samedi 9 janvier - par Opposition contrôlée

Pour en finir avec Trump

Un pourcentage non négligeable des lecteurs qui lisent ces lignes se demandent, « est-ce encore le pamphlet d'un naïf pro Biden, pro mondialiste et soumis à l'état profond ? ». Un autre pourcentage non négligeable se demande lui, « est-ce encore l'oeuvre d'un naïf pro-Trump, complotiste et adepte de la fachosphère ? ». Ma réponse aux deux catégories est : « US GO HOME ».

J'ai encore en mémoire l'intense publicité que la défunte chaîne de télévision « française », propriété de Berlusconi, « la cinq », avait faite à l'élection présidentielle américaine de 1988, remportée par George Bush père. On incitait, voire insistait pour que le téléspectateur français se positionne pour l'un ou l'autre camp, parti républicain ou démocrate. Déjà à l'époque, un certain Joe Biden, ainsi qu'un Al Gore, avaient été candidats malheureux aux primaires démocrates. « La cinq » premier introducteur, en masse, des séries américaines en France.

30 ans plus tard, on ne peut que constater que la formule Berlusconi est la norme plutôt que l’exception. Tout Français « politisé » étant sommé de choisir son candidat états-unien de prédilection. Très normal, puisque ce qu'on devrait appeler les « phénomènes de mode politiques » sont aujourd'hui directement diffusés en France, « en simultané », au même titre que les séries à succès, depuis les EU. LGBTQisme contre néo-virilisme, déboulonnage de statues contre « identitaires », dans tous les cas, c'est l'oncle Sam qui fait le programme. D'un Alain Soral, « français sans peur, catholique sans reproche » qui n'a apparemment jamais entendu parler d'amour courtois, à un BHL, champion de l'humanisme, y compris des « bombardements humanitaires », l'homme du système comme le dissident sait qui est le bon candidat.

Connu depuis les années 1980 aux États-Unis, personnage dans la tradition des « milliardaires excentriques », Trump a étendu sa notoriété par la « téléréalité », c'est-à-dire l'art de faire passer la fiction pour du réel. Et il me semble que c'est ici qu'on trouve l'origine du déchaînement de passion qu'il suscite, bien davantage que dans une politique prétendument nouvelle. Partisans comme opposants se contentent de commenter ad nauseam ses déclarations volontairement provocatrices, étendant dans le grand public le phénomène « d'entre-soi » médiatique bien analysé par le sociologue Pierre Bourdieu. Celui-ci montrait comment les journalistes vivent intellectuellement en vase clos, réagissant les uns par rapport aux autres, sans s'intéresser au monde réel, concluant que « l'opinion publique n'existe pas ». S'il est notoire que Trump a « subi » un acharnement médiatique de la majorité des groupes de presse, il faut constater que ça a été le principal moteur de sa notoriété. Et ce qui est remarquable, c'est que partisans comme opposants n'ont pas cherché à voir la réalité au-delà des déclarations de presse.

Deux exemples : d'abord, son élection.

À l'annonce des résultats, psychodrame à science po qui avait organisé une « soirée spéciale présidentielle US ». Une jeune fille, future « élite » française, fond en larmes. Consternation, mea-culpa sur la chaîne Arte. Et pour cause, voilà des mois que l'immense majorité des médias assurent que Hillary Clinton va gagner.

Personnellement, je n'ai pas été surpris, dans les sondages disponibles, l'écart entre les candidats était inférieur à la marge d'erreur... Et en parcourant des forums de discussion américains, en regardant des vidéos youtube, et jusque dans les messages de joueurs de jeux vidéo, une chose m'a marqué durant la campagne : l’extraordinaire enthousiasme et la diversité des partisans de Trump. Un véritable phénomène de masse que je n'avais jamais vu avant. Ma conviction était faite, sans recours à la boule de cristal, les « signes visibles » corroboraient les statistiques élémentaires des sondages... Mais nos chères futures élites de science po ne voulaient voir la réalité qu'à travers les journalistes...

 

Second exemple, dans le camp des partisans cette fois.

Encore récemment, j'ai entendu à de nombreuses reprises, dans l'inventaire des grandes qualités de la politique de Trump, que celui-ci serait contre la politique belliqueuse des EU, et aurait par exemple « retiré les troupes US de Syrie ». Cela relève de l’hallucination. Trump a fait des déclarations dans ce sens, mais au moment où j'écris, les troupes US surveillent toujours le pillage du pétrole de l'Est syrien, et encadrent leurs supplétifs des milices kurdes. Ajoutons qu'il a fait exécuter le chef des Gardiens de la Révolution iranienne, et que c'est durant son mandat que le cher Juan Guaidó, sorte de clone d'Obama, a été unilatéralement déclaré président du Venezuela. Il parlait de baisser le budget militaire, il l'a augmenté... et la liste est encore longue. Trump a dit des choses, mais rien ne s'est produit dans la réalité.

 

Ce que je voudrais développer maintenant, c'est l'insignifiance du personnage Trump, en commençant par un exemple.

On peut noter que durant son mandat, le chômage a reculé, corollaire d'un redémarrage économique. Mais il faut quitter l'idée que ceci ait un quelconque rapport avec la politique gouvernementale. J'ai déjà élaboré sur les rapports du pétrole avec l'économie dans un précédent article. On peut résumer la chose au diagramme suivant :

La corrélation entre la disponibilité en pétrole et la croissance du PIB est flagrante. Ce n'est pas un redémarrage économique qui fait augmenter la consommation de pétrole, c'est la disponibilité en pétrole qui fait croître l'économie. Je n'élaborerais pas plus ici sur ce sujet, qui ferait une trop longue digression. Or, le mandat de Trump a connu les premières livraisons de l'exploitation du pétrole de roche-mère aux EU, projet bien commencé bien avant son élection, propulsant le pays au rang de premier producteur mondial. C'est l'unique cause de l'éphémère « redémarrage économique », qui aurait eu lieu avec lui comme avec Mme Clinton...

