lundi 22 septembre 2014 - par Clojea

RSI : Régime Social Indépendants ou Répulsion Sociale Intégrale

 Le Figaro il y a peu, expliquait dans un article * et je cite : "les artisans-commerçants paient moins de cotisations que les salariés. De plus, une partie de leur activité, dissimulée dans le « travail au noir », échappe à toute cotisation. La Cour des comptes tire la sonnette d'alarme, alors que ce sont les cotisants des autres régimes qui vont devoir payer pour eux"

* http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2014/09/17/20002-20140917ARTFIG00096-les-artisans-commercants-ne-cotisent-pas-assez-pour-la-retraite.php

Plus mensonger que ça, tu meurs ! Alors que les artisans-commerçants ne comptent pas leurs heures, gagnent peu et touchent des retraites de misère, la Cour des Comptes se permet de raconter n'importe quoi.

Je croyais qu'on avait touché le fond avec ce gouvernement et ses fonctionnaires d'état, mais non il y a bien plus loin, il y a le fin fond de l'abîme. Un puits sans fond de mauvaise foi et de bêtise.

Nous stagnons dans les bas-fonds de la République, à une profondeur abyssale. Entre un ex-ministre mais toujours député Thévenoud atteint d'une phobie sans fond administrative, un Cambadélis qui s'est construit un fond de soutien carriériste en se fabriquant un faux diplôme, une garde des Sceaux qui était dans un mouvement de fond indépendantiste *(donc contre la république) et un Président qui a soi-disant un bon fond (?), voici les fonctionnaires de la Cour des Comptes qui ont été cherché dans le tréfonds de leurs cerveaux comment en rajouter une couche pour jeter le discrédit sur les indépendants. Serions-nous des pigeons de fond ? Tous les jours c'est guignol sur fond musical lénifiant. L'escroquerie organisée, planifiée, orchestrée.

* http://www.politique.net/christiane-taubira.htm

Principal argument de la Cour et je cite : "... Les artisans-commerçants ont des conditions de couverture vieillesse comparable à celles des salariés... Alors même que leurs efforts contributifs demeurent inférieurs..." Et plus loin "... Les artisans-commerçants ont un taux de cotisation inférieur à celui des salariés..."

De la désinformation à fond les ballons. Répugnant.

Les sages (Canoniques ? Faut-ils les dépoussiérer ? Les garder dans le formol ? ) de la rue Cambon fument-ils la moquette, ou bien s'agit-il de lobbying intense pour faire oublier les nombreux avantages donnés aux retraites de la fonction publique, dont les artisans, commerçants et salariés sont les généreux contributeurs ?

Les déclarations de la Cour sont infirmées par un de mes amis artisans :


- Son relevé RSI indique en taux de cotisation :

* retraite de base : 16.68 %

* retraite complémentaire : 7.60 %

* Total : 24.28 %.


- Un de ses salariés :

* Retraite de base sécu (Sal. Pat.) : 15.25 %

* Retraite complémentaire (Sal. Pat.) : 7.63 %

* Total : 22.88 %.

Donc une différence de 1.4 % en faveur du salarié. Auraient-ils des calculettes spéciales à la Cour des Comptes ?

Pour faire passer la pilule, la dite Cour agite l'épouvantail du travail au black. Hu... Que c'est vilain, que ce n'est pas beau, les artisans-commerçants s'en mettent plein les poches, là bien dans le fond, à l'abri du fisc. Air connu. Dès que l'on est indépendant, ça fraude, ça va de soi. Quel poncif !

Curieusement rien sur les multi-nationales multipliant les sociétés-écrans, ayant pour conséquence des PDGs recevant des salaires pharaoniques, mais non-imposables sur le revenu. Quelques-uns mêmes sont chez les Belges, et ils ont la frite...Bon accueil, bonne chère, il n'y a que le climat, mais quand on a les moyens de se payer un jet, on peut se prendre un petit week-end à Rio ou ailleurs, pas de souci, ils ont les fonds...

