jeudi 27 septembre 2018 - par Pierre

Président ...... pas par hasard !!!

Je fais suivre ici un message qu'un ami m'a envoyé. Je le livre tel que je l'ai reçu comme sujet de réflexion et aussi de débat. C'est du lourd comme on dit.

Hier, nous avons tous pu prendre connaissance des sommes engagées par les différents candidats lors des dernières élections présidentielles.

 

JPEG

On découvre ainsi qu'Emmanuel Macron a dépensé 16,7 millions d'euros pour sa campagne.

C'est même le candidat qui a dépensé le plus.

Curieusement, aucun journaliste soulèvera la question suivante : Comment un homme inconnu du grand public un an auparavant, jamais élu, a-t-il pu en moins de deux ans créer un parti politique, l'animer et rassembler autant d'argent en si peu de temps.

La réponse à cette question, la genèse de l'histoire, c'est, en quelques sorte, Parker Pointu, commentateur de ce blog qui nous l'explique…

 

Accrochez-vous, ça décoiffe…

" Macron est remarqué par Henri de Castries, président d’AXA mais aussi président du Groupe Bilderberg, aussi appelé conférence de Bilderberg ou Club Bilderberg, un rassemblement annuel de plus d’une centaine de membres essentiellement américains et européens, et dont la plupart sont des personnalités de la diplomatie, des affaires, de la politique et des médias.

Ils voient en Macron l’opportunité d'infléchir la politique économique et industrielle française et de contrer les syndicats, pour aller sur une politique libérale à l’anglo-saxonne.

Cependant Macron ne parvient pas, à son poste de conseiller économique à l'Elysée, à faire fléchir Hollande et son gouvernement.

 

Lors de la réunion du Groupe Bildelberg à Copenhague du 29 mai au 1er juin 2014, la réunion compte de nombreux banquiers notamment de la Deutsche Bank, Christine Lagarde, Benoit Coeuré, ancien de la BCE, et Macron.

 

De Castries et plusieurs banquiers se voient en présence de Macron.

Il est donc décidé de faire pression sur Manuel Valls pour que Mr Macron soit ministre de l’Économie, de l’Industrie et du Numérique dans le gouvernement Valls II en remplacement d’Arnaud Montebourg trop instable.

Jean-Pierre Jouyet est contacté et influence François Hollande.

Macron est donc nommé Ministre le 26 août 2014.

De Casties voit Valls et lui suggère de faire un geste vis-à-vis du patronat, de redorer son blason, qu’il en serait récompensé.

Le 27 août Valls participe à l’université d’été du MEDEF il a prononcé un discours salué par une longue « standing ovation ».

Les financiers ont réussi leur coup.

Leur prodige est à leurs bottes, il n’y a plus qu’à manipuler la marionnette.

 

Le patronat est satisfait mais le trouve encore trop timide dans ses réformes, ils le poussent à faire la loi « Macron2 ».

Mais Valls s’y oppose et donne le projet de réforme à Myriam El Khomri. Les financiers sont furieux contre Valls et décident sa perte, Valls l'a trahi. Cependant Macron réussi à inclure dans la loi : la réécriture du licenciement économique et le plafonnement des indemnités prud’homales.

Valls rétrograde Macron dans l’ordre protocolaire du gouvernement à l’occasion du remaniement réduit de février 2016.

 

Le 21 mars 2016 De Castries, Gattaz (MEDEF), Mario Draghi (BCE), John Cryan DB, des financiers et les patrons des groupes de presse, Bolloré, Drahi, Bergé se réunissent à Francfort, et décident d’épauler Macron pour la création d’un parti dévoué à leur cause.

Macron sera épaulé et financé pour créer un parti politique.

 

La manipulation est simple la presse écrite doit lui consacrer de nombreuses unes, notamment la presse féminine, et la presse destinée aux jeunes. La télévision doit le présenter comme le gendre idéal. Les patrons de presse créaient des groupes de travail uniquement dédiés à l’image et à la communication Macron.

 

Bolloré a eu cette réflexion : « Puisque la mode est aux couguars et aux MILF mettons sa couguar à la une, c’est tendance, les jeunes vont kiffer ! ». Les financiers vont élaborer la création du parti.

