samedi 2 février 2013 - par Jacques_M

Un logement à moins de 10.000 euros

De plus en plus souvent, des personnes se retrouvent dans la rue, ou sont obligées de vivre dans leur voiture, ou dans un logement insalubre à 500 euros par mois, ou ne parviennent plus à manger à leur faim ou à se soigner, une fois le loyer payé.

Le logement proposé est petit (figures 1 et 2), mais tout de même plus confortable qu'une voiture ou une caravane pourrie non isolée ou un logement insalubre.
Une végétation libre (avec un peu d'entretien mais sans tonte ni herbicide et avec quelques potagers) agrémenterait certainement l'ensemble.

JPEG

JPEG

1. La base.

L'élément de base est une fermette de toiture (figure 3), élément très résistant, contrairement à ce que l'on pourrait penser.

JPEG

 

Elle est constituée de pièces de bois assemblées au moyen de connecteurs métalliques.
La distance entre deux fermettes est de 60 cm et elles sont reliées par d'autres pièces de bois qui servent d'éléments transversaux et d'éléments stabilisateurs.

La section des bois étant moins importante que pour une charpente classique, le bois est traité à coeur et d'autre part, il en faut moins : c'est donc moins cher, plus léger et plus rapide à mettre en oeuvre.
Il faut obligatoirement 3 points d'appui au sol (3 semelles, ou simplement des plots, de béton).
 
Les chevrons, à l'extérieur pour fixer la couverture et à l'intérieur pour fixer les plaques de plâtre ou les lambris, sont cloués ou vissés directement sur les fermettes.


2. Calcul du prix des matériaux (prix grande surface de bricolage et TVA comprise) :
en choisissant évidemment les matériaux les moins chers :

semelles : 3x6x0.2x0.2 = 0.72, soit 1 m3 x 120 = 120
pièces pour fixer les fermettes : 11x3 = 33 x 5 = 165
protection humidité : 30 x 4 = 120
bois pour fermettes : 11x20 = 220 m x 3.10 = 682
bois pour relier les fermettes, pour les façades avant et arrière et cloison intérieure : env. 100 m x 3.10 = 310
connecteurs métalliques : 11x9 = 99 x 1.52 = 150
isolation : (ép 10 cm) : 2x30 + 22 + 30 = 112 x 8 = 896
plancher : 30 x 12 = 360
chevrons : (int. et ext. espacés de 30cm) : 32 x 6 + 15 x 5 = 267 * 1.56 = 417
couverture extérieure : (ardoises 55 au m²) : 55 x 60 x 0.34 = 1.122
électricité : (fft) : 1.000
recouvrement façade avant et arrière : 22 x 20 = 440
portes extérieures et vitrages : 4 x 150 = 600
plaques intérieures ou lambris : 60 + 22 = 80 x 4 = 320
sanitaire, cuisine, 2 foyers 1,5 kw, égouttage : 1.500
chauffage : (pompe à chaleur) : 1.000

TOTAL : 9.202,00 euros.



3. Il s'agit du minimum vital : une pièce qui sert à tout plus les sanitaires (pour une personne voire un couple).
Le logement peut évoluer : en prolongeant de 4 mètres à l'arrière, on dispose alors d'une chambre (ou de 2 petites chambres pour étudiants).
Il doit être possible également d'en réunir deux pour accueillir une famille.


4. L'organisation.

Une association sans but lucratif pourrait louer des terrains avec bail emphytéotique et les lotir.
Il faudrait pouvoir trouver des terrains constructibles mais dont personne ne veut (pas assez de profondeur par exemple).

Le loyer, payé à l'association, comprendrait 3 parties :
1) pour le terrain : mensuellement,
2) pour les matériaux : mensuellement ou en une fois pour celui qui a les moyens de le faire,
3) pour la main d'oeuvre : par sa main d'oeuvre personnelle (pas nécessairement pour le logement qu'il occuperait et il pourrait y avoir aussi un système de troc d'heures avec d'autres activités),
 soit en payant à l'association les heures non prestées.

Des bénévoles seraient indispensables (architecte, comptable, main d'oeuvre pour démarrer le projet).

Les autorisations ne seraient certainement pas faciles à obtenir, mais c'est là qu'on verrait si on peut compter sur les politiques ...

 



99 réactions


  • Yvance77 2 février 2013 10:00

    Salut,

    Le scandale du logement est un problème majeur chez nous et je pense qu’il faut faire quelque chose. Toutes les idées sont bonnes à prendre.

    Cependant attention aux soucis liés au feu... sur ce type de construction, l’erreur n’est pas permise...


  • Jacques_M 2 février 2013 10:19

    Salut Yvance,
    Merci pour ton commentaire.

    En ce qui concerne la tenue au feu, les bois reçoivent un traitement ignifuge :
    voir le lien : le bois face au feu


  • totor101 totor101 2 février 2013 11:38

    la maison à ossature bois se développe !
    le risque d’incendie n’est pas plus grand que dans une maison traditionnelle....

    mais je mettrais un profil en forme de triangle équilatéral : on augmenterait la surface sans beaucoup augmenter le prix


    • Jacques_M 2 février 2013 11:55

      @totor : je suis d’accord avec ta proposition.
      Merci.


