vendredi 2 décembre 2016 - par Gérard Luçon

République de Moldavie : histoire d’un ratage occidental, encore un !

Après avoir soutenu „mordicus” la candidature de Hillary Clinton malgré des prévisions contraires que les médias se sont refusées à reconnaitre et diffuser, voir le tableau en annexe et datant du 18 octobre 2016 …

 

 ... les gouvernements occidentaux ont mis le paquet pour influencer l’élection présidentielle en Moldavie. Propagande tous azimuths, interventions de type ingérence dans les affaires intérieures de ce pays, bref la candidate de Soros et Cie, Maia Sandu, a été mise en avant comme rarement ... Nous avons même vu à Bucarest, les fameuses ONG „sorossistes” ressortir les tentes de type Maidan, gentiment stockées en Roumanie, précisément à Iasi depuis ...

 

Pour boucler à l’avance le résultat, le gouvernement en place a même organisé de manière très spécieuse l’accès aux bureaux de vote à l’étranger pour la diaspora moldave, environ 1 million de personnes sont expatriées.

Il convient de savoir que la loi de Moldavie attribue un nombre maximal de 3.000 votants pour chaque bureau de vote, il suffisait donc d’en ouvrir suffisamment en Occident, là où les moldaves sont pro-UE, et un minimum en Russie, là où travaillent environ 400.000 moldaves russophones et bien entendu russophiles !

Nous avons donc vu, sur l’ensemble du territoire russe, un total de 8 bureaux de vote, soit la possibilité de voter pour un maximum de 24.000 personnes, et aucun poste de TV n’est venu nous présenter cette magouille. Par contre les merdias occidentaux se sont régalés à nous présenter ces moldaves résidant en Italie, en France et en Grande Bretagne, pleurant qu’ils ne pouvaient pas voter .... alors que, je le répète, ils savaient très bien tous dans quel bureau ils étaient inscrits !!! Donc ceux qui se plaignaient à Rome, Paris ou Londres étaient ceux qui avaient oublié de s’inscrire à l’avance ...

Publicité

Pipeau, manipulation, être journaliste en occident c’est exercer une profession misérable et ne méritant plus aucun respect !

Malgré ces magouilles au soir du 1er tour le candidat présenté comme „pro-russe”, Igor Dodon, frise la victoire totale ; entre les deux tours la propagande continue, Maia Sandu annonçant déjà qu’il y a eu des fraudes et que si elle ne gagne pas au soir du second tour, c’est que les élections auront été truquées !!!

Rien n’y fait, pas même le soutien (très maladroit) des politiciens roumains dont l’ancien président Basescu qui, ayant obtenu la citoyenneté moldave, se voit déjà politicien dans ce pays, et au soir du second tour Igor Dodon est élu, Maia Sandu peut aller se rhabiller.

La différence entre ces deux candidats était évidente et les moldaves connaissaient cela : Sandu voulait l’UE et l’OTAN, et enlever à la Moldavie son statut de pays neutre. Dodon voulait une équidistance entre l’UE et la Russie, garder la possibilité de commercer avec ce pays malgré les sanctions décrétées par „Bruxelles”, et surtout il ne voulait pas de l’OTAN.

Interviewé après son élection, voici la déclaration de Igor Dodon (traduite) :

„J’ai déclaré durant la campagne électorale et avant celle-ci qu’il existe des menaces sérieuses concernant la neutralité de la République de Moldavie.

Il existe le risque que l’Occident mette comme condition au processus d’intégration européenne notre adhésion à l’OTAN.

Maintenant qu’a été élu un Président socialiste et Etatiste, les gouvernants actuels et les occidentaux se hâtent de mettre en place un projet de rapprochement avec l’OTAN, car ils savent que, dès ma prise de fonction effective, je m’opposerai à ces tentatives.

