vendredi 8 septembre - par rosemar

Un pauvre dans la ville...

C'est l'été finissant... Tout le monde se hâte dans la rue et vaque à ses occupations : courses, balades, lèche-vitrines.
L'air est léger, une ambiance de vacances, encore...
Je fais partie de ces passants qui profitent de ces derniers jours de l'été pour déambuler dans la ville et me rendre dans une librairie afin de choisir quelques livres.
Beaucoup de monde dans les rues, aux terrasses des cafés... on sent une joie de vivre, un besoin de goûter cette après-midi d'été, et de se détendre.
J'approche enfin de mon but : la librairie...
 
Et soudain, une vision étrange sur le trottoir : un être est assis sur le sol, la tête en bas, comme terrassé par la misère, le désarroi le plus total.
Un SDF est là, installé sur le trottoir, adossé à un caddie rempli de sacs en plastique...
Qu'a-t-il encore d'humain ?
Plus d'expression, plus de visage, plus de regard, il a l'air de dormir et de s'effacer peu à peu.
Ses jambes à demi dénudées dans son bermuda laissent voir des ulcères rougeâtres, ses pieds chaussés de sandales ne sont plus ceux d'un humain : les ongles démesurément longs et sales font pense à ceux d'un animal.
Il semble ne plus faire partie de notre monde...
 


Les gens passent, indifférents, pressés, gênés.
La vision est dérangeante : comment ne le serait-elle pas ?
C'est la confrontation de deux mondes parallèles qui s'ignorent.
Je n'ose même pas, moi aussi, le déranger, alors qu'il semble dormir.
Et je me rends dans la librairie où je passe un long moment à choisir des livres.
 
De retour dans la rue, le pauvre est toujours là : il s'est réveillé et je vois qu'il tient, dans ses grosses mains quelques menues piécettes.
Je dépose, alors, dans le creux de sa main une pièce de deux euros.
Soudain, le pauvre se redresse, me regarde, retrouve son humanité et prononce bien distinctement ces mots : "Dieu vous le rendra..."
Soudain, une voix bien distincte, un regard, un visage, une envie de communiquer, de partager...
 
J'ai vraiment l'impression d'être retournée au Moyen Age, dans un monde où règnent des inégalités criantes, la misère la plus totale.
J'ai vraiment l'impression d'être devant une scène qui appartient à une autre époque...
 

Plus loin, je suis soudain interpellée par un policier qui me demande de passer sur le trottoir d'en face, car un tournage a lieu dans la ville.
Effectivement, j'aperçois une caméra qui filme en travelling des monuments : toute une équipe de tournage s'affaire et les badauds observent de loin ce spectacle.
Me voici passée soudain du Moyen Age au XXI ème siècle...
Me voici revenue à une autre réalité de notre monde.
On tourne un film dans la ville : la modernité est là, palpable, évidente...
 
Et pourtant, je viens de vivre une scène digne d'une époque lointaine, une scène d'une grande violence...
Toute la misère du monde dans un seul être... et tout autour, un gouffre d'indifférence et d'insouciance...
 
 

Le blog :

http://rosemar.over-blog.com/2017/09/un-pauvre-dans-la-ville.html

 



35 réactions


  • phan 8 septembre 18:07

    Nouvelle version du film « Peur sur la Ville », prix du billet 2€ !


    • rosemar rosemar 8 septembre 18:58

      @phan

      Mais c’est une histoire vraie et je n’ai rien inventé. Le film qui était tourné n’était qu’un documentaire sur la ville.

    • phan 8 septembre 23:18

      @rosemar
      Juste pour vous taquiner !
      Le policier qui vous demande de passer sur le trottoir d’en face, aurait dû demander au pauvre de passer hors de la ville et de vous rendre la pièce de 2€.
      Dieu, seul pardonne, c’est son boulot, mais ne rend pas la monnaie !


    • baldis30 9 septembre 09:23

      @phan
      bonjour,

      une visite de l’Assemblée nationale en présence d’un député coûte bien plus cher ... révisez vos prix il y a de l’argent à faire ! smiley


  • foufouille foufouille 8 septembre 19:37

    tu n’as jamais vu un SDF, tu es pitoyable.


    • rosemar rosemar 8 septembre 19:40

      @foufouille

      J’en ai vu plusieurs bien sûr, mais jamais dans un tel état de délabrement et de détresse.

