vendredi 17 septembre - par Le Cri des Peuples

Sous-marins nucléaires australiens : le coup de Trafalgar de Biden contre la France, signe d’un basculement géopolitique majeur

La trahison de la France par Washington au sujet des sous-marins nucléaires destinés à l'Australie signale un énorme changement géopolitique dans la stratégie américaine

Par Tom Fowdy

Tom Fowdy est un écrivain et analyste britannique de la politique et des relations internationales, principalement axé sur l'Asie de l'Est.

Source : RT, le 16 septembre 2021

Traduction : lecridespeuples.fr

 

Dans sa confrontation croissante avec la Chine, un Washington impitoyable a démontré que ce qui compte désormais pour lui, ce n'est pas l'Europe [ni même le Moyen-Orient], mais la région indo-pacifique. C'est là que la nouvelle guerre froide va être menée.

Mercredi soir, le Président américain Joe Biden, le Premier ministre australien Scott Morrison et le Premier ministre britannique Boris Johnson ont tenu un sommet trilatéral virtuel au cours duquel ils ont affirmé un nouvel accord, intitulé AUKUS, un engagement novateur à intensifier la coopération militaire entre les trois alliés anglo-saxons, les rapprochant encore plus en mettant en commun les technologies critiques et la recherche.

L'annonce que les États-Unis partageraient désormais leur technologie de sous-marin à propulsion nucléaire avec l'Australie a fait la une des journaux. L'objectif est d'intensifier les tentatives de contenir militairement la Chine, même si les trois pays ne l'ont pas dit directement. Cependant, le pacte sur les sous-marins impliquait que l'Australie rompe brusquement un accord de 2016 de 43 milliards de dollars avec la France pour construire 12 de ces sous-marins, une décision qui a provoqué l'indignation de hauts responsables à Paris, qui ont effectivement accusé les États-Unis de trahison. Il y a à peine deux semaines, les ministres australiens de la Défense et des Affaires étrangères avaient reconfirmé leur engagement envers l'accord avec la France, malgré les défis signalés. En juin, le Président français Emmanuel Macron a déclaré que l'accord représentait la promesse d'une coopération continue pour les années à venir.

Toute cette saga perce une brèche dans la tentative de Biden d'essayer de reconstruire les liens transatlantiques avec l'Europe, le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian ayant déclaré : « Je suis aujourd’hui très en colère. Ça ne se fait pas entre alliés... Cette décision unilatérale, brutale et imprévisible ressemble beaucoup à ce que faisait M. Trump... C’est vraiment un coup dans le dos. Nous avions établi avec l‘Australie une relation de confiance et cette confiance est trahie »

Cette nouvelle est troublante pour Pékin et intensifie la course aux armements en cours dans la région du Pacifique, où les tensions bouillonnent déjà. Partiellement motivé par la promesse électorale de Scott Morrison et sa soif de doubler les différends avec la Chine pour son propre intérêt politique, cela pousse aussi sans doute les relations de l'Australie avec la Chine au bord du non-retour, ce qui peut avoir d'immenses conséquences.

Mais quelle est la signification plus large de tout cela ? C'est à la fois une victoire et une défaite pour Pékin dans la mesure où l'administration Biden a maintenant officiellement abattu ses cartes sur les alliés qui comptent vraiment, et ceux qui ne comptent pas, dans la « guerre froide » émergente avec la Chine. C'est une situation de « jeu, set et match » pour les nations de l'Indo-Pacifique, l'Europe étant laissée sur la touche.

La diplomatie étrangère de Washington montre clairement que le principal instrument pour affronter Pékin sera l'Australie, le Japon et l'Inde dans le cadre du soi-disant « Quad » (qui doit se réunir bientôt), et le Royaume-Uni, avec son Mantra Indo-Pacifique autoproclamé, bien qu'il soit plus pragmatique dans son opposition à la Chine que les autres.

Voir Guerre économique contre la Chine : après avoir haussé le ton, Londres fait machine arrière

Alors qu'il y a eu une obsession de longue date à Washington d'amener l'Europe à « prendre parti », ainsi que des comparaisons répétées avec l'ancienne guerre froide, les considérations géographiques signifient qu'il ne s'agit pas d'un problème européen, mais Indo-Pacifique. En conséquence, les pays de l'UE ne devraient pas du tout être surpris que les États-Unis les aient si outrageusement floués dans la poursuite de leurs objectifs géopolitiques et de leurs profits pour leur propre complexe militaro-industriel. Il sera intéressant de voir comment la France et les autres Européens réagiront – vont-ils arrêter de se prosterner devant les États-Unis sur la Chine [et toutes les autres questions internationales] ?

Voir Vers un conflit sino-américain en mer de Chine ?

Lorsque Biden est entré en fonction, il a proclamé que « l'Amérique est de retour ! » et s'est engagé à renouer les liens avec l'Europe. Un récit trompeur s'était cristallisé selon lequel tout ce qui avait mal tourné dans les relations UE-USA au cours des quatre années précédentes avait été la fabrication personnelle du Président précédent erratique, dangereux et insupportable. Donald Trump a en effet mené un niveau extraordinaire de provocations contre l'UE, notamment des attaques contre le commerce, une escalade de la dispute Boeing-Airbus, une opposition aux politiques de marché européennes et des attaques contre leurs contributions à l'OTAN, exigeant qu'elles financent elles-mêmes leur sécurité. L'erreur commise par les commentateurs et les politiciens européens a été de supposer que cette attitude « America First » n'était qu'une phase, et donc que le départ de Trump et l'arrivée de Biden verraient automatiquement les choses revenir à la « normale ».

Biden lui-même a initialement orchestré ce message et a fait tout son possible pour que l'Europe se conforme à sa vision contre la Chine, en accroissant le transatlantisme. Effectivement, il a obtenu quelques premiers résultats. Quelques semaines seulement avant son entrée en fonction, l'UE et la Chine avaient conclu un accord de principe sur un « accord d'investissement global » (AIC), un accord lucratif qui donnerait aux entreprises européennes un meilleur accès aux marchés chinois que ce que les États-Unis avaient actuellement.

Les États-Unis s'y sont opposés de manière cinglante au nom de la « solidarité transatlantique », le Conseiller de Biden à la Sécurité Nationale Jake Sullivan publiant un tweet tristement célèbre demandant des consultations précoces avec l'Europe sur « nos préoccupations communes concernant les pratiques économiques de la Chine ». Les États-Unis ont persuadé l'UE de coordonner les sanctions contre les responsables chinois du Xinjiang, ce qui a provoqué une réponse de Pékin, et à son tour conduit les parlementaires européens à geler l'accord AIC en signe de protestation.

Que s'est-il passé ? Simplement que les États-Unis ont saboté les intérêts de l'Europe à la poursuite des leurs. L'UE a peut-être supposé que les retombées rétabliraient les liens rompus avec les États-Unis, mais rien de tel ne s'est produit. Pourquoi ? Parce que le problème n'était pas simplement Trump, c'est les Etats-Unis en général. Ils voient l'Europe comme un outil utile pour faire ses quatre volontés, mais par ailleurs ne respectent pas ses intérêts, et encore moins maintenant que tout repose désormais sur l'Indo-Pacifique.

