vendredi 6 mars 2015 - par MUSAVULI

Ukraine : Les Etats-Unis veulent la guerre… sur le sol européen

On ne devrait plus se bercer d’illusions sur les intentions des dirigeants américains : ils veulent la guerre. Une guerre qui doit se dérouler sur le Vieux Continent et qui doit entraîner le plus d’Européens possible dans une confrontation militaire avec la Russie. Les Ukrainiens, sauf un grand sursaut des masses populaires, devraient se résigner à voir leur pays servir durablement de champ de bataille à ce conflit des grandes puissances dont les enjeux leur échappent, depuis qu’ils ont perdu le contrôle des manifestations « Place Maïdan », un soir de février 2014. 

 

De l’EuroMaïdan à l’escalade militaire

En tout cas, les derniers développements aux Etats-Unis ne sont guère rassurants. Un an après les manifestations de l’EuroMaïdan, odieusement dévoyées par « des atlantistes  », les États-Unis ont officialisé la décision d’envoyer en Ukraine quelques 600 parachutistes appartenant à la 173ème brigade aéroportée. L’annonce a été faite lundi dernier par le colonel Michael Foster, commandant de la brigade, et confirmée par Ben Hodges, haut commandant des forces américaines en Europe. Les premières unités combattantes de la brigade devraient se poser en Ukraine d’ici le 8 mars. Officiellement, pas pour combattre, mais pour former les troupes ukrainiennes (en débâcle dans le Donbass) au maniement des armes américaines en voie d’expédition[1].

Au sujet, justement, de l’expédition des armes américaines à Kiev, on sait qu’elle entraînerait réciproquement l’accroissement des moyens militaires des républiques autonomes de l’Est (Donetsk et Lougansk) par Moscou. Parce que, pour la Russie, il est hors de question que les forces des pays de l’OTAN se déploient jusque sur les frontières russo-ukrainiennes, et ils n’ont pas tort. Les Russes n’ont jamais digéré d’avoir été bernés par les Occidentaux en marge de la réunification allemande[2]. C’est pour essayer de contrer ce risque d’escalade militaire que la France et l’Allemagne ont décidé, début février dernier, d’entrer directement en contact avec Vladimir Poutine, sans consulter Washington. Il s’agissait de rassurer le chef du Kremlin sur le fait que Français et Allemands s’opposeront à l’envoi en Ukraine des armes américaines[3]. Le président russe s’est montré ouvert aux propositions franco-allemandes, et accepté les Accords de Minsk II[4] du 11 février 2015. Le hic avec Minsk II est qu’il y avait deux grands absents : les Britanniques et les Américains. N’étant pas liés par ces accords, ils vont continuer d’attiser le conflit.

Il faut vous entretuer pour l’Amérique

Dix jours seulement après la signature des Accords de Minsk, David Cameron annonçait l’envoi de soldats britanniques en Ukraine. Une semaine plus tard, John Sawers, l’ancien patron du MI16, (sorte de CIA britannique) affirmait que « la guerre contre la Russie ne fait que commencer »[5]. Avec l’envoi des unités de combat en Ukraine par les USA, les Britanniques sont ainsi rejoints par leurs cousins américains qui tiennent à ce que la situation continue de se dégrader et qu’elle finisse par dégénérer. Bien évidemment, les armées américaines et britanniques ne vont pas s’engager en première ligne contre l’armée russe. Ce déploiement atlantiste vise plutôt à entretenir durablement un climat de haine entre populations, un environnement de violence permanente et de désolation.

Une des stratégies utilisées par les fauteurs de troubles états-uniens contre les pays qu’ils ciblent consiste à frapper directement les populations soit par des violences aveugles, soit pas des embargos, soit pas des humiliations en mettant systématiquement ces drames collectifs sur le dos de l’« ennemi » qu’ils se sont choisi. Il ne faudrait pas s’étonner si les populations russes/russophones des pays frontaliers deviennent la cible des tueries aveugles et des famines provoquées volontairement, ce qui les amènera à demander de plus en plus l’aide de Moscou. Une aide que Poutine ne pourra pas durablement leur refuser, au risque de se mettre à dos les Russes de l’intérieur[6]. Sauf qu’en intervenant davantage en Ukraine ou, le moment venu, dans les pays baltes, le président russe deviendrait un « agresseur ». Exactement l’image que les médias occidentaux et les dirigeants d’outre-Atlantique s’emploient à lui coller à la peau. Dès lors, des forces européennes, plus ou moins officiellement, chemineraient vers les « pays agressés » par la Russie. Le début d’un engrenage meurtrier au cœur de l’Europe.