Plus généralement, c'est à la structure du pouvoir aux EU qu'il faut s’intéresser. Là encore, Trump a embrouillé les esprits avec ses fameuses déclarations sur « l'état profond », concept mal défini, où chacun voit ce qu'il a envie d'y voir. Le meilleur spécialiste du pouvoir aux EU est certainement l'universitaire G. William Domhoff, qui a consacré 50 ans de recherches sur ce sujet. Le diagramme suivant illustre une partie de ses conclusions :

Ce que ceci montre, c'est que tout le circuit d'élaboration des lois et des politiques est irrigué par l'argent des grands groupes, des trusts, et des membres fortunés de la classe supérieure, qu'on peut donc appeler classe dirigeante. Les décisions politiques ne sont pas faites par un lancer de dés, mais sur la base des analyses, prospectives et autres rapports produits par des experts et autres consultants, qui peuvent être des fonctionnaires d'état (assez peu aux EU contrairement à l'Europe, même si on tend vers le modèle américain) ou des organisations indépendantes (voyez le rôle des « conseils scientifiques » dans l'actualité récente par exemple).

Mais plus intéressant encore M. Domhoff note la caractéristique des groupes de discussion, des groupes d'experts et de la plupart des « think tanks » : ceux-ci sont systématiquement « bipartisans » ou « non partisans », c'est-à-dire qu'ils font travailler ensemble des membres du parti démocrate et du parti républicain. Conclusion : c'est dans les organisations qui se disent « apolitiques » que s'élabore toute la politique.

Le cirque médiatique des titanesques combats électoraux est un simulacre, avant tout destiné à détourner l'attention des masses. D'autant que la majorité des lois non-structurelles qui passionnent l'électorat a généralement une forte teneur « sociétale », et n'est pas du ressort de l'état fédéral, mais de chaque état, et sont votées au suffrage direct. Républicains et démocrates sont les deux faces de la même pièce. Pour illustrer encore ce fait, voici un diagramme qui représente l'évolution de l'indice « Gini », c'est-à-dire des inégalités économiques, en corrélation avec le taux de syndicalisation du prolétariat. Les couleurs de fond représentent le parti au pouvoir, bleu pour les démocrates, rouge pour les républicains.

Conclusion : rien de concret ne change socialement depuis des décennies. On peut faire la même chose avec les conflits militaires ou le taux de taxation des riches, on ne trouve pas de corrélation avec la couleur du président... Ne vous étonnez pas d'un titre de presse récent (2019) : « US billionaires pay lower tax rate than working class for first time in history », soit « Les milliardaires américains ont pour la première fois dans l'Histoire un taux d'imposition plus bas que la classe ouvrière »... C'est la tendance depuis plus de 50 ans. Aussi quand un article de presse montre un diagramme « à charge », concluant que les baisses d’impôts de Trump profitent majoritairement aux riches, cela est tout à fait vrai, mais Trump ne fait que perpétuer la politique de ses prédécesseurs.

En conclusion, l'ardeur de la passion pour ou contre Trump qu'on trouve, en particulier chez des Français, qui ne devraient pas se sentir concernés, est avant tout proportionnelle à l'emprise des médias sur leur esprit. C'est l'incapacité de discerner les véritables enjeux, noyés dans une masse toujours croissante « d'information », en fait des signaux de brouillage. La fiction démocratique repose de plus en plus sur le clivage des électeurs, et pousse toujours davantage les politiques dans le rôle de communicant, simple objet marketing du grand marché de la consommation médiatique.



59 réactions


  • Captain Marlo Captain Marlo 9 janvier 19:40

    aurait par exemple « retiré les troupes US de Syrie ». Cela relève de l’hallucination. Trump a fait des déclarations dans ce sens, mais au moment où j’écris, les troupes US surveillent toujours le pillage du pétrole de l’Est syrien, et encadrent leurs supplétifs des milices kurdes.

    .

    1/ James Jeffrey a menti à Trump pendant 2 ans sur les troupes en Syrie.

    "un entretien à Defense One [1], une semaine après avoir été relevé de ses fonctions.

    Il y explique avoir bataillé dur pour maintenir des troupes d’occupation en Syrie. Il atteste avoir menti durant deux ans avec des généraux du Pentagone sur le nombre de soldats présents. Alors que Trump n’avait concédé que 200 soldats pour prévenir une attaque des puits de pétrole, lui et le Pentagone en ont maintenu 900 dans différents postes sur tout le territoire.

    Selon nos informations, une moitié des revenus de ces puits a été cédée aux mercenaires kurdes du Pentagone, tandis que l’autre a été réservée pour les opérations noires de la CIA dans le monde (c’est-à-dire sans financement officiel, donc sans contrôle ni du Congrès, ni de la Maison-Blanche).

    James Jeffrey, qui avait été conseiller national de sécurité adjoint du président George Bush fils, est un républicain opposé au président jacksonien, Donald Trump. Il est un des signataires de la lettre ouverte du personnel républicain de sécurité nationale appelant à voter pour le démocrate Joe Biden [2].


    • Opposition contrôlée Opposition contrôlée 9 janvier 22:32

      @Captain Marlo
      Je n’ai rien contre Thierry Meyssan, je l’ai rencontré à Paris il y a bien des années, et j’ai même l’honneur d’avoir un de ses ouvrage dédicacé, mais il a quand même tendance à broder...

      Dans la source citée par l’article, l’entrevue de Jeffrey par « Defense one », Jeffrey dit : « after we defeated ISIS, [Trump] was inclined to pull out. » C’est qui « we » ? Ça sent le foutage de gueule. Concrètement, c’est les ricains ou les russes/syriens qui ont vaincus DAESH ?

      D’ailleurs d’où vient cette « organisation », magnifiquement équipée par les surplus des années 80 du Qatar, de l’Arabie saoudite et des émirats ? Et qui a commencé à opérer à partir des frontières de l’Irak, sous occupation américaine, de la Jordanie et de la Turquie ?