    • mmbbb 9 septembre 17:38

      @rosemar A Lyon il y a aussi beaucoup de pauvre mais ce sont des pauvres venus d ailleurs Le prefet du Rhone a ordonne le placement de Roms a Sy genis les Ollieres pres de Lyon les habitants sont tres contents Il y a des pauvres qui sont pris en charge migrants par exemple les journalistes les ass les ONG sont la D aileurs a la gare de la Par Dieu desormais il y a une colonie de migrants Il est vrai que les pauvres de Frances devraient se coller une tiquette ROM MIGRANT


  • Cateaufoncel 8 septembre 19:59

    Pour intéresser aujourd’hui, il faut aller s’échouer à Calais... Là-bas, il y en a qui sont aux petits soins. C’est triste à dire, mais c’est une réalité.


  • Henry Canant Henry Canant 8 septembre 21:25

    Ma pauvre rosemar, t’es encore plus atteinte que je ne le pensais


  • grille 8 septembre 22:51

    Intéressant surtout lorsque l’on sait que « l’état » va faire des cadeaux fiscaux colossaux au « très riche » en somme un tout petit nombre même plus vraiment français...


    L’immigration&cie/remplacement qui se poursuit alors qu’il y a tant de misère, de souffrance. D’abord celle tel l’article le décrit, ensuite celle que l’on voit moins ou pas, nombre de nos vieux, jeunes, ces mères qui élèvent seul leurs enfant avec un maigre salaire et les fins de mois très difficile etc..

    Il y aurait tant à dire, on pourrait refaire le monde mais.

  • Sharpshooter - Snoopy86 Sharpshooter - Snoopy86 8 septembre 22:52

    On passe du neu-neu au cu-cu ou bien est-ce l’inverse ?


  • Bernie 2 Bernie 2 8 septembre 23:30

    Votre article du jour me laisse circonspect.

    Pour le style, il y a une révolution. Vous parlez à la première personne, et c’est bien plus immergeant. Vous tentez de limiter le défaut des points de suspensions, c’est un plus. Ne laissez pas la possibilité au lecteur de poursuivre, il faut le canaliser sur votre sujet. Mais j’aime bien ce style plus personnel, moins professoral. Je tenais à vous le signaler.

    Après pour le fond, je salue votre générosité, mais vous avez un tel jugement sur cet homme. Les mots sont très durs : Qu’a-t-il encore d’humain ? Il semble ne plus faire partie de notre monde, les ongles démesurément longs et sales font pense à ceux d’un animal.

    Pour être de votre caste humaine, faudrait il qu’il soit manucuré, pédicuré, parfumé et apprêté pour vous rassurer que vous n’êtes pas un animal ?

    Et pourtant, vos ongles poussent, votre odeur corporelle se développe, et vous vous battez chaque jour pour effacer ces traces. Pourtant, vous êtes comme lui, et tentez de le masquer pour aspirer aux canons « contemporains ».

    C’est juste que par fatigue, conviction, désarroi, que sais je, il a arrêté de répondre à vos codes de bienséances. Et pourtant, comme vous le dîtes, d’une voix forte et claire, il vous a répondu humainement. Parce qu’il est comme vous ...


  • bob14 bob14 9 septembre 09:29

    Oh mon dieu..un SDF près de ma librairie...Plus de 400 meurent tous les ans..pas forcément près d’une librairie ni après le passage d’Irma...


  • Abou Antoun Abou Antoun 9 septembre 11:04

    Le SDF sait et comprend peut-être comment il en est arrivé là. Mais peut-on en dire autant du pauvre chien qu’il trimballe et à qui il impose le même style de vie ?


  • microf 9 septembre 11:20

    06.09.2017 · Caritas · Karitatives

    Erfolgreiche Hungerhilfe der CaritasErfolgreiche Caritas-Aktion : Hungerhilfe für 100.000 Menschen

    Mit einer Spenden-Aktion auf der Wiener Mariahilfer Straße wurde ein ambitioniertes Ziel gestartet : 100.000 Menschen in Afrika sollten durch Spenden vor dem Hungertod gerettet werden. Dieses Ziel wurde nun erreicht, wie Caritas Wien-Generalsekretär Klaus Schwertner am Mittwoch, 6. September 2017 in einer Aussendung mitteilte. Insgesamt konnte im Rahmen der Aktion « 10 Sekunden » über eine Million Euro an Spenden gesammelt werden. « Es ist möglich 100.000 Menschen vor Hunger zu retten und ihnen so Hoffnung und Perspektive zu schenken », dankte Schwertner den mehr als 15.000 Spenderinnen und Spendern, die sich beteiligt hatten".

    Dans certains de mes commentaires dans ce site, je cite souvent l´Autriche comme exemple dans de nombreux cas tels que l´accueil des réfugiés ou de l´aide au prochain en difficulté, et pourtant, ce pays qu´on traite souvent de pays de nazis, de raciste...
    Voila une action entreprise á Vienne en Autriche contre la famine en Afrique. 15.000 personnes ont participées á cette action qui a permis de collecter en 24 heures, un million d´Euro, rien que dans une des rues les plus commerciales de la capitale á VIENNE, Mariahilfer Strasse.

