lundi 1er juillet - par rosemar

Réseaux sociaux : la compétition permanente...

JPEG

La compétition est partout, dans nos sociétés, même dans un secteur comme l'enseignement, qui devrait en être bien éloigné... 

De plus en plus, les lycées sont dirigés comme des entreprises : il s'agit pour chaque lycée d'obtenir les meilleurs résultats au Baccalauréat, quitte à fausser les résultats, car de plus en plus on incite les professeurs à valoriser les copies, à être indulgents.

Les enseignants eux-mêmes sont en concurrence : ils doivent se battre pour obtenir les meilleures classes quitte à faire la cour aux chefs d'établissement.

Partout, des relations de marché, partout, une concurrence qui vise à servir des intérêts économiques...

Tout doit devenir entreprise : la santé, la justice, la police, l'état lui-même se réorganisent dans ce sens.

 

Et sur internet, aussi, sur les réseaux sociaux, la compétition est permanente : c'est partout la course à l'attention il s'agit d'obtenir le plus grand nombre de fidèles ou de "followers".

Certains internautes n'hésitent pas à acheter des "followers" pour gagner en influence.

 

Eh oui, certains achètent des "fans" afin de satisfaire leur ego. Il est vrai qu'on vit dans un monde où tout se vend et s'achète...

Ainsi, comme souvent, la compétition favorise le mensonge, la tromperie.

 

Bruno Patino analyse ce phénomène dans son ouvrage intitulé La civilisation du poisson rouge. Comme il l'écrit, " les techniques du laboratoire nous ont tous plongés dans une adolescence numérique qui n'en finit pas. Car, c'est l'observation des comportements adolescents qui a inspiré la captologie."

"Les teenagers sont totalement tournés vers la compétition" explique BJ Fogg lui qui fut le premier scientifique à éoquer le concept de " captologie ", ou l'étude de la manière dont les ordinateurs peuvent être utilisés pour persuader les gens de changer leurs attitudes ou leurs comportements : "il analyse les motivations de cette classe d'âge qui aime la comparaison, les indicateurs de performance, et les préfère dans le cadre protecteur du jeu, isolés de la vraie vie."

"La compétition sans ses conséquences réelles forme une bulle de satisfaction qui développe l'idée que le monde à portée tactile est plus satisfaisant que celui qui nous entoure..."

 

Nous sommes ainsi happés par un monde virtuel qui nous incite à la performance : sur Facebook, il s'agit d'accumuler le plus grand nombre d' "amis", comme si ces amitiés n'étaient pas illusoires. Sur certains sites, ou blogs, il faut atteindre le meilleur score, la meilleure audience... ainsi des rivalités, des jalousies se créent entre les adeptes de Facebook ou d'autres plate-formes de discussions : il faut surpasser l'autre, le vaincre, le dominer...

Les réseaux sociaux sont-ils encore "sociaux", dans la mesure où ils instaurent une concurrence acharnée entre les internautes ?

JPEG

 

Le blog :

http://rosemar.over-blog.com/2019/06/reseaux-sociaux-la-competition-permanente.html

 



25 réactions


  • tashrin 1er juillet 17:26

    La compétition est partout, dans nos sociétés, même dans un secteur comme l’enseignement, qui devrait en être bien éloigné...


    mdr c’est une blague ?L’integralité de notre systeme educatif ou de ce qu’il en reste est basé sur la compétition, les classements, les notes, etc etc...

    Et c’etait bieeeeeeeeen avant Facebook et autres pieges à cons


    • rosemar rosemar 1er juillet 17:42

      @tashrin

      Je pense qu’il y a une bonne compétition et une mauvaise : une compétition fondée sur la tricherie, sur les apparences ne peut être valable...


    • Xenozoid 1er juillet 17:47

      @tashrin

      tout a fait,on apprend a se différencier avant de se connaitre


    • Xenozoid 1er juillet 17:48

      @Xenozoid

      et c’est parce que sans controle, le pouvoir c’est nada


    • gaijin gaijin 2 juillet 09:14

      @rosemar
      « une compétition fondée sur la tricherie, sur les apparences ne peut être valable... »
      sauf que dans la compétition ce qui compte c’est de gagner ça c’est la réalité des faits (c’est le syndrôme du tour de france .....) la compétition est notre modèle de société imprimé dans les têtes depuis la maternelle et mettant en au pouvoir des sociopathes ( les seuls prêts a tout pour gagner )
      il n’ y a pas « la bonne compétition et la mauvaise » ça peut être une utopie mais pas une réalité , il y a la compétition et vae victis .....


