mercredi 10 octobre - par Philippe Huysmans

Pourquoi je ne voterai plus

Ce dimanche 14 octobre, tous les Belges sont appelés à voter pour renouveler les conseils communaux et provinciaux. Mais cette fois (et pour les suivantes), ce sera sans moi.

Un peuple qui élit des corrompus, des renégats, des imposteurs, des voleurs et des traîtres n'est pas victime, il est complice (George Orwell).

J'ai une sainte horreur de toutes les formes de dirigisme, et j'aurais tendance à me considérer comme un chat parmi les hommes : vous avez déjà essayé de forcer un chat à en passer par vos quatre volontés ? Fais le beau ! Assis ! Au pied ... Le résultat n'est pas vraiment encourageant, n'est-ce pas ? Raison pour laquelle il ne viendrait à personne l'idée de dresser un chat, je pense.

De même que n'importe quel gouttière, je suis farouchement attaché à mon indépendance, et ne suis les injonctions que lorsque la raison me dit qu'elles sont justes, ou simplement acceptables, dans l'intérêt public ou dans le mien.

Le problème avec les élections, ou plus exactement avec le système de dictature soft que l'on appelle pompeusement "démocratie représentative", c'est que je n'arrive plus, mais alors plus du tout à voir en quoi il serait de l'intérêt du public, du mien, ni en quoi il serait démocratique.

Qu'est-ce que la démocratie ?

la démocratie est « le gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple » (Abraham Lincoln)

Il s'agit donc de l'exercice du pouvoir par les citoyens, de leur participation aux processus de décisions qui régissent notre société, et rien d'autre. Or que vous propose-t-on aujourd'hui ? D'élire des maîtres qui ne servent que leur intérêt personnel et vous trahiront à la première occasion. 

Jean-Jacques Rousseau l'avait déjà parfaitement exprimé :

La souveraineté ne peut être représentée, par la même raison qu'elle ne peut être aliénée ; elle consiste essentiellement dans la volonté générale, et la volonté ne se représente point : elle est la même ou elle est autre ; il n'y a point de milieu. Les députés du peuple ne sont donc ni ne peuvent être ses représentans, ils ne sont que ses commissaires ; ils ne peuvent rien conclure définitivement. Toute loi que le peuple en personne n'a pas ratifiée, est nulle ; ce n'est point une loi (J.-J. Rousseau - Du contrat social ou Principes du droit politique).

Eh oui, ce que l'on vous vend comme démocratie n'est autre qu'une aristocratie élective. Le même petit club de parvenus, éternels candidats à tous les suffrages, à tous les mandats rémunérés, se renvoyant l'ascenseur quand ils ne se tirent pas dans les pattes pour s'arracher quelque rogaton ; certains poussant l'analogie aristocratique jusqu'à faire élire leurs rejetons, même s'ils s'avèrent être stupides comme un panier, et parfaitement incompétents. 

Combien d'ouvriers à la Chambre des Représentants ou au Sénat ? Combien de caissières ? Combien d'instituteurs ou de maçons ? Combien de femmes au foyer ? Et ces gens prétendraient nous représenter ?

Combien de fois le peuple a-t-il eu à s'exprimer sur des questions qui allaient durablement peser sur son existence ou celle de ses enfants ? Nous a-t-on consultés lorsqu'il s'est agi de casser le pays en petits morceaux (fédéralisation) ? Avons-nous été invités à donner notre avis lors de l'adhésion au traité sur l'Union Européenne (alors que c'était initialement prévu pour tous les États membres) ? Qui a décidé de renflouer les banques privées avec l'argent public au lendemain de la crise sans rien organiser de concret pour éviter que pareille situation ne se reproduise (et elle se reproduira bien assez tôt) ?

Est-ce cela que l'on appelle "démocratie" ? En pareil cas, je refuse tout simplement d'y prendre quelque part que ce soit, parce que participer, c'est aussi cautionner le système.

Obligation de vote

Cette obligation d'un autre âge est légale, sans doute, mais il ne me semble pas que nous ayons été consultés sur cette question, non plus ? Ni nos parents, d'ailleurs, ni même nos grands-parents... En fait c'est à peu près aussi fondé que d'exécuter sur le champ un conscrit qui refuserait de sortir de la tranchée pour aller égorger le troufion d'en-face, ou de déclarer, sans rire, que des êtres humains peuvent être la propriété d'autrui (l'esclavage était légal en France jusqu'en 1848 et la Belgique n'a rien à lui envier de ce point de vue si l'on considère l'attitude du colonisateur vis-à-vis des populations autochtones du Congo jusqu'en 1960). 

Il ne faut pas se laisser abuser par des grandes envolées lyriques dans le genre "nos ancêtres se sont battus pour ce droit", parce qu'il n'en est rien. De temps à autre, lorsqu'ils étaient assez désespérés pour que la détermination l'emporte sur la peur de la répression, nos ancêtres se sont battus pour secouer le joug et influer sur le cours de l'histoire afin d'obtenir plus d'équité et de justice sociale. Pas pour élire des arrivistes corrompus.

Je considère que le premier droit en démocratie est le droit de s'exprimer, ce qui inclut d'office son corollaire, le droit à l'abstention. Je ne reconnais aucune légitimité aux décisions qui sont prises au nom du peuple par une clique d'oligarques obnubilés par leur seul intérêt particulier.

Et à ceux qui ne l'auraient pas encore réalisé, je dis que le pouvoir exorbitant de cette oligarchie sur la masse des citoyens ne repose que sur votre acceptation, votre docilité, votre soumission. On ne peut pas à la fois geindre sur son sort et donner mandat au loup pour prendre soin des brebis.

Soyez résolus de ne servir plus, et vous serez libres (Étienne de La Boétie - Discours de la servitude volontaire)

Les chats ne font pas autre chose.

 

Article original sur LeVilainPetitCanard


300 réactions


  • Idem. Tout en sachant que le pire risque de sortir des urnes. Les hargneux étant encore motivés ;


    • Fergus Fergus 10 octobre 13:35

      Bonjour, Mélusine ou la Robe de Saphir.

      « Tout en sachant que le pire risque de sortir des urnes »

      Eh oui ! Ne pas voter, c’est laisser le champ libre. C’est donc voter par défaut pour le vainqueur du scrutin !!!


    • @Fergus

      Bonjour Fergus. problème, cette fois j’ai l’impression qu’il n’y a plus de véritable opposition. Même les socialistes sont main dans la main avec les N-VA. Avez-vous remarqué comme les journaux ne nous révèlent pas les vrais enjeux,.... ? Rien qu’à voir la tête sur les prospectus. Entre le parfait pervers narcissique tout propre sur lui et les têtes à claques de la N-VA. Exemple : Dorothée Desaegherhttps://brussel.n-va.be/wie-is-wie/dorothee-desaegher . Non cette fois : INCHHALLAH

    • Arogavox 10 octobre 17:21

      une piste d’alternative au « veaute » , à creuser collaborativement

      (sans oublier qu’on ne pourra jamais avoir que ’la démocratie’ qu’on mérite !)
         

       ou, (autre présentation un peu moin ’open’) :

    • Arogavox 10 octobre 17:39

      ... plus de détails ...http://okidor.free.fr/reflects//file/book2doleanceKDO-00.pdf

                  
       (Complexe ?
         - ... c’est ce que diront vos gamins pour retourner aussitôt à ’leurs’ jeux video incomparablement plus compliqués ! )


    • Arogavox 10 octobre 17:54

      @Fergus 

         
       « ... sed perseverare diabolicum »  !!!
        
       Votre assertion est trivialement fausse. 
       J’ai déjà eu mainte fois l’occasion de vous le démontrer ; et chaque fois vous répétez ce non-sens sans pouvoir contre-argumenter quoi que ce soit !

      « Ne pas voter, c’est laisser le champ libre. C’est donc voter par défaut pour le vainqueur du scrutin »

      bis repetita placent :
       Tout l’inverse ! Tous celles et ceux qui utilisent le scrutin (que ce soit pour voter pour ce que vous osez baptiser un ’vainqueur’, ou contre ce ’vainqueur’, ou même pour produire un bulletin dit ’blanc’ ou ’nul’), tous ces veautant cautionnent avant tout le stratagème de légitimation appuyé sur ce scrutin :
       ce sont bien eux, et eux seuls, qui votent pour ce qu’aucun vrai démocrate ne saurait appeler un « vainqueur » !!!
         
       Partant votre affirmation ne démontre qu’une chose : à savoir votre revendication personnelle d’une intention de résonnement fort saugrenue (ou perverse ?) !




    • Fergus Fergus 10 octobre 19:12

      Bonsoir, Arogavox

      Vous ne m’avez jamais rien démontré !

      Et surtout vous n’avez jamais démontré par quoi l’on pourrait remplacer le système électoral représentatif.

      En fait, vous faites dans l’incantation anti-élections sans argument autre que « tous pourris », ce qui est - hélas ! - parfois vrai, mais également très souvent faux aux différents niveaux d’expression de la volonté populaire.


    • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 10 octobre 20:18

      @Arogavox

      Je crois assez peu à la masturbation intellectuelle qui consiste à créer des édifices aussi virtuels que théoriques.

      En fait, je crois que si pour chaque injustice que nous voyons quotidiennement nous mettions un petit caillou blanc sur la cheminée, on aurait accompli bien plus que les projets que vous évoquez... Pourquoi ? Parce qu’on aura fait quelque chose.

      L’exercice du pouvoir c’est d’abord le pouvoir de décider, de refuser : ensuite vient l’action concrète, si petite soit elle.

      Je vais vous donner un exemple : il y a sur Avox actuellement (video) un documentaire sur le juteux business des maisons de repos. Deux infirmières y témoignaient des conditions indignes dans lesquelles les résidents étaient traités. Des lanceuses d’alerte, en somme. Virées, eh oui, on est en Macronie en 2018, pas question de remettre en cause le dogme capitaliste même si l’on voit bien par ailleurs que c’est un échec complet qui engendre des souffrances terribles, notamment pour tous ces aînés qu’on met littéralement à la poubelle (de luxe, hein).

      Il y avait bien des commentaires en dessous, mais je n’en ai pas lu UN seul qui allait dans le sens de s’enquérir de la position de ces deux pauvres filles ou de proposer de les aider. Ok, me direz-vous chacun sa m..., eh ? Mais alors quand ce sera vous qui serez dans la m..., qui viendra vous aider ?