Publicité

Ma position est ferme et elle est en accord avec la majorité absolue des citoyens de la République de Moldavie – nous ne voulons pas d’armées étrangères (quelles qu’elles soient), sur le territoire de notre pays, nous ne voulons pas faire partie d’un bloc militaire, nous ne voulons pas être membre de l’OTAN.

De ma place de Président je vais faire tout ce qui est en mon pouvoir pour garder la neutralité de la République de Moldavie. Et nous la garderons.”

Texte original : Eu am spus și în campania electorală și mai devreme că există amenințări serioase în adresa neutralității Republicii Moldova.

Exista riscul ca Occidentul sa puna condiții ca procesul de integrare europeană să fie însoțit de cel de aderare la NATO.

Acum, cînd a fost ales un președinte socialist și statalist, guvernanții și occidentalii se grăbesc să realizeze unele proiecte de apropiere de NATO, deoarece ei înțeleg că din moment ce voi intra oficial în funcție, mă voi opune acestor tentative.

Poziția mea e fermă și este în acord cu dorința majorității absolute a cetățenilor Republicii Moldova – noi nu vrem armate străine pe teritoriul țării noastre (oricare ar fi ele), nu dorim să fim parte a blocurilor militare, nu dorim să fim membri ai NATO.

Din funcția de președinte voi face tot ce stă în puterile mele pentru a păstra neutralitatea Republicii Moldova. Și o voi păstra.



12 réactions


  • moussars 2 décembre 2016 12:35

    Information très importante et clairement présentée !
    Totalement passée sous silence par la presse.
    La Bulgarie aussi, me semble-t-il, a élu un président non-aligné et celle-ci fait partie de l’Europe vassalisée des ricains !
    Quelle baffe, quel coup de pied au cul !!!
    Mais pas un mot.
    Rien que cet exemple démontre le degré de décrépitude (et de dangerosité !) où est plongé Bruxelles et ses provinces ;; ;


    • Gérard Luçon Gérard Luçon 2 décembre 2016 13:13

      @moussars
      la Bulgarie, intégrée dans l’OTAN, a élu l’ancien chef d’état major de l’armée de l’air, Rumen Radev, donc quelqu’un qui a eu et a encore accès aux dossiers militaires sensibles ...


      Il n’est pas opposé à l’OTAN mais refuse les sanctions contre la Russie et il considère que si le drapeau russe flotte en Crimée (suite à une consultation populaire), c’est que la Crimée est russe ...

  • rogal 2 décembre 2016 14:40

    Très intéressant, à divers points de vue. Merci à l’auteur.
    La carte représente-t-elle une Nouvelle-Moldavie ?


  • microf 2 décembre 2016 23:52

    En Hongrie en 1989 et y ayant résidé pendant quelques mois après la chute du mûr de Berlin,
    j´avais dit aux Hongrois que le système qu´ils quittaient n´était pas bon, mais que celui dans lequel ils vont entrer, après le temps d´euphorie, leur fera regretter celui qu´ils quittent. Ils me répondaient que non, que désormais, tout irait bien, la prospérité pour tous pour des décénnies, lorsqu´il m´arrive de discuter avec eux aujourd´hui, ils me donnent raison.
    Dans les années qui viennent les anciens pays Communistes, vont se tourner vers Moscou.


    • Gérard Luçon Gérard Luçon 3 décembre 2016 05:24

      @microf

      passées les premières années, tous les peuples de l’est ont découvert l’envers du décor avec la destruction de leurs systèmes de santé et de retraite, et plus largement de la protection à laquelle ils étaent habitués mais qu’ils ne mesuraient pas car c’était « le système ».

      Ils ont aussi découvert que dans la plupart des cas les dirigeants d’avant sont devenus les dirigeants d’aujourd’hui et surtout qu’une corruption généralisée s’est installée (Hongrie, Bulgarie, Roumanie, et ex-pays formant la Yougoslavie), et que la justice ne fonctionnait pas comme elle devrait vis à vis de cette corruption.