    • tashrin 2 juillet 14:01

      @rosemar
      oui c’est comme les bons chasseurs et les mauvais chasseurs :)
      blague à part, il n’y pas de competition saine ou pas saine : c’est un mode de fonctionnement qui implique des gagnants et des perdants souvent plus nombreux.


    • arthes arthes 2 juillet 15:13

      @rosemar

      Mais , mais oui, c’est bien sur...(arf, soupir !!!) 

      https://youtu.be/4kJ4ojtHJ4M


    • arthes arthes 2 juillet 15:17

      @tashrin

      Dsl, j’avions pas vu votre post de 14h01, , mais c’était tellement énorme : Qui ne peut y avoir pensé (en dehors de Rosemar) ?
      c’est toujours marrant de les revoir 


  • Gollum Gollum 1er juillet 17:57

    Et sur internet, aussi, sur les réseaux sociaux, la compétition est permanente : c’est partout la course à l’attention il s’agit d’obtenir le plus grand nombre de fidèles ou de « followers ».


    Ou bien de se forcer à pondre un article quotidien....


  • Raymond75 1er juillet 19:26

    « Nous sommes ainsi happés par un monde virtuel » ... Pas moi : je n’ai pas de smartphone (un simple tél portable), et je n’ai pas de compte Face de Bouc, Twitter, Machin, Truc ou Chose, et je vis très bien, pas coupé du monde.

    Je ne fais pas partie de la ’majorité connectée’, toujours avec son doudou à la main, qui ne lève jamais les yeux pour voir le monde réel.

    Et vous pouvez constater Rosemar qu’il y a quelques lacunes dans l’éducation, pour que des gens qui ont été à l’école longtemps soient aussi facilement manipulables.


  • philippe baron-abrioux 2 juillet 07:40

    @ l’auteure ,

    Bonjour Rosemar ,

    Si j’ai bien compris le sens de votre article , vous semblez faire le constat que l’esprit de compétition s’insinue ( de manière plus ou moins « claire » )dans quasiment tous les domaines de notre vie .

    L’origine du verbe latin peto , is, petere , (demander , solliciter, rechercher ) contenu dans le mot compétition oriente vers une mise en concurrence , un défi , une lutte pour une place .

    C’est ce sens dans les compétitions sportives entre autres .

    Ssauf exceptions , celle ou celui qui participe à une compétition sportive sait , le plus souvent ,qui sera le ou les adversaires à qui il se mesurera . pour cette compétition , il ne pourra utiliser que ses capacités physiques , mentales ,morales .très souvent , il se sera préparé à cette confrontation par un entrainement pendant lequel il aura observé et estimé le niveau des performances de son ou ses adversaires (et non ennemis ) .

    C’est souvent le temps de l’émulation, élément de motivation par des rencontres ,sans enjeu précis .

    Les réseaux sociaux ne participent pas de ce fonctionnement ; seul importe le nombre (seul critère de performances ) et les moyens mobilisables pour y parvenir sont aussi « libres » , anonymes et sans limites que les contenus diffusés pour parvenir au premier carré du classement, pour figurer ne serait ce qu’un jour ou quelques minutes sur le podium .

    il y a plusieurs années , mon fils m’a créé un compte Facebook (sans m’en prévenir d’ailleurs ) . depuis quelques mois , je consulte ce site et ce que j’y trouve parfois , entre nouvelles de certaines personnes que j’ai connues et des commentaires échevelés , me laisse perplexe .

    je ne prends même plus la peine de poster quoi que ce soit , tant ce qui défile sur ce site (le seul que j’utilise ) ne me semble pas mériter le moindre commentaire .

    les « attaques » , les vacheries , les jugements à l’emporte pièces et l’absence quasi totale de propositions y sont légions , sans parler d’à peu près toutes les formes de harcèlement venues parfois d’inconnus ,de façon permanente sans envisager les conséquences de ce type de comportements.

    Ce n’est plus de compétition dont il est parfois question mais de guerre , d’un combat visant à détruire l’autre , connu ou pas mais dont on s’est promis de le mettre à genoux , et peu importent les moyens pour y parvenir .

    Pauvre tableau de chasse que celui la !

    « à vaincre sans péril , on triomphe sans gloire » .

    bonne fin de journée !

    P.B.A.



  • Raymond75 2 juillet 07:56

    Il y a compétition et compétition :

    • *Celle qui consiste à vouloir être le premier, éventuellement par tous les moyens, y compris le dopage. C’est la recherche de la gloriole, qui n’a rien de très intéressant.
    • *ll y a aussi celle qui vous pousse à affronter des difficultés pour atteindre un objectif ambitieux, inaccessible si on souhaite ’se la couler douce’.