      Encore une fois, il y a la presse, prétendue dissidente ou pas, et il y a les faits... 


    • Philippe Huysmans, Complotologue Philippe Huysmans 9 janvier 22:41

      @Opposition contrôlée

      Pour être l’ami d’une journaliste qui a bien connu Meyssan, et qui a même bossé avec, je précise qu’il ne fait pas que broder, il ment pas mal, aussi, et manipule son monde. Un personnage à éviter.


    • Opposition contrôlée Opposition contrôlée 9 janvier 23:01

      @Philippe Huysmans
      Certes, il ne faut pas le prendre au mot, mais globalement, il a fait plus de bien que de mal.


    • Philippe Huysmans, Complotologue Philippe Huysmans 9 janvier 23:06

      @Opposition contrôlée

      Qui ça, Xana ? Oui je crois, mais là on sentait un peu le pétage de plomb. Encore une fois, ça peut arriver à tout le monde, mais pas pour autant que nous devrions laisser passer sans rien dire.


    • Captain Marlo Captain Marlo 10 janvier 08:41

      @Opposition contrôlée

      Merci pour votre remarque , mais je pense que l’état profond (Pentagone, CIA, Otan, NSA et autres agences de renseignements) bosse pour son propre compte, pour le compte des néocons qui autorise les guerres, et qu’ils se fichent éperdument de ce que Trump souhaite.
      Rappel : le budget du Pentagone, c’est 700 milliards de $.
      .
      Un document de la CIA explique comment promouvoir les guerres et pourquoi l’État profond est hostile à Trump. Là ce n’est pas Meyssan , mais la CIA elle même !

      "(...) Mais c’est un document de WikiLeaks qui a particulièrement attiré mon attention au début : un « Mémorandum de la cellule rouge » de la CIA de 2010, nommée d’après l’unité hautement secrète créée par George Tenet, le Directeur de la CIA sous Bush / Cheney, à la suite de l’attaque du 11 septembre 2001.

      Ce qui a rendu ce document si fascinant, si révélateur, c’est la discussion de la CIA sur la manière de manipuler l’opinion publique pour s’assurer qu’elle reste sinon favorable, du moins tolérante face aux Guerres sans fin et, en particulier, au rôle vital que le Président Obama a joué pour la CIA dans l’enrobage, l’emballage et la vente des guerres américaines dans le monde.

      Dans cette analyse classifiée, on apprend beaucoup sur la façon dont raisonne le « complexe militaro-industriel », également connu sous le nom de « Blob » ou « État profond » ; sur la manière dont la CIA exploite les impulsions humanitaires pour assurer la poursuite de ses guerres ; et sur la véritable fonction du Président américain en matière de politique étrangère....etc

      •  

      Avez-vous lu le livre de Peter Dale Scott « l’état profond américain » ?

      "(...) Observateur politique de premier plan, SCOTT décrit le processus de militarisation croissante des Etats-Unis, en particulier depuis le 11 Septembre.
      Il explique également l’origine de la « dérive sécuritaire » (écoutes et surveillance illégales, détentions massives, usage de la torture, assassinats ciblés) et de l’accroissement des inégalités de revenus que connaît ce pays depuis la guerre du Vietnam. L’Etat profond constitue aujourd’hui un système quasi institutionnalisé dans des agences (comme la CIA et la NSA) qui échappent au contrôle démocratique.

      Mais il ne se limite pas à ces services secrets, et l’auteur décrit notamment l’influence excessive d’entreprises privées telles que Booz Allen Hamilton (l’ex-employeur d’Edward Snowden) et la SAIC : 70 % des budgets du Renseignement aux Etats-Unis étant aujourd’hui sous-traités. Derrière ce système opaque, où la distinction entre « public » et « privé » semble pour le moins ténue, il retrace l’influence traditionnelle des banquiers et des avocats de Wall Street alliés aux « supermajors », les plus grandes compagnies pétrolières internationales.

      Il explique ainsi comment les pétromonarchies du golfe Persique, les entreprises de défense états-uniennes et Wall Street ont ensemble et progressivement formé un Etat profond supranational - qui mène des politiques parfois radicalement opposées aux intérêts nationaux des Etats-Unis, de son peuple et de ses institutions. Un travail remarquable qui clôt avec brio la trilogie entamée avec La Route vers le nouvel ordre mondial et La Machine de guerre américaine...


    • Opposition contrôlée Opposition contrôlée 10 janvier 10:07

      @Captain Marlo
      Vous n’avez du lire ni mon article ni celui que vous mettez en lien. Le document de la CIA date de 2010...


    • Opposition contrôlée Opposition contrôlée 10 janvier 10:31

      @Opposition contrôlée
      J’entend par là que c’est encore une broderie basée sur des intentions supposés de Trump, et que celles-ci sont une fabrication journalistique. Et ce que révèle le papier de la CIA, c’est d’abord et avant tout qu’ils ont des relais dans la presse française.

      Au lieu de faire des divagations hyperboliques, il y a un moyen simple d’exploiter le document de manière rationnelle et scientifique. La CIA dit : il faut remobiliser l’opinion française sur l’Afghanistan, en faisant pleurer dans les chaumières sur le sort des femmes. 

      J’avais fait cette étude : qui, dans la presse française, à partir de 3 mois après la date d’émission du papier, a suivi les consignes de la CIA ? Juste une recherche aux mots clefs « femme » et « Afghanistan » avec les bonnes date, et compter les occurrences par journal.

      Il y a un journal au moins qui ressortait incontestablement : « Paris match ». Les mêmes qui avaient gommé les bourrelets de Sarkozy sur ses photos de vacances chez Bush...


    • Silence, on pique ! Silence, on pique ! 11 janvier 11:52

      @Opposition contrôlée

      C’est l’unique cause de l’éphémère « redémarrage économique », qui aurait eu lieu avec lui comme avec Mme Clinton...

