dimanche 19 novembre 2017 - par Nicole Cheverney

Volet N°1 Big Pharma, l’emprise de l’Industrie pharmaceutique sur la santé publique et les institutions

Tout juste après l'adoption par le Sénat, le 17 novembre 2017, de la loi sur la vaccination obligatoire de 11 vaccins administrés aux enfants nés à partir du 1er janvier 2018, et aux déclarations de madame Buzyn, Ministre en charge du dossier, très impliquée pour l'adoption de cette loi, il est urgent de nous pencher sur la vaste emprise de l'Industrie pharmaceutique sur notre santé. Et le rôle éminent que les Big Pharma jouent auprès des institutions de la République et de leurs représentants politiques.

Trois auteurs, respectivement Michèle Rivasi, Députée européenne, Serge Rader, Pharmacien et lanceur d'alerte, et Marie-Odile Bertella-Geffroy, avocate spécialisée dans les dossiers judiciaires de santé publique tirent la sonnette d'alarme, à travers un livre co-rédigé à trois, paru en 2015 aux éditions « Les petits matins » intitulé : Le Racket des Laboratoires Pharmaceutiques et Comment en Sortir ? dont je propose ici une « fiche de lecture » en plusieurs volets. Cet ouvrage est préfacé par Philippe Evin. Les auteurs sont partie prenante de l'opération « Mains propres sur la santé ».

Dans sa préface, Philippe Evin nous dit : « La situation est aujourd'hui si grave qu'il ne s'agit plus de lancer des alertes ponctuelles, ni même de donner l'alarme, mais de sonner le tocsin. Pour éviter le sauve-qui-peut, c'est un appel aux armes, aux décisions rapides et radicales qu'il s'agit, tant, derrière des apparences trompeuses, est aujourd'hui noir l'état de notre système de santé  ».

Mais passons aux problèmes générés par la main-mise des Big Pharma ou Grands Laboratoires Pharmaceutiques. D'abord, cernons leur champ d'action. Il est immense, de plus en plus puissant. Les Big Pharma représentent un empire financier gigantesque où des multinationales développent, produisent et commercialisent 1000 tonnes de médicaments par jour.1

C'est un empire financier :

Le système essentiellement financier, puisque tous ces laboratoires sont tous cotés en bourse, applique un marketing et des méthodes managériales particulièrement pesantes, pour ne pas dire agressives avec un lobbying actif et efficace : « 2000 milliards de dollars de capitalisation boursière, plus de 600 milliards de chiffre d'affaires et 120 milliards de bénéfices annuels. »

Inutile de préciser que les Big Pharma exigent des retours sur investissement de l'ordre de 20 % par an, totalement incompatibles avec de « véritables politiques de recherche, par nature lente aléatoire et risquée  ».

Qu'a découvert comme nouvelles molécules depuis trente ans, l'industrie pharmaceutique, par rapport au passé où des découvertes fondamentales ont été faites parce que l'on accordait aux chercheurs, le temps nécessaire à la recherche ?

Grâce à l'informatique et grâce aux transactions dématérialisées, le Big Pharma est devenu la Première industrie mondiale, loin devant :

  • « agroalimentaire, grande distribution, les constructions mécaniques ou électrique, automobile, aviation  » et même... le complexe militaro-industriel, pourtant un secteur mastodonte lui aussi. Le pétrole ne représente que 15 % de retour sur investissements, contre 20 % comme énoncé plus haut pour les Big Pharma.

Combien de gens savent que B. Pharma est le premier financeur des campagnes présidentielles américaines et qu'il a donc tout intérêt à placer des gens à lui aux postes clés ? Cela est valable aussi pour l'Europe.

Mais la Chambre des Communes britannique et l'ONU, en 2006 et 2008, dénonce : « L'industrie pharmaceutique ne respecte ni les règles de l'éthique ni l'intérêt des malades. Elle est aujourd'hui infiltrée et inter digitée à tous les niveaux décisionnels, nationaux et internationaux, médicaux, universitaires, administratifs et politiques et est devenue hors de tout contrôle ».

