jeudi 30 avril 2015 - par roman_garev

Une percée nucléaire en Russie : le projet du réacteur Génération IV « Brest-300 » est prêt, l’usine à combustible est en construction

Le projet « Proryv » (« Прорыв », « Percée ») comprend :

  • le réacteur nucléaire de la 4ème génération « Brest-300 » à neutrons rapides à caloporteur métal lourd liquide (mise en marche prévue pour 2020) ;
  • l’usine à combustible spécial pour ce réacteur (mise en marche prévue pour 2017).

Pourquoi ce nom de « Percée » ? Car c’est le premier réacteur au monde destiné à produire l’énergie :

  • à partir des déchets (c’est-à-dire du combustible usé provenant de tout autre réacteur) ;
  • sans produire des déchets (cycle de combustible fermé), donc sans fournir des matières premières pour une production éventuelle de l’arme nucléaire.

C’est vraiment une révolution dans l’énergétique mondiale, apte à résoudre tout un complexe de problèmes contemporains de l’humanité.

Liens en russe :

http://stockinfocus.ru/2015/04/01/rossiya-sovershila-yadernyj-proryv/

http://hi-tech.mail.ru/news/rissian-brest-300-nuclear-reactor.html

Le 6 septembre 2000 à la Conférence Millénaire de l’ONU le président Poutine a promis au monde une nouvelle énergétique nucléaire (lien en russe) :

« Il faut couper d’une façon sûre les chemins de dispersion de l’arme nucléaire. On peut y arriver en excluant, entre autre, l’utilisation dans l’énergétique nucléaire civile de l’uranium enrichi et du plutonium pur. Du point de vue technique c’est réalisable. Mais ce qui est beaucoup plus important, c’est que la combustion du plutonium et des autres éléments radioactifs crée des conditions pour la résolution définitive du problème des déchets radioactifs, ouvre au monde des perspectives tout à fait nouvelles d’une vie sans danger. »

En 2010 le gouvernement de la Russie a adopté le programme d’état « Techniques nucléaires de nouvelle génération jusqu’à 2015 » avec le budget de 160 milliards de roubles.

Vers avril 2015 le projet du réacteur « Brest-300 » est prêt et présenté à la commission d’état. Ce premier réacteur expérimental aura une puissance de 300 MW, tandis que ses homologues de série en auront de 700 à 1200 MW.

Le réacteur « Brest » est doté d’un niveau de sûreté sans précédent. Des pannes d’un degré même critique (p. ex., suite à un acte de sabotage ou à une diversion), accompagnées de la destruction de l’édifice du réacteur, du couvercle de son châssis, ne peuvent pas aboutir à un rejet radioactif nécessitant l’évacuation de la population et engendrant des zones « mortes » telles que l’ex-ville Pripyat (du côté de Tchernobyl).

Sur ces entrefaites le Rosatom a entamé la construction de l’usine à produire à partir du combustible nucléaire usé des tablettes enrichies pour les réacteurs de ce type. La construction a lieu au Combinat Chimique de Sibérie à Tomsk. Cette nouvelle a été annoncée au 1er Forum panrusse des jeunes savants U-NOVUS par le vice-directeur du Rosatom Vyatcheslav Perchoukov.

On compte dans le monde entier 345 mille tonnes de déchets radioactifs (dont 110 mille en États-Unis, 18 mille en Russie). Selon le docteur ès sciences physiques et mathématiques A. Krukov, les stocks de l’uranium usé, amassés durant 60 ans du fonctionnement du domaine nucléaire, suffiraient à quelques cent d’années de production de l’énergie. De sorte que le coût de production serait évidemment modéré.

 

JPEGJPEG



98 réactions


  • Le p’tit Charles 30 avril 2015 11:24

    +++
    Bravo aux Russes...Pendant qu’ils travaillent...les USA assassinent dans le monde en montrant leur connerie.. !


  • franc 30 avril 2015 11:55

    En voilà une bonne nouvelle

    -

    Vive les russes !

    -

    ceci dit c’aurait dû être la France d’inventer cette nouvelle génération de centrale nucléaire ,mais les ingénieurs français ne sont plus ce qu’ils étaient ,ils ne sont plus au niveau ,voir la bérézina d’Areva. Et après ça on dit qu’il n’ya pas de déclin en France


    • berry 30 avril 2015 12:41

      @franc
      Tout n’est pas perdu pour la france, le réacteur russe portera le nom de notre bonne ville de Brest.


    • Le p’tit Charles 30 avril 2015 13:52

      @berry...Ou se trouve en ce moment deux bateaux « Mistral » en attente de livraison...un joli pied de nez.. !


    • roman_garev 30 avril 2015 14:36

      @berry


      Sans oublier que pour les Russes et quelques autres Slaves ce nom évoque en premier lieu la ville biélorusse du même nom Brest, célèbre par sa forteresse devenue le symbole de la résistance du peuple soviétique contre l’occupation allemande en 1941.
      Pourtant en fait c’est une abréviation БРЕСТ : Быстрый Реактор ЕСТественной безопасности, ce qui veut dire Réacteur Rapide de Sécurité naturelle.
      Je viens de trouver la signification de ce terme « sécurité naturelle » dans un article publié en 2013 : c’est la propriété de ce réacteur de s’étouffer lui-même suite à un écart quelconque par rapport à la norme.

    • J.MAY MAIBORODA 30 avril 2015 15:56

      @berry


      Bien maigre consolation.
      D’autant qu’il s’agit de BREST-LITOVSK, de triste mémoire pour les Russes.
      BELLE REVANCHE CEPENDANT.
      On plusse quand même l’humour.

    • Layly Victor Layly Victor 30 avril 2015 20:34

      @franc

      Cette réaction est typique de l’autoflagellation des Français et du mépris des Français pour eux mêmes, soigneusement entretenus par les socialistes et les bobos-écolos : vous êtes nuls, donc obéissez à vos maîtres US !
      Et tous les crétins d’applaudir.
      Et la déferlante des ignares qui accable les ingénieurs d’AREVA suite à l’affaire de la cuve de l’EPR Flamanville, alors qu’il est maintenant prouvé que c’est un coup monté soigneusement préparé par Pierre Franck Chevet, le directeur de l’ASN, un écolo et anti-nucléaire hystérique, coup monté en profitant de ses prérogatives et de la lâcheté de toute la classe politique. Tout le scenario de cette affaire analysé par les experts montre que les ingénieurs ont fait leur travail correctement, et que ce coup de poignard dans le dos a été porté délibérément de façon à faire le maximum de dégâts financiers et à causer le maximum de préjudice à l’industrie électronucléaire française. Le dossier technique est vide, il s’appuie sur une argumentation médiocre et de mauvaise foi.
      Mais, bien sûr, vous n’en entendrez pas parler dans la presse.

      Le premier réacteur de puissance au monde de ce type, à neutrons rapides et refroidi au métal liquide, était Super Phénix, et il avait une puissance de 1500 mégawatts, cinq fois celle du nouveau réacteur russe ! Il avait quarante ans d’avance. Il a été tué et saboté , détruit délibérément, par la gauche plurielle de Jospin, avec la complicité de tous les partis politiques. Les Russes et les Japonais ont parlé de suicide, ils ne pouvaient pas le croire. J’étais au CEA quand ceci s’est passé. J’ai vu les chefs enjoindre à leurs subordonnés de ne plus travailler sur ce thème (comme maintenant ils leur recommandent de ne plus travailler sur le nucléaire pour s’occuper d’éoliennes). J’ai vu ce que c’était que l’ivresse de la trahison : les logiciels et les documents mis à la poubelle. Comme disent les sinistres Hollande et Attali : ne pas regarder dans le rétroviseur.
      J’ai entendu dire que quelques ingénieurs courageux ont fait passer aux Russes le maximum de documentation, pour que tout ce travail ne soit pas perdu. Ils ont bien fait !

      Non Monsieur ! Les ingénieurs français ne sont pas plus mauvais que les Russes, du moins pas encore (ça va venir avec les nouvelles orientations de l’enseignement, et très vite, d’ici cinq à dix ans). La différence, c’est que les Russes vivent dans un pays libre.


    • roman_garev 30 avril 2015 21:10

      @Layly Victor

      Cette réaction est typique de l’autoflagellation des Français et du mépris des Français pour eux mêmes, soigneusement entretenus par les socialistes et les bobos-écolos : vous êtes nuls, donc obéissez à vos maîtres US !

