum faut lire immobiliste et non immobilière.


    • Eric Havas Eric Havas 18 septembre 19:39

      @ddacoudre
      1)
      Tout ce que vous racontez ce résume en 4 mots : « négation de la négation »
      fondement de tous les « archéo-futurisme » que vous évoquez
      un ex que je trouve très didactique, Marx :
      « A l’opposé du mot d’ordre conservateur : ˜Un salaire équitable pour une journée de travail équitable, les prolétaires doivent inscrire dans leur drapeau le mot d’ordre révolutionnaire : ’Abolition du salariat’ »
      veut dire :
      — les réformistes socialistes sont des conservateurs car il garde des catégories de penser capitalistes (conservatrices)
      le vrai révolution nie le système (1ere négation, cici las bas salaires) mais aussi sa façon ancienne de penser, il en trouve une nvlle (2eme négation) ici il pense plus augmentation de salaire mais plus de salaire, plus de propriété, ce qui l’archaïsme même des tribus primitives (conserver l’essence humaine)
       
      Après force est de constater que ni l’ED ni EG n’a cette 2eme négation.

      2)
      Elle se trouve dans l’auto-mouvement historique
      « Ils le font mais ne savent pourquoi (la travail, le progrès, la science etc...) » (où Esprit du Monde à l’insu de son plein gré chez Hegel)
      C’est ce mcmt souterrain qui donne la 2eme négation (pour Marx la crise finale du capital et l’éducation éclaireraient les esprits)
       
      3)
      Que voit-on du mvmt historique actuel ? Transhumanisme, espace vital détruit, démographie
      Alors la 2eme négation est évidente. La mort de la Mort et l’Espace vital ne se vendent pas. C’est le retour d’un archéo-holisme.d’un futuro-communisme
       
      Développez ça vous qui avez l’approbation du Ministère de la Vérité gocho.


    • Eric Havas Eric Havas 18 septembre 19:48

      @ddacoudre
      C’est le syndrome Don Quichotte, nostalgie cafardeuse, halluciné du Passé, halluciné du Présent
       
      effectivement Micron est un halluciné du libéralisme présent qui l’a format
      Il est ds le « connu trop connu par là inconnu », il est scotché ds ce qu’il connait du présent

      Zemmour est un halluciné du Passé (Napoléon), il « déconstruit les déconstructeurs » (le purinement libéral-libertaire) ds un paradigme ancien, réactionnaire, Joseph de Maistres, l’Emprire, la nation etc.
       
      Le RN, Buisson, De Villiers, Asselineau etc. le nie ds un paradigme gaullien, national, tout aussi dépassé, personne ne mourra plus ds la tranchées pour supermarché Boobaland
       
      A eux tous manque la négation de leur façon de penser, la négation de leur façon de protester et de voir le réel. Bref des cons.
       
      C’est le mvmt historique d’individuation qui exige un « holisme » de plus en plus complexe (la grande thèse de Hegel qui verra l’état de droit providence comme liberté et rationalité ultimes)


    • Eric Havas Eric Havas 18 septembre 20:02

      @ddacoudre
      Si vs avez tenu ds les 2 1er commentaires ajoutons un peu de tactique
       
      La 1ere négation zemmourienne, frontiste, doit son succès à ce qu’elle se base justement sur des catégories de pensée connues. Alors qu’une nvlle façon de voir les choses est réservée à l’ « élite » (quiproquo de la révolution bourgeoise de 89, communiste de 17)
      De là une révolution « conservatrice » a plus de succès, c’est pourquoi le fascisme, le communisme, le nazisme panache leur discours. « La terre aux paysans », « le pouvoir aux soviets » disait Lénine... mon cul ! 
      Le mvmt historique économique change l’élite dominante pas le peuple (le régime tsariste repeint en rouge dit Lénine).
      Aussi tte révolution basée sur de l’économique est foutaise où propagande. La vraie pensée révolutionnaire comme le voit Marx est révolution « métaphysique »...telle fin de la propriété pour retour archaïque à la tribu primitive modernisée, la race au dessus de tout comme nvlle tribu, le transhumanisme comme métaphysique ultime, à la fois religion et nation de l’espèce,
      Méditez...


