mardi 2 décembre 2014 - par eric

Remy Fraisse : Drapeau Rouge ? Drapeau Noir ? Les « Ballets Roses » des gauches peuvent causer d’autres morts !

Les Dieux ont soif. Le Moloch de gauche à besoin de sang. Il en a senti le gout et il pourrait « en vouloir mieux ». Mais pas n’importe lequel comme avec Rémy. Aujourd‘hui, les gens raisonnables et responsables, de droite, doivent prévenir leurs enfants et faire attention. Les ballets roses socialisants où l’on joue avec des gosses à « des jeux charmants » peuvent mal se terminer. C’est pourquoi la gauche authentiquement républicaine doit d’urgence rejoindre enfin le camp des vrais démocrates.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Affair...

Verts, rose, rougeâtres, noirs, sont des composantes d’une même galaxie. Elles affichent de façon très volontaristes des différences. Leur profonde union transparait dans la facilité avec la quelle elles cogèrent les différentes niches écologiques dans lesquelles elles prospèrent. Collectivités locales, syndicats, associations, etc... A la fin, dans la distribution des crédits et postes, la collaboration l’emporte à peu prêt toujours, sauf cas de grande maladresse ou de trop forts égoïsmes individuels.

Comme dans toutes les grandes religions païennes, les secrets de cette unité ultime sont au nombre principalement de trois :

1) l’existence d’un ennemi ultime commun : les forces du mal !

Il y a différents noms, différents visages, voir « pas de visage » du tout... : élites ultralibérales mondialisées, fascisme, gnome à talonnette, homophobe naturophobe, genrophobe, islamophobe, musulmans pratiquant, frontistes, finance.... Un examen attentif prouve que tous cela, dans leur inconscient collectif, c’est un peu pareil. Au fond, on voit bien à l’examen, que cet ennemi, c’est les différences. Tous ceux qui ne pensent pas comme eux. Or, ce sont quand même de braves gens. Ils seraient eux mêmes choqués si ils arrivaient au constat que ce qu’ils ne supportent pas, ce sont les autres. « Ah oui ! » Me direz vous, « mais ils aiment les filles mères, les transsexuels, les migrants illégaux et les veuves cyclistes ». C’est une confirmation. Il ne supporte les différences que quand elles sont des fragilités, des dépendances. Pas quand elles exigent des débats démocratiques. Ces autres là ? C’est le mal !

2) La croyance très forte dans l’efficacité des rituels sacrificiels.

Pour « conjurer » ces « forces du mal », les gauches recourent à un rituel privilégié : « les manifs ». Mais dans une forme spécifique. Car les « manifs », peuvent être deux choses. Des processions ou des carnavals.

Une procession est quelque chose d’ordonné, presque de recueilli. On porte une idée, une revendication, un symbole, en général dans un certain recueillement et dans le calme. La procession et une manifestation publique ordonnée. La manifestation d’un ordre. Elle trouve sa justification en elle même. Ainsi, dans la manif pour tous, entre les tee-shirts et les drapeaux, on lit sans peine la volonté de l’expression d’une idée, claire limitée et consensuelle. L’ampleur des services d’ordre civils civiques citoyens, adjoint, dés qu’il y a eu des risques, de professionnels, permet aisément d’éviter les débordements pendant les manifs. Certes, la procession, cela signifie abandonner une partie de son individualité pour une cause, comme dans tous mouvements de foule, mais de façon limitée, organisée, ciblée. On en repart avec la satisfaction d’avoir exprimé ce que l’on voulait. La ferme intention de revenir jusqu’à être entendu.

Les manifs de gauche sont des sortes de carnavals, au sens ou l'entend René Girard. Une sorte de rituel religieux collectif. Tout y est, la fête, l’exaltation, les psalmodies, les cantiques, les « feux sacrés » (pourquoi brûler un abribus ou une voiture ?), de plus en plus les masques ou cagoules rituelles, , la violence potentielle. Ici aussi, on a des foules indifférenciées, mais par les costumes, les slogans, les symboles, on a surtout affaire à un affolement des différences, à un mélange des rôles et des genres, typique du carnaval. N'y manquerai souvent que le sacrifice de fin de cérémonie.

Le problème avec des manifs « de gauche », c'est aussi qu'elles sont composées de gens dont beaucoup croient effectivement, au fond, à l'efficacité de la violence minoritaire collective d'une part. D'autre part dans leur inconscient collectif, toutes les expériences de gauche réussies, sont des carnavals, des moments de fête sacrificielle. 

On sait que la « gauche durable » n’existe pas. A gauche, toutes les expériences de gouvernement durables sont jugées très sévèrement : Bolchevisme Mitterrandisme, etc…Personne ne prétendrai de ces périodes, « oui, c’est cela, que nous voulions et que nous avons fait ». Toujours, les « forces du mal » triomphent (Mur de l’argent, personnalité de Staline quand il n’y a plus ni mur ni argent), hypocrisie de Mitterrand....Ils ne sont jamais responsables de leurs actes, ces gens qui longtemps, ne croyaient pas aux homme providentiels. C’est pourtant vraiment providentiellement que Staline peut à lui tous seul, expliquer l’échec sanglant d’un groupe humain appliquant leurs idées avec tous les moyens pour le faire.

Le seul vrai socialisme, c’est la fête de préférence un peu sanglante. Sont connotées positivement, les courtes période de carnaval : Révolution française Commune de Paris, Front Popu, 17, 68 à la rigueur. Cela oui, est revendiqué. Dès que cela dure, c'est l'échec. La gauche réalisée, le socialisme réel, c’est la foule en fusion de Sartre. La manif. Très fusionnelle, et si possible violente, au moins symboliquement, est le seul lieu de réalisation concret, pratique, des idéaux socialisant : "tous unis et tous égaux" dans l'indifférenciation, d'un désordre artificiellement reconstitué pour l'occasion. Comme toutes les fêtes, ce n'est jamais " durable". Comme beaucoup de mouvement de foule, c’est parfois sanglant.

Les plus sanglants sont les plus célébrés. Les 20 000 putschistes sanguinaires de la Commune de Paris ont plus d’importance dans la mémoire collective des gauches, que les 2 millions de paisibles grévistes qui organisaient des bals sur les lieux de travail de 36. 1968, pour eux, c’est l’occupation de la Sorbonne et « le » militant tué, plus que le plus grand mouvement social pacifique depuis 36.

C'est le désordre qui permet de noyer son individualité dans la masse, de s’oublier, d’oublier ses frustrations, ses insatisfactions, qui est recherché en tant que tel. Et la violence. Dans ce carnaval, les individus sont littéralement au double sens du mot « hors d’eux même ». Tous les proches de Rémy confirment qu’il était fondamentalement pacifiste. Sa copine, Anna confirme ses dernières paroles et sa volonté d’aller à la castagne. http://tempsreel.nouvelobs.com/planete/20141113.OBS4959/infographie-remi-fraisse-vital-michalon-quand-l-histoire-se-repete.html

Le tout n’ayant qu’à peine « un peu but ». C’est l’ambiance sacrificielle qui transforme le mouton en lion.

Une manifs réussie et qui se termine sans aucune violence est une manif ratée. Il ne s’est rien passé. La vie continue comme avant, malgré l’enthousiasme, malgré la fusion. Une manif réprimée est une manif réussie : « on a fait l’impossible, mais les forces du mal ont triomphé ». Quels que soient les manifestants et leur cause, la logique d'un tel événement, et que, malheureux de terminer ce moment fusionnel de la masse, beaucoup, même inconsciemment, ne seraient pas hostiles à ce que cela se termine par un épisode sacrificiel, et au fond, un mort, cela contribuerai à sacraliser l'évènement. Et comme nous sommes une société chrétienne - oui, même eux - de préférence une victime parmi les siens....

Cette « christianisation des esprits » est générale. Le Hamas lui même prive ses martyrs de mérites authentiquement islamistes. Au lieu d’envoyer de force les familles bardées d’explosifs se faire tuer par le soldats israéliens, il les maintiennent de force dans des habitations sur lesquelles ils attirent les bombes. La mondialisation touche donc tout et elle est bien d’origine chrétienne.

Quand victime émissaire il y a, on retrouve aussi toutes les caractéristiques décrites par Girard. Toujours, dans les faits, c’est un accident au paroxysme d’une violence mimétique collective. Toujours, cela est présenté comme le résultat de la volonté plus ou moins occulte, plus ou mois délibérée, mais toujours maléfique de la divinité. Le même pouvoir, occulte, omniscient, omniprésent et tout puissant qui vous transforme un Président de gauche en président de droite en un tour de baguette magique.

C’est cohérent. Dans les religions primitives, les dieux sont toujours potentiellement plutôt dangereux, voir méchants. Le Dieu paternel et bon est une invention récente du christianisme.

Toujours, la victime aléatoire est divinisée post mortem ; Clément Méric, après coup, c’était quelque part entre Jésus et ses prophètes. Fraisse, cela va devenir « un exemple pour nous tous ». Des icônes. Or, il y a des raisons de penser que c’étaient des jeunes comme beaucoup d’autres.

« Le Rouge et le Noir »

L'emblème de ces violences était historiquement un drapeau rouge. Celui que l'on dressait sous l'ancien régime dans les cas de rassemblement non autorisés, pour prévenir la population de risques potentiels pour la sécurité et de l'intervention des forces de l'ordre. Un symbole d'ordre et de sécurité. Face au désordre, la modernité a inventé un substitut au sacrifice violent : Le monopole de la violence légale et organisée, contre les risques du combat de tous contre tous et de la disparition du vivre ensemble. Du reste, de fait, quand ces machins dégénèrent vraiment, c’est la guerre civile. La lutte de tous contre tous entre semblables.

En adoptant ce drapeau rouge de l’ordre, les forces de gauche ont tenu à affirmer avec force, que c'est bien le désordre, la violence qui sont recherchés en tant que tels. Le rouge impérial, royal, cardinalice, Le rouge de la tenue du juge, le rouge du costume du bourreau. Une personne, investie par la collectivité du devoir, d’exercer à froid et au terme des lois, la violence contenue parce que légale.

Le rouge du drapeau du même nom proclame qu’on va se faire justice soi même et collectivement. C’est une inversion du symbole. L’ordre est désordre et le désordre ordre...http://www.agoravox.fr/actualites/s...

« En ce moment, de simples citoyens peuvent être mutilés par les forces de l’ordre, juste parce qu’ils s’opposent à une certaine forme de désordre.
 Ils peuvent même en mourir ».

La manif sous drapeau rouge est, dés l’origine, un appel au lynchage. Mais ce n’est aujourd’hui qu’un maniérisme rituel. Un carnaval. Evènement ou justement, le fou revêt l’habit du roi, les rôles sociaux sont échangés. Provisoirement. Dans cet autre article, l’auteur le dit texto. « Une manif non interdite n'est pas une manif... « http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/manifestations-pieges-a-cons-158981. C’est au fond ce que pensent pas mal de gens à gauche.

En réalité ils sont tous « roses ». Entre le FdG dirigé par un ex socialiste et le socialisme dirigé par un ex rouge, il n’y a qu’eux pour distinguer autre chose que des nuances. Mais dés qu’on parle de rue, beaucoup d’entre eux voient rouge.

Parfois noir. Mais c’est un des aspects de la confusion et de l’anomie de ces gens. Première apparition « officielle » du drapeau de l’anarchie ? Un vieux jupon noir sur un manche à balai lors d’une manifestation de chômeur en 1883. Louise Michel s’en expliquera : « Pourquoi avons-nous abrité la manifestation sous le drapeau noir ? Parce que ce drapeau est le drapeau des grèves et qu’il indique que l’ouvrier n’a pas de pain. Si notre manifestation n’avait pas dû être pacifique, nous aurions pris le drapeau rouge ».

Le maniérisme des manifs syndicales sous drapeau rouge, conduit certains à chercher aussi l’inversion des symboles. Si le drapeau du lynchage devient celui de la défense des droits acquis, alors, le drapeau du pacifisme peut devenir celui du lynchage....Du reste, les casseurs ont désormais souvent des drapeaux rouges et noirs à la foi.

Le « Rouge et le Noir « cela vos rappelle vaguement quelque chose ? Oui ! Rémy Fraisse est peut être Fabrice ; Présent à la bataille de Waterloo sans rien y comprendre. Avec moins de malchance, il aurait pu devenir Julien, Prêt à tout pour arriver. Il est patent que les manifs, si possibles violentes, sont un rite initiatique de gauche de sortie de l’adolescence et de passage à l’âge adulte. Chez tous les peuples premiers (autrefois on disait les primitifs), ces rites sont toujours imprégnés de violence. Les meilleurs, les survivants, deviendront des chefs au PS.

Avoir des victimes et de bonnes victimes Si le vrai but était de tuer des policiers, on se réjouirait, on commémorerait leurs décès. En 68, il y aurait eu 6 morts. Dont 2 ou trois policiers. D’un point de vue statistique, compte tenu des forces en présence, et si on retire les morts accidentelles, un réel succès pour les violents de cette révolution d’opérette. Un flic une balle justice sociale, hululent les supplétifs du PS ; Tu parles !

