mardi 25 janvier - par roman_garev

Prévisions géopolitiques à court terme

Par Dmitry Orlov – Le 19 janvier 2022 – Source Club Orlov

Depuis que Poutine a annoncé qu’il exigeait des garanties de sécurité de la part des États-Unis et de l’OTAN (en bref, arrêter l’expansion de l’OTAN vers l’est, faire en sorte que l’OTAN se retire sur ses positions de 1997 et retire les armes offensives du voisinage immédiat de la Russie), nous avons été soumis à un barrage d’inepties de la part de la presse occidentale :

  • Ces garanties de sécurité sont-elles un ultimatum ou un outil de négociation ?
  • Les États-Unis et l’OTAN vont-ils les accepter ou les rejeter ?
  • Poutine va-t-il envahir l’Ukraine ou sera-t-il stoppé dans son élan grâce à l’utilisation judicieuse et opportune de froncements de sourcils, de secousses de tête, d’agitations de doigts et de tics nerveux par des personnalités occidentales diverses et variées ?
  • Si Poutine envahit l’Ukraine, cela signifie-t-il que la troisième guerre mondiale est enfin sur nous et que nous allons tous mourir ?

[Figures : Le nouveau parc Zaryadié au centre de Moscou.]

J’espère que je ne suis pas le seul à en avoir assez de cette tentative pathétique et fastidieuse de jeter un écran de fumée et de cacher l’inévitable réalité de ce qui est sur le point de se produire. Au cas où cela ne serait pas encore tout à fait clair pour vous, je voudrais tout expliquer. Je suis normalement plus prudent lorsque je fais des prédictions spécifiques, mais dans le cas présent, notre avenir immédiat a été soigneusement tracé pour nous par la Russie et la Chine, les États-Unis et leurs marionnettes assorties étant réduits au statut de personnages non jouables dans un jeu vidéo qui ne peuvent faire qu’une chose : se cacher derrière un écran de fumée dense de mensonges risibles.

Premièrement, les demandes de garanties de sécurité russes ne sont pas des ultimatums. Un ultimatum est une sorte de « ou bien », offrant un choix entre la conformité et les conséquences, alors que dans ce cas, la non-conformité et les conséquences suivront automatiquement. L’Occident et l’OTAN sont, pour des raisons de politique intérieure bien comprises, incapables de signer ces garanties ; les conséquences se feront donc sentir en temps voulu.

La Russie a exigé que les États-Unis et l’OTAN mettent par écrit leur refus d’accepter les garanties de sécurité ; ces morceaux de papier seront importants pour la suite. Pour comprendre pourquoi, nous devons tenir compte du fait que tout ce qui fait partie de ces garanties de sécurité a déjà été accepté par l’Occident, à savoir la garantie « pas un pouce à l’est » donnée aux Russes par les États-Unis il y a 30 ans et le principe de sécurité collective accepté par tous les membres de l’OSCE. En signant un document dans lequel ils déclarent leur refus de se conformer à ce qu’ils ont précédemment accepté, les États-Unis et l’OTAN se déclareraient essentiellement apostats du droit et de l’ordre internationaux. Cela impliquerait à son tour que leurs propres besoins de sécurité peuvent être ignorés et qu’ils méritent d’être humiliés et punis.

En outre, en mettant leur refus par écrit, les États-Unis et l’OTAN déclareraient que le principe de sécurité collective lui-même – en particulier en ce qui concerne les États-Unis et l’OTAN – est nul et non avenu, ce qui signifie que si, par exemple, les Bahamas, une nation souveraine depuis le 10 juillet 1973, décidaient de renforcer leur souveraineté en accueillant une batterie de missiles russes pointée à travers le Gulf Stream sur Miami et Fort Lauderdale, en Floride, les États-Unis n’auraient rien à dire sur la question, et si les États-Unis essayaient de s’exprimer, ils seraient battus avec ce même morceau de papier qu’ils ont signé. « Vous sentez-vous menacés maintenant ? » demanderaient les Russes ; « Peut-être auriez-vous dû y penser lorsque vous nous avez menacés en plaçant vos missiles en Pologne et en Roumanie. »

L’objectif initial déclaré des deux installations d’Aegis Ashore en Pologne et en Roumanie était d’abattre les missiles iraniens, qui n’existaient pas à l’époque, n’existent pas aujourd’hui, et n’auraient de toute façon jamais fait un détour géant pour survoler la Pologne ou la Roumanie. Bien que l’objectif déclaré de ces systèmes soit la défense antimissile, leurs plateformes de lancement peuvent également être utilisées pour lancer des armes stratégiques offensives : les missiles de croisière Tomahawk à charge nucléaire. Ces Tomahawk sont obsolètes et les Russes savent très bien les abattre (comme ils l’ont démontré en Syrie) mais cela reste très gênant, sans compter qu’ensemencer la campagne russe avec du plutonium américain pulvérisé ne serait bon pour la santé de personne.

