lundi 13 juin 2016 - par Daniel MARTIN

Rénover la Démocratie, une urgence Française !

Due aux activités humaines et à l’explosion démographique, La situation écologique globale ne cesse de s'aggraver. Parmi l’une de ses conséquences principales c’est le dérèglement climatique. Mais cet aspect là, et bien d'autres, épuisement des sols, pollutions croissantes de l'air, des nappes phréatiques et des océans, disparition accélérée de la biodiversité et des ressources fossiles, sont les conséquences d’un productivisme imposé par l’oligarchie militaro-Financière et industrielle, auprès desquels les responsables politiques n’ont qu’une fonction de serviles serviteurs pour imposer des projets, souvent autant inutiles que coûteux pour le contribuable, aux bilans énergétiques et gaz à effet se serre (GES) des plus désastreux. De Notre Dame des Landes à l’EPR en passant par des parcs de loisirs, axes autoroutiers, grands stades etc. sans compter l’exploration des gaz de schiste qui se dessine à l’horizon… Les exemples sont légions et les citoyens sont souvent impuissants pour s’y opposer, car la démocratie Française souffre d’un réel déficit.

 Rénover la démocratie en donnant aux citoyens de réels pouvoirs et contre pouvoir

Pour s’opposer à ces dérives destructrices, il y a urgence de redonner aux citoyens de réels pouvoirs et contre pouvoirs, pour à la fois, leur permettre une meilleure maîtrise de la démocratie représentative et agir par plus de démocratie directe. Cela passe, notamment, par le référendum d’initiative citoyenne, mais aussi par le référendum d’initiative révocatoire et dans toutes les assemblées par un quota d’élu(e)s tiré au sort, ainsi qu’un droit de veto suspensif préalable accordé à certaines associations ou encore par la fin de l’élection du Président de la République au suffrage universel direct. La suppression du Sénat, assemblée désormais inutile doit permettre de renforcer la démocratie à l’Assemblée Nationale.

La Ve République échappe aux typologies classiques des différents régimes démocratiques. Conçue à l’origine comme un régime parlementaire dans lequel les pouvoirs de l’exécutif sont renforcés, elle est devenue un régime de type présidentialiste depuis le référendum de 1962 qui a instauré l’élection du président de la République au suffrage universel direct, le rôle prépondérant du Président de la République s’est d’ailleurs accru avec le quinquennat. 

Mettre un terme à la double fonction de fait de chef de l’Etat et de chef de l’exécutif du Président de la République. Une exception en Europe.

L’élection au suffrage universel fait du Président de la république le moteur du système et il apparaît ainsi accumuler tous les pouvoirs. Avec le quinquennat qui précède l’élection de chaque législature, arrivée à terme, ou faisant l’objet d’une dissolution, et sauf cohabitation très improbable dans ces conditions, avec une assemblée « godillot  », même si cela n’apparaît pas évident, il est à la fois chef de l’Etat et chef de l’exécutif, c’est un avatar de la démocratie Française. Si quelques-uns des pouvoirs de l’exécutif, et non les moindres, recoupent toutefois ceux du Premier ministre, on sait que la pratique gouvernementale a presque toujours créé une distorsion au détriment de ce dernier, le réduisant trop souvent à la fonction d'arbre de transmission impeccable des volontés Elyséennes. En cas de désaccord, les exemples sont légions, le Président a tout loisir de le congédier, ainsi que par ailleurs le Gouvernement.

L’équilibre des pouvoirs conçu par les constituants de 1958 connaît de profondes modifications, consacrées par « l’usage » plus que par l’application littérale des textes constitutionnels

Parallèlement, le principe de la responsabilité du Premier ministre devant le président de la République a été consacré, en marge du texte constitutionnel, par l’usage. Le chef de l’État a ainsi exigé et obtenu à plusieurs reprises la démission du gouvernement, sans que l’Assemblée nationale n’ait pour autant adopté de motion de censure. Ce fut le cas pour la démission de Michel DEBRE en avril 1962, de Jacques CHABAN-DELMAS en juillet 1972, de Pierre MAUROY en juillet 1984, de Michel ROCARD en mai 1991, d’Édith CRESSON en avril 1992 ou Jean-Marc AYRAULT le 31 Mars 2014.

Cette responsabilité du Gouvernement devant le chef de l’État constitue l’une des caractéristiques du fonctionnement de la Ve République. Lorsque François HOLLANDE avait congédié de façon brutale le Premier Ministre Jean-Marc AYRAULT, suite à l’échec électoral des Municipales de 2014. Ce qui n’empêchait pas l’ancien Premier Ministre de déclarer, au journal le Point le 15 Octobre 2014 : « C'est pour moi un honneur d'avoir été choisi à Matignon par François HOLLANDE «  …Ou encore Jacques CHIRAC s’exprimant au sujet de Nicolas SARKOZY, alors ministre de l’Économie et des Finances, lors de l’entretien télévisé du 14 juillet 2004 : « Je décide, il exécute… » Cet exemple démontre bien l’absence d’équilibre des pouvoirs entre Président et parlement. Aujourd’hui le curseur a glissé dangereusement vers le Président de la République qui Seul peut agir… « Selon son bon plaisir »… Cela ne vous rappelle-t-il pas quelque chose… La dérive d’un régime se voulant au départ à dominante parlementaire, mais qui est devenu Présidentiel avec un chef de l’Etat qui est également chef de l’exécutif. Une exception Française en Europe qui fait de la France l’un des pays les moins démocratiques.