      Si on remplace les mots « Français » par « Russes » et « les socialistes et les bobo-écolos » par « les ronds-de-cuir et les merdias », cette phrase représentera on ne peut plus justement la situation en Russie sous Eltsine smiley

    • franc 1er mai 2015 01:23

      @Layly Victor

      -

      je me suis basé sur vos dires m^mes dans un autre article ,vous aviez affirmé que vous avez constaté la faiblesse des nouveaux ingénieurs français qui ont dû faire appel aux anciens ingénieurs retraités en secours

      -

      en gros je suis d’accord avec vous


    • Spiridon 1er mai 2015 06:40

      @Layly Victor

      Bien vu Victor. J’ai exactement les mêmes sentiments. Ce BN-300 (son nom de code) n’est qu’un avatar du surrégénérateur Phénix & Superphénix. Celui dont Jospin a arrêté le programme pour plaire aux écolos déjà arqueboutés de façon idéologique et irraisonnée contre le nucléaire civil. Les mêmes ont réussi à faire promettre par Hollande : « limitation de l’électricité nucléaire à 50% du tout ». Pendant ce temps là, on ne les voit pas s’hystériser contre l’implantation de missiles nucléaires américains en Europe, dont on nous promet pourtant l’extension avec l’affaire ukrainienne !! Ces messieurs dames sont pour « une autre société », mais apparemment pas pour une « autre politique de guerres, d’agressions et de risques ». Un minimum de logique et de cohérence, ce n’est pas leur fort !

      La cession en appartements de tout le savoir-faire français a toujours été consciemment décidée et pilotée d’en haut, depuis Péchiney jusqu’à Alstom (tiens, tiens, ce même ’héros’ Patrick Kron...). Nous avions les meilleurs métallurgistes du monde, qui sont partis, j’en connais, vendre leurs conseils aux fabricants russes (malgré la dèche de l’époque Eltsine). Plus personne ne saurait faire aujourd’hui les alliages du Concorde. On a contraint, dans les années 88-92, les ingénieurs d’Areva à s’allier avec ceux de Siemens sous le motif « l’Europe c’est bien et c’est grand » ; résultat : on n’a rien appris des Allemands, et pour cause il n’y avait rien à apprendre d’eux, on leur a tout montré, puis on s’est forcé à faire converger normes et usages (je sais, j’en étais), pour accoucher d’un bouzin, l’EPR, qui merde à cause de cette gestion politique des projets.

      Pour modérer votre conclusion toutefois, sachez que en dehors des Russes, les Chinois ne sont pas en retard et ont plusieurs projets de surrégénérateurs. Ils ont un réacteur expérimental modèle russe qui produit 65MWe et projette des 600 MWe et 1200 MWe. Bon, je ne sais pas si la Chine est un pays libre, je n’irai pas jusque-là quoique des choses surprenantes, stimulantes diversifiées s’y passent, et vite. Quant à nous, bientôt, il ne nous restera que la fabrication du combustible, puis, petit à petit, plus rien. 


    • Croa Croa 3 mai 2015 23:24

      À franc,
      *
      La France a eu et a toujours cette avance : ce fût Super-Phénix... Qui n’a jamais bien fonctionné car nous avons su être en avance aussi dans l’échec : Les russes feront la même expérience, soyons en sûrs !


    • Pic de la Mirandole Gérard Lemenn 10 mai 2015 18:17

      @Layly Victor

      « Le dossier technique est vide »


      Vous allez vite en besogne, et c’est facile d’effrayer les gens sur ces sujets où, quand bien même on aurait les compétences, on n’aurait pas l’information !

      Il se trouve que l’EPR est :
      - une génération en retard
      - un gouffre financier qui aurait pu servir en partie à soutenir la recherche sur des réacteurs plus modernes et plus « écologiques » : la question majeure étant celle des déchets
      - au bord de la mer, ce qui rappelle Fukushima : l’Horreur pour des *siècles*, oui, des *siècles* Monsieur.

      Donc il est heureux que 1) d’autres pays ait une politique innovante en matière nucléaire, car quoiqu’en disent les écolos, cette énergie est pleine de promesses de progrès et 2) que l’ASN mette un GRAND COUP DE FREIN à des technologies qui, d’emblée, sont déjà en retard (pour ne pas dire presque obsolètes)

  • soi même 30 avril 2015 12:44

    Le seul tord dans cette affaire et de pensé que la central nucléaire est l’avenir de l’humanité et va révolutionner l’énergie, comme toute pensé qui se base sur la mécanisation du monde, l’usure de cette central qui la mettra bien un jour hors service qu’ adviendra le site ?

    Comme Tchernobyl , recouvert d’un sarcophage qui prend l’eau ?
     


    • Nicolas_M bibou1324 30 avril 2015 12:57

      @soi même
      Ben non, s’il n’y a pas de perte de confinement, aucune raison de recouvrir la centrale. Il suffira de la laisser pourrir sur place.


      Le béton des viaducs romains tient toujours bon, on est tranquille pour encore 2000 ans. Puis dans 2000 ans, il suffira simplement de re-bétonner, ce qui ne coûte rien, étant donné que les ouvriers travailleront dans un environnement sans radiations.

      Bref, à part quelques mètres carrés devenus inutilisables, que du bon pour ce genre de centrale.

    • soi même 30 avril 2015 14:04

      @bibou1324, oui pour le béton romain , en même temps vous racontes une absurdité, plus est concentré les isotopes radioactifs, plus que l’on augmente l’incontrôlabilité de cette substance qui au final échappe à toute emprise humaine !
      Donc la finalité de tous cela est de bien faire des cercueils nucléaire sur terre !
      Il n’existe pas de fournaise nucléaire pour nous purifier les déchets nucléaire, pour une raison simple à comprendre la radioactivité est une force de dégradation de la matière, ce qui veut dire la radioactivité ne se dégrade pas par la radioactivité, elle mute dans d’autre élément !

       


    • roman_garev 30 avril 2015 14:08

      @soi même


      Justement les centrales de ce type-ci sont destinées à réhabiliter l’idée d’une énergie nucléaire bienfaisante (jusqu’ici compromise par les problèmes de déchets et de l’insécurité - Tchernobyl), d’autant plus qu’elles vont dévorer les déchets amassés durant le demi-siècle dernier dont on ne savait vraiment quoi faire.

    • Doume65 30 avril 2015 15:35

      @soi même
      Tes interventions montrent que tu ne maitrises pas plus le français que les concepts de centrales nucléaires de quatrième génération.

      La radioactivité n’est pas la finalité d’une centrale nucléaire. L’idée est de transformer des éléments en d’autres élements, soit par la fission, soit par la fusion. Cette transformation s’accompagne d’une légère perte de masse de matière, qui selon les équations formulées par Einstein, est transformée en énergie. C’est cette énergie qui est récupérée. Le but de la fission (celle qui est à l’heure actuelle produite dans les centrales) est de casser un noyaux atomique lourd pour en obtenir deux (dont la masse est légèrement inférieure que celle du premier). Les centrales actuelles fonctionnent sur un modèle proche, à base d’uranium enrichi en isotope 235,dont les réactions produisent le cortège bien connu d’éléments radioactifs, dont certains pour des milliards d’année. Les centrales du futur (à l’étude partout dans le monde) fonctionnent sur des modèle différents, qui non seulement ne demandent pas d’enrichissement, mais recycle le plutonium (et d’autres « combustibles ») en produisant beaucoup moins de déchets à demi-vie prolongée. Je ne pourrais pas rentrer plus dans les détails, je ne suis pas physiciens, mais on peut dire que c’est vertueux à plus d’un titre, puisqu’au bout du compte, la radioactivité après combustion est réduite dans le temps.


    • soi même 30 avril 2015 15:57

      @Doume65 ( La radioactivité n’est pas la finalité d’une centrale nucléaire. ) Je veux bien vous croire mais encore, vous n’allez pas me dire que ce n’est pas le problème majeur des centrales justement le confinement de la radioactivité ?


    • sls0 sls0 1er mai 2015 05:25

      @soi même
      Et qu’est-ce qu’il propose soi même en remplacement du nucléaire ?
      Quelques choses de viable, de fonctionnel bien sûr, patates et extraterrestres, on évite.

      Etre contre c’est facile, être constructif s’en est une autre chose.


    • soi même 1er mai 2015 20:10

      @sls0 et être inconstructif est encore mieux , hein patate ?

      Les lobbys est un mythe sans doute ?, il y a eu beaucoup de découverte qui ont été tous simplement cavadiardé, et ce n’est surtout pas ici que je vais les évoquées freluquet de la pensé toute faite !


    • sls0 sls0 2 mai 2015 00:16

      @soi même
      Quand on sort les injures, ça veut dire que les arguments manquent.
      Habituellement quand je vois des injures sur un forum je signale, mais comme elles me sont adressées ce n’est pas grave. En plus ça permet aux lecteurs de se faire une idée de vos capacités.


    • soi même 2 mai 2015 12:56

      @sls0, (Quand on sort les injures, ça veut dire que les arguments manquent ) Peut être que vous avez raison, peut être, que c’est un problème un peut plus subtile en réponse à un interlocuteur qui a peut être besoin de décompressé ses synapses qui nécessite un ramonage vigoureux de l’ hippocampe , où tous simplement les portugaise ensablé, qui le rend aussi atone que l’âne de Buridan ?

       smiley

      J’en conviens, certains ont de la classe, ils injures proprement sans ce salir la langue !


    • rotule 2 mai 2015 18:18

      @sls0
      > Et qu’est-ce qu’il propose soi même en remplacement du nucléaire ?

      Peut être la lecture du rapport sur les énergies renouvelables en France à l’horizon 2050 ? Rapport caché par Ségolène et diffusé par MediaPart récemment ...