Nous devons donc nous attendre à ce que de mauvaises choses arrivent à ces installations, mais nous devons nous attendre à rester plutôt mal informés sur les détails. Alors que les non-négociations sur les exigences russes en matière de garantie de sécurité seront aussi publiques que possible (malgré les cris plaintifs des Occidentaux demandant qu’elles se déroulent en privé), les « moyens technico-militaires » que la Russie utilisera pour faire face au non-respect des exigences occidentales ne seront pas largement diffusés. L’installation roumaine pourrait devenir inopérante à cause d’un petit volcan récemment découvert à proximité ; l’installation polonaise pourrait succomber à une explosion de gaz de marais.

Une nouvelle série d’accidents malheureux pourrait amener les États-Unis et l’OTAN à devenir timides et réticents à empiéter sur les frontières de la Russie. Les troupes de l’OTAN stationnées dans les pays baltes, à un jet de pierre de Saint-Pétersbourg, deuxième ville de Russie, pourraient se plaindre d’avoir entendu à plusieurs reprises le mot « Thud ! » clairement et bruyamment annoncé, ce qui entraînerait un diagnostic de schizophrénie et leur évacuation. Un avion espion américain pourrait connaître un léger dysfonctionnement de son GPS, ce qui l’amènerait à pénétrer dans l’espace aérien russe, à être abattu et à voir son pilote, s’étant éjecté, condamné à de nombreuses années d’enseignement de l’anglais à des enfants de maternelle à Syktyvkar ou Petropavlovsk-Kamchatsky. Les navires de la marine américaine et de l’OTAN, déjà sujets à des collisions entre eux, avec des montagnes sous-marines et des barges, pourraient subir un nombre inhabituellement élevé d’accidents de ce type à proximité des côtes russes, ce qui les ferait s’en éloigner. Un grand nombre d’événements de ce type, dont la plupart se dérouleraient hors de la vue du public, et dont les nouvelles seraient supprimées dans la presse occidentale et les médias sociaux, obligerait la puissante armée américaine à faire face à une question existentielle inconfortable : « Les Russes ont-ils encore peur de nous, ou sommes-nous en train de nous branler les uns les autres ? » Leur réponse sera de se réfugier dans le déni et de se branler plus fort et plus vite que jamais.

Mais s’ils ne font que se branler les uns les autres, alors qu’en est-il de leur politique d’endiguement ? Qu’est-ce qui va contenir la Russie et l’empêcher de recréer l’URSS 2.0 ? si ce n’est que les Russes ne sont pas stupides, qu’ils ont appris leur leçon la première fois, et que la Mère Russie ne permettra plus à une bande d’inutiles ingrats non russes de téter son ample sein. « Mais quand la Russie va-t-elle envahir l’Ukraine ? » demandent les esprits curieux, en particulier ceux qui ont prêté attention aux sources d’information occidentales affirmant que la Russie a rassemblé 100 000 soldats à la frontière ukrainienne (ce n’est pas le cas).

La dernière théorie en date est que ce qui empêche la Russie d’envahir le pays est le temps chaud. Apparemment, il a fait exceptionnellement chaud depuis 2014, ce qui explique pourquoi les troupes russes n’ont pas encore traversé la frontière ukrainienne. Qu’est-ce qu’ils attendent ? La prochaine ère glaciaire qui devrait arriver d’un millénaire à l’autre ? Au lieu de cela, la Russie a juste obtenu les morceaux d’Ukraine qu’elle voulait – la Crimée, le Donbass et quelques millions de professionnels russophones hautement qualifiés – tout cela sans organiser une invasion, et elle attend maintenant que le reste de l’Ukraine dégénère dans son état final de parc à thème ethnique et de réserve naturelle. La seule chose qui ne va pas avec ce plan est que l’Ukraine doit être démilitarisée, comme l’exigent les récentes demandes de garanties de sécurité de la Russie.

