mardi 5 octobre - par rosemar

Pour sauver le latin et le grec...

JPEG

C'est bien d'un sauvetage dont il est question, ici : les humanités, le latin et le grec, ont été, depuis des années, sacrifiées, au nom de la rentabilité...

Les professeurs de lettres classiques ont dû se battre, pour défendre leurs droits à enseigner ces disciplines : sans cesse concurrencées par de nouvelles options, les humanités ont été reléguées, mises au rebut, placées, dans les emplois du temps des élèves, en fin de journée....
 

De plus en plus, dans les établissements scolaires, les enseignements optionnels sont mis en concurrence : portugais, occitan, théâtre, arts plastiques, cinéma, danse, latin, grec...

Les enseignants usent de tous les subterfuges, pour attirer les élèves : des réunions sont même organisées, des "shows médiatiques", au cours desquels, les professeurs se livrent, devant les parents d'élèves, à une promotion de leur propre discipline...

La démagogie est à l'oeuvre : il faut "capturer" le plus grand nombre d'adeptes : pour atteindre le public le plus large possible, il convient de faire preuve de la plus grande indulgence, séduire les élèves par un enseignement attractif, facile, par des bonnes notes...

Les lycées se transforment, ainsi, en entreprises commerciales où il s'agit de vendre les produits les plus attractifs...

Pour ma part, je me refuse à entrer dans ce jeu qui transforme le métier d'enseignant en une activité commerciale.

Il devrait être évident, pour tous, que le grec et le latin sont le substrat de notre culture, nos sources premières, que ces disciplines sont le fondement de notre langue : d'une certaine façon, nous parlons, tous, grec et latin, en utilisant notre propre langue, le français...

Vocabulaire familier ou scientifique, la plupart des mots que nous employons nous viennent du latin et du grec.
La plupart des termes de la stylistique, de la grammaire sont issus de ces langues.

Notre littérature, dans son ensemble, s'inspire des auteurs de l'antiquité : les grands genres littéraires ne sont-ils pas nés en Grèce ? Théâtre, comédie, tragédie, poésie, fable, discours, éloges.....

Dès lors, peut-on passer sous silence et occulter ces enseignements ?

Il est vrai que la culture n'est plus valorisée dans nos sociétés, elle devient, même, parfois suspecte, alors qu'elle permet à chacun un épanouissement et une ouverture.

La culture littéraire est essentielle pour comprendre le monde qui nous entoure, elle suscite critique, réflexion, rigueur, esprit d'analyse...

La culture classique constitue un apport capital, dans un monde de technicité grandissante, où les mathématiques sont triomphantes.

Il faut, sans doute, rétablir des équilibres perdus : la filière littéraire a été, depuis des années, laissée à l'abandon, mise au rebut, il faut lui redonner toute sa valeur, en offrant des perpectives à ceux qui choisissent cette voie...

Il paraît, aussi, normal d'offrir à chacun la possibilité d'apprendre conjointement le latin et le grec dans tous les établissements... or, cette possibilité n'existe pas dans nombre de lycées et de collèges.

Pour sauver le latin et le grec, il convient de revaloriser ces enseignements, d'en montrer toutes les richesses, tous les apports.

Oui, ces disciplines sont exigeantes, elles demandent des efforts, de la persévérance, de l'ambition, une volonté d'apprendre, et c'est pourquoi elles doivent être préservées, une façon, sans doute, de combattre une certaine facilité, un laisser-aller qui envahissent nos sociétés.

JPEG

 

Le blog :

http://rosemar.over-blog.com/2015/05/pour-sauver-le-latin-et-le-grec.html

 



59 réactions


  • Schrek Docteur Faustroll 5 octobre 15:22

    ça commence mal pour une prof de français :

    « C’est bien d’un sauvetage dont il est question »

    ou bien vous écrivez :

     c’est bien d’un sauvetage qu’il est question

    ou bien :

     c’est bien un sauvetage dont il est question,

    mais vous ne marquez pas deux fois le complément de nom !

    .D’un.. dont, ça fait un peu dindon,, non ?

    Lien



    • Schrek Docteur Faustroll 5 octobre 15:24

      @Docteur Faustroll

      avant de sauver le latin et le grec, il va déjà falloir sauver cle français, et pas que chez les élèves !


