mardi 15 janvier - par Robert Bibeau

Une nouvelle crise économique a-t-elle commencé ?

À tout seigneur tout honneur, - la firme Apple (1 000 milliards U$D d’actifs) a réduit ses prévisions de profit en raison du ralentissement de la consommation en Chine (2018). Aussitôt, Wall Street a chuté suivi des mauvaises nouvelles boursières :

 

Apple donne le signal de la débandade ?

À tout seigneur tout honneur, - la firme Apple (1 000 milliards U$D d’actifs) a réduit ses prévisions de profit en raison du ralentissement de la consommation en Chine (2018). Aussitôt, Wall Street a chuté suivi des mauvaises nouvelles boursières : « L’indice Hang Seng de la Bourse de Hong Kong a ainsi perdu 2,02%, ou 531,66 points, pour terminer à 25.840,34 points. En Chine continentale, l’indice composite de référence de Shanghai a chuté quant à lui de 2.13%, ou 57,66 points, à 2.645,85 points. Celui de Shenzhen aura perdu 2,72%, soit 38,51 points, à 1.378,92 points. Même chose à la bourse de Hong Kong. » (1) L’année 2019 sera pire que 2018, pour preuve, le site Zero Hedge rapporte que : « les marchés actions américains n’ont jamais autant baissé durant le mois de décembre depuis la Grande Dépression des années 30 ». Selon le sondage d’une université américaine, près de la moitié des directeurs financiers pense que l’Amérique sera en récession dans un an. Toutes les banques sont malmenées à Wall Street et du côté des fonds d’investissement spéculatifs « hedge funds », c’est le massacre ». (2) Est-ce simplement un nouvel agiotage boursier ou l'expression qu'une crise systémique en fermentation ? (3)

 

Le prix ​​du pétrole et du cuivre a chuté

Il y a beaucoup plus de fonds (capitaux fiduciaires) disponibles que les marchés ne peuvent en absorber conséquence de l’émission depuis des années de monnaies bidon par les banques centrales et les banques privées. En 2018, on a observé une baisse des prix du pétrole et du cuivre suite à une demande en déclin et de la baisse de l’activité de fabrication dans la zone euro en recul depuis cinq mois. En Europe, seules trois grandes entreprises ont terminé l’année en améliorant leurs résultats financiers à un taux considéré comme normal. Aux États-Unis, le capital spéculatif n’achète plus de dettes émises par les entreprises et il hésite à acheter les obligations du trésor américain en dépréciation constante.

 

L’ARTICLE EST DISPONIBLE EN TROIS LANGUES SUR LE WEBMAGAZINE :


 http://www.les7duquebec.com/7-au-front/une-nouvelle-crise-economique-a-t-elle-commence/

 

 

Index directeurs des achats de la zone euro.

 En Europe, les feux rouges sont allumés : l’activité portuaire au Portugal s’effondre ; l'indice directeur de la fabrication (PMI) pour l'ensemble de la fabrication européenne - qui reflète à la fois la production et les nouvelles commandes - est de 51,4 points, chiffre le plus bas depuis février 2016. (4) Nous y sommes en stagnation, sans espoir de rémission puisque la « sortie » classique d’une telle crise est l’impression à profusion de monnaies crédit pour réactiver la consommation tout en recherchant de nouveaux marchés… qui n’existent pas. Et puisque ces nouveaux marchés n’existent pas, il ne laisse qu’une alternative aux capitalistes mondialiser – se faire la guerre commerciale pour s’emparer des marchés de leurs concurrents – signal de guerre commerciale que Donald Trump a donné dès son entrée en fonction tels que nous l’avions annoncé en 2017.(5)

 

La tragédie du logement

En Espagne, les ventes de Noël ont été désastreuses, même pour les fabricants de jouets et Zara-Inditex. Les "bons chiffres" de l'emploi sont basés sur la construction, mais le nouveau boum du logement, avec des prix records depuis 2007, semble avoir trouvé un plafond qui va comme suit : louer, au-dessus des prix du marché avant la crise des loyers, les salaires y ont passé en grande partie. Avec un Euribor dans les chiffres records il ne semble pas que l'achat de logements puisse compenser les pertes de loyers pour l’industrie de l’immobilier. Ce qui attend le prolétariat espagnol, ce sont des millions de familles qui dépensent leurs maigres économies pour payer leurs hypothèques avant d’être expulsés. (6)

 

Le gouffre de l’hyperinflation

La tentation de relancer la diffusion de monnaie de crédit sera grande dans ces circonstances. Si elle redémarrait la création de fausse monnaie, la BCE ne ferait que déclencher la perte de confiance dans l’euro et l’hyperinflation. Il est à craindre qu’en cas d’explosion de la zone euro, l’hyperinflation apparaisse dans chaque pays européen en même temps que la réintroduction et la dévaluation des monnaies nationales. (7)

 

L’avenir des deux classes en guerre pour leur survie

La bourgeoisie a une longue tradition de nier la crise et de se lancer dans des débats sur le ralentissement, l’effondrement, la récession et la reprise « imminente » (sic). Il suffit de consulter les données de la Banque mondiale pour constater que le système capitaliste n'est pas sorti de la crise de 2008, l'accumulation est toujours coincée dans le même piège : l'impossibilité d’écouler la production, le manque de placements rentables pour valoriser le capital productif, la chute des taux de profit, le refuge vers des placements spéculatifs chimériques.

