lundi 6 mars 2017 - par Pierre JC Allard

Pourquoi le fascisme ne me fait plus peur

J’ai promis un article sur ce thème : le voici. Ceux qui attendent un autre article sur Marine ou le FN seront déçus, toutefois, car il ne sera pas question d’eux. Mon propos n’est pas de découvrir qui est ou n’est pas fasciste, mais de dire POURQUOI le retour du fascisme, comme approche à la gouvernance d’un état européen développé, n’est plus aujourd’hui une grave menace ni même une option crédible. D’ailleurs, n’est il pas évident, à voir ses rares véritables apôtres s’avancer en louvoyant, que le fascisme n’a pas le vent en poupe ? On est loin du chrétien professant sa foi face aux lions ! Les fanatiques et martyrs en puissance suivent aujourd’hui d’autres bannières.

Evidement, on peut tricher, en faire une injure et appeler « fascistes » tous les fanatiques et martyrs en puissance, sans égard à leurs opinions ni à ce qu’ils proposent, un peu comme « fils de pute » n’a plus rien a voir avec la vertu de Madame votre mère…. Mais ca ne fait pas d’eux des fascistes ; ca fait des crétins de ceux qui disent n’importe quoi. Il n’est pas innocent de dire n’importe quoi….car si on ne s’entend pas sur le sens il y a des malentendus… et ça finit comme la goutte de miel de Léon Chancerel.

Tiens, par exemple, vous parlant de fascisme je vous précise que je considère fasciste celui qui prétend ; a) qu’une inégalité essentielle non seulement existe, mais DOIVE prévaloir entre les gens… et b) que la force soit un moyen acceptable de faire prévaloir et de maintenir cette inégalité. Cette assertion n’est pas rien. Tout le reste en découle ; réfléchissez. Mais c’est ça et rien de plus. Fascisme ne doit pas être le mot dépotoir pour tout ce que vous n’aimez pas. 

Evidemment, on peut dire autre chose ou le dire autrement. Il y a des millions de mots pour le dire. Voyez ici https://fr.wikipedia.org/wiki/Fascisme, et là http://www.larousse.fr/dictionngner aires/francais/fascisme/32950

Si vous récusez ma définition, notre débat ici est clos, mais j’irai en discuter avec plaisir sur l’article que VOUS écrirez… et en prenant pour prémisse VOTRE définition… Elles me conviennent toutes ; essayons seulement d’éviter d’aligner des mots dont on pervertira le sens en rapprochant des concepts contradictoires… Y a-t-il un sens, par exemple, pour les seules fins d’une campagne électorale, à faire coucher ensemble à Droite - avec le libéralisme qui se veut farouchement individualiste ! – le fascisme qui lui exige la primauté absolue de l’État ?

Si on reste dans le bon sens, le fascisme n’a plus d’avenir. C’est ce que je veux expliquer ici par un petit sorite bâtis de « pourquoi » auxquels on omet trop souvent d’apporter des réponses…

POURQUOI le vrai fascisme n’a-t-il plus d’avenir ? D’abord, parce qu’il ne fait plus recette Il est devenu impopulaire. Pourquoi ? Parce que le consensus est TOTAL aujourd’hui, dans nos sociétés, pour que leur finalité soit leur enrichissement matériel optimal constant et celui de ceux qui constituent leur majorité décisionnelle. Les autres objectifs, culturels, spirituels, idéologiques, sont devenus secondaires : ce sont des efforts pour détourner l’attention, des médailles pour les grognards qui ne deviendront pas officiers. Nos société n’ont plus qu’un but. Or, le fascisme est incompatible avec ce but.

Pourquoi ? La raison qui saute aux yeux est qu’on ne peut optimiser un processus si on lui pose des contraintes qui ne sont pas pertinentes à la performance. Vous avez remarqué qu’en temps de Coupe du Monde les Français sont solidement « black-blancs-beurs » ? Avec l’apartheid a fini le temps où on refusait le succès par racisme ; ceux qui le font encore se rendent ridicules et la population ne suit plus.

Elle ne suit plus, parce qu’éveillée par l’exemple si évident du sport, elle perçoit l’absurdité de vouloir prouver la supériorité en bloc d’un groupe en quelque domaine que ce soit : les performance des individus au sein des groupe varient ben souvent davantage que les écarts entre les moyenne des groupes. Pire si on cherche à prouver une supériorité globale composite, car cela exigerait d’hiérarchiser d’abord les fonctions mêmes. Qui est supérieur de Platon ou d’Alexandre ?

On a cru résoudre le dilemme en faisant de la richesse un dénominateur universel, mais le consensus pour l’argent s’est effiloché à mesure que la compétence est montée en puissance. Car il n’y a pas UNE compétence, mais DES compétences qu’on ne peut pas plus mêler que l’huile et l’eau dont parlait De Gaulle. Qui en tirera une « superiorité » crédible, alors que tout est dans l’occasion ? Dans son cabinet, le médecin qui seul peut lui sauver la vie est Dieu pour son comptable… mais le même médecin se tout petit le lendemain, quand ce même comptable manipulera les chiffres dont dépend la fortune du toubib… Difficile, le fascisme, quand on tient le haut du pavé chacun son tour…

Pourquoi en sommes nous là ? Parce qu’une société en mal de gratifications ne peut réaliser sa volonté d’enrichissement qu’en allant au bout de sa créativité, mettant en place l’éventail le plus diversifié de ce qu’elle peut produire de biens et de services. Elle se complexifie et tend donc à favoriser une complémentarité de ses ressources en rendant chaque expertise plus spécifique. Ce faisant elle limite les doublons…. Elle « optimise »… mais elle le fait en rendant chaque compétence spécifique plus rare et donc chaque expert plus indispensable. En comprend-on les conséquences ?

Une société complexe tend vers une complémentarité de ses ressources humaines. La conséquence de ce phénomène est que nous devenons de plus en plus nécessaires et pratiquement indispensables les uns aux autres. NOUS EN DEVENONS PROGRESSIVEMENT PLUS DÉPENDANTS LES UNS DES AUTRES.  Comment en bon fasciste affirmer sa supériorité « naturelle » et l’exercer efficacement sur des gens, quand eux comme nous savons qu’on en est totalement dépendant ?  A la limite, si nous étions tous indispensables, comment pourrions nous ne pas être tous égaux, ce qui serait la négation absolue du fascisme tel que nous l’avons défini ?

Dépendance ou non, pourquoi la force brute ne pourrait-elle pas imposer le fascisme ? Le maître peut briser le bras d’Epictète, n’est-ce pas. ? Tout dépend du boulot à faire. Pourquoi les sociétés qui passent à une économie tertiaire - nous en sommes TOUS là - tendent-elles à passer d’une gouvernement basé sur la menace et le châtiment à un modèle basé sur la satisfaction des besoins et la récompense ? Parce que s’il est relativement facile d’imposer des quotas essentiellement quantitatifs à la production des « choses », il peut-être contreproductif de le faire à la production de « services, quand c’est la QUALITÉ qui importe, que la bonne volonté du fournisseur est une condition sine qua non de la valeur de satisfaction du service et que SA satisfaction devient donc un prérequis à VOTRE satisfaction. Voudriez- vous que votre médecin, votre concubine ou le précepteur de vos enfants vous soient formellement soumis…. mais en son for intérieur férocement hostile. ? Je ne le crois pas….

Je ne vois donc pas de fascisme dans notre avenir prévisible. On aura noté que je n’en ai pas fait la critique en soulevant des raisons d’éthique, mais uniquement des questions de pure logique opérationnelle… Je crois que le fascisme ne correspond pas à la demande. Point. Barre. Je trouve cette approche sans vive émotion moins contestable et donc plus rassurante que certaines diatribes.

Cela dit, si le fascisme n’est pas un danger, qu’est-ce que cette dérive évidente vers l’autoritarisme que l’on constate aujourd’hui - et qu’on appelle ‘fascisme’ pour l’embêter, alors qu’il n’en est pas ! - mais auquel il faut bien réagir ? J’en parlerai dans mon prochain article.

 

Pierre JC Allard

 



84 réactions


  •  
     
     
    Grâce à l’immigration, et sa conséquence, l’immobilier x2,5 en 20 ans ....
     
    la surface habitable du benêt a perdu 5m2 tous les 10 ans ... et 9 millions de pauvres ...
     
     
    la qualité vie gogocho ...
     
