samedi 19 mars 2011 - par hommelibre

Yo man, la fin du monde est proche !

Il manquait vraiment plus qu’une seule catastrophe : le déluge ! Et bien nous l’avons. Le déluge est là, il nous emporte et va bientôt nous engloutir. Des millions d’humains à travers le monde sont déjà pris dans son flot, fracassés par son courant. Le flot monte, il n’y a bientôt plus rien à quoi s’accrocher, plus rien d’autre que sombrer dans le désespoir le plus noir. Tout est foutu, c’est la fin, (ici, on place un râle virtuel).

Mais quel est ce déluge ? C’est le déluge des mots, des prédictions, des incantations morbides, des peurs, des alarmes extrêmes, du catastrophisme, de l’apocalypse ! Ce déluge en emporte de plus en plus. C’est un tsunami de l’information, des experts et contre-experts, de ceux qui le savaient bien, de ceux qui l’ont lu dans la bible ou chez les mayas. C’est une vague géante d’insultes et d’anathèmes contre ceux qui ne cèdent pas à la panique et l’urgence mais qui essaient encore un peu de réfléchir.


Séismes en augmentation ?

Le stress mondial tourne autour de la Terre à toute vitesse, c’est un ouragan mélangeant en vrac un peu de tout.

Dans ce vrac on trouve les fin-du-mondistes. Ils font des liens abracadabrantesques. Par exemple ils additionnent les dates du 11 septembre avec celle du séisme au Japon : 11/09/01 + 11/3/11 = 22/12/12, la date de la fin du monde telle que quelques illuminés croient la trouver dans le calendrier maya. Ils ont juste oublié de mettre en entier la date de l’année... Et oui, soyons logiques : on additionne tout ou on n’additionne pas. Et si l’on additionne tout voici le résultat : 11/09/2001 + 11/3/2011 = 22/12/4012. Cela ne fait que 2‘000 ans de différence ! (Ici on place des rires virtuels).

D’autres tirent quelques versets du nouveau testament : « Une nation s'élèvera contre une nation, et un royaume contre un royaume ; il y aura de grands tremblements de terre, et, en divers lieux, des pestes et des famines ; il y aura des phénomènes terribles, et de grands signes dans le ciel (Luc, 21, 10-11) ».

Le problème est que ce n’est pas du tout, mais pas du tout nouveau ! L’apocalypse durerait depuis des milliers ou des millions d’années. Pas sérieux.

Selon un pasteur évangélique américain, Cécil Boswell, il y aurait de plus en plus de tremblements de terre, ce qui serait un signe envoyé par Dieu. « Faux, répond l'Institut géologique américain, qui affirme que le nombre de séismes majeurs est « relativement stable » sur les 100 dernières années, proche des prévisions de 18 annuels supérieurs à 7.0 sur l'échelle de Richter. S'il y a une hausse du nombre de victimes, c'est que les populations dans les zones à risques sont bien plus nombreuses qu'au siècle dernier, explique l'USGS. Sans compter qu'à l'heure de Twitter et des smartphones, le bruit médiatique des catastrophes explose. »

Apo-1.jpg
Le stress des uns

Alors que les japonais restent zen malgré leur douleur, à l’étranger on vocifère, on s’admoneste, on stigmatisme les dirigeants. Le monde est forcément dirigé par des cons, manipulé par des salauds qui frottent leurs semelles sur notre dos, il est l’enjeu de multiples complots mêlant en vrac les illuminatis, les francs-maçons, la CIA, les lobbys en tous genre, etc, etc.

C’est l’occasion de se défouler, de cracher les frustrations, d’exprimer ses flips, de mélanger l’état du monde avec la politique de gauche ou de droite selon son appartenance. L’avenir est pourri, le passé est derrière nous, et le présent n’en mène pas large. Allez, fouettons-nous, fouettons-nous encore !

