lundi 8 janvier 2018 - par Philippe Huysmans

Petite leçon de sophistique à l’usage des bulots, par Monsieur Joffrin

Benoit Rittaud, mathématicien et président de l'Association des climato-réalistes était le 5 janvier dernier invité sur le plateau de l’émission l’Heure des Pros sur CNews. L'occasion pour l'éditocrate Laurent Joffrin d'endosser le rôle de Torquemada, et de nous servir quelques perles de sophistique.

Préambule

Soyons clair, le but de cet article n'est pas de traiter du fond, à savoir en somme si le réchauffement climatique bouleversement climatique est principalement d'origine anthropique, ce dont je doute, pour les mêmes raisons que Benoît Rittaud. D'ailleurs à aucun moment de l'émission l'aspect scientifique n'a été abordé. Non, dans le chef de Pascal Praud, il s'agissait de créer un clash, un effet de buzz en amenant sur le tapis un sujet hautement explosif, politiquement incorrect. Face à lui, six invités : Elisabeth Lévy, Benoît Rittaud, Jean-Louis Burgat, Clément Viktorovitch, Michel Chevalet et l'inénarrable Laurent Joffrin qu'on ne présente plus.

L'émission

Sur les six invités, vous l'aurez compris, deux se sont montrés particulièrement agressifs face à Benoît Rittaud : le petit Viktorovitch, qui s'est comporté comme tout bon chihuahua doit se comporter quand il voit passer des gens sous la fenêtre de l'appartement à sa mémère, aboyant ses « Monsieur » dégoulinants de mépris, sûr qu'il est d'être, lui, du bon côté de la fenêtre de la majorité, celui de la réconfortante bienpensance. Incapable d'apporter d'autre argument que l'effet Panurge, le principe de la « preuve sociale ». Ah mais « Monzieu », il y a des Nobel ! Ah que oui, j'ai vérifié moi-même et y ai trouvé aussi bien Albert Einstein que Winston Churchill (prix Nobel de littérature en 1953). Bon, d'accord, ils étaient déjà morts au moment où la pétition a été mise en ligne, mais cela n'est nullement rédhibitoire ! En pratique, c'est seulement si vous êtes mort et socialement infréquentable que vous risquez l'exclusion.

Exégèse de la pensée de Maître Joffrin

Afin de pouvoir mieux comprendre la pensée profonde de l'inquisiteur de service, je me suis livré au petit exercice qui consiste à retranscrire ses interventions, que nous analyserons plus bas.

Laurent Joffrin (6'44) : Laurent, j'ai l'impression d'être revenu vingt ans en arrière, parce que toutes ces discussions ont eu lieu il y a dix, quinze ans. L'idée que, soit il n'y a pas de réchauffement, soit elle (sic) est pas due à l'activité humaine, a été réfutée par l'ensemble des savants qui s'occupent de cette question, ou 98%, disons. Que la plupart de ceux qui émettaient des objections chiffrées, etc, on s'est aperçu que c'étaient des gens en général liés aux industries émettrices de carbone, ils étaient payés, et depuis, tous les chefs d'État de la planète on (sic) des farfelus, à part Trump, 'fin, bon, ouais... Et Monsieur (Rittaud, ndlr), enfin, je sais pas, je ne connais pas ses arguments. Je, tout ça a été, eh euh, personne n'a jamais dit que le réchauffement provoquait immédiatement une augmentation du nombre d'ouragans ou des intensités plus fortes, personne n'a jamais dit ça. À chaque fois qu'on pose la question...

François Rittaud : Ah bon ?

Laurent Joffrin : Ben personne. À chaque fois qu'on fait une enquête journalistique pour dire « mais est-ce que cette tempête a un rapport avec le réchauffement », le journaliste scientifique qui s'occupe de ça revient en disant « Mais non, c'est pas prouvé. Peut-être, mais peut-être pas » . Donc on fait dire à la science des choses qu'elle ne dit pas, on dit « Voilà, la science dit qu'il y a plus de tempêtes à cause du réchauffement » Elle ne dit pas ça, donc déjà c'est un faux, heu, on met un faux...

Michel Chevalet : Non ça c'est l'interprétation qu'en donnent les journalistes, hein, ce n'est pas ce que dit Benoît Rittaud

Laurent Joffin : pas mes (sic) journalistes, moi ils m'ont jamais dit ça, à moi, ils m'ont toujours dit le contraire.

Laurent Joffin (16'42) : Je pense qu'on devrait faire un débat sur un scientifiquement correct insupportable, c'est la question de savoir si la terre tourne autour du soleil parce que, là-dessus, il y a une espèce de consensus, mais ça se discute beaucoup... Tous les médias disent la même chose sur la question, mais il y a des gens qui disent le contraire.

L'intervention de Laurent Joffrin se résume donc à deux arguments : l'argument de la majorité (ad populum), et un autre, sous forme de contrefeu : on n'a jamais prétendu que lorsqu'il se produisait un événement climatique on l'attribuait d'office au réchauffement climatique...

Argument ad-populum

En gros, la question a été tranchée une fois pour toutes, par des « savants » . Pas par de quelconques chercheurs, non, pas par des scientifiques, non, par des « savants » . Sauf que le principe même de la science c'est que rien n'est définitivement établi. Si demain quelqu'un vient en réfutant tel ou tel aspect de la théorie de la relativité ou des Principes de Newton et qu'il apporte la preuve de ce qu'il avance, eh bien la science s'en trouvera changée. L'argument de la majorité ne vaut rien, il suffit d'une seule preuve scientifiquement établie pour aller... contre la majorité s'il le faut ! Et avoir raison.

La boutade qu'il sert à 16'42 sur le fait de savoir si la terre tourne autour du soleil est, à cet égard, un exemple particulièrement mal choisi, puisqu'au moment du procès de Galilée, l'opinion qui prévalait chez les théologiens et la majorité des savants depuis Aristote était que la terre, immobile, était au centre de l'univers. Mauvaise pioche ! Pire, on retrouve aujourd'hui bon nombre des méthodes qui étaient utilisées à l'époque de Galilée pour faire taire toute voix dissidente : exclusion sociale, campagnes calomnieuses, menaces : c'est pour le moins étrange, quand on sait qu'une théorie scientifique n'a nullement besoin d'être « défendue » , elle est prouvée ou pas. Qui se soucie que les religions remettent régulièrement en question la théorie de l'évolution parce qu'elle télescope quelque peu leur propre chronologie du livre ?

Inversion accusatoire

Tranquille, Laurent Joffrin affirme que « personne n'a jamais dit que le réchauffement provoquait immédiatement une augmentation du nombre d'ouragans ou des intensités plus fortes, personne n'a jamais dit ça. À chaque fois qu'on pose la question... » Et se fait recadrer par Michel Chevalet, à qui on ne la fait pas : « Non ça c'est l'interprétation qu'en donnent les journalistes, hein, ce n'est pas ce que dit Benoît Rittaud » .

Journal Date Contenu
Libération 06.09.2017

Cyclones et changement climatique : que dit la science ?

Face à la succession dans l’océan Atlantique d’ouragans d’intensité exceptionnelle, la responsabilité du dérèglement du climat est soulevée.

« [... ] Les gens veulent toujours savoir si des phénomènes particuliers sont causés par le réchauffement climatique, résume Katharine Hayhoe. La réponse n’est ni oui ni non, mais entre les deux (...) »

Libération 30.08.2017

Climat : Harvey met un vent à Trump

Trois mois après la sortie des Etats-Unis des accords de Paris, l’intensité de l’ouragan qui dévaste le sud du pays rappelle brutalement au président américain la réalité du dérèglement climatique.

Comme une ritournelle, la question revient à l’esprit à chaque catastrophe naturelle : le changement climatique, exacerbé par l’activité humaine, y est-il pour quelque chose ? Alors que le Texas et la Louisiane sont dévastés par l’ouragan Harvey, que Bombay (en Inde) est sous les eaux après une mousson particulièrement meurtrière et que Freetown (Sierra Leone) enterre toujours ses morts après d’énormes coulées de boue, cette interrogation prend tout son sens. « Nous vivons dans un monde où les humains ont altéré le système climatique, explique à Libération Andrew Dessler, climatologue à l’université Texas A&M. Nous devons maintenant envisager ce changement comme un possible facteur dans chaque événement catastrophique. »

Libération 29.08.2017

Ouragans Katrina et Harvey : circonstances différentes mais polémiques toujours présentes

Bien qu’ayant frappé des régions distantes de seulement 500 kilomètres, ces deux tempêtes monstrueuses ont peu de points communs. Si ce n'est l'impréparation à un tel événement.

