mardi 28 avril - par Dr. salem alketbi

Sortir de la crise et assurer la sécurité nationale

Ces jours-ci, je suis avec beaucoup d’intérêt la situation dans les pays en proie à la flambée épidémique du nouveau coronavirus (COVID-19). Par crainte de l’effondrement économique, du fait qu’il est difficile de prolonger l’état de fermeture sans savoir combien de temps la crise va durer, des pays commencent à mettre en route la vie normale.

Aux États-Unis, par exemple, l’administration Trump a adopté des mesures d’ouverture de l’économie assortie de précautions. Ce faisant, le gouvernement a déclenché une bataille acharnée avec les gouverneurs des États.

JPEG

Quant à l’Allemagne, des mesures ont été prises pour assouplir les restrictions imposées à la vie publique. Le ministre allemand de la santé, Jens Spahn, a averti que les risques liés à l’épidémie de la COVID-19 ne sont pas encore écartés. Même si la fréquence de propagation du virus en Allemagne baisse, la situation reste incertaine et peu sûre.

Publicité

Dans de nombreux pays, on débat vivement des stratégies de sortie de crise. On s’interroge surtout sur quand la crise pourrait prendre fin et sur comment éviter qu’un revers ne provoque une plus forte. Les opinions varient bien entendu en fonction des conditions de chaque pays, mais aussi des points de vue et des perceptions des parties concernées.

C’est ainsi que les responsables des économies veillent à éviter de nouvelles pertes qu’on aurait du mal à combler. Les experts médicaux et sanitaires, quant à eux, sont peu enclins à placer l’économie au-dessus de la santé publique. Ils craignent une recrudescence.

Cette conversation entre partisans et adversaires des restrictions sanitaires se déroule également dans les médias sociaux. Nombreux se disputent les avantages et les inconvénients de telle procédure. Toutes ces discussions supposent une bonne volonté et un souci du bien commun. Cependant, force est de rappeler que certaines décisions ne cadrent pas avec un seul point de vue.

Dans les situations de crise majeure, comme c’est le cas aujourd’hui dans l’épidémie de coronavirus, la prise de décision nécessite une approche globale. Qu’il faille imposer des restrictions à la vie publique ou lever petit à petit les interdictions et revenir à un rythme de vie normal, la prise de décision doit se fonder sur des informations complètes sur tous les secteurs et permettre de dresser ne image complète de la réalité sous tous ses aspects.

Il faut évaluer comment les mesures prises agissent sur la société dans ses dimensions économiques, sécuritaires, politiques, sanitaires et même psychologiques. La question, même si elle gravite autour d’un dilemme sanitaire, a des implications globales. En l’absence de celles-ci, on ne peut pas bâtir de vision ou de stratégie intégrée de gestion des crises et de prise de décision.

Publicité

Ce qui complique encore la prise de décision dans ces circonstances, c’est qu’il n’y a pas de lumière à l’horizon. En fait, on n’a pas encore trouvé de vaccins ou de traitements reconnus à l’échelle internationale. Les dirigeants sont donc confrontés à un scénario sans précédent : la santé humaine va devoir s’aligner sur la préservation des économies nationales qui risquent de crouler sous le poids de la crise. Autrement dit, on a beau avoir un équilibre délicat entre deux pertes selon des calculs, des données et des considérations précises.

Pour moi, en tant que chercheur, la prise de décision dans de telles crises est si déterminante et sensible que les décisions prises en temps de guerre. Ici, il s’agit d’une bataille sanitaire étroitement mêlée à la sécurité nationale. L’impact profond de cette bataille dépasse de loin celui de certaines batailles militaires sur les plans humain, économique et autres. Donc, tout débat sur les procédés de sortie de crise doit s’appuyer sur des informations précises et adéquates sur ses divers versants. Dans le cas contraire, les opinions peuvent être relativisées et réduites à un certain angle.

Gérer la crise du coronavirus est un enjeu des plus lourds pour les dirigeants. La sécurité nationale des États est en jeu. Les calculs ne relèvent pas uniquement des statistiques nationales, mais aussi d’une prise de conscience stratégique, d’une coordination et d’une coopération suffisantes avec les partenaires internationaux.