     
    « Le devoir est la nécessité d’accomplir une action par respect pour la loi [commune]. Pour l’objet conçu comme effet de l’action que je me propose [moi-même], je peux bien sans doute avoir de l’inclination [masturbatoire], mais jamais du respect, précisément parce que c’est simplement un effet [de ma sensibilité], et non l’activité d’une volonté [pas bobo]. De même, je ne peux avoir de respect pour une inclination en général [la charité par ex], qu’elle soit mienne ou d’un autre ; je peux tout au plus l’approuver dans le premier cas, dans le second cas aller parfois jusqu’à l’aimer, c’est-à-dire la considérer comme favorable à mon intérêt propre [mouiller en jetant des biberons aux migrants]. Il n’y a que ce qui est lié à ma volonté uniquement comme principe [rationnel] et jamais comme effet [sensible], ce qui ne sert pas à mon inclination [branler mon ego], mais qui la domine, ce qui du moins empêche entièrement qu’on en tienne compte dans la décision, par suite la simple loi pour elle-même, qui puisse être un objet de respect et par conséquent être un commandement. »
     
    Emmanuel KANT, Fondements de la métaphysique des mœurs


    •  
       
      POURQUOI le vrai fascisme n’a-t-il plus d’avenir ? D’abord, parce qu’il ne fait plus recette Il est devenu impopulaire. Pourquoi ? Parce que le consensus est TOTAL aujourd’hui, dans nos sociétés, pour que leur finalité soit leur enrichissement matériel optimal constant
       
       
      Eh non ... face à l’immortalité l’Avoir va pâlir.
       
      De plus il faut que la promesse soit tenue ... comme disait Clouscard, « sous les pavés Le Pen » ce qui veut dire : « sous le jouir sans contrainte non réalisé de Cohn le tripoté, le ressentiment du déclassement ainsi créé »
       
      Car le pauvre décrit ci dessous n’existe plus certes, mais il y aura une autre pauvreté, celle de l’Être qui renaut
       
       
      « Je crois très sincèrement que si je pouvais revivre mon enfance, et qu’on me laissât le choix entre l’aisance et la pauvreté telle que je l’ai connue, je choisirais encore la pauvreté, ne serait-ce que pour retrouver, grâce aux privations habituelles qu’elle impose, la surprise, la joie, l’extase de quelques minutes divines que des milliers d’enfants si choyés ne connaîtront jamais. Ces bonheurs sont bien difficiles à exprimer, étant plus proches de la sensations que du sentiment. Mais je n’aurais pas la paix, si je n’essayais pas de dire ce que fut pour moi la révélation du raisin ...« 

      Alexis Peiry ‘L’or du pauvre’ (passage magnifique où ce gamin suisse très pauvre découvre le raisin ...)
       
      https://youtu.be/rxhofrFs1F4?t=3458
       
      J’aime les gogochos, ils sont si crétins que c’est un jouir sans contrainte !
       
       »Éphésiens [bobo antique], puisse le développement de l’avoir [caddie] ne pas vous manquer de telle sorte qu’éclatent pleinement les preuves du pervertir de votre Être [Pour 1933 il faut 1929 et avant Carrouf]."
       
      Héraclite
       

       

       
       


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 6 mars 2017 14:12

      @La Baudruche négrière patronale verdie


      Merci pour le joli texte de Peiry. Il y a l’or du pauvre, mais aussi l’or du temps.... Je présume que vous vous demandez chaque fois si vous allez écrire pour les autres ou pour vous faire plaisir smiley

      PJCA



    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 7 mars 2017 16:54

      @Humphrey Binchié



      « INTERDIRE LE MOT FASCISTE EST TYPIQUEMENT FASCISTE »

      Comme je crois que ca pourrait l’etre aussi d’en abuser....comme on le fait présentement. Mais il faudrait que j’élargisse ma définition. smiley

      PJCA

  • howahkan 6 mars 2017 09:09

    Salut PJC....

    Nous humains aurions pu choisir la voie royale de la coopération du partage, de la paix, de l’équité etc..pour des raisons dont j’en connais une grande partie, pas le sujet ici et trop long, nous avons dévié de la voie royale pour nous enfoncer dans la pénombre il y a quelques millénaires...

    et dans cette voie du chacun pour soi qui tout en paraissant totalement égoïste est une approche de fuite de sa vie en fait, ( trop long ici et pas le sujet ) nous ne sommes même plus égoïstes bien que cela y ressemble pour celui qui ne regarde jamais le fond des choses, une fuit impossible de soi et de la vie telle qu’elle est ou l’autre est uniquement une chose que l’on peut utiliser ou pas dans cette fuite, pour ne pas voir, oublier, ....ne pas vivre en fait...

    Alors là on est exactement comme dans une classe de maternelle, mentalement nous n’ allons pas plus loin que cela, ou si on laisse faire les élèves..en peu de temps c’est un foutoir indescriptible ou les plus mauvais , méchants, pervers, prennent le dessus....alors il faut un maître pour gérer tout çà...

    le probleme dans la société humaine c’est que tout est pareil sauf que ce sont quand même les pires d’entre nous qui ont réussi à devenir les maîtres en occident du moins . et hélas partout ou ils ont réussis à pervertir les nations, groupes humain en général...

    alors certes quand les gens refusent de cooperer comme c’est vital pour survivre il faut alors les forces à cooperer par la force, par la ruse..mais là on est dans un projet de destructions des humains, pas de tous, dont la masse a les clés dès qu’elle va cooperer et partager volontairement...équitablement etc..ouvrant une nouvelle fois la voie royale, rien à voir avec le roi c’est juste une expression volontairement emphatique ,

    le reste pour moi n’est que déclinaison et variante de l’usage de la force au profit d’ une ultra minorité, qui sont les pires, les plus mauvais, les plus déments d’entre nous que on laisse faire car la masse n’a aucune unité...

    Là est une des clés d’un changement radical....mais est ce encore possible ??

    Là je ne sais pas...je ne vois aucun signe dans cette direction , juste des gens mécontents de ne pas gagner au monopoly planétaire, je ne vois strictement aucun éveil des consciences profondes de note psyché qui nous est commun e à tous sauf variantes superficielles, donc oui le fond de ton article est valable je pense..


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 6 mars 2017 14:29

      @howahkan


      Salut a vous.

      « trop long ici et pas le sujet.... » Bien sûr. Mais il faudra bien pourtant que quelqu’un se décide - par delà la Gauche et la Droite qui n’en sont que des expressions simplistes - a aborder le choix entre la voie christique et la darwinienne pour poursuivre notre petit bout d’éternité. Pourquoi pas vous ? « Tirez les premiers, Messieurs les Anglais »....

      PJCA


    • howahkan 6 mars 2017 15:15

      @Pierre JC Allard

      Salut PJC, je m’y colle souvent ici, mais de manière ciblée et donc très réduite pour le moment, je n’aime pas écrire, parler me va très bien ..et ce d’une manière totalement non pensée donc non structurée...car nous devons aller au delà de cela, à titre personnel et donc aussi global..

      tout ce que je peux comme d’autres amener sur ce chemin est connu depuis des millénaires, voir depuis toujours ,mais personne ne découvre rien en soi, sauf pour lui même..

      on parle bien sur du chemin au delà de la pensée...autrefois appelé satan ou shaytan...antre de la souffrance et du non sens origine et siège de notre démence qui est partie de notre nature superficielle pour certains , mais absolument pas notre nature profonde et vraie intégrale, « experience wise »...quand nos autres capacités qui sont là pour tous à l’état latent ne marchent plus....

      etc..salutations..merci.. smiley


  • Séraphin Lampion Jeussey de Sourcesûre 6 mars 2017 09:30

    « Il n’est pas innocent de dire n’importe quoi….car si on ne s’entend pas sur le sens il y a des malentendus… »


    En effet !
    Il en va de même pour le sens d’autres mots, et en particulier sur le sens du mot « socialiste » que le PS et certains contributeurs de ce site utilisent à contre-sens.

    Votre définition est recevable, mais elle ne rend pas compte du caractère historique du fascisme : il s’agit d’un phénomène daté qui s’est développé à des périodes précises et en des lieux précis, là où la « menace » communiste représentait un « danger » réel pour la classe possédante et dirigeante.

    La réalité du fascisme est indissociable de l’histoire du projet communiste. Elle en est le revers, le verso, la solution désespérée d’une classe sociale qui préfère laisser le pouvoir politique à un groupe armé qu’elle finance pour conserver le pouvoir économique et ses privilèges de caste. Ce n’est pas du tout contradictoire avec votre définition.

    Si l’avènement d’un régime fasciste n’est pas à craindre en ce moment, c’est seulement parce qu’il n’existe pas de danger communiste crédible. Ce n’était pas le cas au Chili quand Pinochet a été mis en place, et ce n’est pas le cas en Colombie en ce moment, même si les rapports de forces ont évolué.

    • Séraphin Lampion Jeussey de Sourcesûre 6 mars 2017 09:38

      @Jeussey de Sourcesûre

      PS : dans un pays où Robert Hue soutient Macron sans provoquer de remous, la bourgeoisie peut dormir sur ses deux oreilles et jouer à « chacun son tour » ou à « chat perché » ou aux « chaises musicales » ou aux « quatre coins »ça amuse les enfants et ça ne fait de mal à personne.

    • howahkan 6 mars 2017 09:46

      @Jeussey de Sourcesûre

      certes mais ce n’est pas du tout surprenant...la loi gayssot-fabius , membre du PC, en dit long sans même en parler plus..

      pseudo communisme et pseudo libéralisme ont les mêmes maîtres..en marketing cela s’appelle le syndrome de L’Oréal...en créant soi mème son concurrent qui vous appartient vous obtenez le contrôle mondial ..

      schuss !


