vendredi 8 janvier - par Patrice Bravo

Un nouveau rapport révèle comment l’EI a obtenu ses armes

Une étude récente a fourni des informations clés sur la manière dont l'Etat islamique (EI) a obtenu ses armes. Le groupe terroriste a pu mettre en place un réseau international d’achat d’armes grâce auquel il s’est approvisionné en armement mortel. 

JPEG

L'EI a pu s'armer en ayant systématiquement construit un réseau international de fournisseurs et de techniciens qui lui a permis de se rabattre sur un vaste arsenal d'armes. Cette conclusion est issue d'une étude récemment publiée par l'institut de recherche londonien Conflict Armament Research.

L'Etat islamique a continuellement étendu son territoire en Irak et en Syrie en possédant en sa disposition de nombreuses armes puissantes, en particulier à partir de 2014, avant de décliner progressivement sous les assauts d'une coalition occidentale. Selon l'étude, la zone frontalière turco-syrienne était au cœur de la route d'approvisionnement de l'Etat islamique. Sous de fausses identités, les membres de l'Etat islamique ont contacté des entreprises de la région et ont commandé les composants dont ils avaient besoin pour des armes ou des explosifs.

Publicité

Les paiements ont été principalement effectués avec des transferts en espèces effectués par des fournisseurs établis au niveau international. Certains des transferts ont été effectués dans d'autres régions du monde que celles dans lesquelles la commande a été passée. Les chercheurs de Conflict Armament Research ont suivi les traces correspondantes des transferts monétaires jusqu'en Asie. Bien que certaines des armes puissent également être attribuées aux stocks laissés par les armées irakienne et syrienne, l'étude indique qu'une grande partie des armes et du matériel de guerre ne provient pas de la région du Golfe, comme on le suppose généralement.

Les indicateurs les plus importants comprenaient, par exemple, l'apparition d'un client jusqu'alors inconnu dont l'entreprise est située dans une région sensible de la zone frontalière turco-syrienne. Il existe également diverses commandes qui ne concernent pas l'activité principale d'une entreprise et le paiement des factures non pas par le client, mais par un tiers. Les autres clés comprennent les méthodes de virement électronique utilisées pour masquer l'identité de la personne effectuant le transfert et les itinéraires inhabituels pour la livraison des armes.

L'EI a maintenu son réseau d'approvisionnement sur le sol turc pendant plusieurs années. La Turquie ne considérait pas l'Etat islamique comme son ennemi à l'époque. En outre, l'Etat islamique s'est battu contre les Kurdes, que le gouvernement d'Ankara combat également. Cette attitude n'a changé que vers 2015, lorsque l'Etat islamique est devenu de plus en plus agressif et affirmé dans la région. 

Aujourd'hui, le réseau est en grande partie rompu. L'EI continue d'essayer de se procurer des armes, mais les informations du gouvernement irakien indiquent qu’il ne possède que des armes légères et aucune arme moyenne ou lourde pour une utilisation significative sur le terrain. Il est largement admis que l'EI a perdu la plupart de son réseau et de ses ressources financières dans le monde.

La coalition internationale de lutte contre Daech, ainsi que les mesures prises par de nombreux gouvernements pour lutter contre le terrorisme, ont abouti à un contrôle strict des flux financiers. Les schémas de déplacement des djihadistes potentiels sont également suivis de près, le résultat étant que les opérations de l'EI ont considérablement diminué dans le monde.

Publicité

Les terroristes n'ont pas accès à des armes de destruction massive.

Olivier Renault

Les opinions exprimées par les analystes ne peuvent être considérées comme émanant des éditeurs du portail. Elles n'engagent que la responsabilité des auteurs

 

Source : http://www.observateurcontinental.fr/?module=articles&action=view&id=2316



19 réactions


  • chapoutier 8 janvier 13:27

    article foutage de gueule

    les armes de EI a été fourni par les usa et arabie saoudite, il semblerait que vous soyez le seul à l’ignorer

    « avant de décliner progressivement sous les assauts d’une coalition occidentale »

    pourtant il me semble bien que c’est les russes qui ont mis la branlé à EI

    après j’ai arrêté de lire puisque il ne s’agit que de la propagande made USA


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 8 janvier 13:55

      @chapoutier
      pourtant il me semble bien que c’est les russes qui ont mis la branlé à EI

      Pas vraiment en fait, ils ont concentré leurs attaques dans l’ouest syrien, contre Al Nosra, l’armée syrienne libre, etc.. . Après la différence entre les deux ne saute pas aux yeux, mais ils s’aimaient tellement qu’ils se sont quand même fait la guerre, donc on peut pas dire que c’est pareil.