    Faire une prépa Maths Sup Maths Spé pour pouvoir prétendre réussir un concours d’entrée dans une (grande) école d’ingénieurs suppose d’énormes efforts et la volonté d’être parmi les meilleurs, ce qui ne signifie pas vouloir dominer les autres.

    Beaucoup, sinon la majorité des gens, ont refusé cette compétition pour accéder à un niveau supérieur ; ils ont une vie souvent terne, ils s’ennuient, sont aigris et deviennent jaloux de ceux ’qui ont réussi’.

    L’exemple que j’ai donné pour les ingénieurs peut être transposé dans le domaine de l’art, de la littérature, de la cuisine, en fait dans toute activité humaine.

    Vouloir être parmi les meilleurs est une noble ambition ; vouloir être LE meilleur est infantile.

     


    • mmbbb 2 juillet 08:39

      @Raymond75 Vous semblez connaitre le monde contemporain de l entreprise . Les cadres desormais sont des quotites avec des indices qui peuvent etre vires . Le proces de F Tel est un exemple . Quant a l EN , la selection qui ne dit pas son nom est une forme de compétition . Par ailleurs l EN a un niveau si eleve , qu aucune ecole privée en france n existe . Cela n aurait aucun sens . Raymond la science , a le merite de faire rire 


    • gaijin gaijin 2 juillet 09:20

      @Raymond75
      « suppose d’énormes efforts et la volonté d’être parmi les meilleurs, ce qui ne signifie pas vouloir dominer les autres. »
      encore un doux rêveur ( ou un hypocrite finit )
      vouloir être le meilleur c’est toujours dominer les autres ( y à qu’a voir les lavages de cerveaux que subissent les classes prépa .........)
      le réel de la compétition c’est ça :
      https://www.youtube.com/watch?v=0KZupCi9HhM


    • Raymond75 2 juillet 10:10

      @gaijin
      €mmbbb

      Vous avez raison : tous pourris, et mieux vaut être un petit aigri qui se promène en jaune tous les samedi que un ingénieur (par exemple).

      Avez vous des enfants ? J’espère que non : mais tous les animaux se reproduisent n’est ce pas ?


    • mmbbb 2 juillet 12:06

      @Raymond75 je ne suis pas aigri , donc vous devriez deja apprendre a lire , je dis que vous etes dans votre monde de bisounours La selection est une competition Le rapport de la cour des comptes de 2014 note que notre systeme est l un des plus selectif . De surcroit , depuis quelques décennies l education nat ne permet plus aux enfants du peuple d accéder aux etudes superieures . Ils se bousculent a l universite puisque nous avons méprisé le travail manuel alors que nous avons un taux de chomage eleve . C ’est notre systeme francais tres performant . Ce sont les différents rapports qui mettent en exergue cet etat de fait . J habite pret de Lyon , cette ville comme beaucoup de villes est constellee d ecole privees Saint marc Saint Bruno Le lycee du parc est une ecole preparatoire De facto il y a une selection a l entree  . Quant a l appréciation sur les gilets jaunes, cela denote votre condescendance donc votre mépris donc votre sens aigu de la compétition Vous vous contredisez. Quant a moi j ai ete a l EN , et oui il n est pas etonnant que nous ayons le classement PISA , c ’est a dire etre dans la moyenne de la bonne moyenne .   SI j etais un animal , je serais un chien puisque tu me traites ainsi mais je n en m offusque pas , je te pisserai sur la jambe et je chierai sur ton tapis ! Ta place est au FIGARO Ils sont aussi con que toi . 
      PS Gisard un surdiplômé , cela ne l a pas empêché d accomplir d enormes erreur ! 
      Anne Lauvergeon est sortie de polytechnique Elle a planté AREVA Idem . On ne lui demande aucun compte . 


    • gaijin gaijin 2 juillet 13:16

      @Raymond75
      je ne suis pas aigri et j’aurais très bien pu être en haut de votre putain d’échelle sociale si j’avais voulu
      quand aux gilets ils ne sont pas aigris non plus c’est juste qu’ils n’arrivent plus a vivre dans la société construite par vos chers ingénieurs ( des technocrates en fait ) mais vous avez surement raison quand on court le 100m s’il n’y a qu’un seul vainqueur c’est la faute des vaincus ....étrange logique ( que je comprendrais sans nul doute si j’étais ingénieur .......)
      échelle sociale :
      http://pauvrefrance.p.a.pic.centerblog.net/4e83b852.jpg
      ceux qui regardent vers le bas ne voient que des tas de merde
      ceux qui regardent vers le haut ne voient que des trous du cul .....


