lundi 28 janvier - par Luniterre

Pour mettre fin au scandale d’État à 40 Milliards et relever le SMIC (Nouvelle pétition !)

Au départ du mouvement des Gilets Jaunes il y a le ras-le-bol des taxes et des impôts qui réduisent fortement la possibilité de vivre simplement de son travail. L’argent de l’État, c’est essentiellement, à la source, le nôtre, celui de tous les travailleurs. Est-ce que le produit de notre travail sert réellement à répondre à nos besoins sociaux ou bien seulement à grossir encore les super-profits du CAC 40 ? Une question posée avec acuité à propos de l’évolution du CICE et de ses succédanés. Et désormais, l’objet d’une pétition…  :

 

Mettre fin au scandale à 40 Milliards du CICE et de son substitut actuel

Une pétition proposée sur le blog « Gilets Jaunes-Les 42 Revendications » :

https://gjles42revendications.wordpress.com/2019/01/23/une-petition-pour-relever-le-smic-en-abrogeant-le-cice/

POUR METTRE FIN A UN SCANDALE D’ÉTAT A 40 MILLIARDS D’EUROS !!

Et pour un minimum de décence sociale dans notre pays,

Abrogation réelle et définitive du CICE et de ses substituts !

 

Fin décembre 2018 se terminait officiellement le CICE mis en place en 2013 sous Hollande, déjà avec l’appui d’Emmanuel Macron. Mais en fait ce crédit d’impôt annuel aux entreprises était remboursable sur trois ans.

Il court donc encore en réalité jusqu’en 2021.

Dès le 1er Janvier 2019, il est néanmoins déjà remplacé par un allègement des charges sociales aux entreprises, également couvert par l’État, et pour la même somme annuelle de 20 Milliards d’Euros. 

En 2019, les deux montants se cumulent donc pour la somme totale de 40 Milliards d’Euros.

Soit la valeur de 1/7ème des recettes fiscales de la France qui se trouve donc gaspillée d’entrée de jeu… Alors que des besoins sociaux vitaux dans le pays ne sont plus satisfaits et que le peuple manifeste contre l’injustice fiscale et pour que cesse le gaspillage des deniers publics qui sont essentiellement le fruit de son travail.

En effet, non seulement le CICE a fait la preuve de son inefficacité en matière de création d’emplois, mais en plus il n’a nullement empêché les grandes entreprises qui en ont bénéficié, comme Carrefour, Auchan, La Poste, la SNCF, SANOFI, la BPCE, etc… de licencier à tour de bras !

Dans la nouvelle formule du « double CICE » 2019 il n’y a toujours pas davantage de garanties contre les licenciements.

Il s’agit donc de réclamer, par la présente pétition, qu’il soit mis fin aussi bien au remboursement du CICE qu’à son substitut à partir de 2019.

Les charges sociales doivent être assumées par les entreprises aussi bien en fonction du nombre de leurs salariés que de leur chiffre d’affaires, et selon un système unique et progressif qui les répartit donc en fonction progressive croissante, de façon à alléger celles des TPE et PME en reportant l’équivalent sur les plus grosses, au prorata, et donc ainsi sans coûter un seul euro à l’État, au delà des charges de ses propres salariés.

Par voie de conséquence, c’est le salaire net qui devient le salaire de base de référence, le brut étant lui soumis aux conditions particulières de chaque entreprise.

Dans la liste des revendications du mouvement GJ émise au 29/11/2018, la revendication concernant le SMIC est exprimée en salaire net, à 1300 euros mensuel.

Selon les normes européennes (Eurostat) cela reste encore inférieur au seuil de pauvreté pour une famille monoparentale avec un enfant à charge. Un SMIC à 1400 euros net correspondrait donc à un minimum de décence sociale dans notre pays.

