Commentaire de Henri François
sur Le « Bazooka » Adidas


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Henri François 23 février 2009 11:57

A l’auteur,
Une question : est-ce qu’en France occupée, ou en Belgique, Pologne ou ailleurs partout où les soldats nazis s’étaient installés, des industriels, manufacturiers ou commerçants, n’ont pas travaillé pour l’armée à croix gammée ?
Vous parlez d’argent sale accumulé par les frères allemands pères d’Adidas et de Puma, mais voyons dans tout conflit armé, dans toute guerre, dans tout génocide, l’argent est sale dès lors qu’il sert à combattre ou a tuer.
Sincèrement, ne croyez-vous pas que des fortunes françaises, voilà plus d’un demi-siècle, sont passées au travers des mailles de la "justice" des vainqueurs pour fleurir ensuite au grand jour ?
L’intérêt de cette information allemande que vous avez eu l’heureuse initiative de vulgariser sur Agora est strictement historique et n’aurait pas du être accompagnée de commentaires "dirigés". 
Amicalement. 


Voir ce commentaire dans son contexte