Non, on attend des victimes voir des morts parmi les « bons »

Même quand les casseurs délibérés sont très peu nombreux, il se trouve toujours pas mal de « spectateurs » pour abonder leurs rangs, dans le vague espoir qu'il se "passera quelque chose". Et que leur présence puisse-t-y contribuer. Bien sur, il a de la curiosité malsaine, Pas seulement. Qui n’a pas entendue le cœur des vierges d’extrême gauche se gargarisant avec émotion et une certaine satisfaction de « c’est affreux c’est affreux, c’est affreux... » ils nous tapent dessus !? Qui ne discerne la jubilation mal cachée quand ont peut dire « ils nous tuent » !

Si il y a 50 casseurs, ce n'est pas trop difficile à contrôler. Si ils sont noyés dans 2 ou 3 000 personnes, et avec des limites floues, c'est plus compliqué. Surtout quand les organisateurs n’y tiennent pas plus que cela. Et il y a un net effet d'entrainement. Tel qui venait pour voir, se retrouve entrainé à jeter une pierre à tous hasard.

Seules ces hypothèses permettent de rendre compte de la rationalité d'aller jeter des cocktails molotovs sur des flics, en face à face, en pleine campagne, au lieu d'aller le faire sur des ennemis politiques, ou des symboles plus significatifs.

Si il s'agissait vraiment de casser des banques ou des abribus, il serait plus efficace de le faire par petits groupes, dispersés, loin des centre ville, de nuit, en cachette.

Non, c’est la transgression qui est recherchée, et donc la répression et peut être la délicieuse punition, voir la victime sacralisée. Et c’est dosé. De l’urine, de l’acide, pas des bombes avec des clous avec lesquelles on serait sur de tuer.

De la même façon, placer des forces de l’ordre, durablement, à proximité en leur interdisant de dégager les contrevenant, comme à NDLL, c’est bien participer à un ballet maniériste sans sens et sans but apparent. Mais le but existe... !

 

3) Les rivalités internes au clergé pour le contrôle de la vérité et le partage des prébendes. Unis ? Jusque dans la violence réciproque !

Tous le monde comprend que les « violents » sont les habituels supplétifs de toutes les gauches (voir le reportage Anti-Fa sur you tube, ou ils expliquent comment ils étaient financés par le PS). https://www.youtube.com/watch?v=boV... voit bien que ce sont des ballets roses. Si c’était à moitié aussi violent qu’ils le prétendent, on en compterait plus les cadavres....

En ce moment, c'est plutôt celui de la composante écolo alter frondeurs, qui y cherche cette légitimité de la violence et du martyr tellement importante à gauche. Mais c’est aussi du cirque. Avec Meric, ils étaient considérés par Vals comme des défenseurs de la démocratie légitimement indignés. Avec Fraisse comme des extrémistes irresponsables.

Nous assistons à un scénario classique de guéguerre civile interne aux gauches pour marquer leurs territoires.

C’est une sorte d’Ordalie, de jugement de Dieu. « Qui est menacé d’être infesté par les forces du mal », qui continue à représenter le bien. 200 casseurs avançant et reculant devant 200 flics jusqu’à épuisement des combattants ou jusqu’à ce qu’il y ait un mort , C’est un peu le combat des 15.

Car Sivens, c’est cela. C’est visible sur les images. Les forces de l’ordre, au service du pouvoir politique socialiste, dansent un ballet maniériste façon quadrille, avec une poignée des éternels paumés, en avant garde de paisibles manifestants qui représente toutes les composantes de la majorité plurielle.

Là aussi, il y a un côté cathartique. « Tant qu’ils tapent des flics, ils ne pensent pas mal » semble penser le gouvernement. Du reste, les malheureux fonctionnaires ressemblent de plus en plus à des personnages de Mad Max.

Ce n’est pas une « militarisation », c’est que plus on leur interdit d’agir, plus il devient nécessaire qu’ils soient bardés de protections. Ils ont d’autant plus de cuirasses et de boucliers qu’ils ont moins de glaives comme on dit au KGB...

Et le mort, c’est vraiment la faute à pas de chance, parce qu’en terrain ouvert, les risques de bavure sont plus limités. La distinction entre violents et non violents plus facile. Il a vraiment fallu que cela se passe la nuit et avec un grillage entre les « belligérants »....

Si l’enjeu était le barrage, les manifs suivantes auraient du avoir lieu sur place. Cela ne suffit pas, parce qu’il n’y a pas d’abri bus, de voitures bouc émissaires et prometteurs de répression à brûler rituellement en rase campagne. Il est assez facile au grand jour, d ‘éviter les débordements. Qui a parlé de la manif pacifique sur place ? D’ou les débordements en ville, plus propice aux destructions et aux accidents.

Si l’enjeu était vraiment la mort d’un vrai innocent, il y aurait eu des processions. Les vraies indignations sont muettes. Quand des jeunes ou moins jeunes meurent de façon absurde, on assiste à des « marches blanches », silencieuses, recueillies. Pas à des tentatives de réitérer le meurtre rituel.

Si l’enjeu était le maintient de la légalité républicaine pour le pouvoir, il y a longtemps qu’il n’y aurait plus d’occupation à NDLL ou a Sivens. Manifester est un droit, occuper illégalement la propriété d’autrui est un délit.

Au lieu de lever la patte sur les abribus pour les uns, ou de faire danser des ballets aux forces de l'ordre pour l’autre, ce gouvernement et ses gauches devraient s'occuper des questions sérieuses. Non seulement c'est stupide et anti démocratique, mais cela fait des morts (Meric, Fraisse).

Pour les mêmes raisons, on comprend mieux pourquoi le pouvoir a mentit. On sait maintenant qu’il fut au courant immédiatement de la réalité des faits. « the force « avait parlé. L’aile gauche allait pouvoir embrayer. Ils ont sans doute eu l’illusion que « donner du temps au temps » leur permettrait de désamorcer un peu et de monter un barrage de communication. De négocier le cadavre ? Peut être.

Car ils savent tous comment cela fonctionne.

http://www.lemonde.fr/societe/article/2014/11/14/mobilisation-lyceenne-les-dessous-d-une-drole-de-mobilisation_4523756_3224.html

Comme pour Meric, comme pour Léonarda ces épisodes sont ceux de la lutte de sous tendance pour la légitimité du bien. En gros, en ce moment, la ligne Vals contre la ligne anti Vals, et tant pis pour les victimes collatérales. Car sans le déploiement de com. orchestré autour de son cas, par RESF médiapart et autres gauches de gauche, la pauvre Léonarda, aurait fait comme les autres, elle serait revenue discrètement en France....

Quelles seront les prochaines victimes de ces carnavals de gauche ? Dans le long terme, une des voie d'apaisement, c'est de sans cesse attirer l'attention de ces gens sur le fait que leurs grandes fêtes historiques furent aussi de sanglants échecs sans lendemain. Parce que sanglants.

L'immense majorité des gens souhaite vivre en paix, pas en guerre civile. L’émeute, cela se termine toujours par la répression dans un large consensus, comme dans la cas de la Commune de Paris. Soit dans le totalitarisme, parce que la violence est nécessaire pour maintenir ce que la violence a créé.

Bref, avant de nous rebattre les oreilles de post modernisme, il serait temps que les gauches deviennent d’abord modernes. Qu’elles renoncent à leur pensée magique primitive. http://www.agoravox.fr/actualites/p...

Autour de Jéricho, les hébreux ont longuement processionné, et à la fin, les murailles sont tombées. Le pouvoir a vraiment tenté de faire dégénérer les LMPT pour cette raison. C’est serein, raisonnable, organisé, pacifique démonstratif (et ce n’est pas un hasard si le mot est celui là en russe, en anglais), et durable. Vraiment dangereux.

Aujourd’hui, cela va mal à gauche ; Quand les bons tuent les bons, cela ne présage rien de bon, même si certains sont plus bons que les autres bons.

Cela ne sera pas un complot, pas une volonté réellement délibérée. Les gauches ont un besoin vital, spirituel, religieux que des méchants tuent quelques bons pour au moins apaiser leurs tensions internes.

Presque malgré elles, elles vont multiplier les provocations. On l’a vu avec les manifs d’agriculteur pro barrage. On l’a vu avec les bonnets rouges. On l’a vu avec les manifs de policiers. Avec la MPT Vals a tout tenté pour que cela dégénère.. Hier un parent d’élève a retourné contre une « racaille » son extincteur. On n’est pas passé loin.

La popularité des « noires » Femen à gauche ne s’explique pas autrement. Elles cherchent désespérément à se faire taper dessus. Tout est provocation dans ce sens. Sans succès heureusement. Elles en sont réduites à inventer les coups...

Dans le scénario idéal il faudra qu’un parent, un agriculteur, un travailleur des travaux publics de la région nantaise, tue dans l’énervement un militant écolo de préférence vert pale voir rose bonbon. Ou qu’une mère de famille succombe aux provocations appelant délibérément à la violence d’une Femen.

Aujourd’hui, il est souhaitable que « Hollande tue » car cela « prouverait » qu’il est « vraiment à droite », mais au fond les gauches sont toujours en quête d’unanimisme. Un « bon » mort réconcilierait tout le monde.

Alors, toutes les gauches pourraient se retrouver dans l’unanimité sacrificielle... Les forces du mal seraient évidemment triomphantes, le mur de l'argent aurait frappé, mais on se serait battu quand même. Le sang sanctifierait l’épisode Hollande qui redeviendrait un vrai épisode progressiste voir même socialiste. On rejoindrait l’attente d’Emmanuel Todd, d’un « Hollandisme révolutionnaire »... ! Car à nouveau, à gauche, il n’y a pas révolution si il n’y a pas de sang. Et peu importe l’échec si il est un peu teinté de rouge.

Le Moloch de gauche, en ce moment, a besoin de sang. Ils ont besoin de faire joujou avec des gosses et que cela se termine mal. Entendons nous bien. Le risque politique est à peu prêt nul à court terme. Dans les 30% d’électorat qui reste à gauche, il y en a encore une bonne partie qui restent républicains. Si « des morts sont possibles » un succès durable de la violence et aussi peu probable qu’avec les « retours de Jihad ». Ce n’est pas rassurant pour autant. 

Les gauches unies n'avaient jamais eu autant de pouvoir. Jamais l'échec n'aura été à ce point leur échec. Angoisse, panique sont palpables. Il va falloir que quelqu'un paye... !

Tous ce que l’on peut dire, au gens raisonnables pacifiques démocrates et responsables, la droite quoi, c’est, "ne laisser pas vos enfants sortir seuls n’importe où et évitez les provocations".

En ce moment, les Dieux socialisant ont soif ! http://fr.wikipedia.org/wiki/Les_dieux_ont_soif

D’autant que le pire est devant nous. J’ai diné avec une copine des RG. Certains supplétifs des gauches sont en train de se préparer à l’action violente au cas ou les suffrages démocratiques porteraient une alternance trop « à la droite des droites » à leur gout. Aujourd’hui, ils cherchent des martyrs, demain, ils pourraient vraiment vouloir tuer. Aujourd’hui, ils cherchent leur Horst Wessel, demain nous pourrions avoir la nuit de cristal ou des longs couteaux. Aujourd’hui, ils exigent que Hollande se reconnaisse comme symboliquement assassin, demain ils lyncheront à tout va. Aujourd’hui, le pouvoir socialiste dit « qu’ils exagèrent légèrement » sans prendre aucune mesure. Demain, il "comprendra sans les approuver" ces réactions à "la violence première du système..."

Rien ne nous permet d’espérer que le crépuscule des socialismes se passera spntanément de façon apaisée.

C’est pourquoi la gauche républicaine a une responsabilité écrasante. Elle doit dés aujourd’hui se désolidariser définitivement de ces boutes-feux. Dissoudre les ligues fasciste d’extrême gauche, dénoncer et poursuivre tous ceux qui se réjouissent de la mort de Rémy et appellent à suivre son exemple. C’est une étape préalable nécessaire à sa future reconstruction : se débarrasser de sont surmoi sacrificiel et rejoindre une fois pour toute et sans plus aucune ambigüité le camp de la démocratie du progrés et de la modernité.



126 réactions


  • Robert GIL Robert GIL 2 décembre 2014 15:08

    peut -etre qu’un jour on aura enfin un gouvernement de gauche, du moins esperons le, mais j’espere seulement que ce jour les degats caussé par les capitalistes ne seront pas irreversible, en attendant la propagande du systeme continue a accentuer la domestication des esprits comme cet article en est un des nombreux exemples ...
    .
    voir : POUR ENCHAINER LES PEUPLES, ON COMMENCE PAR LES ENDORMIR …


    • oncle archibald 2 décembre 2014 15:32

      Oui certes, pour enchainer les peuples on commence par les endormir, et la distribution de somnifères est une spécialité socialo-utopiste.