    • Schrek Docteur Faustroll 5 octobre 16:08

      @Docteur Faustroll

      et la suite n’est pas mieux.
      Vous écrivez : « Les humanités, le latin et le grec, ont été, depuis des années, sacrifiées, au nom de la rentabilité... »

      Au nom de restrictions budgétaires, de coût, peut-être, mais certainement pas de « rentabilité » : ce qui est « rentable », c’est ce qui permet de dégager un résultat d’exploitation positif, un bénéfice. Un service public n’a pas à être « rentable ». Si on se préoccupe de rigueur de gestion, on parlera de « coupes sombres », par exemple, ou de rstrictions budgétaires.

      Mais peu importe, de toutes façons ce n’est pas le critère économique qui détermine ce genre de choix, mais une idéologie. L’étude des textes étant l’apprentissage de la critique, les matières dites « littéraires » sont considérées comme dangereuses parce qu’elles fournissent aux intéressés (quand elles sont enseignées correctement), une méthode d’auto-défense intellectuelle. Les orientations psychopédagogiques ne sont pas guidées par le potentiel des élèves, ni même par les opportunités d’emplois futurs (si seulement c’était ça !), mais par la production de « techniciens » conditionnés à la mise en œuvre de process technologiques réputés exempts de parti-pris alors qu’ils ne font qu’exclure le libre-arbitre.


    • rosemar rosemar 5 octobre 17:53

      @Docteur Faustroll

      « Un service public n’a pas à être « rentable ».... »

      Eh bien, je vois que vous méconnaissez la gestion des lycées : ils deviennent de plus en plus des entreprises et sont jugés à leurs résultats...


    • ZenZoe ZenZoe 5 octobre 18:21

      @Docteur Faustroll
      Vous urinez dans un violoncelle. Comment voulez-vous que Rosemar, qui, au seuil de la retraite, n’a jamais de toute sa vie quitté l’école, sache de quoi il est vraiment question quand on parle de rentabilité ?
      (Inversement, connaitre le grec et le latin n’a jamais aidé un chef d’entreprise à faire tourner sa boite).


    • rosemar rosemar 5 octobre 19:41

      @Docteur Faustroll

      Attention à l’orthographe ! sauver le français...


    • Decouz 5 octobre 20:22

      @rosemar
      non, vous parlez des résultats scolaires, le budget n’est pas calculé sur ces résultats, ni même sur les résultats des professeurs.

      Les salaires des profs : ils ne dépendent pas du budget de l’établissement, ils ne sont pas votés par le conseil d’administration, les dépenses par établissement ne sont donc pas lisibles complètement.

      Le budget de fonctionnement : il dépend de la région ou du département, il n’est pas en rapport avec les résultats scolaires, si il y a des inégalités, c’est soit en raison des différences dans les richesses des collectivités, soit du fait de leurs politiques.


    • Schrek Docteur Faustroll 5 octobre 21:19

      @rosemar

      Les fautes de frappe, pour déplorables qu’elles soient, n’ont rien à voir avec l’orthographe, mais seulement avec la dextérité (en fait, je suis gaucher des deux mains, donc ambisinistre).


    • itsy-bitsy ༄REPTILE༄MODE༄CYRUS༄ 5 octobre 21:23

      @Docteur Faustroll

      ambisinistredecapollice pour les intime smiley
      t’ aurais pu faire prefet du rhum smiley


    • itsy-bitsy ༄REPTILE༄MODE༄CYRUS༄ 5 octobre 21:26

      solution carambar :

       sǝɔnod xıp ʇǝ ǝɥɔnɐƃ uıɐɯ xnǝp


    • rosemar rosemar 5 octobre 21:56

      @Docteur Faustroll

      On se trouve des excuses ?


    • xana 7 octobre 12:38

      @rosemar
      Non, il a parfaitement raison. La présence d’un caractère « c » devant l’article « le » ne peut provenir que d’une faute de frappe, alors que les vôtres sont dûes non à la frappe mais à votre méconnaissance du Français.
      Ceci dit moi aussi je peux commettre l’une ou l’autre, ça n’est pas la question.
      Cependant votre réponse montre votre hargne après vous être fait moucher à juste titre. Ca n’est pas joli-joli.


