Commentaire de Philippe Vassé
sur Affaire Clearstream : la grande mystification-manipulation


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Philippe Vassé Philippe Vassé 17 septembre 2009 20:29

Simeonl,

Si vous lisez l’article comme tout le monde, ou mieux encore, le livre d’investigation minutieuse de Frédéric Charpier « Histoire de fous » (Editions du Seuil), vous constaterez, comme toute personne sensée et honnête :

1- qu’il existe PLUSIEURS listes avec des noms existants, mais sans aucun lien avec la banque de compensation Clearstream. Au total, 3000 noms de personnes plus ou moins connues sont ainsi placés sur ces divers listes que la Justice n’a pas encore reconnues par Jugement comme FAUSSES et FALSIFIEES, même si tout le monde le sait ;

2- que Nicolas Sarkozy n’a jamais été cité par AUCUNE DE CES LISTES, donc qu’il ne peut prétendre à aucun préjudice d’aucune sorte alors que c’est lui qui fait le plus de bruit dans ce dossier judiciaire.

Je ne me suis pas intéressé, dans la limite impartie de cet article précis, à Philippe DELMAS, pour la simple raison que ce dernier, ennemi intime de JL Gergorin, n’est qu’une des parties civiles, mais qui ne fait pas parler d’elle dans ce dossier.

L’article se centre en effet sur l’illégalité totale et l’illégitimité absolue de la constitution de Nicolas Sarkozy, en droit et en fait, puisque son nom N’EST ECRIT NULLE PART.

La phrase que vous citez concernant la phrase attribuée à Dominique de Villepin ne prouve rien sur rien, ni sur personne. Des milliers de gens auraient pu exprimer cette phrase sur des politiques sans que cela soit lié à une machination quelconque ! Il s’agit d’une opinion propre qui n’est nullement un délit en démocratie.

Par ailleurs, à l’opposé de Nicolas Sarkozy, plaignant hors la loi puisque sans aucun droit à le faire dans ce dossier, d’autres parties civiles ont lieu de se plaindre car leur nom a été cité à tort sur ces listes.

L’investigation, c’est de dire les faits REELS, pas de fournir des inventions personnelles.

Les faits, rien que les faits, voilà ce qu’est le vrai journalisme. Quant aux fantasmes des uns et des autres, cela ne regarde pas le journalisme, mais le droit de chacun à en avoir et à les exprimer.

Sur le fait que l’article ne dise pas que les listes fausses étaient falsifiées, pléonasme de première ordre, je vous laisse cette lecture à l’envers de tous les lecteurs.

Bien cordialement,


Voir ce commentaire dans son contexte