vendredi 28 mars 2008 - par R-sistons

Sarkozy sacrifie l’indépendance de la France, l’Europe des Pères fondateurs et la démocratie

... à son atlantisme forcené !

Toute notre politique étrangère vient radicalement de changer. L’indépendance nationale chère à de Gaulle et à ses successeurs, chère au coeur des Français, c’est fini ! Désormais, nous sommes alignés sur l’Axe EU-GB-Israël.

Sarkozy a été reçu en grande pompe en Angleterre : ce n’est pas sans raison. Il resserre les liens avec l’ennemi "européen" de l’Europe ; ce faisant, il sacrifie l’entente franco-allemande si nécessaire, pilier d’une Europe forte et indépendante, à son atlantisme forcené. C’est pourquoi le sujet de la diplomatie est tabou dans les médias surtout télévisés.

Nous avons à la tête de la France un étranger qui n’aime pas la France et ne se soucie pas de ses intérêts réels, de ses valeurs, de son passé, de ses orientations, de son âme, de sa spécificité.

Sarkozy admire l’efficacité économique anglo-saxonne, qui fait certes baisser le taux de chômage, mais qui aggrave la précarité du travail et les inégalités. Désormais, comme aux Etats-Unis, des familles françaises sont souvent obligées de faire une double journée de travail.

Notre chef d’Etat, par admiration pour le modèle anglo-saxon, accroche le wagon de la France à celui de l’Angleterre, dont les sentiments anti-européens et pro-américains sont connus.

Actuellement, tous les choix stratégiques de la France et, par conséquent, de l’Europe, sont en train de changer. Un nouveau couple apparaît en Europe, derrière notre dos et contre nos intérêts, franco-anglais : au détriment d’abord de l’amitié franco-allemande. Ensuite, au détriment de l’Europe de la défense, qui va s’aligner sur l’Otan, et donc perdre son autonomie, sa spécificité. Nous allons mutualiser l’effort de défense. Et nous dépendrons de l’Otan - ce qui est contraire à la politique du Gl de Gaulle plébiscitée par les Français. Car la Défense britannique est indexée sur celle des Etats-Unis.

Les Anglo-Saxons sont le modèle de Sarkozy, ils mélangent traditions désuètes et modernité économique implacable. Cette volonté d’aller vers toujours plus d’atlantisme va sacrifier l’Europe puissance. En un mot, à terme, l’Europe va se dissoudre dans l’alliance atlantique, elle va y perdre son âme, sa raison d’être, son modèle.

L’heure est très grave ! Ce n’est pas pour rien que la politique étrangère de la France a été un sujet tabou pendant la campagne électorale !

Et dès maintenant, avec le renforcement du contingent français en Afghanistan, non seulement Sarkozy piétine le suffrage universel - nous sommes la seule démocratie occidentale où le président se permet d’engager les troupes sans l’autorisation du Parlement - mais il est subrepticement en train de conduire les Français à entrer dans la guerre coloniale et civilisationnelle chère à Bush. Ainsi, tout est piétiné : la démocratie, la politique étrangère de la France.

Nous entrons dans le bourbier afghan, aux côtés des Américains. En d’autres termes, Sarkozy aligne la France sur la politique démentielle et catastrophique de Bush, pourtant désavouée par tous, même par une majorité d’Américains !

A-t-on réalisé le coût humain, financier, et sur l’opinion publique, que cela représente ? Et aussi par rapport à la politique traditionnelle d’amitié avec les Arabes ? Nous allons être au premier rang en cas de guerre, et dès maintenant, la cible des terroristes que Sarkozy, désormais, se donne pour priorité de combattre, obsessionnellement, avec Bush !

Notre capital d’estime à l’étranger est en train d’être ruiné.

Et avec cette politique, nous entrons de plain-pied dans une guerre de civilisations qui peut tous nous conduire vers l’abîme !

Dénonçons tous cette nouvelle imposture !

Ev

http://r-sistons.over-blog.com, entre autres



101 réactions


  • Leila Leila 31 mars 2008 18:16

    @Eva

     

    AgoraVox a publié ce lundi mon article sur Simone Weil. Son dernier livre "L’Enracinement", ouvrage posthume, est téléchargeable. J’en ai fait un copié collé qui éclaire bien le monde qu’on nous prépare :

     

    Le déracinement est de loin la plus dangereuse maladie des sociétés humaines, car il se multiplie lui-même. Des êtres vraiment déracinés n’ont guère que deux comportements possibles : ou ils tombent dans une inertie de l’âme presque équivalente à la mort, comme la plupart des esclaves au temps de l’Empire romain, ou ils se jettent dans une activité tendant toujours à déraciner, souvent par les méthodes les plus violentes, ceux qui ne le sont pas encore ou ne le sont qu’en partie.
     

    Bien à vous, Leila


Réagir