[...] La tempête a, en revanche, refait émerger dans le débat national la question du changement climatique, et l’exposition des Etats-Unis à ces risques. Donald Trump va, sans nul doute, être confronté, dans les jours à venir, à des questions sur sa volonté de sortir le pays de l’accord de Paris sur le climat, annoncée le 1er juin

Libération 17.11.2017

Nouvelle-Calédonie : « Le changement climatique bouleverse notre mode de vie traditionnel »

A l'occasion de la 23e Conférence des Nations unies sur le climat, qui a débuté le 6 novembre à Bonn, « Libération » publie une série d'interviews-solutions pour limiter le changement climatique.

[...] On voit la montée des eaux, les cyclones deviennent de plus en plus intenses, durent plus longtemps. On ne peut plus parler d’adaptation parce que les tempêtes s’enchaînent. C’est impossible de vivre comme cela.

Libération 05.11.2015

Le changement climatique a amplifié des phénomènes météo extrêmes

Vagues de chaleur, cyclones et autres inondations sont accentués par l'activité humaine. Le lien n'est en revanche pas avéré concernant les fortes tempêtes de neige.

Le réchauffement planétaire induit par les activités humaines a amplifié un grand nombre de phénomènes météorologiques extrêmes en 2014, conclut jeudi l’Administration américaine océanique et atmosphérique (NOAA), un groupe international de recherche. Ces scientifiques ont analysé 28 de ces phénomènes dans le monde l’année dernière. Ils citent notamment des cyclones dans le centre du Pacifique, la sécheresse en Afrique de l’Est, des vagues de chaleur en Australie, en Asie et en Amérique du Sud, ou encore des inondations dans les Cévennes, dans le sud de la France

Libération 06.09.2016

Changement climatique : les océans dans la tourmente

Un rapport sur les conséquences du réchauffement des océans, publié lundi, exhorte les pays à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre et à mettre en œuvre l'accord de la COP21.

[...] Enfin, les événements climatiques, comme les cyclones, risquent d’être plus importants.

Libération 07.09.17

Les îles du Pacifique ont besoin d'aide face au changement climatique

Un rapport de la Banque mondiale confirme que les îles du Pacifique vont être les plus frappées par les effets du changement climatique, menaçant même des populations entières de relocalisation.

[...] Le changement climatique est déjà visible dans la région, avec l’érosion côtière, la contamination des terres agricoles et l’eau potable par le sel, ainsi qu’une pluviométrie imprévisible qui provoque inondations et sécheresse.

[...] Le Pacifique est souvent frappé par des cyclones mais le rapport prévient que les tempêtes de catégorie 5, les plus destructrices, vont devenir plus fréquentes, affectant d’autant plus une région aux ressources économiques déjà faibles.

Libération 26.01.2017

L'Europe déjà durement touchée par le changement climatique

Une étude de l'Agence européenne de l'environnement, publiée mercredi, détaille les conséquences du réchauffement climatique sur le continent, des littoraux au tourisme, en passant par la santé publique.

« Le changement climatique a considérablement augmenté l’occurrence d’événements climatiques et météorologiques extrêmes en Europe », tranche l’étude Changement climatique, impacts et vulnérabilité en Europe, publiée mercredi, par l’Agence européenne de l’environnement (EEA).

Libération 28.09.2016

Le réchauffement, c’est maintenant

Alors que les records de chaleur s’enchaînent, le seuil critique de 2°C d’élévation des températures risque d’être atteint dès 2050, alerte un groupe de scientifiques. Quand bien même l’Accord de Paris serait respecté…

[...] Que la température moyenne du globe pourrait atteindre dès 2050 la fameuse limite des + 2 °C de réchauffement par rapport à l’ère préindustrielle, perçue par les climatologues comme un seuil à ne surtout pas dépasser sous peine de ne plus pouvoir contrôler l’emballement du climat et ses funestes conséquences (élévation du niveau des océans, aggravation et fréquence accrue des sécheresses, cyclones et inondations, chute des rendements agricoles, migrations massives, épidémies…).

Libération 30.12.2016

Brice Lalonde : « le changement climatique, c’est le changement aquatique »

Rareté, pollution, conflits... Comment répondre aux nouveaux défis de l'eau ?

[...] Or le changement climatique, c’est le changement aquatique. Sécheresse ici, déluge là, ce ne sont plus les mêmes pluies, ce n’est plus le même cycle. Absente ou torrentielle, L’eau devient violente. Les peuples devront s’y faire, ou migrer.

Libération 22.09.17

Le direct

Changement climatique : les îles dévastées par les ouragans demandent des comptes aux grandes puissances.

[...] « Nous sommes bien seuls » mais « il est impossible de faire abstraction des changements climatiques » qui provoquent « des épisodes météorologiques extrêmes », a-t-il dit.

Libération 14.10.2015

« Le lien entre changement climatique et conflits n'est ni à surévaluer ni à négliger »

Spécialisé dans les impacts géopolitiques du dérèglement climatique, le chercheur Bastien Alex souligne que celui-ci ne provoque pas directement les conflits mais qu'il en est un facteur aggravant.

[...] Mais à partir de quand peut-on attribuer cette sécheresse au changement climatique ? C’est le travail des scientifiques du Giec. Ils nous disent que dans certaines régions du monde, les événements climatiques extrêmes vont se multiplier, soit en fréquence, soit en intensité, soit les deux.

Libération 15.03.2015

Après le cyclone Pam, l'appel à un « sursaut » face au réchauffement climatique

La Banque mondiale a estimé dimanche que les ambitions de la communauté internationale n'étaient pas à la hauteur de l'urgence de la situation.

[...] La Banque mondiale (BM) a appelé dimanche la communauté internationale à un sursaut face au changement climatique, après le passage du cyclone Pam sur le Vanuatu, pendant une conférence de l’Onu sur la prévention des catastrophes naturelles.

[...] Dans le cas du Vanuatu, « je ne prétends pas que le changement climatique soit à l’origine de Pam » - cyclone de catégorie 5 (la plus élevée) -, a nuancé la dirigeante de la BM. « Mais le fait est que ces trois à quatre dernières années, cette catégorie est revenue à une fréquence inédite. » « Et cela a un lien avec le changement climatique. Il est indéniable que cette partie de l’océan Pacifique s’est réchauffée, donc ces tempêtes s’intensifient. »

Libération 16.09.2016

Climat : Nicolas Sarkozy, dangereux marchand de doute

En confirmant son virage climato-sceptique sur France 2 jeudi soir dans « l’Emission politique », l'ex-président vient de saper des dizaines d’années de pédagogie et d’information menées par les scientifiques et les ONG.

[...] Et d’accentuer le message d’urgence, tant les conséquences des dérèglements climatiques se font, chaque année passant, plus durement sentir : notre printemps exceptionnellement pluvieux, notre été exceptionnellement chaud, et le flot des réfugiés climatiques jetés sur la route par ces dérèglements globaux ne nous le rappellent-ils pas au quotidien ?

Libération 10.09.2017

Irma : « peut-être » le réchauffement…

Pour le climatologue Jean Jouzel, la puissance dévastatrice des cyclones est liée au changement climatique. Pourtant, on préfère globalement entretenir la confusion et le flou scientifique.

Même si nous n’attribuons pas directement pour le moment, on ne peut pas le faire immédiatement en tout état de cause, ce cyclone aux activités humaines, il y a un lien avec le réchauffement, et ça risque de préfigurer ce vers quoi nous allons dans un climat plus chaud. D’où des phénomènes plus intenses, et donc « plus destructeurs ».

Vous avez bien lu ? Relisez. Pas de place pour le « peut-être ».

Voilà, on pourrait en trouver d'autres, sans doute, mais on a déjà là, me semble-t-il, un bon échantillon, et dans les deux sens : soit en attribuant la cause des phénomènes météorologiques au changement climatique, soit en présentant des « études » qui nous disent que les conséquences du réchauffement climatique seront une augmentation (en fréquence, puis, rétropédalage, en importance) de l'occurrence de ce type d'événements.

À cet égard, et toujours sur le même Libération, je ne puis que vous conseiller la lecture de l'article qu'avait publié le journaliste Olivier Postel-Vinay, le 18.10.2016 intitulé « Toujours plus de cyclones ? » . Dans cet article, on peut lire :

[...] On en est là. Contrairement à ce qu’on entend souvent répéter, le consensus scientifique actuel ne décèle pas de surcroît d’activité des cyclones. A vrai dire, la tendance est plutôt inverse. En 2014, Nature publiait une étude montrant que « l’activité des cyclones en Australie est plus faible qu’à aucune époque au cours des derniers 500 à 1 500 ans ».

Le Giec a admis s’être trompé sur l’évolution de la température moyenne globale de la Terre, qui aurait dû, selon les prévisions, continuer d’augmenter régulièrement après 1998, date d’un événement El Niño. Si l’on excepte le nouvel événement El Niño de 2015-2016, la température globale est restée pratiquement stable. Les scientifiques ignorent pourquoi l’activité cyclonique n’a pas augmenté. Ils ignorent pourquoi la température de la Terre est restée relativement stable entre 1998 et 2015. Ils ignorent aussi, soit dit en passant, la cause profonde des événements El Niño, qui viennent de temps à autre perturber le climat de la planète.

