mardi 26 mai - par Luniterre

Pour comprendre le nouveau pouvoir des Banques Centrales

 

Pour comprendre le nouveau pouvoir des Banques Centrales...

__1_Le marxisme, c’est d’abord et avant tout, le matérialisme dialectique, c’est à dire le contraire d’un truc figé !

__2_Il n’y a évidemment pas de « bon » et de « mauvais » capital, mais une dynamique globale nécessairement pourvue de contradictions et d’aspects divers et mouvants.

__3_Ce qui importe, ce sont les formes par lesquelles se manifeste la loi de la valeur, en fonction de l’évolution des forces productives.

__4_Sans cette dialectique de l’évolution des forces productives et des formes de manifestation de la loi de la valeur, on en serait encore au Moyen-Âge ! (…Certains obscurantistes souhaitent y revenir... !)

__5_C’est la progression de plus en plus forte de l’automatisation et de la robotisation qui fait aujourd’hui évoluer les formes que prend la loi de la valeur.

__6_Marx avait déjà expliqué ça dans les Grundrisse, dès 1857 !

__7_Ce qui change donc aujourd’hui, c’est la relation entre crédit, plus-value, et circulation monétaire.

.

… « Même un journaliste économique de « La Croix » est donc capable de comprendre cela, contrairement à nos prétendus « analystes de gauche » !

« La Croix et la Bannière, ou le Coup d’État des Banques Centrales pour les archi-nuls !!! »

https://tribunemlreypa.wordpress.com/2020/05/21/la-croix-et-la-banniere-ou-le-coup-detat-des-banques-centrales-pour-les-archi-nuls/

.

Une des différences majeures entre l’époque actuelle et les précédentes, et que nos « marxistes » d’opérette veulent absolument continuer d’ignorer, pour ne pas avoir à en tirer les conséquences qui s’imposent : c’est que la dette accumulée ne peut plus être remboursée…

Dans une économie capitaliste « normale » le crédit est une avance sur la valeur à créer par le développement économique.

Si elle ne peut plus être remboursée, c’est donc qu’il y a clairement un déficit de valeur produite, actuellement, et de plus en plus, à l’échelle mondiale. Comprenons bien qu’il s’agit là d’abord et avant tout d’un déficit de valeur d’échange, la seule à permettre réellement l’élargissement du capital.

Car actuellement la création monétaire (« planche à billets ») ne sert plus seulement à renflouer les marchés financiers, mais aussi, plus directement, le secteur productif, et même, la consommation, par le chômage « partiel » mais massif, et dont le financement vient grossir la dette publique au lieu d’être « mutualisé » entre les partenaires économiques supposés « productifs ».

Le lien entre secteur productif et capital financier est effectivement distendu par la spéculation, mais il ne peut être complètement rompu.

L’investissement direct dans le productif, même s’il est réduit en proportion, provient néanmoins toujours essentiellement du capital financier, depuis le début du XXe siècle. Il sert toujours de base « matérielle » à la spéculation (« effet pop-corn » !).

L’obstacle à l’élargissement du capital que l’automatisation introduit, à partir d’un certain seuil, c’est que l’augmentation de la plus-value relative ne compense plus pour le recul massif du travail vivant par rapport au capital fixe. La part du capital fixe augmente tout en produisant globalement moins de valeur d’échange.

La crise de 2008 représente probablement le franchissement irréversible de ce seuil.

Le regonflement très rapide de la « bulle » malgré le « Quantitative Easing », qui était censé relancer l’économie « réelle » après le sauvetage des Banques et des Bourses, en est le symptôme caractéristique.

Tout simplement parce que l’extension de la robotisation au-delà de ce seuil aboutit à mettre nécessairement en circulation en tant que telle une part de valeur d’usage qui n’est donc plus transformées en valeur d’échange et augmente donc le déficit global entre valeur totale circulant formellement pour correspondre aux besoins et valeur d’échange réellement produite.

Pour que cette valeur d’usage continue néanmoins à circuler et produire du chiffre d’affaire en proportion, à défaut de plus-value, il est donc indispensable de réinjecter des liquidités dans le système, d’une manière ou d’une autre. Des liquidités qui ne peuvent, et pour cause, être réellement valorisées en tant que capital productif. C’est aussi un aspect concret de la transformation du capital fixe dévalorisé en capital fictif.

L’effet de seuil, observable en fait de façon caractéristique depuis 2008, sinon avant, c’est donc clairement qu’il n’y a déjà plus de retour possible à l’élargissement « classique » du capital total.