Ils créent deux associations : l’« Association pour le renouvellement de la vie politique » et l’Association de financement du parti « Association pour le renouvellement de la vie politique » La deuxième sera financée par des fonds privés De Castries et Gattaz invitent Mr Logerot le président de la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques avec Mr Dargnat qui prendra la présidence de l’association de financement du parti, un ancien de BNP Paribas Asset Management. La machine est en marche. Le 6 avril 2016 le parti est créé. L’argent des groupes financiers abonde, la campagne est lancée.

 

Fin avril 2016 Edouard Philippe maire du Havre est invité par De Castries et Bolloré, à Paris, ces derniers lui demandent de soutenir Macron puis ils invitent le futur premier ministre à la réunion Bidelberg qui se tient du 10 au 12 juin 2016 à Dresde. Une réunion se tient avec Christine Lagarde, Baroso et d’autres financiers.

 

A l’issue se tient une autre réunion à Berlin où il est décidé de faire de Macron le Président de la France.

Sont présent des financiers, le directeur de la BCE, Drahi, Bolloré, Bergé et surprise : Mr Louvel Président du Conseil supérieur de la Magistrature. Ils sont rejoints le temps d’un dîner par Madame Merkel.

Dans le même temps, il faut penser à décrédibiliser Hollande, un débat aura lieu le 14 avril 2016 sur France 2.

Les patrons de presse font pression sur Michel Field, patron de l'info du groupe France Télévision, pour que ce soit Léa Salamé, journaliste aux dents longues, multimillionnaire par son mariage et bobo moraliste qui anime le débat.

Le 14 avril 2016 elle fait son effet et François Hollande ne sera pas épargné.

 

En novembre, les primaires de droite sont ouvertes, Fillon gagne.

 

Jugé trop frileux dans son programme par les financiers, ils décident de l’éliminer. L’affaire Fillon est lancée, bien d’autres élus de droite et de gauche font travailler leur conjoints ou enfants, mais Fillon doit être éliminé.

Des rendez-vous sont pris par des informateurs dépêchés par les grands groupes de presse avec des journalistes du Canard Enchaîné et de Médiapart, journaux qui ont vu leurs subventions augmenter en 2017, comme par hasard.

 

Gaspard Ganzter, conseiller de Hollande mais aussi camarade de promo de Macron à l'ENA, rencontrera le directeur du Canard début janvier.

Déchaînement des médias sur Fillon, les journalistes bien obéissants et soi-disant indépendants se déchaînent. Mais surtout ils prennent soin de ne pas dénoncer les autres politiques qui commettent les mêmes délits. L’homme à abattre c’est Fillon.

 

De l’autre côté, ordre est donné d’axer sur le FN, sachant que lors d’une confrontation Macron Le Pen, Macron serait élu.

La Machine médiatique est en route, les magistrats sont dans la course ; peu importe si cette campagne est nauséabonde, mais Macron doit sortir vainqueur coûte que coûte.

 

Lors d’une entrevue, entre Macron, Drahi, et Bolloré, Drahi dit à Macron : « Ne brusque pas les français, dis leur ce qu’ils veulent entendre, ce sont des veaux, ils veulent une idole, un homme providentiel, ils sont dans le délire présidentialiste. Ils haïssent les gens qui réussissent et gagnent de l’argent, ils veulent que tu sentes le pauvre. Sache les séduire et les endormir et nous aurons ce que nous voulons. Beaucoup de gens (financiers et grands patrons) comptent sur toi, ne les déçois pas ! 

Sers toi des gens du spectacle, du show-biz, ces arrivistes incultes se disent de gauche parce que cela fait bien, qui critiquent les financiers et l’argent, mais sont les premiers à faire de l’évasion fiscale, tu verras, ils viendront te lécher les fesses par intérêts, ce sont les pires, je ne les aime pas ! »

Bolloré lui dit : « Le Français veut de l’information instantanée, du scoop, il ne réfléchit pas, du foot, des émissions débiles, du cul, de la bière et il est heureux, il faut leur servir ce qu’ils veulent ! »

 

Réunion le 11 avril 2017 avec De Castrie, Drahi, Jouyet, Sarre et d’autres personnages influents avant le 1er tour des élections, la ligne médiatique est organisée, la presse est dévouée à Macron, mais Mélanchon inquiète, ainsi que le manque de confiance des français envers les politiques.