Je me demande si les responsables de la Cour des Comptes se sont penchés un jour par exemple sur les heures d'un boulanger. Vous savez, celui qui est devant son four à 3 h du matin, pour que les premiers clients dès 6h30 puissent déguster des croissants et une bonne baguette fraîche devant un bon café. À cette heure-là, ces braves fonctionnaires dorment du sommeil du juste.

Plus loin dans le même article, une déclaration tueuse : les salariés vont devoir payer pour les artisans commerçants ! Comment diviser pour mieux régner. Jetons l'opprobre sur les indépendants comme ça ces derniers vont se faire détester par les salariés. Médiocrement joué, car le fond de la magouille saute aux yeux.

Seul point positif, la Cour épingle les dysfonctionnements du RSI. Ouf ! Enfin une vérité. Trop bref moment de lucidité ?

Évidemment, le RSI va en profiter pour augmenter les cotisations. Faut bien financer l'entretien du patrimoine immobilier du RSI. Et oui patrimoine il y a, et aux antipodes d'un simple bungalow...

Mais avant de tout vous révéler, êtes-vous bien assis ? Oui ? Confortablement ? Alors, on y va.

Le RSI disposait d'une réserve en placement pour la réversion des retraites d'environ 11 Milliards d'euros en 2011 !

Et en 2014 ? 17 Milliards d'euros.

Vous voulez encore mieux ? Voici un appel d'offres du RSI * :

"Le présent marché a pour objet un mandat de gestion du patrimoine immobilier de placement composé de 56 immeubles situés à Paris, en Région Parisienne et en province dont 20 immeubles à dominante commerciale (environ 360 lots principaux) et 36 immeubles à dominante habitation (environ 1.170 lots principaux) représentant une surface totale de près de 217.000 m2."
Vertigineux.

http://www.marchesonline.com/mol/front/visualisation/run.do?idsim=6363827&versionsim=1&typeinfo=typeao

Cerise sur le gâteau : le RSI se targue de tout financer jusqu'en 2050 * :

* http://www.agefi.fr/articles/le-rsi-se-targue-d-assurer-son-financement-des-retraites-jusqu-en-2050-1170561.html

Édifiant ! Que des pauvres, que des sans dents à la tête du RSI. Heureusement que pour manger du caviar, pas besoin de quenottes. Ça passe tout seul. Un peu de champagne ou de vodka bien frappée pour faire glisser, et c'est impec. Pas besoin d'avoir une dentition à l'américaine.

Quand je pense que des commerçants qui ont trimé toute leur vie, qui ont cotisé plein pot, se retrouvent avec des retraites de m... Et au final, ils n'ont qu'un seul droit : celui de la boucler. Et quand ils ont eu la mauvaise idée de bosser en couple, c'est la lame de fond. L'un gérant, l'autre conjoint collaborateur. Cotisations à donf, mais plein de trimestres manquent à l'appel en fin de carrière. Pourquoi ? Parce que ce statut n'était pas franchement reconnu. Mais bien sur, personne et surtout pas les intéressés ne le savait. Du coup, un couple touchera 8 ou 900€ à deux de retraite. Rillettes et mousseux. Sans dents, les rillettes passeront, mais c'est plus hard et puis le mousseux ça fait roter.

En 2007, 5 267 935 de fonctionnaires hors la Poste et France Télécom pour une population de 63 578 000 habitants. Quel ratio ! Curieusement, la Cour des Comptes ne mentionne rien concernant les retraites des fonctionnaires. Pourtant après la rémunération et le logement, leurs retraites constituent un privilège appréciable.

La retraite des fonctionnaires est calculée sur le salaire des six derniers mois. Les retraites du secteur privé sont calculées sur les vingt-cinq meilleures années. Cherchez l'erreur. Bonjour les inégalités sociales ! Liste des avantages non exhaustive. Voir le livre d'Agnès Verdier-Molinié qui s'intitule : Les fonctionnaires contre l'Etat. Edition : Albin Michel.

"Les aristocrates à la Lanterne, les aristocrates, on les pendra". Air connu. À remettre en vigueur ?