      Même que les pilules sont roses, comme les balais dans le placard du siège du parti … comme les pilules de GHB pour les non-consentants …. et comme les ballets de Monsieur Le Troquer….

      Pauvres jeunes gens dont l’esprit est si malléable … et honte à ceux qui les envoient à la boucherie ! Vas y encore un coup Georges :

      Les saint jean bouche d’or
      Qui prêchent le martyre
      Le plus souvent, d’ailleurs,
      S’attardent ici-bas
      Mourir pour des idées,
      C’est le cas de le dire
      C’est leur raison de vivre,
      Ils ne s’en privent pas
      Dans presque tous les camps
      On en voit qui supplantent
      Bientôt Mathusalem
      Dans la longévité
      J’en conclus qu’ils doivent se dire,
      En aparté
      « Mourons pour des idées,
      D’accord, mais de mort lente,
      D’accord, mais de mort lente ».

    • eric 2 décembre 2014 15:48

      Oh que oui ! Du reste, on le voit bien dans les mouvements à gauche de la gauche, les plus vieux des survivants de l’après 68, trop idéologues, bornés ou médiocres pour avoir sut faire une fin ou une carrière au PS ou ailleurs, et des jeunes un peu paumés et manipulés qu’ils envoient au casse pipe, en regrettant, mais sans la condamner,leur violence qui ne fait que « répondre à la violence première du sytème ».http://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/partager-a-gauche-pour-degonfler-54982


  • oncle archibald 2 décembre 2014 15:21

    Allez Georges, encore une fois, des conseils d’ami, d’un vrai ami du genre humain ….


    Mourir pour des idées,
    L’idée est excellente
    Moi j’ai failli mourir
    De ne l’avoir pas eue
    Car tous ceux qui l’avaient,
    Multitude accablante
    En hurlant à la mort
    Me sont tombés dessus
    Ils ont su me convaincre
    Et ma muse insolente
    Abjurant ses erreurs,
    Se rallie à leur foi
    Avec un soupçon de
    Réserve toutefois
    Mourons pour des idées,
    D’accord, mais de mort lente,
    D’accord, mais de mort lente.

    Il n’y a pas mieux, car :

    Encore s’il suffisait
    De quelques hécatombes
    Pour qu’enfin tout changeât,
    Qu’enfin tout s’arrangeât
    Depuis tant de grands soirs
    Que tant de têtes tombent
    Au paradis sur terre
    On y serait déjà
    Mais l’âge d’or sans cesse
    Est remis aux calendes
    Les dieux ont toujours soif,
    N’en ont jamais assez
    Et c’est la mort, la mort
    Toujours recommencée
    Mourons pour des idées,
    D’accord, mais de mort lente.

    Merci Georges.

    • Robert GIL Robert GIL 2 décembre 2014 15:34

      certain pour leur idée n’ont pas hésité a faire mourir les autres :
      .
      voir : LE SERVICE D’ACTION CIVIQUE, ou la » tradition démocratique » du mouvement gaulliste !


    • oncle archibald 2 décembre 2014 15:44

      Certains pour leurs idées n’ont pas hésité a faire mourir les autres ….


      Certes certes, mais il y a les amateurs, avec quelques morts de ci de là, des rigolos en quelque sorte, et puis il y a les pros, les vrais pros, avec des milliers voire des millions de morts …. les Staline, les Hitler, les Pol Pot … Ca c’est du boulot, ça c’est efficace ...

    • Robert GIL Robert GIL 2 décembre 2014 15:50

      merci archj,
      celle ci je l’avais preparé et je savais que je n’aurais pas longtemps a attendre pour proposer cet article :
      .
      LE POINT STALINE
      .
      c’est pas que je suis trop fort, c’est que vous etes trop previsible !


    • eric 2 décembre 2014 16:02

      Staline, c’est de la gnognotte, et puis il y eu la guerre civile et la guerre tout court. Tout un contexte très spécifique. En réalité, avec une espérance de vie pour les hommes descendue à 57 ans en temps de paix, le brejnevisme, en vies non vécu par rapport à un pays normal, pour cause de desespoir, d’alcoolisme, de suicide, de stagnation, est coupable de beacuoup plus de victimes encore et est aussi beaucoup plus proche de ce que l’on peut appeler un socialisme réel.
      Sur la base des idées socialistes, des classes sociales qui les ont toujours porté, et avec les richesse naturelle les pus importante de la planète, le brejnevisme donne une image beaucoup plus fidèle du socialisme. Mais il intéresse moins à gauche, justement parce qu’en apparence moins sanglant. Il est impensé. POurtant, il est clair que le hollandisme est vraiment un socialisme et qu’il entre dans la catégorie Brejnev et non Staline. C’est sans doute un peu ce que lui reproche la gauche de gauche. C’est pourquoi des morts feraient du bien à tous le monde à gauche...


    • oncle archibald 2 décembre 2014 16:45

      Merci mille fois pour votre lien, que j’ai dévoré avec avidité et dont j’apprecie à sa juste mesure la conclusion : 

      "Pour lutter contre la bêtise des gens de droite et d’extrême droite sur internet, attribuez leur, à la manière du célèbre point Godwin, un point Staline. Ça vous permettra de les faire passer pour des cons, et de bien vous marrer en même temps".


      Se faire ranger dans un tiroir avec une étiquette et passer pour un con est un plaisir de fin gourmet, dans certains cas. Merci encore Georges, mais Courteline cette fois …..

    • Baasiste 2 3 décembre 2014 01:01

      point staline mais staline a appliqué le communisme : collectivisme, athéisme, totalitarisme pour « l’homme nouveau », il se disait communiste, etc... robert gil stalien est rouge admettez la réalité de plus de la part d’un mec qui sur-abuse du point godwin, tu devrais fermer ta gueule.


    • epicure 7 décembre 2014 03:23

      Ah s’il se disait communiste c’est qu’il est.

      Voilà de l’argumentation, digne d’une cours d’école maternelle.

      C’est comme le mec qui travaille pas qui est soupçonné de trafic de drogue et arrêté avec une grosse somme d’argent en liquide :
      "zy va je suis innocent m’ssieur, je l’jure sur la tête à ma mère, ce sont mes économies.

      L’inspecteur baasiste 2 va donc libérer cet honnête citoyen, puisqu’il a dit qu’il est innocent.
      S’il l’a dit c’est que c’est vrai....

      Comme d’habitude tu parles de choses que tu ne comprends pas, pour dire des conneries : communisme, collectivisme, athéisme, etc....

      Parce ue le totalitarisme ne fait pas partie du communisme, puisque le communisme c’est marx qui l’a défini, et c’est un régime totalement démocratique.
      Donc en disant que staline accompli le communisme, dont le totalitarisme, tu prouves que tu n dis que des mensonges.
      Donc c’est toi qui devrait la fermer plutôt que de te ridiculiser à étendre des mensonges et des contradictions dans chacun de tes messages.


    • Baasiste 2 7 décembre 2014 12:33

      « Ah s’il se disait communiste c’est qu’il est.

      Voilà de l’argumentation, digne d’une cours d’école maternelle. »

      salut débile lis mes autres arguments en effet staline voulait accomplir le communisme, il en avait la volonté c’est con pour toi, les mêmes idéaux que toi.

      il voulait tellement l’appliquer qu’il a tué des millions de gens s’opposant à ses politiques communistes.



      « C’est comme le mec qui travaille pas qui est soupçonné de trafic de drogue et arrêté avec une grosse somme d’argent en liquide :
       »zy va je suis innocent m’ssieur, je l’jure sur la tête à ma mère, ce sont mes économies.

      L’inspecteur baasiste 2 va donc libérer cet honnête citoyen, puisqu’il a dit qu’il est innocent.
      S’il l’a dit c’est que c’est vrai....« 

      ducon la politique de staline prouve qu’il est communiste et il avait la volonté meurtrière de l’appliquer désolé.


       »Comme d’habitude tu parles de choses que tu ne comprends pas, pour dire des conneries : communisme, collectivisme, athéisme, etc....« 

      ducon je t’humilie à chaque débat sur ces points je sais mieux que toi la définition de chaque mot. tu n’as aucun argument en plus.


       »Parce ue le totalitarisme ne fait pas partie du communisme, puisque le communisme c’est marx qui l’a défini, et c’est un régime totalement démocratique.« 

      la démocratie c’est 51 % de la population qui choisi librement quel type d’économie il veut avoir bouffon, le communisme c’est collectivisme obligatoire.



       »Donc en disant que staline accompli le communisme, dont le totalitarisme, tu prouves que tu n dis que des mensonges.« 

      ducon tu prouves que tu ne sais pas ce dont tu parles et que tu mens puisque tu as nommé démocratie le collectivisme forcé.


       »Donc c’est toi qui devrait la fermer plutôt que de te ridiculiser à étendre des mensonges et des contradictions dans chacun de tes messages.« 

      tu parles à toi même pauvre merde intellectuelle. je viens de t’humilier encore une fois plus tu n’as aucun argument tus ce que tu as dis »marx=démocratie" tu mens et tu sors des contradictions énorme débiloss. tu te ridiculises à sortir de telles énormités et à être incapable de sortir un argument.


  • Le p’tit Charles 2 décembre 2014 16:44

    Excellent texte+++

    J’prends un verre de rouge..j’suis noir..sans voir la vie en rose.. !

  • Jean 2 décembre 2014 16:45

    Limite cynique , je préfère ne faire aucun commentaire sinon compte bloqué probablement, décidement aujourd’hui rien ne nous serra épargné.


  • Redj Redj 2 décembre 2014 17:17

    Sa copine, Anna confirme ses dernières paroles et sa volonté d’aller à la castagne

    Pourrait-on avoir le lien direct de ce témoignage d’Anna que l’on se fasse un idée nous-même ?


    • eric 2 décembre 2014 17:32

      C’est dans le lien, dans l’infographie de l’Obs, , dans la rubrique, « témoignage accablant », avec renvoie sur l’interview de la copine sur le site « reporterre ».


    • Robert Fressat zdf 3 décembre 2014 14:05

      @eric

      Bonjour Eric, pouvez vous nous donner le lien vers la page de l’article ainsi que la citation exacte sur laquelle vous vous appuyez ?

      Merci


  • jeanVidales jeanVidales 2 décembre 2014 17:34

    On voit que l’hiver est arrivé. Avec le froid le facho reste chez lui à ruminer sa haine. Et Agoravox se transforme en éxutoire ...

    Cet article est nul. Eric nous livre ses fantasmes et sa haine de tous ce qui est à sa gauche. Mais à moins qu’éric souhaite se présenter à une élection, nous n’en avons rien à faire de se qu’il pense. Si encore, dans cet article il y avait une information, une analyse, un argument, on pourrait en discuter. Mais là nan, il n’y a rien.


    • eric 2 décembre 2014 17:40

      C’est parce que vous êtes beaucoup plus cultivé que la moyenne. Ainsi, personellement, j’ignorai que le drapeau rouge était le symbole de l’ordre contre la « Rue » sous la monarchie et que c’était la raison pour laquelle il avait été adopté par les émeutiers... et également que le drapeau noir était à l’origine un symbole pacifiste. J’ai voulu faire partager ma découverte aux autres incultes dans mon genre...Cela permet de mieux comprendre à mon avis, le pourquoi du recours par les supplétifs violents des gauches à ces symboles dévoyés...Vous savez, nous autres à droite, c’est des trucs qu’on connait pas trop.....


    • jeanVidales jeanVidales 2 décembre 2014 20:16

      Le problème, c’est que pour pouvoir lire : "[Le drapeau rouge] que l’on dressait sous l’ancien régime dans les cas de rassemblement non autorisés, pour prévenir la population de risques potentiels pour la sécurité et de l’intervention des forces de l’ordre.", il faut d’abord lire que la gauche est une religion et que je suis un collabo, un égoïste, un sanguinaire, etc ...

      J’avoue qu’après Mitterrand et Staline, j’ai lu votre article en travers et je suis passé à côté des origines du drapeau rouge. Mais rendre votre texte illisible, c’est fait exprès, non ? Vous êtes un homme de droite, voir pire, qui s’adresse à d’autres hommes de droites et vous voulez rester entre vous sans être dérangé ?


    • eric 2 décembre 2014 22:10

      Le début d’une prise de conscience ... ? Vous n’avez sans doute pas manqué de remarquer que le résumé que vous faites de mon papier, c’est effectivement un peu le discours général des gauches sur les droites (obscurantisme, Vichysme, égoïsme, etc..) Il est étonnant que vus découvriez seulement maintenant que pour la plupart, nous en avons autant à votre service.
      La différence est que j’étaye mes hypothèse sur des faits historiques, des chiffres, des références.
      Mais oui, je pense que vous avez raison. c’est sans doute illisible pour un « homme de gauche ».
      Tient, par exemple, la copine de Remy rapporte qu’il est parti bille en tête vers les flics en disant faut y aller ! A 2 h du mat et en plein bisbille, la réaction de l’homme de gauche n’est pas d’aller vérifier par lui même mais de demander si j’ai des preuves...Or, elles y sont, en tout cas telles que rapporté par un site écolo d’après le NO...
      Les faits ne vous intéresse que si il vont dans le sens de vos croyances...