 

Le 23 avril 2017 ils sont rassurés, Macron est en tête avec 24%. Drahi félicite Macron et lui dit : « Tu es président les français n’auront jamais les couilles de voter Le Pen et les autres tordus vont venir te lécher les fesses et voteront pour toi ! ». Cela se finit à la Rotonde... Macron savait qu’il était président.

 

Le 24 avril la bourse prend 7 points, les places financières sont aux anges !

> > > > > > > > > > > > 

Ces élections présidentielles furent qu’à un seul tour, magnifiquement orchestrées par, les médias, la finance et le CAC 40, les français n’y ont vu que du feu !

 

Le 7 mai 2017, Macron est élu et nos patrons de presse et autres vont mettre leur terrible plan « en marche. »

 

Le spectacle du Louvre fut un délire narcissique dont l’analyse révèle bien des intentions que je qualifierais de « déviantes » et bien éloignées des problèmes et attentes des Français.

 

Reste maintenant la dernière étape : les législatives.

Faire élire 50% à l’Assemblée Nationale de personnes qui n’ont jamais touché à la politique ou eu un mandat électoral.

Cette manœuvre est organisée depuis Paris dans le cadre d’un mystérieux processus de sélection afin d’achever d’affaiblir le pouvoir législatif, le cœur de la démocratie, en mettant en place une sorte d’aréopage de personnes désignées qui seront à la botte du régime.

Là aussi, personne ne se posera la question du financement de toutes ces investitures. « Il faut que tout change pour que rien ne change ». Au second tour des législatives, Macron obtiendra une très nette majorité. Le changement est devenu le deus ex machina de la politique. ll a suffi de le promettre pour conquérir le pouvoir.

 

Le peuple, par ces élections, a perdu sa souveraineté ; maintenant il élit la personne que les financiers et les patrons de presse ont choisie. Mais le réveil va être brutal, les français vont bientôt pleurer, mais ils ont les politiques qu’ils méritent !

 Parker Pointu

 

NB : Toutes les informations citées supra peuvent être vérifiées, ce ne sont pas des affabulations, ceux qui chercheront à savoir et qui ne se laisseront pas manipuler par les médias découvriront cette triste vérité.

NB : le lecteur averti remarquera que la quasi totalité des acteurs principaux de cette histoire sortent du même moule : Science-Po, ENA

 



131 réactions


    • Attila Attila 30 septembre 2018 17:25
      @Pierre
      « l’Union européenne.Nous avons affaire à une institution beaucoup trop bureaucratique et réglementariste pour être qualifie de néo-libérale. »
      La différence entre le libéralisme et le néolibéralisme, c’est le rôle de l’État.
      Les libéraux veulent un État réduit au strict minimum tandis que les néolibéraux utilisent l’État en le corrompant pour qu’il serve les intérêts des plus riches. Pas étonnant qu’une organisation néolibérale soit très bureaucratique.

      .

    • Pierre Pierre 30 septembre 2018 18:26

      @Pierre
      En fait, c’est un libéralisme dans lequel l’UE fixe les normes permettant d’avoir une libre concurrence non faussée. 

      La Cours de Justice européenne, la Commission et la Banque centrale sont censées être indépendantes mais depuis le renflouage des banques systémiques après 2007 et le sauvetage de la Grèce, ces institutions ont transgressé les règles. Cela fait qu’aujourd’hui le libéralisme européen est un libéralisme hybride, bureaucratique et inefficace.
      C’est aussi un libéralisme construit sur mesure pour l’Allemagne et qui lui permet d’être la locomotive de l’UE. Sa priorité est d’éviter coûte que coûte une inflation importante.
      Tout cela au détriment des Etats européens, endettés jusqu’au cou, qui n’ont plus de marge de manœuvre pour financer leurs politiques.


