mardi 18 décembre 2018 - par Pierre

Zara, la Russie a de talentueuses stars

Il est de plus en plus évident que le monde russe et nous, nous vivons dans des mondes parallèles et que de moins en moins de liens nous unissent. Les sanctions ont non seulement fait des dégâts économiques et financiers dans les deux camps mais elles ont aussi élevé des barrières culturelles et sportives de plus en plus infranchissables. La récente Coupe du monde de football a sans doute été le dernier événement d'importance qui a vu l'Occident et la Russie se retrouver fraternellement.

 

La vie artistique russe nous est pratiquement inconnue excepté les artistes dissidents alors que ces derniers n'ont pratiquement aucune audience dans leur propre pays. N'est pas Vladimir Vyssotski qui veut, encore que ce dernier n'était pas vraiment un dissident.

Chacun peut faire une expérience en posant la question suivante autour de lui.

Combien d'artistes de variétés russes connaissez-vous ? La réponse sera généralement un long silence avant de citer les Chœurs de l'Armée rouge (qu'on confondra bien-sûr avec les Chœurs de l'Armée russe quatre fois sur cinq) et si on a bien assimilé le matraquage anti-russe du système médiatique, la réponse suivante sera Pussy Riot, le groupe punk connu pour son activisme politique.

Posez la question suivante à un Moscovite.

Combien d'artistes de variété francophones connaissez-vous ?

Il en citera facilement une demi-douzaine : Mireille Mathieu, Patricia Kaas, Lara Fabian, Mylène Farmer qui se produisent régulièrement en Russie et aussi Charles Aznavour ou Gilbert Bécaud (pour les plus âgés). En grattant un peu, ils pourraient sans doute ajouter Céline Dion, Adamo, Édith Piaf, Hélène Ségara et même Joe Dassin dont la famille était originaire d'Odessa.

 

Ce boycott de la musique de variétés russe est très perceptible dans les émissions de télévision en France où on peut même parler d'une russophilophobie pour employer ce néologisme d'Olivier Berruyer. L'exemple de Mireille Mathieu est éloquent. Elle fait une immense carrière internationale et les rares fois qu'elle apparaît sur des chaînes françaises, c'est pour se voir reprocher l'admiration que le président russe lui voue.

 

Plutôt que de faire un tour complet de la musique de variété contemporaine russe, je préfère mettre en avant une chanteuse russe qui poursuit une brillante carrière dans son pays et qui commence à être connue dans d'autre pays comme en Italie par exemple. Plutôt que d'évoquer sa vie et sa jeune carrière, je préfère vous laisser d'abord écouter une première interprétation de Zara.

Le titre : « Ici, les oiseaux ne chantent pas ».

 

C'est bien sûr une chanson patriotique mais le patriotisme est une affaire de tous les jours en Russie et ce genre de chanson est très apprécié par un public plus âgé comme c'est le cas ici mais aussi par un public jeune comme ce même morceau chanté par Katie Topuriya et son groupe pop devant un parterre de jeunes qui l'accompagnent en chœur. (lien)

 

L'approche de Noël est le bon moment pour regarder ce clip d'un genre plus festif. Zara chante « Felicità » en duo avec Al Bano (75 ans) dans les rues de la capitale russe éclairées pour les fêtes de fin d'année.

 

La voix d'Al Bano ne s'est pas altérée depuis 1982 quand il chantait ce tube en duo avec Romina Power... à moins que ce ne soit du playback dans ce cas-ci ? Le duo avec Romina était quand-même plus sensuel ne fut-ce que pour leurs regards amoureux.

 

 

Toujours en duo avec un chanteur italien, la voici avec le ténor Andréa Bocelli, un monument de la chanson italienne et internationale. Il faut mentionner la remarquable performance du metteur en scène russe, Vasiliy Barhatov, qui a réussi à placer les chanteurs et l'orchestre sur des plateformes suspendues se déplaçant au-dessus de la scène.

Le titre : « Con te Partiro."

 

Pour avoir regardé les deux versions, celle-ci soutient la comparaison avec la magistrale interprétation de la même chanson avec la soprano britannique Sarah Brightman en 1997 (lien) tout en reconnaissant la supériorité du registre vocal de cette dernière (plus de trois octaves comme Zara !)

Andrea Bocelli dira de Zara après avoir chanté avec elle.

« Lorsque Zara et moi venions de nous rencontrer, elle m'a chanté des chansons traditionnelles qui m'ont enchanté ! Puis il s'est avéré qu'elle chante aussi en anglais et en français. Elle a absorbé différentes cultures et les a retravaillées de manière originale. Zara est absolument une chanteuse de classe mondiale ! Elle a une belle voix, un tempérament passionné. Il y a à la fois la profondeur propre à l'âme russe et le charme séduisant de l'Orient »

 

Zara est née à Leningrad (aujourd'hui Saint-Pétersbourg) en 1983 de parents arméniens d'origine yézidie. Son vrai nom est Zarifa Mgoyan. Elle a d'abord fait des études de philologie iranienne avant d'entrer à l'Académie de théâtre et de chant.

Elle a ensuite joué dans des séries télévisées et des films russes mais sa passion était le chant.

Elle a adopté la religion orthodoxe lors de son premier mariage. Elle a ensuite eu deux garçons avec son second mari avant d'aussi se séparer avec lui.