    • manu manu 6 mars 2017 11:00

      @howahkan

      Comme l’UPR par exemple. Asselineau fait parti de l’IGF comme Henri de Castries, Emmanuel Macron ou Alain Juppé ; ils sont tous bien à gauche comme le programme de l’UPR.


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 6 mars 2017 14:43

      @Jeussey de Sourcesûre


      Pas contradictoire en effet. Mais n’est ce pas se demander, comme le vieux koan, d’ou vient le bruit de deux mains qui claquent... et comment une seule y parviendrait. Je crois que le désir d’inégalité a TOUJOURS existé et que le socialisme est un nom pour l’effort d’y resister. Mai l’inverse n’est-il pas aussi vrai ?

      PJCA


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 6 mars 2017 15:15

      @Jeussey de Sourcesûre


      Il y a des remous. Mais l’eau est si trouble qu’on ne le regarde plus.... Mais tout ca peut et va changer. Cette élection va forcer une prise de consciene,,, et sans doute et sans doute susciter une violence regrettable.

      PJCA

    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 6 mars 2017 15:30

      @howahkan


      OUI. Le chef-d oeuvre de cette stratégie a été la géniale manoeuvre de Coca-Cola, substituant a une rivalité « Coke vs Pepsi » une nouvelle opposition « Coke vs Coke classique » qui a pris l’importance d’une guerre de religion.

      PJCA

    • julius 1ER 12 mars 2017 13:41
      Si l’avènement d’un régime fasciste n’est pas à craindre en ce moment, c’est seulement parce qu’il n’existe pas de danger communiste crédible. Ce n’était pas le cas au Chili quand Pinochet a été mis en place, et ce n’est pas le cas en Colombie en ce moment, même si les rapports de forces ont évolué.

      @Jeussey de Sourcesûre

      je suis assez d’accord et pour compléter partout où il y a une volonté de faire une réforme agraire au 20 ie siècle que ce soit lors de la 1iere République espagnole où dans le Chili de Pinochet voire même dans la Russie Tzariste...

       cad en fait mettre en place une redistribution des terres ..... les possédants se sont ligués pour fasciser leur régime ......

      il en ira de même dans quelques années lorsque la concentration économique entre quelques mains sera telle, que la seule option pour une nouvelle redistribution des richesses sera de nouveau de recourir au bolchevisme !!!

      c’est juste un changement de nature, cette fois il ne s’agira pas seulement de terre mais de Capital industriel et financier ...... 

      heureux les bisounours comme JC Allard qui croient que parceque le volcan n’est pas en éruption il est définitivement éteint !!!!!

    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 12 mars 2017 19:14

      @howahkan


      La loi Gayssot-fabius serait en effet parfaitement à sa place parmi les « Fascistissimes » de mussolinienne mémoire. Combien de temps avant qu’on abroge cette loi qui discredite tout le prosémitisme de bonne foi.

      PJCA


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 12 mars 2017 19:29

      @julius 1ER


      Tout a fait heureux, en effet, mais ce n’est pas parce que le fascisme - qui a été une réaction spécifique a une situation bien précise - n’est plus une menace, que toutes les formes d’autoritarisme vont disparaitre. Le magma est toujours en fusion et la lave jaillira d’un autre cratère. Je dis seulement de ne pas se laisser distraire du VRAI danger en regardant dans une direction qui n’est plus la bonne. (J’écrirai l’article promis sur le pourquoi du nouvel autoritarisme quand le rush vers Asselineau que j’aime bien sera à sa vitesse de croisiere).

      PJCA

  • sweach 6 mars 2017 10:06

    *je considère fasciste celui qui prétend ; a) qu’une inégalité essentielle non seulement existe, mais DOIVE prévaloir entre les gens… et b) que la force soit un moyen acceptable de faire prévaloir et de maintenir cette inégalité.*


    Vous vous répondez vous même.

    D’après le Larousse :fascisme :
    • *Régime établi en Italie de 1922 à 1945, fondé sur la dictature d’un parti unique, l’exaltation nationaliste et le corporatisme.
    • *Doctrine ou tendance visant à installer un régime autoritaire rappelant le fascisme italien ; ce régime lui-même.
    • *Attitude autoritaire, arbitraire, violente et dictatoriale imposée par quelqu’un à un groupe quelconque, à son entourage.

    Ce terme est clairement inapproprié pour décrire les mouvements qui viennent en force vers le pouvoir. Le capitalisme et le nationalisme dans leur fondement crée des frontières, sans parler de l’histoire, des langues et des religions qui également ont créé des frontières. 

    Les mouvements que vous observez et que vous qualifiés de « fasciste » reconnaissent leur existence et veulent préserver ces frontières et les avantages qu’ils donnent à ceux qui les assume.

    Donc aujourd’hui on qualifie tout les chauvins de fasciste et on oublie complètement le sens et la force de ce mot.

    • manu manu 6 mars 2017 11:15

      @sweach

      C’est surtout les gens éduqué par la TV (française) qui font se genre d’amalgame.
      Ils font aussi l’amalgame xénophobe ou raciste ou identitaire égale facho ou réactionnaire égale facho :

      * Progressiste : qui veut aller de l’avant, est pressé d’être dans le futur. Fait tout pour hâter le changement ( + ou - à gauche )
       
      * Conservateur : est satisfait de sa petite vie, ne se pose pas de grandes questions philosophiques. Tente de s’adapter tant bien que mal aux évolutions en sauvegardant l’essentiel (si essentiel = acquis sociaux, alors socialiste (PS historique) ; si essentiel = épargne, alors droite (UMP et PS actuel) )
       
      * Réactionnaire : très mécontent des évolutions. « C’était mieux avant » (les années 50, etc.). fait tout pour retourner en arrière et aux bons vieux fondamentaux éthiques du « sens commun/tradition ». (+ ou - extrême droite )

      Alors que des conservateur peuvent être fascistes.


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 6 mars 2017 14:49

      @sweach


      Nous sommes bien d’accord. Merci. On verra si nous le serons quand je parlerai d’autoritarisme dans mon prochain article smiley

      PJCA


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 6 mars 2017 15:20

      @manu

      .... « que des conservateur peuvent être fascistes. » Ca leur est meme plus facile ; c’est pour ca qu’on classe - ABUSIVEMENT ! - le Fascisme a Droite.

      PJCA 

    • julius 1ER 6 mars 2017 15:24

      @sweach


      le fascisme est d’abord un régime autoritaire .......avant de devenir totalitaire !!

      mais il y a eu plusieurs variantes, le fascisme italien de Mussolini était un peu différent du Nazisme dans le sens où il était très autoritaire même s’ il n’a pas développé le concept de la race supérieure ....
      encore que en allant massacrer du nègre en Ethiopie, il avait déjà fortement évolué ; de plus comme chez les Nazis les autres partis politiques ont été interdits !!

      s’il ne l’a pas fait c’est qu’au départ ce n’était pas dans le programme mais rien ne dit qu’il ne serait pas devenu aussi totalitaire que le copain d’outre- Rhin .....

      en Italie l’antisémitisme n’était pas un postulat de départ, mais cette position a fortement évolué au cours de la guerre si bien que l’on peut se dire qu’avec une victoire allemande en Europe l’Italie en parfait obligé aurait emboîté le pas à l’Allemagne.. ..

      cela n’a été qu’une question de temps et de circonstances de même pour le Régime de Vichy qui dès 1940 a inscrit l’anti-sémitisme dans son ADN aussi même combat avec une victoire allemande en Europe le Régime de Vichy aurait basculé dans la démence Nazie, les camps de concentration installés en France seraient très vite devenus des camps d’extermination !!!

      il ne faut pas avoir d’illusions le concept du chef qui sait tout, voit tout et pense pour vous c’est l’ADN du fascisme après ce sera en fonction des circonstances ....et des conditions propres au pays !!!

      je dis puisque vous Mr Allard n’osez pas le dire que le Front National qui est un parti autoritaire est un parti d’essence totalitaire .....c’est programmé dans son ADN c’est un petit comité autoproclamé qui en possède les rênes aussi sûrement que la famille Peugeot possède la marque du même nom bien que cette famille n’a rien fait de plus que le grand-père fondateur !!!

      je vois mal les militants du FN exclure la famille le Pen de ce parti alors que l’on voit bien qu’il en va tout autrement dans les autres partis si cela n’est pas une preuve évidente de son ADN autoritaire faîtes -le moi savoir !!!!!!!!!!!!!! 

    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 6 mars 2017 15:53

      @julius 1ER

      Ma proposition ici est que le fascisme se definit par sa fixation sur l’inegalité. Le racisme n’ est qu’un des moyens de discrimination. On peut discriminer par la « race », mais aussi par le sexe, par la couleur de la peau ou celle des cheveux, par la taille... Par n’mporte quoi, dans la mesure ou il s’agit d’un facteur immuable... Si on veut discriminer par la religion, il est crucial d’introduire une irrevocabilité, comme la circoncision. Une ’irrevocabilité" purement virtuelle comme le bapteme fragilise le potentiel de fascisme.  Je vais parler d’autoritarisme dans un autre article.