Mais que se passera-t-il si les garanties de sécurité de la Russie ne sont pas respectées et que les États-Unis et l’OTAN continuent à bourrer l’Ukraine d’armes, à envoyer des formateurs et à établir des bases ? Eh bien, il faudra alors les détruire. Cela peut se faire en lançant quelques roquettes depuis de petits navires naviguant dans la mer Caspienne, comme cela a été fait pour détruire les bases d’ISIS en Syrie ; aucune invasion terrestre n’est nécessaire. Il ne faudra pas grand-chose pour inciter les États-Unis et l’OTAN à évacuer l’Ukraine dans la panique, puisqu’ils ont déjà élaboré des plans à cet effet et ont annoncé qu’ils ne se battraient pas pour la défendre.

Si c’est ce qui se passe, que pensez-vous qu’il se passera ensuite ? Les États-Unis déclencheront-ils une guerre nucléaire à cause de l’Ukraine ? Umm… que pensez-vous d’un « NON !!! » ? Les États-Unis vont-ils imposer des « sanctions infernales » ? Peut-être, mais vous devez comprendre qu’à l’heure actuelle, les États-Unis et les autres économies occidentales peuvent être caricaturés avec précision comme un vase de cristal plein d’excréments posé sur le bord d’une haute étagère au-dessus d’un sol en marbre dur. L’espoir est que personne ne va éternuer parce que la pression sonore pourrait le faire basculer. Les sanctions infernales semblent en effet pouvoir provoquer un éternuement. Inutile de dire que les États-Unis continueront à parler de sanctions infernales et peut-être même à adopter une loi à cet effet, et à prétendre avoir envoyé « un message fort », mais sans résultat.

La Russie agira-t-elle immédiatement après avoir accepté par écrit le refus de l’Occident de lui fournir les garanties de sécurité demandées ? Non, il y aura forcément un délai. Voyez-vous, le 4 février est dans à peine deux semaines, et ce n’est tout simplement pas assez de temps pour commencer et terminer une action militaire. Qu’y a-t-il le 4 février ? La cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques de Pékin, bien sûr, à laquelle Poutine sera l’invité d’honneur alors que les dignitaires américains n’ont même pas été invités.

Lors des Jeux olympiques, Poutine et Xi signeront une série d’accords majeurs, dont l’un pourrait transformer la relation déjà très forte entre la Chine et la Russie en une véritable alliance militaire. L’ordre mondial tripartite annoncé par le général Milley, dans lequel les États-Unis, la Russie et la Chine sont sur un pied d’égalité, n’aura duré que trois mois. Avec la Russie et la Chine agissant comme une unité, l’OCS, qui comprend désormais la quasi-totalité de l’Eurasie, devient plus qu’un simple pôle géopolitique. En comparaison, les États-Unis et les 29 nains de l’OTAN ne constituent pas tout à fait un pôle géopolitique et le monde redevient unipolaire, mais avec une polarité inversée.

Nous ne devons donc pas nous attendre à ce qu’une action militaire ait lieu entre le 4 et le 20 février. Si une quelconque frasque militaire devait se produire pendant les Jeux olympiques, qui sont traditionnellement une période de paix dans le monde, il s’agirait à coup sûr d’une provocation occidentale, puisque les Jeux olympiques sont une période traditionnelle de provocations occidentales (la Géorgie pendant les Jeux olympiques de Pékin en 2008 ; l’Ukraine pendant les Jeux olympiques russes de Sotchi en 2014). Nous pouvons être sûrs que tout le monde est très bien préparé à cette provocation et qu’elle sera traitée très durement.

La pire des provocations serait que les conseillers de l’OTAN parviennent à pousser les troupes ukrainiennes infortunées et démoralisées à envahir le Donbass. Si cela se produit, l’opération se déroulera en deux étapes. La première consistera à tromper les Ukrainiens pour qu’ils tombent dans un piège. La seconde consistera à menacer de les détruire en utilisant l’artillerie russe à longue portée depuis la frontière russe. Lorsque cela s’est produit précédemment, le gouvernement ukrainien de Kiev a été contraint de signer les accords de Minsk, qui exigeaient que l’armée ukrainienne se retire et que le gouvernement de Kiev accorde l’autonomie au Donbass en modifiant la constitution ukrainienne.