      Sinon c’est surtout la coalition occidentale et les milices chiites qui a attaqué Daesh, depuis l’Irak. Poutine est en Irak ? Vous me l’apprenez

      Mais évidemment, vous préférez remâcher la propagande poutinienne ruminée et expectorée par d’autres smiley


    • Opposition contrôlée Opposition contrôlée 8 janvier 16:53

      @Olivier Perriet 

       vous préférez remâcher la propagande poutinienne

      Sans blague ? Et où avez vous appris le lieu et le nombre des frappes russes ?

    • Yoann Yoann 8 janvier 18:32

      @chapoutier

      Al Nosra, ceux qui faisaient du bon boulot d’après Fabius, c’est bien cela ? smiley
      D’ailleurs j’adore comment les médias ont expliqué la citation :

      Plus précisément, l’article du Monde rapporte également des propos non-enregistrés où Laurent Fabius précise que « tous les Arabes étaient vent debout » contre la position américaine concernant Jabhat al-Nosra « parce que, sur le terrain, ils font un bon boulot ». Le ministre français ne faisait donc que rapporter une prise de position des pays arabes favorable à l’opposition syrienne et non pas la position de la France par rapport au groupe djihadiste.

      Ah il parlait des pays arabes qui disaient qu’ils faisaient du bon boulot, ouf , j’ai eût peur ... smiley
      Et rassurons-nous, on ne leur a pas livré une seule arme smiley Et la marmotte ...
      Les ennemis de mes ennemis sont mes amis, c’est ça la géopolitique, mais chuttt ...


    • Yoann Yoann 8 janvier 18:35

      arghh pas pour chapoutier mais pour olivier perriet


    • Abou Antoun Abou Antoun 9 janvier 10:19

      @chapoutier
      Vous avez tout à fait raison. La coalition n’était guère efficace depuis des mois contre l’EI qui était son instrument pour rayer la Syrie et l’Irak, et qui sait le Liban de la carte et procéder au morcellement du M.O, selon les vues américano-israéliennes.
      L’intervention russe a l’avantage de mettre en évidence le trafic de pétrole entre l’EI et la Turquie, véritable nerf de la guerre.
      Une fois détruits les convois de camions turcs de la zone des combats vers les ports de la méditerranée la chute de l’EI s’est accélérée.
      Moscou avait de toutes façons raison de ne pas faire de différence entre l’EI et la mouvance islamique ’Al Nostra’ etc., etc. qui étaient des alliés objectifs de l’E.I.
      Oui c’est bien l’intervention russe qui a précipité la chute de l’EI et rien d’autre. Il faut être aveugle ou de mauvaise foi pour ne pas le voir.


    • simir simir 9 janvier 12:32

      @chapoutier
      Et pour acheter des armes il faut des finances.
      Voir pour cela le cimentier français Lafargue.


    • simir simir 9 janvier 12:34

      @Olivier Perriet
      En tout cas Bachar El Assad ne semble pas de votre avis.
      La coalition occidentale, elle, aurait laissé Al Nosra en place.
      Vous savez ceux qui avaient fait « du bon boulot »


    • roby roby 9 janvier 15:39

      @Abou Antoun

      Et les kurdes ont fait le sale boulot à la place des ricains


    • jjwaDal jjwaDal 9 janvier 15:42

      @Olivier Perriet
      Les USA ont envahi l’Irak en 2003 en parfaite connaissance de l’absence d’AMD. Ils avaient besoin d’une tête de pont à cet endroit et des réserves pétrolières irakiennes. C’est tellement vrai, qu’après avoir désintégré l’Etat Irakien, ils refusent obstinément de partir du pays même quand les irakiens finissent par former un gouvernement . D’un : ils sont effrayés à l’idée de voir les Irakiens copiner avec l’Iran et la Syrie (le risque était nul avec Saddam Hussein, passons...) en choisissant leur avenir. Deux : ils veulent la main mise sur le pétrole irakien en échange du service rendu par l’armée américaine (de la vente forcée tout de même et pas désintéressée du tout, quand on voit ce qu’ils ont fait de l’Irak et le peu de cas fait de leur volonté de se gérer sans eux...). Trois : ils ont besoin de maintenir une base arrière à leurs supplétifs des deux côtés de la frontière Irako/Syrienne. Il suffit de voir où ils se maintiennent pour en juger.
      Ils violent délibérement la souveraineté de deux pays et leurs intérêts sont patents quand on voit que la meilleure armée du monde est incapable de résoudre le problème du terrorisme local. Mais il est vrai aussi que cela ne fut jamais sa mission.