 
Mettre fin au scandale à 40 Milliards du CICE et de son substitut actuel

 

Une pétition déjà republiée également sur :

Solydairinfo :

https://solydairinfo.wordpress.com/2019/01/24/mettre-fin-au-scandale-du-cice-et-relever-le-smic/

Nous ne sommes rien, Soyons tout ! :

https://nousnesommesriensoyonstout.wordpress.com/2019/01/23/une-petition-pour-relever-le-smic-en-abrogeant-le-cice/

Bellaciao :

https://bellaciao.org/fr/spip.php?article161053

Tendance Claire :

https://tendanceclaire.org/breve.php?id=32624

 

Et quelques autres...



27 réactions


  • Aristide Aristide 28 janvier 12:55

    J’aime bien la photo d’illustration, ces milliers de GJ virtuels, la recopie et le montage des mêmes images a un effet assez ... révélateur de la nature de ce mouvement. 


  • Luniterre 28 janvier 13:28

    Virtuel ? Comme la violence du pouvoir ?

    https://youtu.be/xvalDOZSUNo

    Virtuel ? Comme la réalité du « Grand Débat » ?

    https://youtu.be/7ai5zVTeUh8

    Virtuel ? Comme la complicité des syndicats ?

    https://frontdeslaics.wordpress.com/2019/01/27/un-scandale-detat-a-40-milliards-que-les-syndicats-refusent-de-denoncer-pourquoi/

    C’est le monde de la finance qui est « virtuel » en réalité, et qui ne survit concrètement qu’à coups de LBD, de grenades et de canon à eau !

    Luniterre


    • Paul Leleu 28 janvier 18:58

      @Luniterre

      le problème, c’est que les vrais débats comme le CICE n’ont pas l’air de mobiliser les foules...

      c’est pas aussi excitant que les invectives radicales et les menaces balancées sur Facebook... et les « macron pédé » et tout le tintouin...

      il ne faut pas sous-estimer que beaucoup de G-J sont aussi des gens qui s’emmerdent dans leur vie et qui sont en mal de sensations fortes... la révolution sociale n’est qu’un prétexte pour certains d’entre eux...

      ce qui peut d’ailleurs expliquer que la population favorable à 70%, reste pourtant à l’écart du mouvement qui ne mobilise qu’un noyau dur de quelques dizaines ou centaines de milliers de personnes... ce qui reste peu, sur 68 millions d’habitants aux fins de mois difficiles...


    • Luniterre 28 janvier 19:23

      @Paul Leleu

      Il me semble que vous faites un constat assez juste, actuellement.

      La journée de grève du 5 Février sera le véritable test social du mouvement GJ.

      Soit il y a une sorte d’effet « 17 Novembre » dans les entreprises où travaillent les smicards, soit tout le monde rentre au bercail syndical traditionnel archi-vermoulu et/ou carrément chez soi, jusqu’à la prochaine poussée de fièvre sociale en France... 

      Et on commencera à disserter sur le mouvement GJ comme on le fait encore sur Mai 68... Juste un demi-siècle après...

      Luniterre


    • Luniterre 28 janvier 20:14

      Ceci dit, le scandale du CICE continuera, lui-aussi, et il n’est donc pas inutile de signer cette pétition.

      Le problème du CICE figure pourtant aussi dans les documents CGT et d’autres organisations, par la force des choses.


      Mais il n’est quasiment jamais mis au premier plan, comme s’il y avait une sorte de tabou à toucher à ce pactole.

      La raison évidente en est le lien entre le financement étatique/patronal des syndicats et des partis et la dépendance qui en résulte en termes de prébendes bureaucratiques diverses.


      Une organisation ouvrière, parti ou syndicat, doit être totalement autonome financièrement, pour être indépendante, politiquement.

      Luniterre

    • Paul Leleu 28 janvier 23:35

      @Luniterre

      OK... mais le problème, c’est que les Gilets-Jaunes sont de culture anarchiste... ils sont complètement intégrés dans le logiciel liberal-libertaire dominant... de ce point de vue, ils ne sont pas révolutionnaires du tout !