L’introduction de la » primaire » et de la notion des « usages » un réel danger

 Avec l’introduction des primaires, comme nouvel usage pour » sélectionner » une candidature à l’élection Présidentielle, quelle que soit la formule d’élargissement plus ou moins large de l’électorat à Gauche ou à Droite que va choisir le parti politique, celui ou celle qui aura en final les « préférences » de l’électorat concerné, Sera généralement « l’apparatchik » qui maîtrise le mieux le parti dominant dans lequel il a su tresser les liens utiles, tant à l’intérieur, qu’à l’extérieur, en particulier avec certains lobbys et les médias les plus influents. Mais l’importance des liens tissés à l’extérieur est surtout vrai pour les deux principaux partis, dont sera issu le, ou la futur(e) Président(e). Pour les autres, c’est essentiellement à l’intérieur du parti le plus important, en cas de coalition, que la partie se joue entre les concurrents.

Le problème c’est le risque accru de confier les clés d’un pouvoir politique « puissant », que confère la Constitution de la Ve République, à un « apparatchik » sans envergure et dont les convictions politiques se résumeraient à un opportunisme de circonstance, imposé par les lobbys des puissances de la finance et du monde des affaires, relayés par les médias à leur service. Il est donc urgent de mettre un terme à cette situation.

Si on considère les articles de l’actuelle constitution, il convient de les modifier, ou de les supprimer, de manière à préciser qu’à l’issue de chaque élection législative, le Président de la République ne sera plus élu au suffrage universel direct, mais au suffrage universel indirect par un collège électoral des élus territoriaux et des parlementaires pour une durée de cinq ans. Ainsi, il sera de fait relégué dans la seule fonction conforme à la mission d’un chef de l’Etat et en lui supprimant, entre autre, le droit de dissolution de l’assemblée nationale il n’interviendra pas dans l’exécutif qui sera de la seule compétence du Gouvernement responsable devant la représentation Nationale (Députés). Seule L’assemblée Nationale serait habilitée à sa dissolution éventuelle, dès lors que le Gouvernement n’aurait plus de majorité pour appliquer tout ou partie de son programme.

Stabilité des institutions 

La stabilité des institutions de la Ve République dépendrait-elle de la seule « puissance » du pouvoir du Président de la République, due à son élection par le suffrage universel direct ?...

A mon avis, ce n’est pas un retour au septennat avec un seul mandat, au prétexte que le décalage entre l’élection Présidentielle et l’élection législative permettrait de rétablir l’équilibre des pouvoirs, entre le Président et le parlement. Si des prérogatives, telles que le droit de dissoudre l’Assemblée Nationale ou exercer seul tous les pouvoirs dans certaines circonstances ne lui sont pas retirées, l’on ne remettra pas en cause les » puissants « pouvoirs du Président de la République et le parlement avec le gouvernement continueront à jouer un rôle secondaire

Quand on y regarde de plus prèsla stabilité des institutions, si souvent évoquée et vantée, ne relève pas seulement des « puissants » pouvoirs du Président de la République, mais beaucoup plus du mode de scrutin pour l’élection des Députés qui est uninominal majoritaire à deux tours par circonscriptions territoriales. A cet effet, on peut considérer que malgré le mode de désignation actuel du Président de la République et des pouvoirs qui lui sont conférés, notamment le droit de dissolution, un retour de l’élection des Députés à la proportionnelle telle qu’elle a pu exister, ce serait revenir aux incuries gouvernementales de la IV° République, en renforçant des partis politiques, totalement discrédités. Par ailleurs, Le vote à la majorité absolue des membres de l’assemblée nationale et non à la majorité relative permet de limiter les possibilités de renversement du Gouvernement par l’assemblée nationale, pour un oui ou un non, comme ce fut trop souvent le cas sous la IVe République. Sous la IVe République, les Députés avaient pris l’habitude de rejeter les lois avec une majorité simple (relative) en « calibrant » leur vote après concertation au niveau des groupes Parlementaires, sans atteindre la majorité absolue. De ce fait l’Assemblée Nationale ne pouvait être dissoute et un Gouvernement mis en minorité n’avait plus les moyens de sa politique, il était contraint de démissionner. Par contre, appliquer un correctif pour permettre la représentation des minorités, de même que la désignation d’un quota de citoyens par tirage au sort est indispensable, dans le cadre d’une rénovation de la Démocratie et son principe doit figurer dans la Constitution. Les modalités d’application étant définies par la loi.

Maintenir le scrutin de circonscription territoriale, uninominal à deux tours pour l’élection des Députés avec un « correctif  », mais comment le définir ?