L'erreur stratégique que l'Europe a commise ici était qu'elle croyait que les États-Unis travailleraient activement avec eux sur la Chine (malgré les désaccords) et n'ont pas été capables de se rendre à l'évidence selon laquelle, après avoir cherché à réduire les tensions avec la Russie, les États-Unis ne voyaient plus le vieux continent comme une priorité et ont pivoté brusquement vers leur manuel Indo-Pacifique.

La minimisation de l'OTAN par Trump n'était pas simplement due à sa propre nature erratique, mais à une expression selon laquelle les intérêts stratégiques des États-Unis étaient en train de changer et qu'ils ne se concentreraient plus sur l'Europe, de sorte que la France, l'Allemagne et les autres « devraient payer eux-mêmes leurs frais de voyage ».

Cependant, l'obsession de la personnalité sulfureuse de Trump masquait ce changement, tout comme la première offensive de charme de Biden. Maintenant, le développement des sous-marins est le réveil brutal démontrant que tout a changé et que les États-Unis considèrent désormais le « Quad » comme leurs partenaires les plus importants, ainsi que leur « relation spéciale » avec la Grande-Bretagne.

L'Europe n'est plus stratégiquement pertinente pour les États-Unis comme elle l'était pendant des décennies, non seulement en ce qui concerne la Russie mais aussi le Moyen-Orient. C'est une nouvelle ère, et la nouvelle guerre froide n'est pas comme la précédente car le centre de gravité n'est pas en Europe, il est en Asie.

Pourtant, il existe un précédent plus profond à l'œuvre ici. Les États-Unis ont toujours activement miné les industries critiques des pays européens lorsqu'ils ont jugé bon de le faire. À titre d'exemples notables, les États-Unis ont coopté les agences de renseignement européennes pour espionner les programmes de défense de leurs propres pays afin de s'assurer que les États-Unis ne manquent rien, comme ce qu'ils ont fait au Danemark et au programme Eurofighter, ou les amener à espionner le chancelier d'Allemagne aussi, ou se livrer à l'espionnage industriel contre Berlin. La liste est encore longue.

L'Europe semble avoir un sentiment d'illusion sur ce que sont les Etats-Unis et n'a pas réussi à calculer quelles étaient les intentions réelles de Biden, principalement en raison d'une distraction causée par le dernier président, ce qui a rendu les capitales européennes confiantes quant au changement d'attitude des États-Unis envers l'Europe. Mais celles-ci ont également été incapables, à plusieurs reprises, de reconnaître que Washington a une longue histoire de comportement de mauvaise foi envers le vieux continent. L'Amérique n'est pas le « sauveur » de l'Europe, et bien que l'UE elle-même ait également été évoquée pour se joindre au mantra « Indo-Pacifique », tout était couru d'avance pour elle car les États-Unis ne les considèrent pas comme importants et les ont relégués, au mieux, sur le banc des remplaçants.

Voir Chine / Australie : les Etats-Unis n’ont pas d’alliés, seulement des otages

Si la France est sérieuse au sujet de « l'autonomie stratégique » européenne, elle devrait l'invoquer maintenant et cesser de se prosterner devant l'agenda américain sur la Chine alors qu'il est clairement évident que faire ce que veut Washington ne profite qu'aux Etats-Unis au détriment de l'Europe. Si l'UE ne se ressaisit pas et ne ressuscite pas l'accord AIC avec la Chine à la lumière de cela, et ne renforce pas ses propres capacités de sécurité, alors ce sont vraiment des poires.

Pour soutenir ce travail censuré en permanence (y compris par Mediapart) et ne manquer aucune publication, faites un don, partagez cet article et abonnez-vous à la Newsletter. Vous pouvez aussi nous suivre sur TwitterFacebookYoutube et VKontakte.



97 réactions


  • Docteur Faustroll Séraphin 17 septembre 08:02

    Il est encore plus urgent de sortir (vraiment !) de l’OTAN que de l’UE. Sinon, Le Drian va devoir remonter ses luettes sur son nez !


    • Aimable 17 septembre 08:33

      @Séraphin
      Sortir de l’ OTAN , de Gaulle nous en avait sortis, il nous a suffit d’ un 6 pouces de jambe et le trou du cul tout de suite comme président pour y rentrer , pour évité de tels déboires , on choisi d’abord des «  amis » fiables et non des planches pourries comme la perfide Albion et sa descendance qui elle en est la digne héritière .


    • doctorix, complotiste doctorix, complotiste 17 septembre 08:47

      @Séraphin
      Pendant ce temps, la haute trahison allait bon train aux USA
      Selon des extraits publiés par le Washington Post et CNN, le général Milley a aussi fait promettre à ses adjoints de ne pas obéir immédiatement à un éventuel ordre extrême de Donald Trump, notamment sur l’usage de l’arme nucléaire, après la défaite électorale du président républicain le 3 novembre face à Joe Biden.
      C’est très intéressant, cet article : il confirme que Trump accumule les preuves contre les traîtres, aussi bien chez les démocrates que chez les républicains, mais aussi au sein de l’appareil judiciaire et de l’armée.
      Quand tout ça va sortir, un grand ménage va se faire.
      L’immense majorité de l’armée reste fidèle à Trump, et semble continuer à diriger le pays avec lui.
      https://www.wikistrike.com/2021/09/craignant-que-trump-attaque-la-chine-le-plus-haut-grade-americain-a-pris-des-mesures-en-secret.html?utm_campaign=_ob_pushmail&utm_medium=_ob_notification&utm_source=_ob_email


    • doctorix, complotiste doctorix, complotiste 17 septembre 08:53

      La déclaration du traître Milley est particulièrement mal venue, s’agissant du seul Président n’ayant provoqué aucune guerre durant son mandat depuis 75 ans.
      C’est d’ailleurs bien ce qu’on lui reproche...


    • zygzornifle zygzornifle 17 septembre 08:55

      @doctorix, complotiste

       il confirme que Trump accumule les preuves contre les traîtres

      Des ramifications a l’Elysée ?


    • Docteur Faustroll Séraphin 17 septembre 09:00

      @Aimable

      De Gaulle avait retiré la France du commandement intégré de l’OTAN, tout en réaffirmant l’alliance avec les États-Unis : 

      « la France considère, qu’encore aujourd’hui, il est utile à sa sécurité et à celle de l’Occident qu’elle soit alliée à un certain nombre d’États, notamment à l’Amérique, pour leur défense et pour la sienne dans le cas d’une agression commise contre l’un d’eux. »

       

      C’était habile vis-à-vis des communistes français qui représentaient une force politique d’opposition qui s’est trouvée « neutralisée » alors que rien n’était changé dans l’allégeance au « libérateur ».

      C’est pour ça que j’ai précisé « vraiment » entre parenthèses.


    • JulietFox 17 septembre 09:30

      @Séraphin
      Parait que l’Biden y chantait, comme pour les Rafaux suisses ’ Dans l’c... Macron, dans l’c...Macron, dans l’c.... !