L’expérience des processus « non conventionnels » type « Quantitative Easing » montre néanmoins à la bourgeoisie la plus instruite que la stabilisation peut être obtenue par la dette, depuis 12 ans déjà, et donc poursuivie et renforcée par le spectacle « crise du Covid », qui, désormais, « normalise » ce qui était jusque là resté hypothétiquement « non conventionnel ».

Ce n’est déjà plus la « dictature des créanciers » du capital financier « classique » (les « créances » étant définitivement insolvables). C’est simplement, au contraire, le pouvoir de la dette, le pouvoir de faire circuler la valeur d’usage en la « créditant », même si sans retour de valeur possible, et pour cause. C’est la plus grande masse des « profits » qui devient elle même « fictive » et n’est réalisée qu’au bon vouloir des Banques Centrales, institutions désormais fondatrices du pouvoir de monopoliser la valeur d’usage, et non plus principalement de capitaliser sur l’accumulation de la valeur d’échange, même si ce processus « classique » semble persister encore formellement, et en partie, réellement, dans les zones économiquement « arriérées ».

Les analystes réellement sérieux qui bossent directement pour le système ont évidemment compris cela, contrairement à nos « marxistes » d’opérette, à la française ou non. Ils ont donc bien compris l’urgence de réinjecter de nouvelles liquidités tout en « crevant » la bulle de façon aussi bien « maîtrisée » que possible, et c’est bien ce qui a été fait à l’ « occasion », éventuellement « providentielle », si réellement « naturelle », de la « pandémie du Covid-19 ».

Une opportunité doublement « providentielle », vu que le seul moyen de contrôler financièrement un système productif automatisé qui ne produit plus (…ou de plus en plus) que des valeurs d’usage, c’est de s’en assurer le monopole absolu, afin de rendre les classes populaires entièrement dépendantes, et cela exige donc de leur imposer une soumission totale, quel qu’en soit le prétexte. Et cela ne peut fonctionner efficacement que par des peurs collectives constantes fondées sur un fond de psychoses habilement manipulées, dont la « gestion de la pandémie » est un modèle remarquable.

Dans ce domaine, la Chine, qui est probablement, de toutes les puissances financières importantes actuelles, la seule victime réellement involontaire, n’en a pas moins profité pour prendre, là aussi, quelques longueurs d’avance sur la « Big Brotherisation » de l’Occident, consciente d’être également déjà rentrée dans ce nouveau cycle économique.

Le monopole des valeurs d’usage ne peut qu’être « capitalisé fictivement », et il ne peut donc l’être que sur la base de la soumission et de la peur collective permanente.

 

*************

SOURCE :

https://tribunemlreypa.wordpress.com/2020/05/24/critiques-du-concept-de-coup-d-etat-mondial-des-banques-centrales-une-reponse-en-7-points/

*************************

 

 



12 réactions


  • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 26 mai 08:59

    Pour les agents financiers dont BlackRock est le dernier avatar optimisé, l’argent et la monnaie ne sont pas des fins en soi, mais des armes.

    On a tort de dire que ces psychopathes toxiques ne tirent pas les leçons des catastrophes qu’ils provoquent :

    • D’abord, ce sont toujours des catastrophes pour ceux qu’ils ont dupés et pas pour eux
    • Ensuite, ils analysent les résultats des paroxismes appelés « crises » pour en trirer davantage d’avantages et organiser leur stratégie en conséquence.

    La « crise des subprimes » a montré que le but de ces acteurs économiques est bien au-delà du remboursement du capital prêté, et même de celui des intérêts. Le but ? C’est de s’approprier à bon marché la propriété des petites gens en hypothéquant leurs biens et en les spoliant dès qu’ils sont insolvables. Le jeu s’arrêtera quand un seul propriétaire possédera la terre.

    Certaines plantes aussi ont comme stratégie de recouvrir la surface du globe, mais elles rencontrent des obstacles : océans et concurrents. Ces nouveaux agents éliminent les concurrents et traversent les océans avec des A 380 pour les billets et des jets privés pour eux-mêmes.


  • assouline assouline 26 mai 17:19

    Le regonflement très rapide de la « bulle » malgré le « Quantitative Easing »,

    .

    Malgré le quantitative easing ?

    Mais... rien n’est plus propice au gonflement d’une bulle que le quantitative easing ?

    Rien de tel que l’émission de liquidités pour risquer le développement d’une bulle spéculative. Et spéculative au sens premier du terme !

    Car un surcroît de masse monétaire qui n’est pas commandé par les besoins de l’économie trouve alors à s’investir dans des opportunités d’investissement qui n’existait pas auparavant et qui sont crées en conséquence, en seule conséquence d’un afflux de liquidité.