Ouch, ça pique un peu.

 

Article original sur LeVilainPetitCanard
Page Facebook


141 réactions


  • Clocel Clocel 8 janvier 2018 10:22

    Sacré Frinjo !

    « Dis-moi qui te paie, je te dirai qui je hais »...

    En même temps, quel scientifique digne de ce nom a du temps à perdre avec ce genre de bouffon ?

    Pour amuser qui ?


  • Choucas Choucas 8 janvier 2018 11:12

    Sainteté climatique
     
    Green washing
     
    anti-racisme, anti-spécisme, végétarisme,
     
    ouverture sans-frontièriste
     
    convivialité bisounours, gender, féminisme
     
    = alibis capitalistes de charité pour la domination mondialiste
     
     
    « Quant à la Loi, à la piété [antiraciste] et à la Religion, qui elles aussi ont prêché ce principe de solidarité, nous savons qu’elles l’ont simplement escamoté pour en couvrir leur marchandise - leur prescription à l’avantage du conquérant, de l’exploiteur, [du Seigneur Capitaliste négrier baudruchonien], et du prêtre [le prébendier du Capital, payé par lui à coté de la speakerine...] »
     
    Piotr Kropotkine - La morale anarchiste [modernisée


  • generation désenchantée 8 janvier 2018 11:41

    dans la partie de l’ article parlant l’ émission et d’ un certain Clément Viktorovitch

    c’est de quelle pétition que l’ auteur parle et où des morts sont des signataires ?
    quelqu’ un pourrait mettre un lien


  • SPQR Sono Pazzi Questi Romani SPQR Sono Pazzi Questi Romani 8 janvier 2018 12:45

    A propos du climat, Macron pratique la diffusion des Fake News......

    http://www.lemonde.fr/climat/article/2017/11/15/a-la-cop23-merkel-et-macron-reaffirment-leurs-ambitions-climatiques_5215442_1652612.html

    « Nul à chier » ce type, il est pris à son propre piège ....... Ce petit président ....

    La crème des Fake news climatiques HIDALGO .....


  • UnLorrain 8 janvier 2018 12:59

    L’escrologie,une marotte,distrayante,que voulez-vous.


  • markos 8 janvier 2018 13:03

    mesurer l’intelligence des autres, voila un hobby qui ne manque pas de sel.


  • Habana Habana 8 janvier 2018 13:05

    A peine les Etats Unis eurent quittés les accords de Paris que je sentais déjà le vent se renforcer et la pluie s’intensifier ! Ça a été flagrant ! Un révélation vraiment ! smiley


  • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 8 janvier 2018 14:11

    Disons, pour rassurer tout le monde, qu’il arrivera ce qui arrivera ! 


    En attendant : «  »Adieu la Banquise ! Vive le foisonnement de la Vie ! «  »

    Les USA qui sont les détenteurs de la science REFUSENT QUAND MÊME la Comédie française, il convient de tirer de bonnes conclusions...


  • Djam Djam 8 janvier 2018 15:12

    OUI il y a bien un réchauffement climatique mais NON il n’est pas du aux activités humaines. Je l’ai déjà expliqué sur AV il y a quelques mois, ce qui a généré moult discussions !

    Est-ce à dire que l’on ne devrait rien changer aux fonctionnement malsains des multinationales et autres choix économiques impliqués ? Réponse : évidemment non.

    L’urgence de changer de mode économique, industriel et donc politique et civilisationnel n’est même pas à discuter. C’est une évidence, une urgence en terme de santé tout simplement. Ça devrait interpeller tous ceux qui continuent à faire naître des enfants dans un monde somme toute assez pourri côté air, eaux, terre.

    Mais il faut faire la distinction : les activités humaines, bien que dégueulasses dans la plupart des cas, n’ont aucun impact sur un système à dimensions cosmiques qu’aucun expert, aussi pointu s’affiche-t-il, ne comprend. Les spécialistes comprennent le climat dans une proportion assez restreinte (la planète et jusqu’à la haute atmosphère, après, ils ne font que des suppositions). Les énormes nuages de plasma solaire, pour ne citer qu’eux, n’enregistrent absolument aucune modification émanant des activités humaines, or... c’est le contraire, ce sont les « vents solaires » qui affectent tout sur la Terre. Croire l’inverse relève d’une prétention dont effectivement seuls les humains ont le culot d’afficher.

    Conclusion :
    OUI, il faut radicalement changer notre mode de vie au risque de tous crever de dégénérescence à tous les âges.
    NON, nos activités n’affectent pas le climat, mais uniquement, et c’est déjà trop, notre santé.

    Il faudra donc que d’une part, que les humains s’adaptent aux bouleversements climatiques qui ont déjà eu lieu au cours de l’existence de la Terre, et d’autre part qu’ils comprennent que l’interminable controverse sur les causes du réchauffement n’a pas lieu d’être car ce qui est urgent, impératif c’est de savoir si l’on veut continuer à sous-vivre avec maladies, dégénérescences chroniques, environnement pourri, destruction des espèces ou si l’on en profite (!) pour arrêter d’engraisser les multinationales.

    Mais je gage que la grande majorité continuera à pousser leur caddy dans les hangars de la mort programmée parce que cette majorité est devenue bête, ignorante et d’un égoïsme tel qu’elle ne réalise même pas que ce sont ses mômes qui vont crever en premier et dans de sales conditions.


    • L'enfoiré L’enfoiré 8 janvier 2018 17:43

      @Djam,

       Il y a quelques années on parlait de la couche d’ozone qui se rétrécit augmentant les cancers de la peau.
       Réduction des CFC...
       La couche d’ozone s’est régularisée d’après les dernières nouvelles.


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 8 janvier 2018 18:59

      @Djam
      Je crois que le sujet du billet n’est pas le réchauffement climatique, mais les méthodes « des chiens de garde ». Les « fausses nouvelles » reposent sur des affirmations sans preuve.

      Joffrin prétend que ses journalistes, à Libération, ne disent jamais qu’il y a un lien entre les évènements climatiques et le réchauffement. Manque de bol, les articles de Libé sont sur Internet, suffit de vérifier si c’est vrai. L’auteur du billet prouve par des exemples précis et nombreux, que les journalistes de Libé passent leur temps, au contraire, à faire un lien de causalité.

      En clair, l’auteur fait un travail de journaliste, en enquêtant dans les articles de Libé. Merci l’auteur !


    • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 8 janvier 2018 19:16

      @Fifi Brind_acier

      Merci fifi smiley


    • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 8 janvier 2018 19:22

      @L’enfoiré

      La couche de zozone se porte comme le Pont Neuf. Le « on va tous mourir » était « peut-être » légèrement excessif.

      Surtout ne pas y voir de lien avec le climat, là on est bien sûrs ! (on va tous mourir), et j’ajouterais... un jour ou l’autre.


  • zygzornifle zygzornifle 8 janvier 2018 15:15

    Balance ton climat ....


  • zygzornifle zygzornifle 8 janvier 2018 15:57

    Tien un mathématicien qui n’a pas une putain d’araignée dessous son épaule .... ça change du blaireau de LREM ....


    • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 8 janvier 2018 16:24

      @zygzornifle

      Vilani est loin d’être un con, mais c’est un lapin de la semaine en politique. Il peut être particulièrement somnifère aussi, lors de ses confs, mais n’en reste pas moiins un des meilleurs au monde :)


    • zygzornifle zygzornifle 9 janvier 2018 08:07

      @Philippe Huysmans


      Bon mathématicien c’est certain mais a quoi ça sert me demandait de concert Md Michu et Mr Raoul en sortant leurs pièces jaunes pour payer leur pains .....

    • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 9 janvier 2018 09:02

      @zygzornifle

      On ne peut pas à la fois raffler la médaille Fields ET être une pointure en termes de maturité politique, je le crains :(


    • baldis30 9 janvier 2018 12:08

      @Philippe Huysmans
      bonjour, mes meilleurs vœux

      excellentissime article ..

      toutefois l’usage de la litote « je le crains » laisse une porte ouverte au doute ... alors qu’il n’y en a pas ... 

      Tout le monde n’est pas Painlevé ....


  • L'enfoiré L’enfoiré 8 janvier 2018 17:02

    Le scepticisme est toujours de rigueur quand il y a des intérêts en jeu. Extrait de ma prospective de 2018,
    L’année 2017, cinquième année la plus chaude en Belgique depuis 1833

    D’après le Monde, il sera bientôt trop tard....
    Le 28 minutes du 15 novembre débattait de la question de surpopulation : « Faut-il limiter les naissances pour sauver la planète ? »
    Les quotas, une opportunité de fraude à la TVA que le film « Carbone » raconte


  • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 8 janvier 2018 19:04

    Tous ceux qui soutiennent la politique fiscale de Macron ont intérêt à vendre des salades, car il faut justifier la hausse vertigineuse de la taxe carbone...