    • Luc le Raz Luc le Raz 2 février 2013 17:10


      « le risque d’incendie n’est pas plus grand que dans une maison traditionnelle.... » J’appelle cela le syndrome des 3 petits cochons smiley

      « un profil en forme de triangle équilatéral » Oui mais,attention à la fauteur sous les rampants, 1,80 m minimum, ce qui risque d’être obligé d’agrandir la façade, donc la surface totale... et le prix.

      Quand on connaît la complexité de certains PLU, ainsi que les obligations d’aspects, pente de toit, couverture, etc... comme le dit un commentateur le projet risque de se retrouver « au fond des bois ».

      « la maison à ossature bois se développe » J’en suis à ma deuxième. La première, faite de mes mains, il y a 20 ans. Heureusement que la commune n’avait pas de POS, sinon le PC, bonjour !


    • Jurassix Jurassix 2 février 2013 21:06

      Il manque deux ou trois choses au chiffrage : la dalle, et les arrivees d’eau et electricite. Ca ne change pas de beaucoup le total, lais faut en tenir compte.

      L’idee est bonne en tous cas, la forme trianglaire est crtainement leplus simple et economique.

      Autre remarque : fait limiter la hauteur sous plafond piur quele chauffage soit efficace.

  • Txotxock Txotxock 2 février 2013 11:59

    Cela ne va-t-il pas rentrer dans la catégorie des yourtes et autres habitats prohibés, enfin les trucs qui ne rapportent rien à Véolia, Bouygues, Suez, etc. ? Ce qui les condamnerait d’avance.


    • Jacques_M 2 février 2013 12:13

      C’est tout à fait possible, mais cela devient politique : dans quel camp sont-ils nos élus ? pour les plus défavorisés (de plus en plus nombreux) ou pour les plus riches qui veulent devenir encore plus riches ?


    • Jason Jason 3 février 2013 19:20

      Sans oublier la très puissante Fédération Française du Bâtiment (FFB)t et sa liaison permanente avec le Sénat.


  • Jacques_M 2 février 2013 11:59

    Un article intéressant de CHALOT ici.


  • Spip Spip 2 février 2013 13:32

    @ l’auteur.


    Le projet que vous présentez rappelle le temps des cités d’urgences de l’abbé Pierre (1954). Déjà, à l’époque, les politiques renâclaient : http://www.cinema-francais.fr/les_films/films_a/films_amar_denis/hiver_54_l_abbe_pierre. htm C’est dire si on a progressé...


    En matière d’habitat, social ou pas, l’écueil incontournable c’est le foncier. Des municipalités commencent à réaliser qu’il leur faut impérativement maîtriser leur capacités foncières. Ca va du rachat à l’Etat de sites disponibles là où il y en a (bâtiments désaffectés) jusqu’au régime de bail emphytéotique pour pouvoir récupérer le terrain si le constructeur ne respecte pas le projet (et l’empêche de revendre en s’en mettant plein les poches).


    Mais tant que le logement ne sera pas considéré comme un droit mais d’abord comme un bien comme un autre, donc soumis à la loi de l’offre et de la demande, on ne sera pas sorti de l’auberge...


  • Syl20idm Sylvain Bdr 2 février 2013 16:02

    Excellent.. j’aime beaucoup


  • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 2 février 2013 16:09

    L’idée est bonne mais il faudrait éviter que le provisoire devienne du durable. C’est, par exemple, le cas aux Etats-Unis où les familles expulsées en 2008 par les banquiers vivent aujourd’hui en permanence dans des camping cars regroupés en villages, dans la promiscuité et la violence, à l’écart des centres urbains. Connaissant la « valeur » de certains de nos politiques je ne serais pas étonné s’ils faisaient construire ces maisons loin des yeux, dans les bois, tout en fournissant des plumes, des arcs et des flèches aux sans-abris.


  • Vipère Vipère 2 février 2013 16:22

    A l’auteur

    L’idée est bonne, mais 30 m2 ce n’est pas un peu petit (6m X 5m) ?

    DOUBLER ou TRIPLER la surface est-ce possible  ???

    Et à quel prix ?


  • Vipère Vipère 2 février 2013 16:27

    Désolée, je n’ai pas lu que la maison peut être rallongée, mea culpa !

    Mais, pourquoi encore payer le loyer à un bailleur ?

    Il me semble que la CAF paie les traites d’achat des caravanes pour les gens du voyages, si quelqu’un peut confirmer ???

    Donc, pour les acquéreurs de ces maisons, idem, ils en seront propriétaires et ne pourront plus se faire virer par qui que ce soit !


    • Shawford 2 février 2013 16:28

      Exactement


      ET si possible ils devront quand même accorder un peu d’attention bien placée à l’étranger de passage.

    • Jacques_M 2 février 2013 17:22

      Bonjour Vipère,

      En principe, c’est l’association qui serait propriétaire.
      Je prends mon cas personnel simplement comme exemple : retraite de 1500 euros, loyer actuel de 500 euros.
      Je ne possède rien mais un peu d’argent qui me permettrait d’avancer une somme à l’association qui correspondrait à l’achat des matériaux plus une partie de la main d’œuvre (réalisée par des bénévoles) , pour le reste je paierais, mensuellement, ce qui correspond à la location du terrain et je devrais en plus des heures de travail.
      La partie de main d’œuvre payée servirait à l’association pour acheter des matériaux pour commencer un autre logement.
      Je suppose qu’on pourrait compter aussi sur des subventions.

