samedi 8 septembre 2018 - par Jean Dugenêt

Pour un gouvernement des travailleurs

JPEG

Le groupe de discussion sur Facebook FLEVITA (Frexit, Laïcité, Exigence de Vérité, Internationalisme, Tolérance, Antiracisme) se prononce pour une solution politique à la crise actuelle.

Face aux attaques que mène le gouvernement Macron aux ordres de l'UE (Union Européenne) contre les plus démunis et les classes moyennes et cela pour le profit des plus riches, il faut un gouvernement des travailleurs.

L'analyse des résultats des dernières élections présidentielles montre qu'un candidat unique du PCF, du PS et de la FI pourrait l'emporter et que ce serait d'ailleurs la seule solution pour battre le candidat réactionnaire soutenu par les médias aux mains des milliardaires. Nous sommes pour un gouvernement de ces trois organisations sans aucun ministre d'un autre parti qui serait lié aux capitalistes comme ce fut le cas sous Mitterrand avec les radicaux de gauche. Nous sommes pour un tel gouvernement quel que soit le président de la république qui sera élu. Dans les circonstances présentes le mieux placé serait assurément Jean-Luc Mélenchon.

Un authentique gouvernement des travailleurs devra satisfaire les revendications maintes fois formulées (Programme du CNR, programme commun de l'Union de la gauche de1981, les 110 propositions du PS de 1981…). Nous savons qu'il sera impossible de satisfaire ces revendications sans que le France sorte de l'UE mais nous ne voulons pas en faire une condition restrictive pour que l'unité ouvrière se réalise.

Nous sommes forts maintenant de l'expérience de 1981 et des déceptions qui ont suivi. Nous savons que la mobilisation populaire devra être maintenue après la mise en place du gouvernement. Nous n'admettrons jamais que ce gouvernement se retourne contre les travailleurs comme ce fut le cas en 1981 contre les sidérurgistes. Nous n'admettrons jamais que les revendications pour une école laïque soient abandonnées. Nous avons vu comment, sur ces questions, la combativité ouvrière a été brisée par les gouvernements de Mitterrand dans les années qui ont suivi son élection. Ces gouvernements n'étaient à l'évidence pas des gouvernements au service des travailleurs mais des gouvernements de front populaire c'est-à-dire des gouvernements liés aux capitalistes. Nous n'admettrons plus de déclarations ambigües du style " Je serai le président de tous les français ". Nous avons compris après coup que cela signifiait que Mitterrand allait être aussi et surtout le président des capitalistes et de surcroît du clergé catholique et réactionnaire. Nous ne voulons pas de conciliation de la part du gouvernement avec l'ennemi de classe car nous savons que "la politique conciliatrice des "Fronts populaires" voue la classe ouvrière à l'impuissance et fraie la voie au fascisme ". Nous reprenons entièrement à notre compte cette citation extraite du " programme de transition " écrit par Léon Trotsky. Nous avons vu à quelles défaites les gouvernements sous Mitterrand nous ont amenés et nous avons vu aussi que, s'il n'a pas débouché sur un régime fasciste, il a par contre bel et bien permis au groupuscule qu'était le FN en 1981 de devenir le puissant parti que nous connaissons maintenant.

Pour mettre un terme aux plans de régressions sociales et reconquérir tout ce qui a été perdu, il faut impérativement un vrai gouvernement des travailleurs. Il faut donner au peuple le pouvoir qui est actuellement aux mains de l'oligarchie euro-atlantiste. Nous voyons en France comment une infime minorité concentre dans ses mains de plus en plus de richesses et en voudra toujours davantage. Ils possèdent notamment la presse, les médias audiovisuels, les instituts de sondage. Autant d'armes redoutables qui leur ont permis de faire élire Macron et d'imposer un carcan idéologique. Alors que le peuple s'est prononcé par référendum pour la sortie de l'Union Européenne, jamais un leader politique défendant ce point de vue ne sera invité à venir l'expliquer dans une grande émission de télévision. Le point de vue majoritaire est censuré. Dans ces conditions, le régime actuel n'a plus rien d'une démocratie. Un gouvernement des travailleurs doit permettre l'exercice de la démocratie. En d'autres termes, il doit donner le pouvoir au peuple. Cela suppose bien sûr qu'il s'affranchisse des directives venant de Bruxelles. Des mesures telles que le référendum d'initiative populaire iraient dans ce sens. Nous demanderons que le gouvernement des travailleurs l'instaure au plus vite. Nous sommes favorables à la convocation d'une assemblée constituante mais nous ne faisons pas de cela non plus une condition restrictive d'autant plus que nous ne pouvons pas dire actuellement comment, par qui et dans quelles conditions elle pourrait être convoquée.

