mercredi 12 février - par PETINOS

Turquie : les trois lignes rouges traditionnelles de la politique islamo-nationaliste d’Erdogan

La journaliste turque Oya Baytar, qui écrit dans le journal turc en ligne T24, commentant, le 11 février 2020, les réactions à la récente interview accordée au quotidien britannique, The Gardian, par le leader de la communauté chypriote turque, Mustafa Akinci.

Précisons qu’Akinci avait prévenu, dans cette interview (du 6 février 2020), que la division de Chypre serait définitive, à moins qu’une solution fédérale ne soit trouvée dans les plus brefs délais. Il qualifiait, par ailleurs, d’effrayante la perspective d’intégration de la partie de Chypre occupée par la Turquie depuis 1974, à cette dernière. Il a déclaré que si aucune solution fédérale n'était trouvée, « le nord de Chypre deviendrait plus dépendant et pourrait fusionner avec Ankara, devenant de facto une province turque ». Se référant au cas de Tayfur Sokmen, qui a accepté l’annexion d’Alexandrette par la Turquie en 1939, Akinci a déclaré que « je ne deviendrai pas un deuxième Tayfur Sokmen » (il s’agit du Sandjak d’Alexandrette, sous mandat français à l’époque, et qui a été donné à la Turquie afin que cette dernière n’entre pas en guerre aux côtés de l’Allemagne, lors de la deuxième guerre mondiale ; depuis, cette question a toujours envenimé les relations entre la Syrie et la Turquie).

 Oya Baytar écrit : « La réaction du véritable Chypriote turc, Mustafa Akinci, à ce sujet est à la fois son droit et son devoir. L’esprit d’État turc (certains l’appellent l’État profond) a trois lignes rouges anciennes : le problème arménien (génocide, ndlr), le problème kurde et le problème chypriote. La source de ces trois problèmes est la même : le nationalisme chauvin sunnite turc, le culte de l’État, l’expansionnisme militaire ... Les pouvoirs politiques changent, les gouvernements changent, même les régimes changent, mais, les trois lignes rouges ne changent pas. Ceux qui tentent de changer quelque chose sur ces trois points sont étouffés, soit par des coups d’État, soit par l’État.

 Le comportement d’Erdogan et de l’AKP (le parti islamo-conservateur qu’il dirige et qui est au pouvoir en Turquie depuis 2002), sur ces trois questions est un modèle du genre, clair et exemplaire. Ces trois lignes rouges sont profondément ancrées dans le code génétique du peuple turc depuis plus de cent ans, et ont contaminé son âme. Toute résistance, qui pense agir différemment sur ces questions, entraînera soit une répression - souvent violente - soit leur subordination au système, pour n’en faire, en définitive, qu’un avec celui-ci. »

La journaliste rappelle ensuite qu’elle avait écrit dès le lendemain de l’invasion turque à Chypre que si l’armée turque ne quittait pas rapidement l’île, elle se comporterait en conquérant, et entraverait toute tentative de solution du problème chypriote.

Effectivement, depuis plus de 45 ans maintenant, la Turquie a empêché toutes les tentatives de réunification de Chypre, a procédé à une turquification de cette région occupée ainsi qu’à l’islamisation forcée de la communauté chypriote turque.

Et Oya Baytar de rappeler que cet article précis lui a valu un licenciement… Les habitudes sont tenaces…

Mustafa Akinci, a exprimé des préoccupations et fait état des réalités qu’aucun chypriote turc n’a depuis longtemps évoquées sur le problème chypriote.

La cause de ses inquiétudes, c’est que la Turquie, impliquée dans les conflits en Méditerranée orientale comme en Syrie, en Libye et en Irak et isolée sur le plan régional, a pris des mesures, ces derniers jours, pour renforcer encore davantage sa présence militaire dans le nord de Chypre.

Par ailleurs, la chasse aux sorcières se poursuit dans la partie occupée de Chypre également, avec l’arrestation de nombreuses personnes accusées de collusion avec les terroristes (dans le langage du gouvernement turc cela veut dire des laïcs, des démocrates et des personnes proches des Kurdes, entre autres).

Toute la frange islamo-nationaliste de la Turquie, à commencer par le président Erdogan et le ministre des Affaires étrangères, Mevlüt Çavuşoğlu, ont qualifié le leader chypriote turc de traitre à la patrie, d’ingrat et de quelqu’un qui fait le jeu des ennemis de la Turquie.

 



5 réactions


  • pallas 12 février 18:54
    PETINOS

    Bonsoir,

    Erdogan est un stratege, tout comme Poutine, le dirigeant Iraniens, Chinois, Japonais.