    • CN46400 CN46400 30 septembre 2018 18:32
      @Attila
      Vous allez bien consacrer quelques minutes pour nous expliquer la différence entre le libéralisme, ou l’ultra-libéralisme, et le capitalisme tout court ? Merci par avance !

    • Attila Attila 30 septembre 2018 23:26
      @Pierre
      « En fait, c’est un libéralisme dans lequel l’UE fixe les normes permettant d’avoir une libre concurrence non faussée. »
      En Allemagne, les travailleurs détachés à trois euros de l’heure qui font concurrence aux ouvriers français au smic, c’est de la concurrence libre et non faussée ?

      .

    • Attila Attila 30 septembre 2018 23:31
      @CN46400
      Le capitalisme tout court se réalise concrètement par l’application de doctrines diverses et qui évoluent au fil du temps et des circonstances : le capitalisme s’adapte.
      Capitalisme régulé comme pendant les trentes glorieuses, capitalisme d’État, libéralisme et ultra-libéralisme, néolibéralisme . . . en attendant la prochaine évolution.

      .

    • Pierre Pierre 1er octobre 2018 01:45

      @Attila
      Dans le cadre d’un commentaire, il n’y a moyen de donner que des descriptions synthétisées.

      Une description complète du fonctionnement de l’UE nécessiterait l’écriture d’un livre qui serait tellement ennuyeux que personne ne l’achèterait.
      Quand je parle de normes, je parle de normes de fabrication comme par exemple pour le chocolat. (lien) Tous les produit que l’on trouve sur le marché doivent respecter les normes harmonisées européennes. Il y a en tout des centaines de milliers de pages. Cela évoque parfois Kafka et c’est un sujet de moquerie pour les opposants à l’UE.
      On peut dire que c’est un libéralisme ordonné d’inspiration allemande qui s’oppose au libéralisme dérégulé anglo-saxon et que c’est une des raisons du Brexit.
      L’UE n’est pas compétente pour imposer des normes sociales, fiscales et salariales. Plusieurs pays s’y opposent dont le Royaume-Uni. Ce sera peut-être possible après le Brexit mais ce n’est pas gagné. C’est pour cette raison que je suis favorable au Brexit.
      Dans le cadre du fonctionnement actuel de l’UE, les salaires sont un élément qui entre dans les coûts de fabrication et ils doivent être le plus bas possible pour que le prix du produit soit concurrentiel. 
      Il y a des alternatives possible au capitalisme libéral mais pour cela, il faudrait que les peuples soient mieux éduqués et qu’ils votent autrement.


    • cettegrenouilleci 1er octobre 2018 08:16
      @cettegrenouilleci « faute d’avoir toqué à la ’mauvaise’ porte »

       rectification « coquille »

      ce que j’ai voulu dire :
      Le plus court chemin pour aller à la rencontre des forces déterminées à rétablir l’indépendance de la France, sans risquer de s’égarer ou de se voir refuser l’entrée faute d’avoir toqué à la porte adéquate, .../..., c’est de faire un pas en direction de l’UPR et de ses 32 000 adhérents.

  • Ecométa Ecométa 28 septembre 2018 10:22

    « Donnez-moi le contrôle de la monnaie et je me passerai e ceux qui font les lois » :
      dixit le fondateur de la dynastie Rothschild

      C’est fait, nous y sommes et c’est « bienfait » !
    Mais que faire ?

    Il conviendrait de pratiquer une « valeur d’usage » de la politique qui soit réellement démocratique et non vouée aux puissants, à la puissance financière et ses inféodés. Il nous faudrait revenir à des fondamentaux,qui sont totalement bafoué, même totalement nié, tel le concept de « société », ceci, sans tomber dans le socialisme, ou encore celui de « Nation », sans tomber dans un nationalisme crétin.

     Tous nos hommes et femmes politiques sont des traitres à la NATION et à la démocratie,

    Il n’y a pas de fatalité, juste du fatalisme face à un système rationalo économico technoscientifique sophiste et cynique, totalement prévaricateur. Une grande majorité de personnes le sait mais pour eux il n’y a rien à faire !