      En résumé, des personnes au revenu modeste et des bénévoles permettraient à l’association de constituer une réserve de logements disponibles pour les plus démunis.
      Tout le monde y gagne ... grâce au bénévolat qui est la base du système.


    • Vipère Vipère 2 février 2013 17:27

      Désolée, mais je réaffirme que cela me gêne que les locataires ne deviennent pas propriétaires, au bout du paiement !

      On maintient la logique de la toute puissance des propriétaires possédants, fut-ce une association !
      Qu’en pensez-vous ???


    • Vipère Vipère 2 février 2013 17:37

      Si l’on partait du postulat qu’un toit c’est un droit pour tous ?

       Que personne ne peut se retrouver à la rue, ne croyez-vous pas que c’est là le vrai combat des humanistes et non pas de permettre à un bailleur de s’enrichir par des loyers, encore et toujours sur le dos de locataires, lesquels sont, in fine finissent toujours par être saignés par la cupidité, y compris d’associations, au demeurant bienveillantes !

      Voyez le résultat actuel, - une pénurie catastrophique- cela en dit plus long que les discours lénifiants des politiques !


    • BOBW BOBW 2 février 2013 21:00

      Le pire serait que Bouygues ou Vinci s’emparent de votre invention pour se remplir les poches smiley


  • Vipère Vipère 2 février 2013 16:29

    Les associations justifieront leurs subventions par leurs aides bénévoles en aidant à la construction des maisons, et qui sait un jour elles disparaîtront ? on peut rêver !


  • Vipère Vipère 2 février 2013 16:32

    L’étranger ? une botte de paille et un repas chaud  ! smiley)


    • Shawford 2 février 2013 16:35

       smiley


      Par contre on verra ce qu’il en ressort la prochaine fois que je passe là, où et quand tu sais.

      Mes hommes âges bien intentionnés

  • Tipol 2 février 2013 16:44

    Le problème n’est pas le logement. C’est d’avoir le terrain, et les lois pour y vivre.
    Qu’on me laisse avoir un bout de terrain, j’y travaillerai à mon propre logement plutôt que de rester devant mon PC à rien faire avec le RSA.
    Le système interdit aux pauvres, comme moi, de se débrouiller par leurs moyens. Il n’est pas autorisé de sortir du trou.
    Le système mondialiste, c’est heureux (par obligation) dans l’enceinte d’une entreprise, pauvreté et misère obligatoire à l’extérieur.
    Ce système de capitalisation des bénéfices et de distribution des charges interdit toute organisation viable indépendante, en dehors de ce système.
    Alors votre maison à pas cher, c’est pour les travailleurs pauvres, pas pour les pauvres à la rue.


    • Jacques_M 2 février 2013 17:43

      Bonjour Tipol,

      (Voir la réponse à Vipère) On ne serait pas dépendant du système mais de l’association, donc de notre système à nous (puis aussi des subventions, mais on met tellement d’argent à des conneries, genre renflouage des banques, tgv, ou autres).


    • Vipère Vipère 2 février 2013 17:47

      Jacques

      Dépendre d’un Association, c’est retomber dans les travers du système capitaliste barbare qui permet que des gens meurent de froid dans la rue !

      Vous permettez à ce système cruel, de perdurer ! n’avez-vous pas d’autres idées POUR EN SORTIR ???


  • Jacques_M 2 février 2013 17:49

    Vipère,

    Je vous comprends et je suis bien d’accord avec vous, mais comment y arriver ?


    • Vipère Vipère 2 février 2013 18:00

      Par la revendication d’un toit pour tous et le refus de la propagande des politiques qui tendent à nous faire accepter comme la norme, que ceux qui ne paient pas leur loyer soient expulsés !

      Marteler, encore et encore, que le TOIT EST UN DROIT POUR TOUS !

      Le terrain doit être mis à disposition pour ceux qui n ont pas les moyens de l’acheter  !

      L’état n’a pas être riche de biens immobiliers et de domaines quant une partie de la population vit dehors !


  • barrere 2 février 2013 17:51

    sur le même principe les containers améliorés ne seraient pas encore moins cher ou un mixte des 2 ?


  • foufouille foufouille 2 février 2013 17:57

    une asso qui devient gros, c’est souvent pareil que le groupe emmaus
    ou les « restos du coeur » qui veulent pas perdre leurs clients


  • eau-du-robinet eau-du-robinet 2 février 2013 18:08

    J’ai un projet en cours pour construire une petite maison en bois dans le Gers.

    En France les maisons sont horriblement chères !!! 

    j’ai trouvé donc des belles maisons en bois par exemple celui-ci :

    http://www.gartenhaus-gmbh.de/wochenend-und-blockhaeuser/blockhaus-modell-toledo-a.html

    Surface extérieure : 595 x 646 cm
    Hauteur murs (plafond) : environ. 228 cm
    Hauteur total : environ. 325 cm
    Surface utilisable : ca. 44,8 m²
    1x Une porte extérieur : environ. 84 x 195 cm
    3x trois portes bois intérieurs : environ. 84 x 195 cm
    2x DK-Deux fenêtres seules : environ 76,5 x 99 cm
    1x DK- Fenêtre (seule) : environ 53 x 53 cm
    2x DK- Deux doubles fenêtres : environ 153 x 99 cm
    toit dépassant avant : environ 230 cm
    Epaisseur murs : 70 mm

    Prix : 13.499 Euro

    Donc quand on est pas riche ont peut, en bien cherchant, trouver des bons plans ....