Je rappelle qu’en 1989, dans le cadre d’un débat j’avais proposé une réforme permettant la représentation des minorités politiques qui se traduisait de la manière suivante : A l’issue du second tour de scrutin des élections législatives au scrutin uninominal, tous les partis, ou groupements de candidats, qui avaient agréé 175 candidat(e)s et obtenu au premier tour, entre 375 000 et 500 000 voix se verraient attribuer 2 sièges de Députés, plus un par fraction complète de 250 000 voix. Afin de ne pas sur représenter les formations politiques, petites ou grandes, les partis, ou groupements de candidats qui auraient obtenus des Députés au suffrage universel direct, soit en leur nom propre, soit par le jeu des alliances, leur nombre serait déduit de celui du correctif éventuel auquel ils auraient droit. Quelques exemples : lors des élections législatives de 2012, au premier tour le FN a obtenu 3 572 536 voix, il aurait ainsi droit à 14 sièges de Députés. En ayant déjà acquis 2 sièges au second tour par le scrutin uninominal, il disposerait donc de 12 Députés. EELV avec 1 418 0141 voix au premier tour aurait droit à 5 sièges de Députés, mais suite à l’alliance avec le PS ce parti a obtenu au second tour 18 sièges de Députés, ce qui signifie qu’il n’aurait aucun siège d’attribué au « correctif », idem pour le PS, l’UMP, le PRG, FDG etc. (Ces chiffres n’étaient qu’une proposition, servant de base de discussion pour un débat qui reste ouvert).

Ce système qui comprendrait au plus 20 à 25 Députés supplémentaires suppose que le nombre actuel de Députés soit réduit, en particulier dans les métropoles urbaines à forte densité de population, de manière à y intégrer ceux élus grâce au « correctif » et ceux désignés par le tirage au sort sans excéder le nombre actuel de 577. Contrairement au découpage actuel des circonscriptions qui sont faites au niveau Départemental, ce qui n’est pas très logique pour un scrutin national, le découpage des circonscriptions doit se faire dans le cadre d’un schéma National, ce qui signifie qu’une circonscription électorale pour l’élection des députés pourrait se situer sur plusieurs Département. L’Assemblée Nationale, à l’instar des assemblées territoriales (Régions, Communes) ferait l’objet de la désignation d’un quota de députés par tirage au sort, dont les modalités seraient définies par la loi.

Nous n’avons pas besoin d’un système « Bicaméral » il faut supprimer le Sénat

Promulguée le 4 octobre 1958, la constitution de la Ve République confère au Sénat un rôle éminent dans les institutions. L'universitaire constitutionnaliste et ancien sénateur (1959 - 1971) Marcel PRELOT (1898 - 1972) n'hésitait, d'ailleurs pas, à parler de « République sénatoriale ». Le président du Sénat devient le deuxième personnage de l'Etat et assure l'intérim de la présidence de la République.

La France n’a, par ailleurs, plus besoin d’un système Bicaméral. On peut noter que 75% des lois sont dictées par l’Europe, ce qui signifie qu’en France, la suppression du Sénat ne poserait aucun problème sur le plan législatif. D’autant que dans le cadre des navettes entre l’Assemblée nationale et le Sénat pour l’adoption de projets ou propositions de loi, en cas de désaccord, c’est l’Assemblée Nationale qui seule décide de l’application ou non de la loi. En cas de désaccord prolongé sur un texte, le gouvernement peut confier aux députés le soin de trancher. Quant à la responsabilité du gouvernement devant la Haute Assemblée, la Constitution prévoit simplement que « le Premier ministre a la faculté de demander au Sénat l'approbation d'une déclaration de politique générale ».

Le Sénat, Cette assemblée du 19° siècle est désormais obsolète. Déjà En 1969, le Général de Gaulle avait soumis à référendum un double projet de réforme des régions et du Sénat. Outre les collectivités territoriales qui éliraient cent soixante-treize sénateurs, le Sénat représenterait désormais l'activité sociale, économique et culturelle du pays, avec cent quarante-six sénateurs désignés. Mais surtout, le projet aurait ôté toute attribution législative et tout droit de contrôle du gouvernement par le Sénat, il en aurait fait une simple Chambre consultative. De plus, il aurait retiré au président du Sénat, au profit du Premier ministre, l'intérim de la présidence de la République.

L'opposition est très vive chez les élus locaux comme au Sénat, où le nouveau président, Alain Poher, prend la tête du combat pour le « non » au référendum. Les résultats de la consultation d'avril 1969 lui donnent raison : par 52,41% des suffrages exprimés, les réformes proposées sont rejetées.

46 ans plus tard, en 2015 Claude BARTOLONNE président de l’Assemblée Nationale se dit favorable à sa suppression et reprend la proposition du Général de Gaulle de fusionner le Sénat avec le Conseil économique et Social…Une assemblée consultative avec des citoyens désignés, ce qui est le cas du Conseil économique et social, avec des citoyens élus, le fussent-ils indirectement, ne me semble pas très rationnel.

