mardi 4 janvier - par PETINOS

Presse turque et chypriote turque / Nouvelle année, mêmes messages

1. Economie : Le quotidien turc Milliyet (31.12.21, www.milliyet.com.tr) écrit que le président Recep Tayyip Erdogan a déclaré qu'avec l'ensemble de mesures adoptées selon les règles du marché libre, son gouvernement a réussi à éliminer les fluctuations des taux de change, soulignant que ces fluctuations n'étaient pas conformes aux réalités et au développement de l'économie turque. Dans un message pour le Nouvel An, Erdogan a déclaré qu'ils poursuivraient résolument la transformation économique du pays. Arguant que, comme dans tout changement historique, des difficultés et des problèmes sont apparus dans ce processus, le président turc a encore déclaré que le pays sera sans aucun doute confronté à de telles vibrations inattendues « en raison des attaques contre l'économie turque depuis longtemps ».

Rappelons que la valeur de la livre turque a chuté vertigineusement conduisant à la paupérisation de millions de Turcs et que les décisions du président turc vont à l’encontre de toute logique économique. Le président turc, devant la chute de la livre turque et de son parti dans les sondages, tente d’enrayer la descente aux abimes soutenant mordicus sa politique économique erratique et allant à contresens de la logique. Les Turcs sont les premiers à en souffrir…

2. Le ministre turc des Affaires étrangères Mevlüt Çavuşoglu, a été questionné, dans une interview, sur les relations de la Turquie avec le Moyen-Orient[1]. Invité à commenter la nomination d’ambassadeurs en Israël et en Égypte, Çavuşoglu a déclaré qu'il ne partageait pas l'opinion selon laquelle l'ambassadeur à lui seul, à ce stade, pourrait améliorer des relations rompues depuis longtemps, notant que « c'est une décision qui a été prise après que la relation ait atteint un certain niveau. »

Soulignant que la Turquie n'a jamais été un pays antisémite, Çavuşoglu a soutenu que la rhétorique anti-israélienne n'a augmenté en Turquie qu'en raison des agressions commises par Israël[2]. Par ailleurs, le ministre turc a déclaré à propos des relations égypto-turques : « Une nouvelle page s'est enfin ouverte. « Bien qu'il n'avance pas aussi vite que nous le souhaitons, elle a été ouverte. »

Rappelons que la rivalité entre l’Egypte et la Turquie est vivace et touche de nombreux domaines comme la question des hydrocarbures en Méditerranée Orientale, la religion et les relations avec Israël. Le ministre turc tente de trouver des points positifs là où il n’y a que des conflits. Quant aux relations avec Israël, tout le monde se rappelle de la rhétorique antisémite de Recep Tayyip Erdogan et de ses positions anti-israéliennes dans le conflit moyen-oriental.

3. Erdogan : « Nous continuerons à défendre les intérêts de la "République Turque du Nord de Chypre (RTCN)" »

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a déclaré que la Turquie a défendu et continuera de défendre ses droits et intérêts ainsi que ceux de la « RTCN » en Méditerranée orientale, écrit le quotidien chypriote turc Diyalog (02.01.22).

Dans une publication sur les réseaux sociaux, Erdogan, notait également qu'une quatrième plate-forme de forage a été incluse dans la flotte turque après les trois en service : Fatih, Yavuz et Kanuni. Ces navires de forage sont utilisés – toujours accompagnés de navires militaires - notamment dans les recherches illégales turques dans la zone économique exclusive de Chypre.

4. Le quotidien chypriote turc Avrupa (31.12.21) écrit que Murat Kanatli, du Nouveau parti chypriote (YKP), appelle de nouveau à boycotter des « élections législatives de ce mois », dans la partie de Chypre occupée par la Turquie. Cet appel est relatif à l’intervention de la Turquie dans les affaires des Chypriotes turcs et notamment des liens entre le parti islamo-conservateur AKP et les nationalistes chypriotes turcs.

Kanatli, rappelle que lors des « élections présidentielles » dans la partie occupée de Chypre, tenues le 18 octobre 2021, il y a eu des interventions directes d’Erdogan en faveur du nationaliste Ersin Tatar. D’ailleurs, ce dernier a été choisi par le président turc lui-même.

 

 

[1] 24 TV et Anadolu du 30.12.21. Compilation : Bureau de Presse et d’Information (PIO).

[2] Contre les Palestiniens.



2 réactions


  • confiture 4 janvier 16:26

    Bonjour, j’aimerais bien savoir quels sont les intérêts de la Turquie à Chypre ? ils ont vraiment besoin de ce lopin de terres ?


    • PETINOS PETINOS 13 janvier 11:29

      @confiture
      Il faut chercher du^côté du nationalisme, du néo-ottomanisme et de l’expansionnisme de la politique actuelle de la Turquie pour expliquer votre question.


Réagir