Ne pas confondre « recherche scientifique » et les « études d'évaluation-marketing », ce qu'appliquent surtout les Big Pharma, qui annoncent investir 20 % du Chiffre d'Affaires en matière de recherche, lorsqu'il n'investissent que 1 à 5 %. « Baptisant « recherche » ce qui n'est que développement et « recherche clinique » ce qui n'est qu'études d'évaluation-marketing, toujours plus ou moins falsifiées ».

Le calcul est simple : une molécule nouvelle lui revient à 2 milliards de dollars. « Ce qui justifierait à ses yeux leur prix exorbitant – alors qu'elle les achète quelques millions aux universités qui les ont découvertes et aux start-up qui ont commencé à les développer »...Chaque molécule lui revient 120 millions d'euros... un petit nombre entre 500 et 800 millions, soit 50 à 80 millions par an, sur dix ans.

Mais :

Publicité

Le prix sur les marchés qui s'ouvrent pour la commercialisation de ces molécules par le Big Pharma, c'est 10 à 50 fois plus élevé.

Pour conclure : la recherche est longue, et le Big Pharma pressé de faire sur ces molécules, un marché fructueux, juteux, alors une question s'impose d'elle-même :

Est-ce que nos dirigeants, se sont déjà penchés sérieusement, en toute honnêteté sur ces conditions de fabrication, et de commercialisation, et de mise sur le marché ?

Les « me-too ». traduction : « je veux aussi ma part de marché.  »

« Ces molécules sont 4 fois plus chères que les molécules originales génériquées  ». «  Et finalement, n'inventant plus guère de grands médicaments, elle a inventé – pour s'ouvrir d'immenses marchés dans les pays riches – des affections fictives, virtuelles, qui menaceraient à terme presque tous les plus de 50 ans : pré-hypertension artérielle, pré-diabète, cholestérol, pré-ostéoporose, et des dizaines de prétendues pathologies psychiatriques ou comportementales de l'adulte et de l'enfant, ou encore de pseudo-maladies sexuelles ou de la libido masculine ou féminine » »

Comme traitement, B. Pharma propose comme prévention ou traitement, des molécules à l'action tout aussi fictive et virtuelle.

Mais comment cette diffusion de molécules virtuelles a pu être rentable ? Un marketing aidé par les médias qui ont participé à la « mise sous condition » du public, des populations et diffusé le risque de – menaces - !

Oui, il ne se passe pas un jour, sans que les médias – toutes catégories – n'envahissent les parloirs de la santé publique pour nous annoncer l'apparition de nouvelles maladies soit résurgentes, depuis longtemps éradiquées, soit nouvelles, soit des anciennes que l'on traitait avec quelques médications simples, comme la grippe pour justifier des traitements prophylactiques épuisants, agressifs, mais j'y reviendrai. Et la vaccination de masse !

Le public apeuré, soucieux est pris en otage, auquel on inculque des peurs, des angoisses, nous pouvons constater autour de nous, la multiplication de personnes devenues hypocondriaques, à tel point les Big Pharma insufflent cette angoisse et une épée de Damoclès permanente sur la tête du sujet sain mais qui devient malade forcément.

Pour ceux qui souffrent de pathologies bien réelles, les me-too leur donnent de faux-espoirs de guérison.

Parmi les me-too : de véritables médicaments tueurs. De par leur emploi injustifié comme les hypotenseurs pour les pré-hypertensions, de multiples antidiabétiques oraux peu efficaces et à risque ( l'Avandia et le Mediator).

8 statines (me-too) dont une mortelle (Cerivastatine)

Anti-ostéopénie parfois dangereux – comme le Protelos -

Les anti-dépresseurs comme le « me-too » du Prozac et quelques « neuroleptiques et antiépileptiques détournés : Zyprexa, Lyrica, Dépakine, dix fois plus prescrits que nécessaire ouvrant à l'industrie un marché mondial de 300 milliards de dollars et d'immenses bénéfices ».

Mais comme le procédé est maintenant éventé, les biologistes ont mis au point les « biomédicaments  ». Les « recombinants », les « monoclonaux  », ou les « médicaments de synthèse en cancérologie  », «  virologie et immunologie  », une révolution née dans les laboratoires universitaires et les start-up... à Boston. Boston est devenu le lieu privilégié des grandes firmes qui s' y implantent.

Bien entendu ces nouvelles molécules s'adressent aux marchés des pays riches, puisque leurs prix sont multipliés par 10, voire 100 - pour être rentables. Cela n'est qu'un début.