    • soi même 2 mai 2015 19:49

      @rotule, non surent pas, ( rapport sur les énergies renouvelables ) pour une raison , l’on n’a plus à faire à l’électricité !

      Maintenant au vue comme tous galopent derrière l’électricité il est peut probable que cela se réalisé prochainement !

      Donc avec le photovoltaïque bobo, continuons à polluer aussi gravement avec le nucléaire !


    • JC_Lavau JC_Lavau 11 mai 2015 20:45

      @soi même.

      Là on sent l’expert qui comprend ce qu’il dit...


  • Stéphane Lhomme Stéphane Lhomme 30 avril 2015 14:22

    L’auteur de cet article est il un lobbyiste sans états d’âme ou bien d’une incroyable naïveté ? Toujours est-il qu’il raconte là des histoires pour faire s’endormir les enfants (autant dire des salades... radioactives).

    En effet :

    - il s’agit là d’une simple variante des surgénérateurs de type Superphénix que l’industrie nucléaire mondiale échoue depuis 50 ans à faire fonctionner...

    - seule une infime partie des déchets radioactifs est utilisable comme combustible dans ce genre de réacteurs, et encore après de dangereuses, polluantes et ruineuses opérations de séparation

    - même si on croit ceux qui jurent qu’une cata ne peut pas survenir avec ce réacteur (ce serait bien la première fois que les nucléaristes diraient vrai !), le désastre viendra de l’usine associée !!!

    - de même, la filière de préparation des combustibles est tout aussi adaptée à la prolifération (vers l’arme atomique) que les réacteurs actuels REP !

    - tout le reste n’est qu’affirmations gratuites (« le coût de production serait évidemment modéré », etc), comme les nucléaristes nous en offrent depuis 50 ans...

    Allez, comme pour les réacteurs « miraculeux » au Thorium ou la Fusion nucléaire, remballez vos contes mensongers et/ou naïfs.

    La part du nucléaire dans l’électricité mondiale est passée de 17% en 2001 à 9% à ce jour, et ça va continuer inexorablement avec la fermeture prochaines (10/15 ans, autant dire demain matin) de la majorité des réacteurs actuels, arrivés en fin de vie. Et ce ne sont pas quelques dizaines de réacteurs en Chine qui inverseront cette tendance...


    • Layly Victor Layly Victor 30 avril 2015 20:52

      @Stéphane Lhomme

      Votre nullité

      Le nucléaire va repartir dans le monde, parce que c’est la seule solution provisoire (une transition), en dehors de ce que vous prônez : le déclin et la misère.

      La surgénération, développée en premier par la France qui avait une avance et un savoir faire considérables (Phénix , 250 MW, a fonctionné 34 ans sans incident et avec un facteur de charge remarquable, Super Phénix, son successeur, a été saboté et détruit par vos soins), est une nécessité incontournable pour économiser les ressources en combustible.

      La fusion thermonucléaire se fera, parce que c’est l’énergie d’avenir de l’humanité, la solution définitive et inépuisable.

      Aux yeux de l’histoire, vous ferez partie des gens qui ont essayé de faire tout le mal qu’ils pouvaient, mais en vain.


    • Mac Naab 30 avril 2015 22:23

      @Stéphane Lhomme

      « La part du nucléaire dans l’électricité mondiale est passée de 17% en 2001 à 9% à ce jour »

      C’est toujours mieux que la part des énergies renouvelable. Si on ne compte l’hydraulique , les énergies renouvelable représentent moins de 2% de la production d’électricité mondiale. Donc tout le solaire, la bio-masse et l’éolien (etc...) représente un grain de sable dans production d’électricité mondiale.


    • chantecler chantecler 1er mai 2015 09:09

      @Layly Victor

      Merci de ne pas tout mélanger ...
      Phénix était un prototype de petite taille , de faible puissance qui a donné satisfaction .
      Puis sur cette base ,et sur celle de l’électronucléaire en France , civile et militaire , « on » s’est engagé sur superphénix ...

      Et là ça n’a pas été du tout la même chose ....

      Superphénix , ruineux , toujours en panne et posant des problèmes de sécurité énormes ( plutonium , sodium liquide qui attaquent les métaux).

      Peut être « en avance » de 40 ans .

      Mais de là à affirmer que ces pannes ou ses défauts sont liés à du sabotage , faut pas charrier .

      Peut être que le projet russe est plus avancé .

      Je l’espère .

      De plus étant donné l’immensité du territoire s’il y a un os , on peut supposer que les effets seront moins dramatiques si ça foire .

      Je ne suis pas antinucléaire radical .

      Par contre je m’interroge sur le fait que l’on a tendance à ne s’intéresser qu’ à d’énormes réalisations , forcément révolutionnaires , qui concentrent les coûts, les difficultés et les dangers .

      En dehors de ça , sympathie pour la Russie qui ne mérite pas, de mon point de vue , le traitement que l’Occident : USA, UE lui fait subir actuellement .

      Et par exemple le boycott des dirigeants pour l’anniversaire de la victoire soviétique contre les nazis est une honte quand on sait le coût payé par l’ex URSS dans cette seconde guerre mondiale , en morts , en massacres , en mutilés et en destructions .

      Si l’on continue à tordre l’histoire dans dix ans on apprendra aux nouvelles générations que cette guerre aura été déclenchée par la Russie et non par l’Allemagne , le Japon, l’Italie etc ....


    • Layly Victor Layly Victor 1er mai 2015 10:36

      @chantecler

      Phénix, un prototype de petite taille, de faible puissance

      250 MW, c’est ça que vous appelez une faible puissance ?

      En fait, la pile Rapsodie, à Cadarache, 40 MW, a été le premier prototype à neutrons rapides français. Elle était destinée principalement aux études de neutronique.

      Phénix était un réacteur intermédiaire entre le prototype et la tête de série. Normalement, on aurait du intercaler un prototype intermédiaire de 600 à 800 MW. C’est ce qu’ont fait les Russes avec leur BN 800.

      On a décidé de passer d’emblée, avec Super Phénix, à une tête de série de 1500 MW. Ceci pour répondre à votre question, ce n’était pas par goût du gigantisme ou du centralisme qu’on reproche aux français. On était en plein choc pétrolier, et personne ne savait comment la situation allait évoluer. Sans doute, les responsables ont voulu aller trop vite.

      Mais il est faux de dire que Super Phénix n’a pas marché, comme le prétendent les prédicateurs escrologistes. Super Phénix a eu des problèmes normaux pour une tête de série, qui ont demandé son arrêt provisoire. Les problèmes ont été résolus, mais les autorisations de redémarrage étaient données avec un tel délai que ceci a permis de dire le facteur de charge était ridiculement faible. Contrairement aux mensonges du prédicateur Stéphanne Lhomme, SPX a bel et bien fonctionné.

      Il faut ajouter, ce que les français ne savent pas, qu’une proposition avait été faite de faire fonctionner SPX à puissance réduite comme incinérateur de déchets (ce que nos amis Russes veulent faire avec leur BN300), mais les ayatollahs écolos ont rejeté cette proposition. Et pour être sûrs que SPX ne serait plus jamais utilisé, ces voyous ont volontairement endommagé la cuve !


    • JMBerniolles 1er mai 2015 10:53

      @chantecler

      Renseignez vous plus précisément.

      Super Phénix a fonctionné une année pleine aux conditions nominales de puissance avant d’être arrêter, puis saboter par le gouvernement de gauche plurielle.
      la cuve primaire a été volontairement détériorée afin que l’on ne puisse plus faire redémarrer ce réacteur.

      celui-ci était un prototype industriel un peu prématuré qui a connu pas mal de problèmes non fondamentaux.
      Mais dès la phase de démarrage il a surtout connu des problèmes administratifs de blocage avec Corine Lepage puis donc un sabordage.
      L’équivalent russe de SPX état BN600 qui a donné pleinement satisfaction. Puis il y a BN800 .. et maintenant ce projet (qui évite des inconvénients potentiels du sodium) dans le cadre de l’élimination des déchets nucléaires.

      En France nous en sommes à un retour ténu avec le projet ASTRID ...



    • chantecler chantecler 1er mai 2015 11:47

      @JMBerniolles

      Et bien je tente depuis longtemps de me « renseigner » .
      Et en ce qui concerne Superphénix (1970) c’est pas simple .

      Il y avait les inconditionnels pour et idem les contre .

      Vous dites que la cuve a été sciemment sabotée .
      Je n’ai jamais entendu parler de ce fait .

      Si vous avez des preuves merci de nous les fournir.

      Ci joint un article , me semble t’ il mesuré , qui va d’ailleurs plutôt dans votre sens , sans être dithyrambique , mais qui apporte quelques éléments de poids :

      http://www.lajauneetlarouge.com/article/la-mise-mort-de-superphenix-une-execution-sans-jugement#.VUNIuJOwGUk

      Cdt.

      Ce.


