mercredi 19 juillet 2017 - par Gabriel

Un 14 Novembre 2015

Un 14 Novembre 2015

 

     Parc de Belleville un 14 novembre à 07H00 du matin dans le XI e arrondissement. Sept degrés, ciel dégagé, la fraicheur matinale hérissait la pilosité de mes bras et me picotait la peau. Les premières foulées encouragées par la musique de ZZtop furent brusquement interrompues par un flash d’information. La voix du journaliste annonçait que hier soir, des personnes venues écouter de la musique avaient été massacrées par trois fous furieux hurlant en arabe le nom de Dieu. S’en suivait la description apocalyptique de la boucherie du Bataclan et du bilan de la soirée, 130 morts et 350 blessés. La respiration coupée, je stoppais ma course et m’adossais au chêne le plus près. Par un hasard compassionnel, des nuages solidaires voilèrent pudiquement quelques instants le soleil. Ils ont l’âme sale et j’ai la nausée.

 Dogme dévoyé, prétexte à la domination et outil à la soumission. Difficile d’imaginer qu’un Dieu infiniment bon est besoin d’une poignée de débiles plein de haine pour exister. Sincèrement à sa place, à voir comment vivent les humains entre eux, je perdrais la foi en moi. Que se passe-t-il dans la tête d’un homme pour qu’il prenne un fusil et tire dans la foule ? Comment en arriver au point de détruite l’existence d’autrui tout en niant la sienne et déclencher une bombe dans un bus scolaire ? Lorsqu’ils revêtent un enfant d’une ceinture d’explosif, je me pose la question : « Comment en sommes-nous arrivé là et où avons nous échoué ?... ». Ils se gargarisent de religion et de faux prophètes, il serait plus sain qu’ils se shootent au rock et s’éclairent au joint. On nage en plein surréalisme de l’horreur. On pense être bercé par le chant de nos sirènes alors que c’est le hurlement de nos victimes qui déchire la nuit. Pour de piètres honneurs et un Eden mensonger, le kamikaze bourreau se prend pour un soldat, piétine la vie et ignore le prix du sang.

Doit-on choisir un camp, une bannière, pour faire demain un ennemi d’un ami ? Sur les ailes du vent une colombe vieille mais, le chasseur embusqué dans les couloirs du temps atomise son arc en ciel, déchire les nuages de nos yeux et fait pleuvoir sur nos visages des larmes de sel. A quelques mètres de mon arbre, penchée sur un berceau une petite vieille surveille avec amour un enfant qui s’éveille. Entre ces deux êtres Chronos cumule plusieurs conflits armés dans son sablier de misère sur cette planète ou un Dieu s’est perdu. La guerre des lâches, celle des idiots incultes supprimant des vies en même temps que la leur au nom d’un idéal obsolète, celle des dirigeants machiavéliques fabricant ces mêmes idiots en volant leur pays et massacrant leurs frères pour s’en accaparer les richesses naturelles, celles de tous ces intellectuels, philosophes, écrivains, journalistes qui travestissent et trahissent la vérité pour la sauvegarde de leur petit confort ou d’illusoires et éphémères lambeaux de pouvoir. Ils sont tous ridicules face à l’immuable et intangible réalité car, quoi qu’ils fassent, quoi qu’ils pensent, un objet lancé au dessus de leur tête retombe toujours vers le centre de la terre.

    Ils planent à trop regarder leur nombril et soudain, ils veulent tous atterrir le réservoir vide et ça, c’est complètement con. Ils devraient tous travailler dans une unité de soins psychiatriques cela médicaliserait leur misérable existence. Voulez vous que je vous dise, dans ce monde l'idolâtrie est une erreur et l'espoir, dans ce cas précis, n'est malheureusement pas une option. L'homme se construit avec et pour les autres, ceux qui l'ont oublié ont déjà perdu leur humanité. La complaisance envers un quelconque pouvoir dirigiste est synonyme de tiédeur, lâcheté, d'un odieux sacrifice de sa personnalité, d'une négation de sa réalité en tant qu'être à part entière. La vérité absolue c’est cette liberté qui danse au milieu des contraintes, celle de l’homme qui malgré des lois restrictives choisit l’émancipation à l’obéissance imbécile. C’est notre utilité pour les autres qui justifie notre existence.

    D’un coup je me suis senti terriblement vieux. Le fait est que, plus la vie vous en donne et plus le monde en veut, c’est sans fin... Puis soudain, comme un constat ironique, dans mes écouteurs Manu chao grattait sa guitare en chantant « la vida tombola ». J’ai quitté mon dossier végétal, ai titubé jusqu’au banc le plus proche, m’y suis assis puis, j’ai hurlé ma colère contre la bêtise meurtrière et, devant l’intolérable évidence de mon impuissance et mon incapacité à changer les choses, j’ai pleuré comme un con… 

    C’est terrible le parc de Belleville un 14 novembre à 07H00 du matin dans le XI e arrondissement...

 



8 réactions


  • Le421 Le421 19 juillet 2017 19:09

    Parler de fous et non de « djihadistes » ou « combattant de Daesh » relève d’une bonne santé mentale.
    Il ne faut en aucun cas qualifier ces tarés de soldats ou autre titre glorifiant.
    Ce sont avant tout des malades mentaux. Point.
    Par contre, ressasser sans cesse ce genre de souvenir ne fait qu’attiser des haines stériles et injustifiées.
    J’entends les appellation de guerre ou autre termes belliqueux et vindicatifs...
    Dites-moi contre quel pays sommes-nous en guerre et je porterais attention à tout cela.

    J’ai tellement, tellement l’impression que tout cela est prémédité et calculé par nos propres dirigeants qui se servent de tous ces attentats pour justifier leur mainmise sur le peuple au nom de la sacro-sainte « sécurité » qui est aussi illusoire que la qualité tonifiante d’un gel douche, que je ne regarde tout ce barnum qu’avec un œil circonspect et dubitatif...

    Mais bon.
    Je ne suis qu’un connard de gaucho. Donc, peu crédule par définition...


    • Balamou Balamou 19 juillet 2017 21:36

      @Le421
      Il vaut mieux les traiter de malades que de fous de Dieu ou de simples croyants en une idéologie religieuse archaïque et mortifère...
      421 un islamocompatible en plein travail d’enfumage


    • oncle archibald 20 juillet 2017 07:38

      @Le421 : simplification outrancière.

      Ceux qui ont les kalachnikovs à la main ou les explosifs en ceinture d’accord, ils sont tarés, mais ceux qui les manipulent et les envoient semer la mort ne le sont pas.

      Il n’y a pas que contre des pays que l’on est en guerre. On est en guerre contre le viol et l’assassinat, on veut faire cesser des actes insupportables, et c’est bien la moindre des choses dans une société organisée qui se doit de protéger ses membres.

      In fine je confirme votre auto-jugement qui me parait très pertinent.


    • Gabriel Gabriel 20 juillet 2017 07:47

      @Le421
      tout comme vous, je ne sais pas contre quel pays nous sommes en guerre ce que je sais par contre c’est que nos dirigeants sont pas très propres sur la question et qu’aller faire des guerres dans des pays pour s’en approprier les ressources naturelles sous les faux prétextes de droits de l’homme et de démocratie ne sert qu’a fabriquer des kamikazes. Si vous pensez être un connard de gaucho alors je n’en suis pas très loin moi même...


    • Gabriel Gabriel 20 juillet 2017 07:54

      @oncle archibald
      Vous avez raison l’oncle, ceux qui les manipule le sont tout autant comme ceux qui manipule les manipulateurs et qui sont souvent ceux qui viennent officiellement pleurer les victimes à des fins électorales.


  • Balamou Balamou 19 juillet 2017 21:33

    Dogme dévoyé ..... !!!!!!!!!!!!
    La grosse blague


  • Gabriel Gabriel 20 juillet 2017 10:19

    Bob, nous sommes d’accord, la bêtise pour s’exprimer a besoin de prétextes et la haine du juif ou toutes autres formes de racisme en sont les principaux mais la finalité, le but de leur connerie est général. C’est à dire un califat mondial sous l’égide de leur charia à la con alors, force est de constater que tout individu ne faisant pas allégeance à leur mode de pensée étriquée est potentiellement une victime.


Réagir