mercredi 3 avril - par rosemar

Un enseignant se suicide... mais où va une société qui méprise ses enseignants ?

JPEG

Jean Willot, professeur de CP s’est suicidé le 15 mars dernier à la suite d’une plainte d’une mère d’élève pour "violences aggravées sur mineur par une personne ayant autorité". L’enseignant, à la carrière irréprochable, a nié jusqu’au bout le moindre geste à l’égard de son élève.

 

Il a pourtant été aussitôt mis en cause et convoqué par l'inspection académique.

Les faits sont terribles et témoignent, une fois de plus, des difficultés croissantes de ce métier : absence de soutien hiérarchique, interventionnisme des parents, mépris à l'égard des enseignants, accusations de toutes sortes.

Les enseignants ne sont pas assez sévères... les parents se plaignent, les enseignants donnent des punitions... les parents récriminent.

 

Que s'est-il passé ?

"Mardi 12 mars, dans la cour de récréation de l’école Flammarion d’Eaubonne (95), Jean Willot, enseignant, 57 ans, s’approche d’un élève de CP qui se trouve sur les marches d’un escalier et lui demande de descendre. L’élève lui répond, refuse. Jean Willot renouvelle sa demande et devant l’opposition de l’élève, le saisit par le bras pour le faire descendre – ou se contente d’une punition verbale, sans aucune violence, comme il le dira à ses proches."

 

De tels faits méritent-ils une plainte des parents d'élèves ?

Mais où va-t-on ?

C'est donc toujours l'enseignant qui est coupable ? Les élèves auraient-ils tous les droits, notamment celui de ne pas obéir ?

Dans une société où l'enfant est roi, les punitions n'ont plus la cote, elles sont souvent remises en question par les parents eux-mêmes, des parents qui renoncent parfois à éduquer leurs enfants.

 

Et que dire de la hiérarchie ? Elle n'hésite pas à mettre en cause les enseignants, dès qu'un problème surgit...

Une classe est indisciplinée, c'est la faute des enseignants, des élèves abandonnent le latin ou le grec, qui est responsable ? Encore et toujours les enseignants...

 

Bientôt, les métiers de l'enseignement ne seront plus gérables : de plus en plus de jeunes se détournent de cette profession si noble qui consiste à transmettre des connaissances, à susciter la réflexion et l'esprit critique.

Mais où va une société qui méprise ses enseignants ?

JPEG

 

Le blog :

http://rosemar.over-blog.com/2019/04/un-enseignant-se-suicide-mais-ou-va-une-societe-qui-meprise-ses-enseignants.html

 



123 réactions


  • Fergus Fergus 3 avril 11:40

    Bonjour, Rosemar

    Il n’est pas très prudent d’affirmer que les faits se sont passés de telle ou telle manière avant que l’enquête ait été menée à bien. Personnellement, je trouve ce suicide très surprenant compte tenu des éléments disponibles et des soutiens de l’enseignant. D’autre part, je n’oublie pas qu’un suicide est très rarement imputable à une cause unique. Bref, attendons que les enquêteurs nous en disent plus... 

    Pour ce qui est de la « société qui méprise ses enseignants », force est de reconnaître qu’une partie d’entre eux y a contribué, ici par laxisme, là par désinvolture, ailleurs par incompétence évidente.


    Et je le regrette car les enseignants sont, avec les parents  et parfois en première ligne  au coeur de la construction des jeunes.


    A cet égard, je regrette la pression et la judiciarisation qui s’exercent de plus en plus souvent sur les enseignants en matière de discipline. Oui, il faut protéger les élèves, mais il faut également ne pas leur donner prise sur les professeurs.


    En réalité, tout cela est très complexe, et bien malin celui (ou celle) qui trouvera la solution équilibrée pour restaurer le respect nécessaire entre les parties dans le triangle enseignants-parents-élèves !



    • rosemar rosemar 3 avril 11:47

      @Fergus

      Parler de « laxisme, de désinvolture, d’incompétence » à propos de cet enseignant est une insulte. C’est lamentable ! Il était respecté et reconnu comme un bon enseignant.


    • rosemar rosemar 3 avril 11:52

      @Fergus
      « les enseignants sont, avec les parents — et parfois en première ligne — au coeur de la construction des jeunes. » dites-vous...

      Hélas, un certain nombre de parents renoncent à éduquer leurs propres enfants... comme je le dis dans l’article..


    • Fergus Fergus 3 avril 12:06

      @ rosemar

      Enseigner, c’est me semblet-il, savoir lire un texte. Or, vous n’avez à l’évidence pas lu avec attention ce que j’ai écrit : nulle part, je n’ai parlé de « « laxisme, de désinvolture, d’incompétence » à propos de cet enseignant » !!!  smiley

      Je reconnais sans la moindre hésitation que la majorité des enseignants fait consciencieusement son boulot. Mais comme dans toutes les professions, il y a des éléments qui ne sont pas taillés pour le job, que vous le vouliez ou non, et ceux-là nuisent à la corporation !


    • rosemar rosemar 3 avril 12:09

      @Fergus

      Mais pourquoi polémiquer sur d’autres enseignants ? Cet enseignant qui s’est suicidé n’est pas suspect, lui, de ces reproches...


    • Le Sudiste Le Sudiste 3 avril 12:11

      @rosemar
      C’est volontaire de transformer ce que dit Fergus ou vous ne comprenez rien à ce qu’il dit ?
      « Parler de « laxisme, de désinvolture, d’incompétence » à propos de cet enseignant est une insulte. C’est lamentable ! » 
      Ce qui est surtout lamentable et malhonnête c’est qu’il n’en parle pas à propos de cet enseignant mais « Pour ce qui est de la « société qui méprise ses enseignants  » ».


    • Le Sudiste Le Sudiste 3 avril 12:15

      Salut Fergus,
      On s’est croisé...
      Par contre je suis moins sûr pour ça :
      « Je reconnais sans la moindre hésitation que la majorité des enseignants fait consciencieusement son boulot. »

      Ou alors faut rajouter « lol ».


    • rosemar rosemar 3 avril 12:17

      @Le Sudiste
      Mais enfin, cet article concerne le suicide d’un enseignant respecté : vous savez lire ? Pourquoi faire des amalgames ?


    • Le Sudiste Le Sudiste 3 avril 12:29

      @rosemar
      Oui, je sais lire mais j’ai une option en plus, je comprends ce que je lis.
      Votre texte finit par « Mais où va une société qui méprise ses enseignants ? »
      Fergus ajoute une réflexion là-dessus, il ne fait aucun amalgame, c’est vous qui élargissez le propos.


    • rosemar rosemar 3 avril 12:36

      @rosemar

      Hélas, il y a de quoi l’élargir : regardez la liste des enseignants qui se sont suicidés.


    • JulietFox 3 avril 13:34

      @Fergus
      Certes de nos jours, des « enseignants » arrivent sur le « marché » puisque nous sommes dans une Start up Nation nantis d’un master, mais ne savent pas enseigner.
      Foin des IUFM !


    • Trelawney Trelawney 3 avril 13:36

      @Fergus
      Pour vous aider à comprendre, voici un témoignage d’une collègue de cet instituteur.