    • JMBerniolles 1er mai 2015 14:15

      @chantecler

      Il est bien évident que le gouvernement Jospin/Voynet ne s’est pas vanté d’une chose pareille ;
      Cet attentat a été révélé par les gens d’EDF de Crays Malville.

      A propos de Super Phénix j’ai écrit sur AGV cet article http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/super-phenix-crime-contre-la-125537 qui contient beaucoup d’informations.



  • hugo BOTOPO 30 avril 2015 14:41


    Bravo pour l’ignorance historique et scientifique.
    Le réacteur russe de IVième génération n’est qu’un surgénérateur issu de la filière mise au point à Marcoule (Phénix). Il brûle du plutonium 239 produit dans les réacteurs actuels en service (et dans les surgénérateurs futurs).
    Dans les réacteurs actuels le combustible principal est de l’uranium 235 contenu dans de l’uranium faiblement enrichi, l’uranium naturel 238 restant fortement majoritaire. Lors de la réaction nucléaire de fission les neutrons produits sont d’abord rapides avant d’ête ralentis par l’eau sous pression. Les neutrons rapides transforment une faible partie de U 238 en Pt 239 considéré par certains comme un déchet. Dans le réacteur rapide surgénérateur le combustible fissible est Pt 239 qui produit des neutrons rapides. Ces derniers entretiennent la réaction en bombardant le Pt 239 et surtout ils transforment une partie de U 238 en Pt 239 avec un bilan global tel qu’il y a eu plus de plutonium produit que de plutonium consommé. Cette surproduction a été utilisée à Marcoule pour fournir du Pl 239 pour les bombes françaises ! Le réacteur russe surgénérateur est donc un vecteur de prolifération des armements nucléaires.
    Depuis des décennies l’usine de retraitement de La Hague extrait le plutonium 239 produit dans les centrales à eau pressurisée en service. Ce plutonium est mélangé au combustible à uranium enrichi pour fabriquer un combustible appelé MOX brûlant donc une partie du plutonium produit.
    L’avantage des réacteurs surgénérateurs est l’absence possible (hors amorçage) de combustible issu de la filière d’enrichissement de l’uranium et d’utiliser de l’uranium appauvri.
    Les réactions de fission nucléaire à uranium enrichi ou au plutonium produisent toujours beaucoup de déchets de fission dont on ne sait que faire ! Ces déchets ne sont pas « consommés » dans le surgénérateur, qu’il soit russe ou français !


    • roman_garev 30 avril 2015 20:52

      @Stéphane Lhomme

      @hugo BOTOPO

      Merci pour avoir daigné lire et analyser mon humble traduction.
      Les préambules de vos commentaires m’ont paru si courtois et raffinés, incontestablement dignes de véritables Européens Bien Élevés et Parfaitement Tolérants, que j’ai décidé de ne pas vous faire perdre votre temps précieux à lire mes réponses qui seraient sans doute aussi niaises que l’article et ne meriteraient guère votre attention. Qui plus est, des esprits tellement cultivés, donc fragiles, ne supporteraient pas des sottises davantage, je ferai mieux de les ménager.

    • olivier cabanel olivier cabanel 1er mai 2015 11:38

      @roman_garev
      ajoutez moi à la liste des exclus par votre seigneurie qui manifestement ne supporte pas la contradiction.

      vous devriez prendre des cours de citoyenneté, d’échange... mais pour l’orgueil et la suffisance, je pense que vous êtes au top.
       smiley

    • Calva76 Calva76 1er mai 2015 12:16

      @olivier cabanel
      Mais t’es vraiment un grand malade toi ! smiley

      Il n’y a que ta grosse tronche d’empaffé de vieux gourou mage bonimenteur pour parler d’exclusion du débat. Mais où as-tu lu cela ?
      Et de qualifier Roman_garev de « votre seigneurerie » alors qu’en tant qu’auteur il n’a jamais manifesté la moindre arrogance. Si peut-être, en te cassant la baraque en publiant son article avant un des tiens. smiley

      Ou alors les moinssages... Mais tu n’arrêtes pas de prétendre que c’est sans importance du moment que l’on a les bons arguments.
      C’est peut-être aussi le manque d’argument crédible qui te fait craquer hein vieille branche ? smiley

      Allez au dodo... smiley


    • soi même 2 mai 2015 19:33

      Chut le Maître parle, (mais pour l’orgueil et la suffisance, je pense que vous êtes au top. ) l’os pis tale qui se prend pour le mérinos de Panurge !


    • JC_Lavau JC_Lavau 11 mai 2015 20:51

      @olivier cabanel. Ça c’est le comble de l’impudence : Cabanel qui donne des leçons de citoyenneté, de modestie et d’échange !


  • J.MAY MAIBORODA 30 avril 2015 16:09
     La fable « densité » de mes connaissances en la matière m’interdit d’épiloguer sur les vertus de ce réacteur, de même que sur l’argumentaire de l’article ou, a contrario, sur les commentaires désobligeants suscités.

    Je puis simplement, de manière un peu béate, j’en conviens, penser que l’EPR français semble moins avancé, moins performant .... et plus coûteux.


    • Layly Victor Layly Victor 30 avril 2015 21:20

      @MAIBORODA

      Ceci n’a rien à voir, mais le réflexe formaté est toujours de penser que, nous Français, sommes moins bons : l’l’EPR français moins avancé, moins performant, plus coûteux. Vous tirez çà d’où ?
      L’ EPR est un réacteur à neutrons thermiques. L’utilisation rationnelle du combustible demande un développement en parallèle des réacteurs à neutrons rapides et des réacteurs à neutrons thermiques.
      Ce qui vous induit en erreur, c’est la désinformation permanente orchestrée par les journalistes.


    • roman_garev 30 avril 2015 22:00

      @Layly Victor

      Ce serait bien intéressant de trouver quelque part une comparaison objective de ces deux types de réacteurs...


      Mon avis est que les deux sont bons aves ses défauts et avantages à chacun. C’est que historiquement le nucléaire civil se développait, durant des décennies, en URSS, et puis en Russie, tout à fait isolément du monde entier, y compris la France. Par exemple, l’équipe des concepteurs du BREST serait à peu près la même qui avait développé les réacteurs pour les sous-marins nucléaires.

    • J.MAY MAIBORODA 1er mai 2015 07:59

      @Layly Victor



      O.K
      Merci pour cet éclairage.

    • Francis, agnotologue JL 1er mai 2015 08:02

      @layly Victor,
       
      ’’Ce qui vous induit en erreur, c’est la désinformation permanente orchestrée par les journalistes.’’
       
       ???
       
      Vous pourriez nous expliquer pourquoi ou pour qui, les journalistes des médias industriels, autrement dit, mainstream, pensée unique (je suppose que c’est d’eux que vous parlez ?), pourquoi ces chantres du pouvoir capitaliste orchestreraient-ils la désinformation contre l’un des fleurons selon vous, de notre technologie hexagonale ?


    • Calva76 Calva76 1er mai 2015 08:41

      @JL
      Il y a des précédents : le Concorde.

      Ce fleuron technologique jalousé par nos « amis » Américains a été constamment éreinté par la presse et les bobos écolos appuyé par une puissante organisation destabilisatrice injustement nommée « paix verte » (d’ailleurs financée par les « amis » susnommé) :
      Trop bruyant, trop vorace, détruit la couche d’ozone, etc. etc.

      Idem pour les surgénérateurs qui contrairement au bel oiseau blanc n’ont même pas eu eux, ni la chance ni le temps matériel de faire leurs preuves.

      L’EPR, le Rafale et même le TGV n’y échappent pas. smiley

    • Francis, agnotologue JL 1er mai 2015 09:39

      @Calva76,
       
      la question est :

      Vous pourriez nous expliquer pourquoi ou pour qui, les journalistes des médias industriels, autrement dit, mainstream, pensée unique (je suppose que c’est d’eux que vous parlez ?), pourquoi ces chantres du pouvoir capitaliste orchestreraient-ils la désinformation contre ces fleurons selon vous, de notre technologie hexagonale ?
       
      Pour préciser : qui sont ces journalistes ? Des traitres à la patrie qui parlent tous les jours dans les moyens d’informations donnés aux Français ?
       
      La question est importante, il me semble, autant que l’inventaire de nos savoir faire disparus.
       
      Ps. les bobos écolos et les lobbies peints en verts, ça va un moment : il arrive un temps où il faut dire les choses plus clairement.