Supprimer le système « bicaméral », en renforçant la démocratie parlementaire de l’Assemblée Nationale, implique une suppression pure et simple du Sénat.

Une assemblée inutile qui coûte très cher aux Contribuables

Un sénateur coûte près d'un million d'euros aux contribuables, ce qui revient à 350 millions d'euros par an pour le budget du Sénat qui gère, par ailleurs, une réserve de 1, 5 milliard d'euros. Près de 90 % des dépenses du Sénat consistent en des dépenses de personnel  : indemnités parlementaires des 348 sénateurs, plus traitements et primes de leurs collaborateurs (cinq maximum), pour lesquels chacun dispose d’une enveloppe 7548,10 euros. Pour rompre avec l’opacité qui faisait partie des usages de cette assemblée, en 2013, pour la première fois, les comptes ont été certifiés par la Cour des comptes. « Mais cela ne veut pas dire que le Sénat est bien géré, simplement qu’il respecte les règles comptables » fait observer l’un des magistrats de la Cour.

 Les salaires des fonctionnaires du Sénat très confortables, parfois exorbitants pour certains d’entre eux. Il suffit de lire la presse spécialisée sur ces questions, par exemple : « Revue impôts- économie, le portail de la dépense publique » pour se rendre compte ce que coûte au Budget de l’Etat, donc aux contribuables, cette assemblée devenue inutile, mais dont les privilèges, tant pour les Sénateurs que les 1220 fonctionnaires qui y sont affectés, sont considérables.

Ne nous étonnons pas si le Sénat est de plus en plus considéré par nos concitoyens, comme une assemblée superflue, inutile et coûteuse qui sert entre autre à recaser ceux qui n'ont pas réussi à se faire élire au suffrage direct dans des instances déjà pléthoriques. A souligner, par exemple, la disproportion des chiffres entre les USA et la France. USA : plus de 300 millions d'habitants 100 sénateurs et 435 représentants. France : 65 millions d'habitants 348 sénateurs et 577 députés.

L’élection des Députés au suffrage uninominal à deux tours dans une circonscription, dont ils sont les représentants de ces territoires, ne peut que faciliter la suppression du Sénat. L’argument selon lequel le Sénat est une assemblée qui a vocation à représenter les territoires ne tient plus.

Supprimer le Sénat, renforcer et démocratiser l’Assemblée Nationale avec l’introduction d’un correctif permettant aux minorités politiques d’être représentées, ainsi qu’un quota par tirage au sort sans augmenter le nombre actuel de députés.

Ils sont actuellement 577 et il n’est pas souhaitable de dépasser ce chiffre en tenant compte qu’un correctif pour permettre aux minorités politique d’être représentées (selon les résultats électoraux actuels, environ une vingtaine), plus un quota de représentants des citoyens désignés par tirage au sort, dont le nombre reste à définir, mais qui ne devrait pas excéder 10%, cela signifie qu’il faudra procéder à des réductions de sièges de députés élus, notamment dans les grandes zones urbaines. Un découpage National et non départemental des circonscriptions devrait le faciliter.

Réduire les strates du coûteux mille feuille, renforcer la démocratie représentative et la démocratie directe

Les Régions

Les Régions Françaises qui étaient au nombre de 27 avaient besoin, du moins pour certaines d’entre elles, d'être redécoupées, produit technocratique de l’État jacobin des années 1950, elles correspondaient trop peu aux réalités historiques, culturelles, et sociales du pays. C'est pourquoi il est impératif que la cohérence territoriale soit en adéquation avec celui des aspirations des populations, mais aussi avec les nouvelles contraintes écologiques. Le résultat pourrait être des régions de tailles très hétérogènes, comme chez certains de nos voisins Européens. Ainsi, on peut imaginer une région avec 4, 5 départements actuels, voire plus, coexistant avec des régions à deux départements (Alsace, Savoie), voire, des collectivités territoriales plus petites encore (Catalogne et Pays Basque français). À ce titre, La carte des nouvelles Régions, préparée par une poignée de hauts fonctionnaires n’est pas acceptable et relève d’un déni de démocratie. En fixant arbitrairement le nombre de Régions à 13, sans réelle concertation des élus locaux, ni débat préalable de la population, notamment par le biais de saisine de la « commission nationale du débat public », dont il convient d’élargir le cadre légal d’intervention, outre un déni de démocratie, on reproduit, en les aggravant, les travers technocratiques du découpage actuel...

Supprimer les Départements en tant que collectivités territoriales et réduire le nombre de Communes 

Les Départements, les communautés de Communes, d’agglomérations ou urbaines, les Communes (près de 37 000, un record en Europe) et bientôt avec 11 pôles Métropolitains un comble, car au lieu de réduire on augment les strates du Mille feuilles, plus les pays (371 en milieu rural), et les syndicats intercommunaux, bien qu’il ne s’agisse que de collectivités de projets, constituent un empilement, dont on ne sait parfois plus distinguer les compétences. L’intercommunalité et la région suffiraient amplement pour se répartir les compétences actuelles des Départements, selon certaines estimations c’est une économie de plus de 15 milliards d’euros par an qui serait réalisé. Ce qui veut dire que l’on supprime purement et simplement le Département en tant que collectivité locale, d’ailleurs c’est ce que suggère l’OCDE. A maintenir toutefois en tant que district administratif comme avant 1800. La justification des 11 Métropoles urbaines ne peut que plaider dans ce sens.