    Pourquoi de telles actions ne peuvent-elles pas être entreprises en France pour collecter pas pour l´Afrique mais pour les SDF ?. Les Francais seraient-ils si insensibles á la misère de leurs compatriotes ?, il n´est jamais trop tard, il faut commencer.


    • lloreen 9 septembre 14:31

      @microf
      Le Caritas France s’appelle le Secours Catholique.


    • microf 9 septembre 22:31

      @lloreen

      Merci @IIoreen pour le renseignement, avez vous déjá contribué financièrement aux activités du Secours Catholique cette année ? si oui, c´est bien, un seul mot, continuez, si non, il n´est jamais trop tard.


  • rosemar rosemar 9 septembre 13:59


    Etre un « bras cassé »... une émission à écouter sur France Inter :


  • roby 9 septembre 17:00

    « bras cassé »aussi pour écrire des articles aussi insipides les uns que les autres smiley


  • Xenozoid Xenozoid 9 septembre 17:41

    ca me rapelle les francais, ils ne se soucie de leurs pauvres q’en concurences avec les autres

    c’est fashos en fait
    la société du spectacle...

  • Surya Surya 9 septembre 19:32

    L’autre jour, je me baladais dans la rue (j’ai le don d’ubiquité et je peux être à plusieurs endroits en même temps) et que vois-je ? Rosemar qui passe devant un sdf, en cette magnifique fin d’été, qui regarde d’un air hautain les passants (quelle indifférence, ces gens ! non mais dans quel monde vit-on ?), puis passe son chemin et rentre faire ses emplettes dans une librairie. Le sdf, il pourra attendre. Il dort, de toute façon, donc il n’a pas vu que j’avais passé mon chemin.


    Elle ressort de la librairie les bras pleins de paquets, et voit que le sdf est réveillé. Comme elle est au dessus de tous ces gens minables qui peuplent la rue, comme elle est un être supérieur, elle, au moins, elle va délicatement déposer deux euros dans la main de ce pauvre hère qu’elle trouve par ailleurs si sale, si puant, et presque plus un être humain mais réduit à l’état d’animal. Elle est même étonnée de voir que le mec à encore un peu d’humanité en lui ! Il lui parle !

    Puis je la vois rentrer chez elle et se précipiter sur Agoravox afin d’écrire un article stylé, presque poétique, dans lequel elle compte se valoriser autant qu’elle le peut, clamer haut et fort que ELLE, elle a donné de l’argent, et montrer à tout le monde qu’elle vaut tellement mieux que tous ces « gens » méprisables qui peuplent la France. Môa, Je.

    Sauf que donner de l’argent aux sdf, elle ne le ferait pas tous les jours, car sinon son salaire entier y passerait. Mais ça évidemment, elle ne le dit pas. 

    Quelle âme généreuse, cette Rosemar ! Elle a soudain découvert que la misère existe et a donné UNE FOIS une pièce de deux euros ! Ca valait bien un article !

    Maintenant, il va falloir qu’elle donne régulièrement, des pièces de deux euros, sinon son article est mensonger : elle sera en réalité comme les autres, les « gens » qu’elle méprise : elle passera son chemin devant les sdf.

    Ce qu’elle, être hautement supérieur au reste de l’humanité, ne veut pas voir, du haut de sa grandeur, c’est que les gens sont gênés et détournent les yeux lorsqu’ils voient un sdf NON parce qu’ils sont infifférents et insensibles, non parce qu’ils sont des parfaits salaud et Elle la seule personne humaine qui reste sur Terre, mais parce qu’ils savent très bien qu’ils ne pourront pas donner à tout le monde, et pas tous les jours. Donc ils essayent de se blinder. 

    Ce que Rosemar ne sait pas, ou ne veut pas savoir (forcément, elle est la seule personne humaine sur Terre) c’est qu’eux aussi, les « gens », ils donnent de temps en temps, quand ils le peuvent. Et s’ils ne donnent pas, c’est qu’ils ne peuvent pas, ou qu’ils ont donné la veille et qu’ils ne peuvent pas donner tous les jours.

    Mais elle préfère écrire un article sur Agoravox pour dire : « regardez, tous ces gens hideux qui n’ont pas donné à ce pauvre animal, môa, au moins j’ai donné ! Applaudissez moi, chers lecteurs ! »

    • Robert Lavigue Robert Lavigue 9 septembre 19:44

      @Surya

      c’est qu’eux aussi, les « gens », ils donnent de temps en temps, quand ils le peuvent. Et s’ils ne donnent pas, c’est qu’ils ne peuvent pas, ou qu’ils ont donné la veille et qu’ils ne peuvent pas donner tous les jours.