42 réactions


  • foufouille foufouille 22 septembre 2014 17:58

    "Que c’est vilain, que ce n’est pas beau, les artisans-commerçants s’en mettent plein les poches, là bien dans le fond, à l’abri du fisc. Air connu. Dès que l’on est indépendant, ça fraude, ça va de soi. Quel poncif !« 
    sans vouloir te vexer, c’est très courant chez les autres
     »La retraite des fonctionnaires est calculée sur le salaire des six derniers mois."
    france d’en haut uniquement


  • foufouille foufouille 22 septembre 2014 18:06

    "

    Or en raison d’un ratio démographique de plus en plus défavorable, leurs régimes de retraite présentent un solde financier fortement négatif, qui devrait encore se dégrader à moyen terme. Résultat, leur financement dépend très largement de la compensation par d’autres régimes. Mais aussi de l’attribution d’une partie des produits de la C3S - une taxe payée par toutes les entreprises réalisant un chiffre d’affaires hors taxe d’au moins 760.000 € - dont les artisans-commerçants sont les affectataires historiques.

    Or, cette mécanique va prendre fin car la C3S va être supprimée en trois ans. Le RSI doit alors être complètement intégré financièrement au régime général, ce qui se traduira « par le versement d’une dotation d’équilibre de la CNAVTS », souligne la Cour. En clair, la caisse des travailleurs salariés (CNAVTS) va devoir compenser le déficit des artisans-commerçants."

    http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2014/09/17/20002-20140917ARTFIG00096-les-artisans-commercants-ne-cotisent-pas-assez-pour-la-retraite.php


  • credohumanisme credohumanisme 22 septembre 2014 18:23

    Les adhérents RSI ont la chance d’avoir 7 jours de carence ce qui fait qu’ils sont beaucoup beaucoup beaucoup moins malades que les autres. Le RSI c’est la santé !


  • foufouille foufouille 22 septembre 2014 18:25

    en plus, une fois à la retraite, tu vendras ton entreprise.


    • titi titi 23 septembre 2014 08:14

      « en plus, une fois à la retraite, tu vendras ton entreprise. »

      Qui en général vaut 0 euros.


    • foufouille foufouille 23 septembre 2014 10:53

      tu as donc zéro clientèle. ni mur ni matériel, etc


    • Renaud Delaporte Renaud Delaporte 23 septembre 2014 12:30

      Non, Foufouille. La valeur d’une entreprise n’est pas calculée sur sa clientèle actuelle et sur son matériel, mais sur la valeur future de l’investissement. Que vaudra mon argent dans dix ans ? On n’achette plus une entreprise, mais du quinze pour cent !

      Si vous êtes propriétaire d’un pas de porte dans une rue progressivement désertée, il ne vaut plus rien. Votre matériel, amorti, ne vaut rien. Et si vous avez endetté l’entreprise pour la remettre à neuf, cela ne vaut pas forcément très cher non plus
      Les emplacements commerciaux de première catégorie ont encore de la valeur : il y aura toujours un investisseur pour y installer une franchise, mais c’est vraiment l’arbre qui cache la forêt. Regardez les locaux qui ne trouvent plus preneurs dans les rues mal desservies, les entrepôts qui pourrissent dans les zones industrielles... Tout cela ne vaut plus rien.


    • Clojea Clojea 23 septembre 2014 12:31

      @ Foufouille. Oui vendre son entreprise. Si c’est une société, c’est 48 % d’impôt sur la plus value. Cherche l’erreur


    • foufouille foufouille 23 septembre 2014 12:53

      "Regardez les locaux qui ne trouvent plus preneurs dans les rues mal desservies, les entrepôts qui pourrissent dans les zones industrielles... Tout cela ne vaut plus rien."
      c’est combien rien ?
      je vois pas de vente à disons 5000€


    • Le Renard 23 septembre 2014 13:39

      La PV des actions est soumise à l’impot sur le revenu après abattement lié à la durée de détention des titre (50% pour des titres détenus au moins deux ans). Sachant que le taux supérieur de l’IR est de 45% si vous vendez des titres que vous avez conservé 2 ans au minimum et que votre revenu est soumis à la dernière tranche d’imposition, le taux d’imposition effectif sera de 22.5%. 48% c’est de la désinformation.