      Sleepy Joe, suit simplement les directives du lobby militaro industriel yankee.


    • samy Levrai samy Levrai 17 septembre 09:58

      @Aimable
      Nous ne sommes jamais sorti de l’OTAN mais seulement du commandement intégré.


    • cettegrenouille-là cettegrenouille-là 17 septembre 12:12

      @Séraphin

      Bonjour Séraphin

      Vous affirmez qu’il est encore plus urgent de sortir (vraiment) de l’OTAN que de l’UE.

      L’inconvénient, c’est que si on est dans l’UE, on est aussi pris dans les griffes de l’Otan, qu’on le veuille ou pas.

      https://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/aeronautique-defense/la-france-et-l-allemagne-se-disputent-le-leadership-de-la-defense-de-l-europe-2-3-796192.html


    • cettegrenouille-là cettegrenouille-là 17 septembre 13:06

      @cettegrenouille-là

      Politique de défense de l’UE sous la houlette de l’Otan.

      Autre lien plus pertinent :

      https://www.nato.int/cps/fr/natohq/news_156759.htm?selectedLocale=fr


    • Docteur Faustroll Séraphin 17 septembre 14:04

      @cettegrenouille-là

      alors il faut sortir des deux, mais en plus ça ne serait pas suffisant, même si c’est nécessaire
      encore faudrait-il avoir un objectif global pour construire une stratégie plutôt que d’imaginer des tactiques échappatoires sans but autre que l’indépendance et la souveraineté qui sont de belles valeurs, mais qui ne nourrissent pas son homme


    • cettegrenouille-là cettegrenouille-là 17 septembre 16:24

      @Séraphin

      « Encore faudrait-il avoir un objectif global pour construire une stratégie plutôt que d’imaginer des tactiques échappatoires sans buts autres que l’indépendance et la souveraineté qui sont de belles valeurs, mais qui ne nourrissent pas son homme. »

      Ces belles valeurs qui ne ne suffisent pas pour sortir le pays du chaos et de l’asservissement organisés délibérément par l’oligarchie qui est aux manettes de l’UE, mettent néanmoins en capacité de développer une stratégie réaliste au service de l’objectif global que vous évoquez.

      Ceux qui souhaitent le rétablissement de notre indépendance et de notre souveraineté sont loin d’avoir tous le même projet pour la France. Mais quel qu’il soit, ce projet pour la France et les Français ne peut aboutir sans passer d’abord par la case SORTIE DE LA DICTATURE DE L’UE, DE L’EURO ET DE L’OTAN.

      Nos aînés du CNR ont su trouver une solution acceptable à cette équation, dans des conditions plus dramatiques encore que celles d’aujourd’hui.

      Ils se sont notamment mis d’accord sur les mesures conservatoires à prendre pour organiser et fédérer la résistance, et prévoir, dès l’accès au pouvoir, les dispositions à prendre pour mettre hors d’état de nuire les forces anti-nationales et anti-populaires de l’oligarchie, pour se donner les moyens politiques, économiques, institutionnels, diplomatiques, militaires indispensables pour organiser le redressement nécessaire, planifier les étapes à franchir et la prise en compte des défis à relever, rétablir les libertés collectives et individuelles, empêcher les sabotages, ce qui leur a permis de rassembler autour d’eux les forces nécessaires à la résistance et à la libération.

      C’est dans cette bataille pour la préservation et la défense des intérêts vitaux du peuple et de la nation que le peuple a appris à reconnaître les siens, à se forger les bons outils, à se fondre dans une stratégie commune, à adopter les moyens de lutte appropriés, à se choisir des chefs capables de conduire efficacement les batailles nécessaires, des chefs capables de les rassembler par delà la diversité de leurs origines, de leurs conditions sociales, de leurs croyances, aussi bien ceux qui croyaient au ciel et ceux qui n’y croyaient pas, que ceux qui croyaient à l’impérieuse nécessité de la transformation socialiste de la société et ceux qui n’y croyaient pas...

      Alors, pourquoi pas nous ?


    • Docteur Faustroll Séraphin 17 septembre 17:41

      @cettegrenouille-là

      « Nos aînés du CNR ont su trouver une solution acceptable à cette équation, dans des conditions plus dramatiques encore que celles d’aujourd’hui. »

      oui
      et ils ont pu imposer cette « solution acceptable » parce qu’ils avaient combattu coude à coude ensemble, et qu’ils étaien encore armés, deux détails qui ne sont plus d’actualité
      Marcel Dassault avait fraternisé avec un co-détenu communiste en Allemagne, et il ne l’a jamais oublié


    • yakafokon 17 septembre 19:06

      @cettegrenouille-là
      Il faut voir ça avec François Asselineau, qui connait sur le bout des doigts la Constitution Européenne, et les articles qui permettent de se dépêtrer de ce piège à cons !
      Il y a plusieurs vidéos sur son site www.upr.fr qui traitent de ce petit problème.
      C’est d’ailleurs parce qu’il connait la marche à suivre, qu’il est victime d’une véritable chasse aux sorcières, digne du Tribunal de l’Inquisition de Torquemada !


    • serge.wasterlain 17 septembre 20:08

      @Aimable
      de Gaulle ne nous avait pas sorti de l’OTAN, mais seulement de son commandement intégré !


    • Berthe 18 septembre 00:35

      @doctorix, complotiste
      non, bien sur, il a seulement utilisé l’Europe, comme Obama d’ailleurs qui vont s’approprier la reconstruction des pays que nous avons aidé à détruire depuis sakozette. C’set sarkozy qu’il faut blâmer, pas Macron du reste, qui hérite des tares de ces deux prédécesseurs dont le pire, le va t en guerre Hollande.. bouffon qui s’est viandé face à Obama et Poutine en Syrie. 


  • troletbuse troletbuse 17 septembre 08:10

    Une baffe magistrale pour Tarlouzette et Le Drian considéré comme des guignols mais ne sont-ils pas des guignols ? Bien sur que si.


    • Docteur Faustroll Séraphin 17 septembre 08:18

      @troletbuse

      ils n’auraient même pas été capables de négocier un contrat d’allotement à El Arenal avec l’assistance du chef de produit de la TUI !


    • Jeekes Jeekes 17 septembre 16:22

      @troletbuse
       
      Paraitrait que :
       
      ’’Ça ne se fait pas entre alliés...’’ 
       
      Mais d’ou qu’il a vu qu’on était alliés avec les amères-loques, ce débris de le (pas) brian ? On lui a jamais expliqué qu’on était juste des larbins ?
       
      Et un larbin, ça ferme sa gueule.
      Et ça se met à quatre pattes, froc baisé, quand le bon mait’ l’exige.
       
      Pauvre vieille petite chose qui croit que son opinion (pourvu qu’il en ait réellement une) puisse compter. Ah, l’imbécile, le crétin sénile !
       


  • Hervé Hum Hervé Hum 17 septembre 08:30

    le cri du peuple, heu, de quel peuple ? De l’élite sûrement !

    en réalité, il ne s’agit pas de fourbir les armes contre tel ou tel pays, mais contre ses propres citoyens. Technique largement éprouvé et qui consiste à désigner l’ennemi extérieur pour assurer la soumission du peuple à ses propres exploiteurs intérieurs.