    • olivier cabanel olivier cabanel 1er mai 2015 10:22

      @MAIBORODA
      vous avez vu juste, et vous serez surement critiqué par les deux ou trois lobbystes pronucléaires qui sévissent sur les colonnes des articles des qu’on touche à leur « beau nucléaire »

      la réalité, c’est que l’epr est un échec technologique et financier :
      à Flamanville, comme en Finlande, les prix ont explosé, passant de 3 milliards à 10 milliards.
      pas de bol pour areva qui, par contrat, doit payer à la finlande le dépassement !
      bref, c’est vous et moi qui allons payer...
      de plus, les délais ont explosé aussi.
      les epr devaient etre opérationnels en 2012...on évoque maintenant 2018 !
      et cerise sur le gateau, les experts de l’asn ont constaté de graves problèmes à la cuve qui a été posée il y a peu.
      j’ajoute que le décret du 11 avril 2007 concernant l’epr de flamanville stipule que si la mise en service n’intervient pas avant le 11 avril 2017, l’état devrait abandonner le projet.
      c’est d’ailleurs ce qui s’est passé pour le « super » phénix de malville.
       smiley

    • Layly Victor Layly Victor 1er mai 2015 11:07

      @roman_garev

      Comme je l’ai dit plus haut, ces deux réacteurs n’ont rien à voir. L’EPR est un réacteur à neutrons thermiques, le BN300 russe est un réacteur à neutrons rapides.
      Pour une bonne gestion du cycle du combustible, ces deux types de réacteurs doivent être développés en parallèle.

      D’autre part, je ne suis pas d’accord avec vous sur un point important. Même à l’époque soviétique, la Russie (ou l’URSS) n’a jamais été isolée du monde scientifique et technique. J’ai travaillé à Saclay avec des physiciens nucléaires Russes (et j’ai eu l’honneur de rencontrer le grand Fadeev).
      Il y avait beaucoup d’échanges sur la filière à neutrons rapides. A Cadarache, où la filière « rapide » a été développée, le Russe était une des langues enseignées en formation professionnelle.
      Je dirais même plus : il y avait beaucoup plus de contacts avec les scientifiques et ingénieurs russes à cette époque que maintenant, avec l’attitude hostile des « occidentaux » vis à vis de la Russie entretenue par des puissances étrangères.

      Pour ce qui est de la fusion, les Russes ont toujours travaillé en relation avec la France et les autres pays « occidentaux », et ils participent au projet ITER. La plus grande partie des réacteurs de recherche sur la fusion sont copiés sur le modèle du premier réacteur à confinement magnétique qui a commencé à donner de l’espoir, dans les années 70, le réacteur russe TOKAMAK.


    • Layly Victor Layly Victor 1er mai 2015 11:32

      @JL

      Je ne peux que vous donner mon avis personnel, mais je vous conseille de lire JC Michéa, « l’empire du moindre mal ».
      Ces attaques de la presse contre le nucléaire français font partie d’un ensemble : attaques contre l’éducation, contre l’histoire, contre la poésie, contre la culture, contre les mathématiques, etc
      Le nucléaire n’est qu’une étape. Après, il y aura l’aéronautique, le spatial.

      La France doit devenir une plateforme financière et touristique, et rien d’autre. Dans la répartition mondiale des activités, la classe ouvrière doit disparaître des pays comme la France. Toute activité qui contribuerait à des velléités d’indépendance, comme le nucléaire, doit être saquée. Le nucléaire reste encore un symbole d’indépendance : il suffit de voir comment Israël est prêt à mettre le monde à feu et à sang pour empêcher l’Iran de développer son programme nucléaire.

      Il ne vous a pas échappé que les médias sont la propriété exclusive du pouvoir politique et du pouvoir de la finance internationale.

      Il y a une autre raison secondaire, c’est que les écologistes, même avec leur très faible poids électoral, sont une force d’appoint très courtisée par les affairistes de la politique. D’où le bombardement médiatique anti-nucléaire permanent.


    • Layly Victor Layly Victor 1er mai 2015 13:21

      @olivier cabanel

      Il faut toujours que le mage cabanélien fasse feu de tout bois pour décocher ses coups de pied de l’âne contre AREVA et l’industrie française.

      Les experts de l’asn ont constaté de graves problèmes à la cuve qui a été posée il y a peu

      Justement, si la nouvelle norme (franco-française) concernant la « résilience » date de 2005, sachant que la cuve a été forgée et validée en 2011, pourquoi attendre Avril 2015 pour dénoncer le problème devant l’OPECST, et avertir en urgence les Chinois, les médias, Cabanel (qui a exulté de joie, fait une danse du ventre endiablée, montré à cette occasion qu’il était un spécialiste incontournable de la « résilience ») ?
      Et la déferlante des ignares qui accable les ingénieurs d’AREVA suite à cette affaire de la cuve de l’EPR Flamanville, alors qu’il est maintenant prouvé que c’est un coup monté soigneusement préparé par Pierre Franck Chevet, le directeur de l’ASN, un écolo et anti-nucléaire hystérique, coup monté en profitant de ses prérogatives et de la lâcheté de toute la classe politique. Tout le scenario de cette affaire analysé par les experts montre que les ingénieurs ont fait leur travail correctement, et que ce coup de poignard dans le dos a été porté délibérément de façon à faire le maximum de dégâts financiers et à causer le maximum de préjudice à l’industrie électronucléaire française.
       Le dossier technique est vide, il s’appuie sur une argumentation médiocre et de mauvaise foi. Un critère portant sur la résilience de l’acier, valeur établie par le test dit « test de Charpy », qui n’a rien à voir avec la tenue mécanique d’une cuve de réacteur. La tenue mécanique d’une cuve de réacteur en relation avec la sûreté est de toute évidence liée à la limite d’élasticité et à la transition fragile-ductile. C’est une question de bon sens. En cas d’accident grave et de chargement thermique de la cuve par le corium fondu, la question est : quelle déformation la cuve peut-elle supporter avant de dépasser la limite d’élasticité ?
      La norme portant sur le test de Charpy qui est passée de 27 joules/cm2 (norme internationale) à 60 joules/cm2 (norme franco-française de 2005) est une minable excuse qui sent le coup monté, pour anéantir l’EPR et AREVA (d’une pierre deux coups).
      Alors Cabanel, pourquoi votre héros Pierre Franck Chevet n’est-il pas déjà en fuite vers la Corée du Nord ou Daesh ? C’est une question de politique-politicienne.


    • Francis, agnotologue JL 1er mai 2015 15:19

      @Layly Victor,
       
      je suis très réceptif à votre argumentaire, mais d’un autre coté je pense que, si le nucléaire est une technologie d’avenir, en revanche la technologie actuelle nous expose à de terribles dangers ; et pas que : les générations futures pourraient bien nous le reprocher un jour ; même si ce jour là, nous serons tous morts, ça ne me laisse pas indifférent.
       
      Quant à l’écologie, si elle est actuellement pervertie par le capitalisme vert, elle reste à mes yeux la seule voie d’avenir possible vers un monde humanisé et soutenable.
       


    • rotule 2 mai 2015 18:33

      @Layly Victor
      les tests de la cuve ne sortent certainement pas d’un chapeau aujourd’hui et ils étaient sûrement connus des principaux intéressés dès leur réalisation. Pourquoi n’ont-ils pas conduit à déclasser le produit et à en recouler un autre ? Pièce trop chère ? fierté mal placée ? Les vrais responsables du désastre, si c’en est un, sont ceux qui n’ont pas réagit à temps, pas ceux qui « révèlent » aujourd’hui ce rapport.

      Sur le fond de l’article : les surgénérateurs produisent plus de plutonium qu’ils n’en consomment, non ? Est-ce du recyclage ? On en fera quoi de ce plutonium ? Et des autres déchets associés ?

      Vous êtes vous inscrit comme liquidateur volontaire pour la prochaine catastrophe en France ? Le prochain copilote dépressif pourrait viser une cuve et laisser son nom dans l’histoire !

      Il faut arrêter cette folie avec la fission, que les neutrons soient lents ou rapides !


    • Layly Victor Layly Victor 2 mai 2015 22:16

      @rotule
      Vous avez tellement l’air de vous y connaître en énergie nucléaire, et vous êtes tellement sûr de vous, que ce n’est pas la peine de vous répondre. Vous n’avez strictement rien compris au cycle du combustible et à la combinaison neutrons thermiques, neutrons rapides, mais dans notre beau pays, l’ignorance est la seule chose jugée digne de respect.
      Juste un point : le test de résilience (dit de Charpy), qui n’a rien à voir avec ce qu’on attend d’une cuve, est juste un mauvais coup, justement sorti du chapeau, imaginé par Chevet et sa clique de l’ASN


    • Doume65 4 mai 2015 21:16

      @Layly Victor
      «  La France doit devenir une plateforme financière et touristique, et rien d’autre. Dans la répartition mondiale des activités, la classe ouvrière doit disparaître des pays comme la France. Toute activité qui contribuerait à des velléités d’indépendance, comme le nucléaire, doit être saquée »

      Tant que tu ne nous dis pas qui désire ce que tu dénonces, c’est complètement gratuit.

      Dans le genre, je peux aussi affirmer : « On a mis en place Hitler pour accélérer la naissance d’Israël », sans dire qui est « On ».


    • hans-de-lunéville 7 mai 2015 19:30

      @MAIBORODA vous vouliez surement dire cet enfumage....


    • JC_Lavau JC_Lavau 11 mai 2015 21:08

      @JL.

      Parce qu’ils sont aux ordres de leurs propriétaires, oligarques.

      Les mêmes qui leur donnent l’ordre de propagander le mythe du Réchauffement Climatique Anthropique, miraculeusement médié par le méchant dioxyde de carbone.