    Le droit c’est « l’ensemble des conditions qui permettent à la liberté de chacun de s’accorder avec la liberté de tous ». Une liberté forcement conditionnelle et non une liberté économique systémique inconditionnelle qui abuse tout pour servir des tenants et aboutissants financiaristes !

    Sans tomber dans des tribunaux d’exception, il faudrait une loi et une juridiction en matière de traitrise démocratique mais aucun de nos élus ne seraient prêts à voter une telle loi.

    Pour commencer il faudrait faire signer, et faire jurer une allégeance à l’Éthique de Kant.

    « Agis de telle sorte que la maxime de ton action puisse être érigée par ta volonté en une loi universelle » et non individuelle ou personnelle.

     « Agis de telle sorte que tu traites l’humanité en toi-même et en autrui comme une fin et jamais comme un moyen ».

     « Agis comme si tu étais législateur et sujet dans la « République » des volontés libres et raisonnables »

    Par ailleurs, Emmanuel Kant nous dit que si la maxime de l’action a pour objectif une fin en soi, elle doit être le « raisonnable ». Nous en sommes très loin avec cette civilisation du paroxysmique, avec tous ces mots en « isme » qui sont comme autant de paroxysme, et qui abuse tout !

    La liberté est forcément conditionnelle et non inconditionnelle comme ce libéralisme économique systémique qui phagocyte l’économie ; qui se regarde technoscientifiquement le nombril dans une totale ignorance du principe d’Humanité !

    Avec une telle loi et une telle juridiction, il faudrait convoquer tous les instances politiques et économiques françaises et européennes


  • Dom66 Dom66 28 septembre 2018 10:50

    Bonjour Pierre,

    Merci pour le partage, hélas histoire véridique, manque Attali dans le texte.


  • Attilax Attilax 28 septembre 2018 11:18
    C’est tout le système représentatif qui permet l’élection de Macron. Que le MEDEF et Cie veuillent placer leurs pions, c’est normal, ce qui n’est pas normal c’est que le système le permette depuis le début, car ce n’est pas nouveau... Pompidou était déjà une créature de Rotschild, et c’est lui qui a imposé au pays d’emprunter aux marchés financiers avec intérêts plutôt qu’à la Banque de France sans intérêts, créant une gigantesque dette systémique (qui leur permet aujourd’hui de piétiner nos « acquis »).. Avec bien sûr l’aval de presque tous nos « représentants » de l’assemblée, déjà, en 1973.

    Notre élite représentative est une aristocratie de pantins qui servent le dieu argent.

    Si on veut un vrai pouvoir citoyen, ce ne sont pas ces gens qu’il faut changer, mais le système. La république est morte.

    • CN46400 CN46400 28 septembre 2018 11:29

      @Attilax

      « C’est tout le système représentatif qui permet l’élection de Macron »

      Ce n’est pas le « système représentatif » qui est en cause, c’est l’existance d’une classe sociale, la bourgeoisie, infiniment minoritaire, qui dispose pourtant d’assez de moyens pour imposer, à travers des individus, la dictature de ses intérêts !

    • kirios 30 septembre 2018 08:34

      @CN46400

      « Ce n’est pas le « système représentatif » qui est en cause, »
      pourtant il ne peut y avoir de démocratie que si elle est directe et qu’elle est permanente.

      quant à la bourgeoisie elle aurait moins de pouvoirs si les électeurs étaient des citoyens .

    • Attilax Attilax 1er octobre 2018 12:31

      @CN46400


      Tant que la classe populaire n’aura comme choix que de faire confiance à des représentants issus de l’élite, elle se fera tondre.

      La nature même du pouvoir interdit de croire qu’on peut déléguer en toute confiance le pouvoir politique citoyen à des « représentants ». Croire en l’intégrité des hommes de pouvoir, c’est croire au père noël.

      Libre à vous, mais vous n’avez pas fini d’être déçu...