    Mais bon, si une majorité de citoyens est toujours prête à aller à l’abattoir en chantant !


  • voxa 17 septembre 08:33

    Pourquoi serions nous étonné ?

    Américains, Australien, Anglais...

    La même culture du mensonge et de la félonie.

    Faut-il être stupide ou totalement nul en histoire, pour croire, un instant, qu’un accord, une parole, un contrat, une promesse, un traité puisse être respecté par ces gens là...

    Monsieur Le Drian, vulgaire marchand d’armes, révisez donc votre Histoire.


  • zygzornifle zygzornifle 17 septembre 08:49

    Beau geste de la part des Australiens de se préoccuper du sort de la planète, les écolos vont être ravis, ils abandonnent le projet de 12 sous marins diesel qui relâchent des particules polluantes au profit de sous marins atomique bien plus propre, un vrai plaisir de se faire atomiser en cas de guerre

    par des sous marins propre .....


  • Xenozoid Xenozoid 17 septembre 08:54

    c’etait pas la france qui avait fait le coup aux russes ? mais c’était des russes...ah la la la la la la....


    • Gégène Gégène 17 septembre 09:01

      @Xenozoid

      le coup du Mistral perdant ?
      c’était bien la peine d’être aussi servile, mais ça ne servira malheureusement
      pas de leçon . . .


    • reptile cyrus 17 septembre 09:13

      @Xenozoid

      Ha non , dans les deux cas , on as livrer les plan et le savoir faire , et on s’ est fait entuber pour les paiement , et toujours par les anglo-saxon ...

      ils sont la les vrai point comuns ...

      Ils ne reste plus qu’ as liver nos bombe atomique aux allemand , pour qu’ on puisse perdre la prochaine guerre et devenir une petit province schleu .

      l’ antifrance des xenozoid vas etre ravis ...


    • SilentArrow 17 septembre 09:18

      @Xenozoid

      Ouais, l’affaire des Mistral qui étaient déjà payés quand le contrat a été résilié sous la pression des USA.


    • Xenozoid Xenozoid 17 septembre 11:05

      @SilentArrow

      popov,tu remarquera que c’est jamais la faute des francais, c’est quand même fantastique,la france ne se remet jamais en question,et ça, c’est le probleme


    • SilentArrow 17 septembre 15:08

      @Xenozoid

      I know what you mean.


    • Xenozoid Xenozoid 17 septembre 16:38

      @SilentArrow

      i know you know,and we all scream for ice cream


  • zygzornifle zygzornifle 17 septembre 08:59

    Hollande était aussi minable car il a refusé la livraison des Mistral a Poutine ....


    • chantecler chantecler 17 septembre 09:03

      @zygzornifle
      Oui, sur ordre des USA .
      Ce que Poutine n’a pas manqué de nous rappeler .
      C’est un pince sans rire .
      Nous verrons ce que nous ferons du gaz russe .
      Mais à mon avis il ne devrait pas nous en faire cadeau .
      C’est qu’il sont rancuniers , ces Bolcheviks !


    • zygzornifle zygzornifle 17 septembre 09:22

      @chantecler

       En plus avec les augmentations successives du gaz ce n’est pas Md Michu qui se chauffera avec .... 


    • mmbbb 17 septembre 13:03

      @chantecler Hollande un grand président . Une amende record infligée à la BNP par les Américains , Hollande n a presque rien fait 
      Refus de livrer les Mistrals , le marche du TGV russe a ete acquis par les Chinois 
      Le marche des produits alimentaires francais ferme par la russie 
      En revanche a chaque guerre , nous sommes les supplétifs des amerloques 
      et les 90 soldats francais morts en Afghanistan , passes par perte et profit
      les amercains nous mettent des bâtons dans les roues et notamment lorsqu il sagit de la vente du Rafale
      Le Drian devrait s acheter une pommade anti hémoroide , les Amercains lui ont mis bien profond 
      Biden jugé trop rapidement de sénile se démmerde pas mal 
      Lui même qui intima l ordre aux pays européens de se rallier aux USA pour faire front à la Chine .
      A son élection , un grand soulagement enfin un homme ouvert . 
      Ce pays , ses dirigeants sont devenus de piètres représentants 


    • Plus robert que Redford 17 septembre 14:15

      @mmbbb
      Bonne récapitulation de nos fiascos des 20-30 dernières années 
      je suis bien de votre avis mais au delà du tube dévolu à M. Chouchen, c’est plusieurs tonnes de vaseline qu’il faudra prévoir pour les quelques 64 millions de nos compatriotes…


  • ZenZoe ZenZoe 17 septembre 09:06

    Entre les moulinets outragés et les cris d’orfraie, on ne connaîtra jamais tous les dessous de cette rupture de contrat. On se doute bien quand même que les Américains ont du peser de tout leur poids pour priver les Français de ce marché, et que les Français comme d’hab n’ont pas assez été vigilants ni même sérieux (le devis aurait été très sous-estimé et le coût des sous-marins menaçait de doubler, ce qui aurait alarmé les Australiens), bref...

    Ce qui compte maintenant, c’est de faire appliquer les lourdes pénalités de rupture qui j’espère ont été prévues.

    J’espère par ailleurs que toutes les précautions ont été prises au préalable pour éviter la fuite massive de nos technologies militaires de pointe qui sont, pour être honnêtes, parmi les meilleures au monde.

    Une enquête parlementaire s’impose afin de faire la lumière sur les responsabilités et les insuffisances côté français dans le déroulé des évènements, il y en a certainement.


    • Docteur Faustroll Séraphin 17 septembre 09:15

      @ZenZoe

      Quand on négocie un contrat, il faut lire les clauses, et si toutes les garanties sont d’un seul côté alors que l’autre partie ne s’engage pas, ça s’appelle un contrat léonin.
      Si une des deux parties ne respecte pas les clauses, alors il faut engager les actions de pénalités prévues.
      Ah mais oui, que je suis con, ça c’est le droit français qui n’a pas de caractère d’extraterritorialité comme le droit américain qui prévaut, comme prévaut les conceptions d’Obélix dans le partage d’un gâteau en deux « moitiés » : un pâté d’alouettes, c’est moitié porc, moitié alouette, un cochon, une alouette.


    • ZenZoe ZenZoe 17 septembre 09:30

      Après avoir lu les media locaux, il me parait clair que le trio UK-USA-Australie a de fait négocié la rupture dans le dos des Français.
      L’excuse invoquée ? L’appel d’offres initial demandait des sous-marins à propulsion Diesel. L’Australie a changé d’avis bien après la signature et voulu des sous-marins nucléaires, ce que la France pouvait parfaitement offrir d’ailleurs. L’excuse est bidon, il s’agit bien d’un coup de poignard dans le dos.
      Encore une fois, j’espère que la France va arrêter de geindre et passer à la vitesse supérieure, soit l’application des pénalités prévues (dont nous ne savons rien), soit des mesures de rétorsion politiques et commerciales, soit les deux. Le respect n’est pas dû, il se mérite. La France n’est pas un colosse, mais elle n’est pas un nain non plus.