Face à ces agissements américains, on est tenté de dire : ils sont fous ces Américains ! Pas du tout. En réalité, les Etats-Unis, une puissance à bout de souffle, misent sur le conflit ukrainien pour entraîner le plus d’Européens possible dans une confrontation militaire avec la Russie[7]. Le pari est que, sauf usage d’armes stratégiques (scénario suicidaire), le sol américain devrait être préservé des ravages de cette guerre qui commence. Lorsque tout cela sera fini, Européens et Russes, quel que soit le camp qui l’aura emporté sur l’autre, seront ruinés économiquement, voire exsangues. Comme à l’issue de la Première et de la Seconde Guerre mondiale, il ne restera qu’une puissance d’ultime recours : les Etats-Unis d’Amérique.

Des milliards de dollars de contrats de reconstruction, une remise sous tutelle des nations européennes et la préservation, par l’Amérique, de son statut de « superpuissance planétaire ».

Boniface MUSAVULI

 

[2] Le 9 février 1990, James Baker, secrétaire d'Etat américain (de George Bush), avait assuré à Mikhaïl Gorbatchev que l'alliance occidentale n'étendrait "pas d'un pouce" son influence vers l'Est si Moscou acceptait que l'Allemagne réunifiée entre dans l'Otan. Le lendemain, 10 février, Hans-Dietrich Genscher, le ministre allemand des Affaires étrangères, refit cette promesse à Edouard Chevardnadze, son homologue russe : « l'Otan ne s'étendra pas à l'Est ». Mais depuis, la Pologne, la République Tchèque, la Hongrie, la Bulgarie, la Roumanie, la Slovaquie, la Lituanie, la Lettonie et l’Estonie ont adhéré à l'Otan. Avec les évènements de l’EuroMaïdan, l’enjeu était, entre autres, de faire également entrer l’Ukraine dans l’Otan. Cf. http://www.courrierinternational.com/article/2014/03/20/les-russes-bernes-par-l-otan

[3] C’est en tout cas ce qu’assure le journaliste italien Giulietto Chiesa : https://www.youtube.com/watch?v=1w6sUyyNHLI

[4] Parce qu’il y a eu Minsk I, Protocole signé le 11 septembre 2014, et qui ne fut pas respecté.

[7] Provoquer un conflit brutal entre Européens et Russes permet aux Américains de se prémunir contre une éventuelle alliance stratégique entre Européens et Russes, alliance qui entraînerait de fait la fin de l’hégémonie américaine. Dans Le Grand échiquier de Zbigniew Brzezinski (1997), où il est question, entre autres, de « briser la Russie » en trois entités (une Russie européenne, une république de Sibérie et une république extrême-orientale), il est également question de cultiver la docilité des « sujets protégés » et d’empêcher les rivaux potentiels de former des alliances offensives. Un rapprochement stratégique entre la Russie et les nations européennes (sujets protégés) est ainsi un scénario que les tenants de l’hégémonie états-unienne n’admettraient en aucune manière. 



113 réactions


  • Dom66 Dom66 6 mars 2015 22:32

    D’accord avec cet article.

    Pour info David Cameron déclare envoyer les bidasses coté Kiev. Le toutou N°1 des US.

    Je me trompe peut être, mais ça m’étonnerai que les Russes ne réplique pas.

    Reste aussi la question : quelles positions vont pendrent Flamby et la grosse sn’prounch Mere Kel ?


    • goc goc 7 mars 2015 06:00

      @Dom66
      Je pense que flamby et la mère kel ont joué la partie définie par Washington et sous son contrôle, à savoir :
      1 - apparaitre comme des soi-disant « indépendants » de la politique US
      2 - empêcher l’effondrement militaire de l’Ukraine
      3 - faire croire à Poutine qu’il est le maitre du jeu
      4 - Faire croire à la population européenne que ce sont eux qui dirige la politique étrangère de l’UE
      5 - corolaire du 4, masquer le rôle d’incendiaire que jouent la Pologne et certains états baltes
      6 - Empêcher d’autres pays européens de devenir « pro-russe » tel la Hongrie, en focalisant l’espoir d’un compromis sur le duo franco-allemand
      7 - le plus important : ne pas mouiller les USA et surtout leur servir sur un plateau le futur prétexte à de nouvelles mesures de rétorsion voir à la « nécessiter » de fournir des armes aux ukrainiens
      Bref pour moi, Minsk2 est une bouffonnerie destinée à endormir les russes