    Si les mougeons découvraient que le taux de CO2 dans l’atmosphère a rarement été aussi bas depuis 600 ans, ils se poseraient des questions sur la taxe carbone ...

    • L'enfoiré L’enfoiré 8 janvier 2018 19:22

      @Fifi Brind_acier bonsoir,

       Là, c’est amusant...
       Le sujet est bien plus important qu’à l’échelle d’un pays aussi grand soit-il.
       Macron, on s’en fout.
       Réduire un problème mondiale a un président, c’est de l’enfantillage.


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 8 janvier 2018 19:59

      @L’enfoiré
      Joffrin et Libé sont de purs produits franco français.
      Le sujet de l’article n’est pas le réchauffement climatique ou l’avenir de la planète....


  • SPQR Sono Pazzi Questi Romani SPQR Sono Pazzi Questi Romani 8 janvier 2018 19:44

    Réduire un problème mondiale a un président, c’est de l’enfantillage.

    Non , c’est de la politique .....En France on le conçoit comme cela ....

    Une escroc comme Hidalgo qui vient affirmer que la pollution des centrales thermiques Allemandes n’atteint pas la France, c’est de la pure escroquerie politique du genre « nuage de Tchernobyl qui s’arrête à la frontière française »......  


  • JMBerniolles 8 janvier 2018 20:17
    Cette question d’un réchauffement anthropique de la surface du Globe terrestre (C’est une question scientifique dont il faut être très précis dans ses termes et affirmations) est réglée depuis quelques temps déjà.

    Un glissement du « réchauffement » vers le « changement climatique » est apparu vers 2010. C’est d’ailleurs ces derniers termes que le rapport de l’Académie des sciences a employé dans le titre de son rapport fin 2010 sur le climat.


    A l’occasion de Doha en 2012, plus de 125 scientifiques du climat, américains, russes, scandinaves, .... marocains, ont signé un adresse à Ban Ki Moon pour lui dire d’arrêter cette mascarade.

    Il est particulièrement notable qu’aucun scientifique français du climat n’ait signé cette lettre.
    Les « scientifiques » du climat, Jouzel en tête qui fait carrière sur cette imposture, avec Bard, Masson Delmotte, Le Treut, qui est néanmoins un peu plus honnête, sont massivement inféodé à cette tromperie.

    Vincent Courtillot est l’exception. Il a eu droit à des insultes, des dénigrements, des attaques personnelles. Sur ce plan le journaliste de Libération Sylvestre Huet a été particulièrement en pointe.

    J’ai l’occasion de débattre directement avec monsieur Huet, qui est complètement creux au niveau des arguments qui défendrait sa thèse. Acculé il a fini de manière ridicule qu’il n’était pas contre le nucléaire. C’est une idée fausse qu’il entretient pour soutirer des informations à des gens de l’IRSN.

    Quant à Joffrin ce valet servile du système, l’attitude abjecte qu’il a eu vis à vis d’une femme travaillant à Libé qu’il avait virée et qui campait dans le Hall du journal pour protester, le définit totalement.




    • JMBerniolles 8 janvier 2018 20:32
      @JMBerniolles

      Mes excuses pour les fautes. J’ai vérifié sur Google cette adresse à Ban Ki Moon est totalement censurée.

      Il y a de manière discrète des évaluations des budgets financiers liés aux mesures sur le climat. C’est considérable et cela fait d’une telle manipulation sur le thème du climat l’occasion d’une bulle financière énorme.

      D’un point de vue économique cela va faire sombrer encore plus les pays du monde occidental dans la récession. D’ailleurs aux USA où il y a beaucoup de scientifiques du climat, opposés à la théorie du réchauffement anthropique, dont Richard Lindzen, un des plus connus et des plus attaqués, pour relancer l’économie et la production industrielle cette politique est mise en cause.






  • Croa Croa 8 janvier 2018 23:12

    On s’en fout de ce que pense tel ou tel maître à penser, que ce soit dans un sens ou dans un autre. Il vaut mieux évidemment penser par soit-même surtout avec les propagandes qui règnent partout, d’abord sur les médias autorisés mais aussi sur Internet.
    *
    En ce qui concerne le réchauffement climatique, nous n’avons hélas plus besoin des savants pour nous en faire une idée car il est bien réel : Cela se voit à l’œil nu ! Au delà lier le réchauffement et la fréquence des tempêtes (ou leur puissance peut importe) il faut de toute façon s’y attendre puisque si la température de l’air monte la quantité d’humidité absolue contenue dans l’air monte aussi... Forcément ! Et comme c’est surtout par l’eau que se transporte l’énergie de l’atmosphère, il s’en transporte forcément plus qu’avant et tout ça n’est que physique de base : niveau BEPC !
    .
    Maintenant on peut aussi faire l’imbécile, faire comme si tout cela n’était pas et même faire comme si la terre était plate (il y en a qui y croient, si, si !)  


    • JMBerniolles 9 janvier 2018 00:00

      @Croa

      A l’œil nu ! Franchement c’est risible. On se demande pourquoi il faut le travail de Labos entiers NOAA, Met Office, Giss Nasa pour évaluer la température moyenne à la surface du Globe terrestre.


    • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 9 janvier 2018 08:59

      @Croa

      À l’oeil nu, eh ? Non, précisément avec des instruments de mesure qui nous disent (le GIEC l’a reconnu) qu’entre 1998 et 2015 la température moyenne n’a absolument pas augmenté.

      Ne seriez-vous pas (un peu) victime du phénomène psychologique appelé suggestion (vous savez, le cirque de puces, toussa) ?


  • BA 9 janvier 2018 07:48

    Jeudi 10 août 2017 :


    2016, année noire pour le climat et réchauffement à un niveau record.


    Le dernier rapport annuel sur « l’État du climat » dresse un portrait des plus sombres de notre planète après deux années consécutives où la température globale était au plus haut depuis le début des relevés de températures en 1880.


    Les températures, la montée des océans et les émissions de gaz à effets de serre ont atteint des niveaux sans précédent en 2016, une nouvelle année noire pour le climat, montre jeudi une étude internationale de référence.


    « Les records de chaleur de l’année dernière résultent de l’influence combinée des tendances de réchauffement du climat à long terme et d’un fort El Nino au début de l’année », le courant chaud équatorial du Pacifique, explique le rapport qui vient d’être publié par l’Agence américaine océanique et atmosphérique (NOAA) et l’American Meteorological Society (AMS).


    Ce document de 300 pages, auquel ont contribué près de 500 scientifiques dans plus de 60 pays, montre bien que les principaux indicateurs du changement climatique continuent à refléter des tendances conformes à une intensification du réchauffement planétaire.


    Même s’il ne sont pas pris en compte dans le rapport, les six premiers mois de 2017 sont également parmi les plus chauds enregistrés depuis 1880, selon la NOAA.


    La publication de ce rapport intervient une semaine après l’officialisation auprès de l’ONU par les États-Unis de leur décision de se retirer de l’accord de Paris sur le climat conclu en 2015 par 195 pays, le président Donald Trump jugeant en effet cet accord « néfaste pour l’économie américaine ».


    Plusieurs marqueurs clés comme les températures à la surface du globe, le niveau des océans et les gaz à effet de serre dans l’atmosphère, ont battu les records de l’année précédente.


    En 2016, les concentrations de dioxyde de carbone (CO2) sur la Terre ont dépassé les 400 ppm (parts par million) - 402,9 - pour la première fois depuis le début des relevés. C’est également le plus haut niveau en 800.000 ans, si l’on prend en compte les données provenant de l’étude des couches glaciaires.


    Plusieurs pays, dont le Mexique et l’Inde, ont enregistré des températures annuelles records en 2016. Une vague de chaleur d’une semaine dans la péninsule indienne, avec des températures dépassant 44 degrés Celsius, a contribué à créer une pénurie d’eau pour 330 millions de personnes et fait 300 morts.


    Dans l’Arctique, zone la plus sensible au réchauffement, la température moyenne à la surface l’année dernière se situait deux degrés au-dessus de la moyenne de 1981-2010, battant tous les records. À la fin de l’hiver en mars, l’étendue maximum des glaces arctiques était la plus faible en 37 ans d’observations par satellite.


    Dans l’Antarctique, la banquise a connu son plus faible accroissement, très inférieur à la moyenne de 1981-2010.


    Quant à la température globale sur les océans elle a été plus élevée (+0,1 degré Celsius) que la tendance de 1950 à 2016, précise le rapport.


