samedi 11 avril - par Philippe Khalfine

Syndrome de Singapour : La Grande-Bretagne redeviendra-t-elle grande ?

En plus du Brexit déjà accompli, la liste des idées ambitieuses des conservateurs de Londres en comprenait une de plus.

JPEG

Afin de montrer les avantages du libre-échange en dehors du cadre restrictif de l'Union européenne, les conservateurs ont activement promu le concept de Singapour. Mais la liberté financière a aussi un côté sombre, et il se peut que ce soit l'UE qui ressentira toute sa négativité.

La position des conservateurs est facile à expliquer. Ils avaient besoin d'une image attrayante de ce qui attend le pays après sa sortie de l'Union européenne. Pourquoi ? Cacher au public les conséquences économiques négatives du Brexit. En 2017, le ministre du Commerce extérieur, Liam Fox, a affirmé que la Grande-Bretagne conclurait des dizaines de nouveaux accords commerciaux internationaux, quittant à peine l'UE. En réalité, le Brexit a privé la Grande-Bretagne de son importance et de ses préférences, tout en réduisant les chances de conclure des accords rentables.

L'idée de mettre en œuvre le modèle de Singapour dans ce contexte semblait vraiment appropriée. Il avait été discuté depuis l'époque de Margaret Thatcher, et pour une raison. Le succès de Singapour est indéniable. Les faibles taux d'imposition, la grande liberté législative et les infrastructures modernes attirent des investissements considérables. Un concept tentant, étant donné qu'un tiers de l'économie britannique est dans le secteur financier. Personne n'a même remarqué que Singapour est un État autoritaire avec une économie capitaliste d'État. De plus, à Londres, ils préfèrent garder le silence sur la principale caractéristique du phénomène singapourien. Elle a été grandement facilitée par l'essor de la mondialisation. Maintenant, c'est exactement le contraire.

Publicité

La crise de 2008 avait déjà commencé à créer des zones économiques isolées. En 2020, lorsque le monde a été touché par la pandémie du coronavirus et que les pays ont fermé leurs frontières dans la panique, il était inutile de parler du mondialisme. Il s'avère qu'il est impossible de répéter le miracle de Singapour dans les conditions actuelles. Malheureusement, cela ne signifie pas que le concept a été rejeté. Les conservateurs, qui couvrent leurs propres erreurs de calcul politique, ne sont pas les seuls à s'intéresser à cette idée.

Nicholas Shaxson, chercheur britannique et auteur de plusieurs livres sur la fiscalité, a écrit que le succès de Singapour est principalement dû au fait que l'État est le centre du blanchiment d'argent pour les hommes d'affaires indonésiens corrompus. C'est le revers de la liberté, qui confond à peine la City de Londres. C'est la Grande-Bretagne qui a joué un rôle clé dans l'émergence du phénomène offshore. Si vous évaluez la carte des paradis fiscaux modernes, vous trouverez sa similitude étonnante avec la carte de l'ancien Empire britannique. La Banque d’Angleterre et le Trésor de Sa Majesté ont créé plus de zones extraterritoriales que les agences gouvernementales de tout autre pays. Le lobbyiste officiel de la politique de déréglementation financière est la City de Londres, qui gère déjà une énorme part de la finance mondiale au détriment de ses satellites.

Au milieu des négociations sur le Brexit, beaucoup s'inquiétaient de la perspective que la Grande-Bretagne devienne un énorme paradis fiscal en Europe. Bien sûr, ce sera une option très rentable pour Londres. Il est important pour elle de conserver son statut de place financière mondiale. Faire du Royaume-Uni un paradis fiscal attirera les investissements étrangers et réduira l'impact négatif du Brexit.

La libéralisation de l'économie britannique sera une opposition directe à la structure sociale-démocrate de l'Union européenne. Il en résulte deux graves facteurs négatifs. Premièrement, la compétitivité des marchés européens sera réduite et le flux financier via la Manche sera orienté vers des conditions plus attractives. Deuxièmement, ces conditions permettront aux entreprises européennes d'éviter de payer des impôts et de blanchir de l'argent, ce qui devient déjà une question de sécurité nationale pour les États européens. Par conséquent, il est essentiel d'empêcher l'introduction d'un régime d'équivalence avec la Grande-Bretagne dans le domaine financier aux conditions de Londres.

Publicité

Des divisions sont déjà apparues sur cette base. Comme indiqué en mars, le négociateur en chef de l'UE sur le Brexit, Michel Barnier, ces désaccords « très graves ». Plus tôt encore, il a souligné que Londres ne devrait pas se faire d’illusions, car « il n’y aura pas d’équivalence générale, mondiale ou permanente des services financiers. Les parties prévoyaient de résoudre le problème d'ici juin 2020. De toute évidence, la pandémie apportera des ajustements au processus de négociation. Néanmoins, il est évident que ce cycle ne sera pas plus facile que la discussion du Brexit lui-même.

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Traduction de : Will Britain be made great again and at what cost



3 réactions


Réagir