    • oncle archibald 3 décembre 2014 10:22

      « Vous êtes un homme de droite, voir pire » … voilà-voilà … tout est dit … 


      Comment discuter de façon fructueuse avec quelqu’un dont l’axiome fondamental est que celui qui ne pense pas comme lui est un ??? Au choix ou en mélange : facho, intolérant, passéiste-rétrograde (pléonasme qui plait bien en général), exploiteur, valet du graaaand capitaaaaal (Merci Georges, Marchais cette fois), déchet de l’humanité, .. etc etc … j’en oublie beaucoup.  

    • eric 3 décembre 2014 10:35

      Il existe des solutions ! Par exemple ici...http://questionspsy.leforum.eu/t414-Parler-avec-les-fous.htm
      Et cela fonctionne. regardez, Vidales n’avait pas lut l’article et conclut qu’il était nul...En lui parlant gentiment, en falttant un peu son égo, j’ai obtenu qu’il regarde d’un peu plus prêt. Il n’en est pas encore au stade du vrai dialogue, il ne se pose pas encore de questions sur ce qu’il pourrait y avoir de valable à en retenir, il n’entre pas dans une discussion sur les faits, les arguments, mais au mois, il a fait un début d’effort pour comprendre. Et il progresse, il me croayit de droite, il pense désormais que c’est « pire »...encore un effort et il comprendra qu’il a ici affaire à une caricature de discours de gauche. Alors, peut être en arriver-t-il même à se poser des questions...
      Ce sont des processus lents mais sur.

      Une des raisons pour lesquelles les partis de droite représente une mixité sociale unique en France, c’est qu’il recueillent une très large majorité de voix chez les retraités (mixte socialement par construction). des primaires parleraient de vieux cons. Compte tenu de la moyenne d’âge des intervenant sur Agoravox, je pense qu’une majorité se dégagerait ici pour conclure que plus on a d’expérience de la vie et des hommes, moins on vote à gauche.


    • Robert Fressat zdf 3 décembre 2014 14:49

      @eric

      « Il existe des solutions ! Par exemple ici...http://questionspsy.leforum.eu/t414... »

      Qu’est-ce que ce lien est censé montrer ?

      "Une des raisons pour lesquelles les partis de droite représente une mixité sociale unique en France, c’est qu’il recueillent une très large majorité de voix chez les retraités (mixte socialement par construction). des primaires parleraient de vieux cons. Compte tenu de la moyenne d’âge des intervenant sur Agoravox, je pense qu’une majorité se dégagerait ici pour conclure que plus on a d’expérience de la vie et des hommes, moins on vote à gauche.« 

      Vous devriez publier votre »étude" dans une revue scientifique. C’est du lourd !
      Non, déjà premier problème, les classes les plus populaires sont moins bien représentées parmi les retraités. Pour la simple raison qu’ils vivent moins vieux. Cela s’explique par :
       - métiers plus pénibles et dégradants sur le plan de la santé
       - moins d’accès aux soins de santé
       - conditions de vies, en général, moins bonnes.

      Moi j’en ai une autre, la corrélation aux États-Unis entre QI et répartition des votes républicains-démocrates. Aux EU, les régions avec le plus haut QI votent démocrate de manière écrasante.

      http://bahal.over-blog.fr/article-25467393.html


    • Robert Fressat zdf 3 décembre 2014 15:00

      De la à dire que les gens au QI supérieur votent à gauche et ceux au QI inférieur à droite...
      il n’y a qu’un petit pas.


    • eric 3 décembre 2014 17:20

      C’est partiellement exact....Évidemment, le fonctionnaire de catégorie cadre champion de France, a une espérance de vie de 11 an supérieure à celle de l’OS et de deux ans à la catégorie arrivant en seconde position ( patron du privé et profession libérale), mais il se trouve que le nombre d’ouvriers n’a pas cessé de baisser depuis au moins 30 ans. C’est pourquoi on peut à la fois considérer d’une part, que la quantité relative de vote ouvrier chez les retraités est très supérieure à ce qu’elle est chez les actifs, d’autre par que le nombre de gens qui ont eu une chance d’être à gauche pendant tout ou partie de leur vie active mais ont compris avec l’âge est très très considérable....
      Quand au QI, c’est bien ce test de profs américain qui prouve que les blancs sont plus intelligent que les noirs ? Je ne suis pas très convaincu...


    • Robert Fressat zdf 3 décembre 2014 17:50

      @eric,

      Je ne comprends pas bien votre raisonnement, vous avez l’air sûrs de ce que vous dites.
      J’imagine que vous vous êtes basés sur des statistiques vérifiables. Si c’est la cas, veuillez nous fournir les références.

      Pour ce qui est du QI, je ne sais pas ou vous êtes allés cherché ça. Rien à voir avec le test dont vous parlez. Suivez le lien que je vous ai fourni vous comprendrez.


    • Robert Fressat zdf 3 décembre 2014 17:51

      @eric
      Ceci dit, je vous vous saurais gré de répondre à mes questions.


    • eric 3 décembre 2014 18:08

      Je suis aussi copain avec une démographe qui se nomme Michèle Tribalat, c’est en général auprès d’elle que je vérifie mes chiffres et puis comme tous le monde sur Internet.
      Je vous signale à vous aussi que le liens avec les dernières parole de Rémi Fraisse est das l’article...


    • Robert Fressat zdf 3 décembre 2014 18:21

      @eric,
      Par pitié, évitez moi de chercher des heures, donnez moi ce lien ainsi que la citation, merci.

      Idem pour les statistiques, donnez nous des liens vers des documents consultables. Vous comprenez que l’on ne vous croie pas sur parole alors que tout le monde peut publier tout et son contraire sur Internet.


    • eric 3 décembre 2014 18:28

      « Sa copine, Anna confirme ses dernières paroles et sa volonté d’aller à la castagne. http://tempsreel.nouvelobs.com/planete/20141113.OBS4959/infographie-remi-fraisse-vital-michalon-quand-l-histoire-se-repete.html

      C’est dans l’article ; L’avez vous lu ?

      Comme je vois que comme votre collègue vous avez du mal a lire trois paragraphes pour trouver une info, c’est dans la rubrique » des témoignages accablant de cette infographie"

      Et c’est une référence aux propos de sa copine sur ce site http://www.reporterre.net/spip.php?article6508

      Un portrait du garçon et une description de ce qui c’est passé qui me semble bien coller avec mes hypothèses.


    • eric 3 décembre 2014 18:34

      Ah et puis un petit truc simple et pratique : vous allez sur un truc qui s’appelle Google, vous tapez, anna copine remi fraisse et en une seconde, vous trouvez le lien...en moins de temps qu’il n’en faut pour taper de me le demander...Un grand gain de temps pour tous le monde...


    • eric 3 décembre 2014 18:37

      Tient et pour répondre complètement et vous éviter trop de recherche :

      "Vers deux heures moins le quart, dans la nuit, des amis sont allés plus loin voir ce qui se passait. À leurs dires, ça avait l’air impressionnant, on entendait encore les explosions fortes. Rémi a voulu y aller. Le temps de faire le trajet, nous sommes arrivés sur les lieux des affrontements. Les flics tiraient en rafale. Le spectacle était très violent, l’ambiance très particulière, nous n’avions jamais vécu ça. Face à une telle scène d’incompréhension et d’injustice, Rémi ne pouvait que réagir d’une manière ou d’une autre. Il avait un peu bu dans la soirée, mais n’était pas ivre, il avait juste une bouteille de vin et des gâteaux apéritifs dans son sac à dos.

      Je l’ai vu partir d’un coup en criant «  Allez, faut y aller  !  » Il a commencé à courir devant. Il n’avait rien pour se protéger, il n’a pas mesuré ce qui l’attendait. Les flics ont tiré en rafale, je me suis écarté pour me mettre à l’abri. Quand je me suis retournée, Rémi n’était plus là"

      Plus haut il y a sa description comme un garçon gentil pacifique et ne cherchant pas particulièrement la bagarre, je peux vous le copier aussi si vous voulez...


    • alinea alinea 3 décembre 2014 18:57

      Votre interprétation de « allez, il faut y aller », en « il faut aller à la castagne », sous-entendu, ben on y risque la mort, hein !! est tout à fait débectable !


    • Robert Fressat zdf 3 décembre 2014 18:58

      @eric
      Merci pour le passage. C’est effectivement un article que j’avais déjà lu.
      Vu ce qui est écrit, je ne peux m’empêcher de conclure que vous avez grossièrement déformé ce qui est écrit pour en arriver à, je vous cite :

      « Sa copine, Anna confirme ses dernières paroles et sa volonté d’aller à la castagne »

      Vous déformez les témoignages des uns et les statistiques officielles pour étayer vos théories qui ne tiennent pas sans cela. Ça n’est pas sérieux.
      D’autant qu’à travers cet article, vous attisez les antagonismes. J’ai beaucoup de mal à comprendre comment l’on peut en arriver là.


    • Robert Fressat zdf 3 décembre 2014 19:02

      @eric
      Par ailleurs vous salissez la mémoire d’un mort.
      Ce que les proches de Rémy disent de lui :

      "Rémi n’avait aucune implication dans des mouvements politiques organisés, sinon ses activités de botaniste dans l’association France Nature Environnement. Il participait à la protection de la nature dans la région toulousaine. Après un BTS en gestion et protection de l’environnement, il travaillait durement comme intérimaire et avait plein de projets"

      Ça n’était pas un gauchiste, puisqu’il était apolitique. Pas un jeune désoeuvré. Il avait un diplôme, et il travaillait.


    • Robert Fressat zdf 3 décembre 2014 19:06

      @eric

      Je n’ai pas vu de rubrique « témoignage accablant » sur la page du nouvel obs que vous citez. D’ailleurs, ce témoignage n’est en rien accablant.


    • Robert Fressat zdf 3 décembre 2014 19:12

      @eric
      "Ah et puis un petit truc simple et pratique : vous allez sur un truc qui s’appelle Google, vous tapez, anna copine remi fraisse et en une seconde, vous trouvez le lien...en moins de temps qu’il n’en faut pour taper de me le demander...Un grand gain de temps pour tous le monde...« 

      Écoutez, l’article dont vous faisiez mention, je l’avais déjà lu. Seulement, il n’est pas écrit que »Remy a décidé de partir à la castagne", comme vous dites.
      Maintenant, si en plus d’inventer des témoignages vous êtes désagréable, cela deviens de plus en plus dur de discuter avec vous.


    • Robert Fressat zdf 3 décembre 2014 19:23

      @eric
      "Je suis aussi copain avec une démographe qui se nomme Michèle Tribalat, c’est en général auprès d’elle que je vérifie mes chiffres et puis comme tous le monde sur Internet.« 

      Maintenant que vous nous avez fourni votre prétendu »témoignage accablant" qui souligne votre art de la désinformation, pouvez-vous fournir les études démographiques qui vous conduisent à affirmer que la population la répartition des classes est la même chez les retraités que dans la population active, s’il vous plait.


    • eric 3 décembre 2014 19:27

      Ils arrivent à deux pas des flics, il se rue vers l’avant en disant, il faut y aller ! C’est quoi l’avant ? Il faut y aller où ? Réagir à l’injustice comment ? En repartant vers le feux de camps pacifiques ?
      Je serai curieux d’écouter votre interprétation parce que vos propos suggère que vous n’avez pas du souvent assister à des queue de manifs ou a des castagne entre manifestant et flics...


    • eric 3 décembre 2014 19:34

      Bon et je vous prend une dernière fois par la main : vous ouvrez le lien. vous tombez sur l’infographie de l’Observateur, vous descendez à la 8 ème tête de chapitre, cela s’appelle « des témoignages accablant » dans la colonne de droite, il y a ce qui concerne Fraisse, on nous dit qu’il est à 30 m de la police, après il y a les propos de son amie. Quand j’ai lu cela, j’ai été voir sur le site d’origine pour avoir une vision plus complète.


    • eric 3 décembre 2014 19:42

      Bon je rend les armes, vous ne lisez pas plus les réponses que vous n’avez lu l’article...

      - Le terme « témoignage accablant » est du Nouvel Observateur, pas de moi, comme vous vous en seriez rendu compte en ouvrant le lien.

      Par ailleurs, j’affirme exactement le contraire de ce que vous prétendez en ce qui concerne la répartition des classes chez les retraités.

      Comme il y avait autrefois en France beaucoup plus d’ouvriers actifs qu’aujourd’hui, il y en a plus en proportion dans les retraités. Comme l’essentiel de l’embauche en masse de fonctionnaire a eu lieu depuis 81, il devrait y en avoir moins ( ils commencent à partir en retraite), mais comme ils vivent en tendance plus longtemps ( notamment parce que les taux de féminisation sont très élevés et que d’une manière générale les femmes vivent plus longtemps)...
      Tous cela est parfaitement facile à vérifier sur internet. Juste, j’ai mis du temps à comprendre que cela ne vous intéresse absolument pas...Acceptez mes excuses pour toute cette perte de temps...