Trop de communes avec d’énormes différences démographiques entre certaines d’entre-elles.

Si d’après l’INSEE, Paris intra muros comptait 2 257 981 habitants au début de l’année 2012, de nombreuses communes ne connaissent pas une telle affluence. Il y a en pleine campagne française des communes où l’on ne dépasse pas les 10 habitants. Il est donc temps de remettre tout ça à plat et de procéder à un regroupement des Communes de manière à les réduire des deux tiers et ramener leur nombre aux environs de 12 000. La France est le pays qui compte le plus de communes en Europe. Avec 36 683 communes au 1er janvier 2011 (dont 36 568 en métropole) pour 65 millions d’habitants. La France possède, à elle seule, près de 40% des communes de l’Union européenne.

A titre de comparaison, l’Allemagne en a 12 196 (81,5 millions d’habitants) et l’Italie 8 101 (61 millions d’habitants).

Introduire dans toutes les assemblées un quota de citoyens tirés au sort.

Qu’il s’agisse des assemblées territoriales ou de l’Assemblée Nationale, un nouveau bol d’air démocratique implique une innovation qui doit se traduire par des représentants tirés au sort, un peu comme dans cours d’assises. Ils bénéficieraient des mêmes droits et seraient assujettis aux mêmes devoirs que les élu(e)s au suffrage universel.

Cette disposition serait rajoutée à l’article 1 de la constitution, 2 eme alinéa qui pourrait être ainsi libellé : « La loi favorise l'égal accès des femmes et des hommes aux mandats électoraux et fonctions électives, ainsi qu'aux responsabilités professionnelles et sociales. Par ailleurs tout citoyen volontaire, inscrit sur une liste électorale, peut faire l’objet d’un tirage au sort pour siéger dans une assemblée territoriale ou à l’Assemblée Nationale, selon un quota et des dispositions prévu par la loi.

Le mode de scrutin territorial uninominal majoritaire à deux tours n’est d’ailleurs pas incompatible avec un mode annexe de représentation par tirage au sort. Les Députés élus au « correctif appliqué et ceux désignés par tirage au sort n’étant pas affectés à une circonscription électorale, mais directement à l’assemblée nationale.

Référendum d’initiative révocatoire

Il y a le référendum, mais aussi la proposition d’initiative populaire qui doit permettre d’introduire le référendum révocatoire que l’on doit inscrire dans la Constitution. Il existe aux USA et il consiste à révoquer un élu s’il fait mal son travail ou s’il transgresse son contrat électoral. La décision doit appartenir aux citoyens de la circonscription électorale, dont dépend l’élu(e) concerné(e). Pour les Députés, bien qu’il s’agisse d’une élection Nationale, le fait qu’ils ou elles soient élu(e)s d’une circonscription territoriale au scrutin majoritaire, mode de scrutin à conserver, cela permet de procéder de la même manière que pour les élu(e)s des collectivités territoriales.

Si le principe doit être inscrit dans la Constitution, c’est la loi qui doit définir les conditions d’organisation du référendum révocatoire, en fixant les règles et le seuil nécessaire pour le permettre, afin d’éviter certaines dérives liées, éventuellement, à des règlements de compte au sein des partis politiques.

Droit de veto suspensif préalable accordé à certaines associations

Face à un pouvoir fort, il faut des contre pouvoirs forts. Outre un changement du système électoral local actuel, car il est impensable que lors des élections Municipales dans les communes de plus de 1000 habitants, au scrutin proportionnel, la liste arrivée en tête au second tour (ou au premier tour, si plus de 50% des voix) se voit attribuer 50% des sièges, les 50 % autres étant réparties à la proportionnelle entre toutes les listes ayant obtenu plus de 5%, y compris avec celle qui a déjà 50% des sièges. Excepté des recours juridiques, souvent longs et coûteux, l’opposition très minoritaire, n’ayant de fait aucun pouvoir de contrer ou empêcher un projet par délibération de l’assemblée communale que le Maire et sa majorité peuvent imposer à leur gré, parfois dans l’opacité la plus totale. Il faut prendre de nouvelles dispositions de Droit pour éviter désormais ce type de situation et les dérives, plus ou moins affairistes, que l’on a pu déplorer pour des réalisations controversées. Ce qui signifie que pour s’opposer à des projets qui peuvent altérer gravement l’environnement, la santé, poser des problèmes de sécurité, outre un rétablissement plus démocratique du mode de scrutin Municipal, le principe d’un droit de veto suspensif accordé à des associations, en amont et sous certaines conditions définies par la loi, doit être inscrit dans la constitution.