Et il y a de quoi se fouetter et se faire peur. Le nuage radioactif va passez sur l’Europe : vite des comprimés d’iode ! Alors qu’il sera très probablement inoffensif à ce moment-là. Et l’iode, préventivement, cela ne sert à rien. De plus cela protège - éventuellement - d’une des formes de cancer, pas des autres. Donc si vous n’avez pas le cancer de la thyroïde, vous aurez peut-être celui du foie ! Et puis les français n’ont rien à craindre : on sait depuis Tchernobyl que les nuages radioactifs contournent les frontières...


Le galop des autres

Cette crise actuelle révèle le niveau de stress dans la population. Et cela part souvent dans tous les sens, avec grosses angoisses, insultes, bref certains donnent franchement dans la démesure. Parce qu’une colère, ok, mais quand on lit certains commentaires sur les forums du net on n’est plus dans la légitime colère ou la compréhensible angoisse.

Dans ceux qui galopent ou qui surfent sur la catastrophe actuelle, il y a un physicien nucléaire suisse, Pierre Lehmann. Ses propos rapportés dans le quotidien Le Matin sont étonnants. Dans les années 1950 il était pour le nucléaire. Aujourd’hui il chauffe sa maison au bois. Je ne sais pas si son bois lui génère de l’électricité, ni combien de gens peuvent se chauffer au bois.

« J’étais imprégné du discours ambiant de l’après-guerre, où l’on se disait qu’il nous fallait beaucoup d’énergie pour se développer. Et j’ai avalé les bobards du miracle nucléaire : très peu de matière pour énormément d’énergie. Je suis même allé jusqu’à défendre le projet pilote d’une centrale sous l’Ecole polytechnique de Zurich ! Aujourd’hui, je plaide coupable : nous n’aurions jamais dû commencer à exploiter l’atome. »

Comme beaucoup, de bonne foi il a été pour. Aujourd’hui il plaide coupable. Mais coupable de quoi ? Que vient faire la culpabilité ici ? Veut-il la transmettre et rendre coupable le monde entier avec lui ? Il a été pour le nucléaire, il a changé d’avis : pas besoin de se renier pour autant en se déclarant coupable. Et s’il a cru aux « bobards » c’est sa responsabilité. Personne ne lui a mis le pistolet sur la tempe. Quelle détestable attitude que de rendre les autres responsables de ses propres choix - ou de ses erreurs. « C’est la faute aux autres, c’est le système, c’est l’oligarchie, c’est les illuminatis, c’est les extraterrestres ! ». Comment donner du crédit à quelqu’un qui se renie et qui ne peut tenir un discours raisonné en faisant la part des choses ?

On a aussi, à Genève, une femme maire, Sandrine Salerno, qui s’est faite remarquer il y a deux semaines pour avoir tenu des propos particulièrement sexistes contre les hommes et contre certaines femmes dans un journal. Veut-elle faire oublier son dérapage et corriger le tir en vue des prochaines élections, où son mandat sera remis en jeu ? Toujours est-il qu’elle veut écrire une lettre aux autorités suisses pour les enjoindre à renoncer au nucléaire. Elle ne dit pas comment à part quelques généralités vagues. On est là devant l’étalage impudique de l’opportunisme politique.


apo6-nuage.jpgLe niveau de stress collectif

Ces deux exemples sont ceux du jour mais il y en a d’autres.

Sur la question de la fin du monde, il y aurait eu de quoi y croire avec l'éruption du Krakatao en 1883. Mais il n'y avait pas encore la chambre d'écho médiatique immédiate : télé, radio, internet, pour amplifier et rapprocher de nous les catastrophes. Plus encore en 1815 l'explosion du Tambora en Indonésie changea le climat et 1816 et est connue dans l'hémisphère nord comme l'année sans été. La famine tua 200'000 personne en Europe.

Revenons un peu sur Terre. L'un des problèmes que pose le nucléaire est sa dangerosité à long terme (j’inclus la question des déchets) et le fait que le risque n’est pas entièrement maîtrisé. On le constate pour la troisième fois avec l’accident de Fukushima.