    On ne fait que parier alors sur l’utilité économique des actifs investis et sur le rentabilité future. On spécule...

    Autrement dit, on obtient une bulle spéculative lorsque les ressources font les emplois. Des emplois qui ne se justifient pas toujours économiquement et financièrement. La bulle spéculative éclate lorsque la toxicité des actifs, l’irréalité économique et financière des investissements, est révélée au grand jour...

    Ce fût le cas de l’Espagne dans les années 2000.


    • Luniterre 26 mai 17:28

      @assouline

      La phrase complète :

      "Le regonflement très rapide de la « bulle » malgré le « Quantitative Easing », qui était censé relancer l’économie « réelle » après le sauvetage des Banques et des Bourses, en est le symptôme caractéristique."

      Soit une autre manière, abrégée, de dire la même chose que vous !

      Luniterre


  • Ausir 26 mai 18:03
    Je ne suis pas économiste mais ce que je comprends, est que le pays vit au dessus de ses moyens et qu’il a dépensé l’argent qu’il n’a pas sans que les rentrées compensent les dépenses , 
    , à tous les niveaux l’état dépense pour financer sa politique et ses projets, alors que la sagesse voudrait de compter d’abord l’argent dont on dispose sans dépasser le budget .
    Cette gabgie de dépense va de la petite commune à la grande métropole , et les dépenses pour les pays étrangers .
    au niveau local c’est le maire qui emprunte et touche des dotations de l’état pour fait construire une piscine municipale ,des batiments sociaux , faire vivre à des asssociations :
    celà a bien profité à quelqu’uns uns (les plus pauvres , ceux qui ne payent pas d’impôts et qui utilisent les structures publiques ) ceux qui ont bénéficié de la redistribution ce qui n’aurait pas pu arriver en économie réelle , car en économie réelle soit ces gens là auraient disparus soit ils travaillent pour subvenir à leurs besoin et particiciper à l l’impôt.


    Les communes, les villes , notre pays ont l’air riche , en fait nous sommes pauvres et vivons au dessus de ses moyens dans une course à la consommation ,sans avoir un sou en caisse et sans pouvoir financer correctement le minimum comme les hopitaux .
     l’ économie réelle ne pouvant financer les dépenses collossales grace au seul travail des citoyens , parce que :
    -le nombre d’improductifs est plus important que le nombre de travailleurs 
     -l’état prélève des sommes considérables et édite des règles qui étouffent les contribuables ce qui pousse les entrepreneurs à moins investir, moins embaucher , moins travailler , donc assèche l’économie .


    A force de vouloir distribuer et dépenser de l’argent qu’il n’a pas , l’état s’endette , exploite les contribuables et les asservit.
    ce système de centralisation est voué à sa perte , c’ est possible à cause de l’idéologie de l’état providence qui centralise tout et redistribue en se servant au passage , ca ne fonctionne pas mais aliène les citoyens , c’est une structure communiste, un état totalitaire. 




    Revenir à l’économie réelle comme avant est la seule solution , mettre tout à plat , stopper le mondialisme et la centralisation , redonner pouvoir aux régions , aux communes sur leurs territoires .....



    • foufouille foufouille 26 mai 18:15

      @Ausir

      « car en économie réelle soit ces gens là auraient disparus soit ils travaillent pour subvenir à leurs besoin et particiciper à l l’impôt. »

      pourquoi tu ne remplaces pas les roumains en agriculture avec un demi smic horaire et 12h/j ?

      tu as aussi des pays où tu peux vivre comme en 1800 ........


  • vraidrapo 26 mai 21:19

    Ceux que ça intéresse : ce matin, à 9hr, sur BFM Business à revoir.

    Les experts Natacha Valla, Jean-MacDaniel et Alain Madelin :

    tout est dit sur « les » BC d’Europe, les Fonds propres de la BCE négatifs abyssalement voire annulables, l’inflation à combattre, la menace sur les Épargnants à éviter etc...

    https://bfmbusiness.bfmtv.com/mediaplayer/replay/les-experts/


    • Luniterre 27 mai 00:51

      @vraidrapo

      Effectivement, beaucoup de choses intéressantes, et même « révélatrices », au sens où ces gens parlent « entre eux » en oubliant parfois qu’on les écoute !

      Par exemple la charmante Natacha Valla qui parle au nom des Banques Centrales, même si désormais « officieusement », parle bien franchement de « gouvernance » tout en nous rappelant par ailleurs, et évidemment sans faire expressément le lien, que les Banques Centrales sont bien des organismes « indépendants » et pas du tout démocratiques... Une évidence qui nous rappelle qu’avec leur pouvoir sans cesse accru sur la dette, ce sont bien les derniers vestiges de la démocratie, s’il en restait, qui viennent de disparaître...