Zara est perfectionniste et ses interprétations deviennent de plus en plus parfaites. Ses clips et ses concerts sont mis en scène par les plus grands réalisateurs.

 

Pour suivre, voici une chanson plus rythmée chantée au concert « Toutes les stars » en 2014.

Le titre : Se souvenir de moi (trois vœux).

 

Le tempérament oriental de Zara est très marqué dans ce duo avec le populaire chanteur de variétés, Oleg Gazmanov, surtout dans sa gestuelle. Oleg Gazmanov est une très grande vedette en Russie et il n'a pas son pareil pour chauffer une salle. Un pot-pourri d'Oleg Gazmanov à la « Nouvelle Vague » à Sotchi. (lien)

Le titre : « Dolya  »

 

L'interprétation de Zara de la chanson « Je ne peux pas vivre sans toi » lors de la soirée anniversaire d'Oleg Gazmanov qui s'est déroulée le 5 septembre 2016 à la salle "Новой Волне" (Nouvelle Vague) à Sotchi est sublime. C'est certainement une des plus belles chansons d'amour que je connais et Zara la chante ici en créant infiniment d'émotions. Remarquez que le silence a gagné toute la salle et qu'on n'entend pas un bruit pendant qu'elle chante, comme si tous les spectateurs étaient subjugués.

Pour tout dire, c'est ma chanson préférée de Zara.

Voici une traduction du premier couplet et du refrain. Sans les rimes, cela n'a évidement pas le même effet.

 

Moi sans toi chaque heure - un an,

Si le temps est plus court – écrasant,

Moi, même l'étendue céleste – une voûte,

Cela semble rocailleux (sans vie) sans toi,

 

Refrain (X2)

Moi sans toi je ne peux – vivre,

Moi et sous la pluie sans toi – sec,

Moi et dans la chaleur sans toi – j'ai froid,

Moi et Moscou sans toi – désert,

 

 

 

Comme la plupart des chanteurs de variétés russes qui ont du succès, Zara aime son pays avec ferveur et son public le lui rend bien. Chanteuse russe d'origine sub-caucasienne, elle s'est parfaitement imprégnée de l'âme russe aussi bien dans sa vie artistique que dans sa vie publique.

Elle a participé à nombre d'événements en faveur de la paix et elle porte le titre honorifique d'« Artiste de l'UNESCO pour la paix » depuis décembre 2016.

Elle a aussi été ambassadrice pour la Coupe du monde de football en Russie en 2018.

Zara s'est engagée depuis plusieurs années dans des œuvres caritatives notamment au bénéfice des enfants handicapés.

 

 

Dans un genre plus classique, voici Zara pour un concert solo à la salle "Октябрьский" (Octobre) de Saint-Pétersbourg en 2007.

Le titre : «  Ne me parle pas de lui »

 

 

Tous les soirs du lundi au jeudi, quand les enfants sont au lit, Yvan Urgant (l'animateur) présente une demi-heure de divertissement musical sur Channel one destiné à détendre les téléspectateurs après leur journée de travail.

Voici une incontournable chanson française chantée en 2017 en français par Mireille Mathieu et Zara dans cette émission.

 

 

Toujours en français, la voici en duo avec Dmitry Pevtsov, son complice dans de nombreuses chansons sur les scènes. Zara chante des tubes d’Édith Piaf et de Charles Aznavour.

Le titre : «  C'était récemment, c'était il y a longtemps. »

 

 

Dmitry Pevtsov est un chanteur et un acteur de théâtre et de cinéma moscovite qui a une soixantaine de films et de séries télévisées à son actif. A 55 ans, il poursuit sa carrière avec succès en Russie.

L'auteur de la chanson suivante est de comédien russe Valery Zolotukhin et la chanson est tirée du film «  Ivan Vassylevytch change de profession. » Les paroles sont très belles et n'ont rien a voir avec ce sketch parodique très décalé. Je ne peux malheureusement alourdir l'article en les publiant.

C'est le cinquième épisode d'une série de sketchs de ce genre avec ces deux artistes.

Il n'est pas nécessaire de donner une explication, c'est très visuel.

Le titre : « Parler avec le bonheur »

 

 

Toujours avec Dmitry Pevtsov en 2009, dans un swing très rétro, drôle et bien agréable à regarder.

Le titre : «  Rock and roll de Léningrad. »

 

 

La grande majorité des Russes aiment, adorent ou idolâtrent Zara mais... comme toujours en Russie, il y a les 10 à 15 % qui n'en ont pas assez bavé entre 1991 et 2000 et qui critiquent le soutient de Zara au président Poutine. Ils déversent librement leur acrimonie sur des sites d'opposition avec les commentaires les plus divers : d'abord parce qu'elle fait partie des inconditionnels de Vladimir Poutine et qu'elle a trusté les récompenses nationales et internationales. Ils lui reprochent aussi son origine arménienne, ses tenues sexy sur scène, sa vie privée (deux mariages, deux divorces), sa voix serait faible...

Ce sont évidement des avis extrêmement minoritaires et souvent motivés par des raisons politiques parce que de l'autre côté, il y a des dizaines de milliers de commentaires élogieux sous ses vidéo Youtube.

Zara est devenue membre de l'équipe Poutine : « Souviens-toi de tes racines » qui a été créé en novembre 2017 par Alexander Ovechkin, la star du hockey sur glace russe.