    • Renaud Delaporte Renaud Delaporte 23 septembre 2014 14:36

      « je vois pas de vente à disons 5000€ »

      Rien, cela signifie pas d’acheteur. L’exemple caricatural, c’est Chicago : on y arrive. Dans mon quartier, il y a une dizaine de pas de porte qui sont en vente depuis dix ans. Ils coûtent à leurs proprios le foncier et l’assurance. 5000 euros ! Cette sommes est déjà largement dépensée depuis qu’ils sont en vente.


    • Clojea Clojea 23 septembre 2014 16:21

      @ Le Renard. Non mon cher. Si vous vendez une société avant 8 ans, vous payez plein pot, entre vos impôts sur le revenu, CSG et les autres, et l’impôt sur les sociétés, à peu près 48 % d’impôts. Ce n’est pas de la désinformation, du tout.


    • titi titi 23 septembre 2014 18:53

      @foufouille

      Si on ne trouve pas preneur ça vaut rien. 0

      Pour le fond, même si le commerce est rentable, mais qu’il faut commencer à 7h00 et finir à 20h00, 6 jours par semaine, avec en sus le conjoint qui doit tenir la boutique en cas d’absence, il n’y a plus preneur.

      Le problème des petites société d’artisanat c’est qu’elles sont portées à bout de bras par leur patron/fondateur.
      A partir du moment où le patron s’en va, ça ne vaut plus rien.

      Après il y a le foncier. Mais lorsqu’on vend le foncier bah il faut pouvoir racheter ailleurs sinon on est à la rue.

      Allez faire un tour dans les campagnes. Vous verrez.


    • foufouille foufouille 23 septembre 2014 20:31

      « Si on ne trouve pas preneur ça vaut rien. 0. »
      @titi
      et donc, ça se vend 0 ou pas ?
      en campagne, une ruine qui a été une maison, avant, se vend toujours trop cher


    • bourrico6 24 septembre 2014 09:16

      jamais aucune réponse .

      Ah mais toi non plus, tu réponds jamais,toujours la fuite la queue entre les jambe en lâchant une vanne vaseuse.

      En fait il se pavane ….

      Tout comme toi mon gros bouffon, tout comme toi.


  • titi titi 23 septembre 2014 08:21

    @L’auteur

    Le RSI va forcément avoir besoin du secours des autres caisses.

    Et pour cause, ce n’est pas un système de capitalisation, mais un système de répartition.

    Or il y a de moins en moins de commerçants. Comme il y a de moins en moins d’agriculteurs.
    Les caisses ne pourront pas s’équilibrer d’elles mêmes.

    Et c’est normal, et c’est de toute façon ce qui attend le régime général : les actifs d’aujourd’hui paient les droits acquis de ceux qui ne sont plus actifs. Mais qui paiera lorsque les actifs d’aujourd’hui feront valoir leurs droits ?
    Comme le régime général est le régime dont dépend la plus grande partie de l’électorat, le moment venu l’argent sera trouvé : un point de CSG par ci, un point de TVA ou une tranche d’IR par là. Mais aucune caisse ne s’équilibrera « d’elle même ».

    Les régimes de répartition sont des chaines de Ponzi.
    Les caisses des métiers démographiquement désavantagés plongent déjà. Le régime général suivra.


  • Le Renard 23 septembre 2014 09:28

    Les artisans commercants cotisent sensiblement moins que les salariés pour des prestations quasi identiques. 46% contre plus de 50% pour les salariés (l’auteur oublie volontairement les cotisations payées par l’employeur). Coté prestation la différence se joue, comme il est dit dans l’article, sur les indemnités journalières. Beaucoup moins favorables aux artisans commerçants. TOUTES les autres prestations sont équivalentes et s’il existe des artisans commercants qui touchent une toute petite retraite c’est qu’ils n’ont pas suffisamment cotisé. On ne peut pas impunément faire échapper une partie de son chiffre d’affaire aux cotisations et aux impôts sans le payer un jour ou l’autre. Il faut noter que les artisans commercants bénéficient toujours d’un avantage fiscal quand ils souscrivent des assurances complémentaires. Avantage supprimé aux salariés par un gouvernement socialos.
    Enfin il est vrai que le régime général participe à l’équilibre de quelques régimes déficitaires celui des artisans commercants et celui des agriculteurs entre autres.


