mardi 25 février - par Dr. salem alketbi

Trump et les mollahs iraniens et la restriction du pouvoir de la guerre

Contrairement au désir du président Donald Trump et à son appel direct au Sénat sous contrôle républicain de rejeter un projet de loi préparé par la Chambre des représentants (démocratique) pour restreindre le pouvoir du président de mener une guerre contre l'Iran, et malgré l’avertissement de la part de Trump de faire preuve de « faiblesse » au mauvais moment, comme il a tweeté « Si je me lie les mains, l'Iran aura une chance de réussir. Cela envoie un très mauvais signal ... Nous faisons du très bon travail sur l'Iran et ce n'est pas le moment de faire preuve de faiblesse ». Toutefois, le Sénat a approuvé un projet de résolution restreignant les pouvoirs du président Trump de recourir à une action militaire contre l'Iran sans l'approbation du Congrès.

Le projet de résolution signifie simplement que le Congrès a profité de la loi de 1973 sur les pouvoirs de guerre pour freiner ce qu'il considère comme une précipitation dans le comportement de la Maison Blanche envers l'Iran. L'un des principaux facteurs à l'origine de cette tendance est le nombre de soldats américains souffrant de lésions cérébrales traumatiques à la suite de l'attaque iranienne contre une base militaire américaine en Irak, un nombre qui a atteint 109 cas malgré le fait que le président Trump ait nié que des soldats parmi les forces américaines ont été blessés en raison de la réponse iranienne au meurtre de Qassem Soleimani, commandant du Corps des Gardiens de la Révolution en janvier.

Publicité

Les statistiques du Pentagone américain indiquent que 70% des blessés sont revenus au service, mais les mêmes chiffres semblent déranger les républicains et les démocrates, mais on ne peut pas dire que la législation visant à limiter la capacité du président à faire la guerre à l'Iran sans l'approbation du Congrès reflète un consensus de partis, il a en fait été noté que le Sénat a adopté la loi avec le soutien de 55 membres, dont seulement 8 du Parti républicain ont rompu le consensus du parti.

En fait, le président Trump peut recourir à son droit de veto à la loi quand elle lui sera présentée à la Maison Blanche, d'autant plus que la législation oblige le président à retirer les forces américaines de toute opération hostile contre l'Iran, sauf si le Congrès déclare la guerre ou adopte une loi autorisant le recours à la force contre l'Iran, ce qui signifie l'affaiblissement de la capacité de manœuvrer et limite les chances d'exercer une pression américaine plus calculée contre le régime iranien.

Bien que le texte juridique n'empêche pas les États-Unis de se défendre contre une attaque imminente, ce texte est une limitation car il oblige le président à fournir les preuves de l'attaque imminente ou potentielle contre les forces américaines et à les mettre en état de légitime défense, ce qui signifie que le président est devenu dans ce cas obligé de limiter sa capacité de manœuvre politique et de l'utilisation de ses pouvoirs en tant que commandant en chef des forces armées américaines - de faire des frappes contre les bras et les intérêts iraniens en Irak et en Syrie, car il est devenu tenu de prouver l'ampleur de la menace avant de prendre une décision. Et il convient de noter ici que les généraux et les commandants sur le terrain peuvent décevoir le président s'ils sont appelés à témoigner devant le Congrès pour prouver le niveau de menace.

La question évidente qui se pose ici : cette décision signifie-t-elle une réelle restriction de la marge de manœuvre dont dispose le président pour faire pression sur le régime des mollahs iraniens ? En répondant à cette question, il peut être souligné que même si le président utilise le droit de veto présidentiel sur la décision du Congrès, cette question ne restitue pas les choses à leur état initial, ni n'élimine complètement le rôle du Congrès dans le contrôle du pouvoir du président de faire la guerre au régime iranien, comme le rôle de surveillance du pouvoir législatif demeure une question ferme selon la constitution américaine, et c'est une règle qu'aucune autre autorité n'annule. Par conséquent, le pouvoir du Congrès de tenir le président responsable de toute décision qu'il prend à cet égard reste valide, à moins qu'il n’y ait une menace imminente basée sur des preuves basées sur les estimations des militaires dans l'armée américaine, auquel cas la Maison Blanche peut en ce moment là recourir à l'utilisation de l'exception dont elle dispose dans la dernière décision.