Il convient de graver également dans le marbre Constitutionnel, en inscrivant, notamment, dans la charte de l’environnement, de nouvelles dispositions absolument indispensables, compte tenu des problématiques écologiques liées à la surpopulation qui s'accompagne de la destruction des écosytèmes et de la perte des terres arables nourricières.



20 réactions


  • foufouille foufouille 13 juin 2016 12:08

     le Président de la République ne sera plus élu au suffrage universel direct, mais au suffrage universel indirect
    correctif pour permettre aux minorités politique d’être représentées (selon les résultats électoraux actuels, environ une vingtaine), plus un quota de représentants des citoyens désignés par tirage au sort, dont le nombre reste à définir, mais qui ne devrait pas excéder 10%,

    L’intercommunalité et la région suffiraient amplement pour se répartir les compétences actuelles des Départements

    super exemple de démo-cratie
    j’ai pas vu de surpopulation en france.


  • jef88 jef88 13 juin 2016 12:10

    une chambre, deux chambres : ce n’est pas le problème !

    LE VRAI PROBLÈME CE SONT LES PARTIS dirigés par des apparatchiks qui agissent pour leur compte et celui des copains .....
    - On ne peut élire que des personnages présentés par des partis ! ! ! ! 
    - Si un député n’est pas dans la ligne de son parti, il n’aura plus l’investiture lui permettant de se représenter.
    - Pourquoi la prédominance des énarques et des fonctionnaires aux postes d’élus ?
    - Pourquoi des « parrainages » obligatoires pour les plus hauts postes ?
    - Pourquoi un personnage non élu peut il devenir ministre ?
    - Pourquoi le 49-3 n’est il pas limité aux mesures d’urgence nécessaires pour la sécurité des citoyens ?
    - Pourquoi éloigner le peuple des lieux de pouvoirs ? exemples : Regroupement des régions, Cantons démesurés, Com-com délirantes ou tout se concentre à des km des citoyens concernés ?

    TOUT CELA C’EST POUR FAVORISER LE POUVOIR D’UNE CLASSE DE NANTIS ....

  • sarcastelle sarcastelle 13 juin 2016 12:28

    Une proportion expérimentale de tirés au sort, faut voir. 

    Le reste est excellent pour privatiser le pouvoir en garantissant la toute puissance des associations et groupes de pression qui gueulent, font procès et culpabilisent et menacent le mieux. Le droit de veto aux assos, voilà une trouvaille ! 
    La logique du système monocaméral devrait emporter la suppression du Conseil constitutionnel, autre frein à la volonté présumée populaire. Ce conseil a un peu trop l’habitude de censurer des décisions manifestement abusives quant aux libertés... mais celles de qui ? Celles des associations et de leurs chefs doivent passer d’abord ! 




  • Daniel Roux Daniel Roux 13 juin 2016 12:43

    Comme le souligne l’auteur et le commentaire précédent, les partis, les abus de pouvoir et l’absence de contrôle efficace de l’exécutif sont les causes de l’absence de démocratie dans notre pays.

    J’ai abordé ce sujet dans un article récent et je ne développerai pas davantage.

    http://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/l-illusion-democratique-181445

    Ce qui est remarquable, c’est le silence des médias et du pouvoir sur les difficultés identiques que rencontre les autres pays de l’UE, mais aussi à travers le monde, notamment les US, le Japon et la Chine. Le message dominant est : Nous devons nous adapter à la mondialisation en faisant comme les autres, en acceptant moins de droits, moins de salaires, moins de fraternité.

    C’est un énorme mensonge.

    Tous les peuples souffrent de la même absence de démocratie et des mêmes maux économiques et sociaux. Il n’y a que deux pays à peu près sain, c’est la Norvège et la Suisse, tous les deux, indépendants, presque démocratique et surtout hors de l’Euro et de l’UE.

    Tous se passe comme si le principal but n’était pas d’améliorer la vie des êtres humains mais de les soumettre à un ordre oligarchique mondial.

    Il est tout de même surprenant que nos politiques ne mettent pas en avant les atouts réels de notre nation et préfèrent nous faire croire que nous sommes des andouilles sans avenir si nous ne cédons pas aux diktats venus du ciel.


  • gogoRat gogoRat 13 juin 2016 13:18

    un contre-pouvoir démocratique accessible sans attendre l’autorisation des actuels légitimationnés :
    http://fr.calameo.com/books/003990373f841c36b2be9 (nouveau cahiers de doléances/propositions, permanents, et équitablement auto-pondérés par tous en temps réel)


  • MagicBuster 13 juin 2016 13:20

    La France n’est pas une démocratie — c’est une république (même régime que les dictatures).
    Il y a juste un vernis démocratique, sur la république.

    La France est une république indivisible laïque démocratique et sociale.

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Article_premier_de_la_Constitution_de_la_Cinqu i%C3%A8me_R%C3%A9publique_fran%C3%A7aise


  • Habana Habana 13 juin 2016 13:54

    L’intelligence aujourd’hui (mais il est presque déjà trop tard) est de préparer la décroissance !

