vendredi 28 juillet - par Libertad14

Rififi sur les fonds de tiroirs

Nous y sommes !! Il n’aura pas fallut longtemps pour apprécier à sa juste valeur la politique de la nouvelle équipe de « La République en Marche ».

 Macron et son équipe, qui ne se disaient « ni de droite ni de gauche » mettent en place un vrai racket sur les faibles ressources des plus défavorisés du système.

Réduction de l’allocation logement, augmentation de la CSG, substitution du « code du travail » par une forme de STO (service travail obligatoire) qui va mettre à mal la défense des travailleurs, leurs conditions de travail et tenter de les faire abdiquer dans leurs droits de revendiquer.

 Décidément la politique dite « nouvelle et révolutionnaire » ressemble étrangement à celle pratiquée précédemment que ce soit par un gouvernement de droite ou de la gauche réformiste. Ce qui est évident cela ressemble en tous points à un choix pour les patrons et les riches.

 Nous pouvons constater que les travailleurs, les retraités, les étudiants, font les frais de cette stratégie économique et sociale. Seules les composantes du Capital qu’elles soient patronales, actionnariales, libérales ou politicardes s’en sortent et passent au travers des économies à réaliser. Pourtant il y avait d’autres possibilités pour combler le déficit économique du pays. Pourquoi l’ISF n’est il pas concerné, pourquoi les paradis fiscaux ne sont ils pas d’avantage pourchassés, pourquoi la spéculation n’est elle pas plus taxée, Pourquoi appliquer, par des ordonnances, des droits liberticides sur le travail qui vont aggraver l’insécurité de l’emploi et des conditions de vie des salariés ??

Non, tout est fait pour rassurer le monde de la finance, qui a trouvé dans Macron et son équipe des dignes défenseurs dévoués défendant l’application d’une politique chère aux intérêts financiers du système capitaliste

 Pendant que la presse capitaliste spécule sur d’éventuelles dissensions qui existeraient parmi les membres de son équipe, Macron avance ses pions et met en application ses objectifs à savoir renforcement des droits et avantages pour le Capital.

 Faisant fi des risques d’explosion sociale, nous avons le sentiment que la stratégie du pouvoir en place cherche la confrontation pour imposer la suite de sa politique entièrement libérale et autoritaire.

 Cette stratégie totalitaire est risquée : car si les forces qui sont restées silencieuses, les abstentionnistes qui représentent 53% du corps électoral se mettaient en mouvement, elles obligeraient Macron et son équipe à reculer sur leurs prétentions. Elue avec seulement moins de 17% des voix par rapport aux inscrits, l’équipe au pouvoir risquerait de payer très chère sa politique « Jupitérienne » et ferait de ce quinquennat une période de trouble social qui ne serait pas sans conséquences sur l’avenir futur de ces nouveaux politiciens qui, dans ce cas, à leur tour seront sacrifiés à l’autel du profit et à la toute puissance du Capital.

 En conclusion : au lieu de faire de la politique spectacle, d’organiser des banquets avec Trump, Merkel et Rihanna (entres autres), de rassurer les banquiers européens, Macron ferait mieux de s’attacher aux vrais problèmes que rencontre la majorité du peuple français.

 En bref et pour faire simple « Pour mériter les revenus faramineux que perçoivent les élus de la nation, ils devraient faire une politique au service du peuple, qui paye assez cher en taxes et impôts de toutes sortes, au lieu de protéger les intérêts des riches ». 

La toute puissance de cette aristocratie capitalo bourgeoise reste maitre de la situation et à bien réussie à faire élire ses vassaux. Ainsi cette minorité de familles très riches continuera à s’enrichir sur le dos des plus défavorisés en pillant les fonds de l’Etat et en aggravant les conditions de vie et de travail des plus démunis. 

27/07/2017



4 réactions


Réagir