lundi 30 mars 2015 - par Séraphin Lampion

Que vaut la vie d’un homme (ou d’une femme) ?

Au-delà de l’aspect tragique de la catastrophe de l’A320 et du respect que l’on doit à la mémoire des victimes et à leurs familles, on peut se poser quelques questions sur les dérives que cette affaire encore chaude a déjà connues.

 

Le BEA n’a encore rien communiqué, mais l’instruction est violée impunément par le New York Times et le Bild ... Pourtant le général de gendarmerie chargé de l’enquête dit ne pas écarter deux autres pistes : la faute involontaire ou la défaillance technique. Or il s’agit là d’un enjeu de taille, car l’indemnisation ne sera pas la même si c’est l’une ou l’autre des versions qui est retenue. En effet, si le suicide est reconnu, l’indemnisation ne dépassera pas 127.000 euros par décès (accords de Montréal), alors que si la compagnie est responsable l’indemnisation pourrait atteindre les sommes versées lors de l’accident du concorde soit 1.000.000 d’euros par décès. On comprend que les compagnies d’assurances et la compagnie aérienne aient tout intérêt à accumuler les preuves et les témoignages allant dans le sens de la folie d’un déséquilibré : les ordonnances, les médicaments, les révélations de l’ex petite amie (sans parler de la dérive d’extrême-droite affirmant que le co-pilote suicidaire se serait converti à l’Islam)

Or, cette catastrophe doit incomber de toutes façons à la compagnie aérienne qui n’aurait pas su apprécier le niveau de compétence de son personnel si la version qui prévaut actuellement s’avérait être la bonne. S’il y a incompétence, elle se situe au niveau de la hiérarchie (recrutement, logistique, ordres de mission) qui doit savoir évaluer les missions à réaliser et à qui elles doivent être confiées.

Mais les avocats et les compagnies d’assurances sont prêts à toutes les subtilités d’argumentations pour éviter d’indemniser les familles des victimes. Les uns et les autres ont une idée toute particulière de ce qu’est la valeur économique d’une vie humaine.

Déjà, après de l’attentat contre le Boeing 747 de la Pan Am abattu au-dessus de Lockerbie en Ecosse en 1988, La Libye avait accepté de verser une compensation de 2,7 milliards de dollars pour les familles des 270 victimes. Puis après l’attentat contre un avion français, vol UTA 772 en 1989 qui a explosé au-dessus du Niger la même Lybie avait conclu un accord avec la France pour indemniser les familles des 170 victimes. La France a affirmé que la somme proposée aux victimes de Lockerbie était supérieure à celle proposée aux familles des victimes du DC-10 d’UTA. La France a alors sommé la Libye de verser les indemnités supplémentaires de 34,3 millions de dollars qu’elle a dégagés au profit des familles des 170 victimes.

Ces péripéties sordides ont tendance à être évacuées des mémoires, mais elles sont historiques. Chacun essaie de passer la patate chaude : les états font tout pour que l’affaire soit de l’ordre du privé et les compagnies font tout pour qu’il s’agisse d’un cas personnel.



16 réactions


  • gruni gruni 30 mars 2015 10:16

    « Mais les avocats et les compagnies d’assurances sont prêts à toutes les subtilités d’argumentations pour éviter d’indemniser les familles des victimes. »


    D’où l’intérêt pour les familles de s’unir pour s’opposer à l’avarice des assurances privées. 

    Et pourtant ne dit-on pas que la vie n’a pas de prix ! 

    • Séraphin Lampion P-Troll 30 mars 2015 17:33

      @gruni
      «  D’où l’intérêt pour les familles de s’unir pour s’opposer à l’avarice des assurances privées. »


      les cas précédents ont en effet montré que c’était la meilleure solution.