    Le problème en France, est l’incapacité à faire dans la réflexion.

    En France notre jeu favori c’est ........ hum ....... « ce regarder dans le miroir, en croyant des etres universels »

    La Turquie prend position et devient maitre du jeu, ce positionnement au milieu de l’échiquier« , les pays du Maghreb à l’Ouest, l’Afrique au Sud, le Moyen Orient à l’Est, l’Europe au Nord.

    Son Pion est bien placé, c’est finement jouer, digne d’une »Partie d’Échec".

    Bonne stratégie, même si je le reconnais, agressive, c’est un style qui ce défend (pas la mienne).

    Salut


  • CLOJAC CLOJAC 13 février 04:30

    Et dire qu’il y a 10 ans toute la boboïtude européiste faisait des pieds et des mains pour faire entrer cette dictature islamiste dans l’UE !

    Merci Erdogan, piètre stratège, de n’avoir pas su cacher ton jeu.

    Tu aurais pu avoir l’Europe à tes pieds, réalisant enfin les ambitions de la Sublime Porte, et tu dois te contenter de vassaliser quelques contrées sous-développées autour de chez toi.


  • sylvain sylvain 13 février 16:02

    et du coté grec de l’ile, la troika impose sa dictature à elle

    la vie devait être trop agréable à chypre...


  • MagicBuster 13 février 17:09

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Mohammed_Amin_al-Husseini

    Sa collaboration avec les nazis pendant la guerre, ses prises de position durant la Shoah et son antisémitisme font de lui une figure particulièrement controversée du conflit israélo-palestinien.

    ...

    Erdogan me fait penser à lui . . .


  • Jonas 14 février 09:51

    Israël plus fort que jamais. Je renouvelle , mon admiration a ce petit pays , mais grand par la valeur de ses hommes. 

    Economiquement l’Etat d’Israël , est devenu un Centre mondial de créations d’entreprises de haute technologie à l’égal de la Silicon Valley californienne. Son industrie militaire exporte dans le monde entier. Comme les Arabes exportent du pétrole. Israël est de loin le pays le plus puissant du Moyen-Orient. Son aviation tient a distance celles du dictateur Bachar al-Assad et du régime criminel des mollahs. 

    En moins d’une demi-heure , l’Emirats de Gaza disparaitra , de la surface du globe , si Israël employait sa puissance de feu, a la manière du dictateur Syrien , qui a détruit son pays avec l’aide de ses parrains , Russes et milices des mollahs. Il faut que les arabo-musulmans regardent ce que sont devenues les villes comme Alep HOMS-HAMA-Deir ez-Zor Idlib-Erbit -Suyada pour avoir une idée.

    Israël grâce a son génie dans le domaine de la haute technologie , de l’Intelligence artificielle est l’ami, de la Russie Chine Inde Etats-Unis-Japon -Corée du Sud -Brésil etc . Il a brisé le front arabo-musulman de Khartoum, des « trois non » . Les israéliens entretiennent des relations avec l’Egypte, la Jordanie et livrent discrètement des matériels de sécurité aux pays du Golfe. 

    Israël a une alliance , avec la Grèce , Chypre et l’Egypte pour faire face a l’expansionnisme du sultan Erdogan, comme en Syrie.

    Ses ennemis sont comment ?

    Pendant que les pays arabo-musulmans et musulmans non arabes se font la guerre et se débattent dans des crises financières , économiques, sociales et politiques,( Liban et Jordanie , sollicitent le FMI)  certains pays , eux , sont amenés à lutter pour leur survie et pour contenir la fragmentions de leur pays ( Irak-Syrie-Libye Yemen  ). La méthode des dictateurs et régimes autoritaires arabo-musulmans ou musulmans non arabes, n’a jamais variée , elle consiste pour se maintenir au pouvoir de massacrer ses compatriotes ,et en les reléguant au rang de zombi.

    Le monde arabo-musulman et même musulman ressemble en effet à un zombi qui marche encore , mais il ne sait pas s’il est encore vivant. 

    La réussite d’iIsraël , rend malade les adeptes du Prophète , qui malgré , la fameuse sourate , qu’ils portent en bandoulière , pour se rassurer, - Vous formez la meilleure Communauté suscitée pour les hommes (l ’Imran ,v,110, ) se trouvent au fond de la cale , de tous les classements de l’ONU. 

    Il suffit de comparer l’IDH d’Israël et celui des 57 pays musulmans de l’OCI, pour avoir le coeur net. 



Réagir