    • Renaud Delaporte Renaud Delaporte 23 septembre 2014 11:50

      "On ne peut pas impunément faire échapper une partie de son chiffre d’affaire aux cotisations et aux impôts sans le payer un jour ou l’autre."

      Faut être gonflé quand-même et refuser de voir les choses en face pour répéter ce genre de débilité. Cette généralisation qui participe à l’hallali contre l’entrepreneuriat permet aux gouvernements de droite et de gauche de supprimer des millions de petites entrepreneurs dans l’indifférence générale, puisqu’ils sont tous des tricheurs et des salaud de menteurs trop riches. On offre ce qui leur restait de patrimoine aux banksters qui n’attendent que ça, qui détruisent les entreprises et envoient ensuite l’emploi en Chine.

      Au fait, j’ai renoncé à compter les emplois qui ont été détruits en deux générations autour de moi avec les arrêts successifs d’activité.
      J’en était à 1200  !

      Si vous voulez sauver ce qui vous reste d’emplois, écoutez les entrepreneurs ! Ecoutez-les, bon sang !



    • Clojea Clojea 23 septembre 2014 12:39

      @ Le Renard : désolé mais quand vous dites qu’un artisan commerçant aura une toute petite retraite parce qu’il n’a pas suffisamment cotisé, c’est trop souvent faux. J’explique dans mon billet l’escroquerie du statut de conjoint collaborateur. A cela il faut ajouter les années ou les cotisations sont versées mais avec un trimestre pas validé. La raison sordide est que l’independant n’avait pas fait assez de C.A Le RSI n’est pas déficitaire. Il est mal géré et de plus, le nombre d’artisans/commerçants qui se mettent an arrêt maladie est bien, bien moindre que chez les salariés. La encore, cherchons l’erreur...


  • Renaud Delaporte Renaud Delaporte 23 septembre 2014 11:36

    Les artisans-commerçants ont des conditions de couverture vieillesse comparable à celles des salariés...

    Je suis complètement écœuré de lire ça. En plus, tout le monde saute à pied-joint dans cette légende urbaine. J’ai cotisé 14 ans en tant qu’indépendant, mais... pas assez. Je ne percevrai donc AUCUNE pension au regard de ces cotisations. Rien. Nada. Zéro.
    Longtemps salarié à la commission, idem : trop peu de trimestres. Dégage salaud de riche.

    Quant à accuser de travail au noir systématique, c’est de la pure diffamation. Comme beaucoup de commerçants ou d’indépendants, je n’avais comme client que des entreprises. Donc facture au premier centime, évidemment.

    Résultat : heureusement, j’ai cotisé en tant que salarié, mais bien sûr je n’ai pas assez de trimestres pour avoir plus du le quart de la moitié d’une demi-pension. Mais au moins, ça décolle de zéro.

    D’où cette petite annonce : Salaud de riche échange sa grasse pension de retraite au régime des indépendants contre n’importe quelle retraite d’un salarié ayant cotisé à plein temps une durée égale (et je ne parle pas d’échanger à égalité d’heures travaillées : env 70h/semaine vs 35).

    Bercy, comme la Cour des comptes, veulent éradiquer le travail indépendant afin d’offrir sur un plateau une main-d’œuvre esclavagisée aux 50 trans-nationales qui domineront le monde. Qu’ils l’avouent, enfin !


    • Le Renard 23 septembre 2014 11:51

      Je confirme que les conditions de départ à la retraite et les règles de calcul des pensions sont strictement identiques entre salariés et TNS. Un salarié qui ne cotise pas assez ne verra pas lui non plus son trimestre validé. Pour le petit couplet du gentil artisan qui ne dissimule pas son chiffre d’affaire, laissez moi bien rire, qui n’a pas eu affaire à des artisans qui souhaitent se faire payer en espèce soit disant pour nous faire gagner le cout de la TVA.