      Merci. C’est fort justement décrit, sans pathos, sans artifices et sans leçons de morale à deux balles.


    • rosemar rosemar 9 septembre 20:37

      @Surya

      Ce n’était sûrement pas le but de cet article : me mettre en valeur.
      Si vous avez bien lu, j’évoque deux mondes parallèles qui ont des difficultés à se rencontrer.
      C’est là tout le problème : même si j’ai donné deux euros, cela ne résout en rien les problèmes et les difficultés de ce SDF : c’est une évidence...
      Il m’arrive aussi bien sûr de ne pas donner, par méfiance et même parfois par peur.
      Ce qui est inadmissible, c’est que des êtres soient ainsi exclus de nos sociétés.

    • rocla+ rocla+ 9 septembre 20:41

      @rosemar



      Il y a plein d’ inadaptés sociaux  qui refusent le système , alors ils tendent la main . 

    • rosemar rosemar 9 septembre 21:40

      @rocla+

      Ce n’est pas si simple : beaucoup de SDF se retrouvent aussi à la rue, sans l’avoir voulu.
      Certains parcours de vie sont douloureux.

    • Le421 Le421 10 septembre 10:23

      @rosemar
      Notez que certains, au nombre d’articles écrits, ne prennent pas le risque de « se mettre en valeur ».
      On aime ou on n’aime pas, mais pour ma part, je vous remercie de faire vivre Agoravox.
      Bonne journée.


    • Surya Surya 10 septembre 12:06

      @Le421

      En effet, 421, je reconnais qu’avec 33 articles que vous avez publiés au jour d’aujourd’hui, vous n’avez pas pris beaucoup de risques jusqu’à présent. 
      Mais justement, ne vous inquiétez pas, parce que ce n’est pas la quantité qui compte sur Agoravox, mais la qualité (mais certains ne l’ont pas compris, je le reconnais aussi). Donc vous n’avez pas à parler de vous même de cette façon.
      Merci en tout cas de votre humilité et de votre sincérité à votre sujet. Au point que vous n’avez même pas employé la première personne pour vous décrire ! 

    • rosemar rosemar 10 septembre 17:24

      @Le421

      MERCI pour ce message sympa.

  • rocla+ rocla+ 9 septembre 19:46

    Pour deux balles t’ as peau d’ balle ....



  • Jao Aliber 9 septembre 21:40

    Lorsqu’un lion mange une biche, est-ce la faute du lion ? Nullement[Là j’analyse du point de vue du lion car le point de vue de la biche est tout autre]. Il n’ y a pas de justice absolue.Nous sommes en lutte de classes[Nous vivons comme des bêtes sociales].Pour qu’une partie de la population puisse avoir un salaire, un profit, etc. il faut que d’autres chôment nécessairement.


    La justice ne peut donc être que la justice basée sur le rapport de force.Les chômeurs, lorsqu’ils seront majoritaires, auront la force nécessaire pour renverser ce système.


  • nono le simplet nono le simplet 10 septembre 15:11

    Même si je nourris (un peu et parfois) les trolls en venant me moquer de leurs « critiques » littéraires qui viennent polluer tes articles, comme Le421 reçois tout mon soutien tant pour tes articles que pour ton calme smiley


    • rosemar rosemar 10 septembre 22:01

      @nono le simplet

      MERCI pour ce message...

    • onesime leufeross onesime leufeross 10 septembre 22:21

      @rosemar
      Bonjour Mam Rosmemar....
      Comme demain c’est la Saint 911 et que vous avez la plume facile.....
      Vous pourriez pas nous faire un petit article commémoratif.... ;avec plein de mots vilains, atroces pas beaux horribles


  • hervepasgrave hervepasgrave 10 septembre 15:34

    Bonjour,
    Je ne doute pas des sentiments de l’auteur,mais j’aimerai au moins lui donner une information que la population a déjà acquis dans la pratique de vie quotidienne.

    • A savoir reconnaitre la misère et les spécialistes en mendicité.
    • Car la vrai misère est invisible ,elle préfère se cacher comme si c’était la dernière des hontes , d’être perçu comme un lépreux.
    Les bons sentiments sont une chose ;mais la réalité est certainement plus difficile a voir et appréhender ! et pour ce qui est de comprendre ,alors là ?

    • rosemar rosemar 12 septembre 19:08

      @hervepasgrave

      Je pense que la misère revêt différents aspects... et un SDF misérable mérite aussi qu’on lui accorde un regard.

Réagir