samedi 15 janvier 2011 - par pilhaouer

Tunisie : l’Ambassadeur, quelle Excellence !

Le jeudi 13 janvier Monsieur Mezri Haddad, ambassadeur de Tunisie à l'UNESCO, se faisait connaître en tenant sur BFM TV, devant un Bourdin médusé, des propos très musclés.

Plus tard, Son Excellence remettrait le couvert sur France-Info :

Tout y était : Apologie de Ben Ali, situation décrite comme parfaitement maitrisée mais menace islamiste et médias jouant avec le feu ; pour les contestataires, outre des menaces, qualificatifs variés :
… hordes néobolcheviques, subversifs, anarchistes, violeurs qui allaient déferler dans les familles, masses populaires fanatisées (au point que Madame Alliot-Marie, Ministre futée des affaires étranges s'en vint proposer le savoir-faire policier français pour mettre fin à la violence en la République de Tunisie dont Frédéric Mitterrand, retour des plages de Hammamet avait précisé qu'elle n'était pas une dictature univoque … ).

Et le miracle s'est produit : Le lendemain, sur la même BFM TV, s'étant le matin repenti sur France-Inter de son énervement de la veille, Monsieur l'Ambassadeur disait remettre sa démission au président tunisien.

Tellement émouvant que la journaliste présente s'inquiéta de savoir si sa vie était menacée !

Dans sa lettre de démission, Monsieur l'Ambassadeur réclamait des mesures propres à satisfaire son humanisme :

- "L'arrestation des malandrins et prédateurs encore présents sur le sol tunisien, notamment Imed et Belhassen Trabelsi.

- La déclaration d'une amnistie générale et du retour des exilés politiques.

- L'allègement des souffrances des pauvres et des paupérisés par des mesures concrètes.

- L'autorisation d'entrée en Tunisie de tous les correspondants de la presse étrangère.

- La mise en place d'une caisse d'allocation chômage dont le financement pourrait se faire par la contribution de ceux qui se sont suffisamment enrichis pour donner maintenant aux pauvres et aux chômeurs.

- L'abolition de la peine de mort en Tunisie."


Docteur en philosophie morale et politique (Paris-IV Sorbonne), Monsieur Haddad semble avoir eu un parcours tout en nuances sinueuses, dans l'opposition et exilé puis rallié à Ben Ali.

Comment ne pas s'émerveiller devant l'extraordinaire aptitude de Monsieur l'Ambassadeur à discerner ce qui a pu évoluer d'hier à aujourd'hui pour amorcer cette subtile modification de trajectoire dans l'intérêt, naturellement des « hordes de la rue tunisienne » ...



18 réactions


  • Hadrien 15 janvier 2011 08:43

    ce type est à gerber !!!!!,le lefebvre tunisien,apparament :)
    envoyer le à guantanamo !!!!


  • ELCHETORIX 15 janvier 2011 10:38

    ces gens de la nomenklatura Tunisienne ne doivent pas être incarcérés à Guantanamo , mais rembourser le peuple de leurs vols , puis envoyés dans un goulag du désert pour y travailler le restant de leur misérable vie !
    Bravo au peuple Tunisien qui nous démontre la marche à suivre pour faire de même en l’Hexagone !
    Hasta la victoria siempre , le pouvoir au peuple , rien qu’au peuple et pour le peuple !
    RA .


  • pigripi pigripi 15 janvier 2011 10:47

    Il est question de juger Ben Ali et de sortir tous les cadavres des placards. Attention à ne pas gâcher votre élan, amis Tunisiens !




  • pigripi pigripi 15 janvier 2011 10:49

    Ils sont magnifiques les Tunisiens mais je suis triste de voir que le pouvoir français et même les internautes et les agoravoxiens ne se précipitent pas pour soutenir les Tunisiens.


    Je suis triste d’observer que la révolte du peuple tunisien ne signifie rien pour les français, qu’elle passe à la trappe des faits divers.

    Je suis consternée par tant de bêtises, de mesquinerie, de tergiversations, d’élucubrations stériles, quand les Tunisiens font sauter pacifiquement 23 ans de dictature.

    Oui, c’est une révolution pacifique. On ne va pas comparer quelques vitrines brisées, quelques pierres lancées, quelques bagnoles brulées à des tir à balles réelles par l’armée et la police ! Et pourtant, nos débile donneurs de leçons, Mam en tête, le font.

    Je n’ai aucun lien particulier avec la Tunisie et les tunisiens mais j’ai des yeux pour voir, des oreilles pour entendre, un cerveau pour comprendre et un coeur qui bat pour les justes.