      Mais il y a un facteur complémentaire que « notre » Occident n’a pas mesuré, c’est celui de la religion ; l’évolution des moeurs en Occident (si on peut utiliser le mot évolution ) ne passe pas en Orient (chrétiens orthodoxes) ; même si des lois ont été votées à la demande de Bruxelles et de diverses organisations internationales, l’homosexualité affichée, le mariage pour tous, la procréation assistée, les gay-prides, et divers autres problèmes et phénomènes sociétaux ne passent pas. Pour être un peu caricatural je dirai que le message que l’Occident a pensé envoyer à Poutine en faisant gagner Conchita Wurst à l’Eurovision n’a été ni compris ni accepté en Orient ... et les exigences d’accueil des immigrés ne sont pas venues simplifier les choses.

  • Dom66 Dom66 3 décembre 2016 00:06

    Merci l’auteur pour cet article clair, net et instructif.

     Vous avez écris :

    "Pipeau, manipulation, être journaliste en occident c’est exercer une profession misérable et ne méritant plus aucun respect "

    Ceci est aussi ma pensé, mon opinion, ils me fatiguent avec leurs infos pourris, ça en deviens pénible. Pauvre France. La presse chez nous obéit aux ordres…Ukraine, Syrie, Russie.etc


    • Gérard Luçon Gérard Luçon 3 décembre 2016 05:30

      @Dom66
      je n’imaginais pas il y a 30 ans que je devrais aller maintenant sur des agences d’info russes, roumaines, arabes, voir sur XinHua, pour connaitre la situation dans certaines zones géographiques de notre planète !!


      La fameuse Radio Free Europa qui était un lien entre le monde libre et ceux « sous le joug soviétique » semble s’être déplacèe à Moscou !!! Un comble .... et l’U.E. décide de limiter l’accès aux médias « non conformes à la norme européenne »...

    • doctorix doctorix 3 décembre 2016 10:38

      @Gérard Luçon

      Je suis stupéfait, comme vous.
      Il semble qu’on ne puisse plus faire confiance qu’à RT, le Saker francophone ou Wikistrike, mondialisation.ca et quelques autres.
      Des agences dont toutes les infos se vérifient jour après jour.

  • microf 3 décembre 2016 11:03

    @Gérard Lucon@doctorix@Dom66
    C´est pourquoi on dit de ne jamais se moquer de quelqu´un qui se noit tant qu´on n´a pas encore traverser l´autre rive.
    Nous en sommes lá. En Occident, on s´est beaucoup moqué de ces pays surtout l´ancienne Union Soviétique, aujourd´hui, les chantres de la démocratie, de la liberté, qui hier se moquaient de ces pays qui se noyaient, sont ceux qui aujourd´hui leurs empruntent le pas.


  • Yvance77 Yvance77 3 décembre 2016 11:41

    Bonjour


    La seule bonne solution est qu’un jour la Moldavie redevienne ce qu’elle a été ... roumaine et rattachée à la capitale Bucarest. 

    Et que Bucarest comprenne en retour que l’alliance doit se faire entre pays européens et non pas s’aligner sur Washington ... donc exit la base militaire de Constanta par exemple !

    • Gérard Luçon Gérard Luçon 3 décembre 2016 12:19

      @Yvance77
      Dodon a été interviewé récemment par TVR 1 et il a répondu à deux remarques de manière surprenante (là aussi je traduis) :


      la première était le journaliste qui lui dit qu’en Moldavie on parle roumain, à quoi il a répondu « en Moldavie on parle Moldave » ... le journaliste a été déstabilisé ..... moi j’étais plié de rire car ce sont les mêmes langues .. je suppose que vous le savez très bien ...

      la seconde était sur le rattachement de la Moldavie à la Roumanie, à quoi Dodon a rétorqué « parlons plutôt de rattachement de la Roumanie à la Moldavie car nous avons existé comme Etat bien avant la Roumanie » ....

      Je dois reconnaitre que ce genre de bonhomme est assez rare et ses réparties sont plaisantes et pertinentes !

Réagir