Mais comme le gouvernement de Kiev n’a montré aucune intention de respecter les termes de ces accords au cours des années écoulées et qu’il a plutôt fait tout son possible pour les saboter, il n’y a aucune raison de s’attendre à ce qu’une nouvelle série d’accords de Minsk soit signée. Au contraire, ce sera la fin de la route pour l’État ukrainien. C’est exactement ce que Poutine a promis. Les conseillers de l’OTAN risquent d’être frustrés dans leurs efforts pour amener les Ukrainiens à attaquer : il est préférable pour eux de rester assis là, à se faire pousser encore et encore par leurs responsables de l’OTAN et à se faire harceler par des fonctionnaires et des espions des États-Unis et de l’Union européenne, plutôt que de voir leurs meilleurs éléments anéantis par l’artillerie russe ou de subir une dernière humiliation nationale.

Après le 20 février, cependant, nous devrions nous attendre à une nouvelle et intéressante distraction intérieure. Il pourrait s’agir d’un château de cartes financier occidental ou d’une pyramide qui finit par s’effondrer, d’un nouveau virus amusant ou d’une pénurie de gaz naturel qui provoquerait une énorme urgence humanitaire. Ou encore, il pourrait s’agir d’une combinaison de ces éléments : le virus pourrait être attribué à la Chine, la pénurie de gaz à la Russie et l’effondrement financier aux deux. Pendant que tout le monde est distrait, un ou deux porte-avions pourraient disparaître, l’installation Aegis Ashore en Pologne pourrait être détruite par une explosion de gaz de marais et ainsi de suite. Mais alors personne n’y prêtera attention.

Il y aura toujours la question existentielle majeure qui harcèlera le complexe militaro-industriel américain : « La Russie et la Chine ont-elles encore peur de nous ou sommes-nous juste en train de nous branler les uns les autres ? ». Je pense savoir quelle réponse la Russie et la Chine offriraient : « Ne vous inquiétez pas pour nous. Continuez à vous branler les uns les autres. »

Dmitry Orlov

Traduit par Hervé, relu par Wayan, pour le Saker Francophone



15 réactions


  • ZXSpect ZXSpect 25 janvier 19:34

    .
    désolé pour vous, c’est de la part de Cyrus
    https://www.agoravox.fr/commentaire6250095
    .
    ᗪᗩᖇTH Ƭᖇ〇〇ᖘᕮᖇ 25 janvier 19:25

    _____________________██████
    _________▓▓▓▓____█████████
    __ Ƹ̵̡Ӝ̵̨̄Ʒ▓▓▓▓▓=▓____▓=▓▓▓▓▓
    __ ▓▓▓_▓▓▓▓░●____●░░▓▓▓▓
    _▓▓▓▓_▓▓▓▓▓░░__░░░░▓▓▓▓
    _ ▓▓▓▓_▓▓▓▓░░♥__♥░░░▓▓▓
    __ ▓▓▓___▓▓░░_____░░░▓▓
    ▓▓▓▓▓____▓░░_____░░▓
    _ ▓▓____ ▒▓▒▓▒___ ████
    _______ ▒▓▒▓▒▓▒_ ██████
    _______▒▓▒▓▒▓▒ ████████
    _____ ▒▓▒▓▒▓▒_██████ ███
    _ ___▒▓▒▓▒▓▒__██████ _███
    _▓▓X▓▓▓▓▓▓▓__██████_ ███
    ▓▓_██████▓▓__██████_ ███
    ▓_███████▓▓__██████_ ███
    _████████▓▓__██████ _███
    _████████▓▓__▓▓▓▓▓▓_▒▒
    _████████▓▓__▓▓▓▓▓▓
    _████████▓▓__▓▓▓▓▓▓
    __████████▓___▓▓▓▓▓▓
    _______▒▒▒▒▒____▓▓▓▓▓▓
    _______▒▒▒▒▒ _____▓▓▓▓▓
    _______▒▒▒▒▒_____ ▓▓▓▓▓
    _______▒▒▒▒▒ _____▓▓▓▓▓
    ________▒▒▒▒______▓▓▓▓▓
    ________█████____█████
    _’▀█║────────────▄▄───────────​─▄──▄_
    ──█║───────▄─▄─█▄▄█║──────▄▄──​█║─█║
    ──█║───▄▄──█║█║█║─▄║▄──▄║█║─█║​█║▄█║
    ──█║──█║─█║█║█║─▀▀──█║─█║█║─█║​─▀─▀
    ──█║▄║█║─█║─▀───────█║▄█║─▀▀
    ──▀▀▀──▀▀────────────▀─█║
    ───────▄▄─▄▄▀▀▄▀▀▄──▀▄▄▀
    ──────███████───▄▀
    ──────▀█████▀▀▄▀
    ────────▀█▀n"


  • Pie 3,14 25 janvier 19:44

    Un bel exemple de l’omniprésence de la propagande russe sur ce site.

