vendredi 9 octobre - par France Républicaine et Souverainiste

Un pays qui se tient sage, le film à ne pas rater au cinéma

La bande-annonce disponible résume en quelques minutes ce documentaire qui s'annonce très prometteur. Le journaliste David Dufresne, ex-chroniqueur passé par les radios FM et libération, nous offre un opus original basé sur des vidéos d'amateurs et de ses confrères, avec comme toile de fond les gilets jaunes mais aussi les émeutes de banlieue.

Un pays qui se tient sage n'est pas un simple docu-réalité sur les violences policières envers les manifestants. Il nous invite à une réflexion sur le rôle de la police dans un état de droit, le monopole d'état du maintien de l'ordre, les bavures et implicitement sur le climat social de la France maastrichienne, enfoncée socialement par près de trente ans de politique ultra-libérale.

Publicité

Si, en lui-même, le film ne nous apprend rien de nouveau sur la férocité de la répression proportionnelle à la montée de la misère et des injustices sociales, plusieurs détails de la bande-annonce resteront dans les annales.

Un préfet de police qui n'est pas du même bord que la manifestante qui l'interpelle, un président Poutine qui interpelle Macron qui les violences anti-gilets jaunes et les manifestants éborgnés (notons que l'iranien Nasrallah s'est aussi exprimé sur le sujet !), une classe de lycéens qui se tient bien sage, des banlieues laboratoires, etc. On est bien loin des idéaux républicains et démocratiques, de ces fameux droits de l'homme qui sont désormais ceux des banquiers d'affaires, rentiers et politiciens apeurés par les réactions de survie d'un peuple qui vit plus mal qu'il y a quelques décennies. Voici une photo qui montre comment on traite désormais les revendications sociales au royaume de la macronie, par la terreur et l'intimidation :

local/cache-vignettes/L768xH434/imagejpgv1-cc029-0c7dc.jpg

Nous irons voir ce film pour débattre. Abordons cependant un point non traité (à priori) par Dufresne. Celui de la censure des médias qui accompagne la répression. Point positif de l'évolution des sciences et des techniques, les smartphones permettent désormais à chacun de filmer et de diffuser son information. C'est ainsi qu'a été révélé le scandale des gilets jaunes éborgnés, tabassés et gazés quand les chaines de télévision ne montraient que des casseurs aux slogans crétins. C'est par le web que les doléances des GJ ont été diffusées : démocratie directe, justice fiscale, droit au logement et aux services publics pour tous... Quand les médias nous présentaient des beaufs qui ne voulaient plus payer d'impôts.

Publicité

Ces procédés n'ont rien de nouveau. Ce sont ceux des dictatures du XXème siècle, dont les régimes communistes. L'originalité, c'est cette logique appliquée à des régimes qui se prétendent encore démocratiques. Heureusement, l'information passe mieux aujourd'hui, malgré les tentatives de mise au pas des réseaux sociaux.

Notons que le "soyez sage" date en France des discours de Pétain vers 1942. Nous préférerons l'esprit du gaullisme, du patriotisme voire du socialisme ouvrier à celui des Pétain libéraux-mondialistes qui organisent la répression et censurent les médias !

Bande-annonce du film :



4 réactions


  • pipiou2 9 octobre 20:54

    Les Gilets jaunes ont défilé des heures entières sur les plateaux télévisés (Boulo, Rodriguez, Drouet, Ludowsky et d’autres) alors en matière de censure votre discours ne colle pas trop.

    Mais je ne pense pas que Dufresne montre ça, c’est un anar bon chic bon genre.


  • pipiou2 9 octobre 21:01

    Et le « pays qui se tient sage » ne vient pas de Pétain, mais de l’incident des lycéens de Mantes-la-jolie qui s’étaient retrouvés avec les mains sur la tête et un flic filmait en disant « voilà une classe qui se tient sage ».

    A votre avis, Dufresne parle des pompiers qui se font caillasser dans les banlieues ?

    Parce que en matière de pays qui se tient sage c’est pas tout-à-fait ça .


    • @pipiou2
      Ce qui compte c’est la réflexion sur l’utilisation de la police par le pouvoir pour étouffer les aspirations populaires. Je vous rappelle que notre assemblée dite nationale ne représente pas les divers courants politiques de l’hexagone, d’où la différence entre les lois pondues et la volonté populaire. Utiliser la répression par-dessus, cela signifie que nous sommes en dictature, et rien d’autre !


  • pipiou2 10 octobre 17:28

    @France Républicaine et Souverainiste
    Comme dit précédemment les gilets jaunes et bien d’autres s’expriment assez massivement dans les chaines d’infos et sur les réseaux, on est donc loin de la dictature.
    Par contre que des minorités bruyantes soient autant écoutées c’est plutôt le contraire de la démocratie.

    On dirait que le

    fait d’enseigner dans des quartiers populaires vous a donné le goût de l’action violente. Vous devez aimer vous faire bordéliser.


Réagir