jeudi 14 février - par Fergus

Sous le soleil des tropiques, les hanches d’Aissatou

En ces temps de climat social tendu, de manifestations ponctuées de violences, de gouvernance paralysée, retour 30 ans en arrière pour un court et souriant voyage en Afrique sub-saharienne...

Le village, proche de la ville malienne de Kolokani, vit, en ce mois de mai 1989, au rythme de l’activité de ses modestes paysans. Ousmane se repose à l'ombre du grand si yiri, cet arbre familier plus connu en Europe sous le nom de karité. Présentement, il fait trop chaud pour travailler. D'ailleurs il fait trop chaud tous les jours. Alors, tous les jours, Ousmane fait une longue sieste ou fixe, hypnotisé, le balancement des hanches d’Aissatou lorsqu'elle pile le mil, vêtue de son boubou multicolore. Bien que la belle soit issue de la minorité soninké, Ousmane ne regrette pas son choix : épousée quelques années plus tôt contre une dot de deux chèvres et un sac de noix de kola, Aissatou est la meilleure du village pour préparer le tiga dégué de mouton et le yassa de poulet dont il raffole. C'est aussi la meilleure pour lui faire pleurer le baobab.

Ce soir, Ousmane mettra son pantalon et sa veste de bogolan pour rendre visite à ses amis Moussa le griot et Boubacar le berger. Ils boiront la bière traditionnelle, le dolo, et palabreront longtemps sous le regard des étoiles, indifférents au rire des hyènes dans la brousse. Puis Moussa jouera de la kora, accompagné par le balafon de Boubacar. Ousmane écoutera ses compagnons bambaras et laissera son imagination vagabonder. Comme toujours, bercé par la musique, il s'abandonnera à un rêve érotique peuplé de créatures lascives et de saillies enfiévrées.

Sans doute faut-il voir dans cette érotomanie une déformation professionnelle. Lorsqu'il ne fait pas la sieste ou ne trait pas ses vaches à bosse azawak, Ousmane sculpte en effet des statuettes en bois d’ébène ou de kola pour le compte de Lassana, son cousin du Kremlin-Bicêtre, importateur pour la France de curiosités africaines vendues par des compatriotes sur les marchés. Rien qui puisse intéresser les galeries « ethniques » des grands musées : Ousmane travaille plus modestement pour les gogos parisiens désireux de donner à la décoration de leur loft une coloration exotique et quelque peu égrillarde. Ousmane sculpte toujours le même personnage : un grand Noir dégingandé dont le pagne en paille de riz ne peut dissimuler l'impressionnante érection. Au fil des ans, le membre s'est démesurément allongé, et Ousmane s’est attaché à fignoler le poli du gland. Obnubilé par la turgescence du membre, il n'a par contre jamais songé à baptiser le personnage.

Sous les branches du karité, Ousmane abandonne un instant les fesses d’Aissatou pour réfléchir. Soudain, il se met à rire de toutes ses dents sous le regard impassible d’un couple d’amarantes juché sur une branche de l’arbre : le personnage se nommera tout simplement Alexandre... Alexandre le gland ! Ousmane rigole de plus belle, puis son rire se fige devant le spectacle des reins en mouvement de sa superbe épouse. Une bouffée de chaleur l'envahit. Il appelle la pileuse en boubou : "Le mil attendra, Aissatou, viens donc là m'agacer les calebasses !"

Ce texte est illustré par un très beau tableau du peintre Roger Burgi intitulé « Femme pilant le mil »



51 réactions


  • troletbuse troletbuse 14 février 09:16

    Prose LREM ? Ca détend et ca fait oublier les problèmes. On attend Grounichou.

    J’ai vu kon par parle d’un « alexandre le gland » de la macrounette mais non.


    • Fergus Fergus 14 février 09:18

      Bonjour, troletbuse

      Décidément, votre fixette macroniste tourne à l’obsession pathologique.
      Détendez-vous, il y a une vie hors de la Macronie !