Il ne faut pas attendre 2022 pour que l'unité se réalise contre Macron et son gouvernement. Les attaques contre les jeunes, les travailleurs et les retraités exigées par l'UE sont de plus en plus insupportables : réforme ferroviaire, retraites amputées, hôpitaux menacés, jeunes bacheliers rejetés de l'université… La réponse nécessite l'unité des organisations ouvrières, politique et syndicales, dès la rentrée. La riposte devra être de grande ampleur avec grève générale et manifestations car nous le savons depuis longtemps, et cela a encore été vérifié en mai 1968, " Les capitalistes ne peuvent céder aux ouvriers quelque chose que s'ils sont menacés de tout perdre " (Léon Trotsky - mars 1935 - Encore une fois, où va la France ?). Pour cela, il faut que les directions des syndicats cessent de collaborer avec Macron. Il faut rompre le " dialogue social ".

Il est cependant possible qu'un gouvernement des travailleurs ne puisse être imposé qu'à l'issue des prochaines élections présidentielles. Nous donnerons alors nos consignes de vote en tenant compte du bilan de 1981 et tout particulièrement du rôle des lambertistes qui étaient jusqu'à cette date les mieux placés pour défendre les travailleurs. En appelant à voter pour François Mitterrand dès le premier tour, ils ont abandonné leur propre programme. Ils n'ont jamais évoqué le passé pétainiste de François Mitterrand pas plus que son passé de bourreau des nationalistes algériens. Ils ont contribué à semer l'illusion que la seule élection de François Mitterrand allait apporter des solutions. Ils ont fait comme si François Mitterrand lui-même avait envie de mettre en œuvre une vraie réforme laïque de l'enseignement alors qu'à l'évidence il n'en a jamais eu l'intention. Nous connaissons le résultat. Les lambertistes ont capitulé devant le PS. Ils sont devenus des centristes au même titre que LO et le NPA. Ils ont d'ailleurs fourni au PS la plupart des cadres qui ont pris en charge la politique anti-ouvrière de Mitterrand. Ce fut d'abord Jean-Luc Mélenchon dès 1977 suivi par Lionel Jospin, Jean Christophe Cambadélis et beaucoup d'autres. Les lambertistes ont ensuite exclu les plus conscients de leurs militants notamment Stéphane Just qui avait publié en 1977 le livre " Front populaires d'hier et d'aujourd'hui " (Livre cosigné par Charles Berg). Ce livre aurait dû être la meilleure arme théorique dans les circonstances de 1981.

Il n'est pas question de renouveler ce genre d'erreur. Nous ne tairons aucune des critiques que nous avons formulées sur les trois partis PS, PCF et FI pas plus que nous ne tairons nos critiques sur la personne de Jean-Luc Mélenchon. Nous appellerons à voter au premier tour pour un candidat qui se prononce clairement pour le Frexit et ce sera probablement François Asselineau. Nous ne laisserons pas planer l'illusion que ceux qui s'opposent au Frexit pourraient trouver le moyen de satisfaire les revendications des travailleurs. Ils ne peuvent que reproduire ce qu'a fait Tsipras en Grèce. Nous le dirons haut et fort en soutenant au premier tour le candidat du Frexit. Nous n'appellerons à voter pour un candidat de l'unité ouvrière qu'au second tour tout en soulignant qu'il ne s'agit que de vaincre le candidat direct de l'oligarchie (Macron ou un(e) autre). Nous insisterons sur le fait qu'il ne pourra pas s'agir d'un gouvernement des travailleurs s'il ne s'engage pas sur la voie du Frexit. Bien entendu, après la mise en place, que nous souhaitons, d'un gouvernement d'unité des organisations ouvrières nous continuerons à faire campagne pour le Frexit et nous montrerons pour chacune des revendications ouvrières que c'est la mise sous tutelle de l'UE qui bloque et que si le gouvernement se refuse à sortir de l'UE, il doit être combattu. Il faudra alors impérativement imposer un vrai gouvernement des travailleurs qui réalisera la sortie de l'UE. Les conditions pour cela pourront être acquises si à chaque étape une avant-garde ne cède en rien sur la question du Frexit. Le peuple se tournera alors vers ceux qui ont toujours dit la vérité.