      PJCA

    • julius 1ER 7 mars 2017 07:38

      @Pierre JC Allard


      je ne partage pas votre vision sur la mise en place d’un régime autoritaire qui peut ou pas devenir totalitaire même si dans ses gènes il y a déjà l’empreinte d’un système totalitaire .

      l’Espagne de Franco était totalitaire même si le régime n’était pas expansionniste comme le régime Hitlérien, pas de liberté individuelle, pas de syndicats libres, pas de pluralité politique, pas de Démocratie, un régime autarcique qui fonctionnait de manière incestueuse ... on peut dire que l’Espagne de Franco a été le modèle de Pinochet même si dans la durée le régime de Pinochet n’a pas vécu aussi longtemps......
      êtes -vous prêt à prendre un bail de 38 années avec la famille Le pen ????

  • France Républicaine et Souverainiste France Europe République 6 mars 2017 10:49

    En France, les bandes de « fascistes » ont pour uniforme la barbe hirsute, le crâne rasé et le langage wesh-wesh... Il suffit d’observer ce qui se passe dans les rues des grandes villes.


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 6 mars 2017 14:57

      @France Europe République


      Affaire de modes.... Les S.A étaient bien rasés et s’exprimaient clairement. Les vrais criterea se sont l’arrogance béate de la satisfaction de soi-meme et le coup de poing qui prime sur le coup de gueule.

      PJCA


  •  

     

    « Seigneur Capitaliste, protège tes bobo avec le Saint Esprit Caddie, envoie nous les dernières Nikes ! »
     
    Saint Gogocho
     
     


  • pallas 6 mars 2017 11:17
    Pierre JC Allard,

    Vous n’avez pas idée de ce qui se passe

    Pratiquement 40 années de corruption, de mensonge, et cela à tous les niveaux de la société.

    La France est simplement devenu le contre exemple que tout État Nation à pris acte.

    La situation est simple, notre nation est détesté, rejeté, mis presque au pilori.

    Vous n’avez aucune idée de la haine, l’animosité que la France suscite dans le monde, ou bien simplement du mépris par les puissances majeur.

    Notre pays est considéré comme une poubelle, une petite bandes de corrompus avares et simplement sans intérêt.

    Cela est la réalité, nous sommes devenu totalement « dispensable ».

    Peut importe qui sera le prochain président, nous n’existons plus la scène international, et cela durera des décennies. Il est trop tard et peut importe les gesticulations d’une soit disant vertu nouvelles, la partie est terminée, nous sommes éjecté de l’échiquier du Concert des Nations.

    La France ne représente absolument rien dans ce monde, qu’on l’accepte ou non.

    Voila la réalité.

    Salut


    • UnLorrain 6 mars 2017 13:22

      @pallas

      Vous...vous avez comme moi vu,lu,ce concept de Francoslavie chez un tres bon blogueur,eteint ce blog, 4 scenarios s y profilaient pour le devenir a moyen terme de l exFrance, 4 funestes destinees irremediables,irreversibles. En exergue du blog catalepsique : Declinisme,autopsie d une civilisation.


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 6 mars 2017 15:02

      @pallas


      Votre constat est attristant.... Mais ce n’est pas mon propos cette semaine. On en reparlera, si vous voulez.

      PJCA

    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 6 mars 2017 15:05

      @UnLorrain


      Voir ma remarque à Pallas.

      PJCA

    • pallas 6 mars 2017 15:13

      @Pierre JC Allard

      Allons j’ai été très gentil, je ne fait aucuns constats, j’aurai pu être plus incisif, tel l’environnement, la destruction du biotope, ainsi que la pollution, le changement chimique de l’atmosphère, etc etc.

      Je me suis beaucoup retenu croyez moi, j’ai été soft, avec les années j’ai appris ce genre de chose, le contrôle de soit.

      Pour en revenir à notre Nation, La France, un en échec et mat en un seul coup, pour être perdant et mauvais joueur, dans notre catégorie, nous sommes les meilleurs.

      Vous ne saisissez pas la réalité, mais elle est simple, nous avons perdues et définitivement, sans aucunes possibilités de revenir dans le jeu du Concert des Nations.

      Je crains que vous n’avez pas tout à fait compris, et bien le spectacle fera leçon à votre conception.

      Salut


    • MERLIN MERLIN 12 mars 2017 21:59

      @pallas
      Vous avez parfaitement raison sur le fond, par contre sur le devenir je reste un poil plus optimiste.


  • Sergio Sergio 6 mars 2017 13:38
    Pourquoi le fascisme ne me fait plus peurParce qu’il y a eu une ENORME campagne de vaccination anti « je t’aime, moi non plus ! »

    • Sergio Sergio 6 mars 2017 13:40


      Pourquoi le fascisme ne me fait plus peur 


      Parce qu’il y a eu une ENORME campagne de vaccination anti :

      « je t’aime, moi non plus ! »

    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 6 mars 2017 15:07

      @Sergio

      Vous anticipez sur mon prochain article smiley

    • Sergio Sergio 6 mars 2017 17:16

      @Pierre JC Allard


      Pardonnez-moi, et ce sera avec grand plaisir que je le lirai, bien à vous

    • Sergio Sergio 6 mars 2017 19:01

      @Pierre JC Allard


      Je vais me permettre de développer mon propos. 

      Quand j’évoque l’image de la vaccination, je pense à la propagande national-socialiste, en particulier celle de Joseph Goebbles. Le fascisme étant de rigueur, le mot parlait de lui même, et l’autoritarisme en était le vecteur principal, surtout en ce qui concernait le contrôle de la population. 

      Je vous rejoins quand vous annoncez que le fascisme est individualiste. Je reprendrai donc l’exemple de l’Allemagne nazie qui, a du recentrer son potentiel industriel, non pas vers les échanges commerciaux mais plutôt, pour ses efforts de guerre, en particulier dans le secteur de la sidérurgie militaire. 
      Je n’en dirai pas plus au sujet de l’omniprésence de l’état, en ce qui concerne les questions : d’éducation, de régulations les plus abjectes inimaginables, de politique en matière de natalité et j’en passe.

      A présent, j’y vois une autre propagande, celle de l’exclusion, celle de la discrimination, celle du retour aux valeurs morales judéo/islamo/chrétienne, au final, celles des talibans de tout et n’importe quoi. Que veux encore dire la laïcité ?

      Pour terminer, Monsieur Allard, ma famille est de couleur, je n’ai pas peur du fascisme, 

      j’ai peur de la peur des autres !



  • julius 1ER 6 mars 2017 15:54
    Pourquoi le fascisme ne me fait plus peur
    MR Allard j’aurais assorti le titre d’un point d’exclamation !!!!!!!!!

     si vraiment le fascisme ne vous fait plus peur ????? 
    par contre pour ma part j’aurais mis un point d’interrogation ??????????

    tout comme les chantres de l’Europe nous disaient il y a quelques années qu’une guerre en Europe n’était plus possible, on a eu l’éclatement et embrasement en Yougoslavie ... mais la Yougoslavie n’avait pas intégré l’UE ...
    maintenant c’est l’Ukraine pas vraiment dans l’Europe mais quand même pas très loin de s’embraser ???????????
    pas peur du fascisme, je veux bien, mais quand j’entends une Député Lituanienne dire que pour régler le problème de la pauvreté et des pauvres il faut exterminer les pauvres ......

    je pense à l’instar de Brecht que le ventre de la bête est encore fécond !!!!!


    alors ne pas avoir peur du fascisme relève soit de la fanfaronnade soit de l’incantation car des germes on en trouve dans de nombreux endroits .......

    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 6 mars 2017 20:17

      @julius 1ER


      « .. des germes on en trouve dans de nombreux endroits ....... » Oui. On en trouve partout. Ce sera toujours une tentation. Mais ces germes ne peuvent se developper dans une societe d’interdependance. Vous ne repondez pas et ne prenez meme pas acte de mon argument qu’on ne peut pas batir une societe sur une fondamentale inegalité, quand on est totalement dépendant les uns des autres. Quiconque est INDISPENSABLE à un systeme peut y exerce un pouvoir egal a celui de tous les autres qui le sont.... Est-ce que ça ne vous parait pas évident ? 

  • agent ananas agent ananas 6 mars 2017 16:55

    Le fascisme ne fait plus peur depuis que les ukronazis bandéristes font « fleurir la démocratie en s’opposant à l’autoritarisme des méchants russes kleptocrates » (pour reprendre la formule du New York Times).
    Avec de tels monstres comme alliés, MLP et le FN passent pour des anges en comparaison. Pas étonnant que l’étiquette de facho que l’on lui accole ne tient plus que par le crachat.