  • George L. ZETER George. L. Zeter 2 février 2013 18:27

    bonjour, je reviens de vivre quelques mois dans la jungle amazonienne guyanaise ; le plan de la maison dans ton article ressemble comme 2 gouttes d’eau aux maisons des bushiningués appelés aluku qui vivent sur les bords du maroni. Ce type de constructrion s’est arrêtée il y a moins de 20 ans, et, maintenant ces aluku construisent en dur.

    http://insitu.revues.org/2373#tocto1n5
    aller à la figure 7


    • Vipère Vipère 2 février 2013 18:36

      Cela tendrait à prouver que la France a un retard considérable en matière de logement par rapport aux Guyanais ???

      Les bushiningués en seraient à construire en dur....

      De quoi méditer sur le cynisme de nos politiques, merci Georges L ZETER


    • njama njama 3 février 2013 17:20

      Ce type de constructrion s’est arrêtée il y a moins de 20 ans, et, maintenant ces aluku construisent en dur.

      C’est juste depuis que l’oncle Sam les a intoxiqués avec l’histoire des 3 petits cochons
       smiley


  • Jacques_M 2 février 2013 18:34

    @almodis : pour les compagnons bâtisseurs, c’est ce site ?

    @George.L.Zeter : ça y ressemble mais les matériaux seraient très différents et l’aspect aussi.


  • SergeL SergeL 2 février 2013 19:10

    http://www.urbinfos.com/


    Depuis le 1er Janvier 2013, la réglementation thermique RT2012 est applicable aux constructions soumise à PC, des coûts onéreux au vu du bâtiment préconisé.

    (en 2014, les zones parasismiques 3 & 4 seront aussi soumises à une nouvelle réglementation : calcul de résistances avec attestation)

    le coûts des raccordements sont à ajouter et deviennent aujourd’hui très chers

    ERDF : 1200 € minimum, FT idem voir plus , Eau Potable le double & assainissement collectif idem, sinon plus si non collectif (SPANC environ 4000 €)

    au total entre 8000 et 10 000 € pour viabiliser un terrain à construire ( un terrain viabilisé est hors de prix)


    Le logement est techniquement accessible, mais politiquement non démocratique.


    • SergeL SergeL 2 février 2013 19:20

      10 cm d’ isolant ne sera pas conforme à la RT2012 ,idem pour le plancher et les menuiseries.


    • Jacques_M 2 février 2013 19:30

      @SergeL : merci pour les renseignements.


    • SergeL SergeL 2 février 2013 19:32

      Un logement ossature bois isolé en botte de paille et frein vapeur pour l’étanchéité ainsi qu’une menuiserie alu à rupture de pont thermique et toiture végétalisée serait conforme à la RT2012 tout en respectant le cahier des charges de 10 000 € le bâtiment brut sans raccordement.


    • Agoranymous443 2 février 2013 19:34

      moi j’préfère carrément ma RTL2, pas toi ?


    • almodis 2 février 2013 20:41

      mais , Serge L. , justement la maison de Jacques n’est PAS soumise au permis de construire : pas d’architecte et des normes plus souples : une municipalité est tout à fait capable de porter ce projet !

      en autoconstruction , faire un isolant de type chaux- copeaux de bois , c’est facile , efficace , joli et très bon marché ( copeaux de récup’ chez un menuisier , chaux hydraulique à 30 euros les 30 kilos , suffisant pour la maisonnette du plan ! )


    • SergeL SergeL 2 février 2013 21:09

      la maison de Jacques n’est PAS soumise au permis de construire :

      sur un terrain constructible (CU positif) :
      si le terrain est nu : obligation de PC ,( architecte obligatoire ( nouvelle disposition) si surface plancher ou emprise au sol > 170 m2) quelque soit la surface.
      si le terrain est déjà construit : pour une annexe constructible < 20 m2, une déclaration préalable est suffisante.

      http://www2.equipement.gouv.fr/formulaires/docassocies/51190.pdf

      Permis de construire obligatoire, aucune dérogation.

      en autoconstruction , faire un isolant de type chaux- copeaux de bois , c’est facile , efficace , joli et très bon marché ( copeaux de récup’ chez un menuisier , chaux hydraulique à 30 euros les 30 kilos , suffisant pour la maisonnette du plan ! )

      mais pour être conforme à la RT2012, l’ épaisseur et la fiabilité dans le temps sera techniquement difficile à mettre en œuvre.
      la botte de paille en 35 cm d’ épaisseur ( Greb) + frein vapeur sera dans la norme pour un coût inférieur et plus simple à mettre en œuvre.