Publicité

Les vaccins : c'est le morceaux de choix des Big Pharma !

Pourquoi ? Car c'est une révolution financière et commerciale. Ils sont chers, on n'a pas besoin d'en démontrer une véritable efficacité pour être administrés aux jeunes enfants.

Son injectés à des tous-petits, des jeunes enfants, « au système immunitaire en développement trois, quatre, six, sept, huit... vingt et un antigènes différents d'un coup, plus des adjuvants variés. Aucune étude sérieuse n'a été menée en « termes de mécanisme d'action et de risque ».

Déclaration de Marisol Touraine, ministre de la Santé : «  la vaccination, ça ne se discute pas  » !

Ah bon ? Et pour quelles raisons ? C'est une position autocratique qu'a reprise madame l'actuelle ministre Chantal Buzyn, pour imposer – la loi sur la vaccination obligatoire de 11 vaccins, en une seule injection, sur les enfants en bas-âge.

Pourquoi refuser « d'ouvrir un débat scientifique dépassionné sur cette question  » ?

Les Big Pharma ont pour but de se tailler de nouveaux empires, dans le secteur « vaccins » et « médicaments ».

Lorsque l'ouvrage dont je livre ici cette « fiche de lecture » est paru en 2015, la question de l’innocuité des vaccins est encore sous l'omerta médiatique, et les auteurs s'étonnent qu'aucun grand nom de l'immunologie de prix Nobel ou membre de l'Académie des sciences ne se soit intéressé à ce qui est au « cœur même de leur discipline : la vaccination et plus généralement la maîtrise de réponses aussi dangereuses qu'utiles du système immunitaire  » !

En 2017, avec une recrudescence de scléroses en plaques, de cas d'autisme, de cas de neurodégénerescences, de « sarcoïdose » neurologique rapportées de tous côtés, suite à des vaccinations, des médecins de renom comme le professeur Montanier, Joyeux, les plus connus, en France, les professeurs Montarini – Gatti 2– en Italie – et beaucoup d'autres montent au créneau pour qu'un débat soit lancé, scientifiquement parlant et citoyennement ouvert. Des associations, des politiciens, trop rares, il est vrai, des pétitions, des milliers de personnes en France lancent, conjointement à ces professeurs de renom, un véritable cri d'alarme, à la lumière de tous les témoignages qui commencent à faire tache au milieu du silence des médias et des institutionnels et leurs « sentences toutes faites ».

A suivre...

 

1Tous les chiffres communiqués datent de la parution de l'ouvrage en 2015.

2Voir l'ouvrage « Vaccins oui ou non ? » - Editions Talma Studio.



126 réactions


  • lloreen 21 novembre 2017 07:52

    pardon :(levée de boucliers) est telle que...


    • njama njama 21 novembre 2017 11:04

      @lloreen

      « The world has 6.8 billion people that’s headed up to about 9 billion. Now if we do a really great job on new vaccines, health care, reproductive health services, we could lower tha by perhaps 10 to 15 percent ». Bill Gates

      https://www.youtube.com/watch?v=8BobKXkrt8M

      Bill Gates l’homme le plus riche du monde, grand donateur devant l’Éternel de centaines millions d’€uros pour les vaccins via sa Fondation, grand contributeurs de fonds de l’OMS (plus de 30 %), et d’autres organismes tel l’UNICEF qui veut atteindre 100 % d’enfants vaccinés sur la planète et d’autres l’IFFIm (International Finance Facility for Immunisation), Gavi, the Vaccine Alliance, l’ ESWI European Scientific Working group on Influenza, le GLOBAL HEALTH SECURITY AGENDA

      Ils ne nous veulent que du bien, c’est certain ! non, non ce n’est pas du harcèlement vaccinal


    • njama njama 21 novembre 2017 11:16

      @lloreen

      Bill Gates dit ça juste pour sauver sa fortune, en plus comme il est malin comme un singe, il demande aux États de faire l’investissement (en fait aux peuples, vu que l’État trouve ses moyens dans impôts et taxes).