Les vedettes et des Russes ordinaires reviennent dans leur école ou leurs cercles sportifs et autres et ils partagent leurs expériences et leurs secrets professionnels avec les enseignants, les formateurs et la jeune génération.

 

 

Un autre retour dans le passé avec Zara sur scène lors de la soirée de réveillon en 2010. Elle produit une excellente prestation avec une chanson de variété très entraînante.

Le titre : «  Je n'ai pas aimé. »

 

 

Nouvelles « People ».

 

  • Zara aurait passé ses vacances 2018 à Cap d’Antibes. Tranquillité assurée vu que personne ne la reconnaîtrait en France.

  • Elle était venue à Cannes il y a quelques années à l'occasion d'une année croisée France-Russie. Elle avait interprété en français « Une vie d'amour » devant son créateur, Charles Aznavour, avec qui elle avait ensuite échangé quelques mots.

  • Elle a chanté le 30 octobre dernier à Doha, dans la salle de l'opéra qui était comble. Elle a chanté en plusieurs langues et a prononcé quelques phrases en arabe. Elle a promis d'interpréter une chanson complète en arabe la prochaine fois. Elle était accompagnée de quatre enfants sourds de Saint-Pétersbourg qui chantaient avec le langage des signes.

  • Les Russes l'appellent affectueusement « Zarochka », le diminutif de Zara.

  • Les aéroports russes vont porter des noms de personnages historiques. Les Russes peuvent choisir leur préférence par vote. Zara a voté pour « Aéroport Pierre le grand » pour Saint-Pétersbourg.

 

 

Maria Zakharova, la directrice de l'information et de la presse du ministère des Affaires étrangères russe, a écrit cette chanson pour Zara sur une musique du très talentueux compositeur Maxim Fadeev. Zara l'a mise à son répertoire en 2018..

La chanson parle du temps qui passe et du vide qu'on ressent quand on ne sait qui aimer. Les jours volent comme des comètes et brûlent jusqu'au sol. Où puis-je trouver les réponses ? Où me trouver la chaleur ? La roulette tourne. Ma vie c'est « casino ». Demain sera différent. J'ai promis hier de me battre pour ne plus perdre. Zara essuie une larme a milieu de la chanson. Comme toujours, elle vit pleinement ce qu'elle interprète et cette chanson-ci est peut-être spéciale parce qu'elle a été écrite sur mesures par quelqu'un qui la connaît bien. Le public ressent aussi la même émotion. C'est sa dernière chanson enregistrée pour le moment.

Le titre « Pour toi, mon amour  ».

 

 

Pour finir, voici un dernier duo avec Dmitri Pevtsov. C'est à nouveau un chant patriotique que les femmes russes d'un certain âge écoutent avec beaucoup de sentiments douloureux. Toutes les familles ont perdu des êtres chers lors de la Grande Guerre patriotique : un fils, un mari, un père, un frère, un oncle, un fiancé...

Contrairement à ce qu'on pourrait croire, cette marche a été écrite par un compositeur russe en hommage aux femmes bulgares lors de la Guerre des Balkans en 1912. Cette marche atteignit une grande popularité en Union soviétique et dans les pays voisins durant les deux Guerres mondiales.

Cette chanson évoque le départ de soldats à la guerre et leur séparation avec leur bien-aimée.

« Pas tous d'entre nous ne reviendront. » « Quand le crépuscule du soir rencontre l'aube précoce, n'oublie pas les slavianki. (femmes slaves). » La vidéo est sous-titrée en anglais.

Le titre : « Adieu de slavianka ».

 

 

Je pourrais encore ajouter plus de vidéos de Zara mais je pense que l'article est déjà assez lourd comme cela. J'espère que les congés de fin d'année permettront aux lecteurs de trouver plus de temps à consacrer à l'écoute de la musique.

J'ai écrit ma conclusion dans l'introduction. Il y a un tel rejet de la Russie dans les médias, dans la majorité des partis politiques et dans les institutions européennes que je ne vois pas comment ne fut-ce que le moindre rapprochement culturel serait envisageable. Les chanteurs russes dont je parle dans l'article sont personnae non gratae en Ukraine, dans les Pays baltes et, par solidarité européenne, ne sont pas invités sur les plateaux de télévision occidentaux. Malgré mes recherches, je n'ai pas trouvé d'indication concernant Zara. Je sais seulement qu'elle n'a pas pu se produire en Azerbaïdjan à cause de son nom de famille à consonance arménienne. Ce sera la lacune de cet article.

Je terminerai donc par l'évocation d'un drame ou plutôt d'un crime majeur qui a été commis contre la communauté yézidie dont Zara est originaire.

Rappelons d'abord que les yézidis sont un peuple apparenté aux Kurdes mais qui n'est pas musulman. Il pratique un culte monothéiste dont on ne connaît pas l'origine exacte.

Une de ses représentantes, Nadia Murad, a partagé le prix Nobel de la Paix avec le gynécologue congolais Denis Mukwengue pour leur lutte contre la violence sexuelle pratiquée contre les femmes durant les guerres.