    • Renaud Delaporte Renaud Delaporte 23 septembre 2014 12:15

      Vous confirmez des choses que vous ignorez complètement. Les trimestres non validés par les salariés n’empêchent pas le paiement des trimestres validés. J’ai cotisé à une pléiade de petites caisses de retraite avec des petits boulots : chacune m’envoie quelques centimes ici, quelques fractions d’euros par là. C’est peu, mais ils payent.
      Seule la caisse des indépendants n’envoie RIEN malgré tous les trimestres validés, parce que le nombre total de trimestre validé est insuffisant.
      Nombre ridicule suffisant chez les salariés, 30 trimestres insuffisants chez les indépendants.

      D’autre part, un minimum de commencement de réflexion me susurre que le commerçant qui vous propose une intervention non facturée sait qu’il en déclare suffisamment pour valider son trimestre de cotisations sociale... Non ? Il dissimule le rab, pas le minimum nécessaire à assurer les prestations auxquelles il a le droit. A malin, malin et demie.

      Vous vous fourvoyez aussi lorsque vous généralisez à tous les indépendants et commerçants. Il est impossible de ne pas facturer lorsque l’on travaille en BtoB, ce qui représente des centaines de milliers de petites entreprises dont vous ne semblez pas soupçonner l’existence. Celles qui, il n’y a pas si longtems, embauchaient...


    • trevize trevize 23 septembre 2014 12:17

      Diviser pour régner, la recette du pouvoir depuis toujours pour nous faire raquer. Voilà le résultat : soit on se coule gentiment dans le moule prévu pour nous (salarié), soit si on a l’outrecuidance de sortir du rang, alors on devra disperser nos cotisation partout pour finir par ne rien toucher au bout du compte.
      Et le petit peuple, au lieu de s’indigner contre tout ça, au lieu de réclamer l’égalité, il préfère se battre contre le groupe d’à côté, se scandaliser que l’autre ait un poil de cul d’avantage en plus. Il veut bien de l’égalité, mais seulement si pour l’obtenir, on nivelle par le bas. Tout ce qui dépasse, on le coupe.


    • Clojea Clojea 23 septembre 2014 12:41

      @Renaud Delaporte. Entièrement d’accord avec votre point de vue et analyse.


    • Le Renard 23 septembre 2014 13:08

      Vous mélangez habilement retraite de base et retraite complémentaire ce qui vous permet d’affirmer tout et n’importe quoi. Donc des précisions s’imposent pour que chacun sache de quoi on parle.
      La retraite de base n’est versée que par une seule caisse, la dernière à laquelle on a cotisé. Elle prend en compte TOUS les trimestres validés dans sa carrière. Si vous ne recevez rien du RSI alors que vous avez terminé votre carrière salarié c’est normal, c’est la sécu qui vous verse votre retraite.
      La retraite complémentaire est versée par les organismes auxquels vous avez cotisé. Le niveau de la retraite dépend directement des cotisations. Jusqu’en 2004 les commerçants ne disposaient pas d’un système de retraite complémentaire obligatoire. C’est peut-être pour cette raison que le RSI ne vous verse pas de retraite complémentaire.


    • Renaud Delaporte Renaud Delaporte 23 septembre 2014 14:24

      Si vous ne recevez rien du RSI alors que vous avez terminé votre carrière salarié c’est normal, c’est la sécu qui vous verse votre retraite.

      Oups... Il semblerait que sur ce point, vous ayez raison en effet... Je ne prend ma retraite qu’à la fin de l’année et cela ne m’a pas encore été expliqué en détail. Je connais juste le pharamineux montant que je vais percevoir : un petit plus de la moitié du SMIC. Si, si, plus de la moitié, tout ça, c’est sûr. C’est pourquoi je pensais (j’espérais... ! ) que mes trimestres validés n’étaient pas pris en compte (et que, peut-être, à force remuer ciel et terre, ils pourraient l’être). Mais, à reprendre les papiers, ils semblent bien inclus !

      Vraiment, merci de m’avoir ouvert les yeux : avec cette retraite de 650 euros par mois, j’ai maintenant bien conscience d’appartenir à une caste de riches entrepreneurs privilégiés, ces salaud d’indépendants qui ruinent le pouvoir d’achat des pauvres travailleurs.

      Je sens combien je vais ruiner la France qui travaille dur avec de pareils émoluments. Mais j’ai essayé de faire ce que j’ai pu et je n’en ai pas honte.