      Les gilets-jaunes s’inscrivent dors et déjà dans la « Société du Spectacle » décrite par Debord... ils veulent tous leur ¼ d’heure de célébrité...

      le problème est avant tout narcissico-culturel... les gens ont beaucoup de mal à imaginer qu’il faut s’investir dans des organisations humaines concrètes, avec leur programme et leur hiérarchie... et ce que cela implique en terme de dignité et de réciprocité des rapports humains dans une telle société...

      les gilets-jaunes sont atomisé, dans la société du facebook et de l’individualisme... ils sont « possédés » culturellement par le système... ils ne peuvent pas s’en sortir sans une révolution intérieure... mais j’ai des doutes...

      c’est d’ailleurs pourquoi les marxistes misaient plus sur le « prolétariat organisé » que sur le « lumpen-prolétariat » des gilets-jaunes... car si le Lumpen est plus explosif, il est aussi plus limité en terme de portée révolutionnaire... car le « coeur de la société », qu’on le veuille ou non est le « prolétariat organisé », avec sa tiédeur familale, mais aussi sa centralité gravitationnelle de la société humaine... c’est anthropologique comme différence...


    • nono le simplet nono le simplet 29 janvier 00:34

      @Paul Leleu
      mais le problème, c’est que les Gilets-Jaunes sont de culture anarchiste... ils sont complètement intégrés dans le logiciel liberal-libertaire dominant... de ce point de vue, ils ne sont pas révolutionnaires du tout !

      çà il faut que je le note dans un coin ...


    • Paul Leleu 29 janvier 00:40

      @nono le simplet

      oui... dans un coin de votre tête, pour la méditer...

      d’ailleurs, la question des différences entre le prolétariat-organisé et le lumpen-prolétariat, entre les marxistes et les anarchistes, ne date pas d’hier...

      donc, vous n’êtes peut-petre pas d’accord sur le fond, mais sinon ce que je dis n’est pas très original...

      si toutefois ça vous intéresse de réfléchir un peu plus loin que vos certitudes... moi de mon côté, j’essaye d’apprendre aussi de ceux dont je ne partage pas l’avis...


    • Luniterre 29 janvier 01:20

      @Paul Leleu

      Au départ, le 17 Novembre, et même encore le 24, avec la première grande manif à Paris, on ne peut pas dire que le mouvement GJ se résume au lumpen-prolétariat, mais c’est effectivement une de ses composantes sociologiques importantes, et qui a tendance à prendre de plus en plus d’importance, à mesure que le temps passe.

      C’est pourquoi la journée du 5 Février sera le tournant décisif du mouvement, et peut-être à l’inverse du 13 Mai 68, finira-t-elle le mouvement, si la grève ne se prolonge pas au moins dans quelques entreprises stratégiques, sur la hausse du SMIC, principalement.

      Entre volonté de « récupérer » le mouvement et volonté d’y mettre un terme, l’attitude de la CGT est pour le moins ambigüe, dans cette affaire.


      En réalité, les deux objectifs ne sont pas vraiment contradictoires...  Dans les deux cas elle se repositionne en « seul interlocuteur valable », en face du pouvoir, auquel elle rend un service appréciable, d’ici les élections européennes, pour en revenir aux jeux politiques habituels de l’hexagone.

      C’est pourquoi Martinez bouge maintenant, pendant qu’il y a encore quelque chose à récupérer... mais plus trop de danger d’être « débordé »... !

      C’est aussi pourquoi la campagne d’agit-prop de la CGT sur les revendications reste vague et peu énergique... Il ne s’agirait surtout pas de réveiller ceux qui commencent à se rendormir...