Nadia Murad est irakienne et elle a vécu l'esclavage sexuel. La ville de Sinjar fut prise par les terroristes islamistes en quelques heures après le retrait des peshmergas en 2014. La majorité des Yézidis, ceux qui refusaient de se convertir à l'islam, seront froidement exécutés. Les femmes seront emmenées à Mossoul où elles seront destinées aux combattants islamiques, ceux dont un ancien ministre disait qu'ils font du bon boulot et qui était approvisionnés en armes et en munitions par des officines de la plus grande puissance militaire du monde dirigée par un prix Nobel de la Paix.

Ce prix Nobel de la Paix 2018 est lui, mérité contrairement à la plupart des prix Nobel de la Paix des vingt-cinq dernières années.



131 réactions


    • Pierre Pierre 19 décembre 2018 02:20

      a@gueule de bois
      Quand on commence à déballer la vie privée des gens, on tombe toujours sur des boules puantes. Est-il nécessaire de connaître cela ?
      J’ai aussi lu le Wikipédia russe et aussi beaucoup d’articles de la presse people. Oui, il est probable qu’elle a eu un coup de pouce au début de sa carrière mais je pense surtout qu’elle a beaucoup travaillé pour atteindre le niveau actuel. Cela se voit très fort quand on compare les chansons de 2008 et les dernières. Si vous écoutez la chanson « Ne me parle pas de lui   » qui est je crois de 2007, on entend très fort sa reprise de respiration, un défaut énervant qu’elle corrigera plus tard.
      De toute façon, elle avait déjà reçu beaucoup de prix longtemps avant son mariage.
      Merci d’avoir lu le titre de l’article. La Russie a de talentueuses stars au pluriel. Zara n’est qu’une parmi de nombreuses autres et je l’ai choisie parce qu’elle est pratiquement inconnue en France.
      Pour la chanteuse tatare de l’Eurovision, je suis d"accord avec vous. J’ai aussi lu des reportages sur sa famille et son village. Tout le monde désapprouve cette chanson.


  • gueule de bois 19 décembre 2018 00:28

    Puisqu’on parle d’Oleg Gazmanov ...

    Un de ses titres les plus célèbres est

     Сделан в СССР

    Qui est l’équivalent russe de ’Born in the USA’ de Bruce Springsteen.

    Gazmanov a un jeu de scène étonnant très dynamique et presque acrobatique. A 67 ans c’est encore un jeune homme capable de faire un saut de mains sur scène.


    • Pierre Pierre 20 décembre 2018 21:23

      @gueule de bois
      Encore un commentaire auquel j’ai oublié de répondre.
      Merci pour le clip de Gazmanov à la gloire de l’URSS qui a été interdit en son temps. Il est persona non grata en Ukraine et quand on écoute les paroles, on comprend pourquoi
      Gazmanov et une bête de scène. Dans ce clip, il me rappelle Mike Jagger.
      67 ans !!! Je n’avais jamais prêté attention à son âge. Quelle santé !
      Attention à la comparaison. « Fabriqué en URSS » est une chanson à la gloire de l’URSS alors que « Born in the USA » est une critique du retour des vétérans, un peu comme le film « Né un 4 juillet ».
      Bruce Springsteen est un de mes chanteurs américains préférés


  • Paul Leleu 19 décembre 2018 00:46

    les gilets-jaunes chantent quoi ??? la Marseillaise !!! (et pas celle de Gainsbourg le sous-développé)... tout est résumé ...

    un peuple qui vit et qui vibre, un peuple fier, un peuple viril, chante spontanément une musique fière, libre, virile, vivante et authentique...

    on chante pas des trucs de sous-développés quand on s’élève au rang d’homme.... et notre Marseillaise en est un bel exemple...

    ceci-dit, on voit que les français d’aujourd’hui ont encore du chemin à faire pour retrouver le niveau musical de leurs ancêtres, qui eux chantaient vraiment cette marseillaise !!! Même dans les vieux documents sonores des années 1930, on entend que le peuple chantait mieux... parce-que c’était une vrai peuple...

    depuis que les français ont appris le rock, ils ont perdu le contact avec leur corps (paradoxalement), et ils vivent à genoux... le son de la Marseillaise suivant les époques est un bon thermomètre de l’état de vitalité physique des français.


  • gueule de bois 19 décembre 2018 00:51

    Puisqu’on parle de la chanson russe.

    L’émission ’The voice’ (la voix sur TF1) possède une version russe qui se décline aussi en « Голос.Дети » pour les enfants et

    « Голос60+ » pour les seniors.

    Si vous comparez avec la version française vous verrez qu’il n’y a pas photo pour ce qui concerne la qualité des participants, on dirait des pros ..

    Par ailleurs bon nombre de succès interprétés, même par des enfants, sont en anglais, en français, en italien ... (Padam, padam)

    C’est dire si le public est ouvert à la variété étrangère .

    Vous connaissez beaucoup de concurrent de ’La Voix’ ou ’The Voice’ qui interpètent des chansons russes ?


  • Ouam Ouam 19 décembre 2018 00:58

    Je ne connaissais pas, j’ai donc écouté le 1er Morceau...

    Je me suis dit, zut j’ai loupé un truc...c’est qd qu’il se passe qq chose, l’émotion est ou ?

    J’ai donc écouté des bouts des autres videos...defois que ...