  • SilentArrow 5 octobre 16:53

    @rosemar

    Il devrait être évident, pour tous, que le grec et le latin sont le substrat de notre culture, nos sources premières, que ces disciplines sont le fondement de notre langue : d’une certaine façon, nous parlons, tous, grec et latin, en utilisant notre propre langue, le français...

    100% d’accord, mais ce que vous vivez dans les pays occidentaux, c’est une révolution culturelle qui n’est pas sans ressemblance avec celle de Mao.

    En Chine, il fallait couper les ponts avec la culture chinoise traditionnelle.

    Dans les pays occidentaux, il faut couper les ponts avec la culture européenne classique et la remplacer par de la bougnoulitude.

    C’est un délire récurrent chez les « progressistes » de croire que l’humain peut être façonné en vue de leurs utopies.

     

    L’abandon des classiques grecs et latins n’est que la pointe de l’iceberg. Les marionnettes au pouvoir ne vont pas favoriser ce qui pourrait donner aux élèves une forte sensation d’appartenance à une culture et en même temps « déconstruire » cette culture.

    Tout ce qui est blanc est devenu ringard. La musique classique est un exemple : elle est peu à peu remplacée par le rap, un bruitage de chimpanzés.


    • Venceslas Venceslas 6 octobre 13:40

      @SilentArrow
      La « bougnoulitude » me fait sursauter. Et la « culture » étasunienne, elle ne vous inquiète pas ? 


    • SilentArrow 6 octobre 15:26

      @Venceslas

      La « bougnoulitude » me fait sursauter. Et la « culture » étasunienne, elle ne vous inquiète pas ? 

      À la réflexion, je trouve aussi l’expression insatisfaisante. J’aurais dû écrire « islam et autres bougnoulitudes ».

      La culture américaine me hérisse souvent, mais bon, fallait pas reculer devant l’armée allemande et ensuite attendre de se faire libérer. Si les USA n’avaient pas « libéré » la France, Staline s’en serait chargé.

      Ceci dit, la « culture américaine », ce n’est pas seulement macdo, windows et facebook, c’est surtout le politiquement correct dont vous semblez être vous-même passablement atteint, au point de sursauter à la vue du mot « bougnoulitude ».


  • eddofr eddofr 5 octobre 17:05

    Non mais ça va pas !

    Vous voulez quoi à la fin ?

    Des électeurs qui réfléchissent ?

    Des citoyens qui voient au delà de la satisfaction de leurs désirs immédiats (désir qui sont aujourd’hui présentés comme des besoins, voir même comme des droits fondamentaux) ?

    Non vraiment, ça va pas la tête !

    Rentrez chez vous, prenez deux Xanax er ne venez plus nous embêter avec des trucs aussi ringards et « has been ».


  • ZenZoe ZenZoe 5 octobre 17:36

    Il me semble à vrai dire que toutes les matières ont été sacrifiées si on regarde les résultats PISA, où les élèves français ne brillent dans aucune matière !

    Peu importe, et tant mieux même, ils sont très bien placés dans le nouveau monde woke qui s’annonce.


    • Samson Samson 5 octobre 20:32

      @ZenZoe
      De fait, quand conformément à la bien-pensance du progressisme sociétal et de sa « cancel culture », la méritocratie est en start-up « France » ringardisée pour laisser place à la modernité de quotas savamment distribués à l’aune des statuts « victimaires » attribués comme jadis le sang bleu ! de naissance à chacun-e, investir encore dans l’instruction, l’éducation ou la culture relève d’un point de vue strictement managérial du pur non-sens ! smiley

      En Marche vers Nulle Part, on avance ! smiley smiley smiley


  • Jeekes Jeekes 5 octobre 18:16

    Les chouineries de marie-rose génèrent plein de visites.

    Du coup j’en profite pour passer mon message.

    HS mais elle m’en voudra pas, ça lui fera plus de clics...

