lundi 3 juillet - par Jeussey de Sourcesûre

Pour le 150ème anniversaire du Canada , les indiens s’invitent au parlement d’Ottawa

Alors que des célébrations ont eu lieu un peu partout dans le pays pour marquer son 150ème anniversaire, les communautés autochtones du Canada sont descendues dans la rue pour protester contre 150 ans de mauvais traitements.

Le samedi 1er juillet, Justin Trudeau, le Premier ministre canadien a lancé devant le parlement d’Ottawa, des célébrations auxquelles ont participé 25 000 personnes, mais les festivités ont été un peu gâchées par la pluie et le message concret de la communauté autochtone du Canada qui a rappelé par sa présence physique que cet anniversaire représente pour elle un peu plus de 150 ans d'oppression.

Des manifestations dans les principales villes du pays ont attiré l'attention sur le contraste flagrant qui existe entre la version idéalisée du Canada que le premier ministre s'efforce de mettre en scène et les réalités vécues par les communautés autochtones qui continuent à souffrir des conséquences d'une histoire jalonnée d’humiliations et d'abus. Une centaine de manifestants a défilé dans les rues de Toronto, en tenant le drapeau canadien à l'envers en signe d'opposition.

Au début de la semaine, les militants avaient également installé un tipi sur « Parliament Hill ». Le groupe de protestation s'est d'abord opposé à la police, qui a arrêté neuf personnes, selon CTV News. Puis les neuf personnes ont été relâchées et les autorités ont autorisé le tipi à rester en place. M. Trudeau lui-même a rendu une visite au tipi vendredi matin, et rencontré des militants pendant environ 45 minutes.

Le premier ministre a admis que les gouvernements canadiens avaient eu tendance à négliger les communautés autochtones et à ne pas avoir d’échanges, et il a déclaré aux journalistes présents : « Il est important que, même si les Canadiens célèbrent le 150ème anniversaire du Canada, nous réfléchissons aux expériences et à l'importance d’être à l’écoute des Canadiens autochtones et de leur expérience. Nous reconnaissons qu’au cours des dernières décennies, voire davantage, le Canada a délaissé les peuples autochtones ... Je peux comprendre l'impatience de nombreuses personnes parmi eux".

Les groupes autochtones ont martelé pendant des mois qu'ils considéraient que les célébrations du 150e anniversaire se déroulaient sur les décombres d’une histoire constituée d'abus perpétrés contre des membres de leur communauté.

L’exclusion des communautés autochtones dans l’histoire du Canada continue à avoir un impact sur les conditions de vie de millions de personnes aujourd'hui. Historiquement, le pays a tenté de forcer l'assimilation des communautés autochtones à travers des politiques répressives, à commencer par la « scolarité résidentielle ». Aujourd'hui, parmi les autres Canadiens, les autochtones souffrent de niveaux de pauvreté, de dépendance et d'incarcération à des taux plus importants, et une espérance de vie plus courte. De nombreuses communautés n'ont pas accès à l'eau potable et à certaines communautés isolées, comme les Attawapiskat dans le nord de l'Ontario, connaissent des taux de suicides de plus en plus élevés.

M. Trudeau avait promis d'améliorer les relations du gouvernement avec les quelque 1,4 million de peuples autochtones du Canada, qui représentent environ 4% de la population du pays, quand il a pris ses fonctions en 2015. Deux ans après, de nombreuses communautés reprochent au premier ministre de ne pas prendre des mesures à la hauteur de la situation :

"A part les opérations photo, il ne fait vraiment rien », a déclaré un membre de la Mi'maq Warrior Society (lien) de la Première nation d'Elsipogtog, qui était venu du Nouveau-Brunswick pour se joindre à la manifestation d’Ottawa.