    • troletbuse troletbuse 14 février 09:23

      @Fergus
      Eh bee,le voilà le petit casque à pointe Grouniche. Pas difficile à prévoir.
      Allo mon Grounichou. Mon article paraît. Tu viens me faire un compliment
      J’arrive illico presto. Tu viendra aussi m’en mettre un sur mon prochain torchon. Promis, juré. Bisous


  • gruni gruni 14 février 09:19

    Bonjour Fergus

    En fait, cette belle histoire africaine que tu nous contes un jour de st Valentin, n’a-t-elle pas aussi un rapport avec ce monde consumériste à outrance et l’écologie. Un monde de fous prêt à tout pour satisfaire des besoins dont il n’a pas toujours besoin. Alors que d’autres crèvent de faim.

    Que la vie doit-être belle dans une hutte en Afrique avec Aissatou ! smiley


    • Fergus Fergus 14 février 09:29

      Bonjour, gruni

      « Un monde de fous prêt à tout pour satisfaire des besoins dont il n’a pas toujours besoin »

      Voilà qui définit fort bien la société dans laquelle nous vivons et où la futilité et le superflu prennent trop souvent le pas sur l’essentiel.

      A la hutte en Afrique subsaharienne, je préférerais une modeste maison de granit en Lozère, au milieu des genêts en fleur. smiley 


    • troletbuse troletbuse 14 février 09:36

      @Fergus
      Mais rien n’empèche Grounichou de partie en Afrique. Il n’a qu’à demander un passeport à Ben Allah. Il en a à revendre. Et pour vous en Lozère. smiley


    • foufouille foufouille 14 février 10:20

      @gruni
      c’est vrai que en france tout le monde a tout ........


    • troletbuse troletbuse 14 février 10:24

      @Foufouille
      Ben oui il le disait hier

      gruni 13 février 17:57

      @Cadoudal

      Pourquoi seulement l’Espagne, l’Italie aussi c’est super et j’en passe... Mais si vous aimez les histoires dramatiques, c’est quand même le Venezuela qui est le plus dans la m....
      Finalement, c’est pas si mal la France, même avec Macron.

      Mais aujourd’hui il a changé d’avis. Y veut partie en Afouique


    • foufouille foufouille 14 février 10:55

      @troletbuse
      je me marre car ces vieux « débris » comme fergus gobent n’importe quelle connerie comme si la france puante d’en haut allait tenir compte de ses cahiers de revendications.
      c’est trié par les élus et bureaucrates.


    • gruni gruni 14 février 11:03

      @foufouille

      J’ai dit que « tout le monde à tout ? » J’écris au contraire que des gens « crèvent de faim ».
      Rien d’autre à me reprocher ?


    • foufouille foufouille 14 février 11:31

      @gruni
      personne ne crèvent de faim en france, au moins.


    • Fergus Fergus 14 février 11:36

      Bonjour, foufouille

      « ces vieux « débris » comme fergus »

      N’est-il pas possible de s’exprimer sans être insultant ? Après, l’on s’étonnera que soit instaurée une police du web, possiblement attentatoire aux libertés !!!

      « comme si la france puante d’en haut allait tenir compte de ses cahiers de revendications »

      La tentation est évidemment pour cette France-là et ses zélés serviteurs politiques de ne pas bouger, et même de poursuivre l’oeuvre de dérégulation engagée depuis Sarkozy. Ai-je déjà prétendu le contraire ???

      Mais il ne faut pas pour autant sous-estimer le poids des revendications. En engageant ce Grand débat, Macron s’oblige par la force des choses à prendre des mesures significatives. S’il ne le fait, que ce soit de son propre chef ou sous la pression de ses amis d’« en-haut », il s’exposera à de très graves déconvenues dont la moindre pourrait être un blocage du pays et une dissolution contrainte de l’Assemblée Nationale.