    Le constat est sans appel :

    Le jour ou blanche neige est passée, elle n’a pas distribué le talent à zara smiley

    Certes elle est physiquement agréable, mais dans ce cas pourquoi ne pas allier les deuxs (le physique ET au moints un petit peu de talent) en restant dans la Russie p ex

    https://youtu.be/rEGOihjqO9w

     

    Ou ici du gros bon talent made in japan avec de la meuf rhahhh

    https://youtu.be/o63mXv9Z3h8

     

    Ou meme de l’autre coté de la méditérrannée avec d y.

    https://youtu.be/eJwSZIajEvI

     

    Ou chez nos voisins francophones, notre regrettée mauranne (Cf vs 4"00)

    https://youtu.be/u7dPcqyJXZk

     

    Ou chez ....(liste longue comme mon bras, je vous épargne les exemples)

    Zara, jolie, tout ce qu’on veut mais... pas plus ....


    • kalachnikov kalachnikov 19 décembre 2018 09:16

      @ Ouam

      Je suis pas variétoche. Mais bref, la Zara est un produit. Tu peux l’écouter en épluchant les légumes, il y a une cible marketing, la babouchka de moins de 50 ans. Ce sont les mêmes recettes pourraves qu’il y a ici et partout, des playback craignos à la téloche. Important ça la téloche : les mêmes artistes qu’ici qui trinquent au champ’ avec l’inamovible Drucker local, propres et bien amidonnés, sans dents gâtées, et de l’autre côté du poste, suffoquant dans la prison qu’on lui a construite et qu’on entretient , il y a l’exploité russkof qu’a pas de gilet jaune et qui n’en aura peut-être jamais, tout l’objet du truc étant de surtout l’éloigner de cette idée bizarre ’to be free’. L’opium du peuple.

      C’est facile de faire adhérer quelqu’un à quelque chose, il n’y a qu’à faire un ric sauvage. L’essentiel, c’est que ce soit toi qui écrit la question, ça s’appelle la délimitation du champ de conscience en foclaisant les perceptions sur un objet unique au détriment du reste. Donc, voilà, tu présentes l’objet marketé Zara et tu demandes ’tu aimes ou pas’. Mais il y a peut-être autre chose qui existe ailleurs et généralement, quand on observes bien, cet ailleurs est empêché, étouffé, de toutes les façons possibles. 


    • Pierre Pierre 19 décembre 2018 12:53

      @arthes
      Merci pour ce commentaire. Je ressens exactement la même chose en Russie.


    • kalachnikov kalachnikov 19 décembre 2018 13:16

      @ Pierre

      Vu qu’on jacasse identité et fierté retrouvée, qu’en est-il de Bakounine, Kropotkine, Goldman, etc et plus largement du nihilisme et de l’anarchisme russes ?

      ’Un nihiliste, c’est un homme qui ne s’incline devant aucune autorité, qui ne fait d’aucun principe un article de foi, quel que soit le respect dont ce principe est auréolé.’ [Tourgueniev]

      ’Là où il y a autorité, il ne peut y avoir de liberté’.

      ’Celui qui n’ose pas l’impossible jamais ne réalisera le possible’.


    • Pierre Pierre 19 décembre 2018 14:01

      @Ouam
      Merci pour les liens qui sont très bons. En ce qui me concerne, je suis réceptif à tout les genres musicaux. Parfois j’aime, parfois pas. 
      Ce que je ne fais jamais, c’est donner mon avis après avoir lu en diagonale.
      Je n’ai pas voulu faire un article sur Zara sinon je l’aurais rédigé autrement en faisant remarquer la progression de la qualité de ses interprétations.
      J’ai voulu attiré l’attention des lecteurs sur une des facettes de ce qui se fait en variétés en Russie. Je trouve que cela ressemble assez fort à ce qui se fait chez nous avec une touche particulière à la Russie. 
      J’ai choisi Zara justement parce qu’elle n’est pas du tout connue en France donc elle était à découvrir en même temps que la musique de variétés russe. 
      Dans l’ambiance russophobe actuelle, c’est un exercice périlleux, j’en conviens. Vous n’aimez pas, vous avez vos raisons. Moi je crois qu’elle percera au niveau international, elle a travaillé, elle est perfectionniste, et elle a acquis du métier. La France sera peut-être le dernier pays à la découvrir, tant pis.
      La critique est un sport national en France. La critique littéraire est la pire parce qu’on critique des livres qu’on n’a généralement même pas lus.
      Ici, ceux qui critiquent Zara donnent un avis général du genre : c’est ce qui se faisait chez nous il y a trente ans comme si ce qui se fait maintenant chez nous est mieux. 
      Je n’ai pas lu une seule critique factuelle du genre ici elle chante faux ou là elle se tient mal ou encore qu’ailleurs elle se fout du public. La seule critique directe que vous trouverez vient de moi dans un commentaire où je fais remarquez qu’au début de sa carrière, on entendait sa reprise de respiration dans le micro et j’ai précisé qu’elle a ensuite corrigé ce défaut. C’est dans la septième vidéo, «  Ne me parle pas de lui » Je crois que c’était en 2007.
      Je ne vous en veux pas, à cause de vous je vais me payer le concert de jazz de Lugano ce soir. smiley


    • Cateaufoncel3 Cateaufoncel3 19 décembre 2018 14:11

      @Pierre

      Vous croyez que ça vous arracherait un ongle de lâcher un petit commentaire sur la voix de Khanh Ly ?


    • Pierre Pierre 19 décembre 2018 15:04

      @Cateaufoncel3
      Excusez-moi, y avait-il un lien précédent ou ai-je raté un épisode vers cette chanteuse ? 
      2h14 de tango, cela me semble trop long pour écouter dans l’après-midi.