      Luniterre


    • nono le simplet nono le simplet 29 janvier 04:31

      @Paul Leleu
      j’essaye d’apprendre aussi de ceux dont je ne partage pas l’avis...

      ce n’est pas une question d’avis, c’est que ta phrase est dénuée de sens ...
      les GJ sont de culture anarchiste ? comme M. Jourdain qui faisait de la prose sans le savoir, alors ... le mouvement initial est d’expression anarchiste pas de culture !
      et c’est quoi le « logiciel libéral-libertaire » dans lequel ces gens de « culture anarchiste » sont intégrés ? sinon du charabia à la Soral ou à la Cohn Bendit ... quand on voit ce qu’ils sont devenus ...


    • Aristide Aristide 29 janvier 12:21

      @Luniterre

      Virtuel ? Comme la violence du pouvoir ?

      Non pas du tout, je me contentais de signaler le traficotage de cette photo d’illustration dans le but de créer une foule de GJ à partir de simples copies. Il doit surement manquer des photos significatives. Convenez que cela l’a fout mal sur un site destiné à donner un avis ...

      Bon c’est pas nouveau, un peu à la manière des vrais démocraties où l’on ajoute des personnes, on en enlève d’autres ou on recadre sur des photos destinées à montrer la vraie Vérité. 


    • Luniterre 29 janvier 12:50

      @Aristide

      A l’origine cette « photo » est simplement destinée, semble-t-il, remplir la bande titre du site Wordpress https://gjles42revendications.wordpress.com/

      Compte tenu du format imposé par ce logiciel il s’agit plus d’une sorte de frise que d’une photo, à l’évidence.

      Si vous avez du temps à perdre avec ce genre de détail, vous en aurez peut être aussi, tant qu’à faire, pour leur communiquer l’adresse d’une bonne photo panoramique...

      Luniterre


  • zygzornifle zygzornifle 29 janvier 08:43

    Autre scandale les 14 milliards de fraude a la carte vitale et aux faux handicaps .....

    Ha comme la plupart sont des « chances pour la France » on me dit qu’il y a Imam perché, on prendra cet argent sur les retraites ....


    • sweach 29 janvier 11:24

      @zygzornifle
      Oula 14 Milliard !!!

      Là il y a un souci de chiffre car le budget de l’état pour la mission « Handicap et dépendance » est de 12 Milliard, ce chiffre est trop important pour se dispenser d’explication ?

      Avec le déremboursement et la perte de droit (retraite, santé), la sécurité social est bénéficiaire de plus de 3 Milliard par an depuis 2010.
      Ce qui fait qu’aujourd’hui le trou de la sécurité social de 30 Milliard en 2010 n’existe plus.

      Cette information provient de la sénatrice centriste Nathalie Goulet qui n’a pas réussi a obtenir « un rapport d’information sur l’étendue » demande rejeté par le gouvernement.

      En claire on ne sait pas si c’est vrai ou non, car il n’y a pas eu d’enquête, mais au vue du chiffre largement supérieur aux budgets il est fort à parier qu’il y a beaucoup d’intox sur l’importance, même si il y a peut être une base de vrai.


    • Aristide Aristide 29 janvier 12:29

      @sweach

      Avec le déremboursement et la perte de droit (retraite, santé), la sécurité social est bénéficiaire de plus de 3 Milliard par an depuis 2010.
      Ce qui fait qu’aujourd’hui le trou de la sécurité social de 30 Milliard en 2010 n’existe plus.

      A donner des chiffres, peut être il serait bon de donner les bons : là un article qui détaille les comptes par branches, etc ...

      Le budget de la « Sécu » devrait être « quasiment à l’équilibre »en 2018, a annoncé la commission des comptes de la Sécurité sociale, mardi 5 juin. Alors que le gouvernement tablait jusqu’ici sur un déficit de 2,2 milliards d’euros, il pourrait finalement être de l’ordre de 300 millions. Comment expliquer cette baisse surprise et, plus largement, le redressement spectaculaire des comptes de la « Sécu », qui accusait encore un déficit proche des 30 milliards d’euros en 2010 ?"