    • Robert Fressat zdf 3 décembre 2014 19:43

      @eric.

      Si vous vouliez en découdre avec des gendarmes en nombre, armés et en armure, vous iriez en short, avec un sac à dos rempli d’une bouteille de vin entamée et de biscuits, qui plus est seul (ou en tout petit nombre, peu importe, l’infériorité numérique me semble indiscutable) ?

      C’est comme ça que vous en déduisez que ces « gauchos d’écolos » (vous mélangez tout, Rémy était un botaniste apolitique) « attaquent » les forces de l’ordre ?

      Les gauchos écolos dont vous parlez, si tant est qu’ils existent, ne représentent une menace pour personne, si c’est là leur façon de se battre.
      Je n’en dirais pas autant de vous, par contre. Avec votre discours, vous montez les uns contre les autres.

      Cette question sur le témoignage me semble close.

      Reste la question sur la démographie. Vous seriez aimable d’y répondre.


    • Robert Fressat zdf 3 décembre 2014 19:48

      @eric
      "Bon et je vous prend une dernière fois par la main : vous ouvrez le lien. vous tombez sur l’infographie de l’Observateur, vous descendez à la 8 ème tête de chapitre, cela s’appelle « des témoignages accablant »"

      Merci de m’avoir pris par la main, j’ai pu voir ce dont il était question.
      En effet les témoignages mentionnés accablent les forces de l’ordre.


    • Robert Fressat zdf 3 décembre 2014 19:59

      @eric

      "Comme il y avait autrefois en France beaucoup plus d’ouvriers actifs qu’aujourd’hui, il y en a plus en proportion dans les retraités. Comme l’essentiel de l’embauche en masse de fonctionnaire a eu lieu depuis 81, il devrait y en avoir moins ( ils commencent à partir en retraite), mais comme ils vivent en tendance plus longtemps ( notamment parce que les taux de féminisation sont très élevés et que d’une manière générale les femmes vivent plus longtemps)...
      Tous cela est parfaitement facile à vérifier sur internet. Juste, j’ai mis du temps à comprendre que cela ne vous intéresse absolument pas...« 

      Vous ne répondez pas a ma question, je vais la reformuler.

      Vous avez fait 2 hypothèses :
       1° les retraités votent davantage à droite
       2° leur répartition par classe sociale est représentative de la population dans son ensemble
      Et vous avez conclu :
       3° ils votent plus à droite que les plus jeunes, car l’apprentissage de la vie les a amenés à comprendre que le vote de droite était le meilleur choix.

      Je ne suis pas d’accord. C’est tout d’abord beaucoup trop simpliste.
      Les personnes âgées peuvent être amenées à voter pour l’extrême droite du fait que les média attisent leur sentiment d’insécurité et non parce qu’elles seraient guidées par un »supplément de sagesse". Mais qui plus est à priori rien n’étaye votre hypothèse n°2. Je vous demande de citer les documents sur lesquels vous vous appuyez.

      Merci.


    • eric 3 décembre 2014 20:05

      Cela fait la troisième fois que je vous répète que non, au contraire, comme le nombre d’ouvrier baisse régulièrement en France depuis pas mal de temps, ils sont proportionnellement plus nombreux parmi les retraités....je ne peux pas vous citer de documents qui prouveraient le contraire de ce que je vous dit....
      Je vais essayer de simplifier : à votre avis, il y a plus d’anciens combattant parmi les actifs ou les retraités...


    • eric 3 décembre 2014 20:08

      « j’ai pu voir ce dont il était question. » c’est pas dommage !

      Bon maintenant relisez l’article en entier à tête reposée...

      « Tous les proches de Rémy confirment qu’il était fondamentalement pacifiste »

      Ce n’est pas un texte sur la question de savoir si ce garçon était un « allumé écolo violent », ce que je suis bien incapable de savoir, et en l’occurence, je me suis référé au témoignage de son amie. La question, c’est un texte sur les facteurs qui font que les gauches en général ont un rapport aussi sacramentel à la violence.
      Sur ce sujet, vous m’intéresseriez peut être. Pourquoi tous les « grands moments » des gauches sont tojours des carnavals qui se sont mal terminé ? Jamais des pèriodes durables d’une gestion progressiste obtenant des succés ?


    • Robert Fressat zdf 4 décembre 2014 07:14

      @eric
      "Cela fait la troisième fois que je vous répète que non, au contraire, comme le nombre d’ouvrier baisse régulièrement en France depuis pas mal de temps, ils sont proportionnellement plus nombreux parmi les retraités..."

      Ok, de votre propre aveux, finalement et contrairement à ce que vous avez dit plus haut, les retraités ne sont pas représentatifs du reste de la population. Votre raisonnement sur les votes en fonction de l’âge prend l’eau de toute parts.


    • Robert Fressat zdf 4 décembre 2014 07:23

      @eric
      « Sa copine, Anna confirme ses dernières paroles et sa volonté d’aller à la castagne »

      Bon sang, c’est votre texte ça !
      Vous avez déformé ce témoignage.
      Et vous sous entendez qu’il est accablant pour la victime, alors que c’est l’inverse.

      Reconnaissez le !


    • Robert Fressat zdf 4 décembre 2014 07:53

      @eric

      "Ce n’est pas un texte sur la question de savoir si ce garçon était un « allumé écolo violent », ce que je suis bien incapable de savoir, et en l’occurence, je me suis référé au témoignage de son amie. La question, c’est un texte sur les facteurs qui font que les gauches en général ont un rapport aussi sacramentel à la violence.« 

      En effet, et comme vous m’avez demandé un peu plus tôt mon avis à son sujet, je vous le donne.
      Votre article est une incitation à la haine gratuite. Motivé par une peur irrationnelle du monde actuel.
      Les »gens de gauche« , la »gauche sanguinaire"... C’est un vieux cliché, mais il n’y a rien de factuel derrière cela. Il n’y a que vos fantasmes.
      Beaucoup de peur, mais rien de concret.

      Il y a bien des problèmes en ce moment, mais celui là n’en est pas un.

      Que proposez vous sérieusement ?
      Mettre dehors 50% de la population qui est de gauche ?

      Non, ce qui fait sérieusement peur, ce sont vos thèses. Comme je disais à DanielD2, elles ont un air de déjà vu. Ça sent les années 30 à plein nez ici.
      Mais, à l’époque, au moins, on peut leur concéder qu’ils ne pouvaient pas se fier à l’histoire pour éviter de réitérer la même erreur. Et, secondement, on comprend plus facilement comment la peur de la gauche était alimentée. La révolution d’octobre, l’internationale communiste.
      Mais aujourd’hui, il n’y a rien de tout cela.
      Et les gens qui manifestent ne se réclament d’aucun parti. Ils ont pour part pris acte de l’échec des tentatives politiques du 20e siècle.
      Vous êtes un fou qui se bat contre des moulins à vents. J’ai juste envie de vous dire : la bataille, Eric, elle est de l’autre côté. Et elle se fera avec tout le monde. Si vous partez en vous mettant la moitié de la population à dos, vous ne la gagnerez pas.


    • Julien30 Julien30 4 décembre 2014 10:21

      Laissez tomber Eric, rien à faire avec celui-là, un type pour lequel les « gens de gauche » ça n’existe pas et qui se réfère au climat nauséabond des années 30 pour discréditer sans poser le moindre argument (réflexe conditionné s’il en est du « gen » de gauche), mais je pense que vous vous en étiez déjà rendu compte, en tout cas bravo pour votre patience et votre rigueur, elle serviront sans doute à d’autres lecteurs de ces commentaires.



    • eric 4 décembre 2014 10:21

      Je partage entièrement vos analyses.

      - J’imagine que vous parvenez à distinguer une « droite très républicaine », d’une droite moins républicaine et d’une droite pas républicaine du tout. Moi, c’est pareil. A gauche. D’où mon appel aux gauches raisonnables...

      - Comme vous, je pense très fort aux année 30. Au fond qu’on brise des vitrines parce qu’il y a écrit dessus juif ou bien banque, cela a sensiblement la même odeur...

      - Le parti communiste n’a effectivement pas grand chose à voir la dedans : en février 34, il était dans la rue avec les factieux hostiles à la république. Aujourd’hui, le SO de la CGT parvient encore à maintenir l’ordre dans les manifs Mélenchon.

      - Dans son dernier article, j’ai du mettre le lien dans un autre com. Mamere fait une description de l’ensemble des forces politiques qui ne pensent pas comme lui, qui est assez dans votre style ( des fous, pestilentiels, maurassien, adeptes de l’apartheid et haineux). Il est clair qu’un discours de ce genre justifie par avance toute violence. Qui ne voudrait pas se battre contre des Nazis ? Et effectivment ce genre de combat contre des moulins à vent et entre 70 et 84% des électeurs au dernier scrutin national (suivant qu’on y intègre le fasciste maurassien pestilentiel hollande ou pas) sans doute une forme de folie haineuse.

      - D’accord aussi, des excités qui aiment la violence pour la violence il y en a partout, parti ou pas. Lors des manifs pour tous, un large public non violent est parfaitement parvenu à éviter tout débordement, mais après dispersion, il y a eu plusieurs fois quelques fousfous pour jeter des trucs sur les agents de la force publique.
      Il y a deux différences : ils ont toujours été condamnés par les organisateurs des manifs. Même les excités en question n’avaient pas voté Hollande, contrairement vraisemblablement aux violents organisés qui brulent les abribus et surtout à ceux qui les justifient.

      Je diffère de votre opinion sur deux points :

      Je persiste à penser qu’il est un fait que les seules expèriences fondatrices valorisée à gauche sont des moments de carnaval plus ou moins violent ( plus pour les bourreaux sanguinaires de la commune, de la terreur voir de 17, moins pour les joyeux plaisantins du Front popu. ou de 68 ( un an et un mois) et que le fait qu’il n’y ait pas un épisode historique durable à gauche considéré comme un succès que l’on puisse revendiquer est assez inquiétant.

      Je ne pense pas que vous soyez fou. Juste un peu laborieux dans vos modes de pensée..je ne sais plus combien de com pour me demander un lien qui est dans le texte et que vous avez déjà par ailleurs... vous me faites penser à Kaa dans le livre de la jungle façon Walt Disney, le gros serpent patelin qui roule et déroule ses gros anneaux sur le chant de « ait confiance petit homme... »

      Il aurait été plus simple de dire, j’ai lu la même chose que vous, Fraisse à deux heure du matin, arrive à 30 m des flics au bruit du canon et se rue en avant en disant, « faut y aller ! » mais moi j’interpète cela comme une manifestation de pacifisme en action. Je vous aurez répondu que je n’ai pas la même impression, vous auriez conclu directement à la droite haineuse et folle qui nous rappelle les heures les plus sombrement nauséabondes de notre histoire et nous aurions gagné beaucoup de temps...


    • eric 4 décembre 2014 10:46

      Merci Julien. Comme je vous l’ai sans doute déjà dit, je viens ici amasser du matériel pour un travail sur ce que c’est, finalement, ce truc qu’ils nomment la ou les gauches.
      Mon interlocuteur ici, fait parti d’un stéréotype que j’ai déjà pas mal repéré. j’en ai une collection. ici ce qui m’intéresse, c’est moi. Dans le cas de la « gauche Calimero » (qui produit catastrophe sur catastrophe avec son effroyable bonne volonté) je comprends bien pourquoi, comme tous le monde, je ressent une certaine compassion, du genre, c’est vrai qu’on ne peut pas mettre entièrement en cause leur responsabilité dès lors qu’il sont irresponsables.
      Dans le cas de cette « gauche Kaa » aussi, je ressent une certaine sympathie, comme pour le pauvre serpent qui tombe de son arbre après s’être pris un coup sur la tête. Est ce parce qu’au fond son comportement est justifié par des appétits bien naturels ? Est ce parce qu’ils sont tellement prévisibles que je me fais plaisir ? Est ce cette bonté naturelle qui sied si bien à l’homme de droite, héritier des traditions chrétiennes et qui a spontanément tendance à pardonner les offenses...
      Est ce que c’est parce qu’on a pas tous les jours l’occasion de rigoler... (les fétides exhalaisons pestilentiels des nauséabondes années 30 comme fin mot d’une pensée politique, dans son hypocrisie outrancière, Kaa a aussi un aspect comique qui force la sympathie...) ? Je me perd en conjectures...