      Mes impressions après 10 minutes :

      • C’est très surprenant d’entendre du tango en vietnamien.
      • Elle a une voix agréable à écouter.
      • Elle n’a pas de problème avec les basses mais elle est limite quand le ton monte.
      • Je ne l’ai pas entendu tenir une note plus de deux secondes mais ce n’est peut-être pas nécessaire avec le tempo particulier du tango.

      Je ne dis pas que j’aime mais je ne dis pas le contraire non plus.


    • Cateaufoncel3 Cateaufoncel3 19 décembre 2018 15:18

      @Pierre

      Merci.

      Pour moi, ce qui prime tout, c’est le timbre, j’aurais dû le préciser, et c’est avec le timbre que le mariage avec le tango prend toute sa savoir. Selon, moi, bien entendu.

      P.S. - Je pense que, sans en avoir l’air,  je viens de torpiller cette idiotie qu’est le référendum d’initiative citoyenne, et que ça devrait faire du bruit.


    • Pierre Pierre 19 décembre 2018 15:39

      @kalachnikov
      J’ai déjà souvent répondu à des question de ce genre. Anarchisme, marxisme et même libéralisme sont des théories du XIXe siècle qui ont été conçues dans un contexte où il n’y avait pas de démocratie. Je ne parlerai que de l’anarchisme vu globalement parce qu’il y a beaucoup de branche, même la pensée d’un théoricien de la première heure comme Proudhon a évolué.
      Nous savons tous que les anarchistes russes ont été écrasés à Kronstadt en 1921 par les bolcheviques mais est-ce qu’un système anarchique est vivable à l’échelle d’un pays, c’est toute la question.
      A mon avis, c’est non. 
      A partir du moment ou l’homme vit en société, il doit établir des règles. Il faut donc une autorité pour les faire respecter. Il faut ensuite une autorité pour les arbitrages.
      De plus, tout le monde n’a pas la même nature. Il y a des hommes sont des meneurs, d’autre qui sont passifs et encore d’autres qui ne voient que leur intérêt personnel. J’ai participé à des expériences d’autogestion dans ma vie et je sais ce que c’est.
      Quoi qu’on fasse, les meneurs finiront par prendre le pouvoir et ils ne pourront s’y maintenir qu’en renonçant à la démocratie.
      C’est loin du sujet de l’article mais c’est un sujet intéressant à développer... une autre fois.


    • kalachnikov kalachnikov 19 décembre 2018 16:08

      @ Pierre

      Mémoire sélective = mémoire orientée

      Les anarchistes sont peut-être de doux rêveurs mais il n’empêche qu’ils avaient complètement percuté ce qu’était la révolution de 17. Et c’est bien pour cela qu’ils furent ’effacés’.

      Je vois que ça continue. Même causes, mêmes effets.


    • kalachnikov kalachnikov 19 décembre 2018 21:21

      @ arthes

      Eltsine anarchiste, héritier de Bakounine ? Ca doit être un joke.

      Par contre, cette Russie nous dit ce qui va se passer lorsque l’Ue va s’effondrer.


    • kalachnikov kalachnikov 19 décembre 2018 21:24

      @ arthes

      Sokourov, peut-être ? Ah mais, S se présente avec Iabloko et est aimé des cinéphiles occidentaux.

      A juste titre, c’est très beau. ’Pages cachées’ en particulier.


  • gueule de bois 19 décembre 2018 01:23

    Je lis ici beaucoup d’a priori, de jugements tout faits de gens qui ne connaissent pas le monde de la musique, de la chanson de la danse en Russie.

    Pour ceux qui ne sont pas convaincus que l’on crée en Russie (certainement plus qu’en France) consultez la chaîne de Sergey Kalchnikov, qui connaît aussi des talents français que la France ignore (Zaza Fournier).

    Et puis les Russes aiment la danse. Band Odessa ici sur une chanson russe traduite en français.

    Et, petite douceur, un clip coquin sur ’Vernissage’ de Valeri Leontiev et Laïma Vaïkule.

    Ne dîtes pas qu’il ne se passe rien en Russie. C’est le pays européen qui bouge dans tous les domaines (le seul peut-être).


  • dr.jambon-beurre dr.jambon-beurre 19 décembre 2018 08:16

    nous vivons dans des mondes parallèles...

    Bof, les 2 systèmes sont basés sur la propriété privée et la création monétaire privée elle aussi et bien sur le capital, les différences ne sont que d’ordre cosmétique même si Poutine est bien moins idéologue et bien plus pragmatique que l’oncle sam. La Russie crée des institutions sur le modèle occidental ultra libéral : le SWIFT sino-russe, le FMI des BRICS etc... Nous vivons bien dans le même monde, celui de l’argent roi !

    Russie/USA, même combat, savoir des 2 qui a la plus grosse.


  • J.MAY MAIBORODA 19 décembre 2018 11:58

    @ Pierre

    Merci pour cet article et ses videos de la sublime Zarochka.