      Par contre coté russe, je pense que si Poutine a accepter cet accord, c’est pour d’autres raisons
      1 - Montrer aux ricains qu’il n’a pas peur d’une guerre et qu’il se sent assez fort pour mettre la pâtée aux ricains, en les obligeant à intervenir directement (genre : j’ouvre mon pion pour obliger la reine adverse à sortir de sa case, pour mieux l’abattre plus tard)
      2 - bloquer le couple franco-allemand dans un jeu diplomatique et donc empêchant ces derniers d’agir économiquement et militairement (sous-entendu accepter une solution militaire)
      3 - apparaitre aux yeux de ses alliées (Brics) comme un pacifiste victime de l’acharnement américain. Et donc continuer la mise en place des accords inter-Brics et Shangai
      4 - Ne pas fermer la porte à l’Europe dans la perspective de l’après Ukraine
      5 - obliger les européens à payer pour le gaz à la place de l’Ukraine (Poutine a aussi besoin d’argent)
      6 - garder la main sur les combattants pro-russes du Donbass (qui est une zone industrielle majeure de l’Ukraine, donc « riche »). Car dans ces accords c’est lui qui négocie pour les séparatistes.

      Donc pour moi minsk2 est une réussite pour Poutine dans la mesure ou il savait pourquoi les européens sont venus alors que ces derniers (et les ricains surtout) n’ont pas compris pourquoi lui il a accepté ces accords.


  • mortelune mortelune 7 mars 2015 07:58

    Belle lucidité qui fait plaisir à voir. J’ai juste une remarque à faire sur la fin de l’article.


    "la préservation, par l’Amérique, de son statut de « superpuissance planétaire ».

    Je ne suis pas certaine que les US seront cette superpuissance là. Je pense à un autre ’pays’ qui n’en est pas vraiment un, dont le dirigeant fait la pluie et le beau temps un peu partout en ce moment en UE et USA... 



  • troletbuse troletbuse 7 mars 2015 17:03

    Sur les articles dénonçant l’attitude agressive américano-sioniste, je remarque souvent l’absence totale des auteurs d’AV appartenant à la « fausse gauche hollandouillaise ». Ils sont donc pour la guerre comme Flambidou.


  • Laulau Laulau 7 mars 2015 17:43

    Les guerres en Europe ont fait la fortune des USA qui espèrent une fois de plus se sortir de la crise par la guerre. La question est de savoir s’il vont se risquer dans un conflit nucléaire. Les plus jobards des américains y sont prêts et la politique actuelle des états unis semble leur donner raison. Le schéma est simple, il s’agit d’approcher des têtes nucléaires tout autour de la Russie pour pouvoir attaquer avec un temps de vol des missiles réduit au minimum en espérant que l’essentiel de la riposte russe se fasse sur l’Europe. Le bouclier anti-missile se chargeant ensuite d’arrêter les quelques tirs intercontinentaux. Je vous l’accorde c’est un calcul de cinglés, mais tous les gens qui ont rêvé de dominer le monde étaient-ils vraiment sains d’esprit ?


    • Croa Croa 7 mars 2015 23:13

      À Laulau,

      Comme je l’ais dit plus haut, à mon avis les USA pensent que l’on peut pousser la guerre conventionnelle très loin et que personne ne jouera le tapis... de bombes ! C’est évidemment totalement irresponsable mais pas étonnant de la part de joueurs de poker et surtout en raison de leur situation économique.


    • le moine du côté obscur 8 mars 2015 13:53

      @Croa


      Qui joue avec le feu par le feu périra ! M’est avis que les étasuniens sont désespérés et jouent leur va tout ! Mais ils sont arrogants, incapables de se remettre en question et donc d’être lucides. Ils n’acceptent l’idée qu’en face on puisse avoir de puissantes stratégies et des capacités de réaction efficaces. Curieusement je vois la fin proche des USA qui dans le « monde de demain » ne pourrait avoir qu’un rôle secondaire si rôle ils ont ! 

  • Paul Leleu 7 mars 2015 18:26

    je pense que la guerre en Ukraine montre au contraire l’influence arabo-islamique.


    En effet, les USA, l’OTAN et l’UE sont sous influence des l’islamisme Quatar/Arabie Saoudite. Le but est de lancer les européens en guerre contre la Russie, afin d’installer la charia en Europe pendant ce temps là. 
    En effet, le vrai adversaire de la démocratie, c’est l’islam. 

    Le sionisme n’existe plus. Aujourd« hui, la finance internationale est musulmane. D’ailleurs, il suffit de voir qui c’est qui rachète tout en France : le Quatar. 