  • aldous II aldous II 30 avril 2015 20:17

    la france est prisonniers de AIPAC le lobby juif américain, le plan Marshall économique de 1973 la lois rothschild : = AIPAC en Amérique, une fois compris la 1 la 2 et La 3 guerre mondial la quelle est économique pour le moment, vous pouvez déduire que ce la Russie la chine contre OTAN-NATO qui est en fait AIPAC, même si la france ce déclaré une france libre : elle ne plus que une colonie de la FED, avec une économie de 3 dégrée, la preuve ce que ce wall street qui acheté les industrie françaises comme leur diplomatie, il reste le luxe le quelle est en faillite. monsanto ce l’échange ridicule pour le rafale de l’Egypte et le Qatar deux autres colonies de AIPAC/ car monsanto ce la mort de milliers des européens sans utiliser une arme nocive, plus simple et cohérent.

    A


  • JMBerniolles 30 avril 2015 20:23

    La génération IV, en Russie, ce sont déjà les BN350BN600 [lancé en même temps que Super Phénix] et BN800 qui vient de démarrer. Des réacteurs rapides au sodium. 


    Là, il s’agit plutôt d’un réacteur destiné à brûler du plutonium et à éliminer les actinides et produits de fission par transmutation ; Ces radionucléides sont mélangés au combustible de base. C’est ce que l’on appelle la « voie homogène » d’élimination des déchets qui avait été testée en France à la fin de l’exploitation du réacteur Phénix à Marcoule.

    Dans un réacteur rapide classique, il y a déjà une certaine proportion d’auto élimination d’actinides et de produits de fission. 

    Le sabotage de Super Phénix et le moratoire sur le nucléaire, complétés aujourd’hui comme hier [Voynet avait aussi bloqué l’EPR], par des attaques contre l’EPR, avec l’ASN en figure de proue, relayées dans les médias par la horde habituelle de ceux dont la défense de l’écologie se limite à l’anti nucléaire et à la carrière politique, ont stoppé ces études. Celles-ci se réalisaient en conformité avec la Loi Bataille de 1991 sur les déchets nucléaires, complétée en 2006.

    Tous ces politiciens qui oeuvrent contre notre pays [pas seulement sur la question nucléaire] ont réussi à laisser le champ libre à la Russie qui est maintenant un leader mondial incontesté dans le domaine du nucléaire civil.


    • rotule 2 mai 2015 18:36

      @JMBerniolles
      > la Russie qui est maintenant un leader mondial incontesté dans le domaine du nucléaire civil

      Tant mieux pour eux !
      Et qu’ils se dépêchent d’annexer l’Ukraine et de s’occuper de Tchernobyl !


    • JC_Lavau JC_Lavau 11 mai 2015 21:10

      @rotule : « annexer l’Ukraine ». Compte là dessus et bois de l’eau fraîche !


  • Layly Victor Layly Victor 30 avril 2015 21:11

    a l’auteur
    Félicitations sincères à nos amis Russes même si, vous l’avez compris, je ressens une grande amertume à penser que la France était de loin en avance avec la réalisation de Phénix et de Super Phénix et que ces efforts ont été réduits à néant par les guerres de religion franco-françaises.

    L’enthousiasme et l’esprit d’entreprise des ingénieurs français a été détruit par les multiples trahisons de la classe politique et tous les sabotages que nous avons subi, et qui continuent avec l’EPR de Flamanville.

    Nous qui sommes prisonniers des analphabètes, et qui sommes d’ailleurs destinés à devenir analphabètes par le souhait de la dictature politico-politicienne, nous souhaitons de tout coeur votre réussite !

    Pour info, il me semblait que le réacteur russe BN800 qui a été couplé au réseau au printemps 2014 est un réacteur à neutrons rapides.


    • roman_garev 30 avril 2015 21:43

      @Layly Victor

      Merci pour vos bons mots.

      Je ressens une amertume pareille pour la France et pour la Russie. Ce serait magnifique de pouvoir réunir un jour les efforts de nos peuples, en fait si proches culturellement, intellectuellement et également riches en talents. On a d’ailleurs à peu près les mêmes ennemis, extérieurs comme intérieurs. En Russie on essaie de s’en débarasser, mais c’est dur. Une aspiration à l’indépendance, ça coûte cher. 

      Je ne suis point spécialiste en nucléaire, mais vous avez certainement raison, la série des réacteurs BN est aussi à neutrons rapides, mais, à titre de caloporteur, à sodium, comme le nom l’indique (en russe B = rapide, N = sodium) et pas à métal lourd liquide (plomb seul, sans bismuth, je crois), comme il est prévu pour BREST. Ce qui crée une véritable concurrence (toujours utile) entre deux équipes de concepteurs.

      Un article beaucoup plus détaillé que celui que j’ai traduit ici, avec des commentaires très intéressants, est là (mais, évidemment, en russe) .

    • hugo BOTOPO 1er mai 2015 19:16

      @roman_garev

      Si vous êtes un simple traducteur non spécialiste en nucléaire les erreurs dans l’article ne sont alors pas de votre fait.
      Par contre annoncer en titre que le réacteur est prêt à fonctionner, puis au début de l’article annoncer un démarrage en 2020 du même réacteur me laisse coît et interrogatif ! L’annonce pour l’usine de combustible « en cours de construction et démarrage en 2017 » est plus vraisemblable.
      Ou alors le projet est prêt au niveau de la conception et des plans ; il n’attend plus que sa réalisation dans les 5 ans qui viennent.


    • roman_garev 2 mai 2015 10:31

      @hugo BOTOPO


      Par contre annoncer en titre que le réacteur est prêt à fonctionner...

      Pardon, mais vous n’avez qu’à relire le titre :
      le projet du réacteur Génération IV « Brest-300 » est prêt
      Le projet est prêt, pas le réacteur !!


    • JC_Lavau JC_Lavau 11 mai 2015 21:12

      @Layly Victor : « guerres de religion franco-françaises », financées et dirigées par BP, Royal Dutch Shell, et Rockefeller.


  • alinea alinea 30 avril 2015 22:17

    M’enfin, vous ne parlez pas de leur coquille ( jeu de mots !) qui va incessamment sous peu tomber sur Paris ?
    Sinon, étant aussi scientifique qu’un panier sans ses anses, je n’ai pas lu l’article ! smiley


    • Calva76 Calva76 1er mai 2015 08:04

      @alinea
      Bonjour Alinéa, 

      Je suppose que vous faîtes allusion au vaisseau Progress en perdition ?
      Alors quelques remarques :
      Ce vaisseau transporte le matériel que transportait aussi le vaisseau Cygnus Américain qui s’est écrasé puis à explosé au sol avec sa fusée Antares 130 le 12 octobre 2014, détruisant ainsi son pas de tir.
      Il remplace aussi L’ATV Européen qui lui n’a jamais connu un seul échec mais abandonné car jugé... trop cher ! (10 fois plus cher au kilo transporté que le Progress).
      On pourrais demander aux Japonais de lancer leur vaisseau HTC mais ce dernier lui aussi trop cher ne transporte qu’un tiers de la masse embarquée par le cargo en perdition.
      Reste le vaisseau Dragon Américain mais ce dernier est encore en cours de développement et ne sera totalement en production opérationnelle que dans 5 ans au moins.

      Voila, lorsque l’on connaît un peu mieux le contexte on relativise un peu plus la situation.

      Ah aussi, une dernière remarque avec une éventuelle chute sur Paris :
      Évitez donc les prophéties à la Cabanel cela ne vous ressemble pas... smiley

    • Calva76 Calva76 1er mai 2015 11:01

      D’ailleurs est-ce qu’une explosion (et une pollution massive) Américaine est moins dangereuse qu’une Européenne ou une Russe ?

      Regardez le feu d’artifice ici :
      Antares Explodes Seconds After Launch, Destroying Cygnus CRS-3 Spacecraft Destined for ISS

      Je ne me rappelle pas que la presse Française en ait autant parlé que le Progress qui lui n’est pas encore retombé. smiley


    • alinea alinea 1er mai 2015 11:18

      @Calva76
      Y’avait une trace d’humour !! smiley


    • Calva76 Calva76 1er mai 2015 11:24

      @alinea
      Merci de le préciser, car ce n’est pas le cas de tout les commentateurs AV. smiley

      Mais bon, j’espère quand même vous avoir montré l’existence des 5 types des vaisseaux de ravitaillement de l’ISS et de leurs problèmes respectifs dont bien évidement la presse ne parlera jamais.

      Bonne journée.


  • JMBerniolles 30 avril 2015 22:20

    En fait il n’est pas totalement juste de dire que c’est une percée dans le nucléaire, les rapides de la suite des BN, ainsi que Phénix et Super Phénix chez nous, la constituaient déjà, mais plus exactement dans le domaine des déchets nucléaires.


    Qui est effectivement un problème qui peut être traité par le nucléaire même.
    De là la notion de cycle fermé.