    Je vais tenter de « répercuter » sur le site

     https://www.kalinka-machja.com/


  • Krokodilo Krokodilo 19 décembre 2018 15:59

    Effectivement, nos médias sont plus anglo et américano-centrées que jamais. Un excellent film de SF récent n’a pas eu accès aux circuits de distribution des grandes salles, etc. Pourtant, même du temps de la guerre froide, les films et la culture française en général étaient très connus : les comédies de Veber, Pierre Richard, etc. L’URSS n’existe plus, la Russie est devenue capitaliste, pourtant c’est pareil voire pire ! Le comble : ces jours-ci une télé (France-info je crois) a fait une séquence sur des trucs mnémotechniques pour retenir le nom des différents Etats américains (Montana = monts, etc.) ! Dingue !


  • skirlet 19 décembre 2018 19:56

    Tout d’abord, merci à l’auteur pour cet article. Hélas, à la lecture de (certaines) réactions je vois encore et toujours combien la France est acculturée… La musique anglosaxonne c’est le top, ensuite la française couçi-couça (autrement dit, ça va quand elle imite l’anglosaxonne, sinon c’est ringard, poussiéreux, arriéré et j’en passe). La France est très fermée aux autres cultures (excepté l’anglo…), malgré l’illusion qu’elle ne l’est pas. La Russie, tout comme les autres pays de l’ex-URSS et même les autres « pays de l’Est » (membres de l’UE ou pas) restent une espèce de terra incognita pour la majorité écrasante de la population française. Pire : cette majorité est intimement persuadée qu’il n’existe pas de culture digne de ce nom dans les pays susnommés. Je me souviens d’une dame qui m’a dit que l’URSS n’a produit aucune œuvre majeure sur la seconde guerre mondiale… Je me souviens aussi des questions genre « Tu n’as pas eu peur à Moscou ? Y a les ours dans les rues ! » « C’est vrai que vous n’aviez pas de pq ? » « Pourquoi les Russes aiment les dirigeants autoritaires ? » etc. etc. Dommage que les gens ne profitent pas des possibilités que leur donnent les nouvelles technologies et, dans leur écrasante majorité une fois encore, se contentent de l’image très déformée servie par les médias.


    • kalachnikov kalachnikov 19 décembre 2018 21:15

      @ skirlet

      Le Français est arrogant et très autocentré, très simplement ; il passe volontiers pour tel, en tout cas. Il n’écoute pas davantage de Suédois ou d’Espagnols, qui n’ont rien d’ex-pays de l’Est.
      Bref, cette absence d’interêt n’a rien à voir avec un mépris de la Russie à cause de Poutine, à moins de virer paranoïde.
      Concernant les artistes de variétoche français connus en Russie genre Mathieu, etc : c’est lié avant tout à une démarche industrielle car ces artistes enregistraient des versions de leurs succès dans un peu toutes les langues et se produisaient en Russie. Ils sont aussi adulés au Japon, par exemple, et même si ici on n’écoute pas de truc japonais (genre les chanteuses holographiques, vocaloid), les Nippons ne nous chient pas une pendule.


    • skirlet 25 janvier 2019 00:03

      @kalachnikov
      Avec un peu de retard...

      ces artistes enregistraient des versions de leurs succès dans un peu toutes les langues et se produisaient en Russie

      Ces artistes-là, on les aimait en VO, alias dans leur propres langues (français, allemand, anglais, espagnol, portugais, italien etc. etc.) Mireille Mathieu chantait parfois quelques lignes en russe, mais ce n’est pas ça qui l’a rendu populaire. Je sais qu’en France c’est du bon ton de cracher sur elle. Johnny, on connaissait pas. Une copie des rockers étasuniens est peut-être intéressante en France, on préférait l’original.


  • sound of sound of 20 décembre 2018 01:35

    Très bon article,j’adore ! Nous pourrions faire une analogie avec la politique ... On nous impose une certaine idéologie anglo-saxonne sur tous les plans... Nous pourrions facilement comprendre que les differents marchés sont aux commandes, y compris sur le plan de la culture (surtout) ! Car il me semble que pour instaurer une idéologie, la culture et l’éducation est un moyen extrêmement puissant . il est très facile et ce dès le plus jeune âge, d’éduquer à la consommation tout confondu. Il est important de comprendre cette place culturelle qui nous ai imposée insidieusement aux détriments des pays ayant moins de puissance (économique, politique)... L’exemple des disney pour enfants sont une belle illustration de la puissance de l’image subliminal et du matraquage culturel... Tout ceci au profit d’intérêt polito-commerciaux dévastateurs pour notre véritable mixité culturelle ... Il y a tellement d’artistes et de compositions extraordinaires en dehors de nos frontieres qui pourraient enrichir nos vie smiley Que je comprends aisément la peur des manipulateurs d’une telle beauté culturelle et de ces bienfaits smiley


    • Pierre Pierre 20 décembre 2018 02:00

      @sound of
      Merci pour votre commentaire. Cela me fait plaisir que vous avez aimé l’article et que vous avez apprécié cette facette de la musique de variétés russe qui est évidement beaucoup plus riche que ce qu’on imagine généralement.


  • Pierre Pierre 20 décembre 2018 07:29

    Cet article a été très commenté et j’ai passé beaucoup de temps à répondre aux commentaires.

    Je remercie tous ceux qui ont lu l’article, ouvert les vidéos et les liens et pour les plus courageux, lu les plus de 200 commentaires.

    Merci aussi à ceux qui ont enrichi l’article avec leurs avis et leurs liens, qu’ils soient positifs, négatifs ou neutres. Je regrette seulement un commentaire injurieux que je n’ai pas bloqué parce qu’il n’était destiné qu’à moi et que finalement il discrédite son auteur.