 



111 réactions


    • GrandGuignol GrandGuignol 9 septembre 2018 10:52

      @bébert

      Quand on vous répond par l’insulte et les sarcasmes en lieu et place d’argumentaire la discussion n’est profitable pour personne. Censurer un troll n’est pas anti démocratique.
      Dans le cas précis de Capobianco, je ne pense pas que ce soit un troll, mais son argumentaire n’en n’est pas un, de l’insulte, du ass à toutes les sauces, il ne répond jamais aux questions posées mais se défile en critiquant les militants.


    • capobianco 9 septembre 2018 11:46

      @Ar zen
      «  D’autres auteurs d’articles l’aurait, depuis belle lurette, expulsé du fil de discussion au motif fallacieux de « manquement à la charte ». »

      Quel grand démocrate vous faites !!! Vous ne supportez pas que l’on vous réponde avec les mêmes méthodes que les vôtres au point d’envisager mon expulsion.
      Ah, çà donne envie l’upr...

    • capobianco 9 septembre 2018 12:11

      @GrandGuignol
      «  de l’insulte »

      Dire cela de moi est insultant et malhonnête car je répond uniquement comme on me parle. Quand ar zen dit que j’ai l’air con je lui répond de même, vous trouvez cela anormal ?
      «  du ass à toutes les sauces » 
      Vous trouvez que JLM peut être traité d’enfumeur, de menteur, de traite, de nostalgique de la francisque, de complice de macron, de méluche et combien d’autres propos et sobriquets méprisants et insultants ? Par rapport à cela je me trouve plutôt modéré, d’autant que cela est drôle est que je n’en rajoute pas. 
      «  mais se défile en critiquant les militants. »
      J’ai cru un moment que la discussion pouvait avoir lieu avec vous (là où vous donnez votre position sur le programme de la FI) et c’est là ma faiblesse. Vous ne pouvez pas vous empêcher de travestir la réalité. Vous avez du plaisir à affirmer cette contre vérité, à attaquer en meute avec ce courage ? 
      Vous mériteriez effectivement des insultes là, mais je me contenterai de vous dire que vous êtes décidément tous du même tonneau. Mais même seul je vous répondrai du tac au tac, sauf bien sûr si, comme le suggère votre grand démocrate ar zen, vous m’excluez du site...


    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 9 septembre 2018 12:12

      @Ar zen
      Oui. Merci.
      Il me répugne en effet de censurer.
      Il faut cependant avouer que lui rappeler sans arrêt quelques règles simples de démocratie qu’il se refuse à appliquer est pénible.
      Il faut surtout se retenir de ne pas faire comme lui. J’avoue que c’est parfois difficile. Je ne saurais qu’encourager tous les intervenants à respecter ces règles simples : pas d’insulte, ne pas déformer les noms des personnes, ne pas faire de blagues ou d’ironie sur les noms, l’apparence physique, le sexe, l’orientation sexuelle des personnes. Ne pas apporter de qualificatifs non argumentés.
      Toujours donner des références quand on avance des faits nouveaux.


    • Legestr glaz Ar zen 9 septembre 2018 12:31

      @capobianco

      Même réponse qu’à Bébert.

      Veuillez « juger » sur les faits et non sur vos délires !

    • malitourne malitourne 9 septembre 2018 12:32

      @capobianco
      Vous me prêtez des propos que je n’ai pas formulé et vous vous adressez à moi comme si je représentait l’ensemble de vos contradicteurs UPR. Je maintiens et j’assume vous l’avoir souvent dit que vous pleurnichez souvent. Bien plus souvent que vous n’argumentez sur la contradiction politique entre la volonté de rester dans l’UE et votre programme politique. 

      Vous pleurnichez souvent, c’est un fait, mais en aucun cas un argument démonstratif de votre contradiction politique.

    • GrandGuignol GrandGuignol 9 septembre 2018 12:36

      @capobianco

      « Dire cela de moi est insultant et malhonnête car je répond uniquement comme on me parle. »

      voulez vous que je vous poste tous les commentaires insultants, ainsi que tous les sobriquet que vous écrivez sur Asselineau et ce avant même que l’on ne vous prenne à parti ?

