Commentaire de Philippe Vassé
sur Affaire Clearstream : la grande mystification-manipulation


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Philippe Vassé Philippe Vassé 20 septembre 2009 21:18

dom9-n,

S’énerver ne sert à rien et à personne. La sagesse est dans la patience et l’explication sereine sur les seuls faits avérés.

Il est vrai que le dossier en question fait apparaître en France bien des passions qui font partie de ce que les philosophes appellent la comédie humaine.

Ce dossier concentre des passions fort contradictoires, mais n’a pas beaucoup généré de vérités attestées, ni d’enquêtes fouillées.

La plupart des médias ont seulement cherché à vendre du papier (avec publicité) et la recherche des faits bruts n’a pas été leur but prioritaire.

Il est donc bon parfois de rappeler les faits avérés, sans animosité aucune, à une opinion mal informée quand elle n’est pas désinformée où beaucoup ne veulent qu’exprimer leurs sentiments propres au lieu de faire appel à la seule raison « raisonnante ».

Entre les inventeurs de complots permanents, les partisans acharnés instrumentalisés et envoyés en mission commandée, les auteurs de thèses farfelues ou carrément romanesques, les déraisonnables qui croient qu’ils ont raison sans avoir raison gardé, faire oeuvre de journalisme d’investigation en France est une tâche difficile.

Un débat récent à Taiwan a montré que le public de ce pays avait appris- avec le développement des principes démocratiques- à aller en profondeur dans les choses et à se méfier des réactions intempestives provoquées par des émotions brutes.

En France, où la démocratie régresse sans cesse, le débat serein et constructif sur tout dossier « sensible » est aussitôt envahi et détourné par des crieurs de vérités non prouvées, vindicatifs et sûrs de leur droit à mentir, ce qui au final, conforte le processus de destruction des bases démocratiques de la société.

C’est en cela que sagesse et patience dans la longueur du temps font plus que force, ni que rage (pour paraphraser Jean de la Fontaine).

Bien cordialement,


Voir ce commentaire dans son contexte