    La fonte de glaces et des calottes polaires a élevé le niveau des océans à un nouveau record, 82 millimètres au-dessus de la moyenne enregistrée en 1993.


    Dans les régions équatoriales, 93 tempêtes tropicales se sont produites en 2016 soit plus que la moyenne de 82 entre 1981 et 2010 mais moins que les 101 en 2015. « Le changement climatique est l’un des problèmes les plus pressants auxquels l’humanité et la vie sur Terre doivent faire face », écrivent les auteurs de ce rapport de référence, disponible sur internet.


    http://www.lefigaro.fr/sciences/2017/08/10/01008-20170810ARTFIG00272-2016-annee-noire-pour-le-climat-et-rechauffement-a-un-niveau-record.php




    • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 9 janvier 2018 09:00

      @BA

      Oui oui, == O N V A T O U S M O U R I R ==

      On sait.


    • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 9 janvier 2018 09:03

      @Yanleroc

      It’s the global warming, stupid !

       smiley


    • Yanleroc Yanleroc 9 janvier 2018 09:36

      @Philippe Huysmans, ça va ??..


    • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 9 janvier 2018 09:47

      @Yanleroc

      Fort bien et vous-même ? Un problème avec le second degré ?

       smiley


    • Pere Plexe Pere Plexe 9 janvier 2018 19:25

      @BA
      Euh du coup une période de canicule en Inde c’est une preuve plus solide qu’un coup de froid aux USA ou pas ?

      Le nombre de tempêtes tropicales ? c’est une preuve ?
      +0.1 degré entre 1950 et 2016...avec quelle précision ?Quelles sont les variations sur des périodes comparables ?

      Loin de moins l’idée de faire du négationnisme.
      Mais certains arguments sont franchement limites.

    • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 9 janvier 2018 20:33

      @Pere Plexe

      Évitez svp le terme « négationnisme », il a un sens très particulier qui ne peut s’appliquer ici, la tentation étant déjà grande pour certains de nous envoyer à Nuremberg pour y être pendus, pour crime de curiosité scientifique, dénonciation de religion totalitaire ou « climato-réalisme ».

       smiley

      Je suis en train de relire le « climate-gate », c’est pire que ce dont je me souvenais en fait, ces gens sont des escrocs incompétents.


    • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 10 janvier 2018 18:20

      @BA

      Merci d’arrêter votre flooding avec des copiés/collés interminables d’articles de presse, un lien suffira amplement.

      Aviez-vous remarqué que l’article ne parle pas de réchauffement, mais des méthodes inqualifiables des éditocrates ?

      Je ne vous censurerai pas, mais si vous continuez à flooder, c’est Avox qui le fera en vous dézinguant votre compte par la même occasion.

      Vous avez bien le droit de dire que vous n’êtes pas d’accord, et vous pouvez expliquer pourquoi, mais vos articles à deux balles reprenant la doxa du GIEC n’ont pas exactement leur place ici étant donné le sujet de l’article.


    • baldis30 11 janvier 2018 08:53

      @Philippe Huysmans
      bonjour,

      On ne peut oublier que le climate-gate débuta en raison d’une falsification des données fournies par C. Landsea ( démissionnaire du GIEC par la suite) afin de faire coller les données avec les résultats voulus ...

      Les curieux, dépourvus d’une mauvaise foi qmalgré tout bien présente dans certaines interventions, peuvent toujours chercher les références de C. Landsea, et de ses travaux en association avec Gray sur la fréquence des cyclones dans l’Atlantique ... 

      Ce qui est bien établi c’est que la saison cyclonique subie par l’arc des Caraïbes/Antilles est due avant tout au refroidissement en haute altitude constaté quotidiennement par la photo satellite en I.R. mise à jour toutes les six heures ....


    • Homme de Boutx Homme de Boutx 14 janvier 2018 09:36

      « @BA
       »le changement climatique, dû aux gaz à effet de serre,« 
      on ne comprend pas trop bien l’effet des »gaz à effet de serre« sur la libération d’oxygène en fonction l’augmentation de la température..(comme tous les gaz dissous dans l’eau de mer, y compris le CO2 en personne) 

      il y a un »liquide à effet de serre" qui est bien plus efficace qu’un gaz, on appelle cela les nuages qui peuvent aussi agir directement sur la réduction de la photosynthèse.. pas la peine de cherche l’explication dans le CO2 de la stratosphère ! (il ne gêne personne sur une planète recouverte à 67% de nuages http://www.astronoo.com/fr/articles/couverture-nuageuse-mondiale.html

    • Homme de Boutx Homme de Boutx 15 janvier 2018 16:36

      @BA
      au passage, 1,5 ppmv d’augmentation par an, ça représente 22 g de CO2, la production annuelle de CO2, 32 Mds de tonnes, c’est 62 g/m2 et si on rajoute la libération du CO2 par réchauffement des océans à 60gCO2/kWh, on a encore 10gCO2/m2 (soit 50% du CO2 d’origine fossile (?) et 50% d’origine thermique) !

      Où sont passés les 50 gCO2 qui manquent ?


  • zygzornifle zygzornifle 9 janvier 2018 08:21

    c’est les particules fines des diesels qui ont mis au au règne des dinosaures ? 


    quoi que l’on face on ne pourra jamais enrayer le changement climatique , il faudra vivre avec, notre planète change comme nous changeons au cours de notre vie, comme les saisons changent et c’est encore une raison de plus pour les politiques a l’affût de toutes les manières de nous étrangler afin de ratisser notre pognon de nous faire croire que l’on pourra changer quoi que ce soit ....

    Ce bouleversement climatique est inscrit depuis longtemps dans les gènes de notre planète et ce n’est pas le Bulot Hulot qui changera quoi que ce soit en surtaxant le diesel et en grimpant dans une éolienne ,c’est un écologiste pom pom girl qui agite son bassin devant les merdias lui qui pollue plus dans ses déplacement journalier qu’une ville toute entière ....   

    • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 9 janvier 2018 09:01

      @zygzornifle

      Putain de jeeps de l’équipe de tournage de Jurassik Park...


    • zygzornifle zygzornifle 9 janvier 2018 13:52

      @Philippe Huysmans


       en plus les dinosaures qui les ont bouffés en ont encore la diarrhée .....

    • baldis30 11 janvier 2018 08:55

      @zygzornifle
      bonjour et meilleurs vœux ..

      voilà pourquoi les dinosaures par cette défécation ont augmenté le taux de méthane dans l’air !

      J’ai tout compris ! Merci de cette découverte !


  • keuta 9 janvier 2018 11:25

    Bonjour,
    Vous partez du postulat que le réchauffement global terrestre d’origine anthropique ne serait qu’une vue de l’esprit servant au lobby du réchauffisme en gros (genre la taxe carbone qui rincerait moult monde, alors que ne rien faire ne rince pas encore plus ceux qui se rincent déjà depuis la découverte des énergies fossiles).
    Je comprends bien que sur ce site, l’idée est d’aller a l’encontre de la doxa commune, ce qui est une démarche que j’approuve, à condition de ne pas écouter religieusement les articles qui vont dans notre sens, et de ne pas chier sur ceux qui vont à l’encontre (biais de confirmation).
    Malheureusement, c’est exactement ce que vous faite tout au long de cet article, et dans vos commentaires, qui sont basé sur des informations fausses que vous ne prenez même pas la peine de source, allant dans votre sens, ça vous suffit.

    Prenons l’une de vos affirmations  :

    "En oubliant pas de préciser qu’on était en phase El nino et qu’entre 1998 et 2015 les températures moyennes n’ont nullement augmenté.« 
    Elles ont juste atteint un plateau sachant que les 10 années les plus chaude depuis 1880 se situent justement entre 1998 et 2015, depuis 2015 était l’année la plus chaude, 2016 l’a dépassée, et 2017 sera probablement l’année la plus chaude sans phénomène El Niño.

    Ou encore celle de Fifi Brin D’acier :
     »


    Si les mougeons découvraient que le taux de CO2 dans l’atmosphère a rarement été aussi bas depuis 600 ans, ils se poseraient des questions sur la taxe carbone ..."
    censément sourcée scientifiquement, sauf que c’est un article de 2005 qui n’établit que des hypothèses qui n’ont aucun sens au vu des techniques d’aujourd’hui, notamment d’analyse des glaces.
    D’ailleurs, c’est analyses de glace sont a priori fausses du fait de bactéries qui y survivent et produisent du CO2 durant leur cycle de vie, ce qui augmente artificiellement le taux de CO2 dans ces glaces, taux qui devaient donc être inférieurs à ceux que l’on y trouve.
    Or, les taux de CO2 depuis l’apparition de homo n’a jamais dépassé les 380ppm, c’est désormais chose faite, mais ce n’est pas tant le fait qu’on soit passé au dessus des 400ppm qui est inquiétant, mais la durée sur laquelle ce changement s’est effectué. C’est ça l’anthopocène.
    Si on ne veut pas entendre les arguments de l’anthropie de la hausse du taux de CO2, on peut prendre en compte d’autres indicateurs comme la perte de biodiversité au profit de l’humain, l’eutrophisation des eaux, la pollution des sols, l’épuisement des ressources naturelles, etc.
    Pour moi, ne pas vouloir entendre que l’homme aurait un effet sur son écosystème est juste une manière de dédouaner son incurie vis a vis de ses pratiques énergivores et destructrices.
    YOLO quoi.

    • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 9 janvier 2018 11:46

      @keuta

      Oulà, pas vous énervouiller vous allez, vous aussi vous réchauffouiller.

      Je n’ai postulé de rien du tout, relisez l’article. Je dis simplement que je ne crois pas à la cause majoritairement anthropique, ni même à un réchauffement qui serait autre que purement naturel, fruit d’un cycle normal, si l’on peut qualifier quoi que ce soit de normal dans un système aussi chaotique.

      Le commentaire que vous mentionnez... n’est pas le mien (mougeons).

      Pour les années 98 à 2015, renseignez-vous, camarade, la température moyenne n’a absolument pas monté, et je n’ai pas écrit autre chose.

      Voyez-vous ce qui me gêne depuis le départ, ici, c’est que la science et l’inquisition ne font jamais bon ménage, je l’avais déjà écrit au début de l’existence de mon petit média.

      Je n’ai pas la prétention d’être « climatologue » si tant est que cela corresponde à quoi que ce soit attendu que la plupart sont des géographes, qui ne seraient pas fichus de dire où se trouvait la fac de sciences sur leur campus... Rittaud, lui connaît les sciences dures, et mieux encore les modèles mathématiques.

      On pourrait parler d’Itsvan Marko, et de bien d’autres, aussi, tous scientifiques on-ne-peut plus sérieux... qui ne vont pas exactement dans votre sens.

      Mais ce n’était nullement l’objet de l’article, donc ...


    • keuta 9 janvier 2018 12:13

      C’est bien évidemment le sujet en creux de votre article, je ne pense pas qu’on puisse s’illusionner sur ce fait.
      Je n’a pas plus le niveau en terme de climatologie pour me faire ma propre idée à partir des données brutes, et c’est à ce que sert la spécialisation, d’où l’existence du GIEC.
      Si Rittaud se voulait dans une démarche scientifique, il demanderait à faire partie des reviews du GIEC, au lieu de ça il écrit un livre.
      De plus, si on attendait d’avoir une preuve inéluctable que l’humanité a défoncé notre climat, c’est qu’il serait trop tard pour faire quoi que ce soit, vu le temps qu’il faut au CO2 emis pour avoir un impact sur l’atmosphère...
      J’espère sincérement me tromper, en attendant, si les réchauffistes ont raison, vous, les climatoréalistes (lol) aurez sur la conscience le surplus de bordel provoqué par notre incurie, alors que vous êtes aussi, en général, ceux qui ne veulent pas de réfugiés (les réfugiés climatiques arrivant de l’afrique du nord vont être massifs dans les 30 ans à venir), pas de solidarité, etc.


    • JC_Lavau JC_Lavau 9 janvier 2018 12:34

      @keuta. Ah ! C’est presque exact !

      Le genre homo est apparu quand il y avait déjà des glaciations, déjà de tragiques pénuries en dioxyde de carbone atmosphérique, et en Afrique déjà des plantes de savane à métabolisme chlorophyllien en C4.
       
      Remarquez, les ancêtres des équidés sont sortis de la forêt et ont dû se contenter d’une alimentation herbacée beaucoup plus coriace et siliceuse à peu près à la même époque, pour cause de glaciations.
       
      L’analyse des dents de nos ancêtres australopithèques des savanes d’Afrique de l’Est révèle que déjà ils broutaient des plantes en C4. Donc c’est bien eux qui sont responsables du dérèglement climatique qui a étranglé la vie végétale des pays tempérés, en organisant cette criminelle pénurie en dioxyde de carbone ! Sans parler des glaciations elles-mêmes qui ont octo-décimé (on en tue huit, on en laisse deux en vie) les espèces forestières de l’Europe, en profitant de ce que les Pyrénées, les Alpes et le Caucase sont orientés exprès pour gêner les migrations forestières et vers le Sud et vers le Nord.
       
      Nous comptons sur toi et sur ta science en pataphysique, pour compléter l’extermination de tout ce qui te déplait et que tu ne comprends pas.

    • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 9 janvier 2018 12:58

      @keuta

      Non Keuta, le sujet de mon article ce sont les p’tains de petits caractères noirs affichés sur fond blanc, ce que j’ai écrits, et rien d’autre.

      Vous vous faites quelques illusions sur le GIEC, si vous voulez j’ai le dossier complet des leaks, notamment l’histoire de la crosse de hockey, et quelques unes de leurs méthodes... C’est édifiant.

      On nous a déjà fait le coup avec le trou dans la couche à Zozone, et « ON VA TOUS MOURIIIIIR »... On est toujours là...

      On devrait peut-être commencer à s’occuper sérieusement de la pollution atmosphérique ainsi que de celle de l’océan et de l’eau potable... Mais là, paradoxalement, tout le monde s’en fout ?

      Le CO2 est ce que vous voulez, mais pas un poison, sans lui vous ne seriez qu’une flaque gluante de cellules plus ou moins accolées les unes aux autres, mais rien de bien concret.

      Dans cet article, ce sont les méthodes des inquisiteurs que je dénonçais : je l’ai fait sans état d’âme, sans pitié, et c’est très difficilement contestable.


    • keuta 9 janvier 2018 13:21

      @Philippe Huysmans
      Je déteste tout autant que vous ces journalistes/éditorialistes qui ne savent rien sur rien et se contentent de dérouler la doxa majoritaire.
      Le CO2 est nécessaire à la vie végétale au point qu’on en rajoute dans certaines serres pour augmenter la productivité.
      Mais le CO2 est un GES au même titre que le CH4, le NO2 et d’autres, et l’augmentation de leur teneur dans l’atmosphère a toujours été corrélée a une augmentation de la température gobale terrestre.
      On est d’accord jusque là ?


    • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 9 janvier 2018 13:29

      @keuta

      Végétale ? M’avez-vous lu ? Je vous dis que vous seriez une flaque informe sans le CO2 qui vous sert de charpente. C’est toute la vie sur terre qui est basée sur le cycle du carbone.

      Je vous l’ai dit, ce n’est pas le lieu pour tenir une discussion sur le réchauffouillage (#oupas), je n’ai pas écrit sur la question.

      Mais juste pour rire, alors : oui réchauffement, croissance des plantes, meilleure capacité des plantes à procéder à la photosynthèse d’oû appauvrissement en CO2, etc.


    • keuta 9 janvier 2018 13:38

      @Philippe Huysmans
      Pour les plantes il y a toujours un facteur limitant, et un optimum.
      Passé cet optimum, l’augmentation est délétère, que ça soit en chaleur, en lumière, en gaz ou en nutriments.
      Je remets là ce schéma que je trouve parlant en terme d’échelle pour appuyer l’idée que je me fait que notre société thermoindustrielle est en grande partie responsable du réchauffement global.
      https://imgs.xkcd.com/comics/earth_temperature_timeline.png


    • keuta 9 janvier 2018 13:42

      @Philippe Huysmans
      Vous n’avez pas répondu ici :
      "Mais le CO2 est un GES au même titre que le CH4, le NO2 et d’autres, et l’augmentation de leur teneur dans l’atmosphère a toujours été corrélée a une augmentation de la température gobale terrestre.
      On est d’accord jusque là ?"

      Merci de confirmer ou infirmer qu’on avance pas à pas


    • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 9 janvier 2018 13:47

      @keuta

      CO2 en quantité « délétère » ? Vous pouvez préciser un peu la réaction chimique dont vous parlez, ou c’est juste du blabla ? Parce que pour moi à vue de pif, le CO2 est chimiquement stable et n’a aucune raison de se transformer sans apport énergétique.

      Bon allez, cette converse ne rime à rien, ce n’était pas le sujet de l’article.


    • JC_Lavau JC_Lavau 9 janvier 2018 13:51

      @keuta. Gros mensonge : «  l’augmentation est délétère, que ça soit ..., en gaz ». Quand ouvriras tu un cours de physiologie végétale ?


    • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 9 janvier 2018 13:56

      @keuta

      Je pense que je vais vous laisser avancer tout seul, si vous permettez. Je réponds aux commentaires sur le contenu de l’article, et pas autre chose.

      Et si vous voulez faire un article pour réfuter le mien, libre à vous. Vous pouvez aussi faire une thèse sur le réchauffement si vous voulez, ça me laisse indifférent.