    • Aristide Aristide 14 février 11:54

      @Fergus

      Voilà qui définit fort bien la société dans laquelle nous vivons et où la futilité et le superflu prennent trop souvent le pas sur l’essentiel.

      Voilà donc que vous parlez de futilité et superflu !!! Notions assez subjectives qui vous permettent de juger de la futilité et du superflu des autres ? Cette société dont vous êtes tout de même, non ?

      C’est quoi ce superflu et cette futilité ?


    • foufouille foufouille 14 février 11:59

      @Fergus
      j’ai mis des guillemets mais si c’est pas du à l’âge, je ne vois pas.
      et non, toutes les doléances ne sont pas retenues comme écrit dans 2 minutes, c’est trié par les ploutocrates et leurs amis.
      https://www.20minutes.fr/societe/2396023-20181215-gilets-jaunes-cahiers-toulousain-lance-compil-revendications

      "Les données récoltées seront ensuite traitées, décortiquées par un comité de surveillance, composé de représentants des « gilets jaunes », de responsables de collectivités territoriales, de membres de partis politiques, de syndicats et de politologues. « 


    • Fergus Fergus 14 février 12:02

      Bonjour, Aristide

      Je me suis permis d’écrire cela en observant de quelle manière je vis moi-même et de quelle manière nos modes de vie sont perçus par mes parents et nos amis lorsque ce sujet du « consumérisme » est abordé.

      Dès lors, la question qui se pose est la suivante : sommes-nous seuls à faire peu ou prou selon que nous sommes ou pas des consommateurs compulsifs  des achats inutiles en biens ou services ? La réponse est évidemment non, convenez-en !


    • Aristide Aristide 14 février 12:06

      @gruni

      Que la vie doit-être belle dans une hutte en Afrique avec Aissatou ! 

      Vous êtes sérieux ? Mais alors seulement pour les vacances ! Allons, le rêve du bobo en vacance en yourte, tipi, et autres habitations locales...bon, le confort local en gros la flotte à des kilomètres, le froid ou le chaud, le trou pour les petits et gros besoins ... remplacé avantageusement par l’indigène local qui ira chercher pour vous l’eau pour alimenter une charmante douche en plein air, un groupe électrogène pour chauffer ou refroidir, et un petit coin douillet pour les besoins naturels. Je passe sur la bouffe où le menu de subsistance est remplacé par de délicieux plats servis sur des tables éclairés par des lanternes toutes chouettes ...

      Un monde de fous prêt à tout pour satisfaire des besoins dont il n’a pas toujours besoin. 

      Serait ce que vous ne soyez pas de ce monde, tel Fergus ? Serait-ce que vous ne soyez pas fou, ni consommateur ? Mieux que vos besoins soient les seuls convenables ? 

      Félicitations pour votre lucidité et cette réflexion finale qui vaut son pesant de bien-pensance : « Alors que d’autres crèvent de faim. »


    • troletbuse troletbuse 14 février 12:16

      @Grounichou
      On se demande même pourquoi ils veulent tous venir en europe. Profitez des bateaux des ONG pour repartir vers la Libye, ensuite le canot pneumatique et ensuite à dos de chameau, et vous trouverez bien quelques barbus en armes sur un 4/4 pour descendre plus bas ou alors essayez le bla-bla-car smiley


    • troletbuse troletbuse 14 février 12:17

      @troletbuse
      Et si vous n’avez pas internet, ca nous fera aussi des vacances  smiley


    • foufouille foufouille 14 février 12:17

      @Fergus
      c’est quoi des achats superflu et inutile, surtout des services ?


    • Aristide Aristide 14 février 12:24

      @Fergus

      sommes-nous seuls à faire ... des achats inutiles en biens ou services ? 

      Inutiles ? Je suis assis, heureusement,tellement cette notion est impossible à définir. Je connais les besoins vitaux, physiologies, ceux qui concernent la sécurité, les autres, le bien-être, la reconnaissance,.... le pouvoir. 