      « Le monde doit se préparer à une pandémie mondiale », prévient Bill Gates

      « Il est assez probable que le monde va vivre une telle épidémie dans les 10 à 15 ans à venir, a déclaré le fondateur de Microsoft, à l’occasion de cette réunion qui réunit tous les ans les hauts responsables de la diplomatie mondiale. C’est pourquoi nous nous mettons en danger en ignorant le lien entre sécurité sanitaire et sécurité internationale. » Bill Gates a donc appelé les États à investir dans la recherche pour développer des technologies capables de créer des vaccins en quelques mois.

      Bill Gates est persuadé qu’il serait imprudent de ne pas se préparer au risque d’une épidémie de très grande ampleur. L’homme le plus riche au monde a appelé les dirigeants mondiaux à investir dans la recherche pour développer des technologies capables de créer des vaccins en quelques mois : « Le coût global de la préparation à une pandémie est de 3,4 milliards de dollars par an. La perte qu’une pandémie provoquerait pourrait atteindre 570 milliards », a-t-il fait valoir.

       https://www.lci.fr/international/le-monde-doit-se-preparer-a-une-pandemie-mondiale-previent-bill-gates-2026486.html

      créer des vaccins en quelques mois ! et faire toutes les études qui vont avec avant mise sur le marché ?
      L’argument est quand même béton, un investissement de 3,4 milliards pour éviter des pertes (supposées) de plus de 500 milliards
      j’en reste sans voix ! ... le vaccin pour garantir la bonne santé de Wall Street


    • njama njama 21 novembre 2017 11:23

      @lloren
      Je crois de Bill Gates doit être de mèche avec Jacques Attali 

      Attali : une petite pandémie permettra d’instaurer un gouvernement mondial !
      (paru sur Solidarité & Progrès 13 mai 2009)

       Il fallait Jacques Attali pour y penser ! Dans sa rubrique du magazine L’Express du 3 mai, l’ancien sherpa de François Mitterrand dévoile quelques fantasmes intimes du monde oligarchique. En bref : là ou le krach financier a jusqu’ici échoué, une bonne petite pandémie pourrait précipiter nos dirigeants à accepter la mise en place d’un gouvernement mondial !

      «  L’Histoire nous apprend que l’humanité n’évolue significativement que lorsqu’elle a vraiment peur  : elle met alors d’abord en place des mécanismes de défense ; parfois intolérables (des boucs émissaires et des totalitarismes) ; parfois futiles (de la distraction) ; parfois efficaces (des thérapeutiques, écartant si nécessaire tous les principes moraux antérieurs). Puis, une fois la crise passée, elle transforme ces mécanismes pour les rendre compatibles avec la liberté individuelle et les inscrire dans une politique de santé démocratique.  »

      Pour Attali, « La pandémie qui commence pourrait déclencher une de ces peurs structurantes  », car elle fera surgir, « mieux qu’aucun discours humanitaire ou écologique, la prise de conscience de la nécessité d’un altruisme, au moins intéressé. »

      « Et, même si, comme il faut évidemment l’espérer, cette crise n’est pas très grave, il ne faudra pas oublier, comme pour la crise économique, d’en tirer les leçons, afin qu’avant la prochaine - inévitable - on mette en place des mécanismes de prévention et de contrôle, ainsi que des processus logistiques de distribution équitable des médicaments et de vaccins. On devra, pour cela, mettre en place une police mondiale, un stockage mondial et donc une fiscalité mondiale. On en viendra alors, beaucoup plus vite que ne l’aurait permis la seule raison économique, à mettre en place les bases d’un véritable gouvernement mondial.  »
      « C’est d’ailleurs par l’hôpital qu’a commencé en France, au XVIIe siècle, la mise en place d’un véritable Etat », avance-t-il pour conclure. Cependant, avec la loi Bachelot et les autres « reformes » qu’impose son « ami Nicolas », c’est précisément l’hôpital qu’on démantèle.
      http://www.solidariteetprogres.org/actualites-001/Attali-une-petite-pandemie-permettra-d-instaurer-un-gouvernement-mondial_05437.html


    • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 21 novembre 2017 12:54

      @njama

      Bonjour et merci de vos nombreux commentaires. Mais Attali se fait beaucoup d’illusions, car il y aura toujours parmi les populations que la ploutocratie au pouvoir veut manipuler et asservir, des gens qui se lèveront au nom de la dignité humaine. Aujourd’hui ce que je peux remarquer c’est que tous les projets prennent l’eau à la manière d’un bateau ivre. Mais cette ploutocratie et coriace tout de même, je ne dis pas que la tâche est facile, loin de là.