  • 65beve 65beve 2 février 2013 19:11

    Bonjour,
    Très bonne idée.
    Un sdf recherche avant tout un toit pas cher.
    Combien coûte l’hébergement dans des hôtels ?
    Avec cet argent, on pourrait financer pas mal de ces habitations.
    Par contre, je vois mal ce projet se développer au cœur des villes, là où il y a le plus de demandes.
    Après, il ne faut pas non plus tomber dans la ghettoïsation genre campement sioux.
    Je pense néanmoins que cette idée est bonne - qu’en pensent les assos type Abbé Pierre ou Secours pop....etc... ?


  • paco 2 février 2013 19:23

     En Guyanne, en pleine foret y’a dix ans , j’ai véci dans un container maritime. Sur pilotis. Portes avant soudées. Latéralement, porte découpée à la disqueuse donnant sur un grande terrasse bois couverte de bardage, entre chaque poteau, moustiquaires. Deux chambres dans le container, deux fenetres. De l’autre coté, dalle béton, ossature bois et bardage, avec le chiotte, la cabine douche et la cuisine avec frigo et tout et tout. Aucun raccordement à aucun réseau. Electricité par panneaux solaires et électroménager adapté. No soucy pour faire peter à fond un opéra en pleine nuit sur la chaine. Eau avec une citerne sur une tour bois. Cloture, aucune. Règlement de co-propriété : un bras d’honneur et un bon fusil.
     Aprés, tout dépend le climat.


  • paco 2 février 2013 19:34

     Construire en fermettes est malin, mais dans le devis manque le hors-sol. Penser à la pluie, la neige, donc pilotis ou hauteur en parpaings donc dalle béton ou poutres bois. Ca s’appele un vide sanitaire.


    • Agoranymous443 2 février 2013 19:37

      Et 59038214, ça t’inspire quoi ?


    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 2 février 2013 19:54

      Le piloti est le plus simple et le moins cher . Sur le bloc de béton qui sera coulé dans le sol ,remonter le treillage métalique pour l’ossature du poteau .Se servir d’un morceau de PVC de plombard de forte section pour faire un coffrage perdu. Couler embase et poteau ensemble ,vibrer . L’armatue poteau ayant bien sur l’attente des traverses plancher ...
      Technique tahitienne .


    • paco 2 février 2013 20:15

       Pas mieux. Merci Aita..


    • SergeL SergeL 2 février 2013 21:22

      bloc de béton qui sera coulé dans le sol


      un professionnel utilise des rehausses béton pour assainissement avec fer tor de 12 comme armature.( moins cher que le PVC)


      En auto construction on peut utiliser des pneus usagés à plat en remplissant l’ intérieur avec des gravillons tassés ( très efficace & peu onéreux)

      http://luc.mortier.free.fr/SITEVERCORSPAILLE/sousbassement.htm


    • paco 2 février 2013 21:58

       Bien évidement, des rehausses de regard béton, à quelques euros prés, valent bien le PVC.
       Par contre désolé, les pneus emplis de cailloux bien tassés, c’est fumisterie. Un, hors sol c’est moche. Deux, allez tasser de la grave dans un pneu. Il faut une pilonneuse pour tenter de bien faire. Avez vous déjà essayé ? Je vous la souhaite bonne et heureuse, sur quatre ou cinq boudins. J’ai tenté, à une époque ou je faisais des corps morts pour bateaux en pneus et béton. Et bien rigolé.
       Admettons que vous y arriviez, quels encrages pour la construction ? Cordialement. 


    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 2 février 2013 22:40

      T’as raison Paco ,moi jai fait un ponton avec creusement du fond sous l’eau pour y placer des anciens futs d’éssence (coffrage perdu) puis les poteaux coffrés PVC ,le tout coulé en une fois ......Merde en mer ,après 20 berges ,les fondations sont toujours aussi solides...
      Tout le bois au dessus a déjà dégagé ,au gré des cyclones ,jamais la base ....


    • paco 2 février 2013 22:41

       @SergeL, un pro utilise des rehausses béton pour les parties cachées, du PVC, s’il a des chuttes d’assainissement, ou coffrages carton pour les parties apparentes. C’est joli, lisse si bien vibré et rond au décoffrage. Y planter des tors de 12 ne sert à rien. Par contre ce que l’on appele un poteau, quatre tors de 8 ou 10 reliés entre eux, ça oui, et amplement suffisant. Le profane pense souvent que plus le tors est gros plus ça sera costaud. A tord. Le béton éclatera simplement plus vite, à cause de la dilatation si l’enrobage est insuffisant. Cordialement.


    • Agoranymous443 2 février 2013 22:47

      Vais-je avoir dix cons aux <Basques, ce soir, hummmmmmmmmmm ? smiley


    • paco 2 février 2013 22:48

       Tu as du rigoler pour enquiller les futs. Mes respects, Aita...


    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 2 février 2013 23:15

      C’était chez mon Pater ,sur un terrain qu’avait toujours eu un ponton ....
      Le bléme étant de creuser les fondations pour le nouveau,sur un récif mort et frangant ...
      Les voisins tahitiens sont arrivés,et ont creusé les fondations en deux jours ...
      J’ai participé ,mais toute la technique venait d’eux ....


    • paco 2 février 2013 23:27

       Le savoir faire ancestral....et la nique aux bobos architectes qui réinventent le fil à couper la poudre.


    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 2 février 2013 23:55

      Comment te dire Paco ....... smiley
      Et dans le BT j’en ai vu des surdiplomés cons,mais ça ça passe ,mais imbéciles.....