      Concevez tout de même la relativité de ces besoins chez chaque personne : un exemple ? Le dépaysement, certains ont besoin d’aller à Bali, dans les Abruses ou simplement au fond de leur jardin avec un livre. Un autre exemple ? Les autres et la famille, de nombreux se contentent de simples appels téléphoniques, d’autres veulent rencontrer leurs fils, fille ou cousins à l’autre bout de la France ou du monde, etc ...

      Une petite incidence : ce qui est paradoxal dans votre discours c’est cette histoire de futilité, de superflu, ... alors que par ailleurs vous soutenez que le peuple serait ... tout juste à même de répondre à ses besoins élémentaires tels que la nourriture, le logement, ... 

      Je ne comprends pas comment on peut parler de compulsivité dans ce domaine, sauf pour quelques malades très minoritaires. La plupart des gens ont une limite pour régler ce problème que vous mettez en avant, le compte en banque et le banquier qui vous rappelle !!!! 
      Je crois que vous même êtes friand de randonnées, vous narrez vos balades dans votre région, mais aussi dans les alpes, en Irlande et surement ailleurs. Est-ce futile ? Moi, qui préfère rester assis, je serais bien mal placé de vous en faire le reproche.


    • Fergus Fergus 14 février 13:03

      @ foufouille

      « c’est quoi des achats superflu et inutile, surtout des services ? »

      Tout cela est évidemment subjectif. Cela dit, la liste est interminable. Elle peut aller des achats d’équipements inadaptés aux besoins (ex. : téléviseur ou smartphone haut de gamme là où des appareils plus modestes rendraient les mêmes services) aux services de confort disproportionnés aux revenus (ex. des soins de beauté sans nécessité ou des prestations hôtelières très chic). 


    • Fergus Fergus 14 février 13:19

      @ Aristide

      Inutile de s’emballer : je viens d’écrire à Foufouille que ces notions « évidemment subjectives ». Et il n’est pas question pour moi de prétendre dire ce qui est « inutile » pour chacun d’entre nous.
      C’est à chacun de le définir en fonction de ses propres comportements consuméristes.

      Mon épouse et moi sommes en général attachés à ne pas tomber dans le piège consumériste. Cela ne nous empêche pas de procéder de loin en loin à des achats d’objets dont nous n’avons pas réellement l’usage au point qu’ils sont de facto « inutiles » dans notre vie.

      Quant aux « achats compulsifs », ce n’est pas la majorité du genre, mais nous avons tous connu des gens affectés par cette manie, à l’image de cette ex-collègue qui ne pouvait pas ressortir d’un magasin sans y avoir acheté quelque chose, en général des fringues qu’elle ne mettrait pas ou des produits de beauté dont elle n’utiliserait qu’une petite partie.


    • Aristide Aristide 14 février 13:23

      @Fergus

      En gros, le superflu est ce qui ne vous interesse pas. La télé haut de gamme pour un fana des films, soins de beauté pour une personne qui en ressent le besoin, séjours très chics ...

      C’est bizarre que vous puissiez porter ce genre de jugement, si les personnes en ont les moyens, ce qui limite déjà pas mal, voilà qu’il faudrait obéir à une échelle de « non futilité » que vous définissez. Vous randonnez, c’est bien, qui pourrait se permettre de vous critiquez si vous le faites à l’autre bout de la France ou en Irlande.

      Cette tentation de dire le bien est assez ...étonnante. Pourriez vous vous en corriger ? Je doute tellement cela met en cause vos certitudes.


    • Fergus Fergus 14 février 13:34

      @ Aristide

      Une fois de plus vous déformez mes propos : le « superflu » est ce qui m’intéresse mais dont je n’ai pas foncièrement besoin !!!

      Qui serais-je pour l’estimer à la place de chacun ? Moi qui, par passion, m’offre des concerts classiques donnés par les plus grands orchestres dans différentes capitales d’Europe, de quel droit pourrais-je critiquer celui qui en fait autant pour suivre des artistes pop qui ne m’intéressent pas ?