     

    Les dé-putes-hé lancent une ’’grande consultation’’ sur le pourquoi du comment les français boudent les z’élections. C’est là :

     

    https://www2.assemblee-nationale.fr/consultations-citoyennes/consultations/abstention-et-participation-electorale

     

    Je sais bien qu’ils vont se torcher avec, à moins qu’ils ne magouillent les résultats. Peu m’importe, j’en ai profité pour leur dire ce que je pense d’eux et de leur système pourri jusqu’à la moelle.

     

    Après tout, si d’aucuns lisent nos réponses et que ça puisse leur mettre le nez dans leur merde, ça serait toujours ça.

    Alors, si vous avez 10 minutes, faites-vous plez... 

     


  • Krokodilo Krokodilo 5 octobre 18:59

    Belle demi-plaidoirie annoncée par un demi-titre ! Pourquoi demi, parce qu’il manque le comment. « Pour sauver le latin et le grec... » il faudrait, on pourrait, etc.

    Constat amer qui n’est suivi d’aucune proposition de réforme structurelle, sachant que le problème n’est pas seulement celui exposé mais celui de toutes les langues, anciennes ou modernes. L’école ne peut tout simplement pas proposer toutes les « granges langues » ni le latin/grec dans tous les établissements, du moins pas sans une profonde réforme structurelle. J’en avais proposé une il y a longtemps, basée sur la liberté de choix des langues et le fonctionnement ne classe de niveau, ainsi quu’n large usage des technologies de al comm, mais l’heure n’est pas à la liberté, elle est à l’anglais imposé dès le CP. Alors, les humanités...


  • ETTORE ETTORE 5 octobre 19:03

    Rosemar.....

    Sauver le latin et le Grec.... ?

    Mais ? rosemar, ils ont coulés tous deux, entre Charybde et Scylla, il y a fort longtemps maintenant.

    Les seules traces consultables, de cette Atlantide, à haute civilisation, sont dans les bibliothèques poussiéreuses du côté de la statuaire, place St Marc.

    Et le français dans tout ça ? Ben...Il surnage agripé à la bouée de l’anglicisme, disponible sur toutes les pubs, avec un tout petit «  *  » pour la traduction, histoire de repêcher les non globish, et de ne pas finir noyé, à la baille de ce Trafalgar des langues .

    Voilà comment nous sommes traduits, et, trahis, par la même et unique, volonté inique !

    Pensez, rosemar, qu’une grande enseigne de super marché, ne se gène même plus pour communiquer avec le verbiage des cités, et se plait à dire « venez chez Carouf ».

    Alors ? Où sommes nous vraiment arrivé ? Terminus ? Tout le monde descend ?

    Les africains, derniers supports de la francophonie, vont se mettre au russe, et nous, et bien nous apprendrons à écrire comme des gauchers, de droite à gauche.

    Et peut être même....A genoux, le cul en l’air  !


    • Samson Samson 5 octobre 20:48

      Bonsoir @ETTORE

      « ... et nous, et bien nous apprendrons à écrire comme des gauchers, de droite à gauche. »

      Le sens de l’écriture n’a rien à voir avec la latéralité de l’écrivain.
      Une majorité de scripteurs en arabe ou en hébreux sont droitiers, exactement comme les gauchers écrivent dans nos langues de gauche à droite, ...
      ... quant à Leonardo da Vinci, il était vraisemblablement ambidextre. smiley smiley smiley

       Bien à vous, en vous présentant mes respectueuses salutations ! smiley


    • troletbuse troletbuse 5 octobre 21:51

      @Samson
      Léonard, paraît qu’il était aussi ambigu.  smiley


    • ETTORE ETTORE 5 octobre 22:58

      @Samson
      Samson, je vous sais suffisamment intelligent pour avoir compris ma tirade ambi-gue, sur la latéralité.
      Et surtout, sur la littéralité que j’ai voulu exprimer avec cette approche.
      Je vous retourne avec plaisir, mes respectueuses salutations.


    • Samson Samson 5 octobre 23:05

      @troletbuse
      L’un n’empêche fort heureusement - pas l’autre ! smiley

      N’empêche, et sans même évoquer toutes les mécaniques et machineries qu’il a imaginé, que ce soit de la main gauche ou de la main droite, écrire en miroir demande une belle agilité tant mentale que kinésique !