  • Le421 Le421 6 mars 2017 17:18

    Je vous propose une réflexion.
    Pour moi, le fascisme est basé, un peu comme vous le décrivez, sur le fait que dans la société, il existerais les élus et les « untermensch », les premiers dirigeants les autres.
    L’emploi de la force est bien sûr nécessaire en cas de refus d’obéissance et la parole unique préconisée.
    C’est pour cela que la liberté d’expression est l’un des principaux ennemis des fascistes, en cela, le rapprochement avec l’attitude de Marion Anne Perrine Le Pen menaçant « La Voix du Nord » est intéressant.
    Mais hélas, le gros problème vient des modes de communications modernes, des smartphones à internet. Je vous laisse imaginer la progression des groupes fascistes si il n’y avait pas toute cette information...
    Cependant, la perte de l’intellect du à une défaillance (voulue ?) du système éducatif crée aussi une perméabilité certaine des cerveaux disponibles à des idées simplistes et préconçues.
    Le slogan d’Hitler « 5 millions d’immigrés, 5 millions de chômeurs, le calcul est simple », par exemple, fait autant d’adeptes de nos jours, même si cela est parfaitement inexact.
    Le problème des politiques à consonances fascistes reste dans le fait qu’ils ne peuvent qu’apporter de mauvaises solutions à des problèmes posés de façon biaisée...


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 6 mars 2017 21:06

      @Le421


      Je crois la complementarité qui est visée aujourd.hui de facon ostentatoire ne rend pas seulement le fascisme inefficace, mais rend pratiquement impossible d’en faire une promotion efficace.

      PJCA


  • Wilemo Wilemo 6 mars 2017 17:47

    Sur le fascisme, j’entends bien votre propos, et il me fait peur. Non dans ce qu’il dit, mais dans ce qu’il me semble révéler. Irais-je dans le sens de Le421 ? Je ne sais pas, mais c’est son com’ qui m’a évoqué ce point.

    Je crains pour ma part... que nous y sommes déjà, dans la société fasciste. Un Etat au dessus de tout ? Mais qu’est-ce donc que cet état de gouvernance mondiale actée par des multinatinonales, dont à présent des Etats traditionnels mandatent des diplomates pour faire valoir leur point de vue ? Qu’est-ce donc qu’une société dans laquelle la presse se pense légitimement autorisée à dire le bon et le mauvais ? Je surligne, parce que cette presse n’est pas « méchante ». Elle ne comprend juste pas pourquoi on ne la croit pas, sans jamais s’intérroger collectivement (je ne parle pas des débats stériles). C’est quoi une société où le comble du chic c’est de dépolitiser la politique (cf. Macron) ?
    Et si on y est déjà (ou alors si on tend fortement vers)... alors il est logique que le fascisme ne fasse plus peur, car il devient une évidence culturelle - notre commun conceptuel qu’on n’intérroge jamais puisqu’il est notre terreau intellectuel -, sans que l’on puisse mettre de mots dessus.

    Sur la société de service, je ne suis pas d’accord. Nous ne sommes absolument pas une « société de services ». Chaque jour j’achète des produits industriels. La part industrielle de la société a juste été délocalisée, et je ne la vois plus. On peut tout à fait ne pas vouloir, chez nous, des usines aux conditions de travail pourries, mais on a qd meme besoin des produits qu’elles fabriquent. Si on ne pense pas ça, il me semble qu’on se voile la face sur la part salariale d’une production quelconque.
    D’ailleurs, les services sont aussi en train d’être pas mal délocalisés.

    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 6 mars 2017 21:21

      @Wilemo


      Pour les medias, nous sommes du même côté de la barricade. Pour la tertiarisation, permettez-moi d’nsister....


      PJCA


    • Le421 Le421 7 mars 2017 09:35

      @Wilemo
      Je vous donne un exemple parlant.
      Le Canard Enchaîné, encore lui, n’a pas la moindre image publicitaire dans ses colonnes.
      Pourtant, sa santé financière est exemplaire.
      Est-ce parce qu’il a délocalisé en Roumanie et viré la moitié du personnel ?
      Non. Comme quoi, les charges, taxes et impôts ne sont rien quand le carnet de commandes est plein.
      C’est parce qu’il reste des gens avides d’informations non frelatées et ils savent que ce journal est éloigné des trafics d’influence en tout genre.
      Ce souci de l’information authentique dénote un bon côté certain chez les français.

      Et je peux vous dire que la phrase de la rue, c’est : « Si le Canard le dit, alors c’est que c’est vrai ».

      Je n’ose penser les avatars de ce journal avec un pouvoir fascisant à l’Elyzée...


    • Wilemo Wilemo 7 mars 2017 13:31

      @Le421
      Je crois comprendre que vous dites finalement qu’on n’est pas dans un pouvoir fasciste parce que le subversif canard a le droit d’exister, et qu’en plus, ça marche. Je suis d’accord. Et que d’une certaine manière, le fascisme serait objectivement observable si le canard ne pouvait plus avoir les moyens d’exister.

      Il me semble qu’un il y a un versant légal et un versant socio-économique. Vous distinguer la nature de l’Etat, et moi la nature intrinsèque des gens qui permettent cet Etat. Je concède que nous ne sommes pas un Etat fasciste, mais par contre je pose l’hypothèse que la sensibilité « moyenne » de la société est fascisante, parce que toutes les institutions qui structurent la société tendent à la désintellectualliser et la dépolitiser (et il semble que vous soyez d’accord). Et on en arrive à des choses absurdes, où les personnes qui décryptent le plus sont considérées comme extrêmistes plutôt que radicales, et que les appels au peuple sur une base marketing (populisme) sont la considération « mainstream ». J’entendais, avant hier, un type qui distinguait le populisme hard de Marine Le Pen et le populisme soft de Macron ( ce que j’agrée), mais qui considérait acceptable le deuxième, sans se demander une demi seconde si, sur cette dimension, le soft n’était pas un appel d’air, une autorisation, à accepter du hard.
      Le canard enchainé est un bon contre-exemple, mais je le considère plutôt comme une niche, un sas de décompression. La presse qui compte au quotidien, celle qui donne le LA, celle à laquelle on ne peut échapper, est moribonde.

    • Wilemo Wilemo 7 mars 2017 14:52

      @Pierre JC Allard
      Merci de votre réponse. Mais alors pour le coup, je suis en désaccord profond.

      A la lecture de vos différentes réponses- y compris la mienne -, je réalise que votre propos n’est pas de dire que vous n’avez plus peur du fascisme, mais que vous le souhaitez. Soit, pourquoi pas.
      Je vois que vous limitez la société française et ses effets à ses frontières, car en insistant sur la tertiarisation de l’économie, vous éludez totalement mon propos sur la nature délocalisée du travail, ici du secteur secondaire, qui est aussi un effet de notre société qui a des répercussions sur d’autres. Votre prémisse semble être « qui sommes nous ? », et la mienne « avec qui, et sous quelles conditions, on travaille ensemble ? ». « L’identité innée » versus « l’identité acquise », un « capital » identitaire versus une identité socialement construite.
      Vous validez mon propos sur la presse, mais pas celui sur les multinationales. Je gage que vous préconisiez une presse « libre », là où je préconise une presse contrainte par l’obligation structurelle qu’elle a d’informer ses lecteurs. L’information n’est pas un droit, c’est un devoir. La presse, elle, est un droit, celui de posséder les organes de l’information.

      Mais si l’on se base sur l’hypothèse de l’identité d’abord, ce truc qui vient du coeur, notre appartenance profonde et indéfinissable, alors sachez que sur cette base, je ne suis pas français, je suis breton. Je suis politiquement français (sans doute parce que j’ai été envahi par des hordes de Francs à un moment donné), mais d’abord breton. Je suis né breton, et ma francité n’est qu’un effet de ma citoyenneté, un choix d’être français.
      Je pourrais alors très bien dire qu’en tant que breton, je ne m’intéresse pas à la condition des français. Les français, dehors ! smiley C’est comme vous le sentez, mais sans Brest, Rennes et Nantes, la France va être pas mal réduite, au moins économiquement, et stratégiquement. (L’Etat breton requisitionnera l’arsenal de Brest, évidemment).

      Je parle bien sûr de cette Bretagne millénaire, conquérante, qui a façonné le monde, et lui a diffusé sa beauté et son caractère, sa culture... smiley D’ailleurs, mes prochains commentaires seront écrits dans la langue de Per Jakez Helias, notre Molière à nous !

      Que l’on parle posément de ces choses, sans anathèmes, je partage entièrement. Je ne suis pas de ceux qui posent un cordon sanitaire pour ne pas me salir. Mais dans cette attitude posée, il faut dénoncer fermement votre approche mortifère et individualiste. (oui, parce qu’en plus d’être breton, je suis de « basse bretagne » (dehors les haut bretons !) et linguistiquement du vannetais (dehors les léonards !), mais lorientais (dehors les vannetais !), etc... Au final mon identité... c’est moi-même tout seul, et tous les autres, dehors !