    • Mmarvinbear Mmarvinbear 3 février 2013 18:11

      Vous êtes au courant quand même que les lagons, ça court pas les rues ici ?


    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 3 février 2013 18:56

      La construction sur pilotis est simple ,solide ,économique et laisse le térrain en état après démontage et extraction des semelles .
      On peut la pratiquer partout ....


    • Mmarvinbear Mmarvinbear 4 février 2013 02:23

      La construction sur pilotis répond à deux exigences. 


      La première est la construction d’une maison sur sol spongieux ou marécageux qui ne peuvent accueillir de fondations normales.

      La seconde est de permettre à une maison de disposer entre le plancher et le sol d’un espace frais protégé du soleil tropical.

      Autrement, le pilotis est une contrainte qui oblige à protéger les réseaux électriques et sanitaires de la corrosion extérieure avec des solutions plus ou moins couteuses qui renchérissent le prix de la construction. 

  • easy easy 2 février 2013 19:38

    C’est toujours intéressant de démontrer des solutions d’habitat peu cher

    Merci pour votre démonstration théorique



    Le plus important serait cependant de débattre d’un principe clef : 
    Est-ce que tout bébé, qui a déjà le droit inaliénable de respirer et d’être soigné, pourrait avoir le droit inaliénable de poser son cul sur un lopin viabilisé ? 

    Est-il possible, pour ceux qui contribuent au PIB national, de supporter la charge qu’induirait un tel principe ? 

    Ce principe serait à considérer en deux étapes.

    La première consisterait à répondre à cette seule question de coût (qui pèse 30 K€ x 60 M soit 1800 Md soit un PIB annuel)
    Et on y répondrait en tenant compte de tous les aspects concrets dont l’éloignement des centres ville donc la fourniture d’un transport, la construction ou non, l’amortissement de l’opération disons sur 10 ans et, surtout, le fait qu’en pratique seulement une petite partie des Français exigeront d’exercer ce droit en même temps. Les autres préférant se démerder pour être mieux logés.
     
    Une fois qu’on aura répondu à cette question de base et qu’on aura encadré la réponse la plus sûre (pour une certaine prestation de base), alors seulement on passera à l’examen, toujours théorique, de ce qui se passera dans la tête des gens.
     
    En gros, est-ce que cette utopie va inciter les gens à ne plus travailler ?

    (Avant d’inventer l’hôpital public, on aurait également pu se demander si ça n’allait pas inciter des gens à paresser mais on ne l’a pas fait)

    Examinant les modifications des mentalités qu’un tel principe induirait, on verra vite jaillir mille estimations pessimistes, mille estimations optimistes et on réalisera que dans la première question, il y a à déplacer le curseur du niveau de prestation (Terrain absolument nu ou viabilisé, construction incluse ou pas, loyer ou pas loyer, charges incluses ou pas, transport inclus ou pas, etc. afin d’inciter les gens à travailler sans les forcer pour autant.

    On examinera aussi, toujours sur le papier et en toute projection, qu’in fine, ça pourrait ou non aboutir à rendre le travail de tout le monde moins violent, plus attrayant
    On examinera également qu’il faudra ou non que ces endroits soient gérés à l’instar des camps de mobil homes
    On examinera aussi l’inclusion ou non de la problématique Rom


    Mais ces estimations ou projections seront très subjectives tant il faudra superposer d’hypothèses. 
    De sorte qu’on ne sera jamais sûr de rien tant qu’on n’aura pas commencé quelques opérations pilotes

    Même si nous n’allons pas jusqu’aux opérations pilotes, il faudrait au moins que nous menions une telle étude sur le papier afin de savoir si oui ou non il est normal qu’un bébé né en France de parents Français risque, pour x raisons, une fois adulte, s’il ne parvient pas à se payer un logement, d’être traité comme une crotte de chien au point de faire n’importe quoi pour se retrouver logé en prison. 

    A ce jour, je n’ai jamais vu quiconque lancer l’idée d’un droit inaliénable à disposer d’une place. Comme s’il était très évident que ce droit soit absurde. 
    Alors que je vois partout des gens dire qu’il n’est pas normal que des gens se retrouvent à la rue.
    Etant bien compris que tout parent craint ce sort pour ses propres enfants sinon pour lui-même et que ça provoque une ambiance angoissante à laquelle seuls les très fortunés échappent.
    Etant bien compris que le pire des criminels, condamnation purgée, conserverait ce droit à un endroit où il veut (ou alors il faudrait réinventer le bannissement, mais vers où ?) 


    Ce concept est peut-être absurde mais il faut alors le prouver, au moins sur le papier. 

    Autrement dit, et conséquemment, si cette étude aboutit à niet, je voudrais voir écrit noir sur blanc au fronton de nos institutions qu’un bébé naît sans droit à un endroit.

    Il aurait droit à des droits juridiques, à la dignité, même à la santé mais pas à être quelque part sans justificatif.
    Il aurait de droit d’exister moralement mais pas forcément celui d’exister physiquement.
    Il aurait droit à une essence mais pas à une existence

    Ce qui renvoie assez automatiquement au point selon lequel les parents devraient justifier d’un endroit inaliénable pour leur enfant avant de le mettre au monde. Point qu’ils peuvent négocier avec la collectivité. Ce qui conduit forcément à remarquer que si la collectivité n’est pas majoritairement populiste, seuls les pauvres très tôt bosseurs pourraient faire des enfants. Mais quid alors des naissances accidentelles.