    • Attilax Attilax 1er octobre 2018 12:41

      @CN46400


      Dans une démocratie directe, cette classe bourgeoise « infiniment minoritaire » ne pourrait pas imposer ses vues à la majorité via ses pantins, c’est justement le système représentatif qui le lui permet, alors pourquoi le défendre à tout prix ? Vous avez absolument besoin d’un maître ?

      Vous préfèrez rester électeur plutôt que devenir citoyen, c’est curieux pour un « insoumis »... Auriez-vous peur du peuple et des choix qu’il ferait s’il avait les manettes ?

  • Roberto 10 28 septembre 2018 12:00

    Bonjour Pierre,


    Très bon article qui résume parfaitement le coup d’état qui a été orchestré....

    IL y avait aussi, cet article qui était sorti à l’époque, lors de l’élection présidentielle et qui serait bon de faire de nouveau circuler.......










  • Loatse Loatse 28 septembre 2018 12:01

    Mes compatriotes sont des billes !


    Evidemment que notre candidat-président était soutenu par les grands groupes (de presse notamment). On ne voyait que sa bouille et celle de madame en une des magazines... Le clou c’est lorsqu’il fut edité un magazine luxueux en papier glacé lui étant consacré exclusivement... vendu quelque chose comme 9 euro !

    Fortiche le gus, il fait payer son support electoral ! me suis je dis..

    Malgré tous ces moyens mis dans la balance, à son avantage au niveau de la com, d’autres avec plus d’expérience en politique auraient pu être élus à sa place.

    Je pense là à Fillon, qui, s’il n’avait pas embauché Madame, (ce qu’on appele un squelette dans le placard) aurait eu toutes ses chances, là ca ressemble tout de même à de l’auto sabotage quand on brigue de hautes responsabilités... Evidemment, c’était visible comme le nez au milieu de la figure qu’il s’agissait là d’une tactique éliminatoire.. mais bon, c’est courant (et les emplois fictifs et la tactique visant à faire tomber un candidat en disgrâce)

    Quand à Madame le Pen qui avait aussi quelques chances (et quelques casseroles aussi), ne s’est elle pas vautrée toute seule en face de son adversaire ?

    Maintenant, que mes compatriotes soient attirés par un candidat « sentant le pauvre », j’en doute... Bien des maires sont des notables, des personnes affichant une réussite sociale, ce qui rassure.. On se dit : il a bien géré sa vie, il gérera bien notre commune ! (quitte à fermer les yeux lorsque celui ci s’accorde quelques privilèges)

    Les réseaux d’influence... Hollande n’a t’il pas avoué appartenir à une loge ? N’est ce pas là que se fait « le monde » depuis bien longtemps... il existe aussi des réseaux d’influence, d’entraide chez différentes corporations..

    Qu’est ce qu’il restait à la « plèbe » ? Deux outils d’importance capitale sans quoi rien n’est possible dans une démocratie certes imparfaite mais une démocratie tout de même. (la preuve : les italiens ont voté pour un clown ; pepe grillo) : Son cerveau (capacité de discernement) et ses mains (pour mettre en urne son bulletin)... Bon en 1789, c’est plutôt son ventre (vide) qui commandait...

    Depuis chaque président veille scrupuleusement à ce que celui ci soit plein. quitte à soutenir l’associatif qui le remplira par défaut.. Que son voisin perde son job, que les usines délocalisent, le quidam lambda il s’en tape ! du moment que son assiette à lui n’est pas vide.. S’il faut bouffer toute la com d’un commercial pour avoir un canapé en cuir ou une voiture moins chère, ce dernier n’hésitera pas une seconde...Se soucie t’il de l’exploitation du gars qui récolte son café, son huile de palme ? que nenni ! quand aux bobos du camps du bien, tentez d’ouvrir un cao (centre d’accueil et d’orientation pour migrants) dans le 6ème, et écoutez les cris d’orfraie...

    A soixante balais, je vois les choses comme elles sont... aussi puis je dire oui, ce n’est pas le hasard qui fait les présidents, ni même les réseaux d’influence même s’ils restreignent le choix ; 

    Nous avons les élus que nous méritons...

    A méditer tout de même : Celui ci se prénomme Emmanuel (traduction : Dieu est avec nous !). De deux choses l’une : ou Celui ci nous aide, ou Il nous présente l’addition...