    • Julien30 Julien30 4 décembre 2014 11:31


      Sans doute un peu pour toutes ces raisons en effet. De mon côté je navigue entre une indulgence plus ou moins mesurée et quand même je le reconnais, le plus souvent, la colère, il ne faut pas non plus totalement déresponsabiliser ces gens, dans lesquels doit bien subsister une part de libre arbitre, surtout quand on sait le mal qu’ils ont fait et peuvent encore faire. Il est vrai que les fous dangereux capables de réellement faire couper des têtes ou d’envoyer des jeunes au casse-pipe comme le peu ragoutant Mamère ne sont pas les plus nombreux, même s’ils arrivent souvent à entraîner pas mal de monde avec eux. Toujours les mêmes, une poignée de bourgeois médiocres et névrosés en croquant bien comme il faut et que l’on ne voit jamais en première ligne de leurs explosions de violence progressiste. 
      Mais vous avez raison, restons chrétiens et essayons de ramener dans le troupeau ceux qui peuvent encore l’être, et qui sait les quelques graines que l’on tente de planter dans l’esprits de certains fanatiques qui semblent au premier abord ne rien vouloir entendre finiront peut être par germer à retardement. Surtout que, pour paraphraser ce cher Lénine, la réalité, d’autant plus dans la période de décomposition moral, spirituel et économique actuelle, devrait bien finir par les rattraper d’une manière ou d’une autre.

      « Je viens ici amasser du matériel pour un travail sur ce que c’est, finalement, ce truc qu’ils nomment la ou les gauches. »
      Je ne sais pas si vous avez ça dans vos projets mais ça ferait je pense un livre important et à succès (avec vos différents articles vous auriez déjà pas mal de matière pour l’alimenter) qui viendrait bien compléter voir corriger certains travaux de Michéa notamment (je n’ai pas lu les livres de Julliard ou de Winock sur le sujet mais je doute connaissant un peu les bonhommes qu’ils puissent faire autorité) d’un point de vue de droite.

    • eric 4 décembre 2014 11:47

      Je suis d’accord. Et en particulier depuis qu’ils sont complètement au pouvoir, la manière dont ils traitent les plus pauvres me met moi aussi en colère.
      Pour le bouquin, je suis un peu dépassé par la quantité de matière accumulée. Comme vous le savez, j’ai tendance à écrire mal et toujours trop long...


    • Julien30 Julien30 4 décembre 2014 12:51

      « j’ai tendance à écrire mal et toujours trop long... »

      Je ne dirais pas ça, vous vous attaquez à des sujets assez complexes et finalement peu abordés par d’autres avant, et vous n’avez sans doute pas toujours le temps pour retravailler vos textes autant que vous le voudriez, je suis journaliste (enfin plus trop en ce moment) je sais ce que c’est, il me faut souvent plusieurs repassages pour rendre totalement clairs des papiers plus courts que les vôtres et sur des sujets moins ardus que ceux que vous traitez. Et « trop long » pour un article à lire sur un écran, cela serait adapté pour un livre. 

      « je suis un peu dépassé par la quantité de matière accumulée »
      Peut être pourriez-vous vous faire aider à trier et articuler le tout.
      En tout cas je comprends bien que la tâche est lourde et que vous n’en ayez pas forcément l’envie et/ou le temps, d’autant que vous produisez déjà pas mal de choses sur le sujet quoiqu’il arrive. 

    • eric 4 décembre 2014 13:46

      Merci pour toutes ces choses sympa.
      Il y a du vrai dans tous ce que vous dites ; Pour le bouquin , il y a le fait que je crois être parvenu a cerner un peu mon sujet pour ce qui m’intéressai et que du coup cela m’intéresse moins de finir. Mais il y a aussi la paresse...


  • Julien30 Julien30 2 décembre 2014 18:28

    « Mais à moins qu’éric souhaite se présenter à une élection, nous n’en avons rien à faire de se qu’il pense. »


    Ah le grand démocrate ouvert au débat que voilà, qui déclarait il y a peu qu’il ne pensait pas qu’il y ait de haine à gauche (parmi des centaines de contre-exemples, il suffit de voir Mélenchon éructer pour comprendre que c’est le contraire), mais qui en voit un étalage dans les propos apaisé et lucides de l’auteur. 
    Il illustre bien ce que vous écrivez Eric, quand ça foire (à peu près toutes les expériences durables de gauche au pouvoir comme vous le rappelez) c’est automatiquement la faute du système ou d’hommes pas à la hauteur des idéaux et qui seraient le plus souvent des traîtres à la cause et en fait des hommes de droite (ça c’est la tendance Igsa). Les idées de gauche restent immaculées quoi qu’il arrive, ces gens sont immunisés contre toute forme de réalité et de capacité d’auto-critique sur leurs convictions - réaction quelque part logique, vu que ces convictions ne sont que mensonges et erreurs - c’est redoutable.

    • eric 2 décembre 2014 19:02

      A julien. Globalement, oui. Néanmoins, il reste quand même une vraie gauche républicaine. Et j’imagine que vous l’avez rencontré comme moi. Des gens honnêtes, pacifiques, dont les comportement personnels sont en tout point exemplaires et qui ont juste des idées différentes sur certaines grandes options politique.
      Je reste en tout état de cause persuadé que ces gens ont toujours existé et existent encore. Qu’ils sont même assez nombreux à gauche.


    • Julien30 Julien30 2 décembre 2014 20:10

      «  il reste quand même une vraie gauche républicaine. Et j’imagine que vous l’avez rencontré comme moi. Des gens honnêtes, pacifiques, dont les comportement personnels sont en tout point exemplaires et qui ont juste des idées différentes sur certaines grandes options politique. »



      Quelques-uns mais pas des masses non plus :). Le problème c’est que ce sont en grande majorité des gens bien intentionnés mais que la perversion, l’inversion quasi-constantes que constituent les idées dans lesquelles ils croient les amènent presque inexorablement à l’intolérance et à une forme ou une autre de violence. De la gauche la plus extrême jusqu’au PS (finalement lui aussi très extrêmes dans bien des domaines), il me semble que nos divergences vont bien au-delà de certaines options politiques. 
      Après je ne dis pas que l’on ne peut en ramener certains à la raison mais malheureusement je pense que ceux-là sont minoritaires, même si la crise morale et spirituelle issue de leurs idées que nous traversons pourra à terme grossir leurs rangs.
       
      Par ailleurs, je sais que l’on sera pas d’accord là-dessus et c’est un autre débat, mais je considère que, pour résumer, la république française étant l’oeuvre, et même l’oeuvre fondatrice, de la gauche et que les forces de droite n’ayant pas réussi à en changer la nature profonde depuis plus de 200 ans, pour moi tout homme de gauche est, à un degré ou à un autre, un républicain. 
       

    • jeanVidales jeanVidales 2 décembre 2014 20:55

      Un non-démocrate aurait empêché éric de dire se qu’il pense. Ce n’est pas mon cas. (D’ailleurs si vous avez une vidéo de Mélenchon en train de roter, je demande à voir.)

      Vous dites : "il me semble que nos divergences vont bien au-delà de certaines options politiques." Et vous avez parfaitement raison. Être de gauche ou être de droite c’est aussi un état d’esprit, voir une façons de vivre. C’est pourquoi il y a un clivage gauche/droite et qu’il est très difficile de passer d’un bord à l’autre. Même avec tous les meilleurs arguments du monde je ne pourrai jamais vous convaincre de voter à gauche (ou alors vous n’êtes pas vraiment de droite). Au mieux je pourrais vous faire douter pour que vous vous absteniez de voter.
      Par contre on peut influencer suffisament l’autre camp pour qu’il adopte les mêmes idées. C’est comme ça qu’il n’y a (presque) plus de monarchiste à droite ou qu’à l’inverse le Parti Socialiste mène une politique économique libérale.


    • eric 2 décembre 2014 22:16

      A julien, je crois que je vois ce que vous voulez dire. Mais bon, moi, je suis calviniste, la république est la forme traditionnelle de gestion de nos églises et des pays ou nous somme en nombre, même quand ce sont formellement des royautés. Je me vois mal renoncer à un idéal républicain au seul motif que les idéologies de gauche n’on jamais réellement compris de quoi il s’agissait. Il en va d’ailleur de même pour le libéralisme. C’est pas parcequ’il y a des gens en france pour voi du libéralisme dans la politique de Hollande que cela apporte quoi que ce soit à la connaissance du libéralisme, qui est avant tout à l’origine l’éthique politique et économique du protestantisme.


  • Layly Victor Layly Victor 2 décembre 2014 19:12

    Eric

    Votre analyse est brillante et percutante, extrêmement fine et bien vue, pour quelqu’un qui ne connaît pas les gens de gauche. Car on voit que vous ne les connaissez pas (je veux dire le « peuple de gauche » français, qui est une spécialité unique au monde). Moi même ayant été dans ma jeunesse un mouton de gauche, qui traitait comme un abruti total que j’étais de « facho » tout individu qui ne partageait pas le culte que vous décrivez si bien, je les connais sur le bout des doigts. Ils n’ont rien à voir avec Jaurès, Liebknecht ou Rosa Luxemburg.Et ils n’ont rien à voir avec la défunte classe ouvrière française. Ce sont des petits bourgeois cossus, à l’abri de toute réalité, et d’autant plus intransigeants : vous avez remarqué leur tendance congénitale à faire appel à la censure (puisque Agoravox fait partie du bien, il ne peut abriter des articles comme le votre). Leurs jugements sont toujours définitifs (« cet article est nul ») car prononcés au nom d’une force supérieure. Les gens qui sont confrontés à la vie réelle les détestent profondément, mais ils s’en moquent car ils pensent que les forces du bien les ont placés au dessus de tout risque.
    Ce qui leur plaît, et ce qui est le plus important à leurs yeux, c’est leur image d’eux mêmes. Et ils emploient le terme de facho pour tout individu qui refuse de leur ressembler.
    Ce en quoi ils ne manquent pas d’air car 1) ils ont trahi de façon honteuse la révolution espagnole 2) ils ont soutenu Hitler pendant son ascension 3) ils ont porté Pétain au pouvoir.
    Ils adorent, bien sûr, la « violence révolutionnaire », surtout quand ce sont des pauvres ou des paumés qui se font tabasser.
    Mais vous avez compris : le crime, c’est de ne pas vouloir leur ressembler

    Dans l’affaire de Sivens, ce qui m’a dégoûté, c’est l’emploi en boucle du terme « arme de guerre » en parlant d’une grenade offensive (dont nous avons subi les tirs en Mai 68 sans en faire tout un plat). Votre article m’a aidé à comprendre que ceci fait partie du spectacle sacrificiel. Le malheureux Rémi Fraisse en a fait les frais, mais c’était un accident, et ceux qui l’ont tué sont les bobos de gauche. J’ai eu la nausée en lisant un article d’une polytechnicienne, enfant gâtée et planquée de la nation intitulé « hommage à Rémi Fraisse » et parlant de « la brutalité policière » et du « courage des combattants de l’environnement », mais jamais des paysans du coin qui sont les vrais combattants de la terre (des fachos en somme).


    • eric 2 décembre 2014 19:22

      Ici aussi globalement d’accord, mais je crois qu’il faut regarder plus loin. Si ils supportent aussi difficilement, non seulement qu’on ait d’autres opinions que les leurs, mais même que l’on puisse souhaiter vivre autrement qu’eux, je crois que c’est parce que ces gens ont des identités fragiles et ressentent comme une vraie agression l’idée que l’on puisse vivre autrement.
      A leurs manière, je crois qu’ils sont réellement des victimes et qu’il faut toujours tenter de poursuivre un dialogue avec eux, faute de quoi, livrés à eux même, ils peuvent devenir dangereux.
      Ce qui me confrote dans cette idée, c’est que quand on les croise en bande, c’est effectivement les glapissements ( fachos) et les vomissement, mais quand on en tient un en tête à tête, c’est étonnant comme ils sont à la recherche d’une reconnaissance des autres et comme il s’attendrissent dès que tu leur montre que tu ne les juges pas comme personne.


  • Pascal L 2 décembre 2014 21:18

    Et pendant ce temps là, l’éducation nationale nous fabrique de la chair à canon. Je suis sidéré par l’absence de maîtrise de la langue chez des jeunes qui ont un BTS. S’ils confondent avec assurance l’usage du verbe « être » et du verbe « avoir » à cet âge, comment peuvent-ils défendre des idées. Lorsqu’ils se rendront compte que personne n’a besoin d’eux, une bonne partie d’entre eux choisira la seule voie qui leur reste : la violence. Il suffira de placer quelqu’un devant qui leur dira d’aller se faire tuer et ils le feront. D’ailleurs, certains ont déjà commencé en Syrie. 

     Nous sommes revenu au XIXè siècle ou l’éducation pronée déjà par la gauche (Jules Ferry) devait principalement produire en grande quantité des ouvriers dociles pour les entreprises et de la chair à canon pour les guerres. Au bénéfice de qui ?

    • eric 2 décembre 2014 22:32

      Je me trompe peut être, mais j’ai l’impression que le gibier de Mamére et autre incitateurs hypocrites à la violence, ce sont plus les étudiants des filières inutiles maintenues pour l’emploi des profs, les intermittents du spectacles and co que les étudiants des filières techniques.