    Il est étonnant mais au fond pas tant que ça, que la question de la cabane inaliénable soit extrêmement perturbante.
    Pourquoi n’est-ce pas si étonnant qu’elle perturbe tout ?
    Parce que contrairement aux dons de bouffe ou de soins, elle est permanente
    Offrir des fringues, une douche, un lit, un repas, un médoc, c’est toujours possible aujourd’hui car on peut le refuser demain. Ces dons unitaires peuvent donc exister sans trop de dérangement (Si demain t’es impoli, je ne te donnerai rien)

    Mais la cabane inaliénable c’est pour toujours
    C’est donc très, très perturbant
     


    • Agoranymous443 2 février 2013 19:40

      En quelques mots bien sentis, comme chez Dugué ou Fred94, je te perturbe ou pas easy ?


    • easy easy 2 février 2013 22:36

      Shaw,

      J’ignore ce que tu entends par perturber

      Si c’est au sens forumique, AVox toussa, je ne vois même pas comment tu peux imaginer ça possible
      Si c’est en un sens plus lourd, plus psy, j’ai fait le choix délibéré et curieux de fréquenter des schizophrènes
      J’ai connu lé guerre du Vietnam, j’ai connu les schizophrènes alors je ne vois pas bien qui pourrait me perturber sur le profond.

      Mais là je parle de duretés
       
      Or on me liquéfie toujours en exposant de la tendresse
      Tiens, par exemple, une femme fait un gâteau et au moment où elle le présente, elle rayonne de joie à l’idée de la joie qu’elle pense procurer, bin je tombe dans les vaps tant je trouve ça charmant.


  • carmina carmina 2 février 2013 20:12

    Je comprends l’idée, mais c’est comme si on essayait de nous apprendre à accepter d’être pauvre.

    il y a déjà les hyper qui réfléchissent à vendre des petits contenants, moins chers.(mais plus cher en réalité au kg)

    Donc c’est une bonne idée, car il y a des gens qui meurent de froid et c’est inadmissible dans un pays riche car quand on pense que la totalité de nos impôts tombe directement pour payer les intérêts de la dette et à l’utilisation qu’on pourrait en faire ; là on aurait de vrai logements sociaux.

    Il ne faut donc pas non plus s’habituer à une vie au rabais. renoncer aux idéaux, à l’espace et au temps libre pour nous cultiver, avoir une vie sociale nous permettant de construire le monde que nous voulons. Et surtout obtenir une juste répartition des fonds et contrôler l’argent et les politiques dans leurs oeuvres




    • foufouille foufouille 2 février 2013 20:16

      le probleme du HLM est qu’il doit etre entretenu par le bailleur
      quand il trop vieux, on l’effondre
      et qui est au conseil d’administration ?
      les ploutocrates


  • Ruut Ruut 2 février 2013 22:08

    En Effet le logement et la ré-industrialisation du pays devraient être la priorité de notre président, pas la guerre ni le « mariage pour tous ».
     


  • paco 2 février 2013 23:19

     Le blème, c’est le foncier. La terre.
     Les communes en ont, mais quels électeurs accepteront des « camps » de pauvres prés de chez eux ?
     Le précédent existe avec les emplacements pour gens du voyage. Parfois nikels, avec WC et douches en dur. Chez vous je sais pas, mais par chez moi ils ont tout arraché jusqu’au moindre centimètre de tuyauterie cuivre sous le carrelage. Passons.
     On est capables de faire d’immenses campings tout confort, et pas de campings pour nécessiteux ? Elle serait ou la difference ? Ou partent les vieux mobils homes pas si vieux ni moches ? Avant de faire des yourtes ou des tipis, les récupérer, retaper, et en faire des villages ou chacun aurait son home sweet et pas des dortoirs interdits aux chiens ou des clapiers de marchands de sommeil. Les bien pensants seront choqués à l’idée de « camps » alors qu’ils s’entassent chaque été dans des camps-ings.


  • brindfolie 3 février 2013 00:40

    Actuellement je suis dans un foyer de demandeurs d’asiles,car l’on m’a chassé de ma cabane en forêt ! Je génais parait -il.En l’espace de presque deux ans j’ai dû passé vingt-trois heures par jour dans ma cabane ou aux abords dans un rayon de deux,trois cent mètres,je n’ai jamais rencontré quelqu’un.Alors QUI pouvais-je géner ?
    C’est bien simple,je ’génais’ toutes ces crapules pour qui la pauvreté (par moi voulue) est un fond de commerce.Ne cherchez pas,des politicars aux associations,tous ont intérêt que la misère perdure.Quoi qu’on en dise c’est ’juteux’ d’anciens SDF.


    • njama njama 3 février 2013 17:40

      Ne cherchez pas,des politicars aux associations,tous ont intérêt que la misère perdure.Quoi qu’on en dise c’est ’juteux’ d’anciens SDF.

      Un très bon livre autobiographique de Georges Orwell sur le sujet (du vécu !!! ), il y décrit la misère à Paris et à Londres à la fin des années 1920 et au début des années 1930.