      Tiens, les chercheurs s’interrogent toujours : à la droite de Jésus, le disciple que Jésus aimait (Jean), ou franchement Marie de Magdala ???
      A votre avis ??? smiley


    • ETTORE ETTORE 5 octobre 23:44

      @Samson
      Je vais peut être vous paraitre trivial....
      Mais une chose m’a toujours intrigué dans cette oeuvre magistrale ....
      Avec toute la grâce des mouvements, qui y sont dépeints....
      Avec cette « perspective » de fond, qui semble plonger dans un traveling temporel....
      POURQUOI LA SEULE CHOSE OCCULTEE, Libre de toute couleurs et détails...
      est la partie de la table, devant Jésus ?


    • itsy-bitsy ༄REPTILE༄MODE༄CYRUS༄ 6 octobre 00:07

      @ETTORE

      En 1624, Bartolomeo Sanese, déplore qu’il n’y ait « presque plus rien à voir de la Cène »9. En 1652, elle est si peu considérée qu’on décide de percer une porte entre le réfectoire et les cuisines, au point de détruire la partie inférieure de la fresque représentant les pieds du Christ.


    • ETTORE ETTORE 6 octobre 00:49

      ༄REPTILE༄MODE༄CYRUS༄

      Merci !
      J’ignorais ce détail....Alimentaire.


    • itsy-bitsy ༄REPTILE༄MODE༄CYRUS༄ 6 octobre 01:37

      @ETTORE

      En fait c’ est moi qui doit te remercier , si tu n’ avais pas posé la question je ne l’ aurais pas appris non plus .


  • itsy-bitsy ༄REPTILE༄MODE༄CYRUS༄ 5 octobre 19:17

    Επομένως, το όνομά τους ονομάστηκε Βαβέλ, γιατί εκεί ο Κύριος μπέρδεψε τη γλώσσα όλης της γης. και από εκεί ο Ιεχωβά τους σκόρπισε στην επιφάνεια όλης της γης.


  • troletbuse troletbuse 5 octobre 19:22

    J’espère que l’expression « Va te faire voir chez les Grecs » va rester.  smiley


  • Samson Samson 5 octobre 20:04

    Bonsoir Rosemar

    « Il devrait être évident, pour tous, que le grec et le latin sont le substrat de notre culture, nos sources premières, que ces disciplines sont le fondement de notre langue : d’une certaine façon, nous parlons, tous, grec et latin, en utilisant notre propre langue, le français...
    ... Dès lors, peut-on passer sous silence et occulter ces enseignements ? »

    N’est-ce précisément en raison de cette évidence que grec et latin sont les substrats tant de notre culture que de l’humanisme que nos managers ont planifié l’urgence de les passer sous silence et les occulter une bonne fois pour toutes ???

    En Marche vers Nulle Part, ne convient de programmer dès le berceau nos têtes blondes et brunes aux vertus d’une culture standardisée à l’aune de la fort fade et insipide bouillie mondialiste prêchée par la Pensée Unique ?


    Comme nous le rappellent inlassablement nos éditocrates et autres « experts scientifiques » mandatés par Big Pharma et nos gouvernants dans leur noble croisade contre les « fake-news, un tel »challenge« nécessite prioritairement renoncement à toute forme d’esprit critique - préalable absolument indispensable quand on constate la nocivité, la perversion et les ravages exercés par son incitation au doute raisonnable, et par là aux périls de l’incivisme anti- »vaccinal« et autres complotismes menaçant les fondements même de notre belle »démocratie - ainsi bien entendu que de tout particularisme ou tradition susceptibles de l’aiguiser !

    A moins que - et alors même que Facebook, Tik-Tok, Twitter et Instagram, ... y suppléent dès plus efficacement, qui plus est hors programme scolaire ! - vous n’arriviez à démontrer l’utilité de l’enseignement du latin, du grec ou encore de l’histoire dans l’entreprise panurgique de lobotomisation et de soumission des peuples et nations aux seuls concepts anglo-saxons retenus par la doxa globaliste, son progressisme sociétal et sa « cancel culture », n’est-il bien naturel que nos managers cherchent de toutes les manières à en préserver notre belle jeunesse ???