    J’ai écrit cet article pour une double raison.

    D’abord pour montrer qu’il y a une riche vie musicale en Russie. Bien sûr, j’ai choisi les variétés parce que c’est un genre universel et qu’il ne faut pas nécessairement comprendre la langue pour regarder une vidéo. Si soi-même on est indifférent à l’interprète, les images montrent l’enthousiasme, l’étonnement, l’émotion ou la reconnaissance du public et c’est important. J’ai essayé de passer plusieurs genres : classique, pop, rétro, chant patriotique, création contemporaine, parodique, sketch chanté, en solo, en duo, en concert ou en studio. Cela pour montrer la variété de genres que le public russe regarde. Je réfute la critique de genre d’émissions surannées. Ce sont effectivement des spectacles comme on en voyait chez nous il y a 30 ans mais je pose une question : que fait-on de mieux dans le genre chez nous aujourd’hui. C’est adressé à un public qui regarde la télé à la maison et qui a envie de se détendre. A d’autres moments ou sur d’autres chaînes, il y a d’autres émissions si on n’a pas envie de regarder de la chanson mais il y a un fait : le téléspectateur russe aime ce genre d’émission et je pense qu’il en est encore de même chez nous.

    La deuxième raison est différente. J’appelle de mes vœux le retour à un monde apaisé. Quand va-t-on sortir de cette spirale irrationnelle qui amène le peuples à penser que les interventions armées sont normales quand soi-même on ne subit pas de pertes. Notre ennemi désigné est actuellement la Russie. Si, je ne sais par quel miracle, on arrive à sortir de cette logique conflictuelle, on constatera qu’il reste un grand vide qu’il faudra comblé en se connaissant à nouveau. Parmi tous les moyens, les échanges culturels sont un des meilleurs et la musique de variété est une façon facile.

    Par exemple : je rêve d’une soirée de Nouvel-An à la télévision qui passerait au même moment en France et en Russie avec des chansons, des spectacles, des sketchs alternativement présentés par les Français et des Russes et si d’autres pays francophones ou russophones veulent participer à la fête, ce ne peut-être que mieux. Le point original, c’est qu’il y aurait le Nouvel-An à fêter deux fois, décalage horaire oblige.

    Utopie, rêve... mais quand on ne rêve plus, c’est qu’on ne vit plus.

    Pour finir, je voudrais mieux expliquer pourquoi j’ai choisi Zara pour illustrer l’article.

    Il y a un pluriel dans le titre de l’article, cela veut dire que pour moi, il y a beaucoup de talentueuses stars en Russie et que j’aurais pu choisir une autre vedette comme fil conducteur.

    Zara a son public, des Russes plutôt d’âges moyens, qui n’ont pas le temps d’aller au concert sauf s’il sont retraités. C’est le public moyen de la télé française aussi.

    L’intérêt pour moi de la choisir, c’était qu’elle est inconnue et que ses chansons étaient donc à découvrir en France. Elle interprète presque toujours des créations russes, c’est donc une authentique chanteuse russe.

    Je suis sûr que beaucoup aurait apprécié que je présente une ou un artiste qui reprend les tubes internationaux mais j’ai délibérément rejeté cette option. Le rock and roll n’a rien à voir avec la Russie.

    Même si elle représente très bien l’âme russe, elle n’est pas ethniquement russe et je sais que cela n’a pas toujours été facile pour elle, même si elle ne vient pas d’une famille dans la misère. Je pense cependant qu’au niveau international, c’est plutôt un avantage. (Sauf en Azerbaïdjan comme indiqué dans l’article.)

    J’ai sans doute commis une erreur en ne présentant pas les vidéos dans l’ordre chronologique.

    Zara ne chante plus aujourd’hui comme il y a quinze ans, elle a beaucoup travaillé et elle s’est beaucoup améliorée. J’admets que dire qu’elle est talentueuse est subjectif. Je ne demande à personne de rejoindre mon avis mais ce n’est pas pour cela qu’est serait mièvre comme je l’ai lu.


    Pour tout ceux qui ont aimé l’article et les vidéos, j’ai un dernier lien en cadeau.

    Dans les « Nouvelles people », j’écris qu’elle a présenté un concert à Doha avec des enfants sourds.

    Voila ce que cela donne sur scène. Moi, je trouve cela génial.


    https://www.youtube.com/watch?v=eCIa617nNrY&list=RDeCIa617nNrY&start_radio=1&t=104


  • toma 23 décembre 2018 15:37

    Que dire, sauf que c’est cela, suffit vu la saison de voir comment George Michael avec sa merdique chanson de Noël tourne. Rien en français, espagnol ou allemand ? Ah non, puis surtout en France, ça me xhoqie vu d’Allemagne, on dit bonnes fêtes de fin d’année, même dans Elsa de Disney, ma.version allemande souhaite bon Noël. Genre ma police de la pensée interdit cela, comme les crèches.

    Personnellement, j’adore la chanson mama de dubcova et j’ai été au concert d’Allegrova et L’ukrainien Serdutchka, la folle de spectacle, en fait c’est un homme.

    Se démettre de la monoculture capitalistique est une obligation pour rester saint d esprit de nos jours. Oui, il.existe un monde dehors !


Réagir