      La solution réside dans la résistance solidaire et citoyenne, seule manière de contrer la lente (et inexorable) destruction de tout ce qui fait le tissu social de notre civilisation.

      La première chose à laquelle nous devons dire « non », c’est la peur, plus grande que le mal lui-même.

      Ca fait trois millions d’années que les hommes vivent en société (d’abord en famille, puis en villages, puis en cités-États...), je crois que les fondamentaux ont été identifiés il y a bien longtemps et qu’ils sont aux antipodes de ce qu’on vous vend aujourd’hui pour des « valeurs ». Les linceuls n’ont pas de poche.


    • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 10 octobre 20:26

      @Arogavox

      À quoi le politicien vous répondra « merci d’avoir transmis votre liste de doléances, la prochaine fois, imprimez ça sur du papier plus doux, si possible parfumé, en rouleau pour qu’on puisse l’utiliser plus facilement... »

      Et si vous insistez un peu ils prendront peut-être la peine de vous expliquer pourquoi il ne sera « vraiment pas possible » d’y donner une suite favorable.


    • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 10 octobre 20:34

      @Arogavox

      ...ceux qui utilisent le scrutin (que ce soit pour voter pour ce que vous osez baptiser un ’vainqueur’, ou contre ce ’vainqueur’, ou même pour produire un bulletin dit ’blanc’ ou ’nul’), tous ces veautant cautionnent avant tout le stratagème de légitimation appuyé sur ce scrutin.

      Exactement ce que je me refuse à faire désormais : légitimer l’action des prédateurs qui nous pissent dessus tout en essayant de nous faire croire qu’il pleut.

      Mais apparemment, l’idée n’a pas encore fait son chemin chez tout le monde :p


    • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 10 octobre 20:41

      @Fergus

      Il n’y a pas grand-chose à démontrer : ouvrez n’importe quel bouquin d’histoire et vous verrez qu’elle est faite de tribulations bien souvent imprévisibles amenant à des situations rocambolesques d’où sortent quelquefois des tyrans, quelquefois des gens raisonnablement honnêtes.

      Jouer dans le système c’est en accepter les règles, et c’est ce qui vous différencie de nous, essentiellement.


    • Arogavox 10 octobre 22:36

      @Philippe Huysmans ... concernant sa réponse de 20:18

       
       Si le concept des cahiers de doléances n’était que de la « masturbatuion intellectuelle » pourquoi autant d’historiens et enseignants français en auraient donc tant parlé pendant si longtemps à tant de générations de nos « petites têtes blondes » ?!
        
       Et s’il fallait abandonner à cause de ce genre d’a priori, (sorti d’on ne sait quel chapeau ??) toute nouvelle idée, comment auriez-vous été en mesure d’utiliser le présent forum qui est une « usine à gaz » d’une complexité que vous semblez alors incapable d’imaginer ou plutôt de reconnaître !
       
        J’avoue être sidéré par votre toupet ! 

    • Arogavox 10 octobre 23:55

      @Fergus

       Veuillez s’il vous plait avoir la correction et l’honnêteté de nous donner une quelconque référence accréditant cette affirmation que je récuse.
       Où, et quand, prétendez-vous avoir trouvé une quelconque expression de ma part pouvant être interprétée comme cet ’argument’ de « tous pourris » que vous me prêtez ??!!
        
       Quant à moi, ayez donc l’obligeance de reconnaître que je n’ai pas cette prétention à vous prêter une quelconque intention : je ne fais que constater avec quelle légèreté vous vous permettez de vous exprimer !!

         

    • Fergus Fergus 11 octobre 09:43

      Bonjour, Arogavox

      Je ne vous attribue pas la formule - sur ce point, je vous en donne acte bien volontiers -, je constate simplement que votre position sur le problème posé relève de facto de celle-ci.


    • Arogavox 11 octobre 10:12

      @Fergus
      Merci de nous donner ainsi à apprécier très factuellement sur un point précis constatable par tous, la façon dont vous savez trouver le moyen de ’construire’ ce que vous semblez considérer comme une argumentation honnête et recevable.


        Chapeau !


    • Fergus Fergus 11 octobre 11:20

      @ Arogavox

      Désolé, mais c’est vous qui prétendiez de manière péremptoire m’avoir « démontré que... », et cela dans plusieurs commentaires sur ce fil, Or, il est avéré que vous ne m’avez jamais rien démontré, et votre commentaire ci-dessus n’est qu’une manière de botter en touche. smiley

      Bonne journée !


    • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 11 octobre 12:52

      @Arogavox

      Cahier des doléances

      Peut-être pour la même raison que les comiques qui avaient construit Auschwitz avaient écrit au-dessus du portail « le travail rend libre » ?

      Pour le dire autrement, un cahier de doléances ne fait de mal à personne, ne mange pas de pain, et ne contraint nul édile à en tenir compte.

      Ca, c’est juste un fait : après si vous voulez croire que ça peut changer quelque chose, libre à vous et pour ma part je continuerai à croire (et quelques centaines d’années d’histoire vont dans le même sens) que c’est inutile, ou plus exactement, comme dirait Al Capone, qui était un fin négociateur :

      « On peut obtenir beaucoup plus avec un mot gentil et un revolver, qu’avec un mot gentil tout seul. »


    • Arogavox 11 octobre 15:54

      @Philippe Huysmans
       Bon, inutile de gaspiller son temps pour essayer de faire boire un âne qui n’a pas soif 

      (... de vraie démocratie, par exemple).
               
                      
        Je ne botte pas en touche, mais ne ’réagis’ que si j’estime avoir quelque probabilité d’apporter quelque argumentation utile et pertinente à quelque lecteur qui risquerait de se laisser abuser par une ’argumentation’ fausse, fallacieuse, ou pire : manipulatoire 
       (auquel cas, bien entendu, tout le monde comprend bien que je ne commets pas la naïveté de croire pouvoir convertir les manipulateurs ! ) ... 
                      
                    
           Votre ’réaction’ péremptoire témoigne de plusieurs aveuglements que je veux bien croire innocents, mais qui ne sauraient être constatés sans réitérer l’alerte qui peut être perçue par celles et ceux qui ne sont pas atteints d’une cécité incurable.
                  

       Premier aveuglement : 
       - le concept de ’cahier de doléances’ , n’est pas un concept éthéré, intello, ou relevant d’une quelconque idéologie : 
        tout (ex-)écolier français est censé connaître la réalité historique, propre à notre pays et particulièrement à la civilisation française, qu’évoque ce terme de « cahiers de doléances » et le rôle joué par ceux-ci dans la Révolution Française, culturellement connue à travers le monde entier.(cf http://revolution.1789.free.fr/Cadre-page-2.htm

      D’où ma réponse :  
       je « ne veux croire que ça peut changer quelque chose » ! 
      ... je me contente de constater humblement, factuellement, et avec une notoriété mondiale et historiquement répertoriée,
       
       que ça à déjà changé quelque chose , et comment !
                   

       Deuxième aveuglement : (probablement du à une incapacité à transgresser/dépasser une idéologie communément répandue selon laquelle ce qui n’a pas encore vu le jour ne saurait jamais advenir)
       Vous pensez que cela « ne contraint nul édile à en tenir compte »  ?  
        Il est intéressant alors de voir ensuite à quoi vous semblez vouloir réduire ce que vous nommez ’contrainte’ ! ... et de se rendre compte que l’on reste sur sa faim d’argumentation susceptible d’étayer votre témoignage d’opinion toute personnelle !
        Lorsqu’on est capable de considérer des contraintes un peu moins ’bourrin’ que celles dictées par un revolver pointé sur vous, on peut alors commencer par exemple à prêter à ses semblables, à ses compatriotes ’fraternels’, une capacité à comprendre l’intérêt personnel qui peut être perçu dans le ’calcul’ qui consiste à cultiver « l’union qui fait la force », voire le concept  culturellement clarifié par JJ Rousseau d’un « contrat social » ... nécessitant la perception d’une « volonté générale ».
          
         
       Libre à qui voudra, bien sûr, d’oser ranger un JJ Rousseau, ou un Condorcet parmi les ’intellos’ .
       ... mais je revendique ma liberté de marquer fermement une grande distance devant ce genre de prétentions. (Surtout lorsque cela émane de gens qui osent la vanité de se croire des pourfendeurs d’obscurantisme, et même des vecteurs de Lumière !)
        
       Par contre, ceux qui me comprennent n’auront aucun mal à deviner ce que je peux bien penser de tous ces pleureurs qui déplorent (certes justement) les impasses des techniques de scrutin connues ... mais qui osent décréter que ce qui leur paraît trop compliqué, trop fastidieux, ou faisant trop appel une activité minimale de leurs neurones, ne saurait être qu’inutilement intello et sans avenir.
        Quoi de plus intello que cette stupide démission ?
       Si ce renoncement avait été pratiqué par nos aïeux, soit nous ne serions pas, soit l’Humanité n’en serait aujourd’hui pas même à l’âge de pierre !


    • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 11 octobre 17:44

      @Arogavox

      Rien de personnel, mais j’en ai légèrement soupé des grands discours et des idées mirifiques qui n’ont jamais abouti à rien. Je préfère largement un être humain qui file une thune à un sdf dans le besoin qu’un bonimenteur, qu’il se saoûle lui-même de ses belles idées ou qu’il ne soit qu’un manipulateur pur jus. 

      Aveuglement : cahier de doléances

      Vous pouvez le peser et le re-peser, puis me l’emballer comme vous voulez, les faits sont têtus : et à votre cahier de doléance, l’élu pourra vous indiquer la porte après vous avoir courtoisement remercié et vous oublier aussitôt. S’il est de mauvais poil, vous ne franchirez même pas la porte et serez prié de mettre vous-même les doléances dans le casier ad-hoc (qui ressemble furieusement à une poubelle).

      Al Capone était doté d’un certain humour qui vous semble étranger, mais sur le fond il exprime une réalité très concrète : pas de deal sans « argument ». Que ce soit quelque chose que l’autre veut, ou dont il a peur, peu importe, c’est une contrepartie : or vous, vous êtes en slip avec un cahier à fleurs dans les mains -> c’est pas très crédible.

      Pour le reste, vous glissez un peu dans le sophisme ou c’est moi qui fatigue ?


    • Arogavox 12 octobre 00:37

      @Philippe Huysmans

       en fait je me contrefiche bien de ce que vous êtes incapable de comprendre, de votre fatigue, ou de votre fixette sur cette stupidité qui se limite à faire votre cour aux seuls Zélus ! ...
       vu que comme je l’avais annoncé ce n’est pas aux ânes qui n’ont pas soif que je m’adresse ...

    • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 12 octobre 09:34

      @Arogavox

      Faire la cour aux élus ? Vous avez lu mon article ou c’est de l’humour à froid ?

      Vous devriez laisser aux enfants de s’accaparer une idée de manière tellement fusionnelle qu’il devient impossible de la remettre en question, voire d’accepter la moindre critique la concernant.

      Je suis essentiellement pragmatique, et considère votre cahier de doléances version 2.0 plus plus comme un gadget inutile. Va falloir vous faire à l’idée ou m’expliquer en quoi ça peut changer quoi que ce soit dans le monde vrai de vrai dans lequel nous vivons.


    • pemile pemile 12 octobre 10:23
      @Philippe Huysmans « Faire la cour aux élus ? Vous avez lu mon article ou c’est de l’humour à froid ? »

      En tout cas, votre article démontre que vous faites une confusion entre le vote et l’usage du mandat.

      Et le fond de votre article, le « tous pourris jusqu’à l’os », toujours rien pour étayer ?

    • Cadoudal Cadoudal 12 octobre 10:48
      @pemile
      Les « pourris jusqu’à l’os » seraient une minorité ?

      En tant que minorité, ils ont donc droit à la présomption de compétence comme les autres..

      « Il faut non seulement vérifier l’avis de la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique, tenir compte de l’implantation géographique des ministres pressentis, mais aussi respecter la parité, la diversité, et même ne pas oublier les homos »

    • pemile pemile 12 octobre 10:52
      @Cadoudal « Les « pourris jusqu’à l’os » seraient une minorité ? »

      Dans l’attente de la réponse de l’auteur ! smiley

    • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 12 octobre 20:12

      @pemile

      Je ne confonds rien du tout, c’est vous qui faites semblant de croire que vote=démocratie, là où il n’y a rien de plus faux.


    • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 12 octobre 20:14

      @pemile

      Bon courage, n’hésitez pas à vous lever de temps à autre pour restaurer la circulation, manger un morceau et aller vous rafraîchir, on ne voudrait pas vous perdre.

      https://i.imgflip.com/11qcpe.jpg


    • pemile pemile 12 octobre 21:44
      @Philippe Huysmans « Bon courage »

      M’enfin, on les connait les adeptes du tous pourris, suffit de gratter pour trouver les bras cassés aigris qui se défilent !

  • cathy cathy 10 octobre 13:42

    Le Congo au pays de Tintin.


    • Cateaufoncel3 Cateaufoncel3 11 octobre 00:09

      @toulmonde

       

      Je m’installe où je veux.

       

      Ce Huysmans, c’est quelqu’un de bien. Un homme de culture. Il cite Orwell, Rousseau, Boétie, et même Lincoln. Il utilise des expressions comme « envolées lyrique », « arrivistes corrompus », « clique d’oligarques obnubilés ». Mazette.

       

      Il n’hésite pas à se faire paternellement sentencieux « Jouer dans le système c’est en accepter les règles, et c’est ce qui vous différencie de nous, essentiellement. » Il parle encore de liste de doléances, référence érudite aux cahiers de même métal, sous l’ancien Régime.

       

      Il ne manque pas l’allusion à Chouard, réservée aux initiés, « élire ses maîtres ».  Au fait oùsse qu’il est celui-là ? L’Etienne ? J’ai l’impression qu’il se fait rare  mais on sait aussi ce que valent les impressions.

       

      Serait-il, néanmoins, allé observer les néophytes d’En Marche, croulant sous les prix d’Excellence, mais embourbés dans la mangrove bourbonnesque, donnant à penser, tout à trac, que le tirage au sort de dealers lambda, de ronds-de-cuir à certif’ et de ménagères en bigoudis, n’est peut-être pas une si riche idée que ça ?

       

      Sur cette incertitude , on arrive au terme de la lecture en plein désarroi. ON s’est attendu, à chaque coin de phrase, à recevoir le renfort de Léon, qui avait tout pour figurer dans ce beau texte : Même dénonciation des scandales, même condamnations des pourris, même aspiration à la propreté :

       

      http://lederniercarre.hautetfort.com/media/01/01/2150182599.jpg


    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 11 octobre 00:26

      @Cateaufoncel3

      Il cite Orwell...il pourrait citer Camus aussi. Vous connaissez Michea ; et si non allez vous y ballader. Juste conseil bien sûr...


    • Cateaufoncel3 Cateaufoncel3 11 octobre 01:32
      @Aita Pea Pea

      Certes, certes, mais l’idée de fond, ici, c’était d’exécuter Huysmans, en lui balançant un nazi, de chez lui qui plus est, dans les gencives.

    • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 11 octobre 09:16

      @Cateaufoncel3

      Ce n’est pas moi qui ai évoqué le cahier de doléances, mais Arogavox, il me semble.

      On comprend que vous êtes un peu remonté, mais j’avoue avoir quelque difficulté à comprendre le fond de votre propos : elle est où, l’argumentation ? C’est quoi qui vous paraît contestable dans ce que j’ai écrit ?

      L’usage du terme de « maître » dans cette acception est légèrement antérieure à Chouard, il est déjà présent dès le premier paragraphe du Discours de la servitude volontaire.

      Sur le fond, Chouard ne fait que reprendre les idées de Rousseau et de La Boétie pour démontrer comment les puissants, toujours, dévoient les principes pour s’accaparer le pouvoir et asservir le peuple dans leur seul intérêt, et c’est là raison de sa popularité (oui, Cateaufoncel, il reste légèrement plus connu que vous).

      Avant de reprocher Degrelle à la Belgique, essayez de survivre à l’idée que les miliciens du Maréchal ont fait nettement plus de saloperies que la Gestapo elle-même, au point que dans les régions reculées de France, notamment en Savoie, les plaies restent légèrement béantes aujourd’hui encore. Pas de Vel-d’Hiv en Belgique, amigo. Pas de milices, et très peu d’exécutions sommaires à la fin de l’occupation. 

      Ne perdez pas (trop) de vue que les Degrelle sont avant tout de votre bord : ce petit gars, qui n’était ni malhonnête sur le fond ni lâche quoi qu’on en dise, n’avait qu’une seule obsession : lutter contre le communisme ad majorem Dei gloriam. Et c’est ce qu’il a fait, et c’est là tout ce qu’on peut lui reprocher, il n’a jamais sévi en Belgique (par contre son oncle pharmacien qui se trouvait n’avoir rien fait à personne a bien été assassiné par les résistants ce qui a donné lieu à des représailles sanglantes de la part de l’occupant).

      Le monde politique tient en effet quelque peu du « tous pourris », tout simplement parce qu’il s’agit du lieu de compétition nationale à qui sera... le plus pourri. Il n’est juste pas possible d’arriver à quoi que ce soit en étant honnête dans ce milieu.

      C’est parce que je l’ai bien compris que je préfère m’abstenir en dépit de l’obligation que de voter pour l’extrême droite qui n’est jamais que votre idéologie poussée à son idéal.


    • Cateaufoncel3 Cateaufoncel3 11 octobre 16:50

      @Philippe Huysmans

      Comme nous ne sommes pas destinés à  nous comprendre !!!

      Je suis précisément là, néanmoins, pour tenter de vous expliquer le fond de mon propos

      « C’est quoi qui vous paraît contestable dans ce que j’ai écrit ? »

      Tout et rien, suivant le point de vue où je me place…

      D’abord je dois préciser que je suis partisan du vote – mais défavorable à l’obligation l’obligation, des sondages ayant montré que les abstentionnistes votent, pour les différents partis, dans les mêmes proportions que ceux qui se sont déplacés.

      Ce qui suit est basé sur le premier tour de la présidentielle française de 2017.

      Dans ce cas, le vote a montré à Marine Le Pen, qu’elle disposait d’un socle de 6.6 mios de votants, tandis que Jean-Luc Mélenchon pouvait se prévaloir de 7.05 mios de voix. C’est précieux en cela que c’est infiniment plus fiable que n’importe quel sondage, et ce sont, en même temps, des résultats encourageants aussi bien pour les dirigeants que pour les militants des partis.

      S’agissant de Macron., que je méprise autant que sa minette de 65 ans, je ne considère pas qu’il n’ait recueilli que 24 % des voix des inscrits, je constate qu’il est arrivé en tête d’un sondage en vraie grandeur, portant sur un échantillonnage de 37 mios de personnes. Il n’y a pas matière à discussion, c’est ma façon de percevoir les choses

      « Sur le fond, Chouard,,, »

      Si je l’ai cité, c’est parce que c’est lui qui utilise l’expression à tort et à travers, avec une sorte de jouissance contenue, comme s’il se délectait d’apprendre à l’homme quelconque qu’il se croît libre, mais qu’il y a plein de maîtres au-dessus de lui, mais aussi dan toutes ses poches pour les lui faire.

      Je n’ai pas compris quel passage de mon poulet vous a fait comprendre que je reproche Degrelle à la Belgique. Je conserve, dans ma bibliothèque, Degrelle m’a dit, de Louise Narvaez, duchesse de Valence, Léon Degrelle persiste et signe, de Jean-Michel Charlier, retranscriptions d’interviews réalisées en 1976 pour la télévision – jamais diffusées en France, un premier symptôme qui aurait inquiété des gens lucides, les trois premiers volumes du Siècle de Hitler (que j’ai fait acheter par le médecin de ma mère), La cohue de 1940 et la Campagne de Russie.

       « ce petit gars, qui n’était ni malhonnête sur le fond ni lâche quoi qu’on en dise »

      J’ai entendu dire ça, mais sur Slate, il parle d’un « guignol belge dans la SS »

      « …les Degrelle sont avant tout de votre bord.. »

      Que vous me preniez pour un Nazi, m’indiffère au plus haut point. Pour vous être agréable j’endosserais bien volontiers le seyant uniforme noir et argent du SS –mais alors c’est moi qui passerais pour un guignol, après ce que j’ai écrit ici même, il n’y pas trois jours – comme je me repens ! Je parlais alors de l’Ile des morts, d’Arnold Böcklin (1827-1901), peintre chleuh au sommet de sa germanitude :

      « En toute honnêteté, il faut reconnaître que ce romantisme glaireux s’accorde admirablement avec le folklorique paganisme wagnérien - BOUM ! BOUM !*
      - et le mysticisme plein de flambeaux des cérémonies de l’Oldenburg Vogelsang
      ,

      « Toutefois, qu’il subsiste des gens pour croire « sérieusement » que Thor, Odin, Freyja existent dans un Walhalla (ou Akbar), conduit à se demander si le national-socialisme, n’était pas, finalement, qu’une vaste fumisterie dont les inventeurs allaient être tellement dépassés par leur succès que dire « Pousse, on passe ! », les aurait conduit à l’asile. »

      Rendu à la fin de ma réponse, vous vous demandez peut-être encore ce qu’était le fond de mon propos. Si vous en êtes là, je ne vais pas vous faire languir plus longtemps : amener progressivement le lecteur à découvrir sous la houppelande  de l’héritier de la Charte de Caregnon, que vous êtes à quelque part, se cache une demi-botte Wehrmacht.