    • tashrin 2 juillet 14:16

      @Raymond75
      pourquoi devenir meprisant, ils ont raison
      la motivation qui vous pousse à suivre une ecole d’ingé relève exactement du meme raisonnement : si vous le faites, ca n’est pas pour la gloire personnelle que vous allez en tirer, mais bel et bien pour l’avantage social (donc sur les autres) que ca va vous procurer en termes de parcours professionnel, d’interet intellectuel à ce que vous faites, de niveau de revenu, et de statut social
      Sinon vous êtes une « anomalie » au sens statistique du terme, et non representatif en cela de la quasi totalité de la population. Je ne dis absolument pas que ca n’est pas le cas, juste que vous ne pouvez fonder un raisonnement general dessus


    • tashrin 2 juillet 14:17

      @gaijin
      ceux qui regardent vers le bas ne voient que des tas de merde
      ceux qui regardent vers le haut ne voient que des trous du cul .....


      Enorme !


    • dixit la vévéritude 2 juillet 14:24

      @Raymond75
      Bonjour,
      Le problème d’être le meilleur ne se situe pas là .D’ailleurs a tous les échelons de la société,mais quand arrivé a un endroit je dirais de confort ,pour la majorité c’est de fermer les yeux et de s’extraire du reste de cette société pour ne pas égoistement et peut-être inconsciemment et naturellement pour beaucoup ne pas prendre de risque.Le risque qui parait bien trop évident serait de croire que cela peux perdurer.mais par la force des choses et l’avancée de ce grand écart cela risque tôt ou tard de foutre tout parterre.Maintenant la seule chose qui pourrait changer les choses.et c’est normalement « les enfants,petits enfants » alors il n’est pas difficile de comprendre pourquoi tous les objets liés a la procréations soient dévoyé.Désolé mais c’est cela ,les seules conséquences qui viennent principalement de ce genre d’individus « après moi le déluge »La réussite n’est aujourd’hui qu’une histoire de confort,mais pas une valeur sure.Cela ne veux d’ailleurs absolument rien dire car prendre la chose au sérieux détériore son but de vie ;professionnel,passionnel etc..Mais depuis toujours j’entends cette manière de parler qui correspond a « vous êtes mauvais,ou jaloux car vous n’avez pas réussi » oui ! et bien si cela fonctionne encore ce type de message datant d’un autre age,cela n’est pas glorieux et ne fait qu’aggraver les choses a longueur de temps.La réussite c’est un mirage,un paravent


  • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 2 juillet 08:32

    Les biologistes appellent « compétition » la «  rivalité » entre espèces vivantes pour l’accès aux ressources du milieu. En réalité, cette « compétition » met souvent en jeu des associations entre organismes individuels ou collectifs de la même espèce ou d’espèces différentes, mais aussi des phénomènes complexes de bioconstruction, de symbioses, mutualisme, etc., avec des espèces pionnières, des espèces fondatrices capables d’augmenter la capacité d’accueil d’un milieu (raciles des arbres et champignons, etc.). Des systèmes de régulation par auto-inhibition ou prédation (par exemple : relation prédateur-proie) de la compétition rendent la coexistence de nombreuses espèces possibles, même dans les milieux très pauvres qui sont d’ailleurs souvent les plus riches en biodiversité.

    Depuis Adam Smith, les économistes traditionnels on utilisé e « modèle » des naturalistes darwiniens pour justifier le système socio-économique qu’ils défendent pour justifier la « concurrence », ce qui n’est pas tout-à-fait la même chose puisque cette la rivalité entre les entreprises fournissant les mêmes biens ou services et voulant conquérir le marché, ou spolier les « concurrents » en s’arrogeant le monopole d’accès à des ressources coûteuses et peu renouvelables. Là, pas de complémentarité, mais « lutte pour la vie », mise à mort et « loi de la jungle », une image beaucoup moins séduisante que la précédente.

    Alors, les idéologues modernes ont tenté de redorer le blason de l’école pseudo naturalistes qui décrit le fonctionnement de la société comme l’application d’une loi naturelle de complémentarité harmonieuse en forgeant le concept de « compétitivité », terme qui induit l’idée d’une sélection naturelle éliminerait « naturellement » les organismes faibles ou malsain pour ne conserve que les meilleurs, « ceux qui entreprennent et réussissent ».

    Hélas, les images sont séduisantes mais fausses : pas plus le « ruissellement » et le « premier de cordée » ne rendent compte des rapports de production et de rapports sociaux. Les métaphores ne sont pas des démonstrations, mais des sermons ou des plaidoiries dont but est de convaincre et d’influencer pour masquer les tares d’un système et protéger ceux qui en profitent.


Réagir