    • tonimarus45 17 septembre 10:48

      @Séraphin non ce pate a 50% c’est un cheval ,une alouette


    • Docteur Faustroll Séraphin 17 septembre 13:22

      @tonimarus45

      ça, c’est la recette kasher-hallal


    • Plus robert que Redford 17 septembre 14:24

      @ZenZoe
      Tu rêves mon lapin !
      Apres les exploits de la DGSE à Auckland, l’ex filtration des époux Turenge nous a permis de bouffer du mouton Kiwi pendant des années 
      Je te parie ma paye contre un bouton de culotte que personne ici n’aura assez de cou*les pour faire cracher les Rosbifs de kangourou du moindre kopeck !


    • yakafokon 17 septembre 19:13

      @Séraphin
      Reste à voir si l’Australie paiera à la France les 250.000.000 d’euros prévus dans le contrat signé, en cas de rupture !


    • reptile cyrus 17 septembre 19:21

      @yakafokon

      tien ca as deja baissé , on parlais de 400 millions hier smiley
      ca paye meme pas les transfert technologique , sonar , ecoute sous marine , identification que on leur as conceder par le biais de thales ....

      c’ est 30 ans de recherche qu’ on leur as filer gratuitement .


    • reptile cyrus 17 septembre 19:26

      @Plus robert que Redford

      on est bien con , car « la grande jave » etait dessiné sur les portulans de dieppe bien avant que cook mouille ses couche .

      he oui l’ australie , comme la grande louisiane ou la france afrique , ou encore une partie de l’ asie (indochine) aurais du rester francais ...

      https://fr.wikipedia.org/wiki/La_Grande_Jave


    • Effondré remonté Effondré remonté 18 septembre 10:33

      @cyrus
      ...plutôt la Nouvelle-Zélande que l’Australie : les Rosbifs se sont empressés de faire plein de promesses aux tribus maories (avant d’en massacrer ensuite une part appréciable) pour leur faire signer très vite le traité de Watangi d’incorporation à la Couronne, parce que les Français étaient très avancés sur le coup, notamment via les missionnaires... (idem à Hawaii)


    • troletbuse troletbuse 18 septembre 10:55

      @Plus robert que Redford
      J’espère que Tarlouzette va faire un discours en serrant ses petits poings et que les que les 3 puissances vont trembler smiley


  • Trelawney Trelawney 17 septembre 09:17

    Biden réoriente sa politique étrangère en officialisant son grand ennemi : la Chine.

    Les australiens remplacent le contrat de 12 sous marins conventionnels (diesel électrique) par 12 sous marins nucléaires américains. Ce n’est pas la même chose, et la France n’est pas capable de produire 12 SNA dans ces conditions

    Les anglais avec Cheltenham et les australiens avec Alice Springs ont des bases de renseignements directement rattachées à la NSA. Ils ont donc les moyens de faire la police dans cette région du pacifique.

    Les français voient le contrat perdu (il y aura dédommagement), mais ne voient pas la nécessité de maintenir à bout de fusil un ennemi aussi dangereux que la Chine


    • SilentArrow 17 septembre 09:28

      @Trelawney

      La France peut toujours essayer de revendre ces sous-marins à la Russie ou à la Chine.


    • Gégène Gégène 17 septembre 09:37

      @Trelawney

      « la nécessité de maintenir à bout de fusil un ennemi aussi dangereux que la Chine »
      la Chine, combien de guerres d’agression ?


    • ZenZoe ZenZoe 17 septembre 09:37

      @Trelawney
      Toutes les conditions que vous évoquez existaient déjà avant la signature, et l’Australie soit a sérieusement merdé dans sa vision stratégique soit se fout de nous (je dirais le second).
      La France pouvait fournir les sous-marins nucléaires, les Australiens l’ont reconnu, ’’mais l’offre de la France n’était pas supérieure à celle des Américains’’, qu’ils ont déclaré comme des faux-culs.


    • roman_garev 17 septembre 09:59

      @SilentArrow
      La Russie n’a aucun besoin d’acheter des sous-marins chez quiconque, en les produisant elle-même en abondance, diesel-électriques comme nucléaires. 


    • Trelawney Trelawney 17 septembre 10:53

      @roman_garev
      Tout comme la Chine


    • SilentArrow 17 septembre 11:02

      @roman_garev

      La Russie n’a aucun besoin d’acheter des sous-marins chez quiconque, en les produisant elle-même en abondance, diesel-électriques comme nucléaires. 

      Je n’en doute pas. Mais imaginez le bordel si un tel contrat était conclu.

    • Trelawney Trelawney 17 septembre 11:19

      @Gégène
      la Chine, combien de guerres d’agression ?
      Taïwan, Corée, Népal, Russie, Vietnam ; la Chine est en conflit larvé avec tous ces voisins.
      Les conflits de frontières y sont monnaie courante.
      Allez faire un tour là bas et vous comprendrez très vite qu’il n’est pas dans leurs intentions de faire ami ami avec le reste du monde.
      Les relations diplomatiques avec ce pays, c’est comment les maintenir à distance, la Russie en sait quelque chose. Demandez à Romain Garev si la Chine ne lorgne pas sur les réserve de matières premières sibériennes.


    • titi 17 septembre 16:42

      @Gégène

      Et j’ajoute à la suite de Trelawney que la Chine veut prendre sa revanche sur les traités inégaux et reprendre sa place qui était la sienne avant l’arrivée des occidentaux.
      Or avant l’arrivée des occidentaux, tous les pays de la région payaient tribu à l’empereur : y compris les iles de l’Indonésie actuelle qui sont très proches de l’Australie.


    • yakafokon 17 septembre 19:24

      @Trelawney
      De toute son Histoire, la Chine n’a jamais fomenté la moindre guerre, car c’est un pays pacifiste.
      Mais le chinois est comme le russe : quand on le cherche, on le trouve !
      Les débris de l’armée de Tchang Kaï Chek réfugiés dans l’île de chinoise de Taïwan, qui ont pu échapper à l’armée de Mao, en savent quelque chose !
      Je ne crois pas qu’il y ait beaucoup de bâtiments de guerre chinois croisant au large de Miami ou en Mer Noire !


    • Effondré remonté Effondré remonté 18 septembre 10:38

      @Trelawney
      ...euh, Taiwan, c’est quand même la Chine, tout le monde est d’accord là-dessus, la Corée, laquelle ? et je ne connais pas de conflit même latent, la Russie, impossible pour quelques décennies avec les énormes contrats réciproques signés et la bonne entente systématique (un peu forcée certes) des deux géants...
      ...« voisins », c’est le mot-clé, la Chine est sans doute impérialiste dans l’Histoire mais en tâche d’huile, comme la Russie, par grignotage de contiguïté, rien à voir avec le fait d’avoir porté le fer et le feu sur toute la planète comme l’ont fait les Européens et particulièrement les Anglais...