  • alinea alinea 2 décembre 2014 23:10

    Vous n’avez pas parlé des grands rassemblements, autour de Mélenchon par exemple, pendant la campagne ; très paisibles, on pourrait dire une messe si l’image n’était pas si galvaudée ; se retrouver, savoir qu’on est nombreux.
    Moi qui n’ai jamais manifesté, j’avais idée qu’une manif réussie c’était quand on obtenait gain de cause ; il faut dire que la dernière, si je ne m’abuse, c’était en 1995 !!
    Je crois que c’est surtout des retrouvailles aujourd’hui, il n’y a même plus d’espoir de quoique ce soit !
    Je me suis laissé dire aussi que depuis quelques temps, les « casseurs » n’ont rien à voir avec les manifestants, et que ceux-ci le regrettent car ils mettent leur point d’honneur à la non violence.
    Vous avez mis un coup de pied dans une fourmilière et mélangé un peu tout ; cela donne du drame et du mythe, mais j’ai bien peur que nous n’en soyons plus là !
    Bien sûr il y a la colère de l’impuissance, mais ce ne sont pas les bobos ratés de l’exercice PS décrits plus haut qui la manifestent.
    Enfin, je les trouve plutôt bon enfant ces rassemblements, s’il n’y avait pas de flics !! c’est le gouvernement qui joue à la diabolisation !! et qui ne prend aucun risque, alors que manifester est un droit fondamental, constitutionnel.


    • eric 3 décembre 2014 07:57

      J’ai parlé à l’époque des manifs Melenchon, notamment celle de la bastille. Oui, on était plus dans la procession que dans le carnaval. A cela, 2 raisons principales : le SO de la CGT reste à peu prêt solide et dans une campagne électorale, on ne cherche pas la violence. Surtout, la moyenne d’âge des manifestants. Et c’est vrai que c’était une petite messe commémorative ou les anciens se retrouvaient autour de leur cher passé : 2 indices parmi d’autres, les étals de vente de chants révolutionnaires soviétiques et la distribution de cocktail cubains....


  • Pyrathome Pyrathome 3 décembre 2014 01:32

    Eric est le grand gagnant du jour !
    À lui tout seul il totalise 75 % de points Staline !
    Bravo !!!
    Vous gagnez un séjour d’une semaine dans un goulag de la Sibérie du nord comme au temps de votre ancien idole....Pas belle la vie ?


    • eric 3 décembre 2014 08:06

      Et Pyrathome prend une sérieuse option pour la victoire finale en point PISA option lecture...

      En bon connaisseur de l’URSS, je suis bien placé pour relativiser les crimes de Staline ainsi que je l’ai écrit plus haut. Comme son alter ego Hitler, Staline est aussi, en partie victime d’un contexte historique.....
      Je le répète, les vrais crimes, ou tout simplement les erreurs des socialismes doivent s’évaluer sur les longues périodes de paix ou ces forces au pouvoir ont eu toute latitude d’appliquer leurs idées.
      Ainsi, la période Mitterrand, qui voit le développement des nouvelles pauvretés, l’arrêt de la baisse des inégalité de revenus, l’explosion du nombre de fonctionnaires et d’impôts avec une baisse régulière de la qualité des services publics à moyens croissant, le remplacement des travailleurs par les minorités ou majorités sexuelles dans les préoccupation de toutes les gauches, etc...


  • marauder 3 décembre 2014 06:47

    La pourriture de droite toujours prompte a detourner, reecrire l’histoire, creer de nouveaux « enemis interieurs », deformer et reinterpreter des combats, minimiser les luttes reelles, meme transformer leurs anciens griefs en combats de toujours...

    Apres avoir du « le fascisme c’est pas si mal » on a droit a un « la nature, le vivre ensemble c’est mal »

    Alors c’est quoi qui est bien chez vous ?
    La guerre ?
    La domination ?
    La revanche ?
    L’avoir sur l’etre ?

    C’est un peu tout ca, la haine, le confusionnisme, le connard de droite quoi.


  • Le421 Le421 3 décembre 2014 09:11

    Je me demande jusqu’à quel moment ce sera porteur de décrire cette gauche incapable de rien faire dans ce pays qu’est la France !
    Elle a été au pouvoir quand, la gauche, en France ?
    Sous Mitterrand ??
    Sous Hollande ??
    Et la marmotte, elle plie toujours le chocolat dans le papier alu...
    Ah tiens vivement Sarko-Le Pen au pouvoir avec tout l’orchestre , je verrais bien Carla à la culture, Marion à la famille, Collard à l’immigration et Zemmour à a justice, ou bien Dieudonné.
    Et le pays, comme par miracle, se redresserait !!
    L’A380 est au point, il faudrait bien en équiper un pour promener tout ce beau monde...
    Poutine au défilé du 14 Juillet et Netanyahu au 11Novembre.
    Travail, Famille, Patrie. Je demande à voir, surtout le premier !!


    • eric 3 décembre 2014 10:11

      Vous dites que la gauche n’a jamais été au pouvoir en France. Je comprends bien que vous faites parti de ceux qui distinguez une « vraie » gauche d’une « fausse » gauche. Mais cela, ça marche en interne. Nous de l’extérieur, on voit bien que du sommet à la base électorale, vous votez ensemble et cogérez.

      Mais admettons votre point de vue.

      Cela signifie que les gens « les plus intelligents et les plus lucides du pays, en phase avec les attentes les plus profonde des 99% »,ne sont absolument jamais parvenu à être politiquement plus efficaces que les fieffés imbécile attardés et ne comprenant rien à rien des droites, qu’on les prennent au sens traditionnel ou au sens large ( PS inclut).

      « On est les meilleures et les moins écoutés... » Il y a un moment ou l’excuse TF1, ne parvient plus à calmer le militant et ou ce double bind le conduit nécessairement à des formes de schizophrénies violentes. Le genre « un peu de violence réveillera le peuple abruti ».
      Malheureusement le fait que cela n’ait historiquement jamais donné de bon résultats mais qu’ils persistent et signent, confirme le diagnostic...

      L’effondrement électoral du PS ne se traduisant en rien par une montée des « vraies gauches » il y a toutes les raisons d’appréhender qu’elle s’hystérisent encore un peu plus.


    • Le421 Le421 3 décembre 2014 13:35

      vous votez ensemble et cogérez...

      Celle-là, je vous avoue, on ne me l’avais pas encore faite !!

      Et même !!
      Seulement -1 à mon intervention !!
      Je suis déçu.
      Ca méritait au minimum -5.
      Le B.I. s’endort en ce moment.


  • Nicole Cheverney Nicole CHEVERNEY 3 décembre 2014 09:17

    @ Eric

    Pour « conjurer » ces « forces du mal », les gauches recourent à un rituel privilégié : « les manifs ». Mais dans une forme spécifique. Car les « manifs », peuvent être deux choses. Des processions ou des carnavals.

    C’est la raison pour laquelle les chefs d’entreprises ont manifesté à Paris, et ont « cadenassé Bercy » !
    Du carnaval aussi ? C’est pourtant vos copains, non ? Je ne pense pas qu’il y en aient beaucoup de GÔCHE !

    Vous avez une vision terriblement hémiplégique de la société ! Il n’y a plus ni droite ni gauche dans ce pays, et c’est bien là, le drame ! Mais il y a un mécontentement grandissant des deux côtés, ça c’est sûr. Et c’est une ambiance plutôt sinistre, assez pré-insurectionnelle. Et votre article manichéen
    participe de cette mauvaise ambiance.

    Il n’y a que des mouvements de pensée, et une « élite » qui se partage les cartes du jeu !


    • eric 3 décembre 2014 10:01

      La manif des patrons est clairement une procession. On les voit repartir avec la satisfaction du devoir accomplit et prêt à revenir autant de fois qu’il le faudra pour être entendus.
      Je ne sais pas, vous êtes ou fûtes de gauche ?
      Vous avez participé à des manifs ? Vous ne vous souvenez pas de cette espèce de sensation de vide intérieur qui envahit le militant quand il n’y a pas eu un peu de bagarre en fin de cortège ? de l’exaltation artificielle qu’il y a à faire semblant de s’enfuir quand les flics font semblant de vous poursuivre ?

      Pour paraphraser l’autre, quand j’entends quelqu’un me dire qu’il n’y a ni droite ni gauche, je sais qu’il n’est pas à droite.

      Car la différence est évidente : la gauche, c’est clairement en tendance les bénéficiaires nets de la dépense publique, la droite plutôt ceux qui payent ou en profitent moins.

      En revanche, vous me flattez beaucoup en m’attribuant un rôle dans la montée tous azimuts des colères ; je vous rappel que depuis deux ans et demi, nous avons des gauches au pouvoir comme jamais dans notre histoire : sénat et villes jusqu’à il y a peu, presque toutes les régions, 70% des fonctionnaires, 80% des journalistes, 100% ou presque des intermittents du spectacle...l’essentiel de ce qu’il nous reste de syndicats et qui sont en général les même que précédemment.

      Si il n’y avait que moi comme cause de colère, les gauches ne seraient pas menacées de disparition lors des prochains scrutins...

      Du reste, écoutez les, Ils viennent de proclamer l’échec de leur dernier gadget politique, le pacte de responsabilité, en accusant les autres.
      Ils sont déjà en train de préparer leur défense au tribunal de l’histoire...Un nouveau mur de l’argent.
      Car si leur politique ne marche pas, il va falloir à nouveau en changer ( alors qu’elle n’est pas encore entrée en œuvre), au bout de 6 mois un an...
      La prochaine pourrait être au pont dans 6 mois un an, donc porter des résultats dans Deux ans et plus.
      L’expérience Hollande est déjà un échec sans précédent de toutes les gauches, c’est pourquoi l’hystérisation violente devient un risque sérieux.


    • Nicole Cheverney Nicole CHEVERNEY 3 décembre 2014 10:45

      @ Eric

      De 1/ Je ne vais plus voter !
      de 2/ depuis la chute du mur de Berlin, le monde ouvrier et les classes moyennes ne s’y retrouvent plus. Il n’y a plus ni droite ni gauche dans ce pays ! C’est pourtant clair.

      Un seul homme politique a osé l’avouer publiquement au lendemain d’une élection nationale. Il s’agit de Jean-Claude Gaudin, maire de Marseille, qui d’un ton rigolard, annonçait cette fin de dualité polique dans le pays ! Et il sait bien de quoi il parle, lui, avec ses petits copains du Sud-Est, tous bords réunis ! UMP= PS=PC=FN=UDF=CENTRISTES !
      Conseil Général + Régional + Mairies+ Communautés des communes !

      Les électeurs, eux, sont déboussolés ! Alors ils se rabattent sur le FN ce qui n’est ABSOLUMENT PAS LA SOLUTION !

      Alors, on retrouve des mouvements contestataires de citoyens particulièrement en colère, et dont la colère grandissante se fera de plus en plus entendre, sur le net et ailleurs, car ils ont bien compris que l’élite oligarchique qui nous gouverne joue serré pour la conservation de leur pouvoir, et de l’argent que cela lui rapporte, et emploie tous les moyens possibles pour faire disparaître la France, dans le maelström européen et atlantiste. ET SE FOUT ÉPERDUMENT DE NOTRE GUEULE !

      Si vous êtes satisfait de cette politique droitière qui est la même que la politique pseudo-socialiste, et vise versa, c’est que vous n’avez pas tout à fait mesuré les enjeux !

      Je suis toujours étonnée que certains intervenants, ici, n’aient pas encore compris les rouages de cette complicité clanique qui lie les élus, contre le PEUPLE ! Des pans entiers de notre civilisation sont entrain de disparaître au profit d’une bien vilaine contre-civilisation, toute dévouée aux Atlantistes.

      Je me suis fendue de plusieurs commentaires, qui m’ont valu des insultes de la part de « pourfendeurs de la gauche », dont un en particulier, un grossier personnage qui traite tout le monde d’enclume ! Ça me fait bien rire !

      De cette gauche, il n’en reste que des miettes, des morceaux et des balais-brosses pour recueillir le lot des mécontents. Nous avons, aujourd’hui, un schéma très simple : OLIGARCHIE contre PEUPLE. Rien entre.... Plus d’institutions intermédiaires, plus de parti communiste, les socialistes, eux, égaux à eux-même (des sociaux traîtres !). Voyez-vous, je suis très attachée à un équilibre républicain classique.

      Vous n’aidez pas la POLITIQUE au sens grec du mot, au sens classique, vous vous contentez d’étudier par le petit bout de la lorgnette, les tripatouillages des uns et des autres.

      C’est dommage....