    • ddacoudre ddacoudre 19 septembre 10:11

      @Eric Havas

      Bonjour J’y médite depuis 1976 et le jour où j’aurais trouvé une solution j’irais chez les fous car je serai devenu un dangereux fasciste qui veut sauver le monde contre sa nature dynamique. Merci de m’avoir conduit à cette réflexion. C’est cela l’existence ne fermer aucune porte. J’ai bien compris ton analyse.ce peut être une vision. Elle est rationnelle à tes propres informations et ton existence comme chacun d’entre nous donc viable. Elle supporte deux difficultés l’acceptation que cette vision ne conduise pas à des confrontations donc une grande conscience de l’existence pour se tribaliser comme mode de cohésion humaine. 2/ exige une économie d’abondance. Quand je parle de fondamentaux. Je l’illustre par une réflexion prise dans Le Pèlerin UN moine y disait « Dieu à mal fait la femme car il lui a permis de mettre au monde des enfants avant d’être adulte » Nous pouvons tout imaginer, ce sera toujours en possibilité être puisque on le pense. Mais l’on ne pourra pas modifier cette prévalence d’être une création. Cordialement ddacoudre OverBlog


    • Eric Havas Eric Havas 19 septembre 12:42

      @ddacoudre
      La « nature dynamique » de l’homme s’appelle Prométhée, « Prométhée est le vrai dieu des grecs » disait Vernant
      C’est en fait vous l’idéaliste et pas le matérialiste. D’ailleurs Marx oscille entre idéalisme et matérialisme car évidement il ne peut pas lire le gène humain...
      Alors Meilleur des Mondes, quand le gène lui-même est modifiable on atteint (enfin) l’hybris de la volonté de puissance, la « dialectique de la raison » (Adorno) non limitée. Là vient le fascisme (où le communisme), l’homme vraiment nouveau est possible (contre les naturaliste de tous poils, les épilés en titane)
       
      Évidement qu’elle conduit à des confrontations, c’est le but (écologique) !
       
      Non pas une économie d’abondance, l’immortel peut se contenter d’une forêt germanique. C’est pour ça que l’immortatlité est une métaphysique ultime qui « critique l’économie politique » (Marx, c.a.d une politique basée sur l’économie)
       
      Et oui, la première étape est l’idéel, le facisme est une œuvre d’art en laquelle aucune partie ne se sépare du Tout ; quoi de mieux qu’une Sparte d’Immortels ? et suffit de voir les film d’Hollywood pour voir les sous-entendus du tps, mais on ne dépasse jamais son tps...
       
      La mort de la Mort fera descendre bobo de son arbre, et plus vouloir supprimer « son être-étranger » (s’oublier) de façon extérieur, c.a.d de la façon gocho : la branlette au Supermarché.
       


    • ddacoudre ddacoudre 19 septembre 16:49

      @Eric Havas

      Bonjour

      Qu’aurait pense l’australopithèque si on lui avait présent son descendant. Il l’aurait certainement mangé comme gibier. L’idéologie de la race supérieur, n’est pas en soi gênante si l’on ne force pas la dynamique de l’histoire qui la retiendra si elle anda place dans expansion de l’univers qui se construit d’une manière aléatoire car nous ne pouvons pas mesurer la puissance de la déflagration initiale qui organisé de fait son développement faire à mesure de son expansion en mettant en situation d’agrégation et d’attraction ce qui doit l’être du fait de leur propre valeur quelle que soit leur nature nous sommes inscrit dans un tel processus. Si nous avons pu décrypter les gênes, les mécanismes cérébraux, ce n’est certainement pas grâce à une finalité supérieur de l’HUMAIN. Nous sommes effectibement tenu par la rerate qui tient sa place dans le grand puzzle. Ceux qui y ont trouvé un pouvoir archaïque ou du primate que nous sommes ont distordu l’émulation lié à la rareté. Quand je suggère que la compétition se déroule autour des Savoirs que u matérialisme, je n’ai ni l’illusion de penser que cette pensée est issus de mon génie, ni qu’elle ne soit pas le fruit de mon histoire dans un environnement qui dans son dynamisme à exécutée les choix d’une voie que je revendique avoir choisir librement car je suis incapable d’en saisir tous les éléments qui affectent y compris ceux qui sont inconscients. Il faut donc laissé le temps dissoudre l’immobilisme pour que l’homme nouveau, dont notre vision à aujourd’hui le situe dans ,800 000 ans se construise sans four crématoire par les Savoirs d’une génération à l’autre, qui élimine de fait en ne le retenant pas, ce que la nature ne jugera pas utile. Ce n’est pas nous qui en décidons, il faut que ça tombe sur un sol fertile. Comme pour un arbre qui jetterai au vent toutes ses graines d’idées. En espérant qu’elle tombe en terrain fertile


Réagir