      En complément, cet article intéressant, qui date de 2018, pour les 10 ans de la crise, et qui étudie clairement les causes de la « prochaine », c’est à dire, celle que nous venons de vivre !
      http://institut-thomas-more.org/2018/09/30/2008-2018-a-t-on-retenu-les-lecons-de-la-crise-financiere/

      Le défaut de ces économistes, malgré leurs compétences, c’est qu’ils ne prennent pas suffisamment en compte l’évolution technologique des forces productives et son influence directe sur les rapports économiques et sociaux.

      C’est cet aspect déterminant qui est à la base des différents articles parus sur TML à propos du volet économique de la « crise du Covid-19 ». Le constat de l’accumulation de la dette, c’est bien qu’il n’y a plus assez de valeur d’échange produite par le travail humain vivant, en comparaison de la quantité de valeurs d’usage, pourtant bien nécessaires en regard des besoins, qui est imputable à la productivité des machines.

      On en est bientôt rendus au point où même les ouvriers qui travaillent encore dans les usines d’automobiles déjà pas mal robotisées vont donc toucher des primes de l’Etat (et donc une partie de la dette publique) pour acheter les bagnoles qu’ils fabriquent eux-mêmes !!!

      La solution rationnelle est bien de partager l’ensemble du travail restant (suppression du chômage) et d’ajuster les salaires en fonction des besoins, et d’ajuster la production elle-même en fonction des besoins. Bref, construire enfin un équilibre où les crédits pourront être normalement honorés et qui cessera de creuser la dette. Un système qui mettra enfin la productivité des machines au services de ceux qui travaillent avec, et de l’ensemble des humains, et non plus au profit des monopoles. Un autre système...

      Luniterre


    • vraidrapo 27 mai 15:15

      @Luniterre
      Suite de l’épisode :
      aujourd’hui l’équipe de Nicolas Doze raconte que la manœuvre de la BCE a fonctionné parce que celles des USA, Chine, Japon... en ont fait autant.
      Moi, je dis « pourquoi elles ne continueraient pas à annuler les dettes, indéfiniment » ???


    • vraidrapo 28 mai 16:11

      @Luniterre
      Je viens de survoler l’Article. Il me semble sacrément désuet compte tenu de la présentation réaliste actuelle de la finance.
      Je m’explique, les Auteurs évoquent la Dette, la Dette, la Dette comme s’il s’agissait d’un Critère absolu, aujourd’hui, du fait de l’Urgence sanitaire les tabous ont volé en éclat et il est question de distribution de monnaie héliportée, quoiqu’il en coûte !
      On a ENFIN fini par savoir que : Rien n’empêche toutes les Banques Centrales d’annuler la Dette ( fonds propres comptables négatifs at vitam aeternam ).


    • Luniterre 29 mai 10:24

      @vraidrapo
      Effectivement l’article est déjà « désuet », en ce qu’il date de 2018 et envisage encore sérieusement un retour à une forme de capitalisme « croissant » en termes de plus-value globale, ce qui n’était déjà plus le cas, et c’est ce qu’il ne voit pas.

      Cela reste donc néanmoins un document en termes « historiques » pour comprendre ce qui s’est passé et l’incapacité du système à réagir autrement que par la dette, qui augmente le pouvoir des Banques Centrales, déjà important à l’époque d’avant-covid, et désormais définitivement assis, sauf révolution !

      On ne voit donc aucune raison pour laquelle elles y renonceraient !

      Luniterre


    • vraidrapo 29 mai 18:37

      @Luniterre
      A bien observer les comportements, le haut et le bas de l’échelle sociale se rejoignent.
      Je prédis que lors d’une prochaine pandémie, une majorité se prononcera contre le confinement.. « quoiqu’il en coûte ! »
      Dans un Article du Diplo du mois de mai, j’ai découvert une « nouvelle » définition :
       L’Homo Festivus !
      Ce qui m’a conduit à reconstituer le passage de notre espèce sur cette Planète :
      homo erectus homo faber homo sapiens homo festivus rapidement terminus (pour clore la séquence).
      Il me plait à imaginer qu’il existe, quand même, dans un autre galaxie, une espèce dominante en harmonie avec son propre écosystème.


  • Jean Keim Jean Keim 27 mai 08:20

    Ah l’Économie ! Cette science prétendument exacte qui a ses dogmes, ses temples (avec combinaisons), ses rites et ses pontifes, tout comme une religion en somme (virtuelle), son Dieu s’appelle Mammon, il est trinitaire avec le Pèze, le Fisc et le Saint Bénéfice.


Réagir