      * C’est la grosse caisse, qui est, à l’esprit allemand, ce que la clarté est à l’esprit fiançais…

      Oh pas celui du Grand Siècle, un beaucoup plus proche de nous. On trouve sur You Tube des sketches de Robert Rocca, de Pierre-Jean Vaillard, d’Anne-Marie Carrière…, et on est estomaqué de découvrir que même pas vingt ans séparent les œuvrettes de ses orfèvres du bien-parler, des mâââââârdes de Coluche, de l’exposition de chibre de Bigard et de l’hilarante dissertation d’Anne Roumanoff sur les dimensions supposées de la supposée petite nouille de Sarkozy sur fond de Drucker cramoisi en version beauf péteur, pour fin de repas de noces.


    • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 11 octobre 19:11

      @Cateaufoncel3

      je ne vais pas vous faire languir plus longtemps : amener progressivement le lecteur à découvrir sous la houppelande  de l’héritier de la Charte de Caregnon, que vous êtes à quelque part, se cache une demi-botte Wehrmacht

      Ca va pas être facile, je ne suis pas vraiment soluble dans l’extrême droite ni dans aucune des méthodes qu’elle professe, et quand je disais de votre bord, ce sont bien les conservateurs (la droite) qui a amené Adolph au pouvoir, et personne d’autre, non sans quelques soutiens en Angleterre et de l’autre côté de l’Atlantique, d’ailleurs.

      Degrelle

      Je range ça dans la catégorie « Hitler peintre en bâtiment », « abat-jours en peau humaine » pour Eva Braun et « lâche incapable » pour Goering. Amusante cette propension à tenter de noircir les gens jusque dans la tombe, mais difficilement crédible. Degrelle avait reçu la croix de fer avec feuilles de chênes, me semble-t-il ? 

      C’est l’exemple type d’un pur produit de la bourgeoisie ultra-catholique bruxelloise d’avant guerre, tout comme son pote Hergé, qui lui aussi a eu quelques petits problèmes avec la justice après la victoire alliée. Gott mit uns et tout le toutime, allons casser du coco, ces ennemis de Dieuuuuuu !

      Ca vous fait penser à rien ? Moi si, quand je vois Degrelle, je vois n’importe quel général américain d’aujourd’hui.

      PS : Quaregnon ...


    • Cateaufoncel3 Cateaufoncel3 11 octobre 20:52

      @Philippe Huysmans

      "Ca vous fait penser à rien ? »

      A rien. Dieu est mort. Le communisme n’est plus qu’un lointain (mauvais) souvenir.

      Dans le fond, Hitler et Staline avaient en commun de tenir les Russes pour des sous-hommes. Si ça n’avait pas été le cas, les pertes soviétiques dans les combats n’auraient  jamais été ce qu’elles furent.

      Exemple : ataille de Kharkov (19.2-15.3.43) : Russes 46’000 tués, Alemands 30’000 tués et blessés.

      Et qu’un arnaqueur ait pu devenir un modèle incomparable pour la jeunesse de l’Union soviétique, est un sacré p…ain de symbole. Je pense ici, vous ne l’avez pas forcément deviné, au prodigieux Alekseï Grigorievitch Stakhanov.

      Pour en finir avec Léon Degrelle, quand je l’entends dire :

      « Et quand nous voyons ce qu’il y a en face, ce que trente ans de victoires des autres ont donné : cette anarchie dans le monde, cette débandade du monde blanc, cette désertion à travers l’univers. Quand nous voyons dans nos propres pays la décomposition des mœurs : la chute de la patrie, la chute de la famille, la chute de l’ordre social. Quand nous voyons cet appétit des biens matériels qui a succédé à la grande flamme de l’idéal qui nous animait, et bien vraiment, entre les deux nous avions choisi le bon côté.

      « La petite Europe misérable d’aujourd’hui, de ce marché commun étriqué, ça ne peut pas donner le bonheur aux hommes. La société de consommation pourrit l’humanité au lieu de l’agrandir alors nous autres avons rêvé quelque chose de grandiose, et nous n’avons qu’un désir c’est que cet esprit là renaisse et avec mes forces jusqu’au dernier moment de mon existence, je lutterai pour cela, pour que ce qui fût notre combat et notre martyr soit un jour la résurrection »

       … je comprends son énorme amertume. Il y croyait vraiment, du fond de ses tripes, au nazisme. Ma différence avec ces gens-là - et avec vous et les vôtres, je vous range ici à leurs côtés -, c’est que je n’aurai jamais l’ingénuité de croire qu’il appartient à la politique de « donner le bonheur aux hommes ». De droite, de gauche, d’extrême droite, d’extrême gauche, c’est du chimérisme à l’état pu.

      Pour le fun : Il me revient, subitement, le témoignage d’un communiste, entendu sur la chaîne Histoire, peut-être bien Pierre Juquin, ce n’est important… « Quand on était jeunes, on croyait que quand le communisme aurait triomphé, il n’y aurait plus de chagrins d’amour, parce qu’il n’y aurait plus personne d’assez méchant pour faire souffrir quelqu’un d’autre »

      Peut-être qu’en les poussant un peu, on aurait réussi à faire dire à ces ravis – c’est l’idiot du village, dans la crèche provençale – qu’il n’y aurait plus de décès, puisque plus personne ne serait assez méchant pour infliger la chagrin de sa mort à qui que ce soit.

       

      « Quaregnon »

      Je me documente plutôt scrupuleusement, pour être le moins possible pris en faute, par mes interlocuteurs. Je n’ai pas étendu cette préoccupation à l’orthographe des noms propres. J’y serai plus attentif à l’avenir. En attendant, je présente toutes mes excuses aux Quaregnonaises et aux Quaregnonais


    • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 11 octobre 21:57

      @Cateaufoncel3

      Le communisme un lointain souvenir ? Jusqu’à ce qu’il revienne, cher ami, le monde n’est qu’une suite d’alternances et de rebonds.

      Staline ne méprisait pas l’armée rouge, il se trouve simplement que les soldats allemands étaient largement supérieurs au moujiks à peine entraînés auxquels ils faisaient face : les GI en ont fait l’amère expérience lors de la bataille des Ardennes, soit la première fois où ils ont du faire face eux-mêmes à l’armée allemande déterminée à les écraser.

      Degrelle ne croyait pas au nazisme, il croyait à ses valeurs catholiques conservatrices, le nazisme n’aura été pour lui qu’une opportunité. De même Hitler ne croyait pas en Dieu, pourtant il considérait Degrelle comme un fils spirituel. Le vrai point commun ici était la haine du communisme, ce qui les a menés, l’un comme l’autre, à leur perte.

      Vous ne doutez de rien à me ranger à « ses côtés », vous en êtes idéologiquement bien plus proche que moi, je n’oublie pas que ce sont bien les vôtres qui ont permis à Degrelle mais aussi à Pétain de devenir ce qu’ils sont devenus.

      Pour revenir au communisme, ou plutôt à un idéal socialiste, c’est-à-dire un esprit de partage dans lequel l’individu se considère comme partie d’une famille, d’un groupe, et où la propriété n’a plus guère de sens, peut-être que cette idée vous fait doucement marrer en coin, mais pour ce qui concerne une bonne partie des êtres humains sur cette planète, ça reste un idéal, et on ne peut tuer une idée. On peut torturer, on peut même forcer des gens à renier tout ce qu’on veut, et, à la fin, l’idée est toujours là, c’est con, hein ?

      La propriété, l’argent, l’appât du gain et l’exploitation d’autrui, à l’échelle humaine, ça pèse pas lourd, tout au plus deux mille ans sur trois millions.

      Une erreur d’aiguillage, ça se corrige


    • Cateaufoncel3 Cateaufoncel3 11 octobre 23:43
      @Philippe Huysmans

      Désolé, j’ai dit tout ce que j’avais à vous dire. Je pense que l’essentiel était, je me cite - vous voyez que je ne mens pas, vous m’obligez à me copier-coller  : "je n’aurai jamais l’ingénuité de croire qu’il appartient à la politique de « donner le bonheur aux hommes »

      ’...un groupe, et où la propriété n’a plus guère de sens."

      Je tombe là-dessus en voulant poster ma réponse. Et instantanément me vient à l’esprit que dans l’Anti-Dühring, Engels prophétise la caducité à venir du Huitième commandement, sous-entendu : il y aura assez de tout pour tout le monde.

      Même la cassolette de homard, accompagne de château Grillet, 3.5 hectares, dans les 10’000 bouteilles, compter 150-160 euros la bouteille.

      Et c’est ainsi que la sociale écrasera l’infâme Jésus !

    • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 12 octobre 09:30

      @Cateaufoncel3

      je n’aurai jamais l’ingénuité de croire qu’il appartient à la politique de « donner le bonheur aux hommes »

      Et moi je dirais que si déjà on pouvait faire que la politique ne soit plus une manière de rendre la vie impossible aux hommes ce serait déjà quelque chose.

      Vous voyez ?


    • Cateaufoncel3 Cateaufoncel3 12 octobre 10:04

      @Philippe Huysmans

      « Vous voyez ? » 


      Cette fois, tout à fait.

      Je ne connais rien à la médecine, aux maladies, aux médicaments et tout ça, ça ne m’intéresse pas, mais je sais quand même reconnaître des soins palliatifs

  • Fergus Fergus 10 octobre 13:44

    Bonjour, Philippe

    L’abstention n’a de sens à mon avis que s’il n’y a pas d’alternative aux partis de gouvernement corrompus ou laxistes. Or, c’est rarement le cas de l’offre politique.

    La difficulté est donc de convaincre un maximum d’électeurs de voter pour des partis en rupture véritable avec les écuries traditionnelles.

    Deux mots encore sur votre texte : 1) Lincoln n’a jamais envisagé autre chose qu’une démocratie représentative. 2) Rousseau, quant à lui, n’a jamais été capable de définir un pouvoir du peuple autre que basé sur la représentation !