    • foufouille foufouille 23 septembre 2014 14:30

      @renaud
      le taux plein est à 65 ans.
      la sécu ne verse pas la retraite du RSI


    • foufouille foufouille 23 septembre 2014 14:33

    • Renaud Delaporte Renaud Delaporte 23 septembre 2014 14:44

      le taux plein est à 65 ans.
      la sécu ne verse pas la retraite du RSI
      C’est ce que j’avais compris, mais :
      Si vous ne recevez rien du RSI alors que vous avez terminé votre carrière salarié c’est normal, c’est la sécu qui vous verse votre retraite.

      Bon, ben je vais redoubler d’efforts de compréhension... et préparer les questions pour mon prochain rendez-vous avec le machin qui régit tout ce fourbis.


    • foufouille foufouille 23 septembre 2014 14:50

      @renaud
      le mieux est de faire chaque caisse séparément.
      et de garder une copie avec la date, voir un recommandé avec AR.
      la complémentaire n’est pas automatique, non plus.
      j’espère que tu as tout gardé tes documents. des fois certains se « perdent » juste avant la saisie informatique
      c’est pareil pour la reversion


    • Le Renard 23 septembre 2014 16:14

      N oubliez pas de faire des demarches auprès de tous les organismes de retraite complémentaires auxquels vous avez cotisé cela va améliorer le montant de votre retraite.
      Pour la retraite de base, avez-vous vérifié et validé votre bilan de carrière ? Avez-vous les trimestres nécessaires pour une retraite à taux plein ? Dans le cas contraire vous ne pourrez obtenir une retraite à taux plein qu’en prenant votre retraite à 67 ans.


  • bourrico6 23 septembre 2014 12:17

    Et allez, tout allait bien jusqu’à ce qu’apparaissent les fonctionnaires, bref jusqu’à la dispersion et l’égarement.
    On se demande ce qu’ils viennent faire la dedans, sans doute un hors sujet maladroit de l’auteur, ou alors c’était un des buts caché de cet article, d’en balancer une sur les fonctionnaire au passage.


    • Clojea Clojea 23 septembre 2014 12:44

      @ bourrico 6 : Je n’ai aucun a priori envers les fonctionnaires à part ceux qui sont tatillons et imbus de leur importance. Mais, les inégalités sociales sont patentes entre les fonctionnaires et le reste. Que vous soyez d’accord ou pas, c’est un fait. Ce qui me fait bondir sont les inégalités sociales, entérinées par des hauts fonctionnaires d’Etat, cela va de soi. 


  • ben_voyons_ ! ben_voyons_ ! 23 septembre 2014 13:43

    La France est un pays de fonctionnaires et d’assimilés fonctionnaires haïssant profondément les travailleurs indépendants.
    Très bien.
    Continuez, continuez.
    Continuez à les diffamer, les insulter, à dire qu’ils se gavent, qu’ils fraudent tous, continuez, continuez...

    Des gouttes de trop arrivent.
    Déjà, les incidents de Morlaix.
    Coup de bol, il n’y a pas eu de morts.

    Continuez à taper sur les patrons, les travailleurs indépendants, continuez, continuez...
    Je prédis que bientôt, les dégâts seront d’un autre ordre : il y aura des morts, de nombreux morts, des femmes, des enfants, ...

    Ce n’est pas grave : vous aurez l’occasion de faire des marches blanches.
    Vous avez l’air d’aimer ça, les marches blanches.

    Quand on n’a plus rien à perdre, on devient alors très puissant.
    Extrêmement puissant.
    Et extrêmement dangereux.