    Le quatar a même obtenu une défiscalisation spéciale pour pouvoir prendre le contrôle financier de la France. C’est Sarkozy qui leur a donné. Et Sarkozy fait des conférences au Quatar. Valls pareil. 
    Donc, c’est l’islam qui gouverne l’Empire mondial. C’est évident. 
    D’ailleurs l’Arabie Saoudite fait exprès de faire baisser les cours du pétrole, pour maintenir les USA sous son influence. En effet, si les cours baissent, le pétrole de schiste américain devient non-rentable. 

    C’est l’Arabie Saoudite islamique qui fait des sanctions économiques contre les USA, grâce au cours du pétrole.


    Avec cet argent, le but est d’islamiser l’Europe. Et on voit le début. Guerre Otanesque contre la Russie chrétienne. C’est la preuve de l’influence arabe en Europe et aux USA. 

    Pendant ce temps là, l’Etat islamique commet ses crimes nazis en toute impunité. Et l’immigration communautariste massive continue. Le but est de gagner du temps. L’EMPIRE islamo-capitaliste étend son ombre totalitaire sur le monde. 

    L’islam sert à diviser le Peuple de France. C’est un outil de l’oligarchie. L’islam a servi à dissoudre le PCF. Et ça a marché ! 
    Maintenant, l’islam s’attaque au FN. Dieudonné et ses entristes payés par l’iran sont en train de diviser le FN. Il suffit de voir l’exclusion de Chauprade. 
    Car, les iraniens ne valent pas un clou de plus que les arabes. Ce sont des islamistes totalitaires. C’est juste 2 clans concurrents. Mais ils ont le même projet : soumettre le monde. Et ils ont l’argent illimité du pétrole. 

    Pendant ce temps, les naïfs de gauche continuent de nous causer des »sionistes« comme dans le Monde Diplo (financé par l’Iran aussi...). Dieudonné a même réussi à entrer dans l’entourrage de Jean-Marie Le Pen... alors qu’il y a 30 ans il était à Dreux contre le FN. ... c’est pas une preuve d’entrisme ? 

    Le but ultime est d’établire un Califat islamo-capitaliste en Europe, et ensuite dans le monde entier. Ainsi, grâce à l’islam, les français de souche vont apprendre la »soumission« (car islam signifie »soumission" dans la langue arabe). Et les capitalistes islamo-sionistes-occidentaux pourront soumettre la planète. 

    Vous vous faites tous avoir. L’islam est l’opium du peuple. Souvenez-vous en. Et ouvrez les yeux. 

    • elpepe elpepe 8 mars 2015 19:28

      @Paul Leleu
      Vous nous avez bien fait rire, l’Islam nos prochains envahisseurs, bon c’est déjà fait, donc on risque plus rien
      C’est plutôt nos amis Musulmans qui vont se convertir a la tele realite et Nolwen, tiens je prefere encore l’Islam integriste que d’etre force a 10 ans de TV force avec ’plus belle la vie’ en boucle
      Excusez mes vieilles références mais cela fait 10 ans que je n’ai pas ouvert un poste de TV
      Bon en tout cas pour votre guerre contre les Musulmans ne comptez pas sur nous, les croisades on a donne, moi le Graal, je bois du vin rouge dedans tous les soir, un gobelet pour la digestion., je vous le recommande après le petard.
      Bien a vous


  • J.MAY MAIBORODA 9 mars 2015 09:15

    1. Avec la permission de son auteur, je reproduirais volontiers cet article dans mon blog personnel « u zinu » , sous le générique : UKRAINE-RUSSIE OU LES FRÈRES ENNEMIS.
    2. Je signale l’existence du site de l’Association CORSE-UKRAINE-RUSSIE, sur lequel la pluralité idéologique des adhérents ne permet pas la parution d’articles « engagés » dans un sens ou dans l’autre.

  • bourrico6 9 mars 2015 11:26

    Bon, comme je l’avais dit, même si c’est pas le succès d’un blockbuster sur l’islam ou Israël, le scénario WW3 en Ukraine se vends pas mal. smiley


  • foofighter foofighter 10 mars 2015 12:30

    Un article malheureusement lucide. Nous allons droit dans le mur si continuons à laisser cette escalade meurtrière se produire. En même temps, de nouveau pieds et poings liés à l’Otan depuis 2009, faut pas s’étonner que la marge de manoeuvre soit mince pour les dirigeants français.


  • PierreBoury PierreBoury 7 octobre 2015 15:21

    Est-ce que nous sommes en train de revenir vers les temps de la guerre froide avec la Russie du siècle dernier ? 


Réagir