Mais il faut aussi remarquer que les trois accidents graves depuis le début du nucléaire civil sont dus à des facteurs humains. J’inclus dans ce facteur humain le fait que pour la centrale de Fukushima les constructeurs n’ont pas pensé à un risque naturel de cette gravité, dans un pays où pourtant ils sont possibles. Il y a eu d’autres incidents sur diverses centrales mais jamais de nature à mettre en danger durablement la santé de populations nombreuses et de condamner des territoires. A l’échelle planétaire, ce n’est rien d’imaginer un territoire inhabitable pendant 30‘000 ans. Les chocs géologiques du passé ont rendu impraticables d’immenses territoires voire la Terre entière, et ce pendant de très longues périodes. La planète s’en est toujours remise. Mais à l’échelle humaine, 30‘000 ans c’est très long. C’est le temps qui nous sépare de la fin de l’homme de Néandertal.

Le niveau actuel de stress tel qu’on le voit dans les médias et les forums est très élevé. La réactivité émotionnelle prend le pas sur la rationalité. Mais que peut-on dire rationnellement ?
TuL'attendsEncore.jpg
Que le degré de dangerosité du nucléaire dépasse la notion de risque raisonnable - toutefois il faudrait redéfinir le risque raisonnable et le point d’équilibre entre avantages et risques. La rupture d’un barrage hydro-électrique peut tuer des milliers de personnes et raser une ville. Mais la vie peu y reprendre relativement rapidement. On peut dire que le degré de maîtrise de la technique ou de contrôle ne sont pas satisfaisants. Que la question de la dépendance énergétique demeure. Que la rentabilité d’un réacteur est sujette à critique.

Mais ne peut-on pas faire la part des choses ? Ne peut-on inclure dans une réflexion ce qu’il a d’utile ? Pour ma part je me refuse à faire un choix sur la seule impulsion émotionnelle. J’ai besoin de connaître rationnellement le pour et le contre. Je souhaite arriver à une vision concertée non partisane et non clivée. Il y a des pays où le clivage mental fait partie de la culture. C’est le cas en France. Moi je m’y sens trop enfermé.

Sortir du nucléaire, si cela se fait, prendra quelques décennies. On a donc le temps d’ouvrir de vastes et longs débats. Pour que ces débats soient réellement utiles à l‘humanité et que les choix se fassent en connaissance de cause, on ne peut pratiquer comme actuellement une politique de l’émotion et du stress collectif.

Il est donc urgent de prendre le temps de réfléchir, quelle que soit la gravité de l’accident au Japon.



23 réactions


  • amedebout amedebout 19 mars 2011 02:27

    Oui !

    « On arrête tout, on réfléchit et c’est pas triste ! »

    « Patience et longueur de temps font plus que force ni que rage. »

    « Patience patience / Patience dans l’azur / Chaque atome de silence / Est l’espoir d’un fruit mûr. »


  • desmotscratie 19 mars 2011 03:09

    Personnellement je ne me sens coupable d’aucun reniement car depuis que je suis en mesure de penser le phénomène nucléaire j’ai toujours estimé que cette technologie déployée à l’échelle de centrales énergétiques dupliquées par dizaines était et reste une pure folie qui révèle la déraison inconsciente de tout un système qui tire pourtant sa supériorité de l’exploitation de la raison.

    En la circonstance présente, la raison invite à s’interroger purement et simplement sur la conjonction des crises que connaît la planète mondialisée avec comme point d’orgue la crise techno-humanitaire que connaît le Japon en premier lieu, mais qui concerne bien sûr l’avenir de toute l’humanité !

    Il ne peut être exclu que ce soit à (très) brève échéance dans l’hypothèse d’une catastrophe nucléaire majeure ! Hypothèse qu’aucun élément ne permet d’écarter en l’état actuel de la sitiuation.

    Autrement dit, la raison commande de s’envisager tous les scénarios et de n’en écarter aucun qui soit compatible avec la nature de l’événement potentiellement apocalyptique qui se déroule actuellement au Japon.

    Quant aux manifestations d’hystérie que vous soulignez elles sont à la mesure du système qui les alimentent : les humains ne sont pas (encore ?) de pures et froides machines ! Quand bien même cette version de l’humanité simplifierait sa gestion ! 