      Je suis juste un relais de plus d’un relais : je suis aussi enseignant à Eaubonne et j’ai eu la chance de travailler avec Jean. Je n’arrive toujours pas à comprendre….
      RIP Jean

      Bonjour à tous, 
      Je transfère ce message pour que le plus grand nombre prenne connaissance de cela..
      (J’ai vérifié l’information avant de la diffuser)
      Message de la part de la femme d’un collègue, 
      « La semaine dernière, mardi soir, dans l’école Flammarion a Eaubonne, une mère d’élève (d’un chiant pour changer), et qui aime montrer qu’elle a du pouvoir, a porté plainte au commissariat contre un enseignant (Jean, 60 ans figure de l’école) pour violence aggravée sur mineur car il aurait »osé« l’attraper par le bras car il ne voulait pas venir alors qu’il tapait d’autres gamins, bref une histoire à la con comme on peut en voir tous les jours. 
      Sauf que :
      - le jeudi matin le Jean apprend la nouvelle, il tombe complètement de l’armoire, rentre chez lui et se fait arrêter par son médecin, il appelle les syndicats pour préparer sa défense
      - le jeudi soir des mères élues parents d’élèves (fouille-merdes) se procurent on ne sait comment le numéro personnel de Jean et l’appellent, on ne sait pas ce qui s’est dit,
      - Vendredi matin Jean se suicide.
      Équipe effondrée.
      Jean Willot, c’est son nom.
      Plainte infondée évidemment, la mère n’a même pas cherché à lui parler avant de poser sa plainte. 
      Dimanche le groupe de mères élues parents d’élèves appelle la directrice et ose lui dire que si elle avait réagi dès le 1er appel de la mère (passé le mardi soir pendant l’étude) rien ne serait arrivé, que ce qui est arrivé est donc de sa faute, ces mêmes mères élues appellent sur le portable de la veuve de Jean.
      On continue, lundi matin : 
      - équipe de 30 personnes dans l’école (inspection, mairie et compagnie) à 7:45 pour blablater les enseignants, qui doivent reprendre leur classe dès 8:30, le môme en question est présent,
      - interdiction pour eux de parler de l’affaire aux parents, aux médias ou à qui que ce soit
      - interdiction de changer le gamin d’école sauf si sa mère en fait la demande, ne pas stigmatiser la mère ou l’enfant, les protéger de tout traumatisme.
      Étouffement total de l’affaire.
      Mardi : on informe l’équipe que seuls 3 enseignants (sur 12) pourront assister aux obsèques de leur collègue (faut bien faire tourner l’école), indignation. Finalement on leur autorise de 10h à 12h... Écoeurement.
      De plus, la mère refuse de changer son gamin d’école, elle n’a apparemment aucune part de responsabilité dans ces événements.
      L’équipe est totalement assommée, piétinée alors qu’elle est déjà à terre et a besoin de soutien de la communauté. »

      Et voici le courrier envoyé aux directeurs.trices de la circonscription :
      « Mesdames et Messieurs les Directeurs, 
      J’ai le regret et la tristesse de vous annoncer le décès de M. Willot, […]. Dans ce moment douloureux, l’équipe de circonscription s’associe à la peine de sa famille. 
      En concertation avec l’Inspection Académique et le CAAEE, un dispositif a été mis en place pour accompagner les élèves et l’ensemble des membres de la communauté éducative afin d’assurer la continuité pédagogique dans un climat le plus serein possible. 
      Je sais pouvoir compter sur votre soutien et votre discrétion dans le souci de préserver l’intimité de la famille. »

      Je n’ai pas du tout envie d’être discret !!!!

      Complément d’info du maire d’Eaubonne.
      La mère qui a portée plainte au commissariat est issue d’une famille à problème. Son fils qui est en CP a déjà fait l’objet d’un changement d’école car trop agité dans la première. Cette femme est liée avec des « représentes » de parents d’élèves et ont formé un petit groupe pour mette la pression auprès de la mairie et l’école. Voilà pour ce qui est du contexte.

      Conclusion : Si vous voulez protéger vos enfants, mettez les dans le privé, car l’école publique est devenue un énorme foutoir !


    • Fergus Fergus 3 avril 14:02

      Bonjour, JulietFox

      L’important dans l’art d’enseigner se trouve beaucoup plus dans le charisme des professeurs et leurs capacités pédagogiques  innées et/ou développées dans un cadre de formation de type IUFM — que dans un diplôme de haut niveau qui, en lui-même, ne donne aucune garantie de compétence.

      Et pour cause (l’ancien responsable de formation que j’ai été en sait quelque chose) : la connaissance ne suffit pas, loin de là, il ne peut y avoir de compétence sans aptitude  !

      C’est pourquoi la suppression des IUFM a en effet été une calamité  !


    • JC_Lavau JC_Lavau 3 avril 14:03

      @JulietFox. C’est une question d’élitisme : si vous êtes bien né(e) vous savez enseigner de naissance. Mais tous les autres sont des inférieurs qu’on aurait déjà dû éliminer. Par suicide c’est plus chouette et plus jouissif.


    • Fergus Fergus 3 avril 14:05

      Bonjour, Le Sudiste

      Merci pour le soutien. smiley


    • ZenZoe ZenZoe 3 avril 14:44

      @Fergus
      Vous avez tout dit. Et bien. Avec sagesse et prudence.
      Effectivement, l’enquête est en cours.
      Effectivement, un suicide est complexe.
      Mais non, Rosemar fonce bille en tête. Elle ne vous lit pas Fergus, elle ne lit pas les autres, elle est juste emportée par son sujet de prédilection : l’abominable mépris dont on accable les profs et leurs conditions de travail épouvantables, tellement que Zola en aurait pleuré et aurait écrit un roman là-dessus s’il avait vécu jusqu’à aujourd’hui.

      Rosemar, têtue, aveugle, sourde, sectaire et corporatiste est tellement sûre de ce qu’elle raconte, tellement sûre de son fait qu’elle ne voit même pas que ce sont des profs comme elle qui donnent une réputation exécrable à ce beau métier.


    • pipiou 3 avril 14:45

      @Fergus
      Sur ce cas précis les éléments connus sont déjà suffisamment clairs pour ne pas permettre de se retrancher précautionneusement derrière un « il faut attendre l’enquête ».

      Un suicide est très rarement lié à une cause unique, est-ce une raison pour deresponsabliser l’auteur de l’événement déclencheur ?

      Quand un enfant se suicide en raison de harcèlement on pourrait utiliser exactement le même argument pour « absoudre » la meute de harceleur (« c’est pas moi, j’étais pas tout seul ... ») ; heureusement qu’on ne fait plus cela, depuis quelques d’années. Il a fallu « un suicide de trop ».

      Que votre commentaire de relativisation soit largement apprécié par les agoravoxiens montre toute l’horreur de ce problème : les adultes se réjouissent presque du suicide d’un enseignant, qui oserait le faire pour le suicide d’un enfant ?

      Clairement notre société est malade. Rosemar dit souvent des bêtises, mais pas tout le temps.


    • pipiou 3 avril 14:47

      @Le Sudiste
      Vous êtes une superbe confirmation de ce que dit Rosemar, merci de donner votre cerveau à la science de la connerie !!

      La majorité des parents sont des pervers ... LoL


    • ZenZoe ZenZoe 3 avril 15:14

      @pipiou
      Tout suicide est un drame. Il n’y a pas de hiérarchie dans la détresse humaine lorsqu’elle conduit à se donner la mort. Or, et c’est là le problème, Rosemar tente d’en introduire une. Les profs ne méritent pas ça. C’est vrai, mais ni plus ni moins que d’autres.

      PS : je n’ai lu personne qui se réjouissait du suicide de l’enseignant.
      En revanche, je viens de lire un article (celui de Rosemar ici même), dans lequel l’auteur n’offre aucun propos de sympathie pour l’enseignant et sa famille, mais utilise de façon répugnante un drame intime comme prétexte à ses jérémiades habituelles sur un manque de respect intolérable pour une si noble profession.


    • pipiou 3 avril 15:41

      @ZenZoe
      Les profs sont particulièrement exposés. D’ailleurs c’est connu depuis longtemps pour ceux qui s’informent .

      Vous seriez heureuse qu’on continue à cacher le harcèlement scolaire ? c’était le cas il y a 5 ans encore, jusqu’au mort « de trop ».

      Personne ne se réjouit de ce suicide mais beaucoup, comme vous, trouvent cela quelconque, parce que sans doute vous n’aimez pas trop les enseignants.
      Ce que vous ne comprenez pas c’est que si les enseignants ne sont pas protégés alors qui protège les élèves ?
      Le sexisme et la violence verbale sont en recrudescence dans les établissements scolaires, mais on s’en fout hein, parce que Rosemar elle est méchante et que la contredire sert votre projet.
      Si Rosemar se déclarait contre le viol diriez vous qu’il n’y a pas de hierachie dans la violence et que bof ?