      Si Clinton avait été élue et non Trump, elle aurait réglé la question de l’économie en déclarant la guerre à l’Iran, immédiatement après son investiture. Elle ne l’a jamais caché. 
      L’Etat Profond avait tout intérêt à détruire l’Iran. 

      Les 4 ans de mandat de Trump ont été une période de parenthèse de paix sommaire, mais réelle. 


    • Opposition contrôlée Opposition contrôlée 11 janvier 12:04

      @Silence, on pique !
      La gueule de la paix : https://www.agoravox.fr/commentaire5953949

      D’autre part, vous spéculez sur une situation qui n’a pas existé. Avec des « si », on coupe du bois.


    • Silence, on pique ! Silence, on pique ! 11 janvier 13:16

      @Opposition contrôlée

      Aucune spéculation, il suffit de revoir les discours de Clinton avant l’élection. La situation n’a pas existé grâce à l’élection de Trump.


    • Opposition contrôlée Opposition contrôlée 11 janvier 13:29

      @Silence, on pique !
      Et vous la croyez sur parole ? C’est un des sujets de l’article : les déclarations des politiques c’est une chose, la réalité en est une autre. Ça s’appel la guerre psychologique.

      Attaquer l’Iran de front même en 2016,trop dangereux. Ça signifie la destruction de Tel Aviv. « Retenez-moi ou je fais un malheur », c’est dans la droite ligne de la com’ US. 


  • troletbuse troletbuse 9 janvier 19:49

    N’empêche que le Poudré et sa suite ont porté le confinement à 18 heures pour 7 ou 8 départements supplémentaires. Ces décisions ont toujours été prises au vue des résultats des élections américaines. On attend le 20 janvier.

    Le summum étant le discours du petit marquis devant le drapeau américain.


  • L'apostilleur L’apostilleur 9 janvier 21:10

    @ l’auteur 

    « La corrélation entre la disponibilité en pétrole et la croissance du PIB est flagrante... »

    JM Jancovici a démontré ce principe en audition à l’Assemblée Nationale commission énergie. 


    • Opposition contrôlée Opposition contrôlée 9 janvier 22:03

      @L’apostilleur
      C’est clairement visible sur le diagramme dans l’article.
      Jancovici est bien sur les thématiques pétrole, mais il a des conflits d’intérêt avec son business. Sa foi dans le réchauffement climatique, sa « rhétorique carbone »... Mauvais sur le sujet du nucléaire (sans dire d’énormités cependant). Et lorsqu’il aborde des sujets d’Histoire ou de politique, là il est nul de chez nul.


  • ticotico ticotico 9 janvier 21:28

    @l’auteur

    Je présume que la crédibilité de Trump est directement issue de la perte de foi en les médias. Vos constats sont assez facilement vérifiables, pourtant ... la trumpitude se répand sur la planète, la croyance en un retour vers un monde simple, même s’il n’est en aucune manière attesté par les faits.

    Que le berger soit un clown grotesque ou un corrompu propre sur lui, les moutons continueront de se faire bouffer...


    • Philippe Huysmans, Complotologue Philippe Huysmans 9 janvier 22:47

      @ticotico

      Que le berger soit un clown grotesque ou un corrompu propre sur lui...

      Je crois que le problème n’est pas un « retour vers un monde simple » mais plutôt d’éviter de tomber dans une dictature dans laquelle l’humain ne comptera plus.

      Société humaine versus société de consommation pure adossée à la dictature.

      Il est moins une.


    • ticotico ticotico 10 janvier 01:18

      @Philippe Huysmans

      Ce « retour vers un monde simple » est la promesse de Trump, mais c’est à des kilomètres de la réalité qu’il accompagne sans en modifier davantage que la perception. Ce propriétaire de golfs et de casinos, phare de l’humanité en ces temps troublés ? 
      Ce mégalomane limite mafieux fait semblant de vouloir le bien des autres par posture électorale, si quelqu’un incarne le culte du winner et le mépris du loser, c’est bien lui. 

      Pour ce qui est de l’avenir, y’a pas de doute, on est dans la pente fatale et je vois mal quelle action collective pourrait nous éviter de continuer à glisser. J’ai malheureusement davantage confiance dans un gros bug du système pour revenir vers un monde plus humain. 

      Bon, faut pas se laisser abattre, cette semaine, j’ai mis en route piments, tomates et citrons...


    • Captain Marlo Captain Marlo 10 janvier 09:03

      @ticotico
      Ce « retour vers un monde simple » est la promesse de Trump,

      La preuve que le protectionnisme fonctionne, ce sont les 30 glorieuses en France et le fait que Trump ait fait baisser le chômage à 4%. Alors qu’Obama avait laissé sur le carreau 102 millions d’Américains.

      Ce qui vachement simple, c’est la mondialisation mise en place en 1994 !
      1/ On supprime en Europe et aux USA, toutes les lois qui protégeaient les entreprises et les emplois.

      2/ On sort les capitaux et on va investir dans des pays à bas salaires pour faire plus de profits. Exemple les vêtements fabriqués en Ethiopie avec des salaires à 20 euros par mois, revendus en France des centaines d’euros !
      .
      Avant, il y avait en France, un contrôle des mouvements de capitaux.
      Sortir ou faire entrer des capitaux n’était pas interdit, mais régulé, en fonction des intérêts stratégiques décidés par les gouvernements.

      Maintenant, les capitaux sortent et vont s’investir où bon leur semble. Et les capitaux étrangers viennent acheter le patrimoine français vendu à la découpe. Mais ce n’est pas réciproque, essayez donc d’acheter le patrimoine chinois !

      Les règles de la mondialisation ont été intégrées aux Traités européens : liberté de circulation des capitaux, des marchandises, des hommes et des services.

      Sans sortie de l’UE, vous pouvez toujours attendre pour faire « du Made in France », comme le souhaitent les Français ! A part quelques produits de niches.