Publicité

La vérité est que toute la question n'est pas à l’abri de l'impact du conflit politique acharné entre les démocrates et le président Trump en général. Le comité des affaires étrangères de la Chambre des représentants des États-Unis a accusé le président Donald Trump de tromper les citoyens en justifiant l'assassinat du commandant de la Force iranienne Quds, Qassem Soleimani. Le président du Comité Eliot Engel a dit dans une déclaration officielle, « L’administration a envoyé au Congrès un rapport requis dans lequel elle présente ses justifications juridiques et politiques pour le raid dans lequel le général iranien Qassem Soleimani a été tué. Après avoir examiné le rapport, le comité a conclu que son contenu contredit directement les fausses allégations du président selon lesquelles il aurait attaqué l'Iran pour empêcher une attaque imminente et inévitable contre les cadres américains et le personnel des missions américaines en Irak. » Le comité a ajouté que cette clarification de l'administration « ne comprend aucune mention d'un danger imminent (de la part de l'Iran), ce qui indique que la justification présentée par le président au peuple américain était simplement fausse, grossière et superficielle ».

La question dans ce contexte semble claire, la Chambre démocratique des représentants cherche à remettre en question l’efficacité des décisions du président et leur rapport avec les intérêts américains. Cette remise en question concerne un large éventail de questions internes et externes, et n’est pas limitée au dossier iranien. Elle reflète plusieurs questions dont la plus importante est le désir des démocrates d’éviter d’entrer en conflit avec l’Iran, et leur tendance à calmer le jeu avec ce régime sans prendre en considération les dangers des pratiques de ce régime, et leurs conséquences et effets négatifs sur les intérêts stratégiques américains dans la région du Moyen-Orient.

Il est vrai que l'isolement du Congrès des dossiers de l'Irak et de l'Iran ces derniers temps ne soutient pas la politique et les intérêts américains, mais le dommage le plus grave vient de la divergence de positions et de politiques entre la Maison Blanche et le Congrès spécifiquement sur le dossier iranien, car l'Iran exploite cette question en marketant ses positions et opinions et en chargeant son lobby fidèle dans les médias américains pour discréditer le président Trump et essayer d'influencer ses chances de réélection à un deuxième mandat présidentiel en novembre prochain.

Il est plus probable que la décision du Congrès de restreindre l’autorité du président remet en question le bien-fondé de ses politiques et son éligibilité politique à contrôler la décision de la guerre, ce qui est dans l’intérêt du régime iranien en premier lieu, et ne sert pas l’intérêt des États-Unis dans ce dossier en particulier, et peut gaspiller une partie de ce qui a été obtenu dans le conflit avec le régime iranien, qui a ressenti beaucoup de peur et d'anxiété après le meurtre de Soleimani, dans un incident qui a envoyé un message d'avertissement fort qui a donné ses fruits en temps voulu, malgré toute la propagande iranienne. Mais la décision du Congrès est venue avec un message qui reflète la division de l'élite politique américaine quant à la nécessité de dissuader militairement l'Iran, ce qui sert les intérêts du régime iranien en ce moment.



1 réactions


  • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 25 février 15:33

    En attendant, l’état profond et l’état visible sont en guerre sans pratiquement discontinuer depuis que les Etats-Unis existent, et non seulement ça ne risque pas de se calmer, mais comme ils sous-traitent de plus en plus la gestion de leurs conflits à des entreprises privées, ce « marché de la guerre » n’a aucun intérêt à disparaître.


Réagir