  • lala rhetorique lala rhetorique 28 septembre 2018 12:22

    Macron vient de se rendre compte, car il était sur son grand nuage comme un Dieu, c’est qu’il n’est justement qu’une marionnette... et, s’il a un peu d’intelligence, il doit bien se douter que ceux qui l’ont ainsi mis sur la scène, on déjà quelqu’un d’autre de prêt à prendre sa place ! Car en réalité, tout a commencé quand ils ont placé Sarkotte la cocotte, mise en scène extra-ordinaire, jamais vue en France, puis ils ont mis Hollande, simplement pour faire un break, sachant que le pimpin ne durerait pas, puis ont placé Macrounet à sa mèmère, qui attendait dans les coulisses, et de cinq ans en cinq ans, c’est toute notre nation qui va vers un esclavage total des populations avec dématérialisation de tout ce qui est possible à dématérialisé, ponction directe sur les salaires et pensions, suppression de l’argent « liquide » etc... le projet date d’il y a très longtemps !


  • keiser keiser 28 septembre 2018 12:28

    Bon article
    Pendant ce temps, la retraite des députés fait exploser le budget de l’assemblée.
    Balkany s’augmente de 56 %.
    Et Macron demande de l’aide depuis la Martinique.
    J’ai comme l’impression qu’il serre les fesses pour les européennes.
    Il commence peut être à réaliser que si il se plante pour ces élections, ses chers amis du capital vont peut être le laisser tomber comme une merde qu’il est.
    Et oui, c’est ainsi que va la disruption.

  • lala rhetorique lala rhetorique 28 septembre 2018 12:30

    Le véritable problème vient de la soumission des peuples ; nos ancêtres auraient déjà été dehors avec des fourches. Mais les syndicats sont des molassons bien payés, car il faut être vraiment nul pour penser qu’on peut, en chantant dans les rues avec des banderoles, faire retirer une loi déjà votée ! Je pense que si révolte il y aura, elle sera au moins européenne, venant de petits groupes, qui trouveront un moyen de communiquer autrement que par le net actuel ; la réunion de ces petits groupes donnera sans doute un grand élan car tous les acteurs politiques proposés par les médias cachent ceux qui pourraient vraiment changer la donne. Quant aux journalistes, il n’y a que le nom qui persiste, car ils n’ont plus aucune possibilité de fouiller l’info (il n’y a plus qu’une seule source d’information en plus), et se contentent de commenter, dans le sens du poil, ce qu’ils ont pêché sur le net ou ce qu’on leur demande de faire passer.Mais le bourrage de crâne (la propagande) dépasse l’entendement, touche les séries télévisées, les reportages, les publicités, etc... Göbels à côté c’était de la roupie de sansonnet !


    • Le421 Le421 28 septembre 2018 20:46

      @lala rhetorique

      Gœbbels... Avec deux « b », je crois.
      Plus c’est gros, plus ça passe.
      Répétée cent fois, une connerie devient une vérité dans les esprits faibles.
      Un résumé de sa vision.
      Qui n’était d’ailleurs pas fausse !!

  • Le421 Le421 28 septembre 2018 20:43
    Excusez du peu, je ne tiens pas à tirer la couverture à mon camp, mais quand même.
    Il fallait être particulièrement idiot pour ne pas comprendre le trucage de la candidature Macron.
    Il fallait être particulièrement idiot pour ne pas écouter les avertissements de LFI et d’autres partis, même opposés à notre camp.
    Il fallait être particulièrement idiot pour ne pas voir que la finale Le Pen - Macron a été arrangée « aux petits oignons » par les milieux autorisés.
    Il faut aussi être particulièrement idiot pour oblitérer le résultat d’une formation politique à laquelle j’adhère, qui était vouée aux gémonies, a démarré bizarrement à 5-6% dans des sondages bidons, alors que dans nos réunions, les scores de plus de 15% étaient patents...
    De là à dire que les français sont particulièrement idiots, il n’y a qu’un pas.
    Aurions-nous fait mieux ? Je ne sais pas.
    Mais on n’aurais jamais pu faire pire que Macron.
    Du moins, pour les moins fortunés, pour la grande majorité, vous qui me lisez.
    Parce que si vous traînez sur Agoravox, vous ne faites certainement pas partie des 1% que Jupiter favorise.
    Et si vous pensez le contraire, je vous conseille de consulter.
    Vous êtes atteints du syndrome du larbin...