  • Étirév 8 janvier 13:46

    Le commerce des armes est parallèle, mais en sens inverse, au commerce de la drogue.
    Donc, les trafics d’armes et de drogues sont gérés par ceux qui ont beaucoup de pouvoir et d’argent.
    Aussi, qui a autant d’argent et de pouvoir dans le monde, aujourd’hui et plus qu’hier encore, si ce ne sont les grandes puissances financières qui endettent les peuples, qui sont derrière les partis politiques et leur marionnettes souvent issues d’elles, qui fondent des sociétés secrètes, suscitent des guerres, fomentent des révolutions « pour libérer les peuples », etc. ?
    N’est-ce pas évident ?

    BLOG


  • troletbuse troletbuse 8 janvier 17:21

    Mais en F Rance, on a des dirigeants qui ne mangent pas de ce pain là. On a juste aidé ceux qui luttaient contre le boucher de Bagdad, hein Hollandouillle. On vend juste des armes à la Belgique et à la Suisse. Ce qu’il en font, comme disent les « inconnus », ceci ne nous regarde pas.

    Et parfois, on donne de l’argent aux rebelles du Mali contre quelques otages mais on les prévient :« Attention, c’est pas pour acheter des armes, sinon euh euh euh »


  • Attila Attila 8 janvier 18:07

    " la majeure partie d’entre elles proviennent des stocks des armées syriennes et irakiennes récupérés lors des offensives de l’État Islamique. Des armes qui sont généralement de fabrication russe pour la Syrie et chinoise, hongroise et roumaine pour l’Irak. "

    «  Les éléments recueillis par le CAR montrent que les États-Unis ont détourné à plusieurs reprises des armes et des munitions au profit de forces d’opposition dans le conflit syrien. Les forces de l’EI ont obtenu rapidement une part importante de ce matériel  »

    Ce missile anti-char BGM-71 TOW de fabrication américaine, a été massivement livré par les États-Unis et l’Arabie Saoudite aux « rebelles » syriens et a causé d’importants dégâts aux troupes de l’Armée Arabe Syrienne tout au long du conflit. "

    D’où proviennent les armes de Daech ? Les États-Unis et l’Arabie Saoudite pointés du doigt

    .


  • Esprit Critique 8 janvier 18:12

    Hollandouille et Fabius ont bel et bien livrés de armes aux nazislamistes de Syrie.

    ça me rappelle le titre d’un livre que j’ai, lu il y a longtemps :

    « Les assassins sont parmi nous »


  • karim 8 janvier 20:00

    Le rapport ne dit pas que les chefs de l’EI sont payés en Euros, en Dollars et en shekels.


  • jjwaDal jjwaDal 9 janvier 11:42

    Ne jamais oublier quand même que ce qui a mis le pied à l’étrier de ces terroristes amateurs, ce sont les professionnels planétaire du terrorisme, à savoir les USA. Des fondamentalistes menacent le pouvoir Afghan, allié de Moscou et dès que les soviétiques interviennent pour le défendre, on forme et arme à tout va, ceux qui vont devenir le germe de ces mouvements un peu plus organisé qu’on voit ensuite au moyen-orient. Aucun terroriste en Irak, Syrie, Libye avant le passage de ces valeureux combattants de la liberté (les USA pardi) qui sèment le chaos et la mort dans leur sillage.
    Il est notoire que la classe politique américaine à 100 fois plus de sang américain, irakien, syrien sur les mains que les terroristes amateurs qui sont pourtant les seuls visibles dans les grands médias.
    Al Nosra, Daech, Al Qaida et consorts se sont surtout emplumés après l’écrasement de l’armée irakienne suite à l’agression US en 2003. La main mise sur des dépôts d’armements de l’armée US leur a permis de contrôler des régions pétrolières et d’en vendre à leur profit, opération réitérée en Syrie et que l’armée russe a dû interrompre.
    Qu’ils aient eu d’autres sources de financement que le contribuable occidental est tout à fait concevable...


  • OMAR 9 janvier 13:46

    Omar9

    .

    @.P. Bravo :« Aujourd’hui, le réseau est en grande partie rompu... ».

    .

    L’E.I heureusement, n’existant pratiquement plus, sincèrement, je ne vois pas l’opportunité d’un tel article, sinon, comme a justement conclu @chapoutier, il ne s’agit que de la propagande made USA.

    .

    Par contre, il serait intéressant de savoir pourquoi l’Occident et particulièrement les USA, avec tous leurs moyens et équipements sophistiqués dont ils disposent, ont laisser germer et se développer un tel fléau.

    .

    Autre chose : « L’E.I s’est approvisionné en armement mortel ». 

    .

    Pour des sectes d’assassins, ça existe un armement non mortel ?


Réagir