    • Opposition contrôlée Opposition contrôlée 10 janvier 10:03

      @ticotico
      Excellent. Le beauf, agent immobilier, acteur de téléréalité propulsé au rang de « phare de l’humanité »... Quand je parle d’hallucinations et rejet du réel...
      @Captain Marlo
      J’ai expliqué ce qu’était le grand succès économique de Trump dans l’article. 
      D’autre part, il n’y a eu aucune révolution en matière de protectionnisme aux EU sous son mandat. 


    • Attila Attila 10 janvier 15:09

      @ticotico
      Pour ce qui est de l’avenir, y’a pas de doute, on est dans la pente fatale et je vois mal quelle action collective pourrait nous éviter de continuer à glisser "
      Je vois bien les actions collectives qui pourraient nous empêcher de sombrer mais ce que je ne vois pas, c’est les gens capables de les mettre en œuvre.

      .


    • simir simir 11 janvier 15:37

      @Captain Marlo
      102 millions sur le carreau c’est faux :

       En 2016 (avant l’arrivée au pouvoir de Donald Trump), environ 40 millions de pauvres, dont 18,5 millions en situation d’extrême pauvreté.

      https://www.liberation.fr/planete/2018/06/22/le-mepris-de-trump-pour-les-pauvres-epingle-par-l-onu_1661228

      « Les bénéfices de la croissance économique vont en immense majorité aux riches », souligne Alston, qui dénonce à la fois la réforme fiscale du président américain, cadeau aux plus aisés, et « le manque total de compassion » de son administration envers les pauvres. « L’administration Trump mène une politique sociale qui consiste avant tout à réduire le nombre d’Américains ayant une assurance santé, à stigmatiser ceux qui reçoivent une aide du gouvernement et à ajouter des conditions plus restrictives pour accéder aux prestations sociales », résume le rapporteur onusien.

      Pour le chômage à ,4% c’est facile avec des petits boulots pour sortir les gens des statistiques. Beaucoup sont obligés d’avoir 2 ou 3 mimi emplois.

      Et sur le protectionnisme des 30 glorieuses il n’y en a jamais eu.

      Ce qu’il y avait c’est des entreprises basées en France.

      Par exemple on produisait 80% de nos médicaments, maintenant seulement 20 %

      Alors instaurez du protectionnisme si vous voulez mais on risque tous de mourir de ne plus pouvoir acheter ces médicaments qui viennent d’ailleurs.

      Pareil pour l’automobile. Renault fabrique 70 % de ses véhicules à l’étranger, PSA un peu moins, alors « protectionnez »si vous voulez mais dans ce cas là tout le monde en Kangoo ou en Master, les seuls encore fabriqués en France.

      Le protectionnisme ça n’a pas de sens, d’autant que si l’on taxe les produits étrangers, alors eux taxeront les nôtres.La réciprocité ça existe et au final ce sont les acheteurs de produits courants qui paient.

      Le protectionnisme est loin d’être la panacée promise. Bien au contraire, il favorise et protège un petit groupe d’Américains au détriment du plus grand nombre.

      Lorsqu’on se souvient de l’impact de la loi Smoot-Hawley (hyper protectionniste, cause majeure de la Grande Dépression), on se demande pourquoi le protectionnisme semble encore si attirant pour tant de gens. Peut-être est-ce en partie parce que la racine du mot est « protéger » ou « protection », ce qui semble donner une connotation de bienveillance ?

      Pour protéger une petite sphère d’amis, une population entière est perdante ce qui est profondément injuste.

      Le problème c’est la délocalisation des industries et c’est tout.

      Reconstruisons des laboratoires en France , rapatrions la construction de véhicules et ainsi on aura plus à importer.

      je n’ai parlé que de ces 2 domaines mais il en existe une multitude


  • Florian LeBaroudeur Florian LeBaroudeur 9 janvier 21:33

    Nous sommes déjà en décroissance depuis 2006, ce sont les banques centrales qui assurent désormais la mise sur perfusion d’une économie en état végétatif.

    Il suffit de se pencher sur les graphiques de leur bilan depuis le début de l’histoire.

    De 2008 à 2019, on a imprimé autant que durant toute l’histoire de l’humanité. Dans les 8 premiers mois de l’année 2020, on a imprimé autant que durant ces 12 dernières années.

    2021 sera pire que 2020 voici pourquoi - YouTube

    Tout le reste n’est que la fiction d’une société malade qui préfère cultiver le déni quitte à se mentir à soi-même plutôt que de regarder et d’affronter courageusement la réalité en face. 


  • zygzornifle zygzornifle 10 janvier 09:43

    Tous ceux qui ont portés Bidet au pouvoir prendront d’ici 6 a 12 mois un bain de siège pour calmer leurs démangeaisons .....


  • jef88 jef88 10 janvier 12:15

    La politique et les politiciens me font VOMIR !

    Je me refuse d’appartenir à un « camp » ! !

    Néanmoins, je vote .... Mais après réflexion, pour un programme ou pour une personnalité qui me semble la meilleure ! ! !

    Je peux très bien voter pour un parti aux législatives, un autre aux cantonales et encore un autre aux municipales .... Ma doctrine ? C’est le réalisme ..........


    • Opposition contrôlée Opposition contrôlée 10 janvier 13:06

      @jef88
      Le vote à des élections locales peut avoir un sens, mais à l’échelle nationale, les politiques ne sont plus issues d’un parti ou d’un autre. Il s’agit toujours d’un compromis acceptable pour tous les « grands intérêts », généralement aux dépends de la populace. 

      la souveraineté des classes supérieures est la seule chose fondamentale en matière politique

      Charles Dupont-White, 1872.

  • JP94 10 janvier 17:59

    Tout cela est très juste, et assez fouillé. Même les commentaires valent la peine. 

    Je me contenterai juste d’une remarque, comme je vois figurer « fondations » dans l’organigramme.

    Une historienne (polonaise en France), Monika Dabrowska, a fait une thèse très instructive ( Université  de Strasbourg) sur les Fondations allemandes en Europe.