    Quel autre domaine peut en dire autant ? La Chimie possède potentiellement cette capacité de transformation de déchets toxiques, mais grâce à des organisations comme Greenpeace, elle bénéficie d’une paix royale. On oublie la toxicité de beaucoup de produits chimiques, le caractère cancérigène de certains, les morts de Bohpal, dont l’environnement n’est toujours pas décontaminé... 

    L’attaque maladroite de l’ASN, parce que mal fondée techniquement et exagérée d’une manière un peu ridicule dans ses conclusions, et parce qu’elle oblige la Chine à prendre position c’est à dire à désavouer Chevet, s’inscrit dans un paroxysme de propagande médiatique anti nucléaire.
    Ce personnage qui vient d’être nommé par le gouvernement, et qui étale sans honte une méconnaissance des dossiers techniques, outrepasse dans les grandes largeurs le devoir de responsabilité de l’ASN. Notamment en accusant l’EDF de mentir sur une affaire délibéremment grossie. Il suit la ligne Repussard, l’irresponsdable de l’IRSN, l’homme des 5.800 milliards d’euros à cause d’un accident dont il est incapable de décrire le scénario. 

    Cette vague d’attaques contre notre nucléaire montre simplement la colère et l’impatience de gens qui ne parviennent que partiellement à leurs fins. Ils ne tueront pas le nucléaire mais il font beaucoup de mal à la France.







    • Francis, agnotologue JL 1er mai 2015 08:08

      @JMBerniolles,
       
      ’’La Chimie possède potentiellement cette capacité de transformation de déchets toxiques, mais grâce à des organisations comme Greenpeace, elle bénéficie d’une paix royale.’’
       
      Il m’a fallu relire plusieurs fois pour comprendre cette phrase.
       
      Si j’ai bien compris, vous voulez dire que : La Chimie possède potentiellement cette capacité de transformation de déchets toxiques, mais grâce à des organisations comme Greenpeace, elle peut continuer à saloper la planète en toute quiétude.
       
       ?


    • JMBerniolles 1er mai 2015 11:05

      @JL

      Oui, on peut chimiquement transformer des produits toxiques et récupérer des éléments.

      Avez vous entendu parler d’une sûreté de la Chimie, ne parlons même pas d’une autorité de sûreté sur la Chimie ?

      Avez vous vu dans quelles conditions est survenu l’accident d’AZF qui a tout de même fait 31 morts... et beaucoup de dégats ?

      Avez vous entendu parler de drones qui survoleraient nos sites Sevezo pour attirer l’attention sur leurs dangers potentiels ?

      Ce n’est que tout récemment qu’il a été décidé au niveau européen, le programme REACH, de commencer à examiner la toxicité des produits chimiques afin d’avoir une liste de produits qui leur associerait leur nocivité que l’on ignore largement pour beaucoup d’entre eux.

      Vous êtes vous posez la question de savoir qui finance Greenpeace ? 

      Questions valables pour beaucoup d’ONG d’ailleurs. 






    • rotule 2 mai 2015 18:40

      @JMBerniolles
      > Vous êtes vous posez la question de savoir qui finance Greenpeace ?

      Faites-en un article, je vous lirai.


  • olivier cabanel olivier cabanel 1er mai 2015 10:14

    @ l’auteur

    une révolution ?
    vous plaisantez... ce genre d’installation a été tentée en france, du coté de creys malville, et on l’avait innocemment appelé « super » phénix...
    en fait ça a été un super échec.
    le liquide caloporteur était déjà du sodium liquide, dont on connait la dangerosité, puisqu’il ne supporte pas le contact avec l’air (il s’enflamme spontanément) et avec l’eau (il explose)...de plus on n’a jamais pu éteindre un feu de sodium de plus d’une tonne.
    il y en avait 5000 tonnes.
    le « super » phénix devait lui aussi produire sa propre énergie... en fait, il a produit moins d’énergie que la petite centrale à méthane d’un agriculteur voisin, et il a couté un bras.
    je dirais meme plus : il va couter plusieurs bras, vu que le démantèlement commencé en 1997 est loin d’être fini, et qu’en fin de compte, il a consommé plus d’énergie qu’il en a produit.
    les pannes a répétition : (fuite de sodium dans l’espace intercuve, effondrement d’un toit du batiment sous le poids de la neige, chute d’un poids de 1,6 tonnes sur le dôme du réacteur etc etc) ont finalement signé son arrêt de mort.
    et je serais surpris si la même chose ne se produisait pas en Russie.
     smiley

    • roman_garev 1er mai 2015 10:47

      @olivier cabanel

      le liquide caloporteur était déjà du sodium liquide, dont on connait la dangerosité, 

      Si vous lisez l’article (et les commentaires) apec un peu plus d’attention, vous y verrez qu’il s’agit pour BREST du caloporteur plomb liquide, et pas du sodium dont vous parlez.


      et je serais surpris si la même chose ne se produisait pas en Russie.

      On verra. Malgré des « optimistes » comme vous, le progrès est là.

    • Layly Victor Layly Victor 1er mai 2015 12:19

      @olivier cabanel

      Vous faites encore étalage de votre nullité totale, et ce qui est grave, c’est que vous ne vous en rendez même pas compte. Nous avons répondu plus haut à plusieurs reprises aux propos de votre ami, le prédicateur Stéphanne Lhomme sur le soit disant échec de Super Phénix. Super Phénix a été assassiné par la « gauche plurielle » (la junte ultra libérale de Jospin).
      Vos considérations sur la « surgénération » montrent votre degré d’ignorance : pharaonique. Un réacteur qui « produirait sa propre énergie », ça veut dire quoi pour vous ?

      Quand vous dites « je ne serais pas surpris si la même chose se produisait en Russie », vous devriez exprimer plus clairement le fond de votre pensée, au point où vous en êtes, c’est à dire : « je serais très heureux si la même chose se produisait en Russie ».


    • Calva76 Calva76 1er mai 2015 13:12

      @roman_garev
      Bonjour,

      Inutile d’inciter le mage catastrophiste d’AV à lire un sujet et encore moins les commentaires car il ne lit déjà plus les siens.

      Une petite remarque cependant sur l’influence de l’auteur Cabanel envers le forum.
      Ne trouvez-vous pas étrange en tant qu’auteur vous même que ce dernier dispose déjà de deux de ses articles dans le carrousel d’accès direct à l’accueil du site alors que pour le plus récent il y a 9 fois mois de visites et 7 fois moins de commentaires que le votre (entre-autres) ?

      A vous (re)lire avec intérêt. smiley


    • roman_garev 2 mai 2015 14:27

      @Calva76


      Vraiment, je ne trouve point cet article classé par Chronologie ni par Audience. C’est-à-dire que le carrousel, ainsi que le flux d’articles, seraient savamment manipulés.

      Merci !

    • Calva76 Calva76 2 mai 2015 15:08

      @roman_garev
      Bonjour Roman,
      C’était juste une remarque.
      A aucun moment je n’ai vu votre article affiché dans le carrousel d’accueil même quand il était déjà troisième en audience, alors que le second article apparu 24 heures plus tard l’a été immédiatement en compagnie d’un autre article du même auteur.
      Bien évidemment le second article est maintenant en tête des audiences car présenté systématiquement à chaque connexion ce qui n’a jamais été les cas du votre.

      C’est un constat factuel, à chacun d’en tirer ses propres conclusions... smiley


  • Philippe Stephan Slipenfer 1er mai 2015 10:19

    le nationalisme retarde les grands projets qui concernent l’ humanité entière
    l’énergie en est un .
    Scientifique du monde entier unissez-vous. smiley


    • Layly Victor Layly Victor 1er mai 2015 12:02

      @Slipenfer
      C’est bien ce que nous avons toujours fait avec nos amis Russes, mais aussi avec les Chinois, les Japonais, les Coréens, les Indiens, les Américains, et j’en suis très fier. La coopération scientifique internationale reste un des derniers sujets de fierté de l’humanité.


    • Philippe Stephan Slipenfer 1er mai 2015 17:13

      @Layly Victor
      malgré les difficultés que connait l’humanité en matière d’environnement 
      je grade confiance en nos scientifiques qui nous ont fait faire un
      bon gigantesque dans l’évolution,partout ou se porte notre regard
      nous pouvons voir se travail et ses réalisations impensables il y a
      100 ans .les problèmes lié a cette évolution seront les nouveaux défis de demain
      les enjeux sont colossaux ,mais je ne vous apprend rien.
      En espérant que nos politiciens en tiennent en compte et prépare ce futur .

      toutes les bonnes critiques de se système ont été faite et il reste
      a faire les corrections nécessaire.
      .
      cdt .avec tout mon optimisme .. smiley


    • JC_Lavau JC_Lavau 11 mai 2015 21:21

      @Slipenfer. Raymond Devos t’avait déjà précisé : « C’est qu’un ministre, ça ne se vend pas ! Ça s’achète parfois, mais ça ne se vend pas ! ». Cela au sujet de ton « En espérant que nos politiciens en tiennent en compte ». Il sont au service de l’étranger, pas de la France ni du peuple français. Regarde Fabius qui a grenouillé tout ce qu’il a pu pour envoyer nos soldats faire en Syrie une guerre au service d’Israël. Cela jusqu’à ce que Vladimir Vladimirovitch lui siffle la fin de la récré.