     


  • amedebout amedebout 19 mars 2011 04:02

    Croissance ou décroissance ?
    Là semble bien être la question.
    La raison est une chose.
    Les habitudes contractées au fil du temps en sont une autre bien plus ardue à remettre en cause.
    Comment peut-on parvenir à changer les mentalités ?
    C’est tout un poème !


  • Ronald Thatcher rienafoutiste 19 mars 2011 05:06

    Un monde de trouillards, qui aimeraient que le moindre risque de la vie soit pris en charge par les assurances privees, un monde de foetus merdeux incapables d’accepter un seul instant que la vie c’est le risque !
    Y’a qu’a lire l’hysterie des anti-nucleaire sur ce forum, des fous furieux qui se chient dessus, des mechants cons adeptes du moi d’abord...


    • aspic aspic 19 mars 2011 10:51

      Vision limité de quelqu’un qui s’en fout !
      Je sais ce que c’est de prendre des risques, en tant que petit entrepreneur, sans compter sur l’aide de l’état ou des assurances qui se cacheront de toute facon le cas échéant !
      Ici on parle d’autre chose : le risque majeur qui touche chacun, dans la fertilité, les cancers et j’en passe. Je n’ai pas encore vu des fous furieux anti-nucléaire sur ce site, seulement des gens comme moi, inquiets, qui connaissent les enjeux et veulent dénoncer la prise de risque énorme de l’autre coté ! Relisez un peu les faits, par exemple depuis 1986, relisez ce qui avait été annoncé par « ceux qui doutaient » avant le tout nucléaire, cherchez les statistiques de ce qui s’est passé chez nous et ailleurs suite a Tchernobyl. Vous parlez comme si les faits au Japon sont déja terminées, mais elle commencent à peine ! Bien sûr que nous nous trouvons plus loin que de Tchernobyl, mais telle scénario est parfaitement plaisible en France, Allemagne, La Belgique puis vous sembliez avoir oublié l’Angleterre avec ce qui s’est passé à Sellafield ?


    • Ronald Thatcher rienafoutiste 19 mars 2011 13:39

      ... c’est le retour de la momie nuclaire quoi !


  • amipb amipb 19 mars 2011 06:50

    Un soufi moderne dit parfaitement l’inverse : cette époque est bénie, il va se produire un retournement intérieur chez les hommes, les religions disparaîtront pour ne faire qu’une. Pour les indiens, c’est la fin de l’ère de Kali Yuga, l’ère de la grande destructrice, avant la reconstruction.

    Puissent-ils avoir raison, car la souffrance accumulée en ce début de siècle commence à peser bien lourd.


  • astus astus 19 mars 2011 10:56
    « Le sommeil de la raison engendre des monstres » (Goya)

    http://cybermuse.gallery.ca/cybermuse/search/artwork_zoom_f.jsp?mkey=3436

  • Baboune Baboune 19 mars 2011 13:03

    Monsieur HommeLibre,... 


    Vous écrivez ceci : « Le monde est forcément dirigé par des cons, manipulé par des salauds qui frottent leurs semelles sur notre dos, il est l’enjeu de multiples complots mêlant en vrac les illuminatis, les francs-maçons, la CIA, les lobbys en tous genre, etc, etc. »,...

    Certes, je suis naïf et simpliste,... je résumerais votre phrase par « Le monde est gouverné par la loi du profit ». « Gouverné par la dictature de la loi du profit ». 
    « Ooula la,... le ouf avec sa caricature !!!!! »

    Pas tant que ça,...

    Fukushima aussi,.... ça s’explique avec la loi du profit.
    1. Quant au choix de l’énergie nucléaire
    2. Quant aux multiples économies de petits sous pour faire tourner les turbines plus vite et moins cher.
    3. Quant à la soi-disante nécessité de la forte consommation en énergie,... 
    4. Quant à la soi-disante impossibilité de trouver mieux comme source d’énergie.
    etc. etc.