    En réalité, ce n’est pas ladite représentation qui pose problème, c’est l’impossibilité qu’ont les électeurs de la contrôler en cours de mandat, ne serait-ce que par l’intermédiaire de véritables référendums d’initiative populaire visant à annuler des dispositions contraires aux attentes du peuple.


    • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 10 octobre 14:01

      Bonjour @Fergus,

      Je crois que les USA, tout comme Rome, ont été fondés sur une idée de démocratie : les deux n’auraient jamais pu voir le jour autrement. Ce qui se passe ensuite, on le sait.

      Rousseau est mort 11 ans avant la révolution de 1789, laissez-lui quand même qu’il n’a jamais eu à mettre ses mains dans la fosse à purin, ce que d’autres ont fait avec joie. Le peuple fait la révolution, les arrivistes la confisquent aussitôt : pas qu’à cette époque d’ailleurs, vous souvenez-vous de la révolution roumaine ? (une farce).

      Ce système n’a de « démocratique » que le nom, un peu comme le lobby du tabac enfonce le vapotage en l’assimilant à une « cigarette ». Du coup, quand on bouffe des frites dans un morceau de pain, on a besoin d’un permis de port d’arme de guerre ? (mitraillette).

      La totalité de ce que vous appele l’offre politique est d’accord sur l’essentiel dès qu’il s’agit de ne surtout pas laisser le peuple décider de quoi que ce soit, de mettre la main sur la couture du pantalon devant la Commission Européenne et les banques. Cela va de l’extrême gauche à l’extrême droite, et c’est tout aussi vrai en France.

      Ma démarche n’est pas de voter « blanc », mais d’affirmer haut et fort que je ne reconnais pas ce système comme étant démocratique, ce qui est (légèrement j’en conviens) différent.


    • foufouille foufouille 10 octobre 14:19

      @Fergus

      on a le choix entre ploutocrates faux cul et coco, plus le RN.


    • Fergus Fergus 10 octobre 15:40

      @ Philippe Huysmans

      Je comprends votre réflexion. Mais elle n’apporte pas de solution alternative. Il n’y a d’ailleurs jamais eu de démocratie directe dans quelque pays développé que ce soit, et ce n’est pas un hasard.


    • Pimpin 10 octobre 17:34

      @Fergus
      Bonjour. C’est vrai que des consultations fréquentes sur des sujets importants devraient être la règle. Les élus gérant le tout-venant en fonction de leur programme.


    • Arogavox 10 octobre 18:04

      @Fergus

      voir mon ’bis repetita’ précédent ( « ... sed perseverare diabolicum » !!!)

        
       Comment prétendez-vous juger Rouseau, car ce que vous dites_là semble bien témoigner que, soit vous ne l’avez pas lu, soit vous n’avez pas été attentif dans votre lecture, soit vous n’avez pas su comprendre ce qu’il a pourtant très clairement annoncé ...
        
       Est-là votre façon de résonner que de seriner vos « vérités » à qui veut bien les gober ?
       Comment quiconque pourrait bien démontrer que ce qu’il n’est pas capable d’inventer est impossible à inventer et à réaliser ?

       Décidément, est-ce bien en nous révélant ce genre d’a priori qui vous sont propres que vous tenez à vous faire connaître ?


    • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 10 octobre 20:22

      @Pimpin

      En Belgique, on a résolu le problème (sort of...)

      Les référendums sont interdits par la constitution : pas belle, la vie ?


  • Pimpin 10 octobre 14:01

    Et qu’est-ce qui vous empêche de créer un parti politique, un groupe de personnes de confiance, avec des caissières, des instituteurs, des femmes au foyer ... et de vous présenter aux élections ? 

    Parce que c’est facile d’accuser ceux qui se présentent de tous les maux (et c’est sans doute justifié), c’est beaucoup plus difficile de se mettre à leur place ! 
    La porte est ouverte, entrez donc !
    C’est cela la démocratie. 
    Parce qu’il est impossible de gérer des dossiers, de prendre des décisions sans que des gens soient habilités à le faire. Cette habilitation est donnée par les électeurs, c’est une délégation de pouvoir remise en cause à chaque élection. Si vous n’êtes pas d’accord avec ce qui a été fait, votez pour d’autres, s’il n’y en a pas qui vous conviennent, présentez-vous !
    Evidemment ce n’est pas simple, mais vous croyez vraiment que la démocratie ça fonctionne sans effort ?


    • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 10 octobre 14:12

      @Pimpin

      J’ai présenté un point de vue (le mien), sur ce qu’est la (pseudo) démocratie représentative (si peu). Pour être sur cette petite planète depuis plus d’un demi-siècle et avoir quelques notions d’histoire je sais que l’idée que l’on peut changer le système de l’intérieur ne tient absolument pas la route, sauf en des temps extrêmement troublés. C’est tout au plus une poupée de chiffon que l’on agite devant les gogos pour les convaincre que les choses peuvent changer et c’est à peu près aussi crédible que de décrire les USA comme un pays qui « donne les mêmes chances à tous ».

      L’histoire de l« habilitation » c’est juste tenter de justifier le système qui est, par essence, élitiste. Or on voit bien qu’en Suisse par exemple, ce sont bel et bien les citoyens qui se prononcent sur les questions importantes, directement : où serait le problème ?

      Pour qu’un système de « délégation » fonctionne, il faudrait que les responsables soient tirés au sort, et qu’ils aient à répondre de leurs actes en cas de manquement à l’issue de leur mandature. Et ça, croyez-moi, tous les partis seront parfaitement d’accord pour dire que ce n’est pas acceptable alors que dans les faits, mon poisonnier ou n’importe quel paysan serait plus habilité (et moins susceptible de corruption) que les candidats proposés par les partis.


    • foufouille foufouille 10 octobre 14:20

      @Pimpin

      créer un parti n’est pas gratuit.


    • Pimpin 10 octobre 14:43

      @foufouille Ca ne doit pas coûter bien cher ! ce qui coûte c’est l’information des électeurs. Mais à l’échelle d’une ville ça se fait très bien pourvu qu’on arrive à se constituer une équipe. 

      Par chez moi cela se fait régulièrement, mais les gens ne suivent pas. Pourquoi ? sans doute parce que ce qui est proposé ne convient pas ... 

    • foufouille foufouille 10 octobre 15:00

      @Pimpin

      effectivement mais les élections avec les affiches, etc même sans le dîner caviar des partis ploutocrates, c’est assez cher.. pour me faire voter, il faudrait un parti qui fasse le ménage en premier dans l’administration, justice et ploutocrates. et pas trop raciste .............


    • Fergus Fergus 10 octobre 15:44

      Bonjour, Pimpin

      100 % d’accord avec votre point de vue ! Si l’offre n’est pas satisfaisante, alors il faut la faire évoluer en créant un parti alternatif aux formations existantes en s’appuyant sur des femmes et des hommes qui proposent un autre projet politique.


    • Pimpin 10 octobre 17:32

      @foufouille Parce que vous croyez qu’avec internet les affiches servent encore à quelque chose ? Une affiche donne très peu d’information, sur internet on a accès à toutes les informations, on peut dialoguer, c’est autrement plus puissant.

      Je suis effaré de constater le battage sur le débat soi-disant raté de Marine et les commentaires de gens qui affirment que cela a suffit pour dissuader les électeurs ... malgré ses nombreuses autres interventions, malgré un site très explicite. Je suis certain que trop de gens se déterminent sur une infime partie de l’actualité (celle qu’on nous sert sur un plateau) tout en ignorant ce qui est important mais qu’il faut faire l’effort d’aller chercher.

    • foufouille foufouille 10 octobre 17:46

      @Pimpin

      internet, c’est beaucoup de boulot et de mains sauf pour troller comme la secte UPQR. sinon achlino aurait plus de 0.7%. je doute aussi que les ploutocrates laisse faire sans infiltrer le nouveau parti.



    • Fergus Fergus 11 octobre 09:48

      Bonjour, Pimpin

      « Parce que vous croyez qu’avec internet les affiches servent encore à quelque chose ? »

      Belle illustration avec la présidentielle et les législatives de 2017. Ce sont, et de très loin, Asselineau et l’UPR qui ont le plus affiché, et cela en tous lieux sur le territoire national. Avec le résultat dérisoire que l’on connaît.


    • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 11 octobre 10:06

      @Fergus

      Ce sont les médias qui font les élus, pas les affiches.


    • Yanleroc Yanleroc 11 octobre 12:53

      @Fergus


      Belle illustration avec la présidentielle et les législatives de 2017. Ce sont, et de très loin, Asselineau et l’UPR qui ont le plus affiché, et cela en tous lieux sur le territoire national. Avec le résultat dérisoire que l’on connaît.
      C’ est stupide cette charge contre l’ UPR, (alors que ce n’ est pas le sujet).
      je dirais même que c’ est bête et méchant
      ..et lâche, car qd l’ UPR vs sert arguments logiques sur arguments, c’ est bien vous qui bottez en touche et fuyez !
      Comme à votre habitude alors que vs devriez descendre de votre tour d’ ivoire, ou en profiter alors pour vous envoler +haut !

      Le Parti alternatif existe, c’ est essentiellement celui des abstentionnistes, d’ où la difficulté évidemment mais c’ est dans les mains de ces 50% qui refusent d’ être complices, que reposent les germes des nouveaux paradigmes : Les fameuses« Fakes News, en fait !!

      Au fait savez vous que Trump vient de créer une Flotte spatiale (armée,non secrète-celle là- équipée de nouvelles technologies déja en sa possession-ou presque) :

      Ce n’ est même pas surprenant, juste logique, comme ce qui nous arrive !..

    • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 11 octobre 13:15

      @Yanleroc

      Quand on parle de « guerre de l’espace », on parle de l’exosphère, des orbites basses. N’importe quel missile un peut perfectionné peut tirer un tel objet à cette distance comme un éléphant dans un couloir, et avec des lasers à décharge, même pas la peine d’aller jusque-là.

      Du coup, ça ressemble un peu à du Trump, un peu à rien. De quoi justifier tant et plus de dépenses pharaoniques en pure perte pour le citoyen, tout profit pour ses petits amis.


    • Yanleroc Yanleroc 11 octobre 14:03

      @Philippe Huysmans, pas du tout, -sauf votre respect-


      il s’ agit surtout de forcer et de justifier la mise au jour, d’ armements et de vaisseaux qui sont encore sous le coup du secret aujourd’hui, 
      il ne manquait que des structures légales à la Flotte Spatiale Secrète !!


    • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 11 octobre 16:14

      @Yanleroc

      Vous êtes fan de Star-Wars ? Moi j’aime bien aussi, mais j’essaie de garder à l’esprit que c’est un space-opera, une sorte de fiction.

      La seule « guerre des étoiles » qui tienne est celle qui consiste à monter des vecteurs sur des gros satellites, et pour ce qui concerne la défense, les missiles capables de dézinguer les précédents. Des « étoiles » ou pas « des étoiles », la seule cible de toute guerre, c’est vous et moi, les civils, auxquels vous pouvez ajouter les infrastructures.

      A ce sujet, amusant de noter que les américains n’ont plus rien qui ressemble de près ou de loin à un lanceur capable de mettre ces satellites gros comme des camions en orbite, depuis qu’ils ont remisé leurs vieilles navettes. Ils sont obligés de faire appel aux Russes pour envoyer le moindre astronaute dans la station spatiale et le redescendre.

      Les Russes, pour qui « ancien » ou « démodé » n’a pas autant de sens que « fonctionnel », ont quant à eux gardé une version basée sur le même lanceur qui avait mis Gagarine en orbite. Pour quelques milliers de fois... moins cher.

      Alors pour la guerre des étoiles, j’ai comme un léger doute. Mais si ça peut justifier les chiffres astronomiques, allons-y Allonzo, c’est pas moi qui régale.


  • Albert123 10 octobre 14:08

    Voter pour quoi faire ?


    La mascarade était déjà perceptible bien avant, elle avait même été modélisée, (paradoxe de condorcet) mais depuis le référendum de 2005 et le déni officiel de démocratie qui en a été la conclusion, ceux qui votent encore sont au mieux des zombies au pire des collabos de 1ere.  

    • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 10 octobre 14:13

      @Albert123

      Exact, j’évoquais d’ailleurs la question : le Traité de l’Union devait, initialement être adopté par voie référendaire dans TOUS les pays. Trois ont organisé un référendum, et ça a été trois fois non.

      La suite, on la connaît :p


    • Fergus Fergus 10 octobre 15:52

      Bonjour, Albert123

      Le référendum de 2005* a bon dos : lorsque Sarkozy a entrepris d’en invalider le résultat via le Congrès en 2008 - ce qui ne s’est pas fait de manière hâtive dans le secret d’un palais national, mais au grand jour -, quasiment personne ne s’est battu pour faire échec à ce déni du vote populaire !

      Bref, les Français ont très largement laissé faire et, reconnaissons-le, sont de ce fait mal placés pour crier au scandale.

      * J’ai évidemment voté NON en 2005


    • Arogavox 10 octobre 22:45

      @ autres_que_Fergus


       Toujours la même FAUTE de raisonnement !
         
       ça devient LOURD-DINGUE 

    • Yanleroc Yanleroc 11 octobre 13:26

      @Fergus
      J’ai évidemment voté NON en 2005

      et vous vous accrochez à l’ UE aujourd’hui, comme la misèr’ su’ l’ monde !??

  • iciailleurs 10 octobre 16:09

    Ne pas voter, c’est donner le pouvoir à la moins petite des minorités. Alors qu’un vote blanc massif déconsidère l’élu. Imaginez un vote blanc à 40%, par exemple, l’élu n’aurait plus aucune légitimité.


    • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 10 octobre 16:18

      @iciailleurs

      Techniquement c’est bonnet blanc et blanc bonnet, le résultat est identique. Sur la forme, un refus de vote (surtout là où il est obligatoire) est nettement plus parlant.


    • Fergus Fergus 10 octobre 16:46

      @ Philippe Huysmans

      Non, vous commettez une erreur d’appréciation :

      Le vote blanc est beaucoup plus puissant car il est le fait d’électeurs motivés par la politique qui ont fait l’effort de se déplacer pour aller signifier leur désaccord avec l’offre !

      L’abstention, au contraire, est l’amalgame d’électeurs mécontents de l’offre - comme vous - et d’un pourcentage important de personnes qui n’ont jamais voté, ne votent pas et ne voteront jamais pour tout un tas de mauvaises raisons. 


    • Attila Attila 10 octobre 17:06

      @iciailleurs
      Le vote blanc ou l’abstention n’empêchent pas les pourris d’être élus :
      « On a donc eu une candidate PS élue par 12 % des habitants, dont seulement 7 % avaient voté pour elle au 1er tour. »
      Chacun est responsable des conséquences de ses choix électoraux, les abstentionnistes et les voteurs blancs aussi. Le seul moyen de ne pas laisser élire un pourri est de venir voter contre.
      .
      De toute façon, le seul moyen de changer le système est de prendre le pouvoir avec les règles actuelles. C’est de la responsabilité des électeurs.

      .


    • foufouille foufouille 10 octobre 17:15

      @Fergus

      c’est la meilleure ............ l’esprit sectaire de la LFI. refuser de se déplacer revient à ne pas cautionner où tous les politiciens sont des bourgeois faisant partie du système ou pire.


    • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 10 octobre 19:37

      @Fergus

      Euh, non, Fergus, le fait de ne pas y aller (et dans ce cas-ci de publier les raisons pour lesquelles je n’irai pas) est passible de sanctions pénales, ce n’est pas exactement de la rigolade.

      Les votes blancs ? Tout le monde s’en fout, regardez le tour de magie de l’élection de Macron et vous avez le topo, ce mec a été élu avec moins de 20% de la population. Vous avez l’impression qu’il se la joue modeste sachant cela ? Bon, eh bien c’est juste pareil ici, on voit ces charognards partout avant les élections, puis ils se goinfrent pendant 5 ans. Pour le niveau provincial, c’est carrément le seul objectif puisque la constitution de l’État fédéral lui a retiré pratiquement toutes ses compétences : c’est donc une espèce de parc naturel pour vieux éléphants des partis dominants, l’endroit ou ils peuvent caser leur vieux cons (qui n’ont pas encore oublié d’être très exigeants en termes de rémunération).

      Donc je n’irai pas voter, mais je n’ai pas (du tout) l’impression que ce soit pour de mauvaises raisons, au contraire, c’est un acte de rejet de la classe politique et de ce modèle particratique qui ne mène nulle part, jamais.


    • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 10 octobre 20:03

      @Attila

      le seul moyen de changer le système est de prendre le pouvoir avec les règles actuelles

      Ah bon, cela voudrait dire qu’on peut vous obliger à jouer au monopoly avec un banquier qui pourrait piquer dans la caisse quand il veut, vous envoyer au trou quand il veut, ne jamais risquer d’y aller pour sa part, etc ? Vous avez une tendance au masochisme ?

      Le propre du système c’est de vous inculquer qu’il est

      1. incontournable, comme une fatalité
      2. éternel (puisque le meilleur)

      En réalité, rien n’est éternel et le pouvoir repose sur du sable : ça c’est ce que l’histoire nous apprend.


    • Arogavox 10 octobre 22:51

      @autres_que_Fergus

      répéter 10000000 fois cette inepte FAUTE de résonnement en fera-t-il un jour une vérité  ?
           
       MARRE de cette PROPAGANDE hautaine qui dénie à des millions de Françaises et de Français l’égalité en dignité et le RESPECT qui leur sont DUS !! 

    • Arogavox 10 octobre 22:57

      @autres_que_iciailleurs

      Désolé mais c’est un devoir citoyen que de combattre le rabâchage de pareilles inepties :

         
      « Ne pas voter, c’est donner le pouvoir à la moins petite des minorités »
           
       Le veaute, qu’il soit « blanc », nul, transparent, ou de quelque couleur que ce soit, reste une acceptation et caution d’un stratagème de légitimation par les urnes !


    • Attila Attila 10 octobre 23:05

      @Philippe Huysmans
      RIEN n’empêche les électeurs de voter pour un candidat qui n’a pas l’approbation de la finance.

      .


    • Giordano Bruno 10 octobre 23:24
      @iciailleurs
      Le vote blanc écorne la légitimité de l’élu.
      L’abstention écorne la légitimité de l’élection.



    • Attila Attila 10 octobre 23:36

      @Attila
      Avez-vous lu l’article que j’ai mis en lien ? Une candidate saucialiste élue avec 70% d’abstention !
      L’abstention ne sert qu’à faire élire les pires.
      .
      On a donc eu une candidate PS élue par 12 % des habitants, dont seulement 7 % avaient voté pour elle au 1er tour.

      .


    • Attila Attila 10 octobre 23:40

      @Attila
      Je parle de l’abstention au premier tour.
      Au deuxième tour, quand on n’a le plus le choix qu’entre l’agité de Neuilly ou la folle du Poitou, entre l’agité de Neuilly ou le capitaine de pédalo, entre le minet à Rothchild et la châtelaine de Montretout, il m’arrive de m’abstenir aussi.


    • Drugar Drugar 11 octobre 15:12

      @Attila, Philippe Huysmans, FergusArogavox

      Bonjour.


      Selon moi la problématique ne se situe pas dans l’opposition entre abstention et vote blanc. Le problème viens du système électif. Je m’explique.

      L’élection est une très mauvaise manière de donner du pouvoir à quelqu’un. En effet, il y a trop de possibilité de tricherie (à différents niveaux), de corruption, de biaiser les points de vue, de maquiller les intentions, etc lors d’une élection pour que ce soit une façon sûr de confier des responsabilités communes à quelqu’un. La preuve, c’est que dans ce système que nous utilisons, et Philippe l’a souligné avec son article, nous mettons aux responsabilités des canailles et/ou des gens avides de pouvoir (ou tout autre qualificatif peu flatteur). Bref, quoi que l’on fasse, on a des grosse buses aux affaires ! Du coup, on peut même penser au tirage au sort comme un bien meilleur moyen, comme le propose Etienne Chouard, entre autre, mais c’est un autre débat

      Dans ce contexte, l’abstention ne sert à rien puisqu’il n’y a pas de quorum minimum requis pour valider une élection, donc peut importe l’importance de l’abstention, celle-ci est de toute façon ignorée (cas extrême et théorique ou le vote d’une seul personne suffirait à faire élire quelqu’un !).Quant au vote blanc, il n’a pas de pouvoir révocatoire, donc même s’il est majoritaire, il sera, au même titre que l’abstention, ignoré (le résultat final d’une élection ne montre que le résultats des candidats, les votes blancs sont comptés à part).