      Franchement pas un message sans ass et autres Devin.

      Même lors de discussion courtoise entre nous où je m’efforce de ne pas écrire Mélenchon avec un A ou Merluche( ce qui m’arrive rarement) vous vous obstinez sur ass. Je n’en déduirai rien mais bon vous n’êtes pas le dernier à lancer des sobriquets et à amalgamer les dires de l’un sur l’ensemble des autres militants et sur le parti lui même.

    • capobianco 9 septembre 2018 12:36

      @Jean Dugenêt
      «  que lui rappeler sans arrêt quelques règles simples de démocratie   »

      Comme le fait d’envisager mon exclusion par exemple ?
      « ne pas faire de blagues ou d’ironie sur les noms, »
      Comme « méluche » ou laisser entendre que JLM serait, par miterrand interposé, un admirateur de la francisque 2024, ou enfumeur, traitre, menteur peut-être ? Tout çà est argumenté bien sûr !!! La « charte » c’est juste pour certains ou çà vaut aussi pour vous et vos amis ?
      Un fait nouveau, je suis invité à l’apéro, désolé de vous quitter....provisoirement bien sûr, je ne veux pas vous décevoir.



    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 9 septembre 2018 13:15

      @capobianco

      Vous n’avez absolument rien pour m’accuser de ne pas respecter les règles que je mets en avant et que j’encourage tout le monde à respecter.
      Je n’ai jamais dit « méluche ».
      Si vous voulez porter une accusation ne parlez pas de ce que j’ai « laisser entendre » mais de ce que j’ai dit. Si je parle de la francisque alors je parle de Mitterrand. Si je dis que JLM considère Mitterrand comme son « maître à penser » c’est parce que lui même l’a dit. Ne me prêtez pas de déduction abusive. Votre accusation est là aussi sans fondement.
      J’ai dit que JLM est un « enfumeur ». J’ai d’ailleurs précisé précédemment que si le terme dérange je veux bien en utiliser un autre du moment que le sens est qu’il cherche à tromper, à abuser, à berner.
      J’ai argumenté cela notamment à propos de l’expression« il faut sortir des traités européens ». JLM est assez intelligent pour savoir que ça ne veut rien dire mais s’il a employé et répété cette phrase c’est parce qu’il savait qu’il allait laisser entendre qu’il voulait sortir de l’UE mais sans le dire. C’est du double langage. laisser entendre une chose (il veut sortir de l’UE) et en dire une autre (il ne dit pas qu’il veut sortir). Les victimes sont les militants de la FI. Certains n’ont pas encore compris.
      Le terme « enfumeur » est ici pleinement argumenté.
      Un autre cas flagrant « d’enfumage ». Dans sa conférence sur le bilan des années Mitterrand à un moment il dit, après avoir fait une énumération : « Je m’arrête là parce que sinon on y passe la soirée ». A l’évidence son énumération était terminée. C’est encore un cas d’enfumage que j’oppose à « l’exigence de vérité ».
      Il y a accusation ou pas. Mais il n’y a pas « peut-être » une accusation. Vous écrivez « enfumeur, traitre, menteur peut-être ». Ai-je traité JLM de traître, de menteur ? C’est oui ou non mais pas peut-être.
      La « charte » est pour tout le monde et je vous défie encore de me prendre en défaut. Par contre vous venez une fois de plus de montrer comment vous procédez.

    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 9 septembre 2018 16:54

      @capobianco

      « Comme le fait d’envisager mon exclusion par exemple ? »
      J’avais oublié celle-là. D’où sortez-vous ça ?
      Comprenez-vous que c’est plus que pénible ?
      Il n’y a pas une phrase que vous écrivez qui ne soit une entorse aux règles de bonne communication.


  • Ruut Ruut 10 septembre 2018 15:44

    L’ « UMPS En Marche » semble toujours fonctionner, puisqu’il utilise ses placebos FI, PCF, Les verts comme zone de contenance des opposants.

    De plus il utilise aussi le RN comme garantie au second tour suite a un débat au second tour (la seconde fois pour ce parti en 2 seconds tours) où le candidat RN se décrédibilisera sur des connerie afin de laisser au candidat de l’ « UMPS En marche » sur le haut du podium.
    Les changements de noms ne servent qu’a noyer le poisson.


Réagir