  • Proudhon Proudhon 19 mars 2011 16:10

    Le monde n’est pas dirigé par des cons mais des ordures de la pire espèce doué d’une très grande intelligence pour le mal.
    Les cons, ce sont les dirigés qui votent pour les ordures et non pas les dirigeants.


  • LE CHAT LE CHAT 19 mars 2011 16:29

    2012 c’est pas la fin du monde , seulement celle du monde actuel après un méga krack financier et le renversement d’un tas de tyrannies ! faudra juste s’adapter , c’est tout ...........


  • dom y loulou dom y loulou 19 mars 2011 16:45

    amusant

    apocalypsos, combien de fois faudra-t-il le dire, veut dire révélations

    pas destruction

    et que la pyramide de keops ait bin pu être un producteur dénergie micro ondes à partir d’hydrogène semble un fait établi

    en tous les cas on pourrait user de cette épnergie ibre au lieu de continuer à dévaster le monde avec les deux PIRES FORMES D ?ENERGIE que l’on peut utiliser

    nouvelle ressource énergétique voudrait dire changement rapide

    nouveau paradigme politique et participation citoyenne aux prises de décision politiques

    et c’est bien ce que les Bilderberg veulent empêcher à tout prix, quitte à passer par la « solution finale »

    de toute façon ils n’ont aucune empathie et on ne peut comprendre que l’occient ne soit arrivé à une semaine de grève gènérale pour faire cesser cette ruine continuelle due à la « guerre contre le terrorisme »

    grotesque

    voyez où ils en sont... à attaquer la Libye, les cravateur européens préfèrene tinfiniment s’occuper de tout et de rien plutôt que de l’europe

    les enfants transformés en ânes dans la fête foraine où ils sont entrainés par les joueurs de pipo des merdias rottenschilds

    pinocchio
    à bon entendeur

    les révélations vous intéressent ? celles de « l’ange des eaux » qui donna ses visions à St Jean ?

    bubbledom’s blog
    wordpress

    fouillez pendant que vous en avez encore la possibilité, puisqu’on s’est échine pour vous


  • dom y loulou dom y loulou 19 mars 2011 16:50

    notez que la solution finale envers l’humanité, et c’est une part que nous montrent les révélations sur l’histoire cachée au nombre, les textes sumeriens sur la genèse de l’humanité, est poursuivie depuis 4000 ans

    la destruction de l’humanité est voulue par la bande de tarés pour qui tout l’occident continue de travailler

    les familles de producteurs d’armes sur ce monde


  • enréfléchissant 19 mars 2011 16:58

    Si fin du monde il y-aura, c’est à petite dose, à coup d’aspartame, de gaz à effets de serre, de bisphénol A , de pesticides, de fongicides, d’herbicides....


  • gaijin gaijin 19 mars 2011 17:03

    « Sortir du nucléaire, si cela se fait, prendra quelques décennies. »
    oui bien sur cela ne peut se faire que progressivement au fur et a mesure que l’on comprendra qu’il est nécessaire de limiter le gaspillage énergétique, et que l’on développera des systèmes de remplacement de plus en plus performants.

     On a donc le temps d’ouvrir de vastes et longs débats.
    Je suis désolé mais non on a pas le temps : parce que notre société est ce qu’elle est et que le débat y est impossible au niveau politique.
    Ainsi que j’ai essayé de vous l’expliquer sur un autre article nos politiques sont des néandertaliens ils ne réagissent qu’a deux sortes se stimulis : la peur et l’intérêt.
    seule leur peur des conséquences de l’émotion populaire peut les amener a changer.
    Depuis 25 ans quels débats a t ’on eut ? aucun
    si on ne dit pas stop quels débats aura t’ on ? aucun
    Vous voulez un exemple issu de l’actualité récente ?
    Khadafi écrase la révolte de son peuple dans le sang ; que fait la communauté internationale
    Elle débat ..... pendant de jours et des jours elle débat .......
    et maintenant que la décision est prise il est probablement trop tard
    l’ Histoire avec un grand H nous dira (dans 60 ans ) quelle était la teneur de ces débats et quels intérêt nos dirigents ont voulu préserver .
    et en attendant on n’aura collectivement rien appris
    yo ?


