vendredi 21 septembre 2018 - par siatom

Un peu de tendresse au milieu du chaos

L’histoire se déroule à New Bern petite ville de Caroline du Nord et nous est contée par Andrew Carter journaliste au Charlotte Observer, qui a suivi une équipe de sauveteurs qui tentaient de secourir la population victime de la tempête tropicale Florence.

On peut d’ailleurs s’interroger sur cette fâcheuse habitude qu’avaient les météorologistes d’affubler les ouragans, cyclones, typhons, ces phénomènes naturels dévastateurs aux parcours souvent capricieux et erratiques de prénoms féminins jusqu’à la fin des années 70, alimentant ainsi les préjugés machistes sur les prétendues humeurs fantasques des femmes.

Sous la pression des mouvements féministes dont le célèbre Women’s lib la parité pratiquée en alternance une année sur deux a été instituée, ainsi l’ouragan le plus violent enregistré aux Etats-Unis depuis Katrina en septembre 2017 a-t-il été baptisé du prénom Harvey dont la réplique heureusement rétrogradée en tempête médiatique a secoué le tout Hollywood et ses nombreux satellites en 2018.

Après cette digression lexicale, revenons au reportage d’Andrew Carter qui a rencontré l’une des nombreuses personnes évacuées, un quadragénaire Robert Simmons qui dit en avoir connu des ouragans parmi lesquels Bertha, Fran, Irène, Matthew mais déclare qu’il n’a jamais vu l’eau monter aussi vite dans les rues de sa ville.

Et c’est alors, au milieu de ce chaos tandis qu’il montait sur le bateau des secouristes le 14 septembre qu’il a vu une petite boule de poils toute trempée venir se blottir sur son épaule avec pour espoir de trouver un endroit sec et un peu de chaleur humaine dans l’anorak de Robert Simmons comme en témoigne les deux photos illustrant ce billet.

Parmi ces milliers de gens contraints de quitter leurs maisons en abandonnant leurs biens et même pour Robert Simmons son père qu’il n’avait pu convaincre de l’accompagner dans les rues recouvertes par la montée des eaux, les photos de l’homme et de son petit chaton désormais baptisé Survivor cramponné à Robert " comme un bébé animal à sa mère", selon Andrew Carter ont ému l’Amérique et l’ardent félinophile que je suis ne pouvait rester indifférent à l’histoire de Robert et de Survivor que les cieux déchainés ont fait se rencontrer. 

Et comme Brassens glorifiait le flic qui barrait le passage aux autos pour laisser traverser les chats de Léautaud, permettez-moi de célébrer Robert Simmons à la manière du regretté Georges, lui qui a su accueillir Survivor quand dans sa vie de chat il faisait froid.

Photos : source Huffington Post



17 réactions


  • baldis30 21 septembre 2018 17:21

    Un peu de chaleur humaine pour souvent beaucoup de chaleur animale ... mais certains ne le comprennent pas !

    Merci à l’auteur !


    • siatom siatom 21 septembre 2018 18:55

      @baldis30


      Merci à l’auteur !

      Merci à vous aussi pour votre sympathique commentaire

  • Séraphin Lampion Gwynplaine 21 septembre 2018 17:55
    Pour le même Brassens, le chat est une femme qui ne ment pas, alors qu’un dicton provençal dit : « Museau de chien, genou de femme et cul de chat, vous les trouverez toujours froids. »
    Hé ben moi je dis qu’on peut interchanger les éléments des proverbes, adages et dictons provençaux"

    • siatom siatom 21 septembre 2018 19:02

      @Gwynplaine



      « Museau de chien, genou de femme et cul de chat, vous les trouverez toujours froids. »

      On peut probablement les interchanger mais cela nous mène ou ? Sans doute est -ce parce que je suis breton mais les dictons provençaux me laissent perplexe.




    • sophie 24 septembre 2018 11:34

      @Gwynplaine
      parfois on est pas loin du rdpescara


  • ZenZoe ZenZoe 21 septembre 2018 19:24

    Ah Siatom, vous m’avez fait fondre !!! Les chats comme dit l’autre, c’est ma grande passion...

    PS 1 : le Roberts,en y regardant bien, n’a pas l’air super ravi de ce cadeau des flots ! Enfin, on va dire qu’il est traumatisé par la tempête.

    PS 2 : je me demande tout de même si l’écho médiatique aurait été le même s’il s’était agi d’un bébé crocodile smiley


    • siatom siatom 21 septembre 2018 19:49

      @ZenZoe


      Ah Siatom, vous m’avez fait fondre !!!

      Je suppose que je dois prendre cette réaction au sens figuré. Mais trêve de plaisanterie nous avons au moins cette passion en commun.

      J’ai été d’autant plus réceptif à ces photos que j’ai perdu cet été après 16 ans de compagnonnage mon chat bengale à qui j’avais consacré un article sur Avox https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/un-psy-au-poil-123971


      je me demande tout de même si l’écho médiatique aurait été le même s’il s’était agi d’un bébé crocodile

      Poser la question c’est y répondre, bien sur que non.

    • siatom siatom 22 septembre 2018 16:04

      @zzz’z


      Je doute que ce soit le tube de l’été prochain.

  • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 21 septembre 2018 19:27

    Chatpathyque ...


    • siatom siatom 21 septembre 2018 19:54

      @Aita Pea Pea


      Décidément les chats vous inspirent, voilà d’ailleurs le commentaire inspiré que vous m’aviez proposé pour l’article que j’évoque avec Zen Zoe

      Lorsqu’un chat persan rencontre un chat de gouttière ce dernier fuit !

    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 21 septembre 2018 20:01

      @siatom

      Ça date ... comme disent les égyptiens.


    • siatom siatom 21 septembre 2018 20:27

      @Aita Pea Pea


      comme disent les égyptiens.

      Comme disaient les égyptiens eut été plus judicieux.

      Lesquels, c’est bien connu adoraient les chats.



    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 21 septembre 2018 20:37

      @siatom

      Passé -présent en Égypte...Sissi et Grosminet ...


  • nono le simplet nono le simplet 22 septembre 2018 03:53

    c’est aussi un peu de tendresse au milieu des autres articles ...


    • siatom siatom 22 septembre 2018 09:16

      @nono le simplet


      c’est aussi un peu de tendresse au milieu des autres articles ...

      D’accord avec vous mais pour être tout a fait honnête avec vous , au milieu des miens aussi.

  • adeline 25 septembre 2018 12:02

    pipo total


    • siatom siatom 25 septembre 2018 12:40

      @adeline


      pipo total

      La prochaine fois pensez à l’orthographier correctement comme suit : pipeau car même le correcteur orthographique s’en est ému quand il a souligné en rouge cet élément de votre brillant mais succinct commentaire.

      Votre pipo désigne en réalité en argot scolaire un élève à l’école polytechnique,c’est flatteur mais je ne le mérite pas.

      Je dois néanmoins reconnaître après avoir lu quelques uns de vos commentaires que vous faites preuve d’une certaine constance à malmener l’orthographe et la grammaire, ce qui constituerait un péché tout à fait véniel si vous n’aviez une fâcheuse tendance à vous ériger en donneur de leçons.

Réagir