lundi 27 juin 2016 - par Djam

Quelle sera la mode de la rentrée ?

Le Brexit bien sûr ! Un style, pas si nouveau que ça, mais qui ressort en ce moment comme le font toutes les modes sur des cycle de 30 ans et qui permettent de voir revenir dans les rues des pantalons cigarettes typiques des années 60 (souvenez-vous de l’élégance torride du jeune Delon dans « Plein soleil » ?), Ou des shorts ras la coloquinte qu’on portait à l’hiver 70 à Paname, shorts agrémentés de collants laine pour ne pas se cailler les miches ! La mode, un truc qui ne se démode jamais parce qu’en boucle perpétuelle. Les jeunes croient que c’est révolutionnaire, mais pas du tout les doudoux… on portait déjà tout ça dans le passé.

Révolutionnaire et passé, deux termes très tendances aussi en cette époque sombre où le chaos sert de programme aux hystériques de la marge. Comme le décrit fort bien Dany Rober Dufour dans ses deux derniers ouvrages, la pléonéxie est LA maladie de la post modernité. On peut traduire par : J’en ai plein les fouilles, mais j’en veux plus. Nous, les bas du front, les gens de peu, les franchouillards maudits, les délaissés de toutes origines, les croyants discrets, les mécréants peinards, les curés pas frustrés, les managers épuisés, les cultivateurs de terre en vrai, les enseignants exigeants, bref nous tous quoi, ce qu’on veut c’est juste un peu plus de respect et un peu plus de monnaie pour vivre normalement…et si possible aussi un peu plus d’hommes politiques avec couilles. La pléonexie c’est la pathologie de ceux que nous ne verrons jamais et qui collectionnent les zéros sur leurs comptes off-shore obtenus sur les tapis de cadavres du reste du monde.

Le Brexit sera donc LE sujet des papotages dans l’hémicycle, mais aussi au comptoir des cafés et dans les dîners d’amis. M’est avis qu’il va y avoir de la friction dans l’air et des ruptures entre les « pour » et les « contre » Brexit. Ceux qui croient que la catastrophe planétaire est à nos portes et ceux qui se réjouissent d’un symbole de désaliénation. L’hebdomadaire Marianne qui s’y connaît en numéro « tendance », vient de vendre un numéro spécial « anglais ». Pas sûr que son fondateur JFK soit tout à fait satisfait de ce qu’est devenu son mag… avec un Macé-Scaron, pourtant une des plus belles plumes parmi les hebdos, qui n’a pas pu s’empêcher de concocter un édito dans lequel, sans rire, il affirme que le massacre d’Orlando était à l’évidence un geste homophobe… et un geste d’un simple grave perturbé mental plein d’idéologie, c’est possible ou il faudra se faire aux analyses qui voient de la « phobie » partout ?

Parce qu’avec le Brexit nous aurons effectivement de la « phobie » à tous les étages, soyons-en sûrs. L’effondrement de la culture approfondie chez ceux qu’on s’entête à qualifier de journalistes aura pour conséquence une rentrée colorée à la Brexit-phobie. Une couleur indéfinie mais qui a l’avantage d’aller avec tout, comme le noir qui permet à tant de personnes de s’épargner pas mal de pressing et de lessives. Le numéro spécial « anglais » de Marianne a cela d’intéressant, c’est qu’il permet de s’assurer que ce sont bien les 68tards qui storytellisent  notre actualité. Les articles sont très intéressants et on ne peut que remercier l’équipe mariannesque de nous avoir proposé cette collection d’opinions évidemment largement pro anglaises. La page culture nous rappelle, des fois qu’on aurait eu envie de remettre un vieux bénard élégant, que tout ce qui vient du passé est ringard et nul et tout ce qui est tordu, déjanté, délirant, tatoué, drogué, a-normal est définitivement génial et que les anglais nous ont tout appris de ce génie-là. La relation « je t’aime moi non plus » entre l’Angleterre et la France est le signe d’une vraie passion et comme toutes les passions, on s’adore puis on se conchie copieusement. En ce moment, les amoureux d’Albion sont inquiets. Que va devenir le reste du monde si les anglais nous lâchent en pleine campagne ? Et l’autre camp de se demander comment un Brexit peut déclencher un Frexit. Et tout le monde de s’exciter sur les « xit » en tout genre.