      Au final, la remarque de @Giordano Bruno, « Le vote blanc écorne la légitimité de l’élu.L’abstention écorne la légitimité de l’élection. » est tout à fait juste, et aucune des deux forme de protestation n’arrive à rien, malheureusement, si ce n’est écorner la légitimité, mais pas plus...

      Je déplore cet état de fait, mais je n’ai pas de solution miracle à proposer. C’est pour cela que la position de Phillipe, tout autant que la position de ceux préférant le vote blanc est, à l’heure actuelle, recevable.

      Dans l’absolue, si le vote blanc avait un caractère révocatoire, c’est la solution qui me semblerait la plus légitime, car elle exprime une opinion : elle dit « je ne veux aucun des candidats proposés. Présentez-moi en d’autres ». Ce pouvoir révocatoire est extrêmement puissant et donne la possibilité aux citoyens de se débarrasser des minables qui encombrent en permanence notre système électif. Raison pour laquelle cette solution n’a jamais été mise en place par ces mêmes personnes au pouvoir dont elle est sensée nous prémunir justement...

      On pourrait penser à mettre en place un quorum minimum pour que l’abstention est un pouvoir équivalent, mais cela posent quelque problèmes, à mon sens. D’une part, parmi les abstentionnistes, il y a une part de ’je m’en foutiste« , dont ce type de quorum légitimerait le comportement (je dis bien une part, je ne dit pas que tous les abstentionniste sont des »je m’en foutistes"). D’autre part, comme la souligné la remarque de @Giordano Bruno, c’est la légitimité de l’élection qui est remise en cause par l’abstention. Pour moi, le problème viens d’avantage de la légitimité des candidats que de la légitimité de l’élection (élection présidentielle ou municipale, par exemple). 

      D’où ma préférence pour le vote blanc avec pouvoir révocatoire (comme cela est proposé par l’UPR)

    • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 11 octobre 16:59

      @Drugar

      Merci pour votre analyse pondérée,

      J’ai bien conscience que ne pas voter, en l’absence d’un quorum, ne sert de rien, mais j’aurai la satisfaction ne ne pas avoir à eu à prendre part à un cirque qui me révolte.

      Je crois qu’une bonne part du désintérêt des Français (et des Belges) tient à l’offre et à notre propre expérience : des dizaines d’élections pour élire quoi, déjà ? Ah oui, des ordures à la botte de l’UE et des multinationales. À cet égard, avec Macron, la France a touché le fond, je pense.

      Je suis convaincu qu’une immense majorité d’entre-nous n’aspire qu’à vivre dans une société harmonieuse dirigée par des gens honnêtes et désintéressés, mais pour qui a quelques notions d’histoire, c’est parfaitement utopique, et ça n’est jamais arrivé.

      Plus profondément, je pense que cela tient à notre nature plutôt qu’à un modèle de société, c’est lié à notre cerveau reptilien. Eh oui, je sais, en 2018 à l’ère de l’iPhone x et du mariage qui tousse, c’est un peu difficile d’accepter que nous sommes, nous, toujours propulsés par un logiciel écrit voilà quelques dizaines de millions d’années, quand on se battait entre nous pour les femelles et qu’on enterrait les rogatons ou la carcasse pour ne pas que nos propres rejetons viennent la bâfrer dès que nous aurions le dos tourné. Et pourtant...

      Je ne suis pas vraiment optimiste, en fait.


    • Drugar Drugar 11 octobre 17:48

      @Philippe Huysmans
      Je comprends votre amertume et dans une certaine mesure, je la partage. Nous semblons, en effet, être dans une impasse nous obligeant en permanence à mettre les même tocards au pouvoir sans jamais pouvoir trouver d’alternative.


      Cependant, j’ai quand même bon espoir que les choses se débloquent d’une manière ou d’une autre. Comme vous l’avez dit, un grand nombre d’entre nous n’aspire qu’à vivre dans une société harmonieuse dirigée par des gens honnêtes et désintéressés, et je partage entièrement cet avis. Pour arriver à une telle société, il est absolument nécessaire que nous ayons un changement de paradigme et du système valeurs y attenant. Ce changement est un processus extrêmement lent, mais irrésistible et j’essaye d’y participer, à mon humble niveau, en militant, tout comme vous le faite en publiant vos articles, par exemple. 

      Comme je vous l’ai dis, je comprends que vous soyez plutôt pessimiste à la vue de la situation actuelle et des perspectives peu engageante qui se dessinent. Mais il faut souvent toucher le fond pour rebondir et ceci est vrai également pour nos sociétés. Gardez espoir smiley

    • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 11 octobre 19:39

      @Drugar

      Merci pour vos encouragements,

      Je crois que c’est en recréant du lien social, en redonnant un sens à notre vie qu’on peut garder un cap dans ce monde de dingues. Pour le pouvoir, c’est clairement un épouvantail, parce que c’est la seule chose qui puisse s’opposer à leur suprématie.

      Quand je ne sais plus trop quoi penser d’une situation je me demande ce que ferait cro-magnon à ma place ? Loin des sirènes de la propagande, loin des parti-pris, loin des gadgets hi-tech et de toute cette verroterie qui brille de mille feux mais qui n’incarne que le vide intersidéral qui nous habite, désormais.

      Voir l’essentiel, voila ce qui est difficile : pourquoi ? Parce qu’on fait tout pour nous le cacher, pardi.


    • Attila Attila 11 octobre 20:06

      @Drugar
      En gros, je suis d’accord. Je suis aussi partisan de voter directement les lois plutôt que pour des représentants.
      Mais moi, ma préoccupation à cet instant est : comment fait-on en pratique pour sortir de ce système ?
      .
      Le vote blanc révocatoire, je veux bien mais ce n’est pas Macron ni son successeur probable qui va nous l’accorder. Il faudra bien venir voter pour un président et un parlement qui vont mettre en œuvre ces changements.

      .


    • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 11 octobre 20:30

      @Attila

      C’est une bonne question et je vais vous donner un élément de réponse qui n’est pas exactement encourageant.

      Le premier souci des élites n’est pas de s’enrichir, mais de pérenniser leur pouvoir. Il ne s’agit pas d’être au sommet du tas de fumier, il s’agit d’y rester. Après on plumera tout ce qui passe à portée.

      Aussi ôtez-vous de l’esprit qu’on puisse vous « accorder » quoi que ce soit. J’avais cité Al Capone à ce sujet, un peu plus haut. Ou pour le dire autrement, vous êtes du mauvais côté du flingue, et ça ne vous donne pas « droit » à grand-chose de plus que ce qu’on ne vous a pas encore volé.

      Une petite note d’optimisme

      Nos élites bienveillantes, dans leur immense (absence de) sagesse, n’ont pas réalisé toutes les implications de leur propagande, ni l’effet que ça peut avoir sur une société millénaire : la prospective, c’est pas trop leur tasse de thé. Du coup, ils sont en train de faire (à peu près) tout ce qu’il faut pour envoyer l’Europe en l’air. Merci qui ?


    • Cateaufoncel3 Cateaufoncel3 11 octobre 22:24

      @Drugar


      "... on peut même penser au tirage au sort comme un bien meilleur moyen, comme le propose Etienne Chouard,"



      Il vous faut oublier. A voir patauger les néophytes d’En Marche, triés, eux, sur  le volet au terme d’une sélection rigoureuse, envoyer n’importe qui tiré au sort, pour une seule année, ou même deux, est une idée rigolote.


      Rien d’autre que rigolote, parce qu’avec un peu de vase,  la France n’en souffrira pas. Les ploucs, ignares, inexpérimentés, crédules et manipulables du tirage au sort, se feront balader comme des mômes émerveillés, la durée de leur mandat, par les fonctionnaires qui maîtrisent tous les rouages de la boutique, et qui réussiront même à faire croire aux « représentants » du peuple que ce sont eux qui décide
      nt. Et je le pensais déjà avant la débâcle des débutants à Macron. Elle ne s’est pas trop vue parce que la discipline de parti permettait d’occulter les conneries des individu(e)s.


    • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 12 octobre 09:28

      @Cateaufoncel3

      Et pourtant nous serions beaucoup à préférer une honnête Madame Michu aux petits parvenus corrompus dont vous parlez.


    • Drugar Drugar 12 octobre 11:57

      @Attila
      En effet, c’est tout le sens de mon militantisme pour l’UPR. Je n’ai, jusqu’à présent, pas trouvé de meilleur moyen de changer notre société vers quelque chose qui correspond plus à mes convictions. Je n’ai aucune idée de ce sur quoi cela débouchera, mais au moins je fais quelque chose en quoi je crois et qui peut amener des changements favorable. 

      Je ne dis pas que ce sera la panacée, mais cela va dans le bon sens, selon moi.

    • Drugar Drugar 12 octobre 12:03

      @Philippe Huysmans
      En effet, le lien sociale est important. Par rapport à cro-magnon, ce sont justement, entre-autre, les interactions sociales entre-nous qui se sont considérablement complexifiés. Je ne sais pas si on peut dire que la vie de cro-magnon est plus dure que la notre ou l’inverse : les difficulté ne sont pas du tout les même et sont difficilement comparable. Si nous étions projeté tel-quel dans le monde de cro-magnon, nous mourrion probablement rapidement. Mais cela est également vrai si cro-magnon été projeté dans notre monde.

      Mais je comprends ce que vous voulez dire par cette remarque : les choses se présentent de manière plus simple dans le monde de cro-magnon et il n’y a pas de faux-semblant.

    • Cateaufoncel3 Cateaufoncel3 12 octobre 14:24

      @Philippe Huysmans

      Et pourtant, nous serions beaucoup à préférer une honnête Mme Michu aux petits parvenus corrompus dont vous parlez. »

       

      Comme je comprends ça. Moi-même, je n’ai pas à consentir d’efforts particuliers, pour m’y voir déjà :

       

       

      Compte rendu partiel de la séance du 12août 2026 :

       

      Le président : - La parole est à Madame Odette Michou

       

      Odette  : - Pardon. M. le Président, c’est Michu, avec un U, comme à Système U.

       

      Le président : - Je vous rappelle que la réclame est interdite dans cette enceinte :

       

      Odette : - Je disais donc Michu…, pas Michou… Michou, c’est un vieux salingue, une tapette…

       

      Le président : - Mme Michu !

       

      Odette, in petto : - Tu vois quand tu veux…

       

      Le président  : - …C’est le dernier dérapage verbal que je tolère, au prochain écart, je vous prierai de quitter la tribune.