    • pemile pemile 29 janvier 12:42

      @Aristide « A donner des chiffres, peut être il serait bon de donner les bons »

      Egal à vous même, vous tentez de contredire les chiffres donnés par sweach ... en les confirmant ? smiley


    • Aristide Aristide 29 janvier 13:10

      @pemile

      Quelle confirmation,il annonce un exercice 2018 bénéficiaire de 3 milliards alors que le déficit est de 300 millions. Le rétablissement depuis 2010 ? Un déficit cumulé de plus de 120 milliards.

      C’est vrai que cela vous dépasse dés que l’on sort des affirmations gratuites ...


    • pemile pemile 29 janvier 13:59

      @Aristide « Quelle confirmation,il annonce un exercice 2018 bénéficiaire de 3 milliards »

      Non, 3 milliards par an depuis 2010 qui comble le déficit de 30 milliards de 2010 !


    • sweach 29 janvier 14:26

      @Aristide
      On ne parle que de dépense dans cette histoire donc ça complique la chose ^^
      OK le terme « bénéficiaire » n’est pas adapté dans le contexte.

      Après soyez logique, si un déficit se réduit c’est que les gains (les budgets, les impôts) sont supérieur aux coûts, sinon vous creusez le déficit au lieu de le combler.

      Ça fait donc 10 ans qu’on nous prend 3 Milliard par an pour notre santé, qu’on ne nous rend pas, c’est mieux dit comme ça ?


  • kirios 29 janvier 10:35

    une pétition ? pourquoi ?

    nous savons que le pouvoir a un tracé et qu’il n’en démordra pas , ce n’est pas une pétition ou le grand débat qui changeront les choses.

     l’intérêt de la démarche des gilets jaunes est qu’elle globalise son opposition à la politique du fric et son succès vient de là.

    le problème que vous soulevez Luniterre est vrai , comme celui que soulève Zygzornifle : ce ne sont que des appendices d’une politique globale qu’on condamne ou qu’on subit


    • baldis30 29 janvier 10:58

      @kirios
      bonjour
       « ce ne sont que des appendices d’une politique globale qu’on condamne ou qu’on subit »
       Cela me fait penser à l’hydre de Lerne et à ses nombreuses têtes ! Naturellement , osant faire appel à la Nature alors que la mythologie s’imposerait on attend Héraclès.... et on aura que les pandores .... 


    • Luniterre 29 janvier 11:37

      @kirios

      Le problème du mouvement GJ, et ce qui le coupe peu à peu de ses nombreux sympathisants du 17 Novembre, c’est qu’en douze semaines de combat il n’a pas été capable d’élaborer une plate-forme unitaire de revendications.


      La liste des 42 revendications du 29 Novembre est encore la seule tentative sérieuse en ce sens, même si avec pas mal d’approximations. Il faut donc la faire évoluer. Parler de politique globale ne mène à rien dans un mouvement aussi diversifié, si l’on n’a pas au moins quelques objectifs concrets en commun. C’est le but d’une plate-forme revendicative. Le problème du CICE se trouve être stratégique, en quelque sorte, par l’absurdité de la situation qu’il crée actuellement et l’évidence des questions qu’il pose et des solutions qu’il implique et et qui concernent tout le monde, à travers le problème du financement de la Sécu.


      Un point qui doit nécessairement unir toutes les classes sociales populaires, du prolétariat aux classes moyennes.


      Luniterre



  • sweach 29 janvier 10:55

    Oui totalement

    Par contre ce n’est pas uniquement le CICE qu’il faut viser mais la dépense public : Remboursements et dégrèvements (le CICE en fait parti.)

    Actuellement c’est le premier poste de dépense de l’Etat avec 136 Milliard aux budgets. L’enseignement 2em est loin derrière avec ses 73 Milliard

    Suivre les recommandations de la cour des comptes serait déjà un premier pas dans la bonne direction.

    Une fois qu’on aura tordu le coût à cette dépenses public, il faudra aussi s’attaquer aux recettes, car avec seulement 26 Milliard l’Impôt sur les sociétés est loin d’être suffisant.