    L’UE finance à hauteur globale de 500 millions d ’euros annuels toute fondation ( Stiftung) déclarée par un parti politique, au pro-rata de sa représentation au PE : autrement dit nos impôts vont financer les partis dominants, déjà bien pourvus par le Patronat...Mais à quoi servent ces fondations ? notamment, à pénétrer les pays hors-UE,ou non, et à y créer des partis succursales ... une totale ingérence européiste financée par nous. Avec des moyens colossaux, ces succursales sont en mesure de dominer les partis locaux...mais de toute façon, ils sont infiltrés, via un système de bourses : ainsi, tous les représentants gauche et droite à l’est ont eu leur stage tous frais payés par nous .. en Allemagne, oui car ces fondations sont exclusivement allemandes...alors évidemment, de retour au pays, les futurs cadres des partis sont acquis à la cause européenne, qui les a nourris blanchis et bourrés le crâne et un compte en banque mieux garni que celui de leurs concitoyens...


    Toutes allemandes que soient ces fondations, en aucun cas, elles ne s’opposent à la mainmise US, à son bras armé, l’OTAN, ni aux banques privées, même si c’est bien nos impôts qui les financent...

    On leur demande de promouvoir l’UE. Et même le PGE y souscrit.


    Au fait, à part le pétrole, il y aussi la guerre, corollaire corrélé à l’évolution du PIB US : une prof d’histoire nous avait montré ça, jadis : les USA régressent économiquement sitôt qu’ils ne sont pas en guerre...pas la peine d’escompter qu’ils changent de politique, ce serait leur perte.


    Petite info : en Italie, 116 bases US, dont la plupart secrètes : interdites aux Italiens... un peuple sans doute pas assez belliciste pour ne compter que sur sa propre armée...pour le contrôler. Et dans ces bases US, des ogives nucléaires pointées vers la Russie...les avions italiens sont prévus pour porter des missiles tactiques US...


    • Opposition contrôlée Opposition contrôlée 10 janvier 18:31

      @JP94
      Merci pour votre commentaire.
      Je ne suis pas rentré dans les détails sur le fonctionnement des institutions (fondations etc), mais ce que vous me rapportez de la thèse de Monika Dabrowska est très similaire à ce que j’ai pu lire sur la situation US, ce qui n’est pas surprenant.

      Je vivais à Beyrouth il y a quelques années, j’ai eu l’occasion de rencontrer plusieurs étudiantes allemandes en science politique. La description qu’elles m’ont faite de leur enseignement revenait à en faire des « techniciennes » de la gestion d’un parti. Aucune idée ou pensée politique, mais juste comment gérer un budget, analyser des sondages, mener une campagne de comm etc... Choquée lorsque j’émettait un doute sur l’UE... 


  • Je vais encore me répéter. TRUMP EST UN TRICKSTER. Un coyote. En réalité, il n’a aucune idée précise de ce qu’il veut. Mais il faut que cela bouge,.... peu importe la direction. Il dit tout et son contraire. Il y a autant de bon que de mauvais en lui. C’est Janus. Concave et convexe. Il joue plus qu’il ne gouverne quoi que ce soit. Et dans ce rôle, oui, il est excellent. 


  • Bug. Il est temps que les individus prennent leur destin en main. De nombreuses personnes s’associent (quartier, collectif) et s’organisent en petits comités. Ces gouvernement sont juste des acteurs. Comment peut-on maîtriser un sujet sans le connaître et aller sur le terrain. Impossible. Va vers TON TOI« T ». au moins, tu ne risques pas de recevoir une dalle sur la tête. The show must go on. Mais ce sera sans nous...


  • Autre fait intrigant ; Trump est marié à une Mélania d’Albanie. Mélania est associé au prénom Mélusine : Précision : “Hermès a été conçu par eux dans une grotte-source qui était la demeure de Maïa” (cf. les art. Déesse Mère*, Vierge Noire* et Mélusine*) : « Hermès*, né sur le mont Kulléné en Arcadie – c’est à dire sur la cavité (kula) ou sur la montagne ondulante (kuliô) des cieux – était l’Arcadien (…) et le caducée* de Mercure fut par conséquent appelé “la corde arcadienne”… Mélusine est liée à l’Albanie. Et j’ai lu que des albanais ont fabriqué du miel qu’ils ont étiqueté Mélania. Et en plus Maïa et proche de l’abeille comme Maya. 

    Nombreux sont les textes — et les représentations figurées — qui évoquent les fonctions religieuses du miel et le rôle sacré des abeilles. En tant qu’animaux, elles sont porteuses de la parole et de la volonté divines : on peut évoquer ici Pindare, qui dans la quatrième Pythique désigne l’oracle de la Pythie par les termes χρησμὸς μελίσσας Δελφίδος (60), ou bien les Thries, célèbres femmes-abeilles de l’Hymne à Hermès :

    Θριαὶ γάρ τινες εἰσὶ κασίγνηται γεγαυῖαι

    παρθένοι ὠκείῃσιν ἀγαλλόμεναι πτερύγεσσι

    τρεῖς· κατὰ δὲ κρατὸς πεπαλαγμέναι ἄλφιτα λευκὰ

    οἰκία ναιετάουσιν ὑπὸ πτυχὶ Παρνησοῖο (...)

    ἐντεῦθεν δὴ ἔπειτα ποτώμεναι ἄλλοτε ἄλλῃ

    • 29 Hymne à Hermès 552-563 : « Il est des Thries, sœurs de naissance, des vierges, au nombre de trois, (...)

    κηρία βόσκονται καί τε κραίνουσιν ἕκαστα29.


  • Plutôt en Slovénie : Mélania et sa sculpture de bois.

    « grossièrement sculptée à la tronçonneuse dans un tronc d’arbre, vite comparée localement à un épouvantail à oiseaux, elle avait été brûlée par des inconnus l’été dernier. Brad Downey en a donc commandé cette copie, réalisée dans un matériau plus solide et monochrome, à partie d’un moulage de l’originale.