    • placide21 20 septembre 06:29

      @Trelawney
      Les USA pensent pouvoir dominer la Chine comme l’UE mais ils n’ont aucune chance contre l’alliance de la Russie (supériorité militaire) et de la Chine (supériorité économique ) Je pense que dans l’avenir leurs lignes de défense seront leurs côtes, car les européens finiront par se libérer de « l’ami-requin ».


  • samy Levrai samy Levrai 17 septembre 10:20

    https://www.moonofalabama.org/2021/09/to-protect-itself-from-us-hostility-australia-decides-to-buy-us-submarines.html#more

    Désolé c’est en américain , surement traduit sur le saker francophone dans quelques jours.

    En gros les australiens achètent américain pour se protéger des... américains.


    • Trelawney Trelawney 17 septembre 11:27

      @samy Levrai
      Les Australiens achètent des classe Virginia qui sont modulables avec le système de sonar de l’Astute britannique (le meilleur au monde). Ils sont donc 100 fois plus performants que n’importe quel classe (suffren lassen et même virginia). S’ils les achètent c’est parce que c’est la première fois que la politique australienne n’est plus tournée vers la défensive.


    • Effondré remonté Effondré remonté 18 septembre 10:44

      @Trelawney
      On ignore vos outrances (« 100 fois plus performants »  smiley
      Et on relève que, oui, l’Australie se tourne vers l’offensive : un pays dépeuplé, qui continue de se croire en Occident, alors que 80% de ses exportations sont en Asie et surtout constituées de minérais divers, surtout vers la Chine, le Japon, l’Indonésie, pays que le gouvernement Morrison a pris soin de braquer comme il vient de le faire avec la France, le dernier pays d’Europe à avoir des intérêts en Indo-Pacifique...
      Aucune idée des délais de livraison et du coût des joujoux US (foireux comme tout ce que les Ricains construisent depuis 20 ans maintenant)...
      En attendant qu’ils soient correctement livrés, l’Australie s’est peinte une grosse grosse cible rouge sur le dos... « the Chinese are not amused »...


  • Attila Attila 17 septembre 10:24

    Du coup, nous ne sommes plus tenus de faire la guerre à la Chine . . .

    Toujours aussi kron, çui-là :

    le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian ayant déclaré : « Je suis aujourd’hui très en colère. Ça ne se fait pas entre alliés... »

    .


  • ni_sourd_ni_aveugle 17 septembre 10:32

    Bonjour a tous ,

    Les USA ne peuvent garder la main mise sur le monde qu’en ayant des enemis

    déclarés , regardez leur histoire depuis la création , et vous comprendrez que la chine est le dernier en date .

    Cordialement


  • rogal 17 septembre 11:09

    Naval Group : bien la peine d’adopter un nom anglais.


  • Rita 17 septembre 12:59

    "L’objectif est d’intensifier les tentatives de contenir militairement la Chine,"

    S’il y a une puissance à contenir, c’est l’Empire US


    La Chine n’a qu’une seule base militaire à l’étranger, partagée avec d’autres de surcroit.

    Les US ont ont 800

    Les US dépensent autant pour leurs armées que tous les autres pays de la Terre réunis

    QUI est la réelle menace ? 


    • Hervé Hum Hervé Hum 17 septembre 13:13

      @Rita

      voyons,paraît que pour faire la paix, il faut préparer la guerre.

      Bref, les dirigeants US n’arrêtent pas de faire la paix partout en préparant la guerre en permanence et on leur en voudraient de toujours vouloir faire la paix en s’armant toujours plus ?

      Bon, il y a peut être une erreur quelque part, mais je sais pas où !!!


    • Docteur Faustroll Séraphin 17 septembre 14:11

      @Hervé Hum

      moi j’ai l’impression qu’ils font la geuerre en disant que c’est paour préparer la paix


    • Berthe 18 septembre 00:50

      @Rita
      qu’en savez vous ? Vous croyez vraiment que la Chine s’est tournée les pouces pendant qu’on menait nos petites guéguerres interventionnistes ? 
      Pendant des mois on nous a bassiné avec la 5G et aujourd’hui au fait ? Si cette 5G avait été propulsée par les usa, tous les journaleux auraient fermé leur gueule et au delà, aurait vanté la « super petite révolution », comme ils ont vanté « le contrat du siècle pour ces sous-marins australiens.... .
      c’est le blocus médiatique lorsqu’il s’agit d’info à l’étranger et particulièrement sur la Chine. On le voit avec l’Afghanistan, le Pakistan et le Qatar qui préparaient leurs contrats à l’insu de »notre« plein gré alors que les dés étaient pipés. C’est par ailleurs ce qui a motivé Biden, jeter l’Europe, il nous dit »démerdez vous à présent pour votre sécurité", les usa et ses petites affaires d’abord.


    • troletbuse troletbuse 18 septembre 11:02

      @Hervé Hum
      Aujourd’hui ils sont devenus plus malins : ils font faire la guerre par les autres et les autres, cons comme la lune, obéissent.


  • troletbuse troletbuse 17 septembre 13:14

    Bavo aux australiens qui ont choisi des sous-marins avec une propulsion à énergie propre plutôt que des sous-marins diesel, puant et pollueurs, suivant les conseils éclairés de Pépé le putois et de son ministre Jean-Yves le Brillant smiley


  • velosolex velosolex 17 septembre 14:51

    Coup stratégique des states, dont on peut se questionner sur les conséquences, comme on l’avait fait quand ils avaient accepté de livrer l’arme atomique au Pakistan. Par contre pour l’angleterre, c’est assez surprenant de saborder ainsi ce qui restait de confiance avec l’UE...Quoi qu’il en soit, la grande bretagne n’est pas un porte avion qui peut prendre le large. Elle reste à l’ancre à moins de trente bornes de Calais. Si la France se comportait comme la Turquie, ou le Maroc, elle laisserait les migrants embarquer pour l’Angleterre. Très bon article de libération à ce sujet dont je met une partie en copié collé

    Ce qui est vrai, c’est que pour le Royaume-Uni post-Brexit, bien isolé sur la scène internationale depuis un an, cette annonce représente un premier vrai succès diplomatique. Une première amorce vers cet Etat tant vanté par Boris Johnson, le « Global Britain », un Royaume-Uni ouvert vers le reste du monde, notamment ses anciennes colonies, les pays du Commonwealth, comme l’Australie, et les Etats-Unis, le grand frère, l’ami spécial, l’allié évident. La réalité est un peu plus subtile. Ce succès intervient après une série de camouflets directs de la nouvelle présidence américaine, peu séduite par les ronds de jambe de Boris Johnson, quelques mois après le collé-serré de ce dernier à Donald Trump. L’épisode afghan, où les Britanniques, comme le reste des alliés occidentaux, ont été royalement ignorés par les Américains, a été perçu outre-Manche comme une véritable humiliation.

    ’Mais voilà, entretemps, Joe Biden a compris qu’utiliser le Royaume-Uni comme intermédiaire pour se rapprocher de l’Australie et renforcer sa présence dans le Pacifique pourrait être utile. Il a sifflé. Boris Johnson est arrivé. Le Premier ministre britannique a déjà prouvé à de multiples reprises qu’il était prêt à tout pour justifier son choix de 2016. Bousculé sur son sol, alors qu’il vient d’opérer un remaniement de son gouvernement sans lustre aucun, il avait besoin de ce coup diplomatique. Bien joué !