  • Dzan 15 janvier 2011 11:07

    Honte aux gouvernants Français, à l’opposition Française, qui se sont tus.
    Jusqu’au dernier moment Sarkozy de Nagy Bocsa, s’est demandé se qu’il allait faire alors que déjà Obama, avait condamné le dictateur Tunisien.
    Bravo à ce petit peuple, qui n’a pas eu peur de présenter ses poitrines aux balles de la police de cette ordure de Ben Ali.

    Qui étaient dans les limousines noires, qui ont emmené des « inconnus » arrivés au BOurget en avion depuis Tunis.
    La famille du dictateur déchu ???


    • Zangao Zangao 15 janvier 2011 13:13

      Ceux qui sont dans les suites a 4000€ de l’hotel de luxe a Marne la vallée.... Disney est distancé, les mickeys ne sont plus sur l’écran.......


  • Pyrathome pyralene 15 janvier 2011 12:07

    La tartufferie des médias et des politiques Français, il y a deux jours, Ben Ali était président, maintenant c’est un dictateur......qu’ils ont soutenu et arrosé pendant 23 ans !!


  • rocla (haddock) rocla (haddock) 15 janvier 2011 13:00

    ce HADDAD trouduc mondial et champion universel de langue de putisme , même combat que Pyralène qui confond torchon serviettes et kleenex ....


  • Zangao Zangao 15 janvier 2011 13:15

    bah, rien n’est fini, c’est les système, tant tunisien qu’internationnal qui est pourri jusqu’a la moelle. Un pantin est viré, un autre prends sa place, ainsi de suite.

    Monsieur l’ambassadeur ! il merite d’être bourré de Ferrero rocher !!! jusqu’a ce qu’il s’en étouffe.


  • pseudo 15 janvier 2011 14:48

    Il parle de l’abolition de la peine de mort pour son cas personnel et les amis de Ben Ali.

     Bravo les comiques !


  • dup 15 janvier 2011 14:59

    les rat quittent le navire et c’est une bonne chose. Un peu tard pour faire ce qui aurait pu ’etre fait en en 30 e d’années. Il voulait quitter le pouvoir en 2014 , la même nuit il a fait les valises et s’est taillé. Le symbole de ce marchand ambulant immolé a été un symbole très fort .Pouvu que ce soit pas l’armée qui prenne le pouvoir . On peut rêver mais je suis pas optimiste


  • colza 15 janvier 2011 16:19

    Qu’est-ce qui vous choque ?

    Les hommes politiques sont... des hommes politiques.
    Comme disait je ne sais plus qui, ce n’est pas la girouette qui change de direction, c’est le vent.

    • pilhaouer 15 janvier 2011 19:25

      L’auteur de cette phrase est Edgar Faure, homme politique assez étonnant que je n’apprécie pas pour autant . Opportuniste, sans doute, mais ni un lâche, ni un salaud. Il a été justement l’un des artisans de l’indépendance de la Tunisie.


  • potatoes potatoes 15 janvier 2011 16:26

    Du même gabarit que notre Rama, n’est-ce pas ?
    On se tortille, on tourne sa veste, on prend le vent.... et on va avec.
     Pas non plus de colonne vertébrale, des vers.


  • Serpico Serpico 15 janvier 2011 17:31

    Le retournement de ce sombre individu a été remarqué par tous les maghrébins du net : il aurait donc insulté les manifestants tout en rédigeant sa démission...

    Surnommé « Le caméléon » depuis le 14 janvier...

    Benali lui aurait dit « Ne vous étonnez pas si je dis n’avoir jamais reçu votre lettre »...Purée que c’est pratique !

    Retombant pile sur ses tentacules, il « recommande » le premier ministre comme remplaçant du président...en toute illégalité, bien entendu et en phase « magique » : le remplaçant a déjà une dette envers lui.

    Un opportuniste de gros calibre, cet invertébré.


  • Serpico Serpico 15 janvier 2011 17:34

    Sarkozy assure que c’est par respect du « principe de non-ingérence dans les affaires d’un Etat souverain » que la France s’est abstenue d’intervenir.

    Dans les colonies comme la Côte d’Ivoire, on peut.


  • FYI FYI 15 janvier 2011 23:17

    Ce speudo ambassadeur de l’Unesco (planque ?) est passé aussi à LCP.
    Grandiose, à crier, à empêcher les intervenants de s’exprimer, arrogant, menaçant mais le journaliste fini par lui faire remarquer qu’ici c’était pour faire un débat et en tant que tel ses interventions non sollicité n’étaient pas la bienvenue. On ne l’a plus entendu jusqu’à la fin de l’émission smiley


  • Eric Kaminski 17 janvier 2011 17:55

    Une diplomatie des droits de l’Homme peut aussi être réaliste cf. exemples tunisien et chinois :
    http://ekaminski.blog.lemonde.fr/


Réagir