    Portez-vous bien et veillez bien sur vous, en vous présentant comme à l’accoutumée mes respectueuses salutations ! smiley


  • phan 5 octobre 20:22
    « 
    Dans l’antiquité, Athènes, le prétendu berceau de la démocratie, était l’État totalitaire le plus parfait, basé sur le contrôle mental.
    Le contrôle mental basé sur la sodomie fut le standard du contrôle illuminati tout au long de l’histoire, y compris dans l’Empire britannique et dans les États-Unis d’aujourd’hui.
    Or, seulement environ 2% des gens étaient des citoyens habilités. La plupart des travailleurs étaient soit des esclaves, soit, le plus souvent, des étrangers. L’Attique comptait en tout environ 600 000 adultes ; il y avait peut-être 6000 citoyens autorisés à voter et à débattre des lois pendant les fêtes, beaucoup moins dans la pratique quotidienne.
    Mais ce n’est pas le principal. Pour être citoyen, sauf seulement si vous descendiez de parents athéniens (cette condition fut assouplie plus tard, afin d’accepter les riches des autres villes en tant que citoyens d’honneur), vous deviez subir une sorte d’« éducation » (agogé), mais le terme est très trompeur.
    La traduction correcte de « agogé » est « initiation » dans un sens sexuel très physique : « pousser, piquer dedans ». En tant que grand enfant, puis adolescent, pendant environ 7 à 8 ans au total, l’aspirant citoyen était confié à un mentor nommé par l’État, qui lui faisait subir deux fois par jour le coït anal pendant qu’il devait rester stoïque...
     »
    .
    « 
    De nos jours, l’homosexualité est acceptée et banalisée, dans tous les sens, actif, passif, enfin pour les plus tolérants d’entre nous. Mais bon, les autres, on les emmerde. En revanche, la pédophilie. Non. Pas du tout. Et pourtant, il n’y avait rien de plus normal que d’épouser une fille très jeune. Genre cinq ou sept ans. En général elle était vierge, mais les petites filles esclaves perdaient leur virginité très jeunes, avec des messieurs très vieux. Et les petits garçons esclaves aussi perdaient leur virginité très tôt avec des vieux, ou moins vieux, messieurs. Les garçons qui ont le plus de charme, le plus de potentiel deviennent alors des puer delicati, des tendres enfants. Concrètement, c’est un maître qui prend sous son aile un petit esclave et en fait son amant. C’est une utilisation sexuelle en échange de quelques « privilèges ». En fait, c’est une vraie promotion pour le gamin, il passe d’esclave, à petit ami. Il a tout, les vêtements, la nourriture, les bijoux, des animaux et de nombreux cadeaux. Le puer delicatus est parfois appelé puer capillatus, l’enfant chevelu. Les esclaves se devaient d’avoir la tête rasée, or, le jeune amant garde les cheveux longs...
     »