Chacune des capitales nationales en concurrence n'a que deux « solutions » possibles :
 1) accroitre l'exploitation du travail salarié - nous précariser et nous appauvrir – ou alors
2) avoir accès aux marchés et aux opportunités d'investissement en guerroyant contre ses concurrents, c'est-à-dire, se précipiter dans une guerre généralisée, commerciale d’abord, militaire ensuite.

Pour la classe prolétarienne il n’y a qu’une issue possible, affronter le diktat des besoins du capital à l’encontre des besoins humains du prolétariat et, en résistant, affirmer la nécessité d’un monde à « décapitaliser », sans propriété ni privé – ni étatique des moyens de production, d’échanges et de communication.

 

NOTES

 

  1. http://www.les7duquebec.com/actualites-des-7/chute-dapple-a-wall-street-effet-boule-de-neige-en-chine/
  2. http://www.les7duquebec.com/actualites-des-7/krach-boursier-demain-sinon-apres-demain/
  3. http://www.les7duquebec.com/actualites-des-7/une-nouvelle-crise-a-t-elle-commence/
  4. Rappelons que l’indice 50 signifie que la stagnation est installée http://www.les7duquebec.com/actualites-des-7/une-nouvelle-crise-a-t-elle-commence/
  5. Les mascarades électorales aux États-Unis (2017) L’Harmattan. Paris. http://www.les7duquebec.com/7-au-front/la-democratie-aux-etats-unis-les-mascarades-electorales/
  6. http://www.les7duquebec.com/actualites-des-7/une-nouvelle-crise-a-t-elle-commence/
  7. http://www.les7duquebec.com/actualites-des-7/krach-boursier-demain-sinon-apres-demain/

 



6 réactions


  • Claire Claire 15 janvier 17:57

    @Robert Bibeau

    près de la moitié des directeurs financiers pense que l’Amérique sera en récession dans un an.

    Oui enfin ça c’était avant que les statistiques du travail de décembre montrent une hausse des salaires et des créations d’emplois à leur plus haut niveau depuis 10 mois. Personnellement, je pense que la crise, quant elle viendra, n’aura pas les USA pour origine, mais plus sûrement la Chine ou l’Europe.


    • Robert Bibeau Robert Bibeau 16 janvier 08:02

      @Claire

      vOUS vous trompez Claire 

      D’une part les statistiques de l’emploi aux USA sont truquées et se comportent en montagne russe n’y prenez garde 

      Les USA sont le cœur de l’économie financiarisée mondiale et donc seront le centre du krash = à tout seigneur tout honneur madame 

      Merci pour votre post 

      Robert Bibeau 


  • michalac michalac 15 janvier 20:36

    Une valorisation boursière de 1000 milliards d’USD et plus. Ça, s’était avant... Depuis le début du mois de decembre, Microsoft a récupéré son leadership, celui que la firme avait abandonné à Apple en 2003, avec une capitalisation de l’ordre de 852 Mds. Passée l’annonce de sombres perspectives au tout début de cette année, la valorisation boursière d’Apple a de nouveau chuté.

    A ce jour, elle n’est que de 722 Mds de $.

    Pauvre d’elle...


  • michalac michalac 15 janvier 20:47

    « Si elle redémarrait la création de fausse monnaie, la BCE ne ferait que déclencher la perte de confiance dans l’euro et l’hyperinflation. »

    Rien n’est moins sûr. A compter de 2011, la BCE a tenté de porter l’inflation annuelle dans les pays de la zone euro au niveau souhaité de 2% par l’émission de liquidités. En vain, l’inflation n’a pas décollé. Un cas de figure qui fait rêver les pays en lutte contre une tendance haussière structurelle du niveau des prix. Le cas, notamment, de l’Ukraine.


    • Robert Bibeau Robert Bibeau 16 janvier 08:09

      @michalac

      Vous avez raison de souligner l’étrangeté de cette hyperdiffusion de monkey money aux USA comme en Europe et ailleurs qui ne parvient pourtant pas à faire décoller l’inflation… C’est qu"a cette époque 2011 et avant les marchés boursiers avalaient les surplus de monnaie-crédit en circulation et se transformait en bulles spéculatives boursières MAIS le carnaval boursier achève avec le tarissement des marchés ou la marchandise d’accumule en entrepôt 

      la kermesse achève 

      Robert Bibeau


  • sweach 16 janvier 09:52

    Tiens ? On en parle ?

    Non mais ça fait plus de 6 mois que le CAC a dévissé il serait temps d’en parler.

    Alors nous sommes dans le même cas de figure que la période 09/2000 à 03/2003 et la période 11/2007 à 03/2009

    Le CAC va chuter jusqu’au 3000 points, donc une baisse de 60% pour l’année qui vient est a prévoir, on en reparle dans 1 ans ?

    Le gouffre de l’hyperinflation

    Moi je n’attend que ça, avant de parler d’hyper inflation, mettez de coter les superlatif, juste de l’inflation serait déjà bien.

    Ha oui ces pauvres riches vont voir leur « zéro et un » fondrent dans les ordinateurs de HSBC banque.

    Mais le gas qui veut vendre sa maison où en acheter une pourra enfin le faire

    A votre place je tournerai mon regard vers la chine et l’étalon OR qu’ils veulent mettre en place.

    On ne peut que espérer que d’ici là la France aura remit ses comptes d’aplomb en taxant les riches ou bien qu’il y ait eu une révolution.


Réagir