      Je ne juge pas dans l’absolu, je juge mes propres actes, et j’imagine que chacun est à même d’en faire autant de son côté.


    • foufouille foufouille 14 février 14:00

      @Fergus
      que des trucs que les sans dents ne peuvent donc acheter sauf pour certaines à crédit. surtout l’hôtel hors de prix ........
      donc effectivement ce n’est pas pour tout le monde.


    • gruni gruni 14 février 14:33

      @Aristide

      Vous croyez vraiment qu’il n’y a pas de gens qui ont faim dans ce pays. Certes l’emploi du verbe crever était excessif. Il fallait comprendre qu’il souffrent de la faim. Mais, comprendre le sens de l’expression plutôt que la lettre était certainement trop compliqué.
      Bien sûr que le consumérisme est une réalité. Et figurez-vous qu’il m’est certainement arrivé de l’être, ce qui n’est pas une raison suffisante pour ne pas dénoncer ce défaut, mais une bonne raison pour au moins essayer d’avoir un comportement plus responsable.

      « Vous êtes sérieux ? » Félicitation, avant de critiquer mon choix de vivre dans une hutte (seulement pendant les vacances) vous vous êtes au moins posé la question de mon sérieux. En fait non, c’était plutôt de l’humour, mais la vie en plein air peu être agréable avec un minimum de confort. C’est à dire une tente canadienne et un réchaud à gaz. Ah le bon vieux temps de l’armée, je précise que c’est du second degré. Je n’ai pas vraiment apprécié le temps passé au service militaire.


    • Fergus Fergus 14 février 14:50

      @ foufouille

      « que des trucs que les sans dents ne peuvent donc acheter sauf pour certaines à crédit »

      Globalement, c’est vrai. Mais même chez les « sans dents », il se trouve des personnes qui reconnaissent se laisser piéger par des achats non vraiment nécessaires ou surdimensionnés.


    • foufouille foufouille 14 février 15:37

      @Fergus
      un sans dents n’a pas les moyens du superflu vu le nombre de chose que tu ne peux te payer. il faudrait sortir plus souvent de ton monde.


    • Fergus Fergus 14 février 16:19

      @ foufouille

      « il faudrait sortir plus souvent de ton monde »

      Il est vrai que je n’ai plus beaucoup de contacts avec ceux que tu nommes les « sans dents » mais cela n’a pas toujours été le cas. Notamment à l’époque où j’étais à Amnesty et où il m’est arrivé de collaborer avec des militants associatifs agissant auprès des plus démunis, y compris parfois des SDF.

      Une question se pose : à parti de quel seuil devient-on, selon tes critères, un « sans dents » ?


    • foufouille foufouille 14 février 16:30

      @Fergus
      c’est difficile à dire, j’arrive à vivre avec un peu plus que le RSA et je me considère presque riche avec 800€ hors loyer mais je connais tous les plans de « radins ». mes fringue viennent de la poubelle ...
      pour beaucoup, c’est le smic ou un peu plus.
      je précise, sans boulot au black ou autre truc genre vide grenier.


    • Fergus Fergus 14 février 16:44

      @ foufouille

      Précisément, avec « le smic ou un peu plus », pour peu que tu sois proprio de ton habitation, hébergé gratos dans ta famille ou logé dans le parc social de ta commune en province, tu peux t’en sortir et avoir de la marge. L’un de mes voisins est un octogénaire qui ne dispose que d’une modeste retraite d’aide-soignant mais qui habite une petite maison en location. Compte tenu du fait qu’il n’est porté ni sur la bouffe ni sur les fringues, cela lui laisse une « bonne marge »  c’est lui-même qui le dit — qu’il dépense en partie dans les jeux à gratter. Nul doute qu’avec le même revenu en région parisienne, il serait dans la galère. 