    • troletbuse troletbuse 5 octobre 22:19

      @phan
      Et Rothschild, il était pas un p’tit peu grec ?  smiley


    • ETTORE ETTORE 5 octobre 23:08

      C’est peut être pour cela que tous les waxx, restent.....Stoïques ! Lol


    • mmbbb 6 octobre 08:42

      @phan Les hommes d eglises etant des lettrés ont su garder cette pratique .
      M SAUVE a écrit un rapport récemment sur les abus sexeuls dans cette noble intitution.
      Dans les milleux eduques et cultivés , cette pratique fut d usage apres la liberation des moeurs et le refus de la dominition morale et dogmatique officielle de cette église
      Matnzeff a eu sa tribune dans le Point et l affaire Kouchner le promotteur du droit d iingérence Son fils a eu le loisir de goûter a celui ci pendant de longues années .
      Duhamel en maitre de cérémonie un jomme bien de sa personne enseignant a Science Po
      Le grand homme de gauche, Pierre Berge et d autres de cette bonne societé abusaient de jeunes garcons .
      Quant à la démocrarie, la nôtre n est pas plus aboutie . Je l ai su tres tôt et tres jeune notamment à l ecole . La gauche prône l egalité des chances , mais quand vous n etes pas l enfant de , on n a guere de sollicitude .
      Latin , grec un debat récurrent  ; Eut il fallu donner un enseignement cohérent et solide par des profs comptétents avant de débattre ad vitam aeternam de cette problématique .
      Des « humanites » , il n est guere de personne qui connaissent encore la signification .
      Ce n est pas une question de couleur politique, la gauche la droite ont savemment déstrusturé cet enseignement par des réformes successives et prêtant le flanc au pédagogisme excessif .
      La droite a néanmoins sauve les meubles en s opposant à la « nationalisation » de l enseigneme, privé et la selection d admission dans les lycées réputés , Je n imaginais pas le fils de Fabuis dans un lycée du 9 3 .
      Désormais , sous la pression des féministes , c est l ecriture inclusive qui s impose insidieusement sous les coup de boutoirs de ces hystériques dont le but est d abattre le genre .
      De quoi en perdre son latin .
      On peut noter l instrusion de la culture « WOKE » venu des USA ; Désormais tout est passe sous le filtre idéologique contemporain et l histoire antique est rejetee.
      Un article ecrit avec eloquence par M Darcos dans la Revue des deux mondes .
      L educ doit aussi se plier a l intégraion du cursus des « trangenres » et les accompagner dans leur épanouissement scolaire .
      L essentiel est que cette institution soit devenue une fabrique a cretin comme l affimre M Brighelli, agrege de lettre . Qui peut réfuter cette assertion ?


  • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 5 octobre 22:52

    Toute manière notre président a déclaré que dorénavant les racines du français viendraient du bassin du Congo . Épicétout.


    • mmbbb 6 octobre 11:55

      @Aita Pea Pea Notre president a déclare que la France n avait pas de culture epicetout .
      Comme on est tro con, c est la déférlante du « wokisme » et des conneries d’outre atlantique qui deviendront la norme .
      ecpicetout .


  • ETTORE ETTORE 5 octobre 23:05
    Aita Pea Pea 5 octobre 22:52

    Toute manière notre président a déclaré que dorénavant les racines du français viendraient du bassin du Congo . Épicétout.


    C’est un choix civilisationnel pour le re— sur---peuplement de la France.

    ILS et ELLES ont un « bassin », plus prolifique.

    Epicétout !


  • Spartacus Lequidam Spartacus Lequidam 6 octobre 11:31

    Ca se plaint d’un coté que le Latin et Grec ne font pas recette, et de l’autre refuse d’en faire la promotion.

    Ca mérite des tartes !

    La posture de la vierge effarouchée de devoir faire son job.

    Un prof qui veut pas sortir de son petit confort personnel. Une vraie fonctionnaire de l’URSS.

    Dire que c’est prof en France !

    Ce serait tellement bien un bon vieux totalitarisme communiste a imposer a des gens des langues qui ne sont promotionnés par personne, même pas par ceux qui les enseignent.

    Change de Job !


    • mmbbb 6 octobre 11:52

      @Spartacus Lequidam « les humanites » aupravant étaient l apanage de l enseignement de l elite .
      Et pourtant dans universités américaines notamment celle de la presigieuse Princeton , l enseignement des langues anciennes etaient obligatoires .
      Le Wokisme faisant son oeuvre , l enseignement de l antiquite des « antiques » deviendra un signe de « racialisme » .
      J ai toujoiurs ete emerveille par ton sens de ton analyse


  • Armelle Armelle 6 octobre 13:05

     « ils deviennent de plus en plus des entreprises et sont jugés à leurs résultats »


    Bah pas les profs manifestement !!!

    ça sert à quoi de juger les établissements scolaires ? puisque les profs, même les plus mauvais ne sont eux jamais évalués, et encore moins sanctionnés !!!

    Le club Med public est une bonne gâche !!! Profitez-en tant que ça durera...


    • rosemar rosemar 6 octobre 18:34

      @Armelle

      Vous méconnaissez la fonction des enseignants : chaque année, les profs reçoivent une note administrative et une appréciation... ils sont aussi notés par les inspecteurs qui évaluent leur travail tous les 6 ans environ...


    • Spartacus Lequidam Spartacus Lequidam 8 octobre 10:54

      @rosemar
      Le pire risque ? Payé quand même à être dans un placard.


  • zygzornifle zygzornifle 6 octobre 15:07

    Et bientôt le Français intoxiqué par nos amis chance pour la rance ....


Réagir