    Au moment où j’écris il y a 43 articles visibles sur la page. 9 sont des diatribes pro Poutine soit 20.9% de la totalité des articles proposés. 

    A titre de comparaison, le Covid qui occupe une bonne partie des discussions concerne seulement 7 articles soit 16.2% du contenu de la page...

    On sent que les usines à trolls russes tournent à plein régime en ce moment, un article sur 5 ce n’est pas rien, bravo Agoravox !. Il faut absolument persuader que l’OTAN et les USA agressent, que l’Ukraine plus nazie que jamais menace la pacifique Russie même si cette dernière accumule depuis des semaines des moyens énormes sur les frontières, pose des revendications qu’elle sait intenables comme des ultimatum et joue l’agressée alors qu’elle est l’agresseur.


  • André 25 janvier 21:04

    Seul un ignorant et un imbécile peuvent remettre en question le scénario de l’auteur.


  • xana 25 janvier 21:23

    Allez Pie 3.14, va te cacher dans ton trou sous le charbon.

    Peut-être que les Yvans ne sauront pas te trouver...


  • xana 25 janvier 21:29

    Plus sérieusement, merci roman_garev pour cet article de Dimitri Orlov, toujours en pleine forme.

    Ca fait des années qu’on attend, et les Russes ont l’air d’enfin se décider à bouger. Comme toujours ce sera une grosse surprise pour les Oxydentaux qui croient encore comprendre quelque chose à Poutine et à son équipe.

    Mais il ne faut pas jouer aux échecs quand on n’est qu’un joueur de dames...


    • Samson Samson 25 janvier 21:55

      @xana
      « Mais il ne faut pas jouer aux échecs quand on n’est qu’un joueur de dames... »

      Il y a bien longtemps sous Obama , j’avais lu une analyse produite par je ne sais quel obscur chroniqueur du Monde qui expliquait fort doctement que les U$A jouaient aux échecs quand Poutine pratiquait le poker menteur, soit une de ces inversions classiques dont la propagande main-stream semble détenir le secret. Déjà à l’époque, j’avais bien rigolé !

      Je raffole des analyses produites par Dmitry Orlov : qui a dit que les Russes manquaient d’humour ?


  • pipiou2 25 janvier 22:14

    Non mais, sérieusement, l’auteur espère-t-il nous convaincre qu’il est normal que la Russie empile des divisions à la frontière de l’Ukraine, juste en nous pondant deux pages de bullshit ?

    Il a été trop biberonné à la Pravda 2.0.


  • izarn izarn 26 janvier 17:12

    C’est pompé sur Ustinov...

    Non, les russes ne vont pas envahir l’Ukraine... smiley

    Juste que l’OTAN va essayer d’envahir le Donbass, pour se prendre une patée mahouss, comme en 2014...

    Poutine n’a rien à craindre...

    OTAN=NULL.

    Biden=Gateux.

    Macron=Pauvre con.


    • izarn izarn 26 janvier 17:26

      @izarn
      L’Occident est désormais dirigée par des drogués pervers en fin de vie...


    • xana 27 janvier 13:54

      @izarn
      Le malheur est que nous ne sommes même pas capable de les chasser.
      Des « drogués pervers en fin de vie », sans doute, mais élus par des peuples de crétins escouillés.


    • Samson Samson 27 janvier 21:29

      @xana
      « ... mais élus par des peuples de crétins escouillés »

      Ben, 50 ans de lobotomisation et d’accoutumance télévisuelle à la propagande de la publicité commerciale n’ont hors feu Hara-Kiri pas vraiment favorisé le développement de l’esprit critique !

      Après les vertus des dentifrices ou de lessives doctement vantées par des bonimenteurs en blouse blanche sur fond de tableurs Excel pour la caution « scientifique », ce sont maintenant les confinements, bâillons, couvre-feux, ausweiss « vaccinaux » et autres billevesées qui se voient fourgués par contrainte managériale des mêmes, promus cette fois au respectable rang de « Conseil Scientifique » et autres « autorités » sanitaires.

      Bref, on ne peut pas dire que çà s’arrange ! smiley smiley smiley


Réagir