    • ZenZoe ZenZoe 3 avril 16:52

      @pipiou
      Je ne trouve rien à redire lorsqu’on m’oppose un argument solide, mais s’il ya quelque chose que je n’aime pas trop, c’est lorsqu’on me prête des idées ou sentiments que je n’ai pas juste pour prouver un point.
      Je ne trouve aucun suicide quelconque, où voyez-vous ça ?
      Je n’aime pas les enseignants, où ai-je écrit cela ?
      Je me fous du sexisme et de la violence verbale, pareil, où ?
      Vous avez déjà prétendu dans un précédent commentaire que l’on se réjouissait du suicide de l’enseignant, puis avez manifestement fait machine arrière « (Personne ne se réjouit de ce suicide »), Merci donc de reconnaître qu’il est possible que je n’aie pas les pensées que vous me prêtez, tout bien réfléchi. smiley


    • rosemar rosemar 3 avril 17:09

      @ZenZoe

      Je vous conseille de lire le commentaire posté par Trelawney... 


    • JC_Lavau JC_Lavau 3 avril 17:18

      @trelaw. «  lundi matin : 
      - équipe de 30 personnes dans l’école (inspection, mairie et compagnie) à 7:45 pour blablater les enseignants, qui doivent reprendre leur classe dès 8:30, le môme en question est présent,
      - interdiction pour eux de parler de l’affaire aux parents, aux médias ou à qui que ce soit
      - interdiction de changer le gamin d’école sauf si sa mère en fait la demande, ne pas stigmatiser la mère ou l’enfant, les protéger de tout traumatisme.
      Étouffement total de l’affaire.
        »

      Pas un des commentateurs n’a évoqué le rôle suicideur de l’administration. Visiblement, ceux-là n’ont jamais enseigné dans l’EN, ignorent à quel point cette administration est pourrie par la tête..


    • JC_Lavau JC_Lavau 3 avril 17:20

      @ZenZoe : « Tout suicide est un drame ». Bin non : pour les suicideurs ou suicideuses, c’est un triomphe.


    • Cyrus (TRoll de DRame) Cyrus (TRoll de DRame) 3 avril 17:53

      @rosemar

      une mère d’élève (d’un chiant pour changer),
      des mères élues parents d’élèves (fouille-merdes)

      >effectivement c’ est très parlant sur l’ incompétence de certain prof ...

      On ne doit pas devenir prof dans le publique si l’ on ne veut que des « bon élève » , 
      si on souhaite l’ excellence , on va dans des écoles d’ excellence mais la encore faut il avoir le niveau pour prétendre a l’ excellence soi même smiley ....
      le tri ce n’ est pas que pour les autres ....

      Son suicide , dénote une profonde instabilité mentale car il ne s’ agit pas d’ un suicide par impulsion , mais d’ un suicide mit en scène avec préméditation .
      laissez des prof non dépisté et couvert par « l’ excellente réputation » c’ est criminelle .
      On assiste aussi a une mise en scène manipulatoire , ou son acte sert a enfoncer l’ élève et ses parent ... c’ est un comportement perverse destiné a culpabiliser autrui.

      Enfin , d’ après la scène décrite , l’ eleve turbulent et non pas chiant , ne pouvais avoir que quelque bleu ...

      Meme avec une plainte de bon droit , le bénéfice du doute lui aurais profiter , il aurait meme pu contrattaquer pour denonciation calomnieuse .Dans un etat psychologique normal , ou sans culpabilité profonde , il n’ aurait pas instrumentaliser sa mort .

      Il serait donc très intéressant de saisir les ordi pour vérifier que son coté perverse ne s’ étendait pas a d’ autre domaine ...

      Ce suicide n’ as en psychiatrie aucune raison logique si ce n’ est d’ interrompre une action publique et de mètre fin a l’ enquête . 

       


    • Cyrus (TRoll de DRame) Cyrus (TRoll de DRame) 3 avril 18:14

      @JC_Lavau

      Pas un des commentateurs n’a évoqué le rôle suicideur de l’administration. Visiblement, ceux-là n’ont jamais enseigné dans l’EN, ignorent à quel point cette administration est pourrie par la tête..

      >c’ est vrai aussi , les « administrateur » se préoccupe plus de politique que d’ enseignement du « fait » , il ne s’ agit plus de former le sens critique , mais au contraire de formater « le bon citoyen selon les valeur politique du moment » 


    • Alren Alren 3 avril 19:41

      @Le Sudiste

      Vous qui jugez globalement une profession entière sans la moindre donnée statistique, dans votre aveuglement obscurantiste (car bien sûr vous ne parlez que des enseignants du public pas du privé catholique, on a bien compris !), vous allez avoir de plus en plus raison.

      Car comme le dit Rosemar, les jeunes femmes et hommes de qualité, morales et intellectuelles, qui envisageaient à l’adolescence de devenir enseignants, sont de plus en plus nombreux à y renoncer et le seront toujours davantage !


      En effet, j’ai appris que les nominations des enseignants, après les abus de pouvoirs d’avant-guerre, avaient obtenu à la Libération que lesdites nominations se feraient en commission paritaire, moitié représentant du personnel, moitié hiérarchie.

      Pour les personnels, c’était l’assurance que les opinions politiques ou syndicales ne pourraient pas nuire à leur carrière.

      Eh bien ! Monsieur Castaner veut revenir à l’arbitraire d’avant-guerre et que seule une hiérarchie à ses ordres effectuera ces nominations à discrétion. Pas besoin de faire un dessin !

      Il faudra encore que le pouvoir (s’il se maintient !) augmente encore le chômage pour que des titulaires de master se résignent la mort dans l’âme à être traités comme de pauvres types, de pauvres filles !

      Même les jeunes de droite, surtout pas les bourgeois, refuseront de faire ce métier méprisé.


      Naturellement, les jeunes Français et la France de l’avenir le paieront très cher, à une époque où la première richesse est la compétence intellectuelle et où il faut changer complètement de modèle industriel pour toujours plus de technicité.


      PS. Le Sudiste ? C’est une allusion à la guerre de Sécession US ?
      Vous auriez été pour l’esclavage des noirs ?


    • Alren Alren 3 avril 19:44

      @JulietFox

      « Certes de nos jours, des « enseignants » arrivent sur le « marché »  puisque nous sommes dans une Start up Nation nantis d’un master, mais ne savent pas enseigner. »

      Ils vous attendent pour leur apprendre ! Car vous êtes extrêmement compétente sur le sujet, n’est-ce pas ?


    • Alren Alren 3 avril 19:56

      @Seudoo

      J’ai eu la possibilité de consulter des cahiers et copies d’élèves d’avant 14, d’entre-deux-guerres et des années 50 et je peux vous dire, d’une part il y avait moins de matières, que les apprentissages étaient au ras du tapis (la liste des préfectures et sous préfectures de chaque département en est un exemple amusant) essentiellement du par-cœur sans réflexion demandée et qu’en matière d’expression écrite ou de mathématique, le niveau était, d’un certain point de vue, inférieur à celui d’aujourd’hui.

      J’ai toujours constaté avec amusement que les parents qui avaient conservé les cahiers et copies de leur scolarité se gardaient bien de les monter à leurs enfants !!!

      Autrefois les élèves en difficulté redoublaient et aucun élève ne lisant pas correctement n’allait en sixième.
      Mais le redoublant coûte cher, n’est-ce pas, et il faut faire des économies si les riches ne paient pas d’impôt à hauteur de leur rente.
      Alors oui, on trouve au collège des élèves qui n’ont rien à y faire et pour lequel il faudrait un enseignement spécialisé ... mais trop coûteux pour un pays du tiers-monde comme la France.