  • manolo 1er mai 2015 13:09

    Je constate que nous avons des ardents défenseurs du nucléaires sur ce site qui ne manqueront pas de se proposer comme liquidateurs volontaires en cas d’accident !

    Comme disait je ne sais plus qui :

    <<Le futur de l’électricité est d’être produite là où elle est consommée.>>


    • Layly Victor Layly Victor 1er mai 2015 16:28

      @manolo

      C’est très malin et de très haut niveau comme argument. Il y a eu malheureusement besoin de liquidateurs à Tchernobyl, parce que c’était un réacteur RBMK de type graphite-gaz, sans enceinte de confinement, et que c’était un accident de criticité, pour les raisons qui ont été largement développées. L’explosion du coeur a mis à l’air libre le graphite à haute température, qui s’est enflammé au contact de l’air. C’est ce qui a produit l’explosion principale et dispersé tous les débris radioactifs.
      A Fukushima (réacteurs à eau bouillante), l’explosion d’hydrogène (consécutive à l’oxydation du combustible) a dispersé une quantité importante de radioactivité, mais il n’y a pas eu besoin de liquidateurs puisqu ’aucun des coeurs fondus ne s’est trouvé à l’air libre. A ma connaissance, et même Cabanel n’osera pas vous dire le contraire, aucun des coeurs fondus ne s’est trouvé exposé à l’air libre à haute température et le refroidissement à l’eau de mer a permis de stopper l’accident.
      A TMI, seul accident grave ayant concerné un réacteur REP, comme ceux que nous avons en France, tout le coeur est resté confiné dans la cuve primaire et aucune radioactivité n’est sortie de l’enceinte. Encore que d’énormes progrès en sûreté ont été réalisés depuis TMI et la probabilité d’un accident de ce type est fortement réduite.

      C’est bien beau de vouloir faire le bel esprit devant vos copains d’Agoravox, mais il faudrait quand même songer à vous instruire.

      Quand au leitmotiv agité par les partisans du déclin « le futur de l’électricité est d’être produite là où elle est consommée », clin d’oeil facile à l’idéologie de l’individualisme, dites ça aux hôpitaux, aux urgentistes, aux pompiers, aux conducteurs de train ou de tram, aux personnes dans le besoin ou en détresse sociale. Les personnes comme vous pensent qu’il ne leur arrivera jamais d’accident grave à un moment de black out électrique.
      Et puis, c’était un peu le principe fou du « grand bond en avant » de Mao. On connait la suite : des années de misère effroyable.

      Rectificatif : Cabanel, il a osé, bien sûr, puisqu’il prétend que les coriums, toujours à haute température, sont partis naviguer dans les entrailles de la terre.

      C’est quand même dommage de polluer ce bel article en parlant des âneries de ce pitre.


    • rotule 2 mai 2015 18:49

      @Layly Victor
      je vous ai lu et j’ai pu penser que vous en connaissiez un peu sur le sujet mais là :
      > A Fukushima ... il n’y a pas eu besoin de liquidateurs puisqu ’aucun des coeurs fondus ne s’est trouvé à l’air libre. A ma connaissance, .., aucun des coeurs fondus ne s’est trouvé exposé à l’air libre à haute température et le refroidissement à l’eau de mer a permis de stopper l’accident.

      Vous avez un scoop ! Puis-je vous détromper ? Personne ne sait où sont les coriums de merde ! Et l’accident est toujours en cours, avec dégagement de radioactivité en continu ! Et c’est pas demain que ça va cesser.


    • JMBerniolles 3 mai 2015 09:20

      @rotule

      Vous vous trompez. On sait parfaitement où sont les corium dans ces réacteurs de 1 à 3 à Fukushima Daiichi. ce que l’on ne connait pas bien c’est la proportion de ce mélange combustible/matière en fusion qui est tombé sur le fond de l’enceinte (exactement ce que l’on nomme drywell) à l’intérieur du piédestal sur lequel repose la cuve primaire.

      Il est tout à fait vraisemblable pour des raisons techniques (par exemple la récupération de l’instrumentation des fonds de cuve) que la majeure partie des corium repose sur le fond de cuve primaire.

      Ces corium ne relâchent plus directement de radionucléides. Notamment parce qu’ils sont refroidis. L’eau de refroidissement se charge de radionucléides par passage sur ces corium.
      Cette eau est ensuite décontaminée en Césium radioactif et puis les autres radionucléides, hors Tritium, sont à leur tour récupérés dans des lignes de décontamination.



  • JMBerniolles 1er mai 2015 13:22

    Cela vaut la peine de se pencher un peu sur le dessin et les options visibles sur le schéma de ce prototype.


    C’est un réacteur à boucles extérieures avec échangeurs de chaleur et pompes, donc sans collecteurs froid et chaud qui servent à amortir les chocs thermiques. 
    Cela change du type intégré des réacteurs rapides à sodium. Justement à cause de l’utilisation du plomb sans doute.

    Il y a un bouchon supérieur à travers lequel se fait la manutention des assemblages. Ce qui est classique, mais l’accès semble direct.

    Il n’y a pas de couvertures uranium pour ne pas générer de plutonium et actinides. Malgré tout dans le combustible d’oxyde mixte, c’est le cas. Il y a aussi bien entendu une production de produits de fission dans les éléments combustibles. 

    Donc l’idée est de retraiter complètement le combustible [les russes sont capables de récupérer les actinides par séparation laser, ce qu’ils font notamment sur des combustibles que nous leur envoyons malgré les protestations de nos anti nucléaires] pour recycler ensuite dans ce réacteurs ces radionucléides

    L’absence de couvertures, en uranium appauvri généralement, a un inconvénient. Celui de retrouver un fort flux neutronique sur la cuve au niveau latéral.

    Il semble qu’il y ait un cricuit de refroidissement spécifique de la cuve primaire.

    Du point de vue de la sûreté on note un dôme supérieur en acier pour contenir l’accident maximum et un entourage béton très développé.

    ce dessin témoigne d’un haut niveau technologique, notamment sur le retraitement du combustible, sur le matériau de la cuve primaire et des structures internes, et sur la conception en général.

    Au niveau des calculs, pour la tenue mécanique de la cuve primaire, pour la sûreté accidentelles... on se situe aussi à un très haut niveau de capacités.

    On ne peut que féliciter les russes, en espérant qu’il y ait en France un sursaut scientifique dans le domaine


  • manolo 1er mai 2015 14:20

    Vous pourriez même vous rendre en Ukraine pour jouer les pompiers ou au Japon pour boucher les fuites.


  • manolo 1er mai 2015 18:37

    C’est celui qui dit qui est.

    Je te cites : <<La fusion thermonucléaire se fera, parce que c’est l’énergie d’avenir de l’humanité, la solution définitive et inépuisable.>>

    Le Soleil en boîte, celle-là elle est bonne !

    Le Soleil, siège de réactions de fusion thermonucléaire à des températures de l’ordre du million de degré et les autres dangers que la fusion comporte, dans une boîte sur Terre. On va la fabriquer comment cette boîte, avec quel alliage ? Cette boîte devrait aussi contenir un liquide, non ?

    Dans l’article, l’auteur parle d’une absence de production de déchets.

    Non, mais c’est une plaisanterie ! Comment peut-on croire ceci ?

    Et les conséquences en cas de séisme ou de tsunami ?


  • manolo 1er mai 2015 19:48

    Faire fusionner quelques atomes de << manière contrôlée>> n’est pas créer un réacteur.


  • JMBerniolles 2 mai 2015 09:45

    Le taux d’approbation de l’article montre bien que les lecteurs comprennent l’importance de ce lesrusses mettent en place avec BREST-300


    Le pro de l’anti nucléaire tel Stéphane Lhomme qui sent son affirmation sur la fin du nucléaire complètement remise en cause dans le contexte mondial [Et même en France, on constate que le domaine du nucléaire a la peau dure, d’où la frénésie d’attaques qu’il subit aujourd’hui] tente un vague contre feu.

    Sans vraiment comprendre que ce projet russe remet aussi en cause l’argument des anti nucléaires sur l’impossibilité d’éliminer les déchets nucléaires [les actinides représentent la part majeure de la radioactivité à vie longue] il le compare à Super Phénix qu’il pensait avoir tué comme tous les idéologues de l’anti nucléaire.

    Ce n’est pas du tout le même objectif. Dans le projet russe la puissance représente une capacité d’élimination par combustion et transmutation, alors que Super Phénix était dédié à la production d’électricité, bien que sur la fin sa capacité à brûler du plutonium aie été mise en avant.

  • Lonzine 12 mai 2015 19:37

    bon pas une bonne nouvelle donc, surtout s’ils arrivent à faire fonctionner ce « truc » et surtout s’ils le vendent..... une centrale classique on a déja aucun moyens d’intervenir ( voir les 3 accidents majeurs) alors une qui se trimbale du sodium liquide je laisse imaginer, intervention impossible


Réagir