    Les personnes présentes au dévoilement de la deuxième statue ont pu apprécier le »Melania cake« , désormais produit par une boulangerie de Sevnica, une création gourmande faisant partie d’une gamme de produits slovènes consacrés à l’enfant du pays et qui comprend aussi du »miel Melania« et même des »chaussons Melania".


  • eau-du-robinet eau-du-robinet 11 janvier 09:55
    Accrochez vous :

    Trump vas avoir recours à la loi martiale ce jours-ci !!!

    .
    Il y aura des arrestations massives des faussaires de l’élection américaine et j’espère aussi dans les médias américaines ... cette vague déferlante risque de passer sur l’Europe.... faites vos improvisations ...


  • Jonas 11 janvier 10:03

    A l’auteur 

    Trump est la honte des Etats-Unis. Aucun président n’a été aussi lamentable. Il n’a respecté ni ses compatriotes , ni la Constitution , ni la démocratie américaine, ni les élections , ni capable d’assumer ses déclarations à pousser ses fans à l’émeute.

    La seule image qui reste du président Trump est celle du Capitole envahit par une horde sauvage.
     


    • Francis, agnotologue Francis 11 janvier 10:10

      @Jonas
       
      pouvez vous citer une seule guerre que Trump ait faite à quelque pays que ce soit ?


    • Opposition contrôlée Opposition contrôlée 11 janvier 10:28

      @Francis
      Deux solutions : soit on joue sur les mots pour considérer qu’une « guerre » est une invasion terrestre massive, auquel cas il n’y en a plus eu depuis 2003.

      Soit on arrête de vivre dans la fiction et on fait l’inventaire de toutes les opérations de déstabilisation et d’agression commises par les américains durant le mandat de Trump, par ex :

      • Cyberattaques massives sur les infrastructures électriques du Venezuela
      • Tentative de reversement du gouvernement du Venezuela par la désignation d’un président
      • Organisation d’un coup d’état au Soudan
      • Assassinat du chef du CGRI
      • Attaque massive de missiles de croisière sur la Syrie
      • annulation de l’accord nucléaire iranien
      • Maintien de troupes dans l’Est syrien
      • etc...

    • Jonas 11 janvier 11:14

      @Francis

      Sur ce point , vous avez raison , il a même essayé de faire rapatrier les soldats américains . de l’étranger . Mais cela ne fait pas toute la politique d’un pays. Pour moi il reste un mauvais président, vulgaire , inculte et d’une grande ignorance politique.


    • @Opposition contrôlée

      Bon je reprend ton argumentaire .

      • Cyberattaques massives sur les infrastructures électriques du Venezuela

      >Bien avant trump cela as exister , on peut penser a stuxnet qui as detruit les centrifugeuse iranienne ...

      • Tentative de reversement du gouvernement du Venezuela par la désignation d’un président

      >ce n’ est pas nouveaux non plus , tout les « primptemps arabe » represente egalement une ingerence dans la politique d’ etat souverain .

      • Organisation d’un coup d’état au Soudan

      n’ oublions pas l’ Ukraine 

      • Assassinat du chef du CGRI

      c’ etait particulièrement odieux , tout comme l’ execution de ben laden 

      qui aurais du etre juger ( mais apparement ca genait beaucoup de le laisser parler pour sa defense .)

      • Attaque massive de missiles de croisière sur la Syrie

      Ils ont bombarder diepe pour nous « liberer » , pour les USA les perte civile sont acceptable ce qui est assez ignoble comme visions des choses . 

      • annulation de l’accord nucléaire iranien

      ou celui de l’ accord de paris sur le climats 

      • Maintien de troupes dans l’Est syrien

      La faut que je trouve des chiffre , je les ais pas sous la main 

      il me semble de memoire qu’ il en as ramener la moitié a la maison 

      certe ce n’ etait pas par humanisme envers les syrien , mais c’ etait un bon debut .

      ------------

      Trump ou bidens , ca ne change pas reelement la politique etat-uniennes .

      Il faudra des reforme bien plus profonde pour pacifier la diplomatie exterieur americaine . 

      Je suis quasi certain , que tout ce que tu reproche a trump , va redoubler d’ intensiter sous l’ alternance bidens . Nous aurons je pense l’ occasion d’ en reparler plus avant ...

      En 2024 , pour batre trump il faudra un candidat qui ais un peut plus d’ empathie pour le monde ... 

      Enfin je te presente mes excuses officiel , pour mes debordement , ca n’ avais pas pour but de troller , mais plutot de deconner en eclusant pastis sur pastis ... 

      Promis je soufle dans l’ acootest avant de revnir commenter smiley

      Au plaisir de te lire 


    • Opposition contrôlée Opposition contrôlée 13 janvier 19:58

      @ㄈϤ尺Цら(« Pemileocrate repentis »)

      Ce n’est pas nouveau

      Non certes. C’est comme d’hab’

      Le parallèle avec Soleimani / ben Laden est douteux, mais ... Ben Laden était surement mort et enterré depuis longtemps quand ils nous ont monté leur grande opération de com, intégralement copiée sur l’esthétique d’une série télé. 

      Il faudra des reforme bien plus profonde pour pacifier la diplomatie exterieur americaine . 

      Personne n’en a l’intention, c’est ce qui maintien le niveau de vie aux EU.

      Avec l’accord nucléaire iranien, c’est les entreprises européennes qu’il a foutu dans la merde.

      il en as ramener la moitié a la maison

      Il n’y a jamais eu beaucoup de troupes au sol en Syrie, ils maintiennent ce qui est nécessaire pour la continuité des opérations. Je doute que Trump n’ait jamais eu qualité de décisionnaire là dedans, chose qui reste du ressort des militaires.

      En 2024 , pour batre trump

      On a jamais vu un perdant ayant exercé se représenter. Je suis plutôt d’avis que tout le monde aura oublié Trump à cette date.

      ca n’ avais pas pour but de troller

      Je t’avais dans le collimateur depuis longtemps saligaud. T’aurais pas essayé des chat-bot à un moment ?