    • Alren Alren 3 avril 20:12

      @Fergus

      « Il n’est pas très prudent d’affirmer que les faits se sont passés de telle ou telle manière avant que l’enquête ait été menée à bien. »


      Oh, la belle sagesse ! sauf que vous commencez, sans le moindre indice, à excuser le système en évoquant d’autres causes au suicide que l’hostilité manifeste et a priori de la hiérarchie qui saute sur une occasion pour le blâmer et le blesser au plus profond par la phrase suivante :


      « D’autre part, je n’oublie pas qu’un suicide est très rarement imputable à une cause unique. » 


      «  Bref, attendons que les enquêteurs nous en disent plus ... »


      Mais quelle enquête ? Quels enquêteurs ?

      Après un suicide avéré, la police cesse toute investigation.

      Quant à l’administration EN qui n’a pas eu un mot de compassion pour ce père de famille qu’elle a blâmé sans attendre, vous croyez qu’elle va « enquêter » ? Sur sa responsabilité morale ? Mais dans quel monde vivez-vous ?


      Ah ! Si un élève s’était suicidé par la faute d’un professeur, toute la presse Macron en aurait parlé et la responsabilité du professeur fustigée par les belles âmes. L’administration aurait, sans attendre, prononcé une sanction forte avant toute « enquête ».


      On retrouve ce « deux poids-deux mesures » pour un gilet jaune mutilé et un policier légèrement blessé. Ce n’est pas un hasard.


    • pipiou 3 avril 20:39

      @ZenZoe
      Je ne prête rien du tout, je constate votre formulation : « tout suicide est un drame », comme dire que tout accident est triste, mais tous les accidents se valent.

      Il y a certaines typologies suicides professionnels qui sont très complexes à « traiter », comme le cas des agriculteurs où c’est surtout lié à l’environnement économique qui met une grosse pression economique menant au desespoir. C’est clairement lié à la profession et ça reste affreux.

      Pour les flics et les profs c’est également lié à la profession, mais ce qui est caractéristique c’est plutôt que c’est dû à une répétition d’agressions morales, dont beaucoup sont évitables.
      Dans le cas de jean Willot il s’agit de la situation particulièrement emblématique où la victime est accusée personnellement, pas en tant que professionnel mais en tant qu’individu . Et la victime sait, dès le début de l’agression, qu’elle sera au mieux ignoré par sa hiérarchie, au pire utilisé comme bouc émissaire.
      Quand la plainte arrive le prof sait qu’il est piégé : soit il accepte le piège qui va le broyer, soit il s’échappe, par le suicide.

      Moi non plus je n’aime pas les leçons de morale, surtout que je connais extrêmement bien le sujet en tant que prof : cette semaine une mère d’élève a menacé de porter plainte contre moi juste parce que j’insistais pour que son fils fasse une petite punition.
      La mère harcelait le Proviseur qui a fini par me lâcher, quitte à m’humilier publiquement.
      Il faut savoir que le fonctionnement hierarchique de l’EN est basé sur la culpabilisation et l’humiliation.

      Je n’ai pas dit que vous vous foutiez du sexisme et des violences verbales, mais à moins que vous ne soyez prof, vous n’êtes pas au courant de ce phénomène caché et grandissant qui est assurément le signe d’une société qui pourrit à travers ses enfants. Pour une fois Rosemar a raison mais le dit très mal.


    • mmbbb 3 avril 20:42

      un peu n importe quoi ce commentaire , Vous devriez lire les jugements des tribunaux , la justice est la seconde institution vérolée . Quant a votre analyse psychiatrique , elle est lapidaire . Tres con . in fine 


    • ZenZoe ZenZoe 3 avril 21:21

      @pipiou
      Vous allez dire que je suis têtue, mais j’insiste. Vous m’avez prêté des pensées qui ne sont pas les miennes (notamment sur le côté quelconque d’un suicide).
      Quant à votre tirade ci-dessus sur les conditions de travail moderne, elle est très belle, mais elle n’a rien à voir avec ce que j’essaie de dire, à savoir :
      1) Rosemar hiérarchise. Or jamais elle ne me fera admettre que les conditions de travail des enseignants, aussi dures soient-elles, soient pires et plus dignes d’intérêt que celles d’autres professions. Et c’est ce qu’elle insinue souvent dans ses articles, dont celui-ci.
      2) Rosemar utilise l’histoire personnelle d’un enseignant comme point de départ pour se plaindre. Qu’elle ait raison ou pas sur les conditions de travail n’est pas mon sujet. Mon sujet est qu’elle n’en a apparemment pas grand chose à faire de ce pauvre enseignant.
      Nul mot de sympathie pour lui ou sa famille, vous avez remarqué ? il est juste là « pour son introduction ». Cela s’appelle de la récupération, et ce procédé me débecte. L’enseignant méritait mieux, un peu de respect de la part de sa collègue provençale peut-être ? Si les enseignants déjà ne se respectent pas entre eux, pourquoi s’en prendre à la société ? Qu’ils donnent l’exemple !
      Sinon, j’apprécie souvent vos commentaires. Voili voilà.


    • ZenZoe ZenZoe 3 avril 21:35

      @rosemar
      Je vous conseille de lire le commentaire posté par Trelawney... 


      Vous pouvez parler ! Lisez d’abord les commentaires des autres, cela vous permettra peut-être de ne pas répondre à côté. Celui de Trelawney d’ailleurs n’a rien à voir avec ce que je dis.


    • JC_Lavau JC_Lavau 3 avril 22:28

      @Alren, et le crime parfait : « Après un suicide avéré, la police cesse toute investigation ». C’est tout bénef pour les suicideurs ou suicideuses.
      Le protale harcèle sa tête de turc : « M’enfin ? Kévzattendez pour culpabiliser et déprimer ? Vous voyez pas qu’on est tous contre vous ? ». Impunité garantie.


    • Trenien 3 avril 22:57

      @Fergus

      Pour ce qui est de la « société qui méprise ses enseignants », force est de reconnaître qu’une partie d’entre eux y a contribué, ici par laxisme, là par désinvolture, ailleurs par incompétence évidente.

      Quelle belle réponse, si équilibrée... Non ?
      Ou plutôt, s’agit-il d’une abjection supplémentaire ?
      On met en gras un élément supposé indiquer une mesure, mais bien sûr, tout est dans le non-dit, le suggéré que l’imprécision permet. Cette remarque ici suppose que les enseignants ne sont pas pour rien dans les problèmes qui les accablent.
      Tout le monde sait que ce n’est pas avec un pourcentage mineur de personnes ne faisant pas correctement leur travail (genre 1-2%, ou même 10%) qu’un tel problème émerge. Non, il faut une proportion importante, si ce n’est une majorité.

      En d’autre termes, Fergus fait encore ici preuve de sa grande capacité à émettre des commentaires de niveau ’café du commerce’ enrobés dans un joli paquet pour donner une impression de réflexion profonde.

      Ca fait bien longtemps que je ne répond plus que très rarement, mais certaines réactions continue de me faire bondir...


    • Le Sudiste Le Sudiste 3 avril 23:37

      @Alren
      « PS. Le Sudiste ? C’est une allusion à la guerre de Sécession US ?
      Vous auriez été pour l’esclavage des noirs ? »

      Parce que tu cherches n’importe quoi pour appuyer ta merde de pensée tu sors la chose « négative » qui te viens et qui t’arranges dans ton discours. Oui, je sais, on dira que je suis insultant. Ton propos ne l’étant pas évidemment, c’est tout naturel de me demander si je suis pour l’esclavage des noirs.
      Mais d’autre me parle de poupée, de blonde... je laisse à chacun la force de leurs arguments.

      "Vous qui jugez globalement une profession entière sans la moindre donnée statistique, dans votre aveuglement obscurantiste"


      D’où tu sors ça crétin ? A aucun moment je « juge globalement une profession entière ». Je dis UN mot. Lol. Voici le passage concernant un propos de Fergus :
      "Par contre je suis moins sûr pour ça :« Je reconnais sans la moindre hésitation que la majorité des enseignants fait consciencieusement son boulot. »

      Ou alors faut rajouter « lol ».« 

      C’est tout.

      Et toi, tu viens me dire après ça :

       »Vous qui jugez globalement une profession entière sans la moindre donnée statistique, dans votre aveuglement obscurantiste"


      T’es une caricature.