    • trevize trevize 23 septembre 2014 14:12

      Mais ouvre les yeux c’est beaucoup plus général que ça la cacophonie française.
      Y’a les fonctionnaires, les magistrats, les politiques, les retraités, les salariés, les chômeurs, les indépendants, les professions libérales, les étudiants...
      Dans chacun de ces groupes, il y a des sous-groupes etc

      Et chaque membre d’un groupe râle constamment dès qu’il estime qu’un autre groupe a quelque chose de mieux que lui. Si un groupe râle assez fort, il obtient l’abrogation d’un privilège ; on nivelle par le bas, le malheur des uns fait le bonheur des autres. Le désir inconscient à l’origine de ce phénomène, c’est celui de l’égalité et de l’unité. D’un autre côté, atteindre ce but est la plus grande frousse de chacun, car en devenant tous égaux, nous devenons autre, nous perdons tous notre ancien statut, notre ancienne individualité, et même si notre situation n’est pas enviable à l’heure actuelle, le fait d’avoir une autre position dans la société, c’est une mort symbolique.

      Comme on a peur de la mort, on a donc peur de l’égalité, donc on fait tout pour l’empêcher, mais pourtant on ne survivra que si on arrive à la réaliser. Et comme on s’empêche consciemment d’être égaux, c’est l’inconscient qui pilote la manoeuvre, et on réalise l’égalité en haïssant les Autres au lieu de les aimer.


  • ben_voyons_ ! ben_voyons_ ! 23 septembre 2014 14:15

    Vous en voulez des inégalités, je peux vous en sortir à la pelle ; en voila une bonne :

    Célibataire, sans famille à charge, jeune fonctionnaire retraitée
    - retraite nette = 1400 euro
    - auto-entrepreneuse = CA variable entre 200 et 400 euro par mois.
    - en location d’une petite maison, loyer de 500 euro
    - touche 40 euro en APL de la part de la CAF

    Célibataire, sans famille à charge, travailleur indépendant
    - revenus net par mois = 700 euro
    - en location d’un petit appart = 340 euro
    - touche ZERO en APL de la la part de la CAF = REFUS de la CAF.

    Comment voulez-vous qu’il y en ai qui ne pètent pas un plomb ???


    • bourrico6 23 septembre 2014 15:37

      Je pète un plomb quand au lieu de demander 1400 pour tout le monde, on demande 700 pour tout le monde.
      Et quand ce sont des ouvriers ou des artisans qui tiennent ce discours, j’ai envie de leur claquer leur face de crétins.
      Oui, je pense à toi raclure, tu es l’exemple de l’esclave fier de l’être, prêt à vendre sa mère pour plaire à son seigneur et maître.


    • Clojea Clojea 23 septembre 2014 16:17

      @ Bourrico6 : Un peu de retenue sur ce fil me parait nécessaire. Arrêtez vos œillères. Les inégalités sont légion. Mais dites moi, puisque vous défendez si bien les fonctionnaires, je parie que vous en êtes un. Dans quelle branche ?


    • Clojea Clojea 23 septembre 2014 16:17

      @ Bourrico6 : Un peu de retenue sur ce fil me parait nécessaire. Arrêtez vos œillères. Les inégalités sont légion. Mais dites moi, puisque vous défendez si bien les fonctionnaires, je parie que vous en êtes un. Dans quelle branche ?


    • bourrico6 24 septembre 2014 08:59

      Mais dites moi, puisque vous défendez si bien les fonctionnaires, je parie que vous en êtes un. Dans quelle branche ?

      Je ne suis pas fonctionnaire et je ne les défends pas.
      Je me contente de m’amuser avec le médiocrité des remarques de mon frère caché, avec la simplicité des raisonnements de ce simplet qui se prends pour un humoriste.

      Puis hé, niveau retenue, adresses toi à l’autre bouffon, je crois qu’il a pêté un plomb.... et quelque par j’en suis fier.


    • armand 28 septembre 2014 12:21

      et vous ne demandez pas de retenue pour le faux boulanger neolibéral du fn ?


  • Bergegoviers Bergegoviers 23 septembre 2014 18:06

    Il faut que l’Etat contrôle tout, taxant au maximum ceux qui par leur labeur, leur intelligence et leur savoir-faire inlassablement développé au prix de mille souffrances, osent encore, ah les sales fachos !, sortir la tête de l’eau et envisager pour eux une vie agréable.

    Sinon, c’est une odeur nauséabonde n’étant pas sans nous rappeler les heures les plus sombres de notre histoire.
    Ces heures terrible durant lesquelles un système politique enchanta son peuple au mépris des idéologies du bien et de la vérité

Réagir