    • foufouille foufouille 28 septembre 2018 21:03

      @Le421

      tout le monde n’a pas un appart pas beau de un million d’euros comme le pote à macron et chef de LFI ..........


    • foufouille foufouille 28 septembre 2018 21:05

      @Le421

      si il est élu, il va prendre les millions de son pote ruquier ?


    • Le421 Le421 29 septembre 2018 08:45

      @foufouille

      Mais oui, voilà !! C’est exactement ça la technique Gœbbels.
      Répéter cent fois une connerie.
      Dire que Mélenchon est millionnaire, le plus riche des candidats, le copain de Dassault, Chavez (tiens, du « en même temps » !!) et maintenant Macron...
      Alors que le pauvre bougre n’avait que 35.000€ sur un compte*... Déclaration à la HATVP.
      Franchement, avec tout le respect que je vous doit, vous êtes un blaireau qui propage des idées fausses qui ne servent que les dirigeants en place.
      Comme le RN, vous êtes militant d’une opposition fantoche qui n’est là, sans argument réel et exact, que pour mieux servir la soupe aux puissants.
      Mais c’est votre job !! Vous le faites bien.
      Il joue à quoi en ce moment sur Facebook le commentateur avisé ??
       smiley
      *Une fois élu, on découvre une magnifique villa au Touquet devant laquelle il faut planter les flics H24... 35.000€ !! Et Mélenchon millionnaire. Mmmmmmm’bécile !!

    • Le421 Le421 29 septembre 2018 08:48

      @zzz’z

      Je pense que mes voisins retraités ne sont pas particulièrement idiots, ou, larbins — Députée, docteurs, chefs d’entreprises, cadres sup, … —, disposants tous d’au moins deux maisons

      Et cela donne une majorité d’électeurs pour le « Rothschild Boy » ?
      C’est plausible.
      Les misérables sont tellement dégoûtés qu’ils ne vont pas voter.
      Il n’y a guère plus que ceux qui ont quelque chose à perdre.
      Et les idéologues à la con. Comme moi.

    • foufouille foufouille 29 septembre 2018 10:09

      @Le421

      ce n’est pas ce que j’ai dit, le prix de son appart est vrai, pauvre larbin.
      ensuite, il très dépensier vu son salaire est de 6000 depuis des années plus de nombreux trucs gratuits comme l’avion.
      il a bien bouffé avec son pote macron et pas avec le pen que je sache. je ne mange pas avec mes ennemis.

  • kirios 29 septembre 2018 13:07
    j’ai la conviction depuis longtemps que ce que vous écrivez est la pure vérité, je pense cependant, que pour rassurer les sceptiques ,il faudrait que vous donniez les sources de vos citations .

    • Pierre Pierre 29 septembre 2018 13:46

      @kirios
      Bonjour, 

      C’est trop tard pour cette fois-ci mais vous avez raison et je serai attentif à ce détail la prochaine fois.
      Une remarque : j’attendais mes habituels contradicteurs de pied ferme mais assez curieusement il sont restés silencieux. Je ne les ai pourtant pas bloqués sauf un qui tenait des propos outranciers sur les autres commentateurs d’AgoraVox.
      Ceci dit, j’ai beau mettre des liens vers les médias mainstream, cela ne change rien pour la plupart d’entre eux.

    • keiser keiser 29 septembre 2018 16:08
      @Pierre

      Je ne veux pas dévaloriser votre article, bien au contraire mais :
      Il ne faut pas être un grand expert en politique pour décrypter les tenants et aboutissants du chemin de Macron pour en arriver là.
      On peut aussi dire qu’il a su tirer pleinement parti de Bercy pour affiner sa stratégie.
      Et là, j’ai un lien smiley


Réagir