    • foufouille foufouille 14 février 17:04

      @Fergus
      en location il faut aussi avoir la chance que le bailleur veuille bien faire les travaux avec un petit loyer. c’est rare.


    • Fergus Fergus 14 février 17:18

      @ foufouille

      C’est vrai, mais les proprios sont souvent plus réglos et moins âpres au gain dans les petites villes et les villages en province.

      A Paris, j’ai connu des cas délirants, y compris pour moi-même qui ai, durant près de deux ans, été locataire d’un type qui travaillait dans la banque. L’appartement était en bon état mais les plaques électriques étaient pourries (au moins un quart d’heure pour faire chauffer une casserole d’eau !) et il ne voulait pas les changer, Je l’ai fait à mes frais. Provisoirement, car après avoir dépose mon préavis de départ, je ne lui ai pas payé de loyer durant les trois derniers mois en compensation du dépôt de garantie, et surtout je lui ai payé un loyer diminué du coût des nouvelles plaques électriques durant le mois qui a précédé. J’ai évidemment dû faire face à des menaces de sa part, mais j’y ai répondu fermement et elles n’ont strictement rien changé à ma décision !


    • foufouille foufouille 14 février 17:28

      @Fergus
      j’ai vécu la plus grande partie de ma vie en campagne et c’est pire.
      le bailleur se prend pour un sang bleu comme tous les culs terreux.
      le pire étant la fosse septique qui ne marche pas ou le toit qui fuit, la rénovation merdique du dieu vivant de la vieille baraque.
      sinon c’est hors de prix presque partout et chez toi aussi.


    • foufouille foufouille 14 février 17:48

      @Fergus
      en campagne, les médecins sont aussi nul et débile que doctorix donc tu peux crever dans la plupart des cas.


    • Aristide Aristide 14 février 22:25

      @Fergus

      ... le « superflu » est ce qui m’intéresse mais dont je n’ai pas foncièrement besoin !!!

      Qui serais-je pour l’estimer à la place de chacun 

      Plus haut dans un de vos messages, vous dites l’inverse 

      Cela dit, la liste est interminable. Elle peut aller des achats d’équipements inadaptés aux besoins (ex. : téléviseur ou smartphone haut de gamme là où des appareils plus modestes rendraient les mêmes services) aux services de confort disproportionnés aux revenus (ex. des soins de beauté sans nécessité ou des prestations hôtelières très chic). 

      CQFD


    • Fergus Fergus 14 février 22:59

      @ Aristide

      Où avez-vous que j’ai dit « l’inverse » ???

      J’ai amorcé, par quelques exemples, le début d’une liste d’achats que chacun de nous peut engager en ayant conscience  ou pas  qu’il s’agit là de dépenses plus ou moins « inutiles » ou « futiles » en regard de nos besoins. Et ne me dites pas que vous-même ne cédez jamais à des envies d’achat de biens ou de prestations dont vous n’avez pas réellement l’usage. 


    • Fergus Fergus 14 février 23:00

      Erratum : Où avez-vous vu que j’ai dit...


    • Aristide Aristide 15 février 11:23

      @Fergus

      Vous répondez à foufouille sur l’inutilité et la futilité, en donnant une liste que vous dites interminable et quelques exemples de ce que VOUS trouvez correspondre à ces critères. J’ai essayé de vous démontrer le contraire, que cette futilité prétendue est souvent le signe d’un interet particulier, d’un gout prononcé ... J’ai aussi argué que cette vision de l’utilité et de la futilité était très personnelle, souvent dépendant de ce que l’on nomme les « loisirs », ce qui est permis, licite ou plus surement « accessoire » et « divertissant. ».

      C’est assez commun devoir ici et là, des critiques de notre société sur le consumérisme sur cette seule base de notre prétendue futilité dans nos choix de consommation. Nous serions donc coupable de vouloir aller au delà de nos besoins vitaux. 