    • lloreen 21 novembre 2017 21:11

      @njama
      « il est malin comme un singe, il demande aux États de faire l’investissement ».
      Un état aurait du mal à faire autre chose que de l’investissement puisqu’ état et budget sont des synonymes.
      L’état français n’est rien de plus que le budget alloué par la BCE aux différents états de l’Union Européenne (dont la France) dans l’intérêt des propriétaires (actionnaires) de la City de Londres. Les populations sont les employés respectifs de ces corporations, ce qui est clairement visible.


    • lloreen 22 novembre 2017 15:45

      @njama
      « Je crois de Bill Gates doit être de mèche avec Jacques Attali ».

      Sans aucun doute, ces personnage accompagnent le projet du féodalisme version XXIème siècle, conformément au plan établi par ses concepteurs et poursuivi par leurs (in)dignes héritiers, à la solde desquels ils se trouvent.

      Même si cela est déjà profondément malsain, ce n’est hélas pas le pire auquel s’expose l’humanité, qui est pourtant déjà bien visible dans les colonnes d’Agoravox.

      Le réel but caché vers lequel tous ceux qui participent -de près ou de loin- à cette ignominie de l’empoisonnement collectif par le biais de la géo-ingénieurie et du terraforming n’est ni plus ni moins que l’agenda caché par lequel les vaccins serviront de couverture pour l’injection de gènes, quels qu’ils soient pour la création de l’homme nouveau.

      Une ancienne cadre de chez Merckx révèle les dessous de big pharma. Il vaut mieux sauvegarder la vidéo.
      https://www.youtube.com/watch?v=cRSc2-wRlrQ
      http://www.collective-evolution.com/2016/02/17/meet-the-doctor-who-says-prescription-drugs-are-killing-us-and-hes-not-the-only-one/?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+Collecti-½evolution+%28Collective+Evolution%29

      Si vous êtes toujours sceptiques, je vous invite à réfléchir à la raison pour laquelle un robot a été fait citoyen d’honneur en Arabie Saoudite...et vous comprendrez mieux dans quels buts les milliards sont dépensés : Non pas pour contribuer au bien-être de l’humanité mais pour s’en débarrasser.
      http//bfmbusiness.bfmtv.com/hightech/sophia-devient-le-premier-robot-de-la-planete-a-devenir-citoyen-d-un-pays-1287147.html

      Je vous laisse imaginer ce qui pourrait arriver à l’humanité lorsque ces amas de latex électrifiés décideront lors de leurs ébats algorithmiques que l’humain n’a plus sa place sur la planète pour cause de pollution...Si vous êtes capable d’en comprendre les implications vous comprendrez mieux la chute de certaines civilisations brillantes et la raison pour laquelle cela n’est pas de l’histoire ancienne.
      https://www.youtube.com/watch?v=94DSMYA3dsU


  • symbiosis symbiosis 21 novembre 2017 11:48

    @symbiosis
    ce tribunal est il vraiment compétant et non corrompus ?
    Pourquoi aucune autre instance n’est elle pas apte a faire ces enquêtes ?

    A croire qu’aucun organe de Justice en France n’est a même de traiter ces sujets pourtant fondamentaux.


    @Ruut

    Il est normalement compétent.
    Corrompu qu’il le soit, peu importe.
    Ce qui compte le plus est la démarche, ainsi que de multiplier les plaintes contre la ploutocratie génocidaire.
    Le phénomène fera boule de neige et se répandra plus vite que l’entreprise d’empoisonnement qui a commencé il y a quelques décennies et a été officialisé avec la déclaration de Bush père en 1991 lorsqu’il a décrété l’avènement du Nouvel Ordre Mondial et qui se consolide depuis le 9/11/2001.
    Ce qui compte n’est pas la procédure judiciaire en soi, qui sera truquée c’est sûr, mais les retombées d’une telle démarche dans l’opinion publique.
    Nous devons officialiser la volonté d’empoisonnement de la population mondiale par la ploutocratie globalitaire et criminaliser cette dernière en la harcelant sans trêve.
    Nous avons récolté suffisamment de preuves pour cela et l’obligation vaccinale pourrait bien être la goutte qui fait déborder le vase. 
    Le thème de l’empoisonnement de la population devrait être le mantra du XXI°siècle et l’arme de guerre contre la ploutocratie dans sa volonté de destruction de l’humanité. 