    Décroissance économique mais aussi et surtout décroissance démographique.
    Et sur ce dernier point, comment voulez-vous qu’on y arrive ?
    Les pays « civilisés » en ont conscience, même si les gouvernements ne font rien pour cela, c’est les populations qui s’en rendent compte par elles-mêmes et qui ne veulent plus ou peu faire d’enfant !
    Mais que font ensuite les états d’Europe ?
    Ils accueillent des immigrés en masse, l’Allemagne et « Maquerelle » (avec sa bonne petite conscience de catho de mes deux) en tête, sous prétexte qu’il faudra de la main d’oeuvre !
    Comment osent-ils être aussi méprisants pour nos populations qui luttent de plus en plus contre la misère ?
    Ces gouvernants sont des assassins !!
    De plus, les pays dont les populations migrent en Europe peuvent continuer à se reproduire comme des lapins. C’est la boucle infernale !
    Mais surtout ne changeons rien ! Remettons le couvert et continuons dans cette Europe juste, harmonieuse et homogène que l’on connait tous ! (purée ça me fait mal d’écrire ça même pour plaisanter !!)

    • La Voix De Ton Maître La Voix De Ton Maître 13 juin 2016 23:02

      @Habana

      L’article est plus vertueux que votre commentaire.

      Il faut mettre en place un système neutre capable de promouvoir le débat. Si vous n’acceptez pas le débat autour de vos conceptions, auxquelles j’adhère à peu près, vous vous retrouverez condamné au chant des sirènes.

      J’ai toujours été un peu virulent quant aux articles de cet auteur. Néanmoins, toute quête de la responsabilisation du politique comme celle du citoyen doit être promue et non ridiculisée à des fins partisanes.

      Pensez-y


  • JC_Lavau JC_Lavau 13 juin 2016 14:17

    On te l’a déjà répété combien de fois, qu’il n’y pas plus de RCA (Réchauffement Climatique Anthropique) que de beurre au (sifflement) d’un hétéro ?
    Si tu veux faire un article sérieux, commence par te concentrer sur les réalités, et pas sur les fictions qui plaisent aux maîtres de ton temps de cerveau disponible.


    • Daniel MARTIN Daniel MARTIN 13 juin 2016 15:22

      @JC_Lavau
      On peut toujours prétendre que la terre est plate ou que l’Homme n’a jamais mis les pieds sur la lune, à chacun sa vérité...Il n’en demeure pas moins nous sommes en train de nous extraire de l’Holocène, une période interglaciaire commencée il y a plus de 10 000 ans et qui a fourni des conditions environnementales extrêmement stables, permettant le développement mondial que nous connaissons.  

      C’est le géochimiste et prix Nobel Paul CRUTZEN qui, dans un article de la revue « Nature « en 2002, a avancé la thèse que, depuis deux siècles, la Terre est entrée dans un nouvel âge géologique marqué par la capacité de l’homme à transformer l’ensemble du système Terre. Encore tout récemment, le Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat (GIEC) annonçait sa certitude désormais quasi absolue à 95% sur l’origine humaine des changements climatiques et des pressions telluriques qu’il exerce. 

      la plupart des scientifiques ne cessent de l’affirmer : La terre est entrée dans une nouvelle ère environnementale : l’ANTHROPOCENE. Ce qui nous arrive n’est pas une simple crise environnementale, mais une révolution d’origine Humaine, dont les effets seront catastrophiques pour les futures générations, si tant est qu’elles puissent survivrent... Mais bon, on n’est pas obligé de le croire...


    • JC_Lavau JC_Lavau 13 juin 2016 21:15

      @Daniel MARTIN. tes maîtres marionnettistes sont contents de toi. Tu t’agites à ne jamais contrarier leurs plans.


  • Gilles Mérivac Gilles Mérivac 13 juin 2016 15:43

    Je ne suis pas convaincu qu’un changement constitutionnel quel qu’il soit réglera nos problèmes de représentativité. S’il est vrai que la Suisse, par exemple, applique avec les principes de démocratie directe avec referendum basés sur des pétitions, j’ai l’impression que cette réussite est davantage due à l’homogénéité des opinions de ses citoyens qu’à la vertu d’un tel système.
    Je crois qu’un état ne peut pas rester démocratique s’il est tiraillé entre des forces trop contradictoires, ce qui se passe chez nous, en fait. Dans de telles conditions, soit l’état est faible et impuissant, soit il est noyauté par un groupe qui impose son autorité et détruit de ce fait la démocratie. La troisième possibilité étant évidemment la sécession entre parties distinctes.


  • bernard29 bernard29 13 juin 2016 17:13
    Bonjour,

    « il y a urgence de redonner aux citoyens de réels pouvoirs et contre pouvoirs, » Tout a fait d’accord.
    Lutter pour des contre pouvoirs est une urgence.

    Il y a beaucoup de choses dans votre article, mais tout est à discuter parce que discutable . 