L’organisation « Idle No More » a lancé un appel pour une « journée nationale d'action » ayant pour mot d’ordre : « Déstabiliser le 15ème anniversaire pour affirmer nos droits à l'autodétermination, et célébrer nos terres, nos territoires et nos ressources ». La journée a aussi pour but de contribuer à « informerer les Canadiens sur la façon dont leur cadre constitutionnel, créé il y a 150 ans a confisqué illégalement nos terres, nos territoires et nos ressources, en faisant référence à la Loi sur les Indiens post-confédérés et a tenté de considérer la juridiction indigène et les peuples indigènes comme non-existants ".(lien)

Idle No More a déclaré que "l'agression n'a jamais cessé sur les communautés autochtones du Canada. En tout cas, elle s'est accélérée avec le gouvernement actuel. Le premier ministre Trudeau approuve les projets de pipeline et continue de fonder ses banques sur l'exploitation de nos ressources. Il ne veut pas reconnaître les droits fonciers indigènes ".

M. Trudeau a donné le feu vert à deux pipelines controversés l'année dernière - le pipeline « Trans Mountain » de Kinder Morgan et la ligne 3 d' »Enbridge », malgré les protestations des groupes de protection de l’environnement et des leaders communautaires autochtones.

Il a également salué la décision de Donald Trump de valider le projet de pipeline « Keystone XL » et assuré que cette réalisation permettrait une « croissance économique et de bons emplois », malgré l'opposition généralisée des manifestants à travers le Canada et les États-Unis.

Source : ctvnews.ca



14 réactions


  • rogal 3 juillet 09:41

    Pipeline au delà, oléoduc en deçà...


  • Abou Antoun Abou Antoun 3 juillet 09:47

    Tiens, tiens ! Mais qui sont ces corbeaux en robe noire à côté des ’mounties’ sur l’illustration ?


  • Le Panda Le Panda 3 juillet 10:02

    Le samedi 1er juillet, Justin Trudeau, le Premier ministre canadien a lancé devant le parlement d’Ottawa, des célébrations auxquelles ont participé 25 000 personnes, mais les festivités ont été un peu gâchées par la pluie et le message concret de la communauté autochtone du Canada qui a rappelé par sa présence physique que cet anniversaire représente pour elle un peu plus de 150 ans d’oppression.

    Bonjour, @ l’auteur

    je ne comprend j’ai lu en modé, cela m’a rappelé de merveilleux souvenirs m’étant rendu sur place ayant des amis là-bas. Combien de vies avez vous pour ramener et nous faire rêver y compris pour ceux qui n’y sont jamais allés. Bravo pour une telle réalité j’ai twitté votre article et je l’ai placé aussi sur mon Facebook Bien à a vous 


    • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 3 juillet 10:45

      @Le Panda

      bonjour Le Panda. Je ne voulais pas faire rêver, mais soutenir un mouvement qui me semble juste.

    • Le Panda Le Panda 3 juillet 11:23

      @Jeussey de Sourcesûre
      Bonjour,

      Les deux peuvent aller ensemble parfois, le soutien et les bons souvenirs, "immortelle s’écrit deux façons y compris avec l’auxiliaire avoir. Je n’ai pas dit une seconde qu’il n’y avait pas défense de cause, y compris que j’ai mit sur Facebook et je l’ai twitté non mais il deviendrait aussi grognon que moi Cdt


  • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 3 juillet 12:09

    « L’histoire du Canada est profondément marquée par la mise à l’écart des communautés des Premières nations du Canada de même que des individus qui en sont membres. On peut affirmer que les premières et les seconds ont été littéralement traités comme des non-sujets et qu’ils ont été relégués hors de la cité. Quoiqu’elles ne soient pas les seuls peuples autochtones qui aient fait les frais de cette marginalisation au Canada, les Premières nations ont été assujetties à un régime juridique très particulier de tutelle, qui équivaut à la mainmise étatique sur la vie des individus et de leurs communautés et sur les terres qui leur ont été réservées. »

    Les Premières nations au Canada : des non-sujets hors de la cité


  • O Coquinos O Coquinos 3 juillet 14:02

    Très bon article, écrit dans un français irréprochable. C’en est presque étrange par le temps qui court...

    On trouvera aussi d’intéressantes informations au sujet du Canada et des Nations premières sur le blog de JBL1960, par exemple : Peuples premiers. 1er juillet 1867 - 1er juillet 2017 : les festoyeurs de génocide... (mis en ligne le 1er juillet 2017).