      Vous êtes contre l’UE ? moi aussi. Vous pensez que l’europe n’est pas sociale ? Moi aussi. Vous voulez la changer dans ce sens, et n’acceptez plus un modèle européen moins social que le modèle français ? Moi aussi.
      Peut-on travailler ensemble pour la changer, malgré nos nationalités différentes -vous français, moi breton - (quitte à ce que vous vous occupiez du paln B, mais sans mettre le plan A en péril) ? Super !
      Si vous dîtes que non, ça va pas être possible, qu’on ne peut pas travailler ensemble, alors ça va être compliqué.
      Vous voulez un état autoritaire et souverain ? Il semble que celui de l’UE le soit pas mal, alors où est le soucis ?
      Et ce que je pose là à nos échelles individuelles, de façon ironique, c’est la question qui va se poser dans les 5 ans, à mon avis.

      Vous souhaitez le fascisme, et comme en d’autres temps, les capitalistes vous suivront parce qu’ils n’en ont rien à faire tant qu’on ne les met pas en péril, eux. La seule façon de ne pas les énerver, ça sera d’expliquer que le problème de l’inégalité n’est pas du à « l’ennemi » capitaliste intérieur, mais à l’étranger. Et puis dans ces grands groupes, y’aura Dassault. Il est pas méchant, le Dassault. Par contre, il a du biz’ à faire tourner !
      Bah ! Bis Repetita Placent

    • Wilemo Wilemo 7 mars 2017 14:58

      @Wilemo
      edit : quand je parle du rejet de l’étranger, c’est pour ce qu’il est, et non pour ce qu’il fait pour les siens, genre... payer ses impôts en France ! smiley


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 7 mars 2017 16:46

      @Wilemo

      Je ne vois vraiment pas comment vous pourriez à la lecture ure de mon article en conclure que je « souhaite le fascisme » Si quelqu’un d’autre corrobore votre interpretation, je verrai ca de plus pres, mais je pense pour l’instant que votre remarque vise a un effet de choc smiley


      PJCA

  • Louve Louve 6 mars 2017 18:40

    Ne pourrions-nous pas rapprocher le viol de notre souveraineté et de nos frontières a une forme de Totalitarisme pur et dur ? Et politique migratoire démente qui, a terme, fera disparaitre notre culture, notre peuple dans un métissage forcé, n’est-elle pas une forme de fascisme genocidaire, avec un embrigadement anti-raciste total, qui confine a l’hystérie, et au suicide ? 


    L’UE est totalitaire puisqu’elle vote les lois sans demander l’avis au peuple de l’union ,comme pour le traité ,ou le CETA et bien d’autres chose .Et il suffit d’écouter les dires de Monsieur Jean-Claude Juncker : « Il ne peut y avoir de choix démocratique contre les traités européens » .

    A partir de la c’est une dictature ,et pas autre chose .

  • Cazeaux Cazeaux 6 mars 2017 19:22

    bj 


    Je trouve votre « avertissement » étrange dans le cadre d’un site destiné au débat :
     Si vous récusez ma définition, notre débat ici est clos, mais j’irai en discuter avec plaisir sur l’article que VOUS écrirez… et en prenant pour prémisse VOTRE définition…

    Pourquoi faudrait-il rédiger un article sur ce qu’est ou que fut le fascisme pour « avoir le droit » en quelque sorte de discuter ? 

    Je voudrais seulement réagir brièvement sur votre définition et donner quelque indice sur l’histoire du terme.

    Vous dites : je considère fasciste celui qui prétend ; a) qu’une inégalité essentielle non seulement existe, mais DOIVE prévaloir entre les gens… et b) que la force soit un moyen acceptable de faire prévaloir et de maintenir cette inégalité. Cette assertion n’est pas rien. Tout le reste en découle ; réfléchissez. Mais c’est ça et rien de plus.

    On peut affirmer ce que l’on veut , cela ne conférera pas pour autant de véracité à ses propos.

    Etre fasciste, c’est adhérer au corps de doctrine du mouvement fasciste, créé en 1919 par Mussolini et tout un groupe de jeunes anciens combattants.
    Ce mouvement a connu trois phases. La 1ère est celle des Faisceaux Italiens de Combat, elle va jusqu’aux toutes premières années du régime. La 2eme est celle du Parti National Fasciste, qui va jusqu’à l’arrestation du Duce en 1943. La 3eme est celle de la République Sociale de Salo, de la libération de Mussolini à la libération tout court en avril 1945.
    La 1ere et la 3eme se ressemblent : dépassement de la lutte des classes et anti-léninisme, néocorporatisme se substituant à la représentation parlementaire, anticapitalisme et progrès social. La 2e phase est celle qui a inventé le totalitarisme - y-compris le terme - bien que de fait il fut d’un degré moindre que ceux ayant sévi en Allemagne et en URSS.

    J’ignore où vous êtes allé chercher cette histoire d’inégalité « essentielle ». Le fascisme, en tant que doctrine, ne fut pas raciste ni antisémite. Il y eu d’ailleurs nombre de juifs dans les rangs du fascisme initial, nettement plus qu’en proportion du nombre de juifs dans la population italienne. Les lois raciales de 1940 furent opportunistes mais en rien inspirées par le corpus doctrinal fasciste.
    A l’échelon européen, le mouvement qui s’est le plus rapproché du fascisme initial est la Phalange espagnole dont le doctrinaire fut José Antonio Primo de la Riveira, avec le gros bémol qu’elle se voulait catholique et prônait une société foncièrement catholique.

    COMMENT LE TERME FASCISME A PRIS CETTE ACCEPTION FOURRE TOUT ACTUEL
    Ce sont les soviétiques qui ont donné au mot fasciste un sens équivalent à tout ce qui est détestable et doit être éradiqué. Les fascistes italiens ayant barré la route au communisme avec vigueur, ils sont devenus la bête noir de l’internationale marxiste-léniniste. Ainsi, quand les nazis ont pris le pouvoir puis commencé la conquête de l’Europe, c’est avec le même terme de fasciste que les soviétiques ont parlé d’eux. Encore aujourd’hui, si vous parlez avec un Russe qui a vécu adulte en période soviétique, vous n’entendrez pas le mot nazi pour désigner les hitlériens ; il n’existe qu’un terme, celui de fasciste, également valable pour désigner au fil du temps, les communistes purgés par le pouvoir moscovite. 
    L’influence marxiste-léniniste a été telle en Occident que le mot fasciste a pris le sens qu’on lui connaît, en gros, salopard, ordure etc.

    FASCISME ET FN
    Je serai plus bref. Le Pen n’a jamais appartenu à la mouvance néofasciste française. Il est né politiquement avec le poujadisme, courant nettement distinct de la doctrine fasciste. Il y a eu, dès les années cinquante, des groupuscules néofascistes et des intellectuels se proclamant fascistes comme Maurice Bardèche. Le Pen n’a pas eu de commerce avec eux, c’était et il est resté, un national conservateur, plutôt héritier d’une droite bonapartiste. Le fait que trois ou quatre anciens de la Milice ou des Waffen SS aient rallié Le Pen, trente ans après la guerre, n’a eu aucune influence dans les orientations du FN.

    AUCUNE MENACE FASCISTE
    Au sens où vous l’entendez, c’est plutôt vrai. Au sens d’une parenté en ce qui concerne le rejet du parlementarisme et l’exaltation nationaliste, il y a un péril ou un espoir, selon son point de vue, d’un renouveau fasciste, notamment dans les ex pays d’Europe de l’Est, avec l’antisémitisme en prime.
    En France, certainement pas. Même sous le régime de Vichy, la mouvance d’inspiration fasciste ou nazie n’a guère été populaire. Tout au plus 50 000 militants, tous groupes confondus.




    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 6 mars 2017 22:08

      @Cazeaux

      J’ai fait cette mise en garde parce que je suis exaspéré par les dialogues de sourds que sont une majorité des discussions sur ce site.... et dans la société. Cette Présidentielle en est l’épitome, ce qui conduit à ne pas permettre le choc des idées, seulement celui des slogans, ce qune tout a des préferences de styles et de facies...., chaque candidat visant à ne dire que ce que les sondages ont montré que le peuple voulait entendre. Je suis convaincu que Trump n’a jamais dit une autre bêtise que celles que des sondages lui ont confirmé qu’elles lui feraientt marquer des points.... et je soupconne que ce soit la statégie qu’a aussi choisie Macron.

      Cela dit, vous avez raison «  On peut affirmer ce que l’on veut , cela ne conférera pas pour autant de véracité à ses propos. » Ca permet seulemnet de cibler le débat et de maintenir une certaine cohérence....
       
      Pour le reste, nous ne nous opposons en rien, sauf sur l’orthographe de Rivera ( smiley) et peut etre sur I’importance du concept d’inégalité dans une vision du monde fasciste... une évaluation que ma mise en garde présente bien, justement , comme mon apport personnel.