    • symbiosis symbiosis 21 novembre 2017 11:52

      Il s’agit pour ceux qui n’auraient pas suivi le fil dans son ensemble du tribunal de Nuremberg.


  • francois 21 novembre 2017 15:15

    En voila un bien empoisoné


  • pipiou 21 novembre 2017 16:59

    Les vaccins : c’est le morceaux de choix des Big Pharma ! nous crie l’auteure.

    Le marché mondial des médicaments c’est environ 1100 milliards d’euros par an, le marché mondial des vaccins c’est 35 milliards ... soit environ 3 % du marché total !

    Cette affirmation tapageuse est alors infondée et pose question sur le but de l’article.

    Mais à l’évidence ici pas grand monde ne se pose de questions.


    • symbiosis symbiosis 21 novembre 2017 17:31

      @pipiou

      Ça n’est pas seulement le morceau de choix de Nicole mais de millions, voire dizaines, voire centaines de millions de gens qui n’ont aucune envie de laisser empoisonner un peu plus.
      Le vaccin, c’est la goutte d’eau...
      Tu dis bien dans ton commentaire de pioupiou écervelé que l’industrie pharmaceutique est pléthorique dans sa volonté totalitaire de nourrir la population de surdoses de médicaments empoisonnées, mais ça commence à se savoir et surtout, après les scandales d’empoisonnements qui se multiplient un peu partout, on se rend bien compte qu’en essayant de nous imposer des vaccins empoisonnés, il y a un ras le bol à l’égard de l’industrie pharmaceutique et ça gronde un peu partout.
      Et ça n’est pas avec tes commentaires indigents et sans consistance que tu vas pouvoir changer cette tendance. Il faudra des armées de propagandistes bien mieux rémunérés que toi pour assurer ce travail.
      Tu ne fais pas le poids.


    • pipiou 21 novembre 2017 19:20

      @symbiosis
      Ouh là, tu dois être dyslexique toi !

      Ce n’est pas Big Pharma qui est le morceau de choix de Nicole (encore que), mais c’est Nicole qui prétend que les vaccins sont le morceau de choix de Big Pharma .

      Mais vu tes capacités de sous-doué tout évidence t’apparaitra comme un commentaire indigent.
      Au final tu n’as plus de soucis à te faire : ton cerveau est déjà empoisonné.


    • symbiosis symbiosis 21 novembre 2017 19:26

      @pipiou

      Pauvre naze ! C’est tout ce que tu as à te mettre sous la dent ?


    • symbiosis symbiosis 21 novembre 2017 19:37

      @symbiosis

      Défends tes positions de pro vaccins empoisonneur avec des arguments solides au lieu de divaguer avec tes commentaires débiles et polluer les fils de discussion.
      Défends ton bout de gras, bouffon !


    • pipiou 21 novembre 2017 22:57

      @symbiosis

      Je n’ai pas de positions pro-vaccins mais anti-conneries, apprends à lire et mange de la laitance de poisson, c’est bon pour la memoire.


    • symbiosis symbiosis 22 novembre 2017 06:11

      @pipiou

      Tu n’as pas de positions anti-vaccins sale hypocrite ?
      Alors que tu passes ton temps à défendre les empoisonneurs, pauvre sac à merde, avec tes arguments sans consistance et quand on t’engage à défendre une position argumentée, c’est le vide. Et qu fais-tu ? Tu bottes systématiquement en touche, tu ne réponds jamais, tu n’argumentes jamais, tu attaques mesquinement les internautes qui défendent la liberté de choix et le droit à des soins de qualité. Tu es une ordure et comme les ordures tu avales les déchets du système sans faire le tri.
      Vas-y Pioupiou, nourris-toi d’immondices, remplis-toi de la fange ploutocratique.
      C’est bien !