    • JBL1960 JBL1960 4 juillet 00:02

      @O Coquinos Merci infiniment de faire référence à mon article.
      Puis-je me permettre, ainsi qu’à JdSs, de vous proposer, en complément de lecture, les traductions des 2 derniers communiqués de la la Nation Mohawk sur le sujet ► https://jbl1960blog.wordpress.com/2017/07/03/sur-le-chemin-de-la-revolution-et-de-la-reconciliation-par-mohawk-nation-news/
      J’ai complété avec des billets mais surtout des PDF ad hoc. Car j’ai la chance de collaborer avec R71 qui traduit, et qui me confie la mise en version PDF. Notamment du Contre-rapport de la commission vérité & réconciliation : MEURTRE PAR DÉCRET qui est très souvent cité et que j’ai mis à jour le 30 mai dernier, car c’est le tout premier que j’ai réalisé et il était nécessaire de le mettre à jour. Alors la lecture est parfois difficile car elle contient notamment les témoignages des survivants des Pensionnats pour Indiens et nous savons que le présupposé était de « tuer l’indien et tout indigène pour sauver l’Homme » blanc et de surcroit chrétien...
      R71 a entièrement traduit la Grande Loi de la Paix « Kaianerekowa » et j’ai pris un plaisir fou à en réaliser le PDF. Et en section commentaire de mon dernier billet, j’ai rajouté la vidéo qui m’a été transmise par Thahoketoteh qui explique ce qu’est la Grande Loi de la Paix. Dont bien entendu nous ne prônons pas une application Per se, mais juste de l’étudier pour adapter ce qui est adaptable notamment dans le domaine de l’horizontalité de la prise de décision politique et du schéma de la chefferie sans pouvoir.
      Je me suis rendue en Nouvelle Écosse en 1978 et je ne savais pas tout ce que je sais, aujourd’hui, sur les Natifs et Nations premières. Il se trouve que je suis montée à bord du train de la Découverte (Discovery Train) en gare d’Halifax et j’ai ressenti une impression de malaise que je n’ai pu m’expliquer qu’en 2015 lorsque j’ai renié mon acte de baptême en récusation de la doctrine chrétienne de la découverte...
      Merci à Jeussey de Sourcesûre de traiter de ce sujet ici. Nous sommes de plus en plus nombreux à penser que seule la vérité libérera les peuples (dans son sens général) et avancer aux côtés des Natifs, pas seulement Amérindiens, tous les peuples autochtones est très enrichissant sur un plan personnel. JBL


  • O Coquinos O Coquinos 5 juillet 00:22

    @JBL1960

    Pas de quoi, c’est un échange de bons procédés puisque vous aviez relayé mon article intitulé Crise de foi chez les trumpolâtres sur votre blog il y a deux mois et demi.

    Nous différons sensiblement en ce qui concerne l’attitude à tenir vis-à-vis des élections. Je vous en ai parlé dans la réponse tardive que j’ai faite aux commentaires que vous aviez postés à propos de l’article précité, réponse que j’ai développée dans un nouvel article soumis le 30 juin dernier à la modération d’Agora vox, qui m’a demandé énormément de travail, mais qui tarde à sortir sans qu’aucune explication ne me soit donnée de la part des modérateurs (un seul d’entre eux a exprimé une opinion - favorable - à ce jour). Si cela continue, je crains que mon article sente comme les poissons d’Ordralfabétix lorsqu’il paraîtra. La solution serait peut-être d’ouvrir un blog indépendant, comme vous l’avez fait, mais pour l’instant je ne m’en sens pas le courage. En tout cas, c’est à vous dégoûter d’essayer de faire du bon boulot, gratos en plus !

    Sur la question des peuples indigènes, autochtones, premiers, natifs (peu importe la dénomination), vous me trouverez toujours prêt, dans la mesure de mes faibles moyens, à vous faire de la pub. C’est bien le moins.

    Ce qui transparaît dans vos articles et vos commentaires, c’est la passion inaltérable qui vous anime et le désir de la partager. Les gens les plus intéressants sont à mon avis ceux qui, comme vous, savent conserver en eux-mêmes, éternellement, une part d’idéalisme et d’émerveillement leur permettant de s’investir au service de nobles causes, quoi qu’en pensent les esprits chagrins et racornis qui les jugent perdues. Je ne puis que vous engager à persévérer.

    Bon courage !


Réagir