      Mais pourquoi pas développer un peu sur ce sujet ?

      Ce qui dépasse les capacités des enseignants, c’est de comprendre que quand on a fait un peu d’études, on en a vu des enseignants...
      Quand on a fait un peu d’études, on sait aussi que les feignasses et ceux qui savaient ne pas pouvoir poursuivre beaucoup plus loin leurs études, pousser un peu plus les capacités du cerveau, se sont dirigés vers l’enseignement... Sécurité de l’emploi, et ? et ? vacances ! Yes !

      Beaucoup donc se sont tournés vers l’enseignement parce qu’ils avaient des résultats médiocres. J’en ai connu plein ! Et ils travaillent effectivement dans l’enseignement aujourd’hui !
      La vraie « vocation » c’est certainement pas 10%. La vocation « branleur » est bien plus présente. Et de plus la vocation n’inclut pas ce que souligne encore Fergus plus haut : « L’important dans l’art d’enseigner se trouve beaucoup plus dans le charisme des professeurs et leurs capacités pédagogiques — innées et/ou développées »
      Je ne suis pas certain que ce soit « inné » et/ou que cela puisse se développer. C’est un peu comme le shining, tu l’as ou tu l’as pas. Et je ne vois pas comment celui qui ne l’a pas puisse le développer.

      La posture sans cesse agressive des enseignants quand il est question de leurs capacités est d’ailleurs assez significative ! On leur proposerait 6 semaines de formations par an, ils refuseraient. Après tout, ne savent-ils pas déjà tout, n’ont-ils pas déjà tout compris ?

      Et quand on a fait un peu d’étude et qu’on les a dépassé selon leurs propres critères, on est peut-être aussi capables d’en parler comme de toute chose que l’on connait. On peut en parler si tu veux. Mais ce sera bien pire que des insultes.

      PS : Tu as une Kangoo ou une Dacia ?


    • JC_Lavau JC_Lavau 4 avril 08:05

      @Trelawney. Le couple criminel mère-fils est fusionnel dans sa toute-puissance illimitée. Aucun père pour cadrer ce galopin. Aucun mari pour calmer cette furie. Soit elle le domine totalement, soit elle l’a déjà éliminé  cas le plus fréquent. 
      Eliminé, la preuve : « interdiction de changer le gamin d’école sauf si sa mère en fait la demande, ne pas stigmatiser la mère ou l’enfant ».
      Bloquée sur un réglage anocytocique et hyper-amygdalien. Et fortement encouragée en cela par les gangs de lesbiennes autoritaristes qui dominent la vie sociale au bénéfice et dans l’intérêt de la guerre sexiste.

      Je prédis que ce galopin ne s’arrêtera pas là dans sa carrière criminelle.


    • pipiou 4 avril 09:12

      @ZenZoe
      Effectivement vous êtes tétue, mais ça ne me gêne pas, surtout que vous exposez poliment et avec rigueur vos arguments.
      Et je suis d’accord qu’ici Rosemar ne montre pas beaucoup d’empathie pour l’enseignant en cause ; elle aurait du passer plus de temps à exposer les conditions de ce drame, car il méritait d’être explicité en détails.

      On dira que vous et moi n’avons pas lu l’article de Rosemar de la même façon.

      Cordialement.


    • JC_Lavau JC_Lavau 4 avril 09:38

      @JC_Lavau. Autre point à investiguer dans l’enquête criminelle qui ne sera jamais faite : comment fut obtenue la fragilité et la paralysie de Jean Willot face à l’invulnérabilité sous couverture victimaire, de ce genre d’abuseuses et criminelles ?
      Admettons  les sources sont contradictoires  qu’il ait eu 57 ans, donc né en 61 ou 62 ; il aurait donc eu sa majorité-Giscard en 80.
      L’enquêteur a du travail  à condition qu’enquêteur il y ait.


    • JC_Lavau JC_Lavau 4 avril 18:42

      @Trelawney : «  le jeudi soir des mères élues parents d’élèves (fouille-merdes) se procurent on ne sait comment le numéro personnel de Jean et l’appellent, on ne sait pas ce qui s’est dit,
      - Vendredi matin Jean se suicide.
       »

      Mais attention hein ! Les tueuses sont des victimes parce que femmes, et le tué est nécessairement un coupable puisqu’il est homme...


    • Fanny 4 avril 20:54

      @Alren

      « qu’en matière d’expression écrite ou de mathématique, le niveau était, d’un certain point de vue, inférieur à celui d’aujourd’hui. »

      Pour le niveau en maths autrefois, je n’en sais rien. Mais pour le niveau en expression écrite à l’âge du certificat d’études, j’ai un doute. Ayant connu des paysans nés à la fin du XIXème siècle dans le village de montagne où je passe mes vacances, leur niveau en expression écrite m’a stupéfié : syntaxe et orthographe quasi parfaites. J’ignore le niveau des jeunes d’aujourd’hui en Français (les miens ont passé la quarantaine), mais j’ai comme un doute quant à votre « inférieur à celui d’aujourd’hui ».


    • rosemar rosemar 4 avril 21:37

      @Trenien

      En effet... merci de le souligner : un commentaire niveau « café du commerce », c’est lamentable.


    • Venceslas Venceslas 4 avril 23:03

      @Fergus
      Mais non, mais non, ce sont les IUFM qui ont été une calamité !


    • Venceslas Venceslas 4 avril 23:08

      @Cyrus (TRoll de DRame)
      Atroce, ce commentaire. Vous avez beaucoup de clients, en tant que psy ? 


  • JC_Lavau JC_Lavau 3 avril 12:11

    Bin ! Il y a tout bénef ! Il a cotisé pendant trente ans, il n’a pratiquement jamais encore été malade. Pas encore de cancers. On gagne toute sa retraite à ne pas payer, et pas un seul soin médical de vieux !

    C’est l’avenir, moi j’vous dis ! Les profs, faut tous les suicider entre 55 et 60 ans.


  • bedeau bedeau 3 avril 12:50

    Et des policiers, et des agriculteurs et des médecins...et des employés du public, et des chômeurs, etc... etc... pas une seule allusion ?

    L’esprit de secte existe fort chez les enseignants :->


  • gaijin gaijin 3 avril 12:51

    les enseignants se suicident

    les policiers se suicident

    les agriculteurs se suicident

    ........

    y aurait il un problème quelque part ?

    s’il y a un problème les enseignants n’y seraient ils pas pour quelque chose ?

    https://www.youtube.com/watch?v=L9ZB6fE1hsw


    • pipiou 3 avril 14:49

      @gaijin
      Les femmes violées sont également responsables de leur sort . ...
      Comme les chomeurs ..
      Comme les dépressifs ...
      Comme les morts sur la route ..
      Comme les SDFs ....
      Comme les civils tués sous les bombes


    • gaijin gaijin 4 avril 10:08

      @pipiou
      toujours absurde ?
      il vous aurait échappé que cette merveilleuse société est dirigée par les premiers de la classe ?


    • pipiou 4 avril 10:24

      @gaijin
      Toujours a chercher un supra-responsable qui déresponsabilise les membres de la société. C’est la faute au Président, aux politiques, bla, bla.

      Si les parents se comportent souvent comme de vulgaires consommateurs de l’école c’est aussi de leur faute.

      Les Français n’ont besoin d’aucun « premier de la classe » pour se foutre sur la gueule et gaspiller leur énergie.

      Vous faites de la politique à la con, exactement beaucoup de syndicats et d’enseignants, c’est puéril.


    • gaijin gaijin 4 avril 17:35

      @pipiou
      « Toujours a chercher un supra-responsable qui déresponsabilise les membres de la société. »
      précisément pas ma démarche vise toujours a remettre les gens face a leurs responsabilités ...en l’ occurrence ce sont les profs qui produisent les premiers de la classe , qui ensuite dirigent ....ils feraient donc bien de se questionner sur la question 
      ce qui n’exclu pas la responsabilité des parents .....