Le scénario de fin de crise ne va donc pas seulement créer un nouveau monde. Il va faire émerger des leaders porteurs d’avenir dans divers pays du monde. En même temps, d’autres vont perdre leurs lettres de noblesse.



2 réactions


  • sls0 sls0 28 avril 17:19

    Un petit rappel quand même pour relativiser, la faim tue 9500 personnes par jour et de mémoire le covid 19 son plus haut à été de 5380 morts en une journée.

    Le R0 dont tout le monde parle à l’instant t, c’est le Rt.

    Ce matin j’ai regardé pas mal de pays, il y en a qui ont un Rt <1, pour eux c’est fini et s’ils gardent les gestes de protections acquis ça doit aller.

    Il y en a pas mal qui sont avec un Rt <1,05 c’est pas mal, suffisament pour une reprise sans oublier les gestes de protection et en évitant si possible les déplacements non nécessaires.

    Un paramètre important c’est la stupidité des dirigeants trop sensibles à l’idéologie néolibérale, c’est pour moi le facteur le plus important, leur réflexion c’est du court terme.

    Chez moi en ce moment il y a des gens qui refont mes salles de bain, ce qui peut tourner tourne, tout les principes pour diminuer le Rt sont appliqués. Ici le risque c’est le coté convivial et festif des gens donc il y a couvre-feu.

    Ben oui, pas de confinement, pas de métro et circulation difficile sans justification entre les villes.

    Le Rt est presque équivalent à celui de la France malgré un début d’épidémie décalé de 20 jours.

    Ici il y a 7 zones sur 32 qui sont à problèmes, c’est un traitement style cluster.

    En France ça été le confinement général car on a pas traité les clusters, tout est à l’arrêt parce qu’il y a des cons aux commandes. En Seine saint Denis, la transmission c’est familiale maintenant, merci le métro et le confinement.

    Le sujet de l’article c’est quand même les USA.

    Pas de bol pour eux c’est la double peine.

    La première c’est d’avoir un gouvernement avec plus de bras cassés qu’en France.

    La deuxième c’est qu’il ont tout délocalisé, c’est le pays le moins résilient, ils n’ont plus les outils et le savoir qui va avec ces outils.

    Il y a 2-3 ans il y avait un article dans Bloomberg disant qu’une chaine de montage de missile était à l’arrêt parce qu’il y avait une grève dure dans une usine en Chine. Qu’ils avaient du stock pour 3 semaines en cas de conflit de haute intensité. Que ça prendrait deux ans s’ils décidaient d’être moins dépendant.

    C’est un exemple avec du stratégique, avec du moins stratégique j’ose pas imaginer.

    L’économie c’est une chaine, si un maillon casse la chaine s’arrête. La Chine et la Russie ont tout les maillons chez eux, c’est le coté positif des sanctions de l’occident.

    Les USA n’ont qu’un ou deux maillons, il suffit d’un grain de sable dans un ou plusieurs pays et ils l’ont dans l’os, il ne peuvent même pas réparer le maillon.

    Il y a pas mal de pays qui se sont aperçu que la solidarité avec le covid 19 c’est pas trop ça, ils se replient sur eux même, la mondialisation prend un sale coup, priorité à l’interne.

    Mal barrés les USA.


  • Décrypteur 28 avril 20:23

    « Il va faire émerger des leaders porteurs d’avenir dans divers pays du monde. En même temps, d’autres vont perdre leurs lettres de noblesse ».

    Bel optimisme. Pourtant, même la révolution française n’a pas réussi ce challenge. La bourgeoisie qui a succédé à la noblesse s’est appliquée à reproduire les travers de la monarchie, mais comme elle n’avait pas la manière, ce fut encore pire. Il n’y a qu’à voir où cela nous a conduit.

    Pour ma part, je suis plutôt convaincu que la classe dominante (la vraie, celle des 1%) va subsister, et même se renforcer. Grâce aux nombreuses altérations que subit et que va subir (le pire est à venir) la démocratie partout dans le monde, elle va gagner de nouveaux pouvoirs et consolider ceux qu’elle a déjà.

    Alors peut-être que quelques marionnettes vont être remplacées par d’autres marionnettes, plus fraîches et plus présentables, mais les vrais leaders, ceux qui tirent les ficelles de ces marionnettes ne changeront pas.


Réagir