    Depuis 2008 avec l’exemple de la PAC, la France subventionne tout, en substituant la BCE à la taxation du travail. Mais un emprunt n’est pas une source de revenu, il est urgent de revenir à un équilibre financier, donner un telle pouvoir aux banques est une folie.


    • Panoramix Panoramix 29 janvier 11:56

      @sweach
      on n’a en effet pas conscience de l’étendue de ce principe de remises et remboursements conditionnels d’impôts et de taxes. On en est arrivé aussi à des crédits d’impôts pour ceux qui n’en paient pas. Ceux qui paient plein pot sans ristourne -et n’ont droit à aucune allocation- portent le fardeau pour les autres, non plus le sabre et le goupillon comme sur les estampes de la révolution [« je suis las de les porter »], mais l’assistance des uns et les profits des autres.


    • sweach 29 janvier 12:42

      @Panoramix
      On a des mécanismes d’impôts et d’aides simultanés, ce qui crée un injustice incroyable.

      Ainsi les riches et les entreprises peuvent utiliser leur impôts pour eux même.
      Puis là où l’état diminue l’impôt d’un coté, il le reprend sur la TVA de l’autre, pas forcement la même poche.

      Par exemple pour moi, j’ai profité du prêt à taux zéro, mais j’ai aussi payé des Frais notariés qui sont une taxe, donc on a bien une aide et une taxe en même temps pour la même finalité.

      J’ai aussi rénové mon logement, mais impossible de défiscaliser car je ne rentrai pas dans les cases, mais la TVA sur ma matière première j’ai bien due la payer.

      Là où c’est pitoyable, c’est qu’on a droit à des aides que si on en fait la demande et qu’on est éligible, il faut donc avoir l’information et connaitre tout les mécanismes possible et imaginable pour faire de l’optimisation fiscal devenu incontournable.

      L’injustice arrive très vite avec les pauvres qui ne peuvent survivre qu’avec des aides et certain en abuse.
      La classe du milieu pas suffisamment pauvre pour toucher les aides des pauvres et pas suffisamment riche pour toucher les aides des riches.
      Et les riches qui peuvent profiter d’aide inaccessible aux autres.

      On a aussi une concurrence déloyale car notre économie fonctionne avec des principes d’offre et de demande, si les riches peuvent utiliser leur impot pour payer quelque chose cela fait mécaniquement monter les prix qui deviennent inaccessible aux pauvres.


    • Panoramix Panoramix 29 janvier 15:20

      @sweach
      vous voulez dire « si les riches peuvent utiliser leurs réductions d’impôts... » (niches fiscale) En effet, il y a des effets d’opportunité conduisant à placement spéculatifs, c’est le cas dans l’immobilier où les dispositifs d’incitation fiscale conduisent la profession à vendre plus cher en neuf, tirant tout le marché. Les loyers ne peuvent pas suivre donc les rendements baissent, donc les bailleurs ont de plus en plus recours à AirBNB (fortement détaxé, et souvent « au noir »), et on arrive à des pénuries locatives comme à Bordeaux.
      Concernant les « aides conditionnées par les revenus », dès que vous payez l’impôt, vous n’avez plus droit à rien, belle motivation !


    • Panoramix Panoramix 29 janvier 15:29

      " mécanismes d’impôts et d’aides simultanés

      « 
      Le problème est quand ces mécanismes cumulés créent des effets de seuil, et où gagner un peu plus conduit à perdre des droits et devenir imposable. On le voit dans le choix »temps partiel versus RSA« , ou encore »promotion faisant régresser les revenus après prélèvement et redistribution« . C’est notamment pour y pallier que les heures sup sont défiscalisées, mais ça crée une »niche" et des disparités par rapport à ceux qui font des heures non comptabilisées intégrées dans un salaire légèrement supérieur.
      Mieux vaudrait revoir tout le partage initial de revenus, plutôt que de créer ces niches et effets d’opportunité catégoriels


Réagir