    Mais à quel prix  ? Le fossé se creuse encore un peu plus avec les Européens, et surtout avec la France, pourtant un allié militaire stratégique très précieux. Les liens se tendent encore un peu. Mais Boris Johnson n’en a cure. Son ministre de la Défense, Ben Wallace, a bien tenté d’apaiser un peu la colère française face à ce qui est perçu comme une entourloupe fort peu fair-play. « Il ne s’agit pas d’une trahison. […] Je comprends la déception des Français, mais il n’y a pas eu de manœuvre sournoise en cachette », s’est-il défendu. Vu la stupéfaction des autorités françaises, il est permis d’en douter.


  • troletbuse troletbuse 17 septembre 16:34

    Il me semble que les Polonais ont pris des avions américains.

    Les Suisses aussi, non ?

    Tiens, Le Poudré, qui est un féru de géographie, va essayer de les revendre à la Suisse.  smiley


    • reptile cyrus 17 septembre 16:36

      @troletbuse

      mheu non , c’ est pour nos copain du pakistan , il leur manquait un sousmarin lanceur d’ engin pour essayer leurs bombinettes smiley


    • troletbuse troletbuse 17 septembre 16:36

      @troletbuse
      Ou alors pour surveiller les cotes marines de la Guyane. Et cerise sur le gateau, la Guyane française, il ne peuvent pas refuser.


    • reptile cyrus 17 septembre 19:05

      @troletbuse

      si c’ est alta pea pea qui conduit , il met le cap sur la guyane et se retrouve sur Lille smiley


  • yakafokon 17 septembre 18:56

    Il n’existe qu’une solution, si l’on veut retrouver notre indépendance : c’est de considérer les Etats-Unis comme des adversaires économiques, et non pas comme « des amis qui nous veulent du bien » !

    Depuis 1945, l’Union Européenne est considérée par Washington, non pas comme un partenaire commercial, mais comme le 51ème état américain, divisé en 27 districts ( la France étant l’un d’eux, capitale Paris ).

    Cet état a pour capitale Bruxelles ( comme le Texas Austin ), mais la capitale fédérale, c’est Washington !

    Les ordres de la Maison-Blanche sont transmis à Bruxelles, qui les répercute aux 27 districts.

    Alors, il ne faut pas s’attendre à une évolution démocratique de ce système, fasciste dès le départ.

    Il est urgent de se rapprocher de ceux qui nous ont vraiment libéré du nazisme, au prix de la mort de 14.000.000 de leurs combattants ( les américains : 292.000 sur le théâtre européen ) à savoir la Russie, ce pays qui ne nous a jamais rien fait et avec lequel nous entretenions des liens commerciaux depuis plusieurs siècles !

    Les guerres des Etats-Unis ne sont pas les nôtres, alors qu’ils se démerdent avec, nous on se contentera de compter les points !

    O.T.A.N. = Organisation du Traité de l’Atlantique Nord.

    Par qui sommes-nous menacés, dans l’Atlantique Nord ?


    • reptile cyrus 17 septembre 19:03

      @yakafokon

      Bidens , est foutut de nous demander d’ envoyer nos navire proteger l’ australie de la « mechante chine » qui voit d’ un mauvais oeuil l’ australie se nucleariser a sa porte smiley

      Aucun doute , sortir de l’ OTAN ne peut etre que benefique .


  • Berthe 18 septembre 01:03

    J’aurais aimé qu’on étaye cette phrase qui est reprise en boucle sans le moindre argument... Quand, ou, comment et surtout pourquoi ?... « Cette nouvelle est troublante pour Pékin et intensifie la course aux armements en cours dans la région du Pacifique »... 


  • eau-du-robinet eau-du-robinet 18 septembre 04:40

    Paris rappelle ses ambassadeurs aux États-Unis et en Australie pour consultations • FRANCE 24

    .

    Au crépuscule de son ultime mandat, François MITTERRAND confiait à Georges-Marc Benhamou une observation que le journaliste retranscrirait dans son livre Le dernier Mitterrand :

    .

    « La France ne le sait pas, mais nous sommes en guerre avec l’Amérique. Oui, une guerre permanente, une guerre vitale, une guerre économique, une guerre sans mort apparemment. Oui, ils sont très durs les Américains, ils sont voraces, ils veulent un pouvoir sans partage sur le monde. C’est une guerre inconnue, une guerre permanente, sans mort apparemment et pourtant une guerre à mort. »
    .
    SORTONS DE L’OTAN QUI EST UNE ORGANISATION CRIMINELLE !

    .


  • eau-du-robinet eau-du-robinet 18 septembre 04:47

    Paris rappelle ses ambassadeurs aux États-Unis et en Australie pour consultations • FRANCE 24

    .

    Au crépuscule de son ultime mandat, François MITTERRAND confiait à Georges-Marc Benhamou une observation que le journaliste retranscrirait dans son livre Le dernier Mitterrand :

    .

    « La France ne le sait pas, mais nous sommes en guerre avec l’Amérique. Oui, une guerre permanente, une guerre vitale, une guerre économique, une guerre sans mort apparemment. Oui, ils sont très durs les Américains, ils sont voraces, ils veulent un pouvoir sans partage sur le monde. C’est une guerre inconnue, une guerre permanente, sans mort apparemment et pourtant une guerre à mort. »
    .
    SORTONS DE L’OTAN QUI EST UNE ORGANISATION CRIMINELLE !

    .


  • Macron , le petit garçon , n’est plus le maître du monde .

    L’empire anglo-sioniste vient de le lâcher , .

    L’ambiance n’est plus !

    D’un coup , d’un seul coup ils tournent le dos au gamin .

    Et maintenant que vont devenir tous les accords complaisant que Macron avaient signé avec les requins des U.S ( Les dolders, black rock ..etc.) ......... ?

    L’empire ricano-anglo-sionistes n’a pas d’ami mais que des intérêts .


  • piquecul 18 septembre 07:18

    Si quelques uns avaient encore des illusions sur nos « alliés Américains », voilà qui remet les pendules à l’heure. Jamais, je dis bien jamais, ces « alliés » n’ont oeuvrés que dans leurs seuls intérets et ce depuis leur guerre d’indépendance.

    Aucuns de leurs actes n’est gratuits, seuls des benèts peuvent envisager une autre raison. 

    Aujourd’hui, ce coup de pied au cul vient contrarier l’ambition politique de notre « président » dans le sens de son image comme candidat à la présidentielle. Un très mauvais point pour sa candidature et seulement pour celle ci. Le reste n’est que gesticulations. Les conciliabules entre gouvernants ne nous sont jamais évoqués soyons en sur.

    Voyons donc ce que ce cinéma nous réserve.


    • eau-du-robinet eau-du-robinet 18 septembre 09:20

      @piquecul
      .
      Les américains n’ont jamais été nos amis !
      .
      Exemple GEMPLUS
      .