    • Fergus Fergus 30 mars 2015 19:39

      Bonjour, P-Troll

      En l’occurrence, on ne voit pas très bien comment la Lufthansa pourrait éviter d’être poursuivie au titre de sa responsabilité. Une compagnie aérienne n’est pas une PME quelconque et le recrutement (puis le suivi de carrière) d’un pilote répond à des contraintes de sécurité évidentes. C’est pourquoi, même en l’état actuel des connaissances que l’on a de ce dossier, il sera sans doute impossible à la Lufthansa de s’affranchir d’une terrible responsabilité. 


  • Le p’tit Charles 30 mars 2015 10:19

    L’argent dans cette tragédie n’est qu’un pis aller...rien d’autre

    Une vie n’a pas de prix...car « UNIQUE »

  • cathy30 cathy30 30 mars 2015 10:57

    Vous avez oublié d’écrire que Kadhafi a récupéré l’argent de l’attentat de Lockerbie.


    • Séraphin Lampion P-Troll 30 mars 2015 11:21

      @cathy30

      Il faudrait demander ça à Paul Bismuth....
      Ça ne change rien à la question en cours...

  • totor101 totor101 30 mars 2015 12:34

    le prix de la vie humaine est proportionnel au buzz causé par le décès !
    Combien vaut la vie d’un vieillard renversé par un vélo ?


    • Fergus Fergus 30 mars 2015 19:42

      Bonjour, Totor101

      Rappelons que toutes ces vies perdues ne sont rien à côté du « préjudice moral » subi par ce pauvre Tapie. Par chance, le tribunal arbitral veillait : 45 millions d’euros à ce titre, c’était bien le moins qu’il pouvait faire, non ?


    • jef88 jef88 31 mars 2015 21:09

      @Fergus
      d’accord !
      mais tapie espérait un zéro de plus .....
      plus t’as de fric, plus t’en gagne ! ! ! ! !


  • Jean Keim Jean Keim 30 mars 2015 17:14

    Et il y a encore du sordide dans le sordide, l’indemnisation prend en compte le niveau social pour déterminer le montant des indemnités, plus le niveau est élevé et plus l’indemnité grimpe.


    • Séraphin Lampion P-Troll 30 mars 2015 17:31

      @Jean Keim

      Exact !
      La nationalité aussi est prise en compte.
      Une indemnité pour un passager américain est plus forte que celle versée pour une Européen qui est plus forte que pour un Africain.

    • Allexandre 30 mars 2015 18:19

      @P-Troll
      Remarque pertinente. On sait que tous les habitants de la planète n’ont pas la même valeur. Mieux vaut être Blanc, riche et chrétien que Noir, pauvre et musulman. Le premier est chargé d’une préciosité absolue, le second n’ayant qu’un intérêt secondaire. La théorie des « races » est toujours en vigueur en réalité. Trois minutes de silence planétaires pour les morts du 11/9, pas une minute, ni même une seconde pour les exterminés du Rwanda. Audience planétaire pour les attentats de Charlie Hebdo, mais on se fout des attentats quasi quotidiens en Irak, depuis que les zorros étasuniens sont allés foutre leur merde dans cette région. Cherchez l’erreur !


    • Agafia Agafia 30 mars 2015 20:09

      @P-Troll & Jean Keim

      Ouaip... Tout bonnement dégueulasse...
      Si faut vraiment faire des différences, alors ce devrait être le contraire. 
      La famille d’un smicard soutien de famille et qui n’a pas eu les moyens de cotiser pour une bonne assurance-vie, devrait être plus indemnisée que celle d’un chirurgien ou d’un trader célibataire qui lui avait certainement pu capitaliser.

      Bref, même devant la mort, nous ne sommes pas égaux.

      Quel monde pourri... 
      Et je parle même pas de la nationalité.... A gerber !!!! 

    • Agafia Agafia 30 mars 2015 20:11

      @Allexandre
      Je vous plusse !


      Et comme disait Coluche, si ma mémoire est bonne : « Mieux vaut être blanc, riche et en bonne santé, que noir, pauvre et malade.... »

  • rocla+ rocla+ 30 mars 2015 20:03

    c ’est pas con dans un monde de cons .


Réagir