      Dans la dèche à Paris et à Londres

      Rien ou si peu de choses ont changé depuis ... smiley


  • brindfolie 3 février 2013 02:10

     @ l’auteur Jacques M

    Je comprend votre idée,certainement une générosité de coeur.
    Je craint qu’elle ne soit viable dans la dimension de ’village’car cela revient à faire de l’hlm à l’horizontale.Cela ne pourrait marcher qu’en toute petites unités disséminées et à échelle locale ou municipale.De par mon expérience passée,la problèmatique reste l’individu,tous n’ont pas les mêmes rythmes et les mêmes hygiènes de vie,et tous n’ont pas non plus l’empathie nécessaire.
    Malheureusement je crains aussi,qu’une fois votre ’idée’ adoptée par la société,cette dernière s’exonére d’un meilleur habitat pour les plus fragiles d’entre nous.
    Néanmoins cela fait chaud au coeur de savoir que nous ne sommes pas seul,à proposer des solutions temporaires et les faire partager.
    Cordialement.


  • Jacques_M 3 février 2013 08:12

    @brindfolie

    Je recopie une partie de votre message, car c’est le résumé de ce que je pense :

    Cela ne pourrait marcher qu’en toute petites unités disséminées et à échelle locale ou municipale.De par mon expérience passée,la problématique reste l’individu,tous n’ont pas les mêmes rythmes et les mêmes hygiènes de vie,et tous n’ont pas non plus l’empathie nécessaire.
    Malheureusement je crains aussi,qu’une fois votre ’idée’ adoptée par la société,cette dernière s’exonère d’un meilleur habitat pour les plus fragiles d’entre nous.

    Pour le reste, c’est essentiellement POLITIQUE (comme le mentionnait almodis).
    Je vais quand même envoyer l’adresse de l’article à quelques associations et s’il y avait du nouveau, évidemment, je vous le dirais.

    Un grand merci à tous.
    Jacques


  • Mmarvinbear Mmarvinbear 3 février 2013 18:27

    la structure triangulaire n’est pas un bon choix, car elle provoque une perte d’espace au sol. Une forme carrée ou rectangle est une meilleure solution, même si le meilleur reste une forme circulaire, voire sphérique ( ce qui permet une plus grande surface habitable pour une famille par exemple, et aussi un meilleur chauffage ).


    Je note aussi que vous oubliez certains coûts, comme les raccordement électriques et le chauffage, sans oublier le sanitaire. un wc ne sert à rien s’il n’y a pas au moins une fosse. Votre douche ou votre lavabo seront inutilisables sans raccordement au réseau.

    Je note aussi que pour rester sous les 10 000 euros, vous ne prenez que les matériaux les moins onéreux. A moyen et long terme, ce n’est pas une bonne idée.

    Il vaut mieux investir dans du matériel de bonne qualité qui durera des décennies plutôt que du premier prix qu’il faudra réparer, colmater ou changer au bout de trois ou quatre ans. Une maison ne se construit pas uniquement en fonction du prix des matériaux, mais aussi en fonction de leur pérennité. C’est ce qui détermine son véritable coût.

    Enfin, il y a la question de la viabilité du terrain. Ceux qui se plaignent de ne pouvoir vivre ou ils veulent oublient que si des lois existent quand à la construction, c’est avant tout pour assurer leur sécurité aussi. Je doute de les voir ravi de voir la tête de leur gamin fendue en deux par la chute d’un arbre, ou noyé par une crue après qu’ils aient bâti leur home sweet home près d’une rivière. 

    Ils oublient aussi que parfois, ce sont des considérations écologiques qui rendent certains terrains inconstructibles, la présence humaine pouvant nuire à la faune ou la flore locale.

    • Pyrathome Pyrathome 3 février 2013 23:52

      Ben oui c’est vrai quoi...... !
      Moi j’opterai pour trois tours, style...WTC 1/2/7....
      Et puis, c’est bien plus facile à y mettre le feu et les écrouler qu’une hutte en bois ! T’es pas d’accord avec moi mon gros nounours ?
      Je me dis toujours, ah s’ils avaient construit les WTC en bois, elles seraient encore là......


    • Taubrouk 4 février 2013 01:16

      J’espère que tu as juste pour ta part un joli brin d’herbe à la bouche smiley


    • Taubrouk 4 février 2013 01:19

      ... MA gazelle smiley


    • Pyrathome Pyrathome 4 février 2013 01:34

      smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley smileysmiley


    • Mmarvinbear Mmarvinbear 4 février 2013 02:25

      Même quand on ne leur demande rien, nos amis conspis viennent toujours étaler leur inculture et donner un avis qu’on ne leur demandait pas, montrant leur mépris des autres et leur irrespect.


      Je crois que les aime pour cela aussi.
      ^^

    • Taubrouk 4 février 2013 04:36

      De do do do de da da da


    • Pyrathome Pyrathome 5 février 2013 18:02

      Je crois que les aime pour cela aussi.....

      Petit pervers, t’es maso aussi ? smiley... smiley


  • bigglop bigglop 4 février 2013 02:18

    Même les ruines sont hors de prix, et en souriant jaune : les capsules


Réagir