  • Nometon Nometon 19 mars 2011 18:09

    Ce que disent les réactions totalement folles et haineuses d’un grand nombre d’intervenants sur Agoravox, c’est l’intensité de leur peur. De leur effroi. Une peur brute, d’autant plus tenace au ventre qu’elle est collective. Par rétro-actions permanentes, du fait des réseaux mondialisés et de l’instantanéité de l’information, cette peur se transmet de proche en proche et ne cesse de s’auto-alimenter, de billets d’Agoravox en billets d’Agoravox (et un peu partout, sur tous les forums).

    La peur : alpha et omega de nos sociétés contemporaines. La peur : formidable courant qu’entretiennent les media (entreprises privées à but lucratif) pour capter l’attention des masses (et faire de l’argent avec cette captation).

    Plusieurs mouvements politiques l’ont parfaitement compris : exploiter et renforcer la peur est un excellent moyen de progresser dans une démocratie à l’occasion des votes. L’exploitation de cette « énergie de peur » a été utilisée par de nombreux mouvements opportunistes et idéologiques au cours des deux derniers siècles et quelquefois hélas, elle est bel et bien parvenue à tout balayer sur son passage. La peur est soeur de l’oubli.

    Une fois lancée et entretenue, la peur se transforme en haine. Haine du contradicteur, haine de celui qui raisonne différemment, haine de tout système qui ne se conforme pas entièrement à sa propre idée, haine de toute mesure. Jusqu’à la haine du savant, de la recherche fondamentale pour ce qu’elle pourrait découvrir. La peur gonfle par auto-justification, par la répétition des mêmes mots, des mêmes cris.

    Ce que révèlent les exhortations permanentes à l’urgence d’un comportement collectif uniforme (ce vieux rêve d’église que l’écologie a remplacé dans nos sociétés laïcisées), car sinon, c’est l’apocalypse ! sinon, la fin de l’homme ! sinon, le Mal absolu... - c’est que le cerveau reptilien, où la peur est une émotion reine, est un maître quasiment invincible.

    Je reprends la conclusion de l’auteur de cet article :
    « Il est donc urgent de prendre le temps de réfléchir »
    Mais même ce message pondéré, mesuré qui appelle à un débat d’idées à une heure plus sereine, qui invite simplement à prendre le temps de la réflexion, n’a aucune chance d’être entendu ici et maintenant. La peur règne. Elle vient de gagner de nouveaux bataillons. Et ses soldats sont légions.


    • hommelibre hommelibre 19 mars 2011 18:31

      @ Nometon : ce déchaînement des peurs et de l’irrationalité est très impressionnant. Je rejoins votre analyse, entre autres sur le comportement collectif uniforme. Il n’y a pas là d’espace pour une nouvelle société, il n’y a que rabâchage des comportements reptiliens. En effet ce cerveau est puissant...


  • amedebout amedebout 19 mars 2011 18:32

    L’énergie nucléaire doit être un service public.
    La recherche d’autres sources d’énergie « propres » est impérative.
    Il faut donc investir dans la recherche en y mettant des moyens suffisants.
    Et réduire sérieusement nos consommations d’énergie à ce qui nous est non superfétatoire.
    La vie, c’est le mouvement...


  • hans lefebvre hans lefebvre 19 mars 2011 19:18

    11/09/01+11/03/11= 22/12/12, MAGNIFIQUE, planquons-nous ! Seul espoir, les soucoupes volantes ÷ »


    • Pyrathome Pire alien 19 mars 2011 20:15

      Non, attendons le 11/11/11 à 11 h 11mn 11 sec qui sera le jugement dernier !! smiley smiley
      en attendant, surveillez le 11 de chaque mois smiley...


  • ourston 31 mars 2011 05:04

    La peur, c’est un réflexe utile. Les êtres vivants sont programmés pour avoir peur lorsqu’ils sont en danger. C’est la condition de leur survie. L’irrationalité, c’est justement de ne pas avoir peur du nucléaire.


Réagir