      Mon article avait un sujet précis, je l’ai traité, je réponds aux commentaires parce que je respecte les gens qui ont pris la peine de me lire, et qu’il est mauvais de se couper des réactions (positives ou critiques), mais rien ne m’oblige à rentrer dans une discussion qui ne m’intéresse pas. Vous mesurez à quel point c’est puéril ? Vous n’y connaissez rien, moi non plus, en tout cas pas selon les standards académiques, du coup c’est quoi l’intérêt de la discussion ?

      - Mon papa il est poulissier et il est plus fort que le tien !
      - et le mien il est pompier et il a un camion rouge qui fait pin-pon !

      ...


    • JC_Lavau JC_Lavau 9 janvier 2018 14:07

      @keuta. a encore sorti un mensonge élaboré par les maîtres de ses maîtres : «  a toujours été corrélée a une augmentation de la température gobale terrestre ».

      Comme ce perroquet n’a jamais ouvert un aide-mémoire de chimie analytique et électrochimie, il ignore tout des variations de solubilité dans l’eau selon la température.

      Totalement sous contrôle par les maîtres de ses maîtres, le pseudo qu’a keuté ses examens, a encore oublié que le CO_2 atmosphérique a environ 800 ans de retard sur la température océanique.


    • baldis30 9 janvier 2018 14:17

      @Philippe Huysmans

      Attention âmes sensibles s’abstenir de lire !
      Il y a des époques où l’homme s’est employé à enrichir l’atmosphère en CO2 et par exemple il en a résulté l’optimum climatique du Moyen Âge ...

      Le procédé employé s’appelait « les bûchers » sur lesquels se consumaient les hérétiques !


    • keuta 9 janvier 2018 14:20

      @Philippe Huysmans
      la combustion d’hydrocarbure produit du CO2, qui, comme vous le dites est plutôt chimiquement stable. La capacité d’absorption de ce CO2 des plantes et des océans est limitée par la physique, on l’estime à 11 GtéqCO2/an.
      Par ailleurs on estime les émissions humaines mondiales à 
      41 GtCO2/an.
      On peut discuter des chiffres, mais pas d’une échelle de 1 à 4.
      Donc il reste entre 10 et 30 GtCO2 qui restent dans l’atmosphère.
      Du coup, la question pertinente, c’est est-ce que c’est un gaz a effet de serre ou non ? ( ou pas ?)


    • JL JL 9 janvier 2018 15:00

      @keuta
       
       certes, on peut dire que c’est un gaz à effet de serre, comme la vapeur d’eau, mais la question est : qu’est-ce que c’est, cet effet de serre dans un espace non fermé ?
       
      Dit autrement : quelles sont les conséquences d’une augmentation de GES inertes (la vapeur d’eau est un GES dynamique) dans l’atmosphère ? Et je soutiens que ce n’est pas forcément un réchauffement mais un bouleversement du climat.
       
      Le CO2 n’est pas le pire GES : pourquoi ne parle-t-on pas des autres GES . Par ailleurs, le plus grave ce n’est pas le CO2 : ce sont les particules fines, dangereuses pour la vie, et pour l’albédo : cette modification de l’albédo aux pôles, et qui va s’aggraver avec l’exploitation des ressources arctiques, est responsable direct de la montée des eaux.


    • keuta 9 janvier 2018 15:25

      @keuta
      Vouloir me croire sous l’emprise de maitres psychiques mondiaux, sans libre arbitre parce que défendant une thèse allant a l’encontre de la sienne dénote d’une curieuse vue du débat, mais passons.
      Je maintiens qu’il y a corrélation, je n’ai pas parlé de causalité pour autant, même si j’ai mon avis sur sujet.
      https://www.les-crises.fr/images/1300-climat/1345-analyse-rechauffement/temperatures-co2-800000.jpg
      Les données que je donnais sont celles de 2015 il me semble, donc du factuel, pas une analyse de ma part, et la question de la solubilité dans l’eau du CO2, la chimie dit qu’elle diminue avec l’augmentation de la température de cette eau...
      « le CO_2 atmosphérique a environ 800 ans de retard sur la température océanique. »
      J’ai pas compris le sens de cette phrase, je sais juste que l’inertie est estimée entre 10 et quelques centaines d’années, avec un consensus autour des 40 ans pour l’instant.
      On subirait donc l’effet des émissions de la fin des années 70, donc le pire pourrait être à venir.


    • keuta 9 janvier 2018 15:32

      @JL
      C’est quoi l’espace non fermé ? Notre atmosphère ?
      Je dis pas l’inverse quant aux conséquences de l’augementation des GES, si on parle du CO2, c’est pas parce que c’est le pire, mais c’est parce que c’est celui que nous émettons le plus, et de loin.
      S’il n’est pas délétère, tant mieux, brulons toutes les réserves d’hydrocarbure, et on se confrontera uniquement à leur rareté (sachant que tout est flux aujourd’hui, et que 90% des flux physiques utilisent le pétrole), ça enlèverait une cause d’effondrement de notre société à court terme et je ne pourrais que m’en réjouir.
      Se battre pour une plus grande modération énergétique et une baisse des fossiles dans le mix énergétique ne veut pas dire que l’on ne s’intéresse pas aux autres problèmes, les particules fines en sont aussi un, l’eutrophisation des cours d’eau et océans un autre, la désertification, la perte de biodiversité en masse et en espèces mais ils mènent tous à une seule issue : l’effondrement de notre civilisation thermo-industrielle, ça ne fait que varier la variable temps.


    • JC_Lavau JC_Lavau 9 janvier 2018 15:48

      @keuta : « brulons toutes les réserves d’hydrocarbure ». Ah ? Les problèmes miniers ont miraculeusement cessé d’exister ?

      C’est beau, les miracles...


    • JC_Lavau JC_Lavau 9 janvier 2018 15:53

      @keuta. Je rappelle à l’outrecuidant qui jamais n’ouvre un cours de physiologie végétale, que l’optimum végétatif pour 98 % des espèces végétales terrestres, c’est à dire chez nous toutes sauf le maïs, la joubarbe et le figuier de Barbarie, sera à 1200 ppm de CO_2 atmosphérique.

      Donc ton « on l’estime » ne peut provenir que de croyants orientés par la corruption et le chantage.

    • keuta 9 janvier 2018 16:42

      @JC_Lavau
      Se focaliser sur un point mineur de la discussion pour ne pas avoir a se mettre soi-même devant ses contradictions, c’est ridicule.
      Le CO2 n’est qu’une des variables, la température une autre, ça serait quoi la température sur terre avec 1200ppm stable ?


    • JC_Lavau JC_Lavau 9 janvier 2018 16:50

      @keuta. Les ères avec glaciations sont fort minoritaires dans l’histoire de la Terre.

      Aussi les deux filières non-C3, à savoir C4 et CAM sont récentes, et datent de périodes avec glaciations et donc graves pénuries en CO_2, souvent compliquées de grandes sécheresses continentales.

    • JC_Lavau JC_Lavau 9 janvier 2018 22:06

      @keuta. Il leur suffit d’être maîtres de la corruption, des financements, et des carrières les plus pathologiques.


      Tu n’as toujours pas regardé quels oligarques ont financé les débuts du C.R.U. en 1971. Deux sont les mêmes qui dirigent le WWF et PisseVerte : Shell et BP. Quant à Rockefeller, il est simultanément pétrolier, bankster, et maître de propagande à l’échelle planétaire depuis les années trente.
      Ces gens là ont quelques coups d’avance sur ton entendement sous télécommande.

      Ce qui les intéresse d’abord est que les journalistes, les idiots utiles dans ton genre, et les hommes politiques qui ont les yeux rivés sur les sondages et sur la presse aux ordres, obligent les gouvernements à faire les politiques énergétiques les plus idiotes et les plus ruineuses possibles, pour mettre le pays à genoux. La pimprenelle du Poitou répond bruyamment à leur demande.
      Même que ça se chante sur l’air de la Pince à linge :
      La pimprenelle !
      Sa route solaire !
      Lapin lapin lapin la pimprenelle !
      La pimprenelle ! 
       ...
       
       Ce qui les intéresse ensuite, est d’utiliser les plus bas instincts de leurs idiots utiles et de leurs idiotes utiles pour mener de multiples guerres civiles qui laissent les peuples exsangues.


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 10 janvier 2018 20:46

      @keuta
      Le sujet du billet, c’est Jofrin.
      Et les fake news de Jofrin.


    • baldis30 11 janvier 2018 09:01

      @JC_Lavau
      bonjour et meilleurs vœux

      « C’est beau, les miracles... »

      Ben oui les miracles existent ... les problèmes miniers de subsidence n’existent pas en Arabie Saoudite .. c’est théologiquement normal !