    Par exemple ;
    - donner un droit de véto à des associations, c’est de fait agir pour le développement infini du lobbying .
    - Si un président n’a plus de pouvoir, pourquoi ne pas l’élire pour un septennat non renouvelable ??
    - Supprimer le sénat ? si l’idée peut paraître séduisante, pourquoi ne pas supprimer plutôt le CESE qui est le repaire des corporatismes et des lobbyistes, et modifier le sénat pour en faire une chambre des régions. ( c’est pas idiot une représentation par territoire !) .
    - Quel est le plus d’un référendum révocatoire par rapport à un référendum d’initiative citoyenne ?
    (j’avoue que je cuis contre les référendums révocatoires, je trouve ce là idiot et populiste. S’il y a faute il y a la justice, s’il y a non respect des engagements et lesquels ?, il y aura la sanction électorale, enfin normalement.

    Pour ma part, je ne suis pas pour la désignation de tirés au sort avec pourvoir de décision. Le tirage au sort devrait être réservé pour des missions de contrôle et de propositions..

    Bonne continuation.

    • Daniel MARTIN Daniel MARTIN 13 juin 2016 19:44

      @bernard29
      Concernant les associations j’ai bien précisé ; "... Ce qui signifie que pour s’opposer à des projets qui peuvent altérer gravement l’environnement, la santé, poser des problèmes de sécurité, outre un rétablissement plus démocratique du mode de scrutin Municipal, le principe d’un droit de veto suspensif accordé à des associationsen amont et sous certaines conditions définies par la loi, doit être inscrit dans la constitution". Il est évident qu’il n’est pas question de favoriser quelque lobbying que ce soit, mais face à un pouvoir politique fort de ses soutiens de l’appareil militaro- industriel et financier il faut se doter de contre pouvoir institutionnel aussi fort.

      La différence d’un référendum révocatoire par rapport à un référendum d’initiative citoyenne c’est qu’avec un référendum révocatoire vous pouvez légalement révoquer un(e) élu(e), ce qui n’est pas possible aujourd’hui avec le référendum d’initiative citoyenne. Par exemple : Imaginez qu’un référendum d’initiative citoyenne, massivement approuvé, réclame la révocation d’un Ministre ou d’un Député, seul le président de la république peut décider pour le Ministre et la justice si elle est saisi pour le Député, ce qui est également vrai pour le Ministre, mais là c’est autrement plus compliqué... 

  • soi même 13 juin 2016 18:00

    Louable votre intervention, n’oublier pas que la République n’a jamais existé en France, cela à toujours été un ersatz de 1789 et aujourd’hui nous sommes rendue dans une situation presque impossible depuis le congrès de vaisselle de 2007.


  • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 13 juin 2016 22:40

     «  »Rénover la démocratie en donnant aux citoyens de réels pouvoirs et contre pouvoir«  »


    La démocratie ...
    Plutôt améliorer et réorienter la démocratie en appelant les citoyens à se rassembler autour des projets constructifs et non destructeurs !

  • Attilax Attilax 14 juin 2016 10:22

    « rénover la démocratie... »


    L’instaurer serait déjà un début. C’est dingue que tout le monde confonde république et démocratie alors que c’est juste deux systèmes opposés ! Tant que nous aurons des représentants professionnels et ne voterons pas nous-mêmes nos lois, nous ne serons pas en démocratie.

    • soi même 14 juin 2016 15:40

      @Attilax République et Démocratie sont deux formes différentes complémentaires, la République c’est l’ossature , la Démocratie c’est la chair , sans une ossature la chair c’est de la viande haché, sans Démocratie , ( l’ossature) la République est un dictât , une Dictature.

      C’est l’osmose entre les deux qui en fait un organise social sain, quand l’un des deux n’est pas présent, l’on à droit soit à l’anarchie soit au césarisme deux formes extrêmes qui sont que l’expression polaire de la tyrannie donc les polarités les plus extrême ont été le Communisme - le Nazisme et le Libéralisme. 
      deux formes de manifestation où l’homme n’est plus maître de son de ses choix et de son destin.


    • Attilax Attilax 19 juin 2016 13:14

      @soi même
      Historiquement, la démocratie, c’est Athènes et la République, c’est Rome. Dans la première, les citoyens votent directement pour des lois,dans la seconde, ils votent pour des « représentants ». Voyez-vous la différence fondamentale des deux équations politiques ? Elles ne sont pas seulement différentes, elles sont opposées, et croire qu’elles sont similaires ou compatibles ne peut mener que dans un mur.


  • sarcastelle sarcastelle 14 juin 2016 12:56

    Tout bien réfléchi je change d’avis. 


    La suppression du sénat est la condition nécessaire à l’instauration de la « démocratie expéditive », la meilleure pour un chef d’état fort. De Gaulle en 69...

    L’attribution d’un veto écologique à des organisations non élues est la condition nécessaire aux avancées écologiques, puisque les électeurs peu éclairés refusent systématiquement un degré de pouvoir significatif aux organisations politiques vertes. Donc, le veto privé est légitime. Ce n’est pas la faute des gens de politique si les électeurs sont bornés. 




Réagir