    • Layly Victor Layly Victor 3 décembre 2014 10:55

      Nicole

      Je m’étonne que quelqu’un comme vous prétende qu’il n’y a plus ni gauche ni droite. Bien sûr, la gauche de Jaurès, Liebknecht et Rosa Luxemburg, celle qui était farouchement opposée à la guerre entre européens, a disparu, ensevelie sous des strates de gainsbarisme et de boboïsme germanopratin. Les tenants de la « gauche » actuelle sont au contraire des va -t -en guerre hystériques au service de l’Empire, notamment anti-russes. Il n’est que de voir tous les soirs ce gros pourri d’ Yves Calvi et son aréopage d’experts patentés morigéner tous ceux qui ne considèrent pas la Russie comme l’Empire du mal ou qui pensent que l’avenir du peuple français est dans l’amitié avec le peuple Russe (on fait semblant de confondre la Russie avec Staline, ce qui est une fraude intellectuelle).
      Si on regarde bien, la « gauche pensante », est sur tous les points au service de la finance internationale. Ce sont tous des enfants de Soros. Mais, comme le principal objectif vital d’un homme de gauche moderne est d’avoir une bonne image de soi, on compense cette trahison par une interprétation dogmatique (et névrotique)de la réalité.

      Car, c’est là le problème, il n’y a plus aucune confrontation sur le plan de l’action et de la gestion du réel. La seule confrontation est dans l’interprétation. Je donne un exemple. Lors de la capture et de l’exécution de Ben Laden, je pense que quelqu’un « de droite » a plutôt réagi en pensant que c’était une bonne chose, alors qu’un ami « de gauche » a réagi en étant désolé de cette tragique disparition. Dans l’affaire Merah, quand il a été abattu, ce même ami « de gauche » a réagi en me disant « pauvre gosse ». Il pensait à Merah. Pas un mot de compassion pour les militaires, les enfants et les professeurs juifs victimes de Merah. Pareil pour Léonarda. Pareil pour Rémi Fraisse. La liste est longue.
      C’est donc uniquement une question d’interprétation du réel, sans incidence sur l’action (je ne considère pas le cirque électoral comme une action).
      Vous me direz : c’est donc sans importance. Justement non. Lisez, relisez, et relisez Michéa : la gauche et la droite sont les deux piliers du système, le rôle de la droite est de gérer, le rôle de la gauche est de démoraliser les peuples.


    • eric 3 décembre 2014 10:58

      Ce que vous me dites là me fait l’effet d’un discours prédigéré.

      Je voudrai prendre un exemple : l’américanisation. A gauche, on reprend servilement avec trente ans de retard toutes les modes américaines. Jeans, Jazz, théorie des genre, écologie, intersectionnalité, vitamines et Brie Party...sans vraiment les comprendre et avec pas mal d’erreurs de traduction, tout en dénonçant l’américanisation et en accusant les droites d’être « atlantistes ». La plupart des concepts à la mode au sein de toutes les gauches sont des mots américains mal traduits.

      Dans le même temps, les mêmes gauches accusent les mêmes droites d’être « franchouillardes, conservatrice, attachée à des identités dépassées à l’heure du cosmopolitisme et du métissage. »

      De la même façon, elles accusent des « oligarques » de dominer le monde en un temps ou la richesse nationale est dépensée à 57% par l’État et ou dans la mesure de leurs possibilités, les oligarques qui nous restent fuient à l’étranger.

      Non, le discours sur des forces du mal qui imposeraient au « peuple » leur 4 volontés participe bien de la régression néo païenne de gauche qui attribue les malheurs du temps à des forces obscure toutes puissantes faute d’admettre que ses solutions ne fonctionnent pas.

      Or, cela ne tient pas la route une seconde. Les banques et les oligarques sont les mêmes dans le monde entier. les résultats des différents pays sont très différents (pouvoir d’achat, impôts, croissance, justice sociale etc...°


    • Le421 Le421 3 décembre 2014 13:39

      Car la différence est évidente : la gauche, c’est clairement en tendance les bénéficiaires nets de la dépense publique, la droite plutôt ceux qui payent ou en profitent moins...

      Oh putain !! Les clichés !!
      Ah ouais...
      La droite, ce sont les bons économes qui gèrent intelligemment (genre, je me fais faire un Airbus avec hôpital et restau pour descendre à Clermont-Ferrand) et qui payent de leur poche les frasques de ces salauds de dépensiers de gauche...
      En même temps, si j’étais aveugle, je ne pourrais pas lire ça.
      Donc, j’arrête de me plaindre.


    • eric 3 décembre 2014 13:54

      Vous n’êtes pas aveugle, profitez en ! Il y a abondance de sites avec des chiffres sur qui vote pour qui....

      D’un autre côté, c’est long et fatiguant. Alors ouvrez juste les yeux en grand....

      - Nous sommes en crise
      - Il manque de l’argent pour tout
      - La pauvreté s’accroit à vue d’œil (11 millions ? et leur situation va en s’aggravant)

      Le gouvernement trouve trois milliards d’euro quand même.

      A qui il va les donner ?

      Aux riches ! Une moitié des français l’est assez pour payer l’IR. En exonérant les tranches les plus basses, le PS arrose des gens qui font parti des 50% des plus riches. 3millions d’électeurs quand même... ! cela a une autre gueule qu’un bouclier fiscal sarkozien susceptible de rameuter 11 000 suffrages...

      Donc le PS arrose les siens, mais ce n’est pas surprenant.

      En revanche, ni le NPA, ni le fdG, ni les EELV ne sont descendu dans la rue pour dénoncer ce scandale. Même pas un communiqué.

      On en a lu des articles expliquant que les mauvais résultats aux élections étaient lié au fait que la classe moyenne socialiste n’était pas contente de participer à l’effort commun de redressement...


    • raymond 10 décembre 2014 12:49

      sacré Layli, soutient entre lobbiistes, c’est gros comme ficelle. Vilain


  • Robert Fressat zdf 3 décembre 2014 14:33

    Bonjour Eric,
    pouvez-vous nous en dire davantage sur vous ?
    sur votre profil, la seule information que vous nous offrez à votre sujet est :
    « Travailleur émigré en russie »

    je cite : « D’autant que le pire est devant nous. J’ai diné avec une copine des RG. »

    Quel genre de travailleur émigré en Russie dine avec des membres éminents des RG ?

    Cela excite ma curiosité.


    • eric 3 décembre 2014 17:08

      Je ne vois pas trop ce que cela apporterait à mon texte, mais bon, j’ai l’habitude..
      Je vis depuis 25 ans en Russie, mais depuis que les gosses font leurs études en France, je viens beaucoup plus à Paris.


    • Robert Fressat zdf 3 décembre 2014 17:44

      Merci Eric,

      C’est que j’ai envie de me faire une idée plus précise de qui vous êtes. Et, dites moi, quel est votre activité ? Comment avez vous été amené à devenir ami avec une membre des RG ?


    • eric 3 décembre 2014 18:01

      Les hasards de l’existence...Tenez, puisque cela vous passionne, je viens d’enterrer un copain de la DGSE, il avait juste été en poste à Moscou et nos gosses étaient en classe ensemble...
      Mais assez parlé de moi, parlons de vous, qu’est ce que vous pensez de moi ? Je veux dire, de mon article, un Noël Mamere vient d’écrire...
      http://blogs.rue89.nouvelobs.com/chez-noel-mamere/2014/12/01/noel-mamere-ump-fn-le-moment-reactionnaire-233871
      "un seul discours de fond, pestilentiel, dressant le portrait d’une France de l’exclusion et de l’apartheid social et ethnique, d’une France blanche, sexiste, maurrassienne"

      il n’y a pas les mots pétainiste et hitlérien parce que ce n’est pas nécessaire, mais pour des gamins le crâne un peu bourré et pas trop malins, n’est ce pas un appel direct à la violence et finalement au meurtre ? Qui ne voudrait se battre contre l’apartheid ?
      Ce genre de discours sont ils parfaitement sans liens avec la mort du jeune Fraisse ?


    • eric 3 décembre 2014 18:06

      Ah oui, et pour revenir à la question de « parler avec les fous », toujours les hasard de la vie ont fait que j’ai pas mal connu Ellul. Chrétien, d’origine juive, pacifiste, plaçant le christ rédempteur au cœur de sa pensée, et ayant écrit entre autre un livre très sévère sur l’Islam et un autre sur la subversion du Christianisme...
      Mamere le présente comme un de ses maitre à penser...Comment interpréter la distance entre ce que dit Ellul et ce qu’à compris Mamere ?


    • Robert Fressat zdf 3 décembre 2014 18:24

      @eric
      « Mais assez parlé de moi, parlons de vous, qu’est ce que vous pensez de moi ? Je veux dire, de mon article »

      Je vous promet de vous répondre, ce sera avec plaisir, dès que vous aurez répondu aux questions que je vous ai précédemment posées.


    • eric 3 décembre 2014 18:31

      Je m’y efforce dés qu’il s’agît de l’article et des idées qui y sont exposées, pour les questions personnelles, moi, le style Treierweiler, c’est pas trop mon truc et le genre « d’où c’est y donc que tu nous interpelle dans notre vécu non plus... »


    • Robert Fressat zdf 3 décembre 2014 19:09

      @eric,
      "Je m’y efforce dés qu’il s’agît de l’article et des idées qui y sont exposées, pour les questions personnelles, moi, le style Treierweiler, c’est pas trop mon truc et le genre « d’où c’est y donc que tu nous interpelle dans notre vécu non plus... »"

      Je ne vous suis pas. Pouvez-vous m’expliquer de quoi vous parlez ?


    • eric 3 décembre 2014 19:43

      De vous !


    • Robert Fressat zdf 4 décembre 2014 07:26

      @eric
      Faut-il y voir une sorte de dénigrement à mon égard ?
      Parce que j’ai eu le tort de vous contredire et d’avoir raison ?


  • DanielD2 DanielD2 3 décembre 2014 15:05

    Ce qu’on appelle « le peuple de gauche » est la plaie de ce pays.

    Des étudiants branleurs, des fonctionnaires nocifs en surnombre, des bobos qui militent pour des sans-papiers qui iront s’entasser loin de chez eux, des PD hystériques, des membres d’associations grassement subventionnées par l’état, des syndicats qui n’intéressent plus personne, des punks à chien SDF squattant où ils peuvent en buvant leur RSA, etc.

    Et tout ce petit monde est effectivement fou de rage en ce moment. Car ils s’aperçoivent que le monde qu’ils ont voulu, libéral, sans frontière, sans discipline, sans autorité, est en train de ruiner la France, et qu’en tant que parasite, ils sont en 1er ligne pour perdre leurs privilèges, et que même un gouvernement « de gauche » n’y peut plus rien, même si il est désespéré de devoir désespérer sa clientèle. 

    Alors ils font des émeutes, qui sont à leur image, pathétique. Pendant que le reste de la France ne rêve que de se débarrasser d’eux, comme un chien rempli de puces qui manifesteraient entre ses poils car il n’a plus assez de sang.


    • Robert Fressat zdf 3 décembre 2014 15:24

      @DanielD2
      Ce que l’on appelle « le peuple de gauche » à élu un président socialiste lors des dernières élections présidentielles. Cela veut-dire, si l’on accepte l’idée que nous sommes en démocratie, que le peuple de gauche est majoritaire dans ce pays.
      Ou pas loin.
      N’avez-vous pas peur de stigmatiser la moitié de ce pays ? Selon vous la moitié du pays est à jeter ? Quelle solution proposez vous ?


    • DanielD2 DanielD2 3 décembre 2014 16:58

      C’est pas parce que c’est un président « de gauche » qu’il a été élu uniquement avec les voix du « peuple de gauche ».

      Si on compte les immigrés qui ne sont pas vraiment de gauche mais qui en profite bien quand même, ils doivent être 1/3 de la population à peu près, et il serait grand temps qu’ils trouvent un vrai travail.


    • Robert Fressat zdf 3 décembre 2014 17:06

      @DanielD2
      "Si on compte les immigrés qui ne sont pas vraiment de gauche mais qui en profite bien quand même, ils doivent être 1/3 de la population à peu près, et il serait grand temps qu’ils trouvent un vrai travail."
      Ces immigrés, qui vous dites, représentent 1/3 de la population, pour reprendre votre image du chien et des puces, ils font partie du chien ou des puces ?


    • Robert Fressat zdf 3 décembre 2014 17:25

      Parce que si eux aussi font partie des « puces », je réitère ce que j’ai dit plus haut, ça fait beaucoup.
      Dites moi si je me trompe, mais il me semble que vous vous mettez à dos 50% ou plus de la population. Difficile de construire un projet en partant sur cette base.
      Remarquez, en cas de guerre civile, il est des exemples dans l’histoire de cas ou ça a « réussi » (dans le sens ou cela a abouti à une prise de pouvoir).
      Je pense à Franco en Espagne, dans les années 30. Et certains points de votre discours m’amènent à penser à lui.
      Lui aussi devait « restaurer l’ordre » dans son pays. D’un certain point de vue, il a réussi. Il a chassé les gauchistes et les anarchistes. Il faut voir comment d’ailleurs.
      Mais, je crois que dans son ensemble le peuple espagnol fût soulagé lorsque l’aventure du franquisme se termina. C’est le moins que l’on puisse dire.


  • tf1Groupie 3 décembre 2014 18:04

    Pauvre Remi il en aura eu son compte de fautes d’orthographes posthumes.


Réagir