Et pendant ce temps, le Sorros, le joueur de casino mondial, tance les députés et les non-élus bruxellois pour qu’ils « relancent au plus vite la construction européenne » (sic). Une construction qui, depuis l’après guerre, s’apparente davantage à une déconstruction de ce qui s’appelait l’Europe au profit d’une zone-de-libre-échange où errera le Nouvel Homme d’Attali. Pendant qu’on radote sur les plateaux de télé et radios françaises à l’horreur ou au bien fondé du Brexit, les apatrides maîtres d’orchestre du chaos généralisé européen, se frottent les paluches. Ils le savent bien que les Français qui s’autoproclament toujours peuple révolutionnaire rééliront un émasculé ne dépassant pas 1m60 (allez, 1,63 pour vous faire plaisir !) qui ira rassurer Sam à Washington pour l’assurer que même si ces connards de français envisageaient, mais même en rêve, un Frexit, le prochain manager(euse ?) de 2017 fera ce qu’il faut pour s’asseoir dessus comme ils le firent pour le traité en 2005.

Il faut reconnaître que ces salopards ont du génie et que nous sommes d’indécrottables rêveurs parce que ça fait plus de 70 ans que la France est transformée en dysneyland et que les prochains à hurler de rire dans les grands huit de la post-modernité viendront de partout, parleront un globish qu’adorent baraguiner les 68tards aux désirs sans limite, se foutront de l’Histoire de l’Europe comme de leur première culotte et rêveront les eyes wide shut au rêve euroricain comme les 49 millions d’américains d’aujourd’hui qui ont cru à l’americain way of life et à qui on donne des tickets alimentaires pour bouffer un macdo…

Et pour conclure sur un note prompt à faire marrer, voici la future société rêvée par les décomplexés de la pulsion :



4 réactions


  • petit gibus 28 juin 2016 06:41
    J’ai adoré ton post
    mais j’arrive pas du tout à te cerner smiley

    es-tu
    Macaronite ?
    Coluchique  ?
    stranovichique ?
    chromanionchique  ?

    peux-tu m’aider
     pour trouver à la rentrée
    et renouveler ma collection de DIM trouée

    • Djam Djam 28 juin 2016 09:46

      @petit gibus
      Bonne question ! mais pour me cerner, ça va être une autre paire de manche  !


  • Loatse Loatse 28 juin 2016 11:03

    Tendances de la saison :


    Les écossais se retrouvent à l’insu de leur plein gré jetés du manège enchanté Europe... : Un grand huit (8 n’est ce pas, le symbole du flouze) en ejecte ses wagons et ses passagers....

    Nos cousins grands bretons eux, sont allés voter les pieds dans l’eau...(certains bureaux de vote, innondés furent fermés).. Le résultat confirma la tendance qui se dessine surtout chez les sans dents de plus en plus nombreux (quitter le navire avant qu’il ne sombre)

    Mode printemps été 2016.... Nos créateurs visionnaires comme tous les artistes proposent en veste demi saison :

     : la parka ou le kway
     En pantalon : le pantalon à pont (ca ne s’invente pas !)
    en accessoire : le sac seau (écopons, écopons !)

    « Le sleepwear retente sa chance »... (dormez, dormez, je le veux !)

    (source : cosmopolitan)

    Avant cela, comme un signe de la nature précurseur du divorce, l’autoroute qui mène à Orléans bloquée par les eaux...(coucou jeanne d’arc !)

    Avant cela, le puy du fou a récupéré l’anneau de la gente pucelle qui bouta nos grands cousins jadis belliqueux hors de france...non sans mal mais bon... 

    Quand à nos réfugiés calaisiens, ceux ci lorgnent vers les embarcations qui leur permettraient de traverser la manche... Cazeneuve tempère Macron pressé de renvoyer la monnaie de sa pièce à la perfide albion : On coule déjà beaucoup trop en méditerranée !

    Sur le Titanic, l’orchestre continue à jouer....

     




    • Djam Djam 28 juin 2016 11:13

      @Loatse
      Bien vu loatse smiley) ! Investissons dans les pébroques on va faire un tabac !!


Réagir