      Mais ils existent à Lacq, c’est aussi normal en raison des tassements de terrain dus aux labour incessant des équipes de rugby !

      EVIDENT  ! NON ?


  • baldis30 9 janvier 2018 12:40

    re bonjour,

    Il y a une donnée fondamentale que l’article aurait pu signalé : la capacité calorifique de l’atmosphère planétaire est équivalent à la capacité calorifique d’une couche d’eau de 3 mètres d’épaisseur sur l’ensemble des mers et océans de la planète ...

    Autre donnée : la banquise arctique fond .... meuh oui comme disent les vaches ... sauf qu’il y a une photo de l’armée américaines montrant qu’un jour trois sous-marins nucléaires furent photographiés au pôle Nord ... on trouve cela sur Internet ... du moins cela y a figuré ..

    Sur la fréquence des ouragans dans l’Atlantique on pourra consulter la formulation « Gray-Landsea » relative au nombre d’ouragans annuels dans cette partie de la planète ... Landsea est démissionnaire du GIEC tout comme Lindzen prof de climatologie du MIT ... et quelques autres de même envergure ...

    Le meilleur intégrateur du climat est la botanique et pas autre chose ! Pour la France deux données, celles des limites des cultures de la vigne et de l’olivier, pour des pays plus au Sud ce sont les agrumes ... et cela n’a pas varié sauf microclimat et pour des variétés autochtones ! ( Bien sûr il y a une oliveraie en Savoie, au bord du lac du Bourget... O.K , et il y a des essences allogènes un peu partout, y compris des bananiers en Islande, et beaucoup en important aussi les maladies qui vont avec ... ).

    L’analyse botanique ne se résume pas au seul aspect visuel mais aussi à des évaluations par la dendrochronologie ou la palynologie.... Sans oublier que la sédimentologie renseigne sur l’activité solaire passée par la mesure des taux de Be10 qui ne peut être crée que dans la haute atmosphère par l’activité solaire .....

    Les ayatollahs du RCA devraient lire et relire « Histoire du Climat depuis l’an mil » de Le Roy Ladurie, et de leur côté les catastrophistes peuvent trouver les écrits de Maurice PARDE sur l’hydrologie voire consulter la Gazette de Théophraste Renaudot qui dans un de ses premiers numéros relata une crue catastrophique de l’Aude qui emporta près de 300 personnes au service du Roi Louis XIII...

    Ce qui me désespère le plus c’est l’attitude prétentieuse de trop de journalistes dont la démagogie n’a d’égale que l’ignorance.... en attente d’un ruban ornant le revers d’une veste....


    • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 9 janvier 2018 12:59

      @baldis30

      Yep, la photo je l’avais vue...


    • keuta 9 janvier 2018 13:13

      @baldis30
      Le GIEC ne fait que compiler les études scientifiques ayant trait au climat, quelle qu’en soit l’orientation.
      A partir de ces données, ils émettent des hypothèses, construisent des modèles, confrontent ces modèles à la réalité passée, et font tourner les plus proches de la réalité, en font une synthèse,en y adossant un indice de probabilité.
      Ils ne disent pas « on sait », mais « on pense » que l’homme a 9 chances sur 10 d’avoir un impact sur le climat (et non 90% d’impact sur le climat) qui est suffisamment important pour qu’il soit pris en compte en qu’on tente de le limiter.
      On peut prendre la botanique comme indicateur, mais surement pas les espèces plantées,aujourd’hui les plantes de montagne par exemple commencent à se retrouver de plus en plus haut (et de moins en moins bas).
      On peut aussi regarder les migrateurs qui changent de lieu d’hivernage voire ne migrent plus, et ce, de manière globale.
      Mais pour bien comprendre de quoi on parle, surtout si on veut comparer aux périodes passées rien de tel qu’un schéma :
      https://imgs.xkcd.com/comics/earth_temperature_timeline.png


    • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 9 janvier 2018 13:26

      @keuta

      Soit vous êtes extrêmement naïf et très mal informé soit vous me prenez pour un lapin de la semaine.

      Je vais relire le dossier des leaks GIEC que j’ai téléchargé la semaine passée, et si je pense qu’il y a matière, j’en ferai un article en français, je crois que cela n’a pas encore été fait. Vous verrez ainsi de qui vous parlez... sans savoir.

      Notez que personne au Giec n’a jamais dit que ces e-mails (piratés) étaient des faux, pas un seul mot de dénégation, et pour cause, cela n’aurait fait que porter encore plus le débat sur la place publique.

      Je ne confond pas « scientifique » et « lobbyiste ».


    • baldis30 9 janvier 2018 14:12

      @keuta
      meuh oui !

      Les analyses de méthodologie des études et surtout du « vote » PARCE QUE LA CONCLUSION DU GIEC EST ACQUISE PAR UN VOTE montrent que le « je pense » n’a rien à voir avec Descartes !

      UN VOTE .... chiche !

      « L’homme descend du singe ?... OUI NON ? »

      « Le singe descend de l’arbre ? OUI NON ? »

      « Dieu ne joue pas aux dés » ( Einstein) .. OUI NON ?

      " La lune est un astre creux ? OUI NON ?

      je ne peux que vous conseiller de lire, relire et comprendre Le Roy Ladurie et d’émettre quelques doutes sur des études orientées, ne serait-ce que par leur financement ... outre les lieux de réunions dont les noms fleurent bon les aromes les plus fins d’Acapulco à Marrakech en passant par Bali .... Effectivement il vaut mieux éviter Ryad, Brunei ...


    • keuta 9 janvier 2018 15:43

      @Philippe Huysmans et @baldis30
      En fait vous faites une fixette sur le GIEC, moi pas.
      Donc oublions-le si on veut avancer dans le débat...
      J’ai un LeRoy Ladurie sur l’histoire du climat de l’an 1000 à nos jours sur ma table de chevet, j’ai promis à mon père de le lire, c’est intéressant, mais ça n’enlève rien à la réalité des faits, qui sont résumés bien mieux que par moi ici :
      https://imgs.xkcd.com/comics/earth_temperature_timeline.png


    • JC_Lavau JC_Lavau 9 janvier 2018 16:44

      @baldis30. Sans oublier :

      « Le prophète il a coupé la Lune en deux ? OUI  NON ? »

    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 10 janvier 2018 20:51

      @keuta
      C’est pas le sujet du billet.
      Le sujet, ce sont « les chiens de garde ».


  • keuta 9 janvier 2018 12:43

    Si vous comprenez pas la différence entre le cycle naturel du carbone et l’extraction et la combustion des stocks en un siècle formés au cours de centaine de millions d’années (avec une efficacité énergétique proche de 0), je peux rien pour vous.
    Allez juste des faits :

    Et vous irez lire le principe de l’exponentielle, et l’impossibilité de l’infinité de ressources dans un monde fini.

  • keuta 9 janvier 2018 15:35

    Bon, je vais m’atteler a écrire un article, en espérant qu’il sera approuvé et on pourra discuter tranquillement autour d’arguments argumentés et si possible sourcés, même si j’ai l’impression qu’on sera jamais d’accord quant à la définition d’une source scientifique.


  • Zord Zord 9 janvier 2018 15:40

    Tout l’année, les climato-sceptiques attendent avec impatience ce court moment en hiver ou il va faire froid et il pourront dire : « alooors il est ou le rechauffement ?!!! »
    C’est un peu comme un noel pour eux quoi.
    Après le reste de l’année, on ne les entends plus :D


    • JC_Lavau JC_Lavau 9 janvier 2018 16:09

      @Zord. D’autant que la princesse NKM, écoutant pieusement son mage climastrologue de la cour, a pieusement déclaré que les incroyants, « c’est tous des connards ».
       

      Alain Lipietz, lui a déclaré clairement que « les incroyants, c’est tous des criminels ».
       
      Et le petit micron-à-son-Rothschild prépare la prochaine rafle des incroyants, qu’il a déjà stigmatisés comme « des délinquants climatiques ».

    • keuta 9 janvier 2018 16:43

      @JC_Lavau
      Je crois qu’il est là le problème, vous pensez être dans une bataille de chapelle, alors que l’avenir de l’humanité est en jeu...


    • JC_Lavau JC_Lavau 9 janvier 2018 16:46

      @keuta. Tu as déjà oublié quels oligarques ont financé le C.R.U. dès 1971, dix-sept ans avant Maggie.


    • Zord Zord 9 janvier 2018 17:24

      @JC_Lavau
      Olala, comme c’est triste ! Mais je ne doute pas qu’au final les pauvres incroyants martyrisés seront protégés par le gentil génie (très stable) Donald (grâce à son gros bouton atomique)


    • keuta 9 janvier 2018 17:32

      @JC_Lavau
      Je vois pas le rapport, tu dois faire partie des esprits complexes de notre temps.


Réagir