    • pipiou 22 novembre 2017 12:44

      @symbiosis

      Et maintenant tu me reproches d’avoir des positions anti-vaccins ? Faudrait savoir !
      C’est vraiment la confusion totale dans ta tête.

      En matière d’argument il n’y a qu’à voir celui que j’ai soulevé : il est précis, indiscutable et il te met en colère car tu n’y trouves pas d’objection et tu te bornes à me bombarder d’insultes (mesquines smiley.
      Pitoyable.


  • lloreen 21 novembre 2017 23:04

    Le Dr Matthias Rath expose les racines nazies de l’Union Européenne et le rôle de Big Pharma.

    "

    L’un des secteurs stratégiques dans lequel IG Farben cherchera

    à exercer le contrôle fut le secteur de l’investissement

    pharmaceutique. Ils savaient d’avance que l’industrie pharmaceutique

    n’était pas fondamentalement une industrie pour la santé mais un

    investissement économique qui définit le corps humain comme un

    marché exploitable. Alors qu’il se présente comme une industrie pour

    la santé, la survie et l’existence de cette industrie ne sont basées que

    sur la perpétuation et l’expansion des maladies considérées comme

    source de milliards de dollars provenant des produits brevetés. La

    condition préalable à cette réalisation d’un monopole mondial sur les

    médicaments brevetés est la tentative d’éliminer systématiquement

    du marché tous les produits thérapeutiques d’origine naturelle par

    définition non brevetables."

    https://michelduchaine.com/2014/06/25/livre-numeriqueles-racines-nazies-de-lunion-europeenne-de-bruxelles-par-dr-mathias-rath/


  • lloreen 21 novembre 2017 23:12

    Les Rapports authentiques du Tribunal de Guerre de Nuremberg :

    http://bit.ly/qsKAA6

    http://bit.ly/r8mZ2P

     


  • chantecler chantecler 22 novembre 2017 09:51

    Pour résumer ma position :
    Je suis d’accord avec les antivaccs qui pensent que l’organisme est à même de se défendre en fabriquant au fur et à mesure les défenses immunitaires qui les protègent dans la vie quand ils ont un contage avec tels ou tels germes .
    Avoir une grippe c’est certes désagréable mais ça réveille la totalité du système immunitaire qui abrite ou fabriques les anticorps .
    Et le rend réactif à d’autres contaminations .
    Certaines vaccinations focalisent ce même système immunitaire pour une défense aléatoire et parfois les emmènent vers des voies sans issue ou pire (les maladies auto immunes) .
    Cependant certaines maladies sont tellement graves , comme la poliomyélite , la tuberculose , que l’on pense éradiquées , alors qu’une partie des populations sur notre territoire est exposée , du fait même d’inégalités liées aux origines , au terrain et aux conditions de vie .
    D’autre part les malades immunodéprimés (VIH ,) sont des « reservoirs à virus » , sont particulièrement sensibles aux contages exogènes , et produisent des mutations qui accroissent la dangerosité...
    Et la vaccination , dans un cadre de pharmacovigilance stricte ,m’apparait défendable sinon nécessaire .
    Pour terminer je n’aimerais pas aujourd’hui être obligé de vacciner un nouveau né avec ce vaccin multivalent (11) comme le prévoit la loi .


    • Francis JL 22 novembre 2017 15:49

      @chantecler
       
       bonjour, permettez moi de vous poser une question sans rapport avec le sujet traité ici : j’ai lu sur un autre fil que vous faisiez référence à l’anoïa et l’eunoïa. Ne connaissant pas le grec ni ces deux termes, j’ai cherché et n’ai trouvé que ceci : ’’ ... la bienveillance (l’eunoïa) ... ’’.
       
      C’est maigre.


    • chantecler chantecler 22 novembre 2017 16:11

      @JL
      C’est maigre mais c’est suffisant : il s’agit donc de passer à travers les stades métanoïaques de l’anoïa (grand désordre ) à l’eunoïa .
      Lisez D. Cooper : « mort de la famille ».
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Antipsychiatrie


    • Francis JL 22 novembre 2017 16:28

      @chantecler
       
       je ne vois tj pas le rapport entre bienveillance et désordre.
       
      Merci quand même pour votre réponse. Je n’insisterai pasdavantage ici, et comme il m’est impossible de poster là-bas ...
       
       cdt.


Réagir