       

      Mme Michu in petto : - Va te faire foutre, connard

       

      Odette : - Donc…  Monsieur le président, monsieur le Premier ministre, mesdames, messieurs les ministres, mes chers collègues,... J’ai lu, l’autre jour, dans la salle d’attente du dentiste, je ne sais plus si c’était Ici Paris… ou France Dimanche…

       

      Murmures et ricanements dans la salle

       

      Mme Michu : - Eh oui, mes chers collègues, que voulez-vous, nous n’avons pas tous les moyens d’aller chez des dentistes abonnés aux Inkruptiles ou à L’Obssss... Mais ça ne nous empêche pas d’être informés sur les sujets les plus graves, les plus préoccupants, touchant l’ensemble de la Nation, je veux parler ici de la… su… su...

       

      Un loustic (d’extrême droite, ayant réussi à passer à travers les mailles du filet à fachos) : … suprématie de la race blanche !

       

      Mme Michu : - … de la… surch…

       

      Le président  : - Surcharge pondérale

       

      Odette : - C’est le mot que je cherchais !

       

      Elle sort de son cabas, un dossier épais d’une trentaine de centimètres…

       

      On aura compris que la restitution du pouvoir au peuple par le moyen du tirage au sort ne souffrirait aucun rationnement du temps de parole. Sinon, ça n’aurait aucun sens.

       

      Odette : - Je commencerai, pour être ex.… exhau.… complète, par l’expulsion d’Adam et Eve du paradis terrestre, vers 3880 av. J.-C

       

      Une voix : - Hep, hep, hep

       

      Le président  : - Avant l’ère commune, que l’interrupteur nous pardonne. Nous nous efforçons, croyez-le bien, d’acquérir les bons réflexes, d’observer les bonnes attitudes, et je ne pense pas que ce léger incident…, je voulais dire cet incident, doive faire l’objet d’un rapport officiel au Conseil supérieur de l’Islamisme Triomphant, l’honorable CSIT, mais il va sans dire que c’est vous qui voyez.

       

      Deux heures et 37 minutes plus tard :

       

      Mme Michu : - J’en arrive donc Monsieur le président, monsieur le Premier ministre, mesdames, messieurs les ministres, mes chers collègues, à ma conclusion : je demande à cette assemble de déclarer l’obésité artificielle…

       

      Le président : - Vous voulez dire d’origine non génétique ?

       

      Madame Odette Michu : - Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ? Je demande donc – solennellement ! - à cette assemblée de déclarer l’obésité artificielle, crime contre la société et les finances de la Sécu.

       

       

      En guise d’épilogue : les observateurs chevronnés remarquèrent qu’à l’annonce de la conclusion, il n’y eut ni « Ouf ! », ni « Enfin ! », ni même soupirs appuyés, ce qui aurait équivalu à remettre deux thunes dans le bastringue, voire trois


    • Drugar Drugar 12 octobre 16:34

      @Cateaufoncel3
      Vous devriez écouter plus attentivement Chourad sur cette question, cela vous éviterai de dériver dans de la politique-fiction douteuse. Vous transposez bêtement le système du tirage au sort dans le fonctionnement actuel de l’assemblée, ce qui est stupide. 

      Mais je pense que vous le faites exprès, pour le plaisir de la provocation sans doute, donc pas la peine d’argumenter plus avant..


    • Le Panda Le Panda 12 octobre 16:54

      @Cateaufoncel3
      Bonjour

      Nous avons le sentiment du moins en ce qui me concerne de relire « Les Plaideurs » il est évident que l’un possédait des « racines » et les autres personnages étaient allés rejoindre la Comtesse celle de Pimbêche. Vaille que vaille je ne brulerai pas le capot pour un sourdingue.

      Il ne peut donc y avoir d’épilogue la raison est simple il manque « le préambule »


    • Le Panda Le Panda 12 octobre 17:01

      @Cateaufoncel3
      Puis le tous réside dans le fait de savoir s’il y a un chat « greffier » ou une « chatte » ? Car de là tout dépendra ou ira ou iront les votes du « Jurys »


    • Cateaufoncel3 Cateaufoncel3 12 octobre 18:46

      @Drugar, 

      "Vous devriez écouter plus attentivement Chourad sur cette question..."

      Ouais, c’est ce que je devrais faire. J’avais cru comprendre que le tirage au sort consistait à désigner,pour voter nos lois, des gens ordinaires, vous, moi, de ces inconnus qu’on croise en foule, dans nos rues… Et tant qu’on y est, pourquoi pas Madame Odette Michu, y’a pas de raison ?

      « …vous le faites exprès pour le plaisir de la provocation..."

      Sûrement, mais à l’insu de mon plein gré, alors.


    • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 12 octobre 20:19

      @Drugar

      J’ajouterais, c’est important, que parfois ce que vous voyez comme complexe n’est jamais qu’une situation bien triviale, une fois débarrassée de tout ce qui encombre sans servir de rien.

      Une bonne part du monde dans lequel on vit est construit sur des à priori, des idées toutes faites, des modes, des étiquettes et des règlements qui n’ont guère de sens et finalement, aucune véritable importance, non plus.

      Si vous faites le compte de ce qui est absolument indispensable pour votre vie et celle de votre famille, le tout tient dans votre bagnole, à l’aise, le reste, c’est le superflu, et les paillettes.


    • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 12 octobre 20:29

      @Cateaufoncel3

      Au risque de vous surprendre, ce genre de post me ravit, il montre trop bien dans quel genre d’estime vous tenez l’humanité, ce qui, en somme, sert mon propos.


    • Cateaufoncel3 Cateaufoncel3 12 octobre 21:08

      @Le Panda

      Je vous entends à demi-mots, en me remémorant notre entretien du début de l’année, mais on vient de me retoquer deux textes, qui étaient, au moins aussi intéressants que la démographie de la Lituanie ou que tel article sur un choc du siècle, aux échecs, tellement mal ficelé que, désespérant de trouver le résultat, on saute à Wikipedia.

       

      Dans une rédaction, un stagiaire en sa première semaine aurait reçu son pensum dans la tronche, en confetti, avec mise au point du rédacteur : « T’es pas ici pour jouer au con avec les lecteurs. Alors tu recommences tout ça et je veux une première mention du résultat dans le chapeau, C’est clair ? »

       

      J’en reviens à mes deux articles. Le premier, intitulé « Quel avenir pour Marine Le Pen ? » Je commençais par invoquer la probable absence de Macron au deuxième tour, en 2022, parce qu’il a plongé dans des profondeurs d’où, en principe, on ne remonte pas.

       

      J’enchaînais sur une citation de Mélenchon, vieille de huit ans : « - C’est un grand classique de l’histoire, vous savez, à la fin, ça se réglera entre eux et nous. Si les choses ne s’arrangent pas, si le chômage ne recule pas, si la catastrophe financière n’a fait que commencer - ce qui est ma thèse - et que vous aurez bientôt d’immenses secousses qui vont venir, ça se terminera entre deux visions de la société, la vision solidariste, collective, républicaine, et l’autre vision, que vous connaissez tous, qui est ethnique, autoritaire... » France Info – Parlons net – 22 janvier 2010.

       

      Je confrontais ensuite ce propos avec une déclaration faite par Marine Le Pen, à La Provence : « A force de dire que notre parti est quasiment mort, qu’il est fragilisé, cerné par les problèmes, on oublie la réalité de notre courant politique. Il n’a aucune vocation à reculer   » et que les ennuis judiciaire du RN, n’entament pas le socle électoral de ce courant politique.

       

      Je concluais avec l’évocation du grand duel de 2002, souverainistes contre globalistes, que Mélenchon refuse, mais auquel il ne parviendra pas à soustraire indéfiniment

       

      Un boulot correct (900 mots) que j’aurais relu sans rougir, dans cinq ou dix ans, quoi qu’il advienne de la présidence de la République.

       

      Le deuxième texte collait littéralement à l’actualité. Il traitait d’un sujet forcément omis par les médias conventionnels – et pour cause, vous allez comprendre -, l’occultation par ces mêmes médias de la scandaleuse déclaration sur les « erreurs » et les « mauvaises choses », balancée diû de la tribune de l’OUN un extrait pour donner la tonalité générale du texte :

       

      « Le Figaro rapportera tout de même, le 26 septembre la fameuse phrase : « Nous sommes un pays qui a fait beaucoup d’erreurs, de mauvaises choses », mais en l’assortissant d’une explication analgésique sans reprendre son souffle : « …faisant allusion à ses récents propos controversés sur l’usage de la torture en Algérie et et la disparition de l’enseignant communiste Maurice Audin en 1957… »

       

      Si cela, ce n’est pas du journalisme citoyen, c’est que le journalisme citoyen n’existe pas. Et comme on dit dans ma cambrousse, après des messages comme ça « C’est pas nécessaire d’envoyer des signaux avec une porte de grange. » J’avais compris que je ne serais jamais publié et que l’histoire de « majorité qualifiée », c’est du pipeau.


    • Cateaufoncel3 Cateaufoncel3 12 octobre 21:27
      @Philippe Huysmans

      « Au risque de vous surprendre, ce genre de post me ravi... »

      Non, non. Je trouve sympa. Et, franchement, entre nous, trouvez pas ce qu’est pas trop mal écrit ?Je pense pas que ça vous desservirait auprès de vos petits camarades, mais vous les connaissez mieux que moi.

      Et un petit coup de Céline pour la route - vous savez le nazi raciste antisémite - à propos de sa secrétaire, la Vitruve : Elle jugeait bas, elle jugeait juste. C’est dans Mort à crédit

      Je ne sais pas si vous aussi, mais moi, il y a des phrases comme ça, je les lis une fois et je les retiens pour la vie, des courtes il faut avouer. Un autre, encore d’un nazi, décidément, Hergé . « Quand on s’occupe (ou se mêle) des affaires d’autrui, On s’expose à de graves ennuis. » C’est dans Le Spectre d’Ottokar. Marrant, non ?

    • Cateaufoncel3 Cateaufoncel3 12 octobre 22:18
      @Le Panda


      Holà ursidé ! Si me gaussant du préambule,
      Je préfère, dans l’instant, me coincer la bulle
      Je n’entends point, morbleu, me priver d’épilogue
      Pour clore en beauté, cet élégant apologue.

    • Cadoudal Cadoudal 12 octobre 22:29

      @Cateaufoncel3
      Bravo, Madame Michu n’aurait pas mieux dit...


    • Cateaufoncel3 Cateaufoncel3 12 octobre 23:37

      @Cadoudal


       smiley

Réagir