      PJCA







    • Cazeaux Cazeaux 7 mars 2017 23:20

      @Pierre JC Allard
      Heureux que ma mise au point « historique » à un « i » près - je ne pratique hélas pas l’espagnol - ne vous ait pas offensé. Je me permets d’insister sur la 2e partie de mon propos, savoir l’origine soviétique de l’usage courant du mot fascisme

      Il se trouve que nous avons un voisin russe avec qui nous sommes devenus amis, qui est en quelque sorte un enfant du stalinisme, universitaire qui a bénéficié des privilèges accordés aux scientifiques par le régime d’alors dont il demeure nostalgique. Ce sont mes conversations avec lui qui m’ont permis de comprendre le glissement de sens qui a dénaturé la signification originelle de la notion de fascisme. 
      Le fascisme, il y aurait tellement à en dire, n’aura pas duré longtemps. Il a été vaincu en 1945, en même temps que l’Europe et l’ancien monde qu’elle portait. L’une des pistes pour tenter de comprendre ce courant réside dans l’aspiration paradoxale de toute une partie de la population d’Europe à conserver son identité tout en recherchant une voie unitaire et sociale à l’inexorable modernité en marche. Ce fut un piège qui a tourné à l’apocalypse mais il est peut-être injuste de jeter facilement la pierre à ceux qui ne voulaient ni du Goulag ni de la Ctiy et de Wall Street.

      Une autre piste, très méconnue, est à lire chez le poète maudit Brasillach. Il a livré des commentaires d’une grande lucidité sur la nature romantique du fascisme. Selon lui, et il savait de quoi il parlait en tant que fin connaisseur de la littérature moderne et contemporaine, le fascisme fut l’achèvement du romantisme, avec cette dimension tragique de l’existence qui le distingue radicalement du libéralisme et du socialisme marxiste. 

      L’erreur d’appréciation majeure consiste à confondre fascisme et dictature militaire ou policière. Pinochet ou les colonels grecs n’avaient rien de fasciste. Quant à cette notion d’inégalité en laquelle vous voyez un critère fort, je ne pense pas qu’elle soit propre au fascisme. Il y avait chez les fascistes, mais pas qu’eux, un rejet de l’égalitarisme, l’égalitarisme perçu un mensonge démagogique ; et en même temps l’affirmation décomplexée d’une fierté identitaire. Le chant historique du fascisme, Giovinezza, exalte cette dimension dès son premier vers : Salve o popolo di eroi, salut ô peuple de héros.
      Cette fierté peut être perçue comme affirmation d’une supériorité. Mais alors, que de fascistes tout au long de l’histoire, à commencer par nous les Français, ...jadis.

    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 8 mars 2017 01:55

      @Cazeaux

       Si on classai les commentaires selon leurs similitude et affinités il y en aurait peu qui aur le fond serient plus proche que le vôtre de mon article

      PJCA

    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 8 mars 2017 02:35

      @Cazeaux



      Le fascisme est une ode au dépassement, aceptant implicitement un gotterdammeriung comme finalité. On en a eu une démonstration en « 45. Quelle autre issue possible, quand ce n’est pas le résultat de l’action qui est primordial, mais son impact sur l’agrandissement illimité de l’acteur. ? Il n’y a pas de victoire qui fera dire au fasciste que hic ibe nunc Alexandre peut s’arreter : c’est toujours 
      a la victoire meme qu’il crie bravo. Quitte ou double jusqu’à ce que perte s’ensuive, Une attitude déraisonnable, bien sur, »romantique’, comme vous le dites si bien". Mais une metaphore de la vie elle meme.

      PJCA


    • Louve Louve 6 mars 2017 21:14

      @Tall ;)


      Si Farage était parmi nous, il nous expliquerait par A+B en quoi consiste le néo-fascisme de la CEE, et je pense que cette nouvelle forme de fascisme a de beaux jours devant elle. 

      Et a ceux qui me rétorquent que ce n’est pas du fascisme, je leur dis que l’UE est tout autant anti-démocratique que le fascisme. La construction du règlement Européen aboutit à un univers où la souveraineté populaire, et donc la base de la démocratie, a complètement disparu. 

      Tyrannus ab exertitio....

    • Tall Tall 6 mars 2017 21:39

      @Louve

       
      Tout-à-fait ...si le fascisme est une dictature de droite, l’UE correspond à la définition ... et l’immigration n’y change rien.


    • Louve Louve 6 mars 2017 21:53

      @Tall

      Non... Pas de droite. Il ne faut pas oublier de rappeler les origines socialistes du Fascisme. 



    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 6 mars 2017 22:11

      @Louve


      « La construction du règlement Européen aboutit à un univers où la souveraineté populaire, et donc la base de la démocratie, a complètement disparu »  OUI. Il faudrait le répéter plus souvent,

      PJCA

    • julius 1ER 7 mars 2017 08:29
      « La construction du règlement Européen aboutit à un univers où la souveraineté populaire, et donc la base de la démocratie, a complètement disparu »  OUI. Il faudrait le répéter plus souvent,

      @Pierre JC Allard

      oui mais ce n’est pas du fascisme ...........parcequ’au départ il y a des présidents élus qui donnent les grandes orientations à la mécanique UE !!!!!!!!!!!!!

      c’est pourquoi il est si important de ne pas élire n’importe qui à la tête du pays ou des pays dans l’UE .

    • Tall Tall 7 mars 2017 12:14

      @julius 1ER

       
      sauf que les rapports de force sont inégaux entre les états
      si Merckel dit « non », ça ne passe jamais
      et elle dit non à toute politique sociale typique de la gauche française
      c’est pour ça qu’hollande n’a tenu aucune de ses promesses et qu’il finit impopulaire à 97%
      bref : dans l’ue, aucune gauche française n’est applicable
      et donc, un gauchiste français qui n’envisage pas le frexit est soit un menteur, soit un con

    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 12 mars 2017 19:40

      @Louve


      Ce qui FONDAMENTALEMENT va distinguer le nouvel autoritarisme de ce que j’appelle le fascime, c’est qu’il renoncera totalement a s’apuyer sur une superiorité innée... confiant qu’il peut rendre tout aussi permanente et donc gratifiante une superiorite acquise. On l’a tenté avec l’argent, mais on va faire mieux (pire) . ( Rendez vous a mon prochain article smiley )

      PJCA

  • eau-du-robinet eau-du-robinet 6 mars 2017 20:59

    Bonjour Pierre,
    .
    « Pourquoi le fascisme ne me fait plus peur »

    Nous vivons déjà le fascisme sauf que cela semble échapper à beaucoup de gens...
    L’Union européenne est en soit un projet fasciste.
    .
    l’Union européenne est un projet qui a été pensé par des nazis comme Walter Hallstein et qui a été dirigé par des nazis, dont Walter Hallstein qui a été le premier Président de la Communauté européenne.
    .
    Walter Hallstein était un dignitaire nazi qui avait écrit pour Hitler, à sa demande, un plan pour une nouvelle Europe qui ressemblait à l’Union européenne, c’est à dire complètement anti-démocratique.
    https://www.youtube.com/watch?v=TR2EiJaIXCE
    .
    Pour moi, le fascisme, c’est Hollande et Sarkozy. Le fascisme, ce sont les possédants, les banquiers, les industriels, les multinationales de la chimie, de la sidérurgie comme IG-Farben qui prennent le contrôle du politique et qui deviennent viscéralement anti-sociaux et anti-syndicaux, qui nous condamnent aux chômage en nous empêchant toute résistance. C’est ça le fascisme : les plus riches qui prennent le contrôle du politique et qui terrorisent la population pour qu’elle consente aux travaux forcés. C’est ça le fascisme. Le fascisme, ce n’est pas le racisme. Quand ils disant « le fascisme, c’est le racisme »,  ils nous paralysent et on ne peut plus se battre contre les banques contre ce système fasciste . Le fascisme, ce n’est pas le racisme ou l’antisémitisme.
    .
    Regardez cette vidéo et ceux qui parlent, ceux qui nous font miroiter une « nouvelle Europe »
    https://www.youtube.com/watch?v=8J-2LGLUIpE
    .
    .


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 6 mars 2017 22:35

      @eau-du-robinet


      J’ai donné au départ ma definition du Fascisme. Je suis d’accord avec vous que la construction européenne n’a RIEN de démocratique, mais pour eviter les amalgames, me permettrez-vous de la détester dans mes propres mots... smiley

      PJCA

    • julius 1ER 7 mars 2017 08:07
      Nous vivons déjà le fascisme sauf que cela semble échapper à beaucoup de gens...
      L’Union européenne est en soit un projet fasciste.