      Au crépuscule de son ultime mandat, François MITTERRAND confiait à Georges-Marc Benhamou une observation que le journaliste retranscrirait dans son livre Le dernier Mitterrand :

      .

      « La France ne le sait pas, mais nous sommes en guerre avec l’Amérique. Oui, une guerre permanente, une guerre vitale, une guerre économique, une guerre sans mort apparemment. Oui, ils sont très durs les Américains, ils sont voraces, ils veulent un pouvoir sans partage sur le monde. C’est une guerre inconnue, une guerre permanente, sans mort apparemment et pourtant une guerre à mort. »

      .
      Le plan Marshall Plan ???d’aide ??? vraiment ?
      extrait de wikipédia
      .

      Il s’agit aussi de trouver des débouchés pour les produits américains. Les États-Unis ont connu pendant la guerre une forte croissance liée à l’industrie de guerre et la question à l’étude depuis 1941 à Washington est de savoir comment maintenir le plein emploi après la guerre (aux États-Unis). La solution mise en place sera, via le plan Marshall de trouver des débouchés à l’étranger financés par des prêts remboursables en dollars. Ces prêts sont émis via la banque mondiale et contrôlés via le FMI (accords de Bretton Woods). La particularité de ces deux institutions est que les États-Unis sont seuls à y avoir un droit de veto, ce qui leur permet de dicter leurs conditions, en particulier, d’obliger les pays européens ruinés à accepter que des conditions soient liées aux prêts du FMI. L’une des conditions de l’époque était que les dettes contractées par le pays recevant cette aide ne soient plus émises dans la monnaie du pays mais en or ou son équivalent en dollars dont le prix était de 34 $ l’once d’or. Ces prêts en dollars sont la garantie pour les États-Unis de ne pas avoir de perte de valeur si les pays emprunteurs dévaluent ; d’autre part les dollars dépensés pour acheter des produits autres qu’américains finiront toujours par revenir aux États-Unis pour acheter des biens américains10.

      .

      Voici le vrai visage des États-Unis après 1945 :

      John Perkins, les confessions d’un assassin économique
      .

    • piquecul 18 septembre 16:56

      @eau-du-robinet
      Je suis intimement convaincu qu’ils n’ont jamais étés nos amis. Tout au plus nous avons été des acheteurs de produits qu’ils ont vendus à toutes l’europe au sortir de la guerre. La démonstration qu’ils viennent de donner en est la preuve. Les USA ne sont amis qu’avec les USA et ils n’ont aucun regrets à utiliser les états pour servir seulement leurs ambitions.Le temps nous montrera que leur nouveaux amis, dans cette affaire, ne le resterons que tant qu’ils leurs seront utiles. 


    • robert 20 septembre 11:48

      @eau-du-robinet
      GEMPLUS, Alsthom Framatome Technips etc etc, ce qui ne peut se céder est détruit comme par exemple les fonderies etc, je suis loin dans la vie et bien j’en suis content, les suivants ne semblent pas s’en soucier.


    • tonimarus45 20 septembre 13:10

      @robert oh que jaimerais etre comme vous dites en fait « apres moi le deluge »surtout que les jeunes en majorite ne bronchent pas ;malheureusement cela est dans ma nature ; « je ne peux pas »


  • Albert123 18 septembre 10:08

    les mecs se croyaient vraiment bons pour avoir réussi à fourguer à un peuple massivement décérébré leur waxxins à grand coup d’autoritarisme, 

    la réalité c’est qu’en tant que VRP et sans le monopole d’une violence de plus en plus illégitime, qu’il ne peuvent évidement pas infligée à un pays comme l’Australie, ces pauvres guignols sont juste nuls en tout.


  • ETTORE ETTORE 18 septembre 23:00

    Touché....Coulé !

    56 milliards sur la table....du Las Vegas mondialisé.

    Notre poudré qui pensait jouer au Monopoly....A du remballer sa boite de jeu 

    La Grande Récrée.

    On achète des waxx ricains, pour se faire bien voir par Bidet....

    Et le même « bidet » nous gratifie d’un bide, mais bien en profondeur.

    Que vas t’on faire de ces Français, qui veulent grimper au bananier, mais qui ne font que se prendre des noix de cocos sur la tronche ?

    Il y a quelques temps, on devait vendre des navires aux russes....

    Nada, fallait pas, coup de règle sur les doigts.....

    Là on devait vendre des trucs submersibles, ben non, re coup de règle sur les doigts...

    Bref tout ce qui flotte, coule, ou vole....C’est plus pour nous ( a part certains de bateaux de croisières, HLM flotte, ou certains ministres buses)

    Alors que les italiens vendent à tour de bras, bateaux et autres armements, à des pays tel que l’Egypte.

    On n’est même plus foutu d’assembler une twingo, sans mettre une usine en chômage technique, pour cause de manque d’approvisionnement de certains composants....Même plus capable de fabriquer un vulgaire grille pain !

    Bon on fait la gueule, aux Ricains, aux Australiens, aux English....Et d’autres à venir.

    Et d’autres nous regardent du coin de l’oeil, et n’osent pas se foutre de notre naïveté maladive ( poutine) par pure politesse.

    Niveau européen, reste plus que Merkel, si elle veut bien rouler une pelle à Micron, histoire de lui faire comprendre, qui « les portent » dans le pantalon !

    Mais bon, en France, nous avons des « actes forts ».

    Damned !


  • zygzornifle zygzornifle 20 septembre 09:34

    Ces sous-marins ne servent a rien contre la Covid, un virus microscopique étant capable de terrasser l’humanité ....


  • racbel 20 septembre 11:28

    Tant que ces ordures se battent entre eux cela nous donne un peu de répit même s’il est très court et ou même illusoire


  • QAmonBra QAmonBra 20 septembre 12:10

    Merci @ l’auteur pour le partage.

    A t on jamais vu un caniche renier son maître même lorsque ce dernier le trahit, voire le brutalise !?

    Aussi suis je on ne peut plus sceptique sur la prétendue indignation de cette marionnette, faisant office de MAE depuis « l’hollandouille » et, à l’instar de Maria Zakharova, je me fend la poire face à cette histoire d’arroseur arrosé, à échelle autrement plus conséquente que les centaines de millions des « Mistrals »  !

    Pauvre France ! Te voila installée historiquement dans le rôle de « boute en train » également de l’Australie, après l’avoir été pour le Canada ainsi que la Suisse avec ton « rafale » et, surtout, confirmée dans celui de risée de la planète. . .


  • zygzornifle zygzornifle 20 septembre 13:01

    On s’en fiche on va avoir bientôt un nouveau porte couillons, Macron l’avait annoncé il y a peu, les sous marins australiens vont pouvoir faire des exercices dessus en le torpillant .....


  • tonimarus45 20 septembre 13:15

    bonjour- ne vous y trompez pas ; cela est une comedie , une pagnolade, et demain ,rapidemment, cela sera, avec les amerlos, les rosbif, les kangorous’’’ embrassons nous « folleville ».Ce gouvernement nous prends pour des truffes et certains en redemandent ; pourquoi ce generait t’il ???????


Réagir