    • @Opposition contrôlée

      Le parallèle avec Soleimani / ben Laden est douteux

      >comparaison n’ est pas raison ... il est difficile d’ additionner des poires et des banane. J’ ais l’ etrange habitude d’ essayer de comprendre pourquoi les homme devienne des chef de guerre . 

      Ben laden , as été formé par la CIA pour lutter contre les sovietique en afghanistan puis pour des raison qui lui sont propre il as decider de s’ attaquer a l’ autre camps .

      Soleimanii a lui fait preuve de patriotisme envers l’ iran son pays , mais a aussi participer au action de groupe comme le esbolah libanais ..

      c’ est a la fois pareil et différent , les deux defendanit leur culture , leur religion , et leur peuple . Si on avait pas foutu le bordel en irak en afganistan et en syrie , le panarabisme et la contestation d’ israel aurais put s’ exprimer plus pacifiquement .


      Avant de les juger j’ essait de me souvenir que mon grand pere etait juger terroriste par les nazi et petain ... il as certe prix des vie , mais ce n’ etait pas un monstre .


      Non contrairement a toi je pense que c’ est bien ben laden qui as eté exécuter justement pour eviter qu’ il ne parlent un peut trop dans un eventuel proces .


      On lui atribu l’ attaque sur le WTC , la j’ ais bien plus de doute , ses precedente action etait des attaque contre des navire de guerre americain pas contre des civil.


      Pour en revenir a l’ iran , c’ est un pays dont le peuple a choisit un regime theocratique , l’ islam rigoriste ne me plait pas , mais refuser le choix d’ un peuple et lui imposer un gouvernement totalitaire style chah d’ iran serait une forfaiture internationalle ...

      Comme la lybie de khadafhi , ou l’ OLP , ils ont renoncer au maximum au terrorisme et privilegier le dialogue ( meme s’ il reste assez musclé)


      Enfin , pour empecher , la creation d’ une bombe nuclaire , il faut aussi desarmer israel (et peut etre les autre etats ) , tout autant que developer des source d’ energie alternative (usine solaire , barage hydroleletrique , ou meme leur fournir du courant .


      Tu me parlait de MBS , je vais te parler du pakistan , le pakistan fabrique des bombe nucleaire pour l’ arabie saoudite , on devrai donc etre encore plus severe contre l’ arabie saoudite que contre l’ iran , puisque l’ AS comme israel la detienne illegalement ( alors que l’ iran n’ en possede pas encore )




    • @Opposition contrôlée

      Avec l’accord nucléaire iranien, c’est les entreprises européennes qu’il a foutu dans la merde.

      le volet economique du dossier est important ... mais pense tu vraiment qu’ obama n’ aurais pas fait la meme chose ?


      Trump n’ait jamais eu qualité de décisionnaire là dedans, chose qui reste du ressort des militaires.

      c’ est une bonne question , je pense qu’ il as influer la dessus et que cela ne lui as pas fait que des copain , je pense aussi qu’ il n’ as pas fait son max pour retirer toute les trouppe illegale des pays « envahit » .Meme avec un second mandat il n’ aurais peut etre pas pu faire plus .

      Je t’avais dans le collimateur depuis longtemps saligaud. T’aurais pas essayé des chat-bot à un moment ?

      non , je fait tout mes déguisement et petite farce a la main .je prefere que tout les commentateur ais les meme possibilité ... Sortir un logiciel serais un peut deloyale .

      d’ ailleurs je revele mes truc graphique sur mon profil .


      Tu ne doit pas etre le seul a m’ avoir en ligne de mire , mais c’ est le jeux .

      Quand je sent que j’ emmerde un auteur , et/ou que celui ci as la courtoisie de me le dire il est assez rare que je persiste ..mon but n’ est pas de spammer ou de nuire , mais de taquiner et d’ essayer de faire reflechir les gens avec des truc nouveaux .




    • @Le Sudiste

      j’ ais quand meme laisser les faute d’ orthographe pour ne pas paraitre trop serieux lol


    • @Opposition contrôlée

      mon alcootest passant au vert bien prononcé , je te souhaite la bonne nuit ...
      je repasserais te lire demain .


    • Opposition contrôlée Opposition contrôlée 14 janvier 09:40

      @ㄈϤ尺Цら(« ComploTrumpiste decomplexé »)
      Pour le nucléaire iranien, Obama a tendu le piège. Il a signé vers la fin de son mandat, les européens ont fait des investissements, et hop, 1 an et demi plus tard, met toi les dans le ***

      Mais le fond de l’affaire n’est pas là. Le problème c’est que le personnage de Trump a été fabriqué par ses « partisans », ou plus exactement par tous ceux qui se sentent agressés par le courant politiquement correct cosmopolite. Il s’agit plus de transfert de fantasmes sur la personne de Trump que de choses concrètes. L’acharnement, qui selon moi était parfaitement calculé dans ses excès, de « la presse main stream » qui se sait discréditée, a largement contribué à la radicalisation des camps. Mais aussi à un phénomène beaucoup plus terrible pour un pays comme la France, qui je pense était le véritable but de l’opération. La « psy-op » n’est pas là où on croit qu’elle est. Il y a achèvement de la colonisation culturelle, avec la subversion de toutes les références politiques françaises au profit de références politiques US.
      La gauche française a commencé à disparaître dans son essence en premier, en important massivement les merdes sociétales US, le matraquage sur Trump a jeté la droite dans les bras de l’Amérique... Et derrière, c’est toute la philosophie, la vision du monde qui sous-tend les catégories politiques qui s’impose de manière quasi subliminale dans les esprits.


  • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 11 janvier 13:01

    j’ai regardé la vidéo, marrant que ce soir en Russe d’ailleurs ^^, et on y parle de Frank Herbert et de son livre « Manipulated man », si vous avez des infos, j’ai beau chercher mais là je ne trouve pas.


Réagir