    • pipiou 4 avril 18:10

      @gaijin
      Ah parce que c’est aux profs d’être responsables de la moralité des futurs adultes maintenant.
      Vous avez vraiment du mal à mettre les parents en face de leurs responsabilités.

      Quand les gens traversent en dehors des clous c’est certainement la faute des profs.

      Et vous vous êtes face à quoi ?


    • Venceslas Venceslas 4 avril 23:10

      @gaijin
      Etes-vous si sûr que ce n’est pas la propagande ultra-libérale qui y est pour quelque chose ? 


    • gaijin gaijin 5 avril 10:18

      @Venceslas
      la propagande ultralibérale ? oui bien entendu mais elle même ne vient pas du néant ça s’appuie sur une logique du monde qui est le positivisme comtien. c’est pour ça que la propagande libérale marche elle est le prolongement logique d’un monde ou le quantitatif est privilégié sur le qualitatif .........
      le modèle scolaire lui même est un modèle libéral : il faut travailler seul et être le premier non ? a moins que s’il y avait une prime a celui qui aide les autres je ne l’ai pas vu ? .......la répartition par classe d’âge est elle issue d’un modèle militaire prussien alors qu’en terme d’ apprentissage c’est absurde et que c’est dans un groupe de pairs que l’on rencontre le plus de compétition ....on pourrait parlerdu calendrier qui est fait non pas pour favoriser le travail mais pour maximiser les bénéfices des entrepreneurs en tourisme .........
      etc.......


    • gaijin gaijin 5 avril 10:22

      @pipiou
      « Vous avez vraiment du mal à mettre les parents en face de leurs responsabilités. »
      pas du tout et ce n’est pas une question de morale
      mais combien de temps un enfant passe a l’école et combien avec ses parents ?


    • pipiou 5 avril 20:09

      @gaijin
      Déjà résumer l’éducation à une question de temps ça n’est pas très malin.
      Ensuite l’école c’est un ensemble multiforme, ça n’est pas un tout.
      Un enfant passera beaucoup moins de temps avec UN prof ou UN copain qu’avec ses parents.

      J’en sais quelque chose : en tant que prof il suffit très souvent de voir les parents pour comprendre instantanément d’où vient le comportement de leur enfant.

      Je ne suis pas un théoricien génial : j’ai près d’un millier de cas concrets à mon actif ; pouvez-vous en dire autant ?

      Mais bref si vous pensez sérieusement que l’école a plus d’influence sur un enfant que son propre cocon familial vous êtes gravement atteint.
      J’espère alors que vous ne vous êtes pas reproduit.


    • gaijin gaijin 6 avril 07:41

      @pipiou
      «  j’ai près d’un millier de cas concrets à mon actif »
      oui j’ai passé 20 ans a l’école .... smiley blague a part des profs , des directeurs d’établissements j’en connais pas mal et je sais ce qui se passe pour de vrai....et bien sur je ne nie pas le rôle des parents mais pour autant ne niez pas le rôle de l’école et des profs.
      comme souvent vous refusez l’image que l’on vous renvoie sans jamais vous dire qu’elle puisse être justifiée au prétexte que l’on ne saurait rien dire si l’on ne fait partie du sérail , ça va c’est confortable l’entre soi ?
      alors bien sur vous allez me dire mais non mais non ....et pourtant .....
      les parents ont tous les torts ? oubliez vous que ce sont d’anciens écoliers ? et que peut être leur détestation de l’école se fonde quelque part ? mais bien sur vous n’avez aucune responsabilité puisque vous ne faites qu’appliquer les directives ....sans comprendre que là est votre responsabilité ......
      « J’espère alors que vous ne vous êtes pas reproduit. »
      en effet ....a la différence de vous ...hélas ............
      relisez vous et regardez donc le mépris que vous suintez a l’égard d’un contradicteur ( même pas je ne fais que vous fournir un point de vue différent ...) et peut être un éclair se fera t’il jour .....


    • pipiou4 6 avril 09:11

      @gaijin
      Je ne refuse rien, c’est vous qui me portez des idées que je n’ai pas et qui avez un avis préconçu, basé sur pas grand chose.
      « Je sais ce qui se passe pour de vrai » ! LoL ! Moi je connais plein de boulangers alors je sais faire du pain ?

      Je n’ai pas dit que les profs n’avaient pas d’influence j’ai dit que vous sous-estimez largement le rôle des parents peut-être que ça vous permet de rester collé à vos théories.

      Les parents ont tous les torts ?? Où avez-vous vu ça, apprenez à lire.

      L’école a beaucoup changé depuis que vous l’avez quittée ; aujourd’hui beaucoup de parents dénigrent les profs devant leurs enfants et ces derniers ont alors tendance à remettre en cause ce qu’on leur enseigne. Donc peu de risque que ceux-là absorbent tout de ce qu’on leur dit à l’école.
      Pour « l’entre-soi » vous êtes complètement à côté de la plaque me concernant mais je ne vais pas vous raconter ma vie.
      Et puis question mépris je suis très loin derrière vous. Certes je méprise ceux qui prétendent tout savoir sur le métier des autres. Dites-moi quel est votre métier je vais jouer le rôle du critique, ça va être marrant.


    • gaijin gaijin 6 avril 20:15

      @pipiou4
      " Moi je connais plein de boulangers alors je sais faire du pain ?

      « 
      apprenez a lire je n’ai pas dit que je serais un bon prof ...( encore que je le soit mais dans d’autres conditions qui ne présentent pas les mêmes difficultés ) j’ai dit que je savais a quoi les profs sont confrontés ....
       »aujourd’hui beaucoup de parents dénigrent les profs devant leurs enfants« 
      c’est vrai mais pourquoi au fait ? de vieilles rancœurs ?
       » Et puis question mépris je suis très loin derrière vous« 
      c’est celui qui dit qui est ? on est pas dans une cours de récré ....
       »Certes je méprise ceux qui prétendent tout savoir sur le métier des autres."
      et donc vous ne pouvez échanger qu’avec des profs ? mais le boulanger lui écoute ses clients ........


    • pipiou4 7 avril 08:49

      @gaijin
      Non vous ne savez pas ce à quoi les profs sont confrontés, mais continuez à l’affirmer.

      « vous ne pouvez échanger qu’avec des profs » ... et c’est moi qui ne sait pas lire !?
      Non, j’échange volontiers avec des gens ouverts qui ne parlent pas sans savoir et qui ne sont pas méprisants.
      Vous ne connaissez rien de ma vie non plus et vous continuez à dire des conneries. Des problèmes d’école j’en ai réglé par dizaines avec des parents ouverts et je suis tombé sur quelques rares super connards.

      Et je n’ai pas toujours été prof , j’ai aussi travaillé en entreprise, et je suis également parent.
      Donc j’ai des points de repère. Beaucoup plus que vous, c’est juste factuel.

      Après, les guignols comme vous qui ont un compte à régler avec l’école, quand j’ai compris qu’ils sont bouchés à l’émeri, je n’essaie pas de les faire progresser.


    • gaijin gaijin 7 avril 11:20

      @pipiou4
      « Non, j’échange volontiers avec des gens ouverts qui ne parlent pas sans savoir et qui ne sont pas méprisants. » 
      et naturellement c’est vous qui décernez les diplômes d’ouverture ?
      et je suppose que pour y avoir droit il faut être d’accord avec vous ?
      « les guignols comme vous »
      je n’ai pas besoin de connaitre votre vie , il me suffit de vous lire ....pas un post sans une insulte face a un contradicteur qui vous renvoie la balle ( l’habitude d’être face des moutons contrains d’être là ? )
      " qui ont un compte à régler avec l’école, quand j’ai compris qu’ils sont bouchés à l’émeri, je n’essaie pas de les faire progresser. "

      raisonnement typique d’un prof : ceux qui en auraient le plus besoin n’essayons pas 
      continuez comme ça vous êtes un archétype ........


    • pipiou4 7 avril 19:06

      @gaijin
      Parce que vous appelez ça me renvoyer la balle vos bêtises ?
      Raisonnement typique d’un prétentieux ...