      @eau-du-robinet

      je ne partage pas cette opinion, tous les modèles qui prétendent unifier les peuples par le haut pourraient être taxés de fascisme,

      l’UE (même si le, Parti politique que tu représentes a décrété que c’était un Etat fasciste ) n’est pas fasciste pour une simple raison .... n’importe quel Etat peut en sortir
      or dans un système fasciste on ne peut en sortir que les deux pieds en avant !!!!!

      par contre je partage avec toi que les entreprises sont devenues des entités autoritaires, voir même totalitaires et que le système économique actuel qui repose sur les dogmes ultra-libéraux est d’essence totalitaire en ce sens qu’il ne permet aucune voix discordante ... 

      pour y échapper il faudrait aller au fond de la jungle amazonienne et encore ????

      c’est la trop grande concentration capitaliste qui rend ce système si opaque et totalitaire les anciens avaient mis en place des Lois anti-trusts et le dernier à les avoir appliqués est Roosevelt .....

      il est clair que de fusions en acquisitions il ne restera qu’un seul groupe pour chaque activité et ce faisant qu’une minorité d’actionnaires qui contrôleront toute l’activité humaine avec les prises de participations horizontales .....

      et oui là à ce stade ultime qui n’est plus très loin on pourra parler d’un fascisme 2 ou 3. zéro !!!

    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 7 mars 2017 18:12

      @julius 1ER

      «  les entreprises sont devenues des entités autoritaires, voir même totalitaires » Je crois qu’il n’y a qu’au Japon que ce phenomene s’en rendu a maturir. Cuturellement, les Occidentaux y resistent, preferant mettre leur composante « totalitaire » au service d’une cause ou d’une mystique, ce qui laisse une plus large place a l’magination. On chosit ’Marechal, nous voila« plutot qu’un hyme corporatif du genre :  » Jaillis, industrie, jaillis ... ! Harmonie et sincérité est notre devise, celle de Matsushita Electric.."

      PJCA

  • eau-du-robinet eau-du-robinet 6 mars 2017 21:04

    ceux qui nous font miroiter une « nouvelle Europe » voire la deuxième moitie de la vidéo


  • soi même 6 mars 2017 22:02

    La famille Le Pen c’est pas du fascisme absolue, c’est juste des parvenues bourgeois qui fleuret avec l’immonde pour faire tourné la boutique.


  • Jeff84 7 mars 2017 04:53

    "je considère fasciste celui qui prétend ; a) qu’une inégalité essentielle non seulement existe, mais DOIVE prévaloir entre les gens… et b) que la force soit un moyen acceptable de faire prévaloir et de maintenir cette inégalité.« 

    Pas assez précis. Nous somme tous inégaux car tous différents. Par exemple, quelqu’un de stupide n’a aucune chance de devenir docteur. Vous devez ajouter »devant la loi".


  • Christophe Hamelin Christophe Hamelin 7 mars 2017 17:13

    Bonjour,
    vous écrivez : "je considère fasciste celui qui prétend ; a) qu’une inégalité essentielle non seulement existe, mais DOIVE prévaloir entre les gens… et b) que la force soit un moyen acceptable de faire prévaloir et de maintenir cette inégalité.« 

    Il me semble que cette définition n’est pas la bonne car elle ne permet pas de distinguer le fascisme du racisme. Or cela n’a rien à voir me semble-t-il. Cela reviendrait à dire que les conquistadors du 16ème siècle étaient des fascistes.

    Vous écrivez : »Si vous récusez ma définition, notre débat ici est clos, mais j’irai en discuter avec plaisir sur l’article que VOUS écrirez… et en prenant pour prémisse VOTRE définition… Elles me conviennent toutes ; essayons seulement d’éviter d’aligner des mots dont on pervertira le sens en rapprochant des concepts contradictoires…"

    Je vous propose cet article que j’ai écrit : L’attentat de Charlie-Hebdo ou l’avènement d’une société ouvertement fasciste. J’y propose une autre définition du fascisme. Si vous souhaitez la discuter, je suis disponible. Je pense exactement le contraire de ce que vous expliquez dans votre article et qu’au contraire, le fascisme est plus que jamais d’actualité.


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 7 mars 2017 18:30



      Le racsme - comme tout discriminant - est un des véhicules du fascisme, mais il n’est pas le seul... je passerai sur votre site sous peu.... on parlera des Charlies.


      PJCA


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 7 mars 2017 21:12

      @Christophe Hamelin


      Je viens de votre site où j’ai lu votre article sur l’attentat de Charlie Hebdo, Excellent et je le recommande chaudement à tous, Comme promis, j’accepte votre definition.... et j’en arrive a des conclusions qui sont semblables aux votres, ce qui n’a rien de surprenant. On y gagne a voir la réalité sous tous ses angles.


      PJCA

    • Christophe Hamelin Christophe Hamelin 9 mars 2017 15:12

      @Pierre JC Allard
      Merci pour votre commentaire mais alors si vous êtes d’accord avec la définition du fascisme que je donne, le fascisme devrait vous faire peur, non ? Il est donc d’actualité !


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 9 mars 2017 19:20

      @Christophe Hamelin

      Je ne dis pas que je sois d’accord pour definir le fascisme comme vous le faites, mais que je suis d’accord pour que vous en donniez la definition que vous voulez et pour porter un jugement impartial sur ce que vous aurez défini.  Ce que vous dites est parfaitement coherent et je suis d’accord avec vous. Il y a bien un danger dans la resurgence d’un autoritarisme ... dont je parle dans un prochain article. Si je veux le traiter comme un autre phenomene que le fascisme, c’est que je crois que ses causes sont significativement distinctes... et surtout que le remede a y apporter est bien différent.

      PJCA



  • hervepasgrave hervepasgrave 7 mars 2017 20:39

    Bonsoir, aie ! je me suis arrêté au titre « pourquoi le fascisme ne me fait plus peur » Je le sais je vais vous manquer de respect ,mais a votre âge ,vous avez profité de votre vie et avant c’est votre petit cul ,votre carrière qui devait compter en premier.Alors pour une personne de votre stature, qualifié, il faut faire attention a vos propos,Je suis le dernier des benêts ,mais cela me choque ! Maintenant je peux gueuler,critiquer ,enfin faire ce que dans ma vie je n’aurais jamais fait pour les autres,pour la société.Ne vous affoler pas ! moi aussi je deviens très rapidement un vieux ,mais j’ai toujours été le même. J’espère que ce que je viens de dire est une erreur ,une conn.. énorme, mais l’instinct ne me fais rarement défaut,désolé ; mais a méditer sur le discours.Cestpasgrave !


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 7 mars 2017 21:02

      @hervepasgrave

      Si vous aviez lu l"article, vous sauriez POURQUOI je n’ai pas peur du fascisme.... mais vous avez raison sur un point : je suis assez vieux pour n’avoir plus peur de dire quoi que ce soit. On se sent drôlement soulagé. smiley

      PJCA

  • Montagnais Montagnais 12 mars 2017 19:00

    Courageux Allard .. Courageux d’écrire sur le sujet ! A quand Gustave Le Bon, Céline et Rebatet ..


    Mais .. le Fascisme est mort. Le Fascisme n’a été qu’un court moment de l’Histoire, ses jours étaient comptés dés le départ, dans des comptes tenus bien loin, depuis des siècles.

    Eventuellement, le Fascisme à servi des plans ..

    Son mérite ? .. très graphique, très romantique

    Viva Italia ! Viva Italia proletare et ..

    Jovinetza, Jovinetza ..

    Benito n’était vraiment pas Trump.. ni Fillon ..ni Wall Street, ni la Queen ..

    Ah ! les labours ! torse nu dans les marais pontains ..Ah ! ses splendides maîtresses.. Ah Raquelle .. Ah la nostalgie de Rome ..

    Il a du s’y faire : Rome, déjà, avait du céder, Pierre et Paul trottinant dans ses temples jupitériens

    Mais, vous m’avez égaré un moment : terminé.

    Mort mort sans être enterré, mais mort bel et bien, corps et âmes, avec le petit Caporal (création des américano-godons) brûlé au bunker et le Duce pendu par les pied (avec Clara, qu’avait rien demandé..). Qu’est-ce-qui vous a pris de de réveiller les immenses fantômes ?

    Ah ! J’allais oublier .. Le seul danger ? .. La mémoire des peuples est pleine du mythe des héros vaincus ..

    .. ça tombe bien , y’a pu de peuple

    Tout est réglé .. embrassons-nous folle ville

    Encore merci pour cette sortie

    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 12 mars 2017 20:01

      @Montagnais

      Je ne parlerai pas de Le Bon, mais peut-être un jour de Bernays qui nous a donne la version prete-à-porter de la manipulation.. et fera sans doute plus de mal que le fascisme, car nous ne sommes pas au crépuscule, mais encore à l’aurore des dieux du consumerisme.

      Pas tout de suite, pourtant. Je sens en vous un potentiel de lyrisme, et vous serez donc d’accord que pour un temps on ne parle que d’Asselineau. Fascinant, vous ne trouvez pas, ce nouveau joueur dans un jeu qui n’avait plus le moindre intéret ?


      PJCA


  • MERLIN MERLIN 12 mars 2017 23:55

    Pour reprendre une citation : il y a pire que le bruit des bottes, il y a le silence des pantoufles, nous sommes dans ce cas de figure. smiley


Réagir