      Il me semble que c’est le propre de l’homme d’assouvir des besoins vitaux dans un premier temps puis plus « élevés » ensuite. Cette culpabilisation incessante de notre société sur tout et rien est un leitmotiv assez lourdingue. 

      Un exemple, la communication est devenu un droit jusque dans la loi, l’accès au portable, à internet, ... L’information l’est devenu aussi. Est-ce que la culture n’en est pas un ? Le loisir aussi ? Vous voyez bien que cette notion de futilité est assez ... contestable.

      Pour finir et répondre à votre question, je ne dirais pas que je n’ai jamais cédé à une tentation sur un bien ou un service dont je pourrais me passer, mais surement pas si je n’en avais envisagé aucun usage. Et je ne suis pas une exception, c’est le lot commun de tous, pas à l’abri d’un déception sur une qualité ou un usage difficile. 


    • troletbuse troletbuse 15 février 12:39

      @Fergus
      En gros vous dites comme Micron
      https://www.youtube.com/watch?v=wSNuWYsEE0w


    • troletbuse troletbuse 15 février 13:14

      @Fergus
      Exemple : J’avais une Lamborghini Aventador à 324 000 euros mais vu la hausse de la CSG et la baisse du pouvoir d’achat, j’ai du me rabattre sur une Ferrari 488 à 250 000 euros et j’ai même pas eu droit à la prime à la casse. Une honte !


    • Fergus Fergus 15 février 15:45

      Bonjour, Aristide

      Vous persistez à faire semblant de ne pas comprendre mon propos, et ce n’est pas très élégant. Que dis-je ? Que, tous autant que nous sommes  mis à part les personnes les plus démunies —, nous nous laissons aller de temps à autre à commettre des achats non seulement sans nécessité, mais même sans véritable attirance pour les produits ou les services en question, quels qu’ils soient, et ils diffèrent évidemment d’un individu à l’autre.

      Je reformule donc : nous sommes tous, à un moment donné, accessible à un achat « inutile » ou « futile », ces deux qualificatifs s’appliquant à chacun sur ses propres critères et pas sur ceux du voisin !!!


  • Decouz 14 février 09:35

    Bonjour,

    Je viens de découvrir Maryse Condé, elle a écrit un long roman sur cette région d’Afrique, « Ségou ».

    "Ce roman relève les quatre événements qui se sont passées et qui ont mis l’Afrique en ébullition : l’influence de l’esclavage, l’influence de l’Islam, l’influence du christianisme et l’influence du colonialisme« 

     »Cette saga familiale est une plongée dans l’histoire de l’Afrique de l’Ouest riche en détails. La destinée du noble Bambara Dousika de Ségou, de ses femmes et descendants entre le 18e siècle et milieu du 19e siècle se mêle à l’histoire de royaumes et de peuples Bambaras, Peuls, Toucouleurs, entre le fleuve Niger et le golfe du Benin.« 

     »Dans l’Afrique de la fin du XVIIIème siècle, Ségou est un royaume craint et respecté de ses voisins. Mais entre l’arrivée des Européens et l’avancée d’un Islam très différent de leurs croyances ancestrales il a sans doute vécu son zénith et un lent déclin va s’amorce"

    https://www.babelio.com/livres/Conde-Segou-tome-1—Les-murailles-de-terre/34683






  • Fergus Fergus 14 février 09:52

    Pour cause de fausse manip’ de ma part, deux liens placés à la fin de l’article n’ont pas été pris en compte. Les voici :

    « Kafo  » par Lansine Kouyaté et Sissokho Yacouba en duo kora et balafon

    Musique : balade africaine


  • Ruut Ruut 14 février 13:32

    Ousman, il les fait quand les devoirs avec ses enfants ?

    Car l’instruction des enfants ne laisse pas vraiment le temps aux distractions.


  • troletbuse troletbuse 18 février 14:46

    une tente canadienne et un réchaud à gaz.

    Et votre tante, elle marche à voile ou à vapeur et votre réchaud, un Bitagaz ?


Réagir