    • gaijin gaijin 8 avril 08:43

      @pipiou4
      « Raisonnement typique d’un prétentieux .. »
      probablement ......


  • acab2 3 avril 13:34

    « Ne vous suicidez pas, rejoignez-nous ! »


  • Raymond75 3 avril 13:49

    Certains métiers sont plus exposés que d’autres : les enseignants, les policiers et gendarmes, les personnels des hôpitaux, les militaires, d’autres : tous sont confrontés aux difficultés sociales et civiques.

    Des enseignants (des hommes) se sont suicidés après avoir été accusés de viol ou d’attouchements par des gamines en mal d’adolescence. Il y a très souvent des tensions avec des parents, laxistes et violents.

    Les policiers et gendarmes sont confrontés quotidiennement avec les drames et la lie de la société, et ils possèdent une arme. Des militaires naïfs découvrent que la guerre ne se passe pas comme dans un film de John Wayne ...

    Mais il y a aussi un agriculteur qui se suicide tous les deux jours, par désespoir, par surendettement, car il est le jouet des lobbys.

    Et il y a aussi les chômeurs qui sont au bout (un suicide par jour sous les trains ou métro dans l’Ile de France, baptisé ’incident grave de voyageur’), et les adolescents qui ont une immense peine d’amour ...

    Tout suicide est un drame, qui a souvent des causes multiples : personnelles, sociales, familiales, qui un jour se télescopent et ne donnent plus d’espoir.

    C’est extrêmement triste pour cet enseignant, mais ce n’est pas spécifique au métier d’enseignant.


    • pipiou 3 avril 15:05

      @Raymond75
      Les risques du métier, avec Jacques Brel, date de 1967.
      Ce qui a changé depuis : les élèves sont aujourd’hui systématiquement vus comme des victimes, les parents sont devenus des consommateurs, les profs ne sont plus considérés comme des « notables », les procès et les plaintes sont très fréquents.

      Dans le Val d’Oise où exerçait Jean Willot : 50 plaintes par an (près de 2 par semaine scolaire), la plupart classées sans suite.

      Dire qu’il y a d’autres professions à risque mériterait qu’on ne s’en préoccupe pas pour les enseignants ??
      A ce compte-là on ne mettrait pas de casque à moto, pas de ceintures de sécurité et on se fouterait de l’alcoolisme au volant.


    • Gasty Gasty 3 avril 15:11

      Donc la première réaction est une réaction de colère. La seconde devra attendre le résultat de l’enquête.

      Mais entre temps on peut toujours contenir sa colère et attendre.....l’enquête.


    • pipiou 3 avril 15:34

      @Gasty
      Le résultat de quelle enquête ? Sérieusement. Qu’attendez-vous de « l’enquête ».

      L’enquête judiciaire est terminée : elle a conclu au suicide.
      L’enquête de l’Education Nationale (institution policiaire et objective smiley va donner les vrais raisons vous y croyez ?

      Plusieurs média ont enquêté : la plainte de la mère est confirmée, la convocation de l’enseignant par sa hierarchie est confirmée par l’administration elle-même.
      Nombre d’enseignants et de parents de l’école : se sont exprimés.
      Que vous manque-t-il ? Un false-flag ?
      La seule zone d’ombre éventuelle serait une fragilité particulière du suicidé, or rien ne va dans ce sens : ni l’expression de sa femme, ni ceux des collègues ou de parents.

      Le cas étant particulièrement frappant on a déjà dépassé la réaction de la colère (ça fait deux semaines) ; pour certains on est dans la phase du « plus jamais ça », pour d’autres comme vous on est dans la phase du déni.


    • Raymond75 3 avril 16:33

      @pipiou

      ’Dire qu’il y a d’autres professions à risque mériterait qu’on ne s’en préoccupe pas pour les enseignants ??’ Ai-je dis cela ? Et laissez vous entendre que l’on doit plus se préoccuper des enseignants que des autres ?


    • Raymond75 3 avril 16:35

      @pipiou

      J’ai lu le rapport Obin, paru en 2004, il y a donc15 ans !!!
      http://www.laicite-republique.org/rapport-obin-les-signes-et-manifestations-d-appartenance-religieuse-dans-les.html
      L’avez vous lu ?


    • Raymond75 3 avril 16:41

      @pipiou

      L’Education Nationale, et ses syndicats, ont une large responsabilité dans la dégradation de la fonction enseignante : laisser affecter systématiquement les enseignants débutants, ultra majoritairement des très jeunes femmes, dans des milieux déstructurés où l’autorité des femmes est contestée et rejetée, le tout pour assurer la tranquillité des enseignants plus anciens, affectés eux dans les lycées bourgeois des villes ou dans leur province d’origine, est un scandale.

      C’est là où c’est difficile qu’il faut affecter les enseignants expérimentés, et principalement des hommes, qui quoi que l’on dise incarnent mieux l’autorité.


    • Raymond75 3 avril 16:48

      @pipiou

      En 2017 il y avait plus de 954 000 enseignants en France. Tous des gens exceptionnels (comme les militaires tous décorés) ? Tous des gens très compétents ? tous dévoués ? Tous bien formés et encadrés ? Tous bien évalués ? Tous avec une solide personnalité ? Tous avec le soucis de discuter avec les parents ? Non : un reflet de la population, avec des motivations très diverses.


    • pipiou 4 avril 09:20

      @Raymond75
      Comme tous dans tous les métiers il y a de mauvais profs, des profs tire-au-flancs, des profs pervers, etc, etc.

      Par contre comme tout le monde est allé à l’école, tout le monde CROIT connaitre la profession d’enseignant et ses conditions de travail, ce qui est une grosse erreur.

      Que la « communauté » des enseignants soit en partie responsable de la dégradation de leurs conditions de travail est vrai et d’ailleurs je suis assez critique sur le rôle des syndicats qui mélangent souvent iedologie politique et combat pour leur profession.

      Mais dans tous le cas la dégradation de l’ambiance scolaire est grave pour tout le monde : les enseignants, les enfants, les familles.
      Et il y a une prévalence du suicide chez les enseignants qui est plus élevée que dans beaucoup d’autres professions, même si l’institution essaie de le passer sous silence.


    • Raymond75 4 avril 10:17

      @pipiou

      Mais dans tous le cas la dégradation de l’ambiance scolaire est grave pour tout le monde : les enseignants, les enfants, les familles’ : oui, tout à fait d’accord.


  • Giordano Bruno 3 avril 15:34

    Et le mépris des enseignants envers les parents d’élèves ? Qu’en pensez-vous ? 


    • Venceslas Venceslas 4 avril 23:15

      @Giordano Bruno
      Moi j’en pense que les parents d’élèves envoient sans arrêt des lettres de plaintes dans le dos des enseignants, et que l’inverse n’est pas possible. Dans les faits, les parents aujourd’hui on le pouvoir.


  • zygzornifle zygzornifle 3 avril 16:31
    mais où va une société qui méprise ses enseignants ?

    Elle méprise tout le monde sauf les riches et les gouvernants et crève les yeux et arrache les mains de ses manifestants ....


  • lloreen 3 avril 17:37

    Ce qui est étonnant, c’est le nombre de suicides chez les fonctionnaires...Or, un fonctionnaire est un exécutant. Donc, il faut « remonter » pour chercher les responsables. Mais depuis une certaine affaire, ils ne sont « pas coupables »...

    Comprenne qui pourra.


    • Raymond75 3 avril 18:32

      @lloreen

      En dépit de la caricature que l’on fait d’eux, la plupart des fonctionnaires ont un grand sens du service public, et beaucoup se trouvent confrontés quotidiennement au mépris , aux insultes et aux menaces de ce public qu’il pensaient servir.

      Cela peut révolter, démotiver, et dans les cas extrêmes conduire au suicide.

      On peut aussi constater que des cadres qui s’impliquent totalement dans leur travail finissent par perdre pied, victimes du ’burn out’, et certains se sont suicidés.

      On nous apprend beaucoup de choses, sauf deux : comment être parent, et comment avoir une vie équilibrée.


  • lloreen 3 avril 22:26

    "On nous apprend beaucoup de choses, sauf deux : comment être parent, et comment avoir une vie équilibrée.

    "

    N’avez-vous pas eu de parents ?C ’est pourtant la base de l’éducation.


    • JC_Lavau JC_Lavau 3 avril 22:37

      @lloreen. Les parents qu’on a eu peuvent souvent être fautifs, défaillants, carencés.
      Il faut souvent voire toujours trouver ailleurs des adultes de référence.


    • Raymond75 4 avril 07:43

      @lloreen

      Mes parents faisaient les trois huit, et n’ont pas eu la chance de faire des études. Épuisé, mon père s’endormait à table.

      L’école est là pour palier aux carences des familles, pas pour faire des enfants des encyclopédies vivantes.


    • JL JL 4 avril 11:12

      @Raymond75
       
       il ne faut pas confondre éducation et instruction.
       
      La seule instruction qui pouvait qu’on appelait également éducation, c’était l’instruction civique. Même cela a disparu de nos écoles.


  • pepe12 4 avril 06:41

    il est clair que ds une societe aussi debile, biaisee puerile et vicieuse, se suicider tient de l eclair de genie, on ne peut qu avoir une pensee emue et respect pour Jean et sa famille

    en ce qui concerne un suicide, en disserter ds les lignes d agoravox est totalement deplace

    merci


  • Spartacus Spartacus 4 avril 08:18

    Pourquoi dire « noble » de la profession d’enseignant ?

    C’est une profession point. Elle n’est pas plus ou moins « noble » que les autres.

    C’est tout un état d’esprit de rapport aux autre dans cette profession qui se prend investie de « noble mission » et se prend « intellectuellement supérieure » et différente des autres.

    Des « nobles » professionnels boulangers aussi se suicident, des employés de Télecom, des caissières, etc...

    La société ne méprise pas les enseignants, elle méprise les comportements communautaristes.


    • ZenZoe ZenZoe 4 avril 10:46

      @Spartacus
      Exactement, j’ai remarqué ça aussi depuis longtemps chez Rosemar et je ne me gêne pas pour le dire.
      Et même si une profession en elle-même peut éventuellement avoir une certaine noblesse, rien ne dit que ceux qui l’exercent en fassent preuve.


  • Albert123 4 avril 08:41

    A trop se focaliser sur conséquences malheureuses on en oublit les causes détestables,

    On peut bien évidemment accusé les profs de médiocrité ou encore les parents d’un égocentrisme dévastateur, c’est juste oublier la réalité de nos sociétés sombrées dans un néolibéralisme débilitant et contraire aux plus élémentaires des valeurs humaines,

    Les profs sont sous la pression d’une hierarchie porteuse d’une idéologie crétine, les parents à celle d’une compétition qui laissera la plupart de leurs gosses sur le carreau,

    Forcément les tensions parents / profs sont à leur comble, pour le plus grand plaisir d’une classe dirigeante aussi malsaine qu’inconséquente qui joue systématiquement la carte du « diviser pour mieux régner » afin de se laver les mains des conséquences désastreuses de l’idéologie qu’elle met en oeuvre pour le seul profit de la caste qu’elle représente,

    Une idéologie qui, par ailleurs, arrive en fin de cycle car comme tout idéologie elle ne répond pas aux besoins réels de notre réalité mais aux envies de la classe qui l’a imposé au reste de la société,

    Les fins de cycles sont d’ailleurs caractérisées par une forte violence sociale, peu enviable mais finalement nécessaire pour faire prendre conscience à la masse totalement abrutie par la somme de toutes les idéologies débilitantes en vigueur de l’impérieuse nécéssité de remettre tout à plat pour revenir à la normalité,

    Le macronisme, son caractère psychopathique et le sectarisme hystérique des militants lrem, incarnent à merveille cette fin de cycle, les détruire (même symboliquement) c’est assurément s’offrir le changement de paradigme nécessaire à un retour à une société saine pour un certains laps de temps,

    Quand notre pinochet sera enfin tombé, soulignant de fait à nos décideurs supranationaux de l’ue que la fête est finie, de nouveaux horizons seront envisageables

    Mais pour cela il faudrait déjà du coté de l’auteur qu’elle dénonce les dérives idéologique qui finalement lui conviennent très bien plutot que de défendre le corporatisme sectaire dans lequel elle se vautre systématiquement pour ne surtout rien changer à la situation qu’elle déplore sans vraiment chercher à en comprendre les origines,


  • chantecler chantecler 4 avril 09:47

    Le plus curieux , ce sont les faits :

    Un élève qui se maintient dans des escaliers se met en danger (de chute).

    L’enseignant (ou le surveillant de récréation ) a l’obligation de réagir .

    S’il ne le fait pas accident ou non , il peut être mis en cause pour mise en danger .

    Et ça personne ne pardonne .

    Donc apparemment il a fait ce qu’il fallait face à la situation .

    Mais voilà la mère de ce charmant bambin n’est pas d’accord car il a fallu sans doute empoigner le gamin qui refusait .

    Sans doute fallait il faire appel à des psys pour parlementer .

    Double contrainte .

    Ce cas en est un parmi cent autres ...

    J’ai connu une école où il y avait un préau un peu à l’écart , donc surveillance pas évidente .

    C’est là que « se réglait des comptes » entre élèves .

    certains enseignants allaient y jeter un oeil .

    D’autres, non . Finalement pourquoi « s’emmerder » si à tous les coups on perd ?


    • Raymond75 4 avril 10:38

      @chantecler

      En fait les parents attendent des enseignants qu’ils soient exemplaires, les enseignants attendent des parents qu’ils soient exemplaires, la discipline ne peut plus être ni respectée ni pratiquée, et l’enseignement de masse tel qu’il est pratiqué est inefficace ... Et tout le monde s’accorde pour dire que c’est la faute de l’État.

      Mais que cela ne nous fasse pas oublier le drame personnel de cet enseignant, qui n’a pas supporté la mise en cause dont il a été l’objet, et la victime. Ce ne devait pas être la première fois, et il a probablement vécu cela comme la destruction de son idéal.


    • Raymond75 4 avril 11:03

      @Raymond75

      ... et en fut la victime ...


    • Armelle Armelle 4 avril 11:37

      @chantecler
      -Un élève qui se maintient dans des escaliers se met en danger (de chute) ; VRAI
      -L’enseignant (ou le surveillant de récréation ) a l’obligation de réagir ; FAUX, ça ne reste qu’à l’obligation du « conseil » et n’est Vrai seulement si les équipements ne sont pas aux normes de l’EN (qui elles sont spécifiques) !!!!!!!
      -S’il ne le fait pas accident ou non , il peut être mis en cause pour mise en danger ; donc vu ce qui précède ; FAUX, archi faux

      Ah !!!! ....Les élucubrations de notre cher Mossieur Chanteclerc !!!!

      Pourquoi vous racontez n’importe quoi ? Pourquoi vous ridiculisez-vous comme ça ? 


    • chantecler chantecler 4 avril 17:53

      @Armelle
      Pff !
      Vraiment vous les libertariens vous ne reculez devant aucun mensonge !
      Je réaffirme ce que j’ai écrit : un élève qui se casse la figure dans les escaliers , l’enseignant est tenu pour responsable .
      Car il est tenu d’assurer la sécurité de ses élèves .
      Renseignez vous au lieu d’affirmer des contre vérités .


    • pipiou 5 avril 01:11

      @Donatien
      Ah bon, les 5 minutes d’intercours ont disparu dans votre monde ?

      J’adore ceux qui n’exercent pas mais prétendent savoir mieux que les enseignants.

      Vu toutes les plaintes qui sont portées envers les personnels de l’EN pour un oui ou pour un non, et la frousse que ces plaintes donnent à la hierachie